Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 ÉMOTIONS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Edpoete
Star
Star


Nombre de messages : 210
Date d'inscription : 24/10/2006

MessageSujet: ÉMOTIONS   Jeu 30 Juin 2011 - 14:44

TEMPS DE CRISE, TEMPS DE SOLIDARITÉ
Il serait mieux que le peuple haïtien cherche lui-même à se situer, à s’orienter dans la voie de sa propre destinée que personne ne peut lui dicter. Je n’ai rien à proposer non plus en ce sens puisque son destin ne dépend d’aucun deus ex machina qui va lui apporter le salut sans qu’il ne déploie ses propres efforts. La seule chose que la sagesse de l’histoire enseigne dans le registre du patrimoine de l’humanité, c’est que « en période de danger ou de crise grave, les hommes de par son instinct de conservation tendent naturellement à se renforcer les liens sociaux fragilisés ou brisés pour se fraterniser dans l’optique d’une meilleure union capable de mieux les protéger ou leur procurer une meilleure emprise sur le cours de leur vie. En temps de crise on n’encourage pas les hostilités propres à creuser davantage le fossé de la division. Lorsque la colonisation menaçait la vie des anciens noirs africains importés d’Afrique pour cultiver le sol de l’Amérique, les gens qui aspiraient à la liberté comme à l’indépendance avaient leur esprit convergé vers l’unité, la fraternité. C’est pourquoi ils choisissaient de se réunir en une grande majorité en assemblée générale à Bois Caïman en août 1791 ou de se réunir à l’Arcahaie le 18 mai 1803 pour célébrer leur union indéfectible qui se révélait plus que nécessaire après le meurtre horrible de Maurepas et la déportation de Toussaint Louverture. C’est pourquoi ils avaient aussi opté pour mater les petites groupes d’insurgés de Charles Belair, Sans Souci, Lamour Dérance, Petit Noël, Larose, qui créaient trop de divisions au sein de l’armée indigène déjà trop fragilisée par la défaite de Toussaint Louverture. Le 11 septembre 2001 qui assistait à la chute du Wold trade center a été un grand et triste jour de malheur pour les New-Yorkais tout comme le peuple américain en entier qui avant restait inébranlable comme imperturbable au danger. Mais ce malheur a été aussi l’occasion qui les portait à expérimenter l’émotion négative de peine, de tristesse teintée de peur à telle enseigne qu’il les portait à mieux se fraterniser, mieux renforcer leurs liens sociaux de solidarité. La vulnérabilité d’un peuple peut être l’occasion qui réveille le sentiment de fraternité, de solidarité, d’affectivité, d’amour. L’indifférence était remplacée par le slogan «I Love New-york». En ce sens si seul le contraire demeure faux, alors plus rien à ajouter. Ces leçons d’histoire suffisent pour tout apprendre et comprendre. Amen, Ayibobo.


PYGMÉE
Ton ami demeure le grand favori
Il a gagné les tournois et les paris
Maintenant au sommet de la gloire
Tu peux célébrer ta grande victoire

Malgré que dans son triste clivage
Avait toujours apporté le carnage
Où les deux guerres mondiales
Témoignent des blessures rivales

Malgré que dans son triste clivage
Avait toujours apporté le carnage
L’œil ne voit encore que le pourboire
Sans retenir aucune leçon d’histoire

Dans la modernité où le cœur sourit
Par la magie de la ruse de l’hypocrisie
Pour demeurer assez valable la poésie
Doit coudre à ses rimes un bol de riz

L’idéal étant d’être toujours un repus
Le poète doit incarner l’éternel trapu
Toujours du gain comme preuve de rébus
Sinon on devient ce rebut réduit en reclus

À l’autre Pour la traiter en valeur égale
La poésie doit être un récital de régal
La valeur sociale de ce que tu penses
Doit être aussi égale à celle de ta panse

Si tu ne peux pas contempler ton nombril
Tu ne seras ni un astre ni une étoile qui brille
Car l’argent, la fortune doit précéder le talent
Ainsi seulement tu figureras parmi les gagnants

On se met toujours dans la peau du renard
Pour te faire bien tomber dans le traquenard
Ainsi on creuse éternellement le fossé de la division
Sans vaccin pour traiter le germe de la destruction

On se laisse rouler, aller librement vers sa propre ruine
Dans la barque qui s’accélère sans limite toute bouline
Assouvir sa faim au caprice du présent quotidien
Voilà un idéal qui ne tient pas compte du lendemain

La fortune accouche de vrais et véritables fêtards
Qui vivent à la seule merci de la chance, du hasard
Hélas! Ils vous prêchent l’apocalypse de leurs ténèbres
Juste pour les accompagner dans leur pompe funèbre

L’égoïste ne veut point avoir la balance déficitaire
Mais creuse le fossé recrutant des bénéficiaires
Parce que de leur fidéisme allié du fiduciaire
Il ne demeurera pas moins le seul actionnaire

Attention aux rires! Attention aux larmes et pleurs!
Le renard canular est souvent porteur de malheurs
Car il veut même par l’agression entrer dans ta bulle
À chaque action comme chaque verbe que tu gesticules

Attention aux âmes dont les pieds explorateurs pressent
Dans la machine allant de pleine accélération hors vitesse
Retenons que L’histoire un petit bébé, un fragile pygmée
Devant la géante Préhistoire vieille de milliards d’années


LARMES DE L’ARME DANS L’ÂME

Je ne peux pas entrer dans le jeu de la concurrence
Dans une machine qui a perdu son frein et sa balance
Qui s’accélère au quotidien toute bouline sans limite
Sans doute pour mieux atteindre l’abime au plus vite

Non! Non L’heure n’a pas encore sonné
Pour me dépouiller de mon humanité
De ma conscience, ma morale, mon histoire
Le patrimoine reste encore dans ma mémoire

À ne vouloir compter que sur la gâchette
Pour assurer éternellement sa sécurité
On ne se comporte pas mieux que la mouette
Dépourvue de tout qui s’appelle humanité

À ne vouloir compter que sur la pochette
Pour assurer éternellement sa sécurité
On ne se comporte pas mieux que la chouette
Ignorant sa leçon d’humanité et de sérénité

Quand l’agression supplante de loin l’affectivité
L’homme compte sur la force pour sa sécurité
Et le crime qui en résulte et fragilise l’humanité
En aucun cas ne favorise ni solidarité ni sérénité

Aussi longtemps que l’humanité est gouvernée par l’Amour
Qui garder sa pleine pérennité dans le temps au fil des jours
La force ne pourra jamais remplacer l’estime de soi
À l’intérieur le vide s’installera avec grand désarroi

Quand le régime que nous érigeons est proche de sa fin
Où les démons commencent par s’agiter de notre sein
Alors nous comprendrons tous l’importance de l’humanité
L’importance de la fraternité, de la solidarité de l’affectivité

Si l’histoire reste un tout petit fragile bébé de pygmée
Devant la géante préhistoire vieille de milliard d’années
Il se révèle trop tôt pour crier victoire de la force d’agression
Rien ne confirme une telle hypothèse au sein de la création


Dans un moment de graves crises
Exigeant recharge de la matière grise
Hélas! Les gens beaucoup obsédé par la fortune
Se laissent diviser par des âmes qui importunent

Quand on voyage dans la machine de la politesse
Qui dépasse la gravitation jusqu’à la bassesse
L’ennemi génie du mal peut voir la faiblesse
Pour appliquer le grand coup fatal qui blesse

Guacanagaric était une âme hospitalière
Qui accueillait Colomb comme un frère
Avec il échangeait même plusieurs cadeaux
Fort la nativité était un présent et non un cachot

Mais la soif de l’or ne portèrent-ils pas les espagnols
À faire couler le sang indien comme l’eau de la rigole
Guacanagaric fut la victime d’un canular vieux frère
Rejeté par les indiens il mourut de chagrin de misère

Lors de l’expédition madichon d’un général Leclerc
La France jouait à la fois la fraternité et la guerre
Pour toucher la fibre émotionnelle d’un Toussaint déterminé
À Saint Domingue ses deux fils furent ainsi débarqués

Pour ramener le cœur de Louverture à la défaillance
Son fils Isaac se ralliait à la cause de la France
Mais pour que la division inflige une profonde blessure
Placide avait choisi de rester fidèle à Toussaint Louverture

Imagine un fils au grand fort de la guerre
Qui va livrer feu sur la tête de son père
Et un père contraint d’engager une bataille
Contre le fruit légitime de ses propres entrailles

Au moment de cette agression outrancière
Ordonnée par Bonaparte dirigée par Leclerc
Le cœur de Toussaint sombrait dans la contradiction
La piété devait rivaliser avec la bravoure en ébullition

Pour Son fils Isaac l’amour était une obligeance
Avec Placide le concert pour l’indépendance
Le cœur de Toussaint sombrait dans la contradiction
La piété devait rivaliser avec la bravoure en ébullition

Gagner la guerre d’une main héroïque et magnanime
Il se rendra coupable du crime de son fils légitime
Perdre la grande guerre décisive pour l’indépendance
Son fils et la postérité rateront la grande délivrance


Cette guerre était tellement pleine de charge d’émotion
Qu’avant même la bataille la défaite était à l’horizon
Autant que devait penser à ses propres enfants légitimes
Autant qu’il devait épousait la cause de l’indépendance

Retenons que la défense est la première du droit
La conscience oblige à reconnaître cette grande loi
Les forces négatives sont nos moyens de défense
Devant être mobilisés au maintien de notre existence

Dangereux de jouer l’amour et la guerre en même temps
Le cœur s’agite quand de son ami il doit faire couler le sang
Il est toujours triste d’être l’auteur du crime
D’un être humain qui est notre fils légitime
30 juin 2011











INDIEN AUTOCHTONE CACIQUE HENRI :

RENONCEZ À NOUS PRENDRE, CAR JAMAIS PLUS NOUS NE SERVIRONS LES BLANCS… Nous avons juré de vivre libres ou de mourir. Allez remercier Dieu, de ce que je vous laisse la vie.

DÉCRET DU 18 AOUT 1789
TOUS LES HOMMES NAISSENT ET DEMEURENT ÉGAUX EN DROIT

DÉCRET DU 4 AVRIL 1792
TOUS LES HOMMES DE COULEURS ET NOIRS LIBRES SONT ADMIS À VOTER DANS LES ASSEMBLÉES PAROISSIALES, ILS ÉTAIENT ÉLIGIBLES À TOUTES LES PLACES

DECRET DU 29 AOUT 1793
PROCLAMATION DE LA LIBERTÉ GÉNÉRALE

ART 3 DE LA CONSTITUTION DE 1801
…LA SERVITUDE EST ABOLIE, QUE TOUS LES HOMMES NAISSENT, VIVENT ET DEMEURENT LIBRES….


TOUSSAINT LOUVERTURE
LA LIBERTÉ SEULE NE SUFFIT PAS, IL FAUT UN HOMME RESPONSABLE POUR EDUQUER LES MASSES, LES PLIER AUX EXIGENCES REVOLUTIONNAIRES.

ANTOINE DUPRÉ
SI UN JOUR SUR TES RIVES
REPARAISSENT NOS TYRANS
QUE LEUR HORDE FUGITIVE
SERVE D’ANGRAIS À NOS CHAMPS

EMPEREUR FAUSTIN SOULOUQUE
À LA FORCE, JE RÉPONDRAI PAR LA FORCE


ÉTAT
1) RENDRE JUSTICE À TOUS INDISTICTEMENT 2) ATTRIBUER LES CHARGES AUX SEULS TALENTS ET MÉRITE SANS TENIR COMPTE DE LA DATE DE NAISSANCE, DU SEXE, DE LA RICHESSE 3) PROTECTION ET SÉCURITÉ À TOUS





PRINCIPE DE RÉVOLUTION
EN PÉRIODE RÉVOLUTIONNAIRE L’ACTION A PRÉSÉANCE SUR LE DROIT, EN PÉRIODE DE PAIX LE DROIT DOIT GUIDER L’ACTION

POTION D’ESPOIR
Mon regard curieux lorsque je le projette
Sur la Mire attractive de ta silhouette
Je décèle sur la motion de ton âme assidue
Que tu incarnes l’effort, le bien et la vertu

Oui! Sur ton visage rayonnant de séduction
Tout autour gravite le cortège de l’admiration
J’ai vu un cœur battant tout rempli d’énergie
À travers tes actions visant l’infini de la vie

La force de ton caractère dit que tout est parfait
Fierté d’une grande âme pleine de nobles souhaits
L’estime de soi qui t’accompagne du soir au matin
Dessine que tu es maitresse de la maison du destin

L’impression rassurante que tu dégages au dehors
Laisse lire ton courage, tes atours et atout sans décor
Prélude d’une belle étoile d’une Avenir sonore
Promesse d’un Devenir sur un Avenue Ténor

Oh, oui! La lumière de ton étoile augure la réussite
Sa chaleur ou splendeur dit que le succès t’habite
Dieu fit l’univers en sept jours et non en un seul instant
Pour boucler le cycle de la réussite, il faut aussi du temps

Même si la vie est faite de chute, de grève et de trêve
Et qu’il faut prendre du recul au moment de la grève
Sache que tu as en toi tout pour réussir ton grand rêve
Dieu te donnera l’espérance pour que bien tout s’achève

Souviens-toi que tous les gens sont devenus héros
Dans leur aventure ont subi beaucoup d’assauts
Mais leur rêve restant allié à leur courage dirige l’opération
De manière telle que la victoire débouche sur leur destination

Mille fois retenu sur le chemin de ton rêve souhaité, désiré
Mille fois reprendre l’effort dans le dessein de ta destinée
Le courage et la patience nous vaporisent de malheurs
Mais souvent leur fruit au printemps apporte du bonheur

mardi, 28 juin 2011
stamouredner@yahoo.ca
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
ÉMOTIONS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» remis de tes émotions ? ? mardi 24 janvier, 16h32
» Des retrouvailles pleines d'émotions {Snow}
» Les mots manquent aux émotions ? Ida
» une photo de faiblesse!!!
» Un voyage sans fin [Privé Cirius // Sujet qui se déplacera]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: