Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 VODOU AFRIKANIS:La science n'étant pas un outil politique

Aller en bas 
AuteurMessage
Doub-Sossis
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2429
Localisation : Montreal
Loisirs : cockfighting
Date d'inscription : 24/12/2007

MessageSujet: VODOU AFRIKANIS:La science n'étant pas un outil politique    Jeu 13 Jan 2011 - 9:18

Claude Prépetit ne sent pas le changement

Un an après le tremblement de terre qui a mis le pays à genoux, les autorités continuent de faire obstacle à la science. L'ingénieur Claude Prépetit, qui fut le premier à tirer la sonnette d'alarme sur les risques sismiques auxquels le pays fait face, dit constater qu'aucune leçon n'a été tirée de la catastrophe. Les institutions qui travaillent dans le domaine sont toujours traitées en parent pauvre, budget revu à la baisse, aucune mesure de prévention... Bref. Nous sommes en train d'oublier ce qui s'est réellement passé le 12 janvier 2010. Dans une interview accordée à Magik 9, le scientifique a exprimé ses frustrations et ses préoccupations.



Haïti: La science n'étant pas un outil politique pour les gouvernements, elle est traitée en parent pauvre, selon l'Ing. Claude Prépetit. « Ce n'est pas un mandat présidentiel de cinq ans qui va résoudre le problème, a-t-il dit. Il faut des institutions fortes qui travaillent dans le domaine, une campagne d'éducation sur le phénomène. Il ne faut pas tomber dans l'oubli. » Aucun moyen n'a été donné aux instances concernées pour faire de la recherche, a-t-il dénoncé. M. Prépetit a considéré ce comportement des autorités comme une mentalité qui fait impasse sur la science.

« Un an après le tremblement de terre, j'ai l'impression que beaucoup de gens ne comprennent pas encore le phénomène. Malgré que des milliers de personnes aient été tuées, la vie reprend son cours, comme si de rien n'était...On ne devrait pas l'appréhender ainsi. Il faut la mise en place des institutions pour aborder le phénomène, a réclamé M. Prépetit. Avant le 12 janvier, le concept construction parasismique était peu connu. Il a fallu le tremblement de terre pour que ce terme devienne populaire. Mais une construction parasismique ne s'apprend pas à travers des séminaires. Il faut qu'au niveau de l'université il y ait un cursus approprié. Des cours en dynamique des structures et génie parasismique. »

Paradoxalement, le budget des institutions qui travaillent dans le domaine a été revu à la baisse dans la loi de finance 2010-2011, se désole M. Prépetit. Signe que les dirigeants n'ont rien appris de la catastrophe. « Au lieu de prêter plus d'attention aux institutions qui oeuvrent dans le domaine, leur budget a été revu à la baisse », a dénoncé M. Prépetit invité cette semaine à l'émission Panel Magik sur les ondes du 100.9 fm


L'Université doit prendre sa responsabilité

En un an, - Claude Prépetit l'a reconnu - les universités ne pouvaient pas rapidement monter des laboratoires de recherche sur le phénomène. Elles se sont surtout concentrées sur les mesures pouvant aider à la reprise des cours. Cependant, selon l'ingénieur, la catastrophe aurait dû déclencher le réflexe d'installer dans les universités des laboratoires, des centres de géologies... afin d'aborder sérieusement le problème.

« Avant le 12 janvier 2010, le phénomène était peu connu en Haïti. Au niveau des universités, il n'y avait pas de section de géologie, de sismologie ni de laboratoires de recherche qui étudiaient le phénomène. Hormis le Bureau des Mines, il n'y avait pas d'institutions de l'Etat qui travaillaient sur le tremblement de terre », a-t-il fait remarquer tout en soulignant que cet état de fait ne doit pas perdurer indéfiniment.

Au lendemain du 12 janvier, la communauté scientifique était présente dans le pays. Ce n'était pas à cause d'Haïti, cela pouvait être n'importe quel autre pays. « Elle était là pour trouver des éléments capables de faire avancer les observations sismologiques, a avancé Claude Prépetit. Les informations recueillies serviront certainement à leur pays. Une batterie d'appareils a été placée sur toute la presqu'île du Sud dans le but de contrôler le phénomène. »

Ces appareils ont été placés provisoirement en Haïti et la quasi-totalité de ces équipements ont déjà quitté le pays. Cependant, à travers le projet Winner de l'USAID, un financement de 100 000 dollars a été accordé au Bureau des mines, ce qui a permis de faire l'acquisition de sept appareils sismologiques qui sont déjà sur place, selon Claude Prépetit. L'un d'entre eux a été installé ce mardi 11 janvier au Bureau des mines. Les autres seront repartis un peu partout sur le territoire national. Continuer >





Ce geste est donc considéré comme un pas en avant après le 12 janvier. « Mais il faut renforcer les institutions et leur donner des moyens, pour que ce pas soit efficace, a indiqué l'ingénieur Prépetit. Il faut envoyer des jeunes étudier à l'extérieur afin de constituer notre propre pôle d'experts sur le phénomène. »


Il ne faut pas tomber dans l'oubli

Claude Prépetit dit craindre que d'ici deux à trois ans, l'on ne parle pratiquement plus de tremblement de terre en Haïti. « Si nous oublions et banalisons ce qui s'est passé le 12 janvier et continuons à construire de la même façon, le prochain tremblement de terre fera plus que 300 000 morts. Il avoisinera les 500 000 », a-t-il regretté.


« Nous ne devons plus construire de la même façon qu'avant le 12 janvier. Les permis de construction doivent être délivrés de façon responsable. Il faut qu'il y a un suivi dans les chantiers... Il faut qu'il y ait un changement. Un an après, je ne sens pas ce changement », a avancé l'ingénieur.

Des tremblements de terre, il y en aura toujours en Haïti, a-t-il rappelé. La peur ne changera rien. « Ce qui est important, ce sont les dispositions à prendre pour éviter d'être victime à nouveau. Un an après la catastrophe, je comprends que les gens soient toujours traumatisés. Mais il faut sortir de cette peur pour attaquer directement le problème, puisque, les risques existeront toujours. Haïti n'est pas le seul pays dans cette situation. Il faut prendre des dispositions comme le Chili et d'autres pays à risques sismiques », a exhorté Claude Prépetit.


Projet en attente de financement

Un protocole avait été signé après le tremblement de terre entre le Bureau des mines, le Laboratoire national et la France pour l'élaboration d'une cartographie de micro-zonage afin d'identifier toutes les failles du pays et leur évolution. « Un an après, nous sommes toujours à la recherche de financement pour le projet. Pourtant, d'autres projets qui concernent d'autres secteurs ont été pris en compte dans le processus de reconstruction du pays », s'insurge Claude Prépetit.

Avant 2010, Haïti était peut-être le seul pays de la région à ne pas disposer d'un système de réseau de surveillance sismique, alors que La République dominicaine, la Jamaïque, Porto Rico... tous ces pays disposent d'un tel système. Le seul appareil pouvant enregistrer les ondes sismiques qui existât en Haïti était au service des élèves au Lycée Français.

Selon l'ingénieur, des demandes de financement de matériels sismiques auprès des instances internationales sont restées aujourd'hui encore sans réponses. « Après le 12 janvier, très peu de choses ont été réalisées pour faire face à cette réalité sismique. Le Bureau des mines fonctionne encore sous des tentes », a-t-il fait remarquer.


Aucune prévention pour la faille Nord


S'agissant de la faille qui traverse le nord du pays, Claude Prépetit dit constater que rien n'a été fait pour éviter une catastrophe dans cette partie du pays. « Aucune mesure n'a été prise en ce sens », a-t-il dénoncé.Avant 2010, il y avait très peu de connaissance sur l'existence des failles. « On savait qu'il y avait une faille qui traverse les presqu'île du Sud et un autre qui traverse le Nord et c'est tout. Aucune étude n'a été faite pour savoir en dehors de ces failles, quelles autres failles pourraient provoquer un tremblement de terre », a regretté M. Prépetit.

Lorsque le Bureau des mines avait soulevé la possibilité que le pays soit frappé par un séisme de magnitude 7.2 rien n'avait été fait avec le rapport du Bureau, a rappelé língénieur. Pour l'année 2010, environ 20 000 tremblements de terre ont secoué la planète dont 19 ont fait des morts. 98% des personnes tuées dans les secousses sismiques viennent d'Haïti Il n'est pas normal que tous ces gens soient tués..
« C'est à nous de prendre des résolutions pour éviter à l'avenir ce nombre élevé de tués », Claude Prépetit dixit.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

Robenson Geffrard
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16032
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: VODOU AFRIKANIS:La science n'étant pas un outil politique    Jeu 13 Jan 2011 - 10:43

Qu'est ce que cette affaire de VODOU AFRIKANIS vient faire dans le titre de cet article?

Ce que j'avais remarqué c'est que les chrétiens en HAITI attribuaient la dévastation du séisme à une malédiction divine.La science était à mille lieux de leur interprétation des causes du tremblement de terre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doub-Sossis
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2429
Localisation : Montreal
Loisirs : cockfighting
Date d'inscription : 24/12/2007

MessageSujet: Re: VODOU AFRIKANIS:La science n'étant pas un outil politique    Jeu 13 Jan 2011 - 11:18

Joel et Co,

Apa wou sot di li, le na koumanse kwe ak applike la science ebien madichon pichon a koumanse soti sou nou.

Vous etes les createurs de votre propre madichon.

Comme dans vos reflexions obscurantistes " Wou pa bezwen plom pou prezidan". Comme quoi n'importe quel quidam (menm yon bayakou) pourrait s'acquiter convenablement, au 21e siecle , dans ce monde de plus en plus complexe, de prendre les bonnes decisions pour 10 millions de chretiens vivants, alors qu'il n'est pas a meme de gerer convenablement meme une boutique de borlette.

C'est cet obscurantisme qui avait fait dire a un intervenant: "Dans ce cas, il est urgent de fermer toutes les ecoles du pays, car c'est un gaspillage qui consomme 40% des revenus des menages haitiens".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16032
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: VODOU AFRIKANIS:La science n'étant pas un outil politique    Jeu 13 Jan 2011 - 17:37

Doub-Sossis a écrit:
Joel et Co,

Apa wou sot di li, le na koumanse kwe ak applike la science ebien madichon pichon a koumanse soti sou nou.

Vous etes les createurs de votre propre madichon.

Comme dans vos reflexions obscurantistes " Wou pa bezwen plom pou prezidan". Comme quoi n'importe quel quidam (menm yon bayakou) pourrait s'acquiter convenablement, au 21e siecle , dans ce monde de plus en plus complexe, de prendre les bonnes decisions pour 10 millions de chretiens vivants, alors qu'il n'est pas a meme de gerer convenablement meme une boutique de borlette.

C'est cet obscurantisme qui avait fait dire a un intervenant: "Dans ce cas, il est urgent de fermer toutes les ecoles du pays, car c'est un gaspillage qui consomme 40% des revenus des menages haitiens".


Non SOSIS;

Comme toujours ;w ap repete menm rans ;mwen te di ke si eleksyon lib fèt ;pèp lan vote lib e libè san kontrent e li chwazi yon BAYAKOU ;se respekte chwa li.
Ki sa k pa di se bayakou sa a ki pral mete plis lekòl ,plis inivèsite?
Mwen te di tou ;yon nèg tankou LULA ki fè peyi l vin yon grann pwisans e ke petèt gen BAYAKOU ann AYITI ki gen plis edikasyon ke li;PA POSIB ANN AYITI.
Nèg tankou w yo ta tèlman voye monte kont li ,di ke li analfabèt ;menm ofis pou l ranmase chen lan la ri ,li pa t ap ka ekzèse ann AYITI.
Menm yon nèg tankou EVO MORALES pa ta ka janm prezidan AYITI.

Mwen kwè lan lasyans;men tou lè w pwouve m yon kowolasyon ant kantite tan yon moun te pase lekòl ;lan ki jan li konn voye monte e ki sòt de prezidan l ap ye ;m a dakò ak ou.

Epitou ,pa asosye VODOU ak obskirantis;moun lan KIBA ak BREZIL pratike VODOU plis ke AYITI e yo pa de peyi obskirantis;okontrè se peyi kote yo kwè lan lasyans
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: VODOU AFRIKANIS:La science n'étant pas un outil politique    

Revenir en haut Aller en bas
 
VODOU AFRIKANIS:La science n'étant pas un outil politique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti-Vodou; Un chef suprême pour le voudou est élu
» Le statut du vodou et l’histoire de l’anthropologie
» LA METEO POLITIQUE HAITIENNE ET LE JUDEO VODOU !
» Vodou ap tounen yon fòs politik an Ayiti. Ayibobo !!!!!
» PC peu compétant ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Mi-temps :: Tribune libre - Nap pale tèt kale-
Sauter vers: