Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Information journalistique ou propagande éléctorale?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kiloutou
Star
Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 367
Localisation : Aquin
Loisirs : travaille
Date d'inscription : 27/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le discret

MessageSujet: Information journalistique ou propagande éléctorale?   Mar 1 Mar 2011 - 8:00

Une marée humaine accueille Mirlande Manigat à Ouanaminthe

La candidate démocrate-chrétienne souhaite désormais incarner la "mère de la nation" et cherche à maintenir la dynamique de la "fièvre du nord-est" lors d’un nouveau déplacement à Martissant

lundi 28 février 2011,


Plusieurs dizaines de milliers de partisans et sympathisants -mais 100.000 selon les organisateurs- ont réservé dimanche un accueil triomphal à Mirlande Hyppolite Manigat à Ouanaminthe (nord-est), ultime étape d’une tournée régionale qui a vu la candidate démocrate-chrétienne visiter diverses communes en se présentant comme la "mère de la nation".

"Le 20 mars, Mirlande sera Présidente. Mais, cette date aura une autre dimension, car, Ouanaminthe aura un autre visage. Tout va changer", a martelé la professeure qui s’adressait à une foule gigantesque et pleine d’enthousiasme.

Interpellant tour à tour les jeunes, les femmes et les hommes, Mme Manigat a, dans le langage pédagogique qui lui est familier, énuméré le problème de l’accès à l’éducation au niveau classique, professionnel et universitaire, de la violence intrafamiliale et du chômage de masse.

"Je suis en colère, révoltée et déterminée à opérer des changements", s’est insurgée la secrétaire générale du Rassemblement des démocrates nationaux progressistes (RDNP) en rappelant qu’avant même le séisme dévastateur de l’an dernier 800.000 en enfants en âge de scolarisation n’allaient pas à l’école.

Elle a aussi pris des engagements fermes relatifs à la relance de la production rizicole dans le nord-est, une région à vocation agricole, et à une meilleure gestion du marché binational favorable jusqu’ici aux seuls voisins dominicains.

Revendiquant sa maternité, Mirlande Manigat, 70 ans, a tenu un discours rassurant sur sa volonté de travailler au bien-être du pays et de ses enfants. Cependant, elle met en avant le respect impératif de la loi et rappelle que toutes les bonnes mamans sont aussi promptes à punir leurs enfants qui se détournent de la voie indiquée.

Le slogan vedette de la campagne de la candidate "Devan Devan Nèt" (rester en tête définitivement) a été par moment supplanté dans la foule par un autre qui se décline sur le mode affectif : Ban m Manman m (je veux ma mère).

Comme dans tous ses meetings, l’hymne national (la Dessalinienne) a été entonné et Mme Manigat a souligné à l’attention de son rival, Michel Martelly, avoir relevé le défi physique qu’il lui posait. Dans une ville de Ouanaminthe totalement paralysée, elle a, en effet, trouvé les ressources nécessaires pour marcher plusieurs kilomètres alors que le chanteur avait ironisé sur sa prétendue incapacité à se déplacer et sa fatigue.

Certaines pancartes invitaient d’ailleurs le concurrent au respect de la "dignité de la femme".

Sur le podium érigé en la circonstance, Me Aviol Fleurant, un allié et natif de la région qui faisait office de maître de cérémonie, a permis au Sénateur Youri Latortue, à son ex-collègue Rudolph Boulos, très populaire dans son département et à la porte-parole d’une organisation locale de femmes de s’exprimer devant un public bon enfant.

Le parlementaire de l’Artibonite a aussi laissé entendre que "Sweet Micky", malmené par l’assistance pour son passé dissolu, pouvait continuer à exercer ses fonctions de "président du compas", mais que celles de Présidente de la république revenaient à sa favorite.

Auparavant, plusieurs milliers de personnes avaient ovationné l’aspirante à la succession de Préval lors de son passage à Fort-Liberté, ville d’origine de la famille de son mari, l’ancien chef d’Etat Leslie Manigat (Fév-Juin 1988).

En route pour Port-au-Prince, la délégation a eu droit lundi à une "manifestation spontanée" de plusieurs centaines de partisans à hauteur des Gonaïves (Artibonite, nord), a indiqué Youri Latortue, représentant de la région au Sénat.

Avant de se rendre mercredi à Montréal où vit une importante communauté haïtienne, Mirlande Manigat, qui vise systématiquement l’électorat populaire des quartiers suburbains pro-Lavalas, est attendue mardi à Martissant (banlieue sud de la capitale).

Très satisfait du déroulement de la campagne, l’un de ses soutiens, Me André Michel, a fait savoir que la visite de la constitutionnaliste devait être précédée lundi soir d’une "veillée populaire" à Pont Breya.

Samedi, des centaines de personnes avaient assisté au Bel-Air (centre de Port-au-Prince) à un rassemblement électoral au cours duquel Mme Manigat avait repris à son compte un discours de gauche axé sur la transformation de la condition sociale des masses populaires.

Le deuxième tour des présidentielles et législatives doit se tenir dans trois semaines exactement, le 20 mars prochain.

4,7 millions d’haïtiens seront appelés à se rendre aux urnes. spp/Radio Kiskeya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.vizyonplusfm.com
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 14942
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Information journalistique ou propagande éléctorale?   Mar 1 Mar 2011 - 11:47

JULIEN;

Sans prendre parti pour l'autre;c'est de la propagande électorale.
RADIO KISKEYA est maitre en la matière .Cette radio l'a prouvée pendant la campagne de déstabilisation du gouvernement d'ARISTIDE.
D'après le reporteur canadien STEPHEN LENDMAN ;ce sont eux qui avaient originé l'affaire de ""bebe lan pilon""
Maintenant ils ne cachent pas leur préférence pour madame MANIGAT donc attendez vous avec plus de ""propagande électorale""
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc-Henry
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5814
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

MessageSujet: Re: Information journalistique ou propagande éléctorale?   Mar 1 Mar 2011 - 12:02

Joel

C'est pourquoi que ForumHaiti exige un débat juste et équilibré entre les deux candidats sans y prendre parti pour un ou pour l'autre .
A remarquer que la grande presse port-au-princienne commence déjà à boycotter la campagne électorale de Martelly . Nous disons non à la propagrande , oui à la transparence et à l'objectivité.

En passant Joel , je suis content de constater que tu ne laisseras pas tomber ForumHaiti. Mille mercis

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti


Dernière édition par Marc-Henry le Mar 1 Mar 2011 - 12:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
Le gros roseau
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 9603
Localisation : Usa
Loisirs : sport ,internet,stock market
Date d'inscription : 21/08/2010

MessageSujet: Re: Information journalistique ou propagande éléctorale?   Mar 1 Mar 2011 - 12:12

la propagande est une arme politique qui est partiquée dans les deux camps.Alors si on veut etre objectif et impartial il faut denoncer ces propagandes partout ou elles sont appliquées pour l'avancement des candidats.On ne peut pas demander aux autres de s'abstenir de faire de la propagande quand on la fait durant toute la campagne electorale.Micky est-il innocent de cette pecadille?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kiloutou
Star
Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 367
Localisation : Aquin
Loisirs : travaille
Date d'inscription : 27/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le discret

MessageSujet: Re: Information journalistique ou propagande éléctorale?   Mar 1 Mar 2011 - 12:25


Radio kiskeya:

Des partisans d’Aristide annoncent une nouvelle campagne, dès samedi, en faveur de son retour

Les représentants des organisations populaires proches de Fanmi Lavalas, qui tiennent encore à leur leader, réaffirment parallèlement leur alliance avec René Préval à quelques heures des élections parlementaires

mercredi 19 avril 2006,


Les radicaux de Fanmi Lavalas (le parti de Jean-Bertrand Aristide) refont surface à la veille du second tour des législatives pour agiter le spectre du retour de leur chef, exilé depuis deux ans en Afrique du Sud.

Des membres de la cellule des organisations populaires Lavalas, dont Jean-Marie Samedi, ont annoncé mercredi une nouvelle campagne de mobilisation à partir de samedi en vue d’obtenir, sans conditions, le retour d’Aristide. Lors d’une conférence de presse au siège de la fondation Aristide à Tabarre (banlieue nord de Port-au-Prince), ils se sont montrés disposés à gagner les rues avec les autres partisans de l’ancien dictateur et ont affirmé leur détermination à ne pas tenir compte de l’avis du Président élu, René Préval, issu de la mouvance Lavalas, mais qui va s’installer une deuxième fois au Palais National (siège de la Présidence) sous les couleurs de la Plate-Forme Lespwa, sa propre coalition politique. Mettant cependant un bémol à leurs intentions, les représentants de la base de Lavalas soutiennent que Jean-Bertrand Aristide doit revenir, mais avec le statut de simple citoyen.

Les porte-parole de cette faction de l’ancien parti présidentiel, ont voulu aussi jouer leur partition dans les ultimes moments de la campagne électorale en appelant les partisans d’Aristide à voter prioritairement les candidats de Fanmi Lavalas et ensuite ceux de Lespwa, là où des représentants de leur parti ne sont pas en course pour des sièges au Sénat et à la Chambre des Députés. Les conférenciers, qui ont revendiqué la victoire de Préval aux présidentielles du 7 février dernier, lui ont apporté leur soutien, mais du bout des lèvres, en vue de la constitution d’une majorité au Parlement.

Ces nouvelles déclarations qui, à la limite, tiennent du jusqu’auboutisme, illustrent bien une volonté de faire revenir dans le débat politique national le sort de l’ancien Président, dont le régime a été mis en déroute en février 2004 par une mobilisation plurielle. Peu enclin à donner des garanties à son prédecesseur et mentor, M. Préval pourrait donc avoir à traîner un boulet aux pieds dès l’entame de son mandat. Chaque fois qu’on sollicite son point de vue sur l’épineuse question du retour, le futur chef de l’Etat se réfère toujours aux articles 41 et 42 de la constitution. Le premier bannit l’exil tandis que le second exige que tout individu faisant l’objet de graves accusations se soumette aux autorités judiciaires compétentes.

Il ne faut pas non plus négliger les appels du pied de l’Afrique du Sud, le pays d’accueil d’Aristide qui n’entend pas le garder pour toujours et fait dépendre la fin de son exil de l’élu du 7 février.

Bref, des paramètres complexes dont la maîtrise exige un exercice d’équilibriste dans un univers politique où trop de contradictions peuvent alimenter une multitude de bombes à retardement. Un monde où alliés et adversaires se confondent, souvent avec de fâcheuses conséquences. spp/RK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.vizyonplusfm.com
Kiloutou
Star
Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 367
Localisation : Aquin
Loisirs : travaille
Date d'inscription : 27/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le discret

MessageSujet: Re: Information journalistique ou propagande éléctorale?   Mar 1 Mar 2011 - 12:26

L’ancien commissaire de police de l’aéroport international de Port-au-Prince et ex-commandant de l’unité spécialisée Swat Team, sous la Présidence de Jean-Bertrand Aristide, Romane Lestin a plaidé coupable mardi devant un tribunal de Miami (Floride) des charges de trafiquant de drogue retenues contre lui. Il a reconnu avoir aidé des narcotrafiquants colombiens à utiliser Haïti comme teritoire de transit pour acheminer des cargaisons de cocaïne aux Etats-Unis.

Romane Lestin, 36 ans, arrêté en juillet 2004 par des agents américains, comparaissait devant le tribunal du district de Miami.

L’agence américaine anti-drogue (DEA) l’accuse d’avoir, à maintes reprises, envoyé des officiers de police chercher des stupéfiants dans des villas appartenant à des dealers de drogue pour les transporter ensuite dans des véhicules de police à l’aéroport international de la capitale.

Mr Lestin pourrait être condamné à dix ans de prison ferme ou même à perpétuité et à payer une amende de quatre millions de dollars. Le tribunal américain doit rendre son verdict le 9 novembre prochain.

Le procureur de la cour a précisé que l’ancien responsable de la Police Nationale d’Haïti (PNH) faisait partie d’un groupe de quatre hauts gradés de l’institution qui expédiaient régulièrement de la cocaïne par les vols Port-au-Prince/Miami de la American Airlines, en dissimulant les stocks de stupéfiants dans des malettes ou des containers de marchandises.

Entre la fin du règne d’Aristide et la période de transition démocratique ouverte à la chute du dictateur le 29 février 2004, plus d’une dizaine d’ex-officiels, de hauts responsables de la policea, de collaborateurs et d’amis personnels de l’ancien Président Lavalas (le parti d’Aristide) ont été arrêtés et extradés vers les Etats-Unis pour trafic de drogue. Parmi eux citons l’ex-Président du Sénat, Fourel Célestin, en attente de jugement, Jean-Nesly Lucien, ancien directeur général de la Police Nationale, condamné le mois dernier à cinq ans de prison ou encore Oriel Jean, l’ancien chef de la sécurité présidentielle, avait plaidé coupable en mai de blanchiment d’argent. L’ancien chef de la brigade de recherche et d’intervention (BRI), Rudy Thérassan, doit purger une peine de quinze ans de réclusion, alors que l’ex-responsable du bureau de lutte contre les stupéfiants (BLTS), Evens Brillant, sera jugé le 12 septembre.

D’autres personnages dont le statut était difficile à déterminer, ont également joué un rôle de premier plan dans la transformation réelle ou supposée d’Haïti en NarcoEtat. Jacques Baudouin Kétan, présenté comme un ancien richissime ami d’Aristide, a été condamné à la lourde peine de 25 ans, par un tribunal fédéral américain, en 2004, après avoir fait des révélations troublantes sur l’ex-Président contesté. Un autre "homme d’affaires" qui n’avait cessé de gagner en puissance, Eliobert Jasmé alias "ED One", arrêté et extradé vers les Etats-Unis en 2003, a été également inculpé de trafic de drogue. Plus récemment, Sergo Edouard, un millionnaire de moins de 40 ans, propriétaire des "banques de borlette" Persévérance, avait été sévèrement condamné en Floride lors de son procès qui suivait, de quelques mois, son arrestation dans un restaurant de Santo Domingo (République Dominicaine). spp/RK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.vizyonplusfm.com
Kiloutou
Star
Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 367
Localisation : Aquin
Loisirs : travaille
Date d'inscription : 27/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le discret

MessageSujet: Re: Information journalistique ou propagande éléctorale?   Mar 1 Mar 2011 - 12:29

René Préval tente de se démarquer de Jean-Bertrand Aristide à la veille des élections

L’ancien Président Lavalas affirme qu’il ne prévoit pas un retour d’exil d’Aristide en cas de victoire aux présidentielles ; Préval insiste sur son indépendance politique, reconnaît l’échec de son premier mandat, mais se défend d’avoir volé ou tué ; le candidat de la Plate-Forme Lespwa souhaite le maintien autant que nécessaire des troupes onusiennes en Haïti

mercredi 18 janvier 2006,


L’ancien Président Lavalas (le parti d’Aristide) René Préval, candidat à un second mandat sous la bannière de la Plate-Forme Lespwa (Espoir), a catégoriquement écarté la possibilité d’un retour d’Aristide en Haïti s’il l’emporte aux prochaines élections, affirme le quotidien chilien El Mercurio dans son édition de mercredi. "Selon Préval, son ancien mentor n’a aucune influence sur sa politique et il a écarté la possibilité de mettre fin à l’exil de l’ex-mandataire qui vit en Afrique du Sud" écrit le prestigieux journal.

D’autre part, dans une interview mardi à l’Associated Press, Préval qui évite soigneusement la presse haïtienne depuis le début de sa campagne électorale, a tenté de calmer les inquiétudes de nombreux secteurs de la population face à l’éventualité d’un retour de son "frère jumeau" en cas d’une victoire de Lespwa aux présidentielles. Il s’est totalement démarqué de l’ancien dictateur au point de contester la perception générale selon laquelle l’exilé de Prétoria (Afrique du Sud) continuerait d’exercer sur lui une grande influence politique. "Je ne veux pas être comparé à Aristide ni à personne d’autre. Je veux qu’on me compare à moi-même" a affirmé M. Préval qui avait dirigé Haïti de 1996 à 2001, dans des conditions proches d’une co-Présidence partagée avec Aristide, alors leader tout-puissant de Lavalas.

Forterment soupçonné par des dirigeants de la société civile et de la classe politique d’être le favori des kidnappeurs et tueurs qui animent les bandes armées de Cité Soleil (nord de Port-au-Prince), le candidat de la Plate-Forme Lespwa a insisté, dans l’entretien accordé au correspondant d’AP, Michael Norton, sur l’indépendance politique qui caractériserait son éventuel futur régime par rapport à son mentor Aristide.

Cependant, il y a quelques semaines, le même homme qui lançait sa campagne dans le Sud-Est, début décembre, déclarait haut et fort que sous son administration "l’exil serait banni, selon les voeux de la constitution" et que par conséquent, "un retour d’Aristide dépenderait de la volonté de l’intéressé lui-même".

Préval qui se dit préoccupé par la violence qui sévit en Haïti, constate que "la peur isole tout le monde". Il soutient d’autre part que "la mission onusienne doit rester en Haïti tant que sa présence sera nécessaire" dans le processus de rétablissement de la sécurité.

Enfin, reconnaissant avoir échoué dans sa promesse de faire du pays "un vaste chantier" et de "restaurer l’autorité de l’Etat" au cours de son premier mandat, l’ancien Président Lavalas conclut sur cette phrase qui risque de soulever de grandes controverses et d’alimenter la polémique politique :"nous n’avons pas volé et nous n’avons pas violé les droits humains".

L’Associated Press relève que René Préval, interviewé à l’occasion de ses 63 ans mardi, n’a jamais été membre de Fanmi Lavalas, le parti de Jean-Bertrand Aristide, fondé en 1996.

Malgré une apparente tentative de ne pas assumer l’héritage politique désastreux laissé par Jean-Bertrand Aristide, en évitant officiellement le label Lavalas, le candidat dont la campagne est portée par une puissante machine de propagande, a du mal à se débarasser de son image d’éternel second et de créature politique façonnée par son prédecesseur et successeur. D’autant qu’il chasse sur les terres d’Aristide en faisant de ses partisans, dont certains à la réputation peu flatteuse, son électorat naturel. spp/RK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.vizyonplusfm.com
Kiloutou
Star
Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 367
Localisation : Aquin
Loisirs : travaille
Date d'inscription : 27/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le discret

MessageSujet: Re: Information journalistique ou propagande éléctorale?   Mar 1 Mar 2011 - 12:35

Haïti parmi les "pays à risques" de la planète en matière de liberté de la presse, malgré l’amélioration de la situation depuis la chute d’Aristide, selon Reporters sans frontières

Notre pays se classe 117e principalement à cause des activités de groupes criminels contre les journalistes et médias indépendants

jeudi 20 octobre 2005,


En dépit d’une nette amélioration de l’environnement politique dans lequel évoluent les médias et travailleurs de la presse du pays depuis la chute de la tyrannie de Jean-Bertrand Aristide, en février 2004, Haïti -à cause de l’activité délirante des bandes armées qui se réclament de l’ancien régime- figure, sur un total de 167 pays comptabilisés, à la 117e place du quatrième classement mondial de la liberté de la presse publié jeudi à Paris par Reporters sans frontières (RSF) et dominé une fois de plus par les pays du nord de l’Europe.

"Le pays demeure à risques pour les journalistes malgré l’amélioration de la situation de la presse depuis la chute d’Aristide en février 2004" indique RSF qui relève, au cours des douze derniers mois, plusieurs cas flagrants de violation de la liberté de la presse sans toutefois en faire porter la responsabilité au gouvernement de transition ayant succédé à l’ancien dictateur. L’ONG internationale de défense de la liberté de la presse souligne que "l’année 2005 a été marquée par l’assassinat, le 14 juillet, du journaliste et poète Jacques Roche du quotidien Le Matin et de la station privée Radio Ibo ; l’exil forcé, le 16 juin, à la suite de menaces de kidnapping, de la consoeur Nancy Roc, présentatrice du magazine politique hebdomadaire Métropolis sur Radio Métropole, une autre station privée de la capitale haïtienne". Reporters sans frontières rappelle aussi "la tentative d’enlèvement du directeur de la même radio, Richard Widmaïer, le 11 juin à Port-au-Prince". Mr Widmaïer qui avait échappé in extremis à des kidnappeurs, en plein jour, est également président de l’Association nationale des médias haïtiens (ANMH).

A l’inverse d’Haïti, le petit Etat caraïbéen de Trinidad et Tobago qui arrive en tête des pays du continent américain, occupe la douzième place. Le Salvador, sorti depuis quelques années des affres de la guerre civile, est crédité d’efforts extraordinaires en faveur du respect de la liberté de la presse et est récompensé par une surprenante 28e position mondiale. La Colombie (128e), le Mexique (135e) et Cuba (161e) arrivent en queue de peloton. L’île communiste dirigée depuis plus de 40 ans par un parti-Etat sous le leadership de Fidel Castro fait partie de la catégorie des pays où "l’information est idéologiquement contrôlée", tout comme la Chine populaire (159e) et la Birmanie (163e). L’Irak (157e) où un nombre record de travailleurs de la presse ont été tués ou enlevés depuis le début de l’invasion américano-britannique, en avril 2003, reste un cas extrêmement préoccupant. Le Turkménistan (165e), l’Erythrée (166e) et la Corée du Nord (167e et bon dernier) constituent ce que RSF qualifie de "trous noirs de l’information", recensés principalement en Asie orientale, en Asie centrale et au Moyen-Orient.

Le haut du classement est dominé par les européens qui occupent les dix premières places grâce à une "réelle et durable liberté de la presse". Les cinq premiers sont presqu’exclusivement scandinaves ; le Danemark terminant en tête devant la Finlande, l’Irlande du Sud, l’Islande et la Norvège.

Certaines grandes démocraties occidentales comme la France (30e) ou encore les Etats-Unis (44e), en recul de 20 places par rapport à l’année dernière, sont mises en accusation dans le monitoring 2005, à cause essentiellement d’interférences du pouvoir politique ou judiciaire dans l’application ou l’interprétation des règlements professionnels portant sur des cas précis d’informations ou d’événements jugés hautement stratégiques.

Le classement mondial de la liberté de la presse est établi à partir d’une évaluation de la situation de la presse région par région, en fonction des réponses obtenues sur cinquante questions posées. 14 organisations partenaires et un réseau de 130 correspondants de RSF se trouvant sur les cinq continents sont interrogés dans le cadre de ce travail, de même que des journalistes, chercheurs, juristes et militants des droits humains.

Il y a tout juste deux ans, Reporters sans frontières avait épinglé parmi les "prédateurs de la liberté de la presse dans le monde" Jean-Bertrand Aristide qui, au fil du temps et sous des dehors trompeurs, avait instauré un régime anti-démocratique qui ne s’embarrassait pas de principes pour commanditer des actions violentes ou d’intimidation contre les médias indépendants, lancer contre des journalistes libres et honnêtes des campagnes de répression sélective ou d’assassinat moral aux conséquences quasi-irréversibles. spp/RK
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.vizyonplusfm.com
Kiloutou
Star
Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 367
Localisation : Aquin
Loisirs : travaille
Date d'inscription : 27/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le discret

MessageSujet: Re: Information journalistique ou propagande éléctorale?   Mar 1 Mar 2011 - 12:43

Le journaliste et poète haïtien Jacques Roche kidnappé et exécuté à Port-au-Prince

Onde de choc dans différents milieux ; un technicien d’une chaîne de télévision libéré par la police peu après son enlèvement

jeudi 14 juillet 2005,


Le journaliste et poète haïtien Jacques Roche, 43 ans, a été lâchement exécuté jeudi à Port-au-Prince, cinq jours après avoir été enlevé dimanche par des bandits armés près de la résidence de sa famille dans le quartier de Nazon (centre de la capitale). Le corps du confrère qui gisait par terre, comme un vulgaire bandit, a été retrouvé troué de balles, dans le quartier populaire de Delmas 4 (nord de la capitale), un des bastions des bandes armées favorables à l’ancien dictateur Jean-Bertrand Aristide a confirmé la Police nationale d’Haïti. La victime était menottée, en short, torse nu, avec les yeux mi-clos et sa reconnaissable barbe poivre et sel. Le cadavre qui portait aussi des traces de coups et de brûlures a été transféré à la mi-journée à la morgue de l’hôpital de l’université d’Etat d’Haïti (HUEH).

Jacques Roche était responsable des pages culturelles du quotidien Le Matin, diseur, critique littéraire et co-présentateur d’une émission sportive sur radio Ibo, une station privée de la capitale haïtienne. Après une première expérience de journaliste culturel à la chaîne privée TELEMAX, il animait depuis quelques mois, une émission radiotélédiffusée de la société civile haïtienne à l’initiative du groupe des 184, une plate-forme d’organisations de la société civile qui avait aux côtés des partis politiques et des étudiants notamment, joué un rôle décisif dans la chute de Jean-Bertrand Aristide, le 29 février 2004. Le jeune écrivain avait mis en circulation, un CD de textes poétiques, en 3 volumes, titré "le vent de liberté" et sur lequel il avait, sans le savoir, prédit sa propre tragédie en évoquant "l’horizon piégé des bidonvilles".

Les meurtriers qui avaient été vus dimanche en train de malmener le confrère qui s’apprêtait à rendre visite à sa famille, avaient exigé la somme de 250.000 dollars en échange de sa libération. Malgré le versement lundi de 10.000 dollars, les terroristes continuaient d’en réclamer 50.000 jusqu’à mercredi après-midi. Lors d’une ultime conversation téléphonique avec les ravisseurs, un responsable du journal Le Matin avait pu entendre distinctement les cris stridents de Jacques alors qu’il faisait l’objet d’une nouvelle séance de torture. La victime avait auparavant demandé à ses proches de liquider tous leurs biens afin de lui sauver la vie.

Cet assassinat est de l’avis général politiquement signé. Selon certaines informations, les preneurs d’otage ne cessaient depuis dimanche de reprocher au journaliste son appartenance au groupe des 184 parce qu’il avait signé un contrat professionnel pour animer l’émission intitulée en créole "Randevou Sosyete Sivil la" (le rendez-vous de la société civile).

Jacques Roche qui avait fait ses études classiques à l’institution Saint-Louis de Gonzague avant d’engager des études universitaires à l’institut national d’administration, de gestion et des hautes études internationales (INAGHEI) avait des liens de parenté avec l’ancien Premier ministre haïtien Rony Smarth (1996-1998). Célibataire enjoué, passionné de sport, il devait célébrer son 44e anniversaire le 21 juillet prochain.

Sa fin brutale a plongé la presse indépendante haïtienne ainsi que les intellectuels, les artistes et la société civile dans la plus grande consternation. A radio Ibo et au Matin, les collaborateurs du disparu étaient inconsolables et l’atmosphère morose. Ce crime abominable a été aussi unanimement condamné par le gouvernement, les représentants de la société civile, des artistes et des hommes politiques. Le chef du cabinet particulier du Président de la République, Me Michel Brunache a qualifié cet acte de "crime politique commis à des fins terroristes", semblable aux scènes d’horeur vécues quotidiennement en Irak. Serge Gilles du parti Fusion des Sociaux-Démocrates, Charles-Henry Baker et Yannick Lahens du groupe des 184, Pierre Espérance du réseau national de défense des droits humains (RNDDH), Maxime Rony de la plate-forme des organisations haïtiennes de défense des droits humains (POHDH) et Renan Hédouville du comité des avocats pour le respect des libertés individuelles (CARLI) ont également condamné le meurtre dans les termes les plus sévères.

Pour sa part, le cinéaste haïtien de renommée internationale Raoul Peck a, dans une déclaration pathétique lue de Jacmel (sud-est) où il participe à un festival de cinéma, attribué l’assassinat du journaliste "aux terroristes Lavalas (le parti d’Aristide)". L’intellectuel et défenseur des droits humains Jean-Claude Bajeux a exprimé son indignation devant "l’horreur et la barbarie des actes criminels". D’autres condamnations ont été enregistrées dans les rédactions de Port-au-Prince dont celles d’une branche de Fanmi Lavalas (le parti de Jean-Bertrand Aristide) et de la mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH).

Un autre otage, Roudy Bourdeau, proche de la station privée radio Galaxie, a été également tué par ses ravisseurs, le soir même de son enlèvement, selon un responsable de la station ayant requis l’anonymat. Bourdeau qui était un employé de la fédération haïtienne de football et proche collaborateur du président de la fédération et co-directeur de radio Galaxie, Yves Jean-Bart, avait été kidnappé le 4 juillet à la Croix-des-missions (banlieue nord de la capitale).

Par ailleurs, un technicien de Télé Haïti, une chaîne privée de la capitale, Jacques Berlince Elysée a été libéré jeudi matin grâce à une intervention policière, peu après son enlèvement dans le quartier à hauts risques de Solino (est de la capitale). Deux des présumés kidnappeurs ont été tués selon le responsable de la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), Michael Lucius qui précise que des raids policiers ont été menés dans d’autres quartiers difficciles de Port-au-Prince, au cours de la même journée de jeudi qui a aussi apporté son lot d’enlèvements.

La presse haïtienne, terrassée par la mort de Jacques Roche, avait été déjà durement éprouvée par l’assassinat le 3 avril 2000, du directeur de radio Haïti, Jean Dominique, en compagnie du gardien de la station, Jean-Claude Louissaint et celui, le 3 décembre 2001, du journaliste Brignol Lindor. Régulièrement menacés et agressés par les partisans de l’ancien régime, les journalistes indépendants avaient déjà pleuré la mort d’Harold Brézault, un graphiste du plus ancien quotidien d’Haïti, Le Nouvelliste, assassiné début février à Port-au-Prince par des jeunes délinquants politiquement motivés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.vizyonplusfm.com
Kiloutou
Star
Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 367
Localisation : Aquin
Loisirs : travaille
Date d'inscription : 27/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le discret

MessageSujet: Re: Information journalistique ou propagande éléctorale?   Mar 1 Mar 2011 - 12:50

http://radiokiskeya.com/spip.php?article1225

http://radiokiskeya.com/spip.php?article802

ttp://radiokiskeya.com/spip.php?article941
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.vizyonplusfm.com
alex jacques
Star plus
Star plus
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1033
Localisation : Haiti
Date d'inscription : 23/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Fou de son pays

MessageSujet: Re: Information journalistique ou propagande éléctorale?   Mar 1 Mar 2011 - 15:07

Je ne vois aucun probleme a ce que la presse decrit les faits qui se passent! Pourquoi en Haiti nous sommes toujours "nan voye woch, kache men?".

Aux etats unis il y a des medias pro republicains, et des medias pro democrates! Rush Limbaugh et Fox News n'hesitent pas de detriper Obama. Arianna Huntington de Huntington post, et msnbc sont de democrates convaincus qui s'en prennent au republicains.

Ou est le probleme alors que Caraibes soumet un article sur la visite de Mirlande dans le Nord? Nous meritons plus que ca, c'est la democratie, tout le monde est libre d'emettre ses opinions aussitot qu'on incite pas a la violence. Je m'en fous que Tele Timoun (c'est bien malheureux qu'on a ferme cette station) defende Aristide, que Radio Caraibes defende Mirlande, que forumhaiti defende Jean Henry Ceant etc...

Ann pou pale, annou kile pale!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 14942
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Information journalistique ou propagande éléctorale?   Mar 1 Mar 2011 - 15:59

C'est ça.
La liberté de la presse est relative en HAITI.La liberté appartient à un seul groupe.Une radio émettrait des opinions pro-LAVALAS à son risque et péril.
Mème les radios qui affichent une cerataine neutralité ,comme RADIO TELEGINEN et RADIO SOLIDARITÉ font de la self-censure.
Sur les évènements de 2004 ,seulement la version GNBiste est donnée à la radio.
C'est extraordinaire qu'avec une telle presse ARISTIDE est resté si populaire.

On ne peut pas condamner KISKEYA parce qu'elle affiche ses préférences mais qu'elle ne se prenne pas pour un modéle ;elle est le modèle de la presse partisane.

Si on veut comparer HAITI aux ETATS UNIS il n'y a que des FOX NEWS et RUSH LIMBAUGH;il n'y a pas de MSNBC et KEITH OLBERMAN
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximo
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3182
Localisation : Haiti
Loisirs : football - Gagè
Date d'inscription : 01/08/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

MessageSujet: Re: Information journalistique ou propagande éléctorale?   Mar 1 Mar 2011 - 18:58

C'est ça.
La liberté de la presse est relative en HAITI.La liberté appartient à un seul groupe.Une radio émettrait des opinions pro-LAVALAS à son risque et péril.

Joel


En effet la liberté de la presse est très relative en Haiti, qui ne se souvient des huits stations de radio sabotées par Aristide en 2003 en une nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Information journalistique ou propagande éléctorale?   Mar 1 Mar 2011 - 19:39

TI JOEL EKRI.
C'est extraordinaire qu'avec une telle presse ARISTIDE est resté si populaire.

LAN KI PAYI MISIE WETE POPILE LA ,YO FE 4 MANIFESTASYON SA KI TE GINYEN PLIS MOUN YO DI A PE PWE 3000 MOUN
LE WAP GADE MICHEL AK MADAM MANIGAT KAP FE CENT MIL ET MINME 200 MIL. DI TI PE OU A GOOD BY CHARLI AYITI PA BEZOIN T VAGABON KON SA ENKO.
SI LI WETE POPILE C LAN TETE PA OU SELMAN LI WETE POPILE LAN REV OU .
PLI JAMAIS DE ANSASEN KANKOU ARISTID
Revenir en haut Aller en bas
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 14942
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Information journalistique ou propagande éléctorale?   Mer 2 Mar 2011 - 10:58

ZOUKE;

OUMENM AK DISASTER pa reponn pòs mwen ;kanpe lwen ;byen ke mwen pa dakò ak THUNDER ak MAXIMO ,yo gade yon minimòm de respè
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
dilibon
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 2205
Localisation : Haiti
Opinion politique : Entrepreneur
Loisirs : Plages
Date d'inscription : 17/05/2009

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Contributeur

MessageSujet: Re: Information journalistique ou propagande éléctorale?   Mer 2 Mar 2011 - 14:31

Joel,

Ou we mwen ap renmen rantre nan zafe w men ou pa ka chwazi nan youn fora piblik kiles ki genyen ou pa genyen dwa reponn ou! Ou ap genyen dwa diktate sa'a pa bo isit menm si ou konpwnan ke foru nan se byen manman w ak papa w. Fok ou ta mande ekzkiz poutet ou te menm pense a youn radotri konsa!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximo
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 3182
Localisation : Haiti
Loisirs : football - Gagè
Date d'inscription : 01/08/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

MessageSujet: Re: Information journalistique ou propagande éléctorale?   Mer 2 Mar 2011 - 15:10

dilibon a écrit:
Joel,

Ou we mwen ap renmen rantre nan zafe w men ou pa ka chwazi nan youn fora piblik kiles ki genyen ou pa genyen dwa reponn ou! Ou ap genyen dwa diktate sa'a pa bo isit menm si ou konpwnan ke foru nan se byen manman w ak papa w. Fok ou ta mande ekzkiz poutet ou te menm pense a youn radotri konsa!

Mwen apiiye demand sa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 14942
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Information journalistique ou propagande éléctorale?   Mer 2 Mar 2011 - 15:24

dilibon a écrit:
Joel,

Ou we mwen ap renmen rantre nan zafe w men ou pa ka chwazi nan youn fora piblik kiles ki genyen ou pa genyen dwa reponn ou! Ou ap genyen dwa diktate sa'a pa bo isit menm si ou konpwnan ke foru nan se byen manman w ak papa w. Fok ou ta mande ekzkiz poutet ou te menm pense a youn radotri konsa!

Ke w rele sa radòt lan mache seradòt ,tankou sa lòt lan konn di an ;se pwoblèm pa w ou.
Mwen konn di sa deja ;sa pa anpeche nou monte lan joure pi rèd ;depi yon moun pa dakò ak nou.

Tankou zòt konn di ,se de sa nou viv ;joure moun sou fowòm lan ;se konsa nou gate diskisyon ;kididonk mwen pa ta ka janm espere pou nou pa reponn yon pòs.
Sa mwen espere sè ke ;MARC ap rann li kont ke se gatè d pati nou ye ;mwen konnen ke nou pa p janm sispann joure ;men tou chak fwa nou fè sa ,se pou MARC pran responsabilite l ;pou l konnen se limenm ki ap kite nou fè sa n ap fè an
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Information journalistique ou propagande éléctorale?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Information journalistique ou propagande éléctorale?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Information journalistique ou propagande éléctorale?
» Serons-nous des exclus de la Société de l'Information ?
» NOTE D’INFORMATION Chef de Mission et Porte-parole pour l’OIF au GABON L
» information sur haiti
» propagande et propagande partisane

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: