Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Au temps où nos Chefs d'État ne quémandaient pas.

Aller en bas 
AuteurMessage
Sasaye
Super Star
Super Star
Sasaye

Masculin
Nombre de messages : 8250
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, Pale Ayisien
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

Au temps où nos Chefs d'État ne quémandaient pas. Empty
MessageSujet: Au temps où nos Chefs d'État ne quémandaient pas.   Au temps où nos Chefs d'État ne quémandaient pas. EmptyDim 27 Fév 2011 - 5:58

Au temps où nos Chefs d'État ne quémandaient pas.

« Nostalgie, nostalgie quand tu nous tiens!».

En 1955, la visite au Québec du charismatique Président d'Haïti, Paul E. Magloire, à l'invitation du Premier Ministre Maurice Duplessis, fut un évènement inoubliable pour l'unique province française d'Amérique. Ce fut l'apothéose, de grandioses réceptions, le tapis rouge, la fanfare militaire.etc.
La province de Jacques Cartier en avait mis le paquet.

En ce temps là, nos chefs d'État étaient reçus par leur pair étranger avec tous les honneurs dus à leur rang. Comme des fleurs éparses sur leur route, les adjectifs de convenances, tels : « distingué visiteur», « honorable invité et son épouse », animaient le vocabulaire de l'hôte ou de ses porte-paroles dans leur description du citoyen d'honneur.

Les médias sociaux du pays n'étaient pas en reste. Le temps où nos élus en signe de détresse, tiraient par pitié sur la manche du veston du Président Obama, était loin, très loin encore dans le cosmos. A cette époque, nul n'aurait jamais imaginé une telle incongruité, une telle déconvenue à survenir au 21em siècle. Les caméras focalisaient sur la fierté du Nègre irradiant, du Nègre autosuffisant de la première République noire indépendante du monde ».

Cliquer ici pour écouter et voir l'évènement rapporté par Radio Canada http://archives.radio-canada.ca/politique/international/clips/14439/

Dans sa conférence avec la presse canadienne, Magloire avait mis l'accent sur la différence des commandes commerciales entre Haïti et le Québec. Une lacune ou un déficit qu'il tenait tant à corriger. Fallait s'imposer, puisque le verbe « Quémander » ne figurait pas à son agenda. A noter que le budget d'Haïti à cette époque bénie n'était pas déficitaire.

Reçu à l'Assemblée Nationale de la province, son hôte, le Premier Ministre Duplessis, dans une envolée oratoire mémorable eut à déclarer :
« Haïti est un pays à imiter. Par l'énergie hydraulique, elle a électrifié l'île.
Elle a reçu le monde entier lors de son Exposition Universelle à Port-au-Prince, Place du bicentenaire en rapport à son indépendance obtenue sur les Français en 1804.
Le monde entier y était représenté, etc... ».

Quand je raconte cette anecdote1 à des amis québécois ou même des Haïtiens, ils demeurent ébahis. Je les comprends. Comment leur expliquer l'inexplicable aujourd'hui?

En fait, ce ne fut pas de vains mots.
Le Québec passa de la parole aux actes.
En 1966, leur premier central hydroélectrique, « Manic 1 » entra en service sur la rivière Manicougan. En 1967, ce fut le rendez-vous du monde entier à Montréal pour l'exposition Universelle, «Terre des hommes».



Tout au long de la décennie 60, pendant que Duvalier entraînait Haïti vers la porte de l'enfer, les dirigeants du Québec déposèrent leur pays sur la voie du développement.

Soulignons, qu'à cette époque, Haïti n'avait rien à envier à Québec.
Ce dernier fut l'ultime province à s'être industrialisée dans l'Amérique moderne.
Son essor industriel débuta à partir de son ouverture sur le monde en 1967.
Pour ce faire, le pays de la neige éternelle, suite à un plan quinquennal de développement, alla faire le plein de professeurs principalement chez nous en Haïti et ailleurs dans le monde.

En ce temps maudit, les instruits d'Haïti se sauvaient par toutes les portes, c'était la fuite des cerveaux. Rares sont les Québécois de notre génération qui n'ont pas un heureux souvenir à nous conter à propos d'un certain professeur haïtien qui les avait accompagnés soit au primaire, au secondaire ou à l'université.

D'ailleurs, dans l'ouvrage, « Ces Québécois venus d'Haïti - Contribution de la communauté haïtienne à l'édification d'un Québec moderne », le Premier Ministre actuel, Jean Charest, invité à y déposer sa griffe en guise de préface, a inscrit ceci :

« Il est de ces peuples qui en se donnant la main, se donnent aussi la chance de se réaliser et de faire avancer la société qu'ils habitent ensemble...
Au coeur de ces Québécois venus d'Haïti, se trouvent des femmes et des hommes dont on ne doit oublier ni l'âme, ni les actions ».

C'est un Franc Merci! Le Québec y avait ramassé le jackpot aux fins de son développement.

Revenons à notre sujet en titre. Espérons-nous revivre ces fastes pour un de nos chefs d'État à venir? C'est la grosse interrogation!

A l'époque d'Estimé, de Magloire et de certains de leurs prédécesseurs, Haïti fut la perle des Antilles, aujourd'hui! ... nous connaissons le refrain.
Hier, ces élus étaient des personnages à la hauteur des devoirs de leur charge. Compétents et peu corrompus, Ils travaillaient au bien-être de leurs commettants et imposaient le respect.

Si aujourd'hui, nos enfants se sont trompés d'histoires ou de Chefs d'État en entendant leurs parents remémorés ces années de prédilection, tout en déplorant la gabegie présente, ne leur tenez pas grief, car, nostalgiques, nous avions passé outre la chronologie des évènements au détriment de leur apprentissage.

Vraiment, la fin de cette idylle, avec le départ de Magloire, a recouvert Haïti d'une chape de boue puante à donner la nausée, au point de nous perdre en conjectures sur la beauté du passé sans équivalence pour notre mémoire têtue.

Depuis 1956, jusqu'à nos jours, Haïti vivote dans l'univers impénétrable de la démence psychotique. N'en déplaise à ceux qui tentent de chercher un sens à l'insensé et une explication rationnelle à la déraison.

Devons-nous garder l'espoir en un lendemain, promoteur d'une résurgence?
Tout dépend de nous. La clé de cet hypothétique futur sera entre nos mains jusqu'au 20 mars 2011. Saisissons la chance au vol si nous voulons nous divorcer du réel.

Nous sommes condamnés au succès, car « la grandeur d'un peuple demeure dans sa décision d'être plus fort que sa condition ». (A.Camus).

Pour ce, écarquillons nos yeux, cessons de nous comporter comme des êtres irrationnels qui réclament des réponses rationnelles.
En un mot : Pa pété têt nou!

Par : Max Dorismond mx20005@yahoo.ca


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deza
Super Star
Super Star
deza

Masculin
Nombre de messages : 3886
Localisation : U.S.A
Loisirs : READING FOOOTBALL SOCCER TENNIS M
Date d'inscription : 29/07/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le nouveau citoyen haitien

Au temps où nos Chefs d'État ne quémandaient pas. Empty
MessageSujet: Re: Au temps où nos Chefs d'État ne quémandaient pas.   Au temps où nos Chefs d'État ne quémandaient pas. EmptyDim 27 Fév 2011 - 7:22

]i]Nous sommes condamnés au succès, car « la grandeur d'un peuple demeure dans sa décision d'être plus fort que sa condition ». (A. Camus


Et cela est sans oublier l'accueil grandiose de notre chef d'etat par le Presient Eisenhower et sa femme Mammy Eisenhower a la maison Blanche .Apres les ceremonies d'usage ,le president Paul Eugene Magloire et sa femme Paulette ont recu princierement la famille presidentielle americaine dans un hotel qu'ils avaient loue a cet effet .

Je ne dis que ça dans notre langage propre avec l'espoir que des oreilles attentives apporteront enfin ce message a la conscience réveillée des sièges séquentiels de notre mémoire et de notre volonté de peuple par l'hypocrisie malicieuse de l'impostures ambiante. Mais pour cela ...le règne des congos mercenaires et des mythes historiques de convenances immorales doivent prendre fin .Le ver est dans le fruit.Il faut retirer d'un geste vif le voile du mensonge qui recouvre le visage du moi imposteur en nos seins .Lui-elle,le fourbe.[/i]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Au temps où nos Chefs d'État ne quémandaient pas.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un Temps pour chaque chose:Le Choix Judicieux
» "Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices ! ..."{Frédérick & Milena}
» Arrêter le temps...
» Lit sa si t'a du temps a perdre mon chou =D
» Le sablier du temps...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: