Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Haiti Election 2010: Media Etranjé Yo Di ke Manigat ak Martelly devan!

Aller en bas 
AuteurMessage
revelation
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3084
Localisation : Washington, DC
Opinion politique : Senior Financial Analyst
Loisirs : walking, jogging, basket, tennis
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'analyste

MessageSujet: Haiti Election 2010: Media Etranjé Yo Di ke Manigat ak Martelly devan!   Lun 6 Déc 2010 - 13:53


Candidats à la présidence haïtiennes Mirlande Manigat (L) et Michel Martelly prendre la parole lors d'une réunion, appelant à la démolition des élections en raison de la fraude-au-Prince, le 28 novembre 2010.
Douze des 18 candidats pour le Président d'Haïti, dont deux de la coutume, a exigé le vote être mis au rebut, accusant le parti au pouvoir de fraudes massives et les élections-gréements. Les candidats, y compris les favoris Manigat et le chanteur pop Martelly, ont publié une déclaration conjointe, dénonçant « un complot entre le gouvernement et le Conseil général provisoire pour diriger les élections au profit du candidat du parti au pouvoir ».AFP PHOTO/Thony BELIZAIRE (Photo credit should read THONY BELIZAIRE/AFP/Getty Images)
THONY BELIZAIRE/AFP/GETTY IMAGES


Unlikely pair seen as Haiti frontrunners

December 06, 2010
Kenneth Kidd
PORT-AU-PRINCE—When Mirlande Manigat arrived at Collège Frère Ladauceur on Nov. 28 to cast her vote in Haiti’s presidential election, no cheering mob was there to greet her. She pulled up in a bulletproof SUV, surrounded by police flourishing automatic weapons and slowly, ever so slowly, made her way to the entrance.

Short, with gold-rimmed glasses and hair tied back, the 70-year-old former first lady had a vague air of Miss Marple about her, which shouldn’t completely surprise, given Manigat’s outsized admiration for all things Agatha Christie.
Une heure plus tôt, à Pétionville, Michel Martelly a de même jeter un bulletin de vote, mais son arrivée dans une école secondaire de trois étages a été tous les pop-étoile pandemonium, avec les mères pousser leurs enfants vers l'avant pour un aperçu du politicien anciennement comme « Sweet Micky, » mauvais garçon chanteur de kompas, version d'Haïti de merengue. Dans ce qui semblait une fois le résultat moins probable d'une campagne présidentielle impliquant des 19 candidats, Conseil électoral d'Haïti est maintenant largement devrait annoncer mardi que Manigat et Martelly aller tête de dirigera un ruissellement est prévue pour le 16 janvier.

Vote et la fuite des résultats partiels de l'élection initiale ont mis Martelly sur le dessus avec autant de 39 % des voix, à environ 31 pour cent pour Manigat. Constitution d'Haïti réclame un ruissellement si personne ne dépasse 50 pour cent. Mais la campagne de l'ancien donner Jude Célestin, ayant concédé plus tôt la défaite probable, a également été mettre mot hors que Célestin recueille élan que le dépouillement du vote continue. « C'est un moment spécial en Haïti maintenant », explique Michelle Bayard Gehy, un agent politique de longue date qui a été assis à cette élection. « Tout le monde attend pour mardi ». Si elle débouche sur comme Manigat versus Martelly, il est difficile d'imaginer des deux candidats moins tant en arrière-plan et de comportement. Where Manigat is affectionately called “Mom” and “Mommy” by her supporters, Martelly’s musical alter-ego often appears on stage in drag, swilling rum and mooning his audience.
Manigat’s taste in music leans instead toward the religious chestnuts of the classical canon, such as Mozart’s Requiem and Handel’s Messiah. In her campaign literature, she admits to knowing little about the music of younger people, although she professes almost grandmotherly affection for Sweet Micky’s music, at least when it’s not filled with too many “bêtises” – foolish or stupid lines.

A lifelong academic and sometime senator, Manigat met her husband, Leslie Manigat, when she was studying at the Sorbonne in the 1960s and he was her history professor. They’ve now been married 39 years, with a daughter and grandchildren living in Togo.
The Manigats’ interests have long revolved around politics. Leslie Manigat, now 80, fled into exile in Paris after Haitian dictator François “Papa Doc” Duvalier had condemned him to death. He returned after the 1986 ouster of Duvalier’s son, Jean-Claude, and was Haiti’s president for almost four months in 1988 before the army overthrew him in a coup. In the 2006 election, he came a distant second to outgoing president René Préval.

Martelly, 49, likes to say that he first thought of entering politics 15 years ago, but until now he’s only been the self-styled prezidan of kompas nation. Music has certainly been good to him, allowing Martelly to move from fairly humble roots in the Carrefour neighbourhood of Port-au-Prince to the prosperous heights of Pétionville.

But wealth didn’t stop Sweet Micky from playing even the smallest towns and villages around Haiti, which has only strengthened his populist appeal. And the charity he and wife Sophia started many years ago has been active in the camps since the Jan. 12 earthquake. Such are Martelly’s grassroots associations that until a series of interviews in Montreal last spring, most Haitians, whose daily language is Creole, had no idea that a now crisply suited Martelly was fluent in French.

For much of the campaign, various polls had put Célestin in a dead heat against Manigat, who has solid support among Haiti’s small middle class. But Martelly’s internal polling put him ahead for the first time two weeks ago after the last presidential debate. His message — that he’s fresh, passionate and unconnected with the failures and abuse of past governments — was getting traction among voters frustrated by the glacial pace of post-earthquake reconstruction.

That lack of government experience gives pause to the likes of Astrid Jacques, a prominent member of the Haitian diaspora in Toronto, but “he knows his people, he really does.

« Le statu quo ne va pas à gagner à ce stade, et c'est parfait, tant qu'il peut faire des choses très basiques pour Haïti, explique Jacques. « Haïtiens ont besoin de vivre dans un logement décent et il y a cette chose appelée « emploi. » Vous devez levez Haïti de la misère. » Comme la plupart des candidats présidentiels, Martelly et Manigat ont tous les deux ont promis à stimuler l'agriculture, de fournir une éducation primaire gratuite et de tendre la main à la diaspora haïtienne.

Cependant, contrairement à Manigat, Martelly a promis de rétablir l'armée haïtienne, dissoute dans les années 1990, ce qui peut sembler une promesse impaire, compte tenue de l'histoire de répression militaire et de coups d'état d'Haïti. Bayard Gehy dit une telle démarche est forcément populaire parmi les électeurs qui se souviennent d'un moment, mais moins chaos que maintenant — et qui renvoyer à l'Organisation des Nations Unies souveraineté d'Haïti presque usurpatrice. « Lorsque l'armée était là, c'était beaucoup plus ordonnée, », explique Gehy Bayard. « Vous pouvaient vivre, vous pouvait travailler. (Maintenant) tout ce qui est négatif.

Sur un point, Manigat et Martelly sont fermement et, pour beaucoup, unisson hypocritement in : que le ruissellement de l'élection devrait aller de l'avant. Cela malgré le fait qu'à peine une semaine il y a deux avaient été sur la même scène avec 10 autres candidats pour dénoncer l'élection initiale comme une « fraude massive » orchestrée par Préval pour installer Célestin.

Maintenant que Manigat ou Martelly ou les deux apparaissent en tête un ruissellement, taux de participation est apte à lourde, mettre une pression supplémentaires sur appareil d'élection déjà fragile d'Haïti. « Vous avez seulement deux choix, » note Bayard Gehy. « Et les enjeux sont élevés aujourd'hui. »

http://www.thestar.com/news/world/haiti/article/902028--unlikely-pair-seen-as-haiti-frontrunners


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Haiti Election 2010: Media Etranjé Yo Di ke Manigat ak Martelly devan!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti Election 2010: Media Etranjé Yo Di ke Manigat ak Martelly devan!
» HAITI ELECTION 2010: Anybody! But not Celestin!! Said the people!
» HAITI ELECTION: Preval Craignant à la Fois la Mort, la Prison et l’Exil....
» Maxine Waters kont eleksyon yo.
» Le Président Préval appelle la population à voter « continuité et stabilité »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: