Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ...

Aller en bas 
AuteurMessage
dilibon
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2205
Localisation : Haiti
Opinion politique : Entrepreneur
Loisirs : Plages
Date d'inscription : 17/05/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Contributeur

Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ... Empty
MessageSujet: Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ...   Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ... EmptyMer 24 Nov 2010 - 16:09

Men youn let tou louvri a ansyen Prezidan Aristide. Le youn zanmi, sipote pale konsa map mande eske ansyen Prezidan bezwen lenmi li yo ki pou mete sik sou bonbon li? An nou li ansnam!

--------------------------------------------------------------------------------

Lettre ouverte au Président Jean Bertrand Aristide.

Monsieur le Président Jean Bertrand Aristide,

Après avoir pris connaissance de cette partie de l’entrevue que tu as accordée au journaliste Nicolas Rossier (http://www.hayti.net/tribune), je me suis décidé de te diriger cette lettre ouverte. Je te tutoie comme je l’aurais fait à un ami ou à quelqu’un pour qui j’ai une grande affection, d’autant plus d’autres langues comme l’anglais ne fait pas différence.

Au cours de cette correspondance, je te dirai tout ce que je pense, tout en tenant compte que ce n’est pas une lettre privée, elle devrait avoir d’autres effets sur ceux qui en prendront connaissance.

Tu es pour moi le plus grand homme qu’ai produit Haïti à la fin du 20e siècle. Ton intelligence est d’or et quoique ceux qui te haïssent ne veuillent pas l’accepter, tu es d’un calibre extraordinaire. J’ai suivi avec attention le cours de l’entrevue et ai analysé les questions et réponses reportées. Mon cher président, tu as une grande capacité d’appliquer des notions sociologiques et psychologiques dans la réalité haïtienne et internationale à nul autre pareil. Et quand je vois des aigris te traiter « du petit prêtre de cite soleil » je comprends exactement à quel point ils t’envient. Ils t’envient pour tout : pour tes connaissances, ton charisme, ton amour pour Haïti et le peuple haïtien, ta popularité, les différentes langues que tu parles et domines très bien, la superbe intelligente femme que tu t’es choisi, ta détermination, ton courage etc.

Cependant, l’objectif de cette correspondance ne saurait seulement de faire ressortir tes points forts, mais aussi de porter une critique particulière à cette entrevue et d’une manière générale sur ta personne.

Monsieur le président, je comprends qu’il n’est pas toujours facile d’accepter publiquement qu’on a commis des erreurs. Toutefois, le journaliste, selon moi, s’attendait à ce que tu lui dises au moins une erreur que tu as compris que tu as faite qui pourrait éviter que tu sois aujourd’hui en Afrique du Sud.

Pourtant, je vois aux Etats-Unis, que le président Obama vient de reconnaître que si le peuple a voté contre les démocrates, c’est à cause de lui. C’est très noble, je pense, de reconnaître qu’en tant que président, de même que les bons résultats font sa gloire, les choses négatives font sa défaite, le président est donc le premier responsable de tout ce qui se passe, quand bien même il ne serait pas informé.

J’adore la description d’esclaves mentaux que tu as donnée pour expliquer l’attitude de bons nombres d’haïtiens qui travaillent pour le compte de l’étranger.

Monsieur le président, nombreux sont ceux-là qui croient que non seulement tu as été le problème, mais aussi tu es déjà du passé. Moi, je crois le contraire, effectivement, tu étais une partie du problème, cependant, je peux affirmer tant que tu es vivant, tu es aussi une partie de la solution.

Je constate aussi que tu restes attaché aux élections de 1990. L’histoire évolue. En 2010, ce n’est pas le même contexte que. Néanmoins, tu es resté incarné même dans la nouvelle génération qui aurait souhaité que les choses furent différentes.

En 2006, le peuple a voté pour le retour, moi aussi j’ai voté pour le retour. Mais je suis sur que Préval, ton porte malheur par excellence, savait qu’il n’en était pas question.

Dans 4 jours, si les élections ont lieu, la question du retour, n’est plus une priorité, et voila comment on est parvenu sans te tuer à t’isoler, au point qu’aucun candidat mentionne même ton nom. Aujourd’hui, monsieur le Président, tout le monde marche avec tout le monde. Les militants soutiennent dans la majorité des cas les mêmes candidats. Voila pourquoi je t’assure que seul le moment des votes déterminera exactement l’orientation du choix du peuple. D’un autre coté, tu ne t’es pas manifesté non plus pour aucun des candidats Lavalas ouvertement, Est-ce par stratégie ou par anticipation au report des élections-sélections comme tu les appelles.

Tu as voulu prendre en main la destinée compromise de notre pays. Ta vision était extraordinaire et tes réalisations sont incontestables. Il suffit de comparer Préval 1 et Préval II, Il fallait comparer l’état des places publiques avant le 12 janvier, Demande à Préval II combien de lycées, écoles nationales, hôpitaux, campus universitaires, km de routes, logements sociaux etc. a-t-il construits? Même si tes détracteurs font semblant d’ignorer ces réalisations, l’histoire les retiendra toujours. Cependant, monsieur le président, dommage ! Dommage que tu as laissé comprendre que tu voulais à tout prix obtenir la gloire, dommage que tu n’as pas compris que le plus important ne saurait être tes réalisations. On a pris le temps de te connaître, et on est parvenu à te détruire puisque tu étais devenu très prévisible, l’entrevue a démontré que tu n’as pas changé.

Manque d’humilité.

Je vois toujours le même Aristide, qui ne reconnaît pas ses erreurs comme éléments importants dans la tournure des choses. Je ne doute pas de ta vision pour le pays, de tes bonnes intentions, tu aimes le pays de tout cœur. J’ai vu tes larmes suite au séisme dévastateur du 12 janvier 10. Ton amour pour le peuple est vrai et sincère. Cependant, il y a ceux qui aiment tellement qu’ils parviennent à mal démontrer cet amour. Tu es très jaloux. Tu ne voudrais pas que personne d’autre occupe ta place dans l’esprit du peuple. Donc, tu voulais diriger tout toi-même. Cette belle relation entre toi et la grande majorité ne t’a pas ouvert les yeux sur la gestion de cette minorité qui fait aussi parti du peuple. Lorsque l’élite économique et intellectuelle d’une nation s’élève contre toi, ils te vaincront, quand bien même tu aurais le support du peuple en grande majorité. Voila pourquoi Obama est en train de négocier le « Tax break pour tous » avec les républicains. Voila pourquoi il a négocié en grande partie la réforme de santé (ce qui pourrait lui causer même sa réélection), il fallait être plus humble, mon président.

Manque de tolérance :

Tu dis que tu prônais le dialogue, mais comment ? Tout dialogue réel implique un pardon inconditionnel et des signes concrets : tu as parlé des criminels comme Cedras et Jean Claude Duvalier, mais nombreux sont ceux pour qui tu es considéré ainsi. Tu as fait une réserve quant à leur cas, c’est une preuve d’intolérance. Je suis sur que tu n’es au niveau de Cedras, un criminel dans le sens réel du mot, cependant, le pardon est pour lui aussi dans un processus de dialogue, ce que j’appelle comme beaucoup d’autres, réconciliation nationale. Tu étais celui qui devait pardonner et réconcilier la nation d’avec elle-même comme l’a fait Nelson Mandela. Tu es celui qui ne devait pas accepter de l’exil de ces citoyens sous aucune forme.

Ton porte malheur :

Monsieur le président, tu n’as aucune idée de l’estime que j’ai pour toi, toutefois, je trouve que c’est mon devoir de te dire que ton unique porte malheur se nomme René Préval. Il est le premier faux pas que tu as fait. Tu te souviendrais des délégations étrangères faisant pression sur toi avant les élections, c'est-à-dire qu’il y avait déjà une hostilité internationale face à ta candidature. Le peuple a défié tout soupçon en te votant massivement le 16 décembre 1990. Cependant, tu as surpris tout le monde, le FNCD en particulier en nommant René Préval ton premier ministre. C’est ce même Préval aujourd’hui qui comme un esclave mental a été utilisé pour te maintenir paisiblement à l’écart.

A ton retour en 1994, tu voulais récupérer tes 3 ans, l’OPL, les gens avec qui tu cohabitais t’ont convaincu de réaliser les élections ; sachant que toi seul pouvais définir ton successeur, le peuple attendait patiemment ton choix, âpres l’avoir sévèrement critiqué, tu as finalement opté pour René Préval comme candidat. Au vu et su de tout le monde, Préval n’était pas le plus capable, mais c’est lui que tu as choisi et le peuple a voté. Tu avais choisi Préval parce que tu savais qu’il ne serait qu’une doublure. Tu laisses comprendre que Préval n’a pas fait suite a tes recommandations alors que le siège du gouvernement était plutôt à Tabarre qu’au Palais national. Les constantes luttes entre les parlementaires de l’OPL et la présidence ont amplifié l’écart entre les gens avec qui tu cohabitais. Et te voila en face de la convergence démocratique en 2000. Je suis témoin des diverses rencontres de négociations et je m’attendais avant le 7 février 2001 à une entente. Tu pouvais être plus conciliant et tolérant, de cette façon, tu aurais débuté ton 2e mandat en paix, ce qui était tout à fait le contraire. Tu as poussé des gens de toutes sortes à s’unir dans le seul but de te détruire. Ces gens-là, monsieur le président, ont même accepté de détruire tout le pays, pour atteindre leur objectif. Voila pourquoi je les considère aussi coupables du sort de notre pays. Ils n’ont pas pris la voie démocratique, car par là, ils n’auraient jamais te vaincre. Ils étaient de très mauvaise foi. Cependant, tu aurais mieux fait, si tu avais accepté de partager le pouvoir avec eux, pour le bien du peuple que tu aimes vraiment.

Quant aux choix de tes collaborateurs.

Tu as toujours voulu t’imposer, si quelqu’un discute avec toi, tu l’écartes de ton équipe. Donc, tu choisis des gens qui font semblant de te suivre et de fait, tes collaborateurs ne sont jamais stables. Il aurait fallu travailler et conserver l’equipe de 1990 qui t’avait choisi, en lieu et place de venir avec un Préval qui n’était pas dans la liste. En lieu et place d’Yvon Neptune, pourquoi tu n’avais pas choisi Gérard Pierre-Charles comme premier ministre ? Il n’était pas ton ami, c’est ca ? Evans Paul ? Victor Benoit ? Je vois que tu n’as pas su tout au moins jouer le jeu de maitresse dame, comme Préval. Il a préféré cohabiter avec eux pour les étrangler. Mais moi, je le recommande dans le sens constructif du terme. Tu croyais que Yvon Neptune était un ami, pourtant, il vient de démontrer qu’il était un mercenaire à tes cotés. Tu as preferé des collaborateurs malhonnêtes, mercenaires, corrompus, sans conviction en lieu et place de partager le pouvoir avec des gens dont tu connais déjà la pensée à ton égard.

Tu pouvais négocier avec eux honnêtement et céder à la plupart de leurs demandes. Obama avait promis une reforme sur la santé aux Etats-Unis. Il a du négocier certains paramètres de sa reforme pour avoir le vote de quelques républicains. Cependant, les retombées de ces mêmes paramètres sont en train d’affecter sa popularité, sa réélection en 2012 est déjà compromise. Mais c’est le peuple qui vote, si le peuple qui l’a voté en 2008 pense en 2012 qu’il n’a pas été a la hauteur, le même peuple votera contre lui, et si le peuple se trompe en faisant un choix qui n’améliorera pas ses conditions, c’est encore la responsabilité du peuple, c’est ca la démocratie. C’est à ce point que je critique ceux qui prétendent qu’Haïti n’est pas prêt pour la démocratie parce que le peuple est analphabète. Le peuple choisit ce qu’il veut aujourd’hui et choisit ce qu’il veut demain selon qu’il pense que celui-ci ou celui-là ne le convient pas, même s’il se trompe, on ne doit pas le condamner. Pour le bien commun, pour la stabilité du pays, tu devais négocier et partager le pouvoir, de la sorte tu éviterais tout cette triste finalité.

Quant à la perception de la réalité.-

Je reste convaincu que la question de la dette de l’indépendance que tu as soulevée a augmenté la quête de ta destruction. La communauté internationale hypocrite négociait avec toi, et en même temps te coinçait par tous les moyens. Ils ont facilité l’armement des rebelles. Le montage était parfait, tous les acteurs ont joué leurs rôles au détriment de mon pays. La convergence négociait avec toi et négociait avec Guy-Philipe à St Domingue qui lui aussi était envoyé. Au moment où tu voulais tout négocier, il était déjà trop tard. Tu vois, tous ces policiers sont morts, tous ces innocents, toutes ses pertes matérielles, pour un seul but : te faire partir. La coalition était très forte. On nous a imposé par la suite un Gérard Latortue qui durant son passage en France sur TV5 déclara : la question de la restitution de la dette est une folie, La France ne doit rien à Haïti, au contraire, La France a beaucoup donné à Haïti. Ces paroles du Premier Ministre d’alors, monsieur Gérard Latortue mit a nue la participation active de la France dans ta chute. Le mercenaire, l’esclave mental d’alors, (je ne sais pas s’il a changé aujourd’hui puisque tout le monde accepte et parle de cette dette, même la presse américaine et de grandes figures américaines) en lieu et place de défendre une question d’intérêt national préféra vendre son âme. Quand je dis et je répète que tu aimes Haïti, crois moi, je le crois, puisque tu ne seras jamais un mercenaire, encore moins un esclave mental. Tu veux encore retourner chez toi, dans ton pays, tu le dis chaque jour. Beaucoup d’autres auront profité de ce refuge tout au contraire pour jouir et vivre en toute sécurité. Par exemple, ce même Gérard Latortue, n’est jamais retourné en Haïti depuis son départ suspicieux, et n’a pas même manifesté le désir d’y retourner.

En conclusion.-

Président Aristide, tu restes et demeures le seul qui peut motiver ce peuple aujourd’hui, 20 ans âpres ton ascendance, il n’y a pas encore un autre. Tu es le seul dont l’anniversaire est toujours célébré au milieu du peuple. Ils sont nombreux ceux la qui t’aiment encore et qui souhaitent te revoir. Ils sont nombreux ceux la qui croient qu’en te détruisant, on les a détruits aussi. Ceux-là sont aussi du peuple et méritent d’être respectés. Tu ne saurais être du passé comme Nelson Mandela ne saurait l’être en Afrique du Sud. Mon grand remords, c’est que tu n’as pas été à sa hauteur, mais ma grande espérance c’est que nous pouvons aujourd’hui opter pour une génération à sa hauteur, de son calibre. Je n’accepterai jamais le fait qu’on se soit présenté chez toi pour t’enlever comme on l’a fait le 29 février 2004, ils devront nous le dédommager. Ils n’avaient aucun droit à le faire et ensuite déclarer que tu es du passé. Un de leurs présidents avait tout prévu : nous maintenir divisés pour freiner notre épanouissement en tant que peuple. Ils ont beaucoup investi pour te détruire et te maintenir isolé. Mes frères haïtiens qui ont accepté et contribué à ce fait, doivent aussi prendre conscience de leurs rôles dans la décente aux enfers de mon pays. Nous devons nous unir pour dévier le plan macabre des ennemis de notre nation et travailler ensemble à sa reconstruction. Tout le monde voudrait être comme toi, même ceux qui sont candidats aujourd’hui auraient souhaité pouvoir bénéficier de cette confiance de la grande majorité. Mais parmi ces candidats, un seul devra succéder à ton porte malheur, pourquoi tu n’as pas pris une position ouverte en faveur de l’un d’eux ? Il n’est pas trop tard, serait-ce vrai qu’aucun d’entre eux ne puisse recevoir ton appui comme tu l’as fait pour Préval en 2006 ?

Tu dois stimuler l’éveil de cette conscience collective et prôner aussi une véritable réconciliation nationale. La situation d’Haïti est au pire, elle n’est pas même explicable, je veux que tu retournes parce ce que tu es aussi important que moi et que tous les autres qui aimons vraiment notre pays pour travailler à sa reconstruction. Je dis que ta mission n’est pas encore finie, tu dois être un élément significatif dans le processus de la réconciliation nationale, tu dois être traité et respecté à ta juste valeur. Quant tu parles, j’aimerais que tu ailles au delà de Fanmi Lavalas qui de toute façon aujourd’hui est dysfonctionnelle. Nous devons aussi laisser une porte de sortie pour les esclaves mentaux et les mercenaires. Nous devons les enseigner à Aimer Haïti et à accepter que tout le monde soit inclus dans la nouvelle Haïti.

Reçois, Monsieur le Président, mes patriotiques salutations dans l’attente de te voir vivre, comme tu le souhaites, avec toute ta famille dans ton pays que tu aimes tant.

Ashley Pierre, Ph.D
Professeur/Formateur
Docteur en Sces de l’Education Physique et des Sports
Ancien boursier de Cuba,
Ex-Conseiller Technique/Directeur au Ministère de la Jeunesse et des Sports
Ex-Membre Representant du Ministere à la Commission Mixte Haitiano-Cubaine
Ex-Representant Cadre du Ministère au CCI

Reponse a la lettre postee ci-dessus....
Mr. Pierre,

Je vous félicite de cette lettre courageuse que vous avez écrit a l'ancien président JBA. N'ayant pas l'avantage d'avoir suivi toutes vos interventions sur le forums je ne sais pas si c'est une position de dernière date ou si vous n'aviez toujours pas pu cacher ce penchant pour l'homme que vous appelez le plus grand homme qu'Haiti ait produit a la fin du 20eme siècle. Toutefois j'ai lu votre texte sur Invictus ou vous avez fait appel a Mandela pour inviter les Haïtiens a la réconciliation. Étant moi-même un réconciliateur dans tout contexte ou la réconciliation est possible je m'étais réjoui du texte et avait commencé a vous envoyer une note de félicitations. Pour une raison ou pour une autre cette note est toujours dans ma boite a brouillons. Cette boite est pleine de brouillons que je me suis ravisé d'envoyer a la dernière minute ou a mi-chemin de rédaction.

J'avoue ne pas savoir si JBA mérite ce titre que vous l'avez généreusement octroyé. On perçoit aussi chez vous l'opinion que l'homme est toujours en processus de devenir. La porte lui est encore ouverte car un autre de vos héros, Nelson Mandela, qui incidemment vit en Afrique du Sud, lui a déjà tracé une voie qu'il devrait emprunter, la voie de la grandeur et de la réconciliation. Je vous félicite d'avoir été plus loin que certains des supporters Lavalas en mettant le doigt sur les faiblesses de l'homme. Cependant en ce qui vous concerne, les jurés n'ont pas encore rendu leur verdict sur l'homme. Votre texte est plein de vérités. Le tableau aurait été complet si vous aviez fait état des erreurs grave du régime, comme par exemple le massacre de La Scierie, l'association de JBA avec de dealers de drogue notoire. Notez que je dis association car personne ne l'a jusqu'à présent impliqué, tout au moins pas que je sache. C'est cette erreur qu'a commis un homme comme Randall Robinson dont le livre sur le coup contre JBA est aussi plein de vérités.

Mr. Pierre en réfléchissant sur votre texte je n'ai pu m'empêcher de percevoir le profil d'un grand bénéficiaire se dessiner a l'horizon. Le texte semble être une demande d'endossement et le candidat qui serait prêt a en bénéficier n'est autre que Mr. Ceant. Un Processus d'élimination permet d'arriver a cette inférence. Vous avez pris le soin de ne pas demander a JBA d'endosser un candidat spécifique mais un examen des candidats sur le terrain permet de voir celui qui aurait reçu son support.

Manigat, pas de chance compte tenu du contexte de l'historique des relations RDNP et Lavalas

Celestin, aucune chance car son protecteur a ,selon vous, fait le malheur de JBA

Martelly, aucune chance, la capacité, l'expérience, le caractère, jouent contre lui

Ceant, Candidat Lavalas, fidèle a JBA, assez prêt du peloton de leaders pour faire une percée de dernière seconde qui assurerait sa victoire

Les autres, trop loin pour faire une différence.

Mr. Pierre, seriez-vous en train de demander a JBA de jeter son poids derrière Mr. Ceant?

Je ne connais pas Mr. Ceant et je ne suis pas sur qu'il ait ce qu'il faut pour diriger un Haïti post 12 Janvier 2010. Je crois que JBA et Haïti et la présidence c'est du passé, spécialement dans le contexte ou se trouve le pays. Cependant, comme vous je continuerai a déplorer le coup de 2004 et comment nos frères et sœurs se sont laissés manipuler par les puissances étrangères qui ont comploté pour faire passer dans un quasi silence les célébrations du bicentenaire de notre indépendance. Cent ans plus tot Rosalvo Bobo avait fait un constat similaire. Nous sommes un pays a paradoxes, un pays a extrêmes, capable des gestes les plus héroïques et des actes les plus abasourdissants de non sens. Je cite Mr Franz Duval du Nouvelliste: « Mais il est à craindre qu'un peuple qui a su galvauder en 2004 la commémoration de ses 200 ans d'indépendance soit capable de tout louper. » Wouch! Ca me fait mal! Le choléra qui sévit en Haïti aujourd'hui est en grande partie une conséquence de cet acte de galvaudage et subséquemment du coup. Beaucoup de gens ont leur main trempées dans les malheurs de ce peuple qui souffre par faute de connaissance. Et les mots méprisants pour décrire Haïti continuent a émerger « être en Haillons, » « porteurs du SIDA » « incapables » « stupides » « autodestructeurs » « porteurs du choléra » et nous avançons a peine, l'échine courbée sous le poids de la honte, s'entretuant, et comme les gladiateurs de la Rome antique nous donnons un spectacle aux conquérants qui s'amusent de notre imbécilité, car nous mourrons pour leur plaisir.

Des le premiers jours ou le soupçon se portait sur les Népalais, j'avais lancé une sorte de SOS aux forums pour réfléchir, sans pour autant accuser les Népalais, j'invitais a réfléchir compte tenu des faits comme le mode de vie des artibonitiens qui n'avait pas changé et le choléra qui sévissait au Népal pas moins longtemps que la fin de l'été. J'avais parlé de « circumstantial evidence » et ce même terme se répète aujourd'hui dans la presse. Mon invitation pourrait avoir crée un certain malaise car beaucoup des gens de nos forums avaient supporté le coup qui donna lieu a l'arrivée au pays des forces de l'ONU et, jeter le blâme sur la MINUSTAH serait en quelque sorte se jeter le blâme.

Malgré tout il faut avancer, on ne peut pas tourner en rond, on ne peut se le permettre. C'est pourquoi j'interviens sur ces forums. Celui qui sera le gagnant du 28 Novembre ou de l'éventuel 2eme tour devra le recevoir le support de tous les Haïtiens. Mandela continue a nous parler. Entendrons nous?

Marc-Arthur Pierre-Louis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dilibon
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2205
Localisation : Haiti
Opinion politique : Entrepreneur
Loisirs : Plages
Date d'inscription : 17/05/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Contributeur

Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ... Empty
MessageSujet: Re: Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ...   Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ... EmptyMer 24 Nov 2010 - 19:32

Map rete tann repons bon jan lavalasyen an kashet yo sou teneur let sa'a
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9382
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ... Empty
MessageSujet: Re: Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ...   Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ... EmptyMer 24 Nov 2010 - 21:52

Ce monsieur a dit ce que nous disions depuis longtemps au Forumhaiti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thunder
Super Star
Super Star
Thunder

Masculin
Nombre de messages : 4689
Localisation : Planet Earth (Milky Way Galaxy)
Loisirs : Target Practice, Sports Cars, Konpa...
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le gardien

Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ... Empty
MessageSujet: Re: Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ...   Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ... EmptyJeu 25 Nov 2010 - 6:37

Citation :
Mr. Pierre en réfléchissant sur votre texte je n'ai pu m'empêcher de percevoir le profil d'un grand bénéficiaire se dessiner a l'horizon. Le texte semble être une demande d'endossement et le candidat qui serait prêt a en bénéficier n'est autre que Mr. Ceant. Un Processus d'élimination permet d'arriver a cette inférence. Vous avez pris le soin de ne pas demander a JBA d'endosser un candidat spécifique mais un examen des candidats sur le terrain permet de voir celui qui aurait reçu son support.

Prèv la nan fraz sa a:

Citation :
Nous devons les enseigner à Aimer Haïti et à accepter que tout le monde soit inclus dans la nouvelle Haïti.

Note ke "Aimer Haiti" an kòmanse an lèt majiskil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16377
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ... Empty
MessageSujet: Re: Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ...   Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ... EmptyJeu 25 Nov 2010 - 8:21

Nèg lan fè yon analiz kritik.Sa pa vle di ke menm si JBA te konpòte l jan nèg lan te rekòmande l lan ,li pa t ap toujou pran koudeta yo.
Koudeta 1991 lan te inevitab.ELLIOT ABRAMS te detèmine pou l te jete ARISTIDE kelkelanswa konsekans lan.
Misye te fè sa lan SALVADOR;omwens konsekans lan ann AYITI se te yon zafè de 5 mil mò;lan SALVADOR se te yon gè sivil ki te koute 75 mil mò.
Si nou al pi lwen ,gen yon koudeta lan GWATEMALA AN 1954 ki te pwovoke yon gè sivil ki te dire 40 an e koute 250 mil mò.

Men tou ;yo te di JUAN PERON gen tout kalite defo ,men jis jounen jodi an ,ann AJANTIN lan majorite ka yo ,ou pa fouti genyen eleksyon san w pa reklame w de li ;se plis ke 35 an apre l mouri
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alex jacques
Star plus
Star plus
alex jacques

Masculin
Nombre de messages : 1090
Localisation : Haiti
Date d'inscription : 23/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Fou de son pays

Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ... Empty
MessageSujet: Re: Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ...   Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ... EmptyVen 26 Nov 2010 - 12:23

Mwen renmen taktik sa-a wi, mesye Lavalasyen yo. Se konsa politik fet, pandan zafe eleksyon an cho, eseye kenbe prezidan Aristid sou senn nan.

Vwala sa mwen ka rele you bon "militans", e mwen felisite tout Lavalasyen ki malgre tou eseye kenbe Aristid nan deba yo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thunder
Super Star
Super Star
Thunder

Masculin
Nombre de messages : 4689
Localisation : Planet Earth (Milky Way Galaxy)
Loisirs : Target Practice, Sports Cars, Konpa...
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le gardien

Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ... Empty
MessageSujet: Re: Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ...   Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ... EmptyVen 26 Nov 2010 - 16:27

Citation :
Men tou ;yo te di JUAN PERON gen tout kalite defo ,men jis jounen jodi an ,ann AJANTIN lan majorite ka yo ,ou pa fouti genyen eleksyon san w pa reklame w de li ;se plis ke 35 an apre l mouri

Sispann konpare 2 moun 2 peyi ki pa menm. Wou pa konstate ke an Ayiti se kontrè sa w ap pale an ki ap fèt? Se distans yo ke kandida kenbe ak sanginè tankou Aristide. Sispann bezwen fè dwèt long wou an pase pou ti Jezi nan po krab. M ap di nou sa ankò: nou pa ka twonpe tout moun pou tout tan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ... Empty
MessageSujet: Re: Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ...   Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ... Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Men sa li lot kote - Lettre ouverte a Jean Bertrand ...
» Haiti-Salaire minimum : Lettre ouverte aux parlementaires sur le secteur des ind
» Lettre ouverte au président René Preval du colonel Himler Rebu
» Lettre ouverte à Obama
» Lettre ouverte du sénateur Latortue au PM Jacques Alexis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: