Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
gwotoro
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 3974
Localisation : Canada
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: le balancier

MessageSujet: Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril   Lun 12 Fév 2007 - 22:32

Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril

Par Michel Lominy

Des vérités qui dérangent
L’état haïtien est en crise. Il est en faillite. (Multiple organ failure). Il n’est pas viable. Il survit par des moyens « artificiels ». Il est réduit à la mendicité internationale.

Les raisons profondes et l’analyse de cette faillite.

Les raisons historiques et culturelles :
Les effets secondaires indésirables et pervers de la guerre de l’indépendance : Destruction des infrastructures de production et perte de précieuses ressources humaines.

L’économie de guerre obligée, -dès le début de notre existence comme nation indépendante- face à l’hostilité manifeste des puissances colonisatrices : Les dépenses militaires improductives: Il fallait construire des fortifications et acheter des armes au prix fort.

Le paiement de la dette de l’indépendance.

La violence continuelle érigée en système, comme seul et unique moyen de résoudre les conflits.

L’éternel « koupé tèt boulé kay » (couper les têtes et brûler les maisons), qui ne devrait plus avoir sa justification après l’indépendance.

Les innombrables actes de piraterie, de pillages et d’incendies criminels. Même l’ancienne cathédrale de Port-au-Prince n’a pas été épargnée.

Nos multiples et intempestives guerres intestines, fratricides et dévastatrices.

Les nombreuses extorsions de capitaux perpétrées sous la menace des canonnières de puissances étrangères au cours du XIXe siècle et plus près de nous (1914-1915), la disparition subreptice, clandestine et illicite des réserves d’or de la Banque Nationale.

Nos fréquentes dépenses somptuaires le plus souvent superflues et injustifiées.

Une instabilité politique récurrente à n’en plus finir

Avec pour corollaire obligé :
L’exode (fuite) continuel des capitaux,
L’exode continuel des cerveaux: départ forcé pour l’exil et départ volontaire.
L’exode continuel des bras.

Tous ces événements fâcheux de notre histoire, Nos comportements regrettables et contreproductifs, Notre forte propension au marronnage, Un individualisme farouche, Notre penchant viscéral, une fois au pouvoir, à vouloir diriger, sans partage. La méfiance à l’égard des uns et des autres, La méfiance voire l’hostilité envers les étrangers. Un nationalisme cocardier et de mauvais aloi, actuellement tout à fait dépassé. Nos turpitudes quotidiennes,

Tout cela ne nous a pas permis, durant les 200 ans d’existence de notre nation, d’accumuler le capital indispensable au développement de notre pays.

Et aujourd’hui l’État haïtien, le secteur privé- la dite « bourgeoisie d’affaires » haïtienne - la société civile en général, tous ensemble n’ont pas les moyens - capital, technologie, savoir-faire et cadre légal - pour exploiter les ressources naturelles (brutes) du pays, y ajouter de la valeur, en vue de créer des emplois productifs – (mettant la population au travail) - et générer ainsi des services et des richesses.

L’explosion démographique et l’exode rural :

Une population qui n’a cessé et ne cesse de croître à un rythme accéléré, alors que les ressources n’augmentent pas où même diminuent.

Le dépeuplement des campagnes au profit des villes (surpopulation urbaine et bidonvilisations).

Un chômage endémique et chronique :

La grande majorité de la population se retrouve au chômage (vrai ou déguisé). Cette majorité, qui réclame et demande des services à cor et á cri, n’a pas un revenu formel suffisant pour être assujetti à l’impôt. Bien au contraire, elle aussi, est réduite à la mendicité à travers les ONG d’aide humanitaire et les transferts d’argent provenant des Haïtiens vivant à l’étranger (la diaspora).

À noter qu’une certaine fraction de cette majorité - les petits entrepreneurs, les petits commerçants, les faiseurs de petits métiers - se retrouve dans « l’informel » et ne contribue pas non plus en impôt sur le revenu pour augmenter les recettes de l’État.
Il en résulte une énorme et insurmontable disproportion entre d’une part les ressources disponibles et d’autre part les besoins à satisfaire à travers les missions régaliennes de l’État.

Nos dirigeants sont donc toujours en train de gérer la pénurie, la pauvreté et la misère. Le budget annuel étant toujours un budget de famine - Ex: 800 millions de dollars (dont, soit dit en passant, 500 millions doivent provenir de la communauté internationale) pour 10 millions d’habitants pour l’exercice 2005-2006-. Moins de $100.00 par an par habitant. L’État étant le pourvoyeur de services par excellence, on comprend bien pourquoi, avec un tel budget, tous les services fournis sont au rabais voire exécrables et fort souvent inexistants.

Ici, il est bon de rappeler les missions régaliennes incontournables de l’État :
- Délivrer un acte de naissance, un état civil à tous les citoyens.
- Faire le relevé détaillé des propriétés territoriales communales (Cadastre). - Financer la scolarisation obligatoire des enfants jusqu’à l’âge de 14 ans.
- Financer l’Université et le service recherche et développement. (R&D).
- Protéger l’environnement et le patrimoine en général.
- Reboiser nos montagnes érodées (reforestation). Protéger et aménager nos bassins versants.
- Assurer la protection des frontières terrestres et maritimes, et de l’espace aérien.
- Instaurer un pouvoir judiciaire, compétent et impartial.
- Assurer la sécurité des vies et des biens à travers une police auxiliaire de la justice et une force de l’ordre.
- Collecter efficacement les taxes et les impôts sur tout le territoire.
- Dispenser des soins de santé primaire et assurer le fonctionnement adéquat des hôpitaux publics.
- Lutter contre les endémies majeures: Malaria, Tuberculose, Sida etc.
- Doter le pays des infrastructures de base indispensables à tout développement économique: Routes, Électricité, Télécommunications, Adduction d’eau courante, Port, Aéroport.
- Appliquer une politique de conservation de l’eau. Châteaux d’eau, citernes géantes, lacs collinaires, barrages-réservoirs sur tous les cours d’eau et rivières.
- Curer régulièrement les rivières et les canaux d’irrigation des terres agricoles.
- Édifier de nouvelles villes et de nouveaux villages en des endroits ou sites appropriés dans les différents départements afin de contrer la bidonvilisation intempestive de nos villes existantes, et aussi de regrouper les populations rurales et faciliter leur approvisionnement en services essentiels de base: électricité, eau courante, téléphone, écoles, hôpitaux, marchés publics, églises, centre de loisirs, stades de jeux etc.
- Appliquer une politique effective et efficace de planification familiale.
- Mettre en place toutes les institutions prévues par la Constitution.
- Construire des prisons décentes dans tous les départements et des prisons à sécurité maximum pour les bandits dangereux.
- Mettre en place un système efficace de collecte, de ramassage et de traitement des déchets ménagers.
- Etc. Etc. Etc.
La liste étant loin d’être exhaustive.

Qui a déjà pensé à chiffrer financièrement le coût exact de toutes ces missions confiées à l’État pour réaliser et comprendre, qu’avec un tel budget annuel de 800 millions de dollars, on est très, très loin du compte: Même si ce budget est bien dépensé au centime près, les bons résultats ne seront pas au rendez-vous.

L’État haïtien n’a pas les moyens financiers de remplir les différentes missions régaliennes qui lui sont confiées par la constitution et les lois de la république. Il est en faillite. « Haïti is a failed state ». Il est décapitalisé.

Pour son plus grand malheur, le peuple haïtien confie la solution de tous ses problèmes collectifs à un État « décapitalisé », un État en faillite.

Malheureusement aussi, tous nos dirigeants, et ce depuis des décennies, au lieu de se colleter avec les difficultés de trouver la solution à la faillite de l’État, ont toujours choisi la voie facile, sans effort, de la coopération internationale; une coopération qui s’apparente à la mendicité: Aide humanitaire, support budgétaire à plus de 50%, des emprunts insignifiants et des dons dérisoires face à nos énormes besoins et tout récemment, Cadre de coopération intérimaire (CCI).

Une coopération qui, à l’évidence, ne fait que maintenir Haïti dans un état permanent de pays assisté et de dépendance avilissante. Haïti ne meurt pas mais n’arrive jamais à quitter l’hôpital et à voler de ses propres ailes. Il est voué à une longue agonie, cruelle et inhumaine.

Pis encore, sous un tel régime d’aide bilatérale et multilatérale, Haïti se retrouve à la merci de trop de «partenaires» totalement irresponsables et n’ayant aucune obligation de résultats : « Kabrit ki gen tròp mèt mouri nan kòd».

On se demande, avec raison, comment et pourquoi un peuple, jadis si fier, peut-il consentir sans réticence voire se complaire à vivre de l’assistanat et en même temps se prévaloir d’une quelconque souveraineté. Utopies ! Chimères !

On se demande aussi, pourquoi nos politiques et nos dirigeants, à quelques exceptions près, ont toujours négligé la dimension économique du développement du pays pour se concentrer uniquement sur sa dimension sociale et politique, là où, évidemment, il est très facile de faire de la démagogie. Ah ! Les marrons que nous sommes !

Pourquoi cet acharnement à maintenir en vie des compagnies en faillite comme l’Ed’h et la Teleco ?

Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril. Ses chances de survie sont très minces. Caveat !

En effet, Quand l’État est en faillite, la nation est en passe d’être phagocytée par un autre État « voisin », donc de disparaître ou de se voir mettre sous tutelle de l’Onu. Catastrophe ! À moins d’être dirigée par un dictateur féroce et sanguinaire.

Un État en faillite freine le développement de la Nation et rend impossible la restauration de l’autorité de l’État.

La grande question que l’on doit donc se poser aujourd’hui: Quelle solution pour un Etat en faillite ? Ou qu’est-ce qu’on fait avec un État en faillite ? Et Qui a intérêt à ce que cette faillite persiste et perdure ? Le débat est ouvert.

* L’auteur est médecin et l’un des promoteurs de projets de développement du Sud Est

lundi 12 février 2007
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodlam Sans Malice
Membre-fondateur
Membre-fondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

MessageSujet: Re: Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril   Mar 13 Fév 2007 - 7:58

Depi kek tan map li sa Docteur Lominy ekri ,mwen pa konnen si li ap jwen remed pou malad ki an agoni an men viej pete jem kant a pou dyagnostic li a se sa net ;li pa fè mank di tou li frape klou a jis nan tet li epi li rantre li nan konsyans nou.

Se pa premye fwa mwen mande tet mwen pouki sa se pa youn nonm konsa ki pran mayet la.Pou youn doktè geri youn malad fok li ka konnen sa malad la soufri.Doktè Lominy li menm san fanfaronad ,ni demagoji di nou bagay la klè.:"Haiti is a failed State."Alos mesye dam nou genyen de shwa ou byen nou shanje tou sa ki nan peyi ya, mantalite nou, strikti administratif ,politik ,ekonomik e sosyal ou byen peyi ap disparet ,nou deja perdi suverente nou deja ,li pa rete lontan anvan yap mete nou sou tutel LONU kareman pase dim sa nou vle yo paka kite nou destabilise lot peyi yo.

Doktè ya ekri 10 milyon map mande si popilatyon pa plis.Si kwassans saa kontinye konsa nan 20 ans konbyen ayityen ke nap genyen?ki jan nou pral fè ba yo manje, sante ,lojman ,edikatyon, sekirite.Se sak fè moun ki di Preval se endormi li ap endormi moun poul fini manda li eske le je vo la shandel ;eske se pou mentni menm vye metod yo ke yo te eli li.Se sa ki fè li mande:" pour quoi faire et a quel prix"?eske se pou nou kontinye desann nan trou san fon a .Mwen fè Docteur Lominy konpliman.Sa se pa moun ki ap fè diskou intil pou montre konesans li.He tells it like it is.Bravoooooooooooooo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jude
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1570
Localisation : Frans
Loisirs : Financial Exchanges - Geopolitic
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le progressiste !

MessageSujet: Re: Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril   Mar 13 Fév 2007 - 8:53

"Se pa premye fwa mwen mande tet mwen pouki sa se pa youn nonm konsa ki pran mayet la."


Un docteur a déjà fait dans notre histoire je crois !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodlam Sans Malice
Membre-fondateur
Membre-fondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

MessageSujet: Re: Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril   Mar 13 Fév 2007 - 9:22

De ce fait il faut mepriser tous les docteurs?Non je ne crois pas qu'il faille enrayer tous les economistes ou avocats parce qu'un Latorti s'est comporté d'une facon indésirable au timon des affaires.Nous devons juger les politiciens selon leurs actes et non selon leur couleur ou leur profession.


Dernière édition par le Mar 13 Fév 2007 - 23:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jude
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1570
Localisation : Frans
Loisirs : Financial Exchanges - Geopolitic
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le progressiste !

MessageSujet: Re: Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril   Mar 13 Fév 2007 - 9:45

Sans Malice, je ne voulais discréter le docteur, au contraire je ne faisais que souligner une coincidence qui m'a amusé. Je n'ai pas ce genre de préjugé, et j'essaie même de me défaire de tout préjugé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodlam Sans Malice
Membre-fondateur
Membre-fondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

MessageSujet: Re: Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril   Mar 13 Fév 2007 - 10:05

Je sais que vous etes trop intelligent pour ces inepties,ces prejuges de couleur ,de classe ou de profession.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jude
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1570
Localisation : Frans
Loisirs : Financial Exchanges - Geopolitic
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le progressiste !

MessageSujet: Re: Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril   Mar 13 Fév 2007 - 10:22

Je vous remercie pour votre estime, et je précise quand même qu'il me reste pas mal de défaut.

Je suis certain que si vous demandiez son avis à Rico ou à Joel vous auriez un tout autre son de cloche.

Mais je travaille à les corriger.



Pour revenir au docteur, je trouve son approche vraiment très intéressante. Il a partagé avec nous son diagnostique, maintenant le malade attend la prescription et la liste de remèdes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
gwotoro
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 3974
Localisation : Canada
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: le balancier

MessageSujet: Re: Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril   Mar 13 Fév 2007 - 20:51

J'aime bien l'analyse du docteur.

Mais il a fait la partie la plus facile du travail. A peu pres tout le monde peut fiare un diagnostic de la situation haitienne.

Un peu plus difficile est de trouver les bons remedes et le bon regime alimentaire (qui devra etre sur une longue duree).

Encore plus difficile est de faire avaler au malade ses medicaments et de le forcer a suivre le nouveau regime alimentaire.

Autrement dit, pouvoir poser le diagnostic est une part negligeable de la solution au probleme qu'est Haiti.

La critique est toujours facile, mais l'art est complique, surtout en Haiti...

Et, je crois que l'une des erreurs que le malade fait toujours est d'attendre le petit Jesus qui va le guerir miraculeusement au lieu de prendre ses medicaments et de laisser ses mauvaises habitudes de vie pour en adopter de nouvelles.

Tant que nous attendrons qu'un bon papa vienne remettre Haiti sur ses pieds, nous sommes "nan KK"...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodlam Sans Malice
Membre-fondateur
Membre-fondateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

MessageSujet: Re: Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril   Mar 13 Fév 2007 - 23:44

Haiti etant atteint de plusieurs maladies graves il faudra qu'une equipe de specialistes prenne sa charge pour guerir ce moribond .

Aucun bon papa ne pourra le guerir ,mais faut-il que nous ayons à la tete de cette equipe un specialiste imbu des complications que peuvent entrainer des prescriptions qui ne correspondent pas aux maux dont souffre le malade.Il ne faut pas que le patient soit confié à des charlatans ni à de faux speciailistes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiloutou
Star
Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 367
Localisation : Aquin
Loisirs : travaille
Date d'inscription : 27/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le discret

MessageSujet: Re: Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril   Mer 14 Fév 2007 - 3:43

Ce monsieur a dit de choses juste.

Mais, pa yon ti mo sou la drog, lajan fasil, 2 gwo kansè kap wonje peyi ya.
majorite ayiisyen reve pou yo milyonè nan fè lajan fasil, mem an travayan yon moun ka paka milyonè, ki kote milyon sa ap soti?, nan drog, komès mache nwa tout sot.

Kisa doktè a pwopoze? nou ka ge rezon pou kritike, men kisa li pwopoze pou fini ak sa? mwen ta renmen doktè a di nou ki kote leta dwe pran lajan pou finanse pwojè ak sèvis?

Map mande doktè a eske li dako lache jis yon timyèt nan mwayen ak privilàj li ki se yonn nan sous ki ta dwe alimante leta pou leta arete mande?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.vizyonplusfm.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand la vie va tout va!!! [PV: toute la clic^^]
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand les dès sont jetés .....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: