Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Arché Jean
Senior


Masculin
Nombre de messages : 88
Localisation : Boston, Massachusetts
Loisirs : Reading, writing, sports and travel
Date d'inscription : 12/08/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire EmptyLun 11 Juil 2011 - 1:50

Ça fait belle lurette je me suis retiré du forum à cause de certaines obligations personnelles, attendant le moment où j’aurai du temps pour participer aux discussions. Cependant, le devoir patriotique m’oblige à sortir de cette léthargie pour annoncer un danger imminent qui va s’abattre sur notre chère Haïti. C’est un cri d’alarme lancé à mes confrères et consœurs qui voudraient voir une Haïti belle, propre, régénérée. La tendance qui se déroule maintenant dans certains discours politiques populaires, qu’ils soient de gauche ou de droite, montre une lueur à une dictature qui s’avance à petits pas sur la terre de Dessalines, Christophe, Pétion, Capais La Mort, de Jean Jacques Acaau, et tant d’autres.
Montesquieu a écrit dans «L’esprit des Lois », quelque soit l’homme qui détient une parcelle de pouvoir a toujours tendance à en abuser. J’ajoute que le détenteur de tout pouvoir politique voit miroiter sous ses yeux le désir de se comporter en seul roi, seul seigneur afin de faire imposer ses points de vue sans discussion aucune. Je voudrais dire à mes frères et sœurs haïtiens que la dictature est parfois possible par la volonté d’une minorité qui ne veut pas que ses idées, opinions et actions soient contrôlées, critiquées ou évaluées par les gouvernés.
Aujourd’hui la tendance est de demander au président de dissoudre le parlement. Je ne crois pas que ces individus veulent le bien du pays ; ils ne sont pas dans l’intérêt du président Martelly. Je le déclare bien haut que ces paroles ne font que nourrir tout esprit de dictature en gestation. La constitution de 1987 donne nul droit au président de dissoudre le parlement, voir le congédier. En toute démocratie il y a toujours conflit entre les rapports de force. Ces conflits font avancer la démocratie quand les acteurs ont l’unique objectif de voir triompher le droit, la justice et la loi, si les détenteurs des pouvoirs étatiques travaillent uniquement dans l’intérêt collectif, c’est à dire dans l’interet national, dans l’interet de tous. Pendant plusieurs semaines, les américains sont en train d’assister à des négociations, des va-et-vient entre l’exécutif américain en particulier président Obama et le congrès américains. A nul moment de la durée on n’a entendu un citoyen américain déclarer que le président doit dissoudre le parlement, quoique des différends et des écarts très larges les séparent l’un de l’autre. Au contraire, le président invite les Républicains à la négociation en vue de trouver un consensus pour plafonner la dette du pays.
Mes frères et sœurs haïtiens, ne soyez pas naïfs; le développement d’un pays n’est pas ni le fruit du hasard ou d’un miracle tombé du ciel. Il faut un plan de développement national (Un plan de développement national exige une longue étude et planification, pour bientôt des discussions la-dessus). Voulons-nous revivre les tristes moments des Duvalier ou l’époque du père Lebrun, ou les heures tristes du fameux coup d’état de 1991, ou 1es années des chimères du début du 21ème siècle, ou les jours et nuits sans soleil de 2004 à 2006. Si nous voulons réellement avoir un pays où coulent le lait ou le miel de la démocratie et du développement économique et social, il faut commencer par le commencement, savoir aimer Haïti avant nos intérêts mesquins.
En la patrie commune

Arché Jean
Boston Massachusetts
Vendredi 8 Juillet 2011


Dernière édition par Arché Jean le Lun 11 Juil 2011 - 11:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deza
Super Star
Super Star
deza

Masculin
Nombre de messages : 3886
Localisation : U.S.A
Loisirs : READING FOOOTBALL SOCCER TENNIS M
Date d'inscription : 29/07/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le nouveau citoyen haitien

Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Re: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire EmptyLun 11 Juil 2011 - 6:13


CATCH-22!


COMMENT AVOIR UN PLAN DE DEVELOPEMENT NATIONAL AVEC DES IGNORANTS EN CONTROLE DES DESICIONS LEGISLATIVES QUI DOIVENT OUVRIR LE CHEMIN AU PROGRES DU PAYS ? Les legislateurs ne sont pas de vrais legislateurs .Ils ne sont pas a leur place .Il s ne comprennent rien d'une economie moderne et de son administration .Que faire ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9371
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Re: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire EmptyLun 11 Juil 2011 - 8:14

Comme si sweet miky etait a sa place .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximo
Super Star
Super Star
Maximo

Masculin
Nombre de messages : 3182
Localisation : Haiti
Loisirs : football - Gagè
Date d'inscription : 01/08/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Re: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire EmptyLun 11 Juil 2011 - 9:43

La mémoire du peuple.


Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire 34167_136210719740116_100000535669752_276566_5610485_n
Protestations contre l'assassinat politique de Jacques Roche



Pote mak sonje! Se konsa pawol la te toujou ye e se konsa yo te toujou dil, bay kou bliye pote mak sonje. Pajanm bliye ke lè genyen kou ki bay genyen kote ke mak la rete. Lè mwen konstate jan awounsa, vivi dan griyen, san manman sa yo, assassen san pitye lavalas sa yo te totire'w, touye ou, assassinen ou, li kite yon mak nan kè mwen ki pa kapab efase.



Sa ou fè se li ou wè, sa vle di wi genyen yon Bondye nan syèl, Bondye ki toujou klere soley jistis la. Jacques genyen nan assassen sa yo ki deja ale devan Bondye pou jijman, wi nan jistis Bondye voye chachel anvan kat lane a mete pye. Jodia a nan nom ou, nou pa genyen rayisans, nou padone li, nap mande padon devan Bondye pouli e nap lapriyè pou li an atadan ke jistis fwape lot yo.



Jacques: Mwen konnen ke ou sou kote zanj yo, pa bliye peyi a, pa bliye fanmi ou, mande favè Bondye ak zanj yo pou peyi a e pousa kap soufri yo. Tankou yè ou nan kè nou, tankou yè ou nan tèt nou. Nou pa bliye ou, malgre ou pa vrèman bezwen sa, nap lapriye pou ou. Mwen konnen ou pa renmen bagay sa yo, men map dil kanmenm, pou mwen ou son Ewo Nasyonal. Nap goumen pou nou gade si nan youn nan fakilte yo nanmemwa batay demokratik ou yo pou wè si nou kapab kreye yon sal konferans ki pote nom ou Jacques Roche.

Gary
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Goya
Star
Star


Masculin
Nombre de messages : 490
Localisation : Montreal
Loisirs : lecture
Date d'inscription : 20/11/2010

Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Re: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire EmptyLun 11 Juil 2011 - 10:26


Deza,

COMMENT AVOIR UN PLAN DE DÉVELOPPEMENT NATIONAL AVEC DES IGNORANTS (UN IGNORANT) EN CONTRÔLE DES DESICIONS LÉGISLATIVES ( de l'exécutif) QUI DOIVENT (doit) OUVRIR LE CHEMIN AU PROGRÈS DU PAYS ? Les législateurs (le président n'est un vrai président) ne sont pas de vrais législateurs .Ils ne sont pas a leur place (il n'est pas à sa place) . Ils ne comprennent (il ne comprend ) rien d'une économie moderne et de son administration .Que faire ?

Vous voyez, Deza !

En me soumettant à petit exercice, je voulais attirer votre attention sur le fait que la différence que vous cherchez à établir entre Martelly et les législateur n'existe tout simplement pas.

Au contraire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9371
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Re: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire EmptyLun 11 Juil 2011 - 10:31

Goya a écrit:

Deza,

COMMENT AVOIR UN PLAN DE DÉVELOPPEMENT NATIONAL AVEC DES IGNORANTS (UN IGNORANT) EN CONTRÔLE DES DESICIONS LÉGISLATIVES ( de l'exécutif) QUI DOIVENT (doit) OUVRIR LE CHEMIN AU PROGRÈS DU PAYS ? Les législateurs (le président n'est un vrai président) ne sont pas de vrais législateurs .Ils ne sont pas a leur place (il n'est pas à sa place) . Ils ne comprennent (il ne comprend ) rien d'une économie moderne et de son administration .Que faire ?

Vous voyez, Deza !

En me soumettant à petit exercice, je voulais attirer votre attention sur le fait que la différence que vous cherchez à établir entre Martelly et les législateur n'existe tout simplement pas.

Au contraire...

Si je vous ai bien compris cher Goya, nou mele vre .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximo
Super Star
Super Star
Maximo

Masculin
Nombre de messages : 3182
Localisation : Haiti
Loisirs : football - Gagè
Date d'inscription : 01/08/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Re: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire EmptyLun 11 Juil 2011 - 10:57

Marc a écrit:
Goya a écrit:

Deza,

COMMENT AVOIR UN PLAN DE DÉVELOPPEMENT NATIONAL AVEC DES IGNORANTS (UN IGNORANT) EN CONTRÔLE DES DESICIONS LÉGISLATIVES ( de l'exécutif) QUI DOIVENT (doit) OUVRIR LE CHEMIN AU PROGRÈS DU PAYS ? Les législateurs (le président n'est un vrai président) ne sont pas de vrais législateurs .Ils ne sont pas a leur place (il n'est pas à sa place) . Ils ne comprennent (il ne comprend ) rien d'une économie moderne et de son administration .Que faire ?

Vous voyez, Deza !

En me soumettant à petit exercice, je voulais attirer votre attention sur le fait que la différence que vous cherchez à établir entre Martelly et les législateur n'existe tout simplement pas.

Au contraire...

Si je vous ai bien compris cher Goya, nou mele vre .


Se pa jodi yan nou mele, e mwen pa ko wè ki jan nou pwal demele.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Re: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire EmptyLun 11 Juil 2011 - 11:41

NOU TELMAN PE MARTELLI NOU PA VLE BALI CHANS POU FORME YUN GOUVENEMAN SA TAP LED ANPIL POU MARTELLI YUN NEG SOT KONSA TA REYISI .
LI BA NOU YUN TI ZANJ SAN PECHE NOU REFIZE LI LI BA NOU YUN MOUN DE PRINSIP KI PA LAN MACHANDAJ AVEK ANSASEN DEALER DRUG NOU WELE SA NOU VLE LA GE E BYEN NOU PA BEZWEN PE NON NAP JWEN LA GE A WI SI NOU WE JAN PEP LA AP CHOFE LA C DAN YO YAP MANJE LA...
Revenir en haut Aller en bas
Maximo
Super Star
Super Star
Maximo

Masculin
Nombre de messages : 3182
Localisation : Haiti
Loisirs : football - Gagè
Date d'inscription : 01/08/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Re: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire EmptyLun 11 Juil 2011 - 11:56


La mémoire de l’homme subit des défaillances auxquelles le CPU d’un ordinateur n’est pas exposé.

DEVOIR DE MEMOIRE:


17 Décembre 2001 lavalass incendiait les locaux des partis politiques - 17 Décembre 2008: Lavalas utilisait toujours la violence - Ou sont-ils en 2010?

LOCAL DU KONAKOM INCENDIE PAR LAVALAS LE 17 DEC 2001
17 Décembre 2008 le mouvement lavalass reste un mouvement antidémocratique et violent.

Le 16 Décembre 2001 lavalass avait distribué des armes, de l'argent dans le cadre de la préparation et de l'exécution d'un faux coup d'etat prévu le 17 Décembre 2001. La machination, le faux coup d'etat du 17 Décembre 2001, avait pour objectif de faciliter l'élimination des membres de l'opposition démocratiques, des membres de la presse indépendante et des membres de la société civile.

Suivant les instructions passées par Jean Bertrand Aristide, la veille les militants du mouvement lavalass le 17 Décembre 2001 incendiaient
a. les locaux des partis politiques
b. les résidences des leaders politiques Victor Benoit, Luc Mezadieu et Gérard Pierre Charles.


Ils ont le meme jour tente d'incendier plusieurs stations de radios de la capitale et le quartier général d'une centrale syndicale.

Des journalistes indépendants étaient aussi ciblés par les militants lavalass ce jour-là. Ils ont aussi incendie le CRESFED un des rares centre de recherche de la république d'Haiti.

Ils ont détruit des documents et livres historiques à travers cet acte barbare.


Sept ans plus tard, le mouvement lavalass au lieu de condamner et de prendre des distances par rapport à la violence a plutôt initie ces membres dans le crime organisé, devenant ainsi encore plus violent qu'avant.

Ce mouvement est devenu un nid de bandits, de kidnappeurs et de trafiquants de drogue.

Le mouvement lavalass de plus en plus s'affiche comme un obstacle à la construction d'une société démocratique en Haiti.

Le 16 Décembre 2008 ils ont prouvé que la violence est l'outil de choix de leurs membres.

Pour vérifier cliquez ici: http://radiokiskeya.com/spip.php?article5520

Pour ceux qui ont oublié les horreurs du mouvement lavalass le 17 Décembre 2001, je reproduis pour vous extrait d'un rapport de l'époque

EXTRAIT DU RAPPORT
LES FAITS : L'attaque contre la Presse, les partis politiques, leurs dirigeants et les centres culturels
A partir des différentes déclarations des représentants de la Présidence, des groupes armes de partisans de Lafanmi Lavalas s'organisent à Port-au-Prince et dans les villes de provinces, attaquent, pillent et incendient les locaux des partis politiques, les résidences de certains de leurs dirigeants.

Des stations de radio sont investies et menacées de destruction, des journalistes sont violemment pris à partie et certains n'échappent au pire que de justesse.

Plusieurs personnes périssent victimes de ces actes de violence au cours de la journée.

En Province

Cap-Haitien

- Le mobilier de la résidence du Pasteur Milton Chery, membre de la coordination de l'OPL dans le Nord, ex-candidat au Senat, est jeté dans la rue et brule

Eluscat Charles, porte-parole OPL dans le Nord a vu sa résidence pillée et incendiée ainsi que la maison voisine.

- La maison des frères Tanis, de la Convergence et celle de Jacques Etienne, critique connu de Lafanmi Lavalas, ont également été mises à sac.
- Un certain Celius, proche des FADH a failli etre lynché, n'était-ce l'intervention de quelques passants et des affrontements ont eu lieu lorsque les manifestants lavalassiens ont tenté de s'attaquer à Gregory Joseph de la Convergence
- Le siège central de l'OPL dans le Nord est saccage.

- Les assaillants ont tenté de mettre le feu à Radio Maxima mais ont dû renoncer devant la réaction des riverains qui se sont portés à la défense de la station.

Cayes

- La caisse de l'entreprise de construction que dirige Gabriel Fortune, ex-député, porte-parole départemental de la Convergence, est pillée et 2 camions bascules incendies.

- La résidence de Jean Robert Jeune, membre du comité de coordination départemental de l'OPL est partiellement saccagé.

- La maison de Wilfred Jean-Baptiste, membre du comité de coordination départemental de l'OPL est endommagé et pillée.

- La résidence de Kessel Cilius, membre de la Convergence est pillée.

- La résidence de Pierre Richard, membre de la Convergence est pillée.

Gonaïves

- La résidence du Pasteur Luc Mesadieu, président du Mochrena et membre du directoire de la Convergence démocratique est incendiée; 3 voitures sont brulées; 2 personnes proches du pasteur sont tuées puis brulées.

- La résidence du Pasteur Sylvio Dieudonné, vice-président de Mochrena est incendiée ainsi qu'une maison voisine.

Une Eglise et une école dirigées par le Pasteur sont également incendiées.

- Le mobilier de la résidence d’Anoues Difficile, membre de la Convergence démocratique, est incendie.

- Le correspondant de Radio Métropole dans l'Artibonite, Duc Jonathan Joseph est porté disparu.

Grande Rivière du Nord

- Le local de l'OPL est attaque et saccage.

Jacmel

- La residence du porte-parole de la Convergence Democratique dans le Sud-Est, Milot Gousse, a ete attaquee avec jets de pierres.

Jeremie

Lensky Cassamajor, representant de l'OPL est sequestre, malmene et sauve de justesse du lynchage.

- Local de la CATH (Centrale des travailleurs Haitiens) incendie; beaucoup de membres de la Convergence ont du prendre la fuite.

N.B - Participation de deux vehicules de l'Etat (Education Nationale et Finances).

Petit-Goave

La maison de Jean Jasmin, enseignant, membre de la coordination locale de l'OPL, est incendiee, ainsi que celle de Deus Jean-Francois, MDN, ex-depute, membre de la Convergence, responsable communal.

Des affrontements ont eu lieu entre les groupes lavalassiens et les partisans de la Convergence.

Au cours de la journee plus de 15 maisons ont ete incendiees et 5 mises a sac. Les premiers rapports indiquent que: Yvon Jean, Rene Jean-Michel, Eligene Desrosiers, Jean Wilio Maneus, Dieusibon Jean, Yves Rigaud, Denise Osias, Ines Coicou, Genise Jean, Direus Antoine, Prosper Jeanty, Montigene Sincere, Serge Bouzile, Wilbert Pierre, auraient ainsi, entierement ou en partie, perdu leur residence.

Thiotte

Gabriel Davidson, membre dirigeant de l'OPL et une quinzaine de militants ont du se mettre a couvert.


A la capitale, Port-au-Prince

La Presse

Au cours de la journee des journalistes, reporters, stations de radio sont l'objet de menaces, d'actes de violence qui obligent plusieurs representants de la Presse a se mettre a couvert, certains, dans des ambassades.

D'apres Reporters Sans Frontieres: «Le caractere systematique des agressions demontre que les manifestants avaient recu des instructions pour s'en prendre a la presse».

Thony Belizaire, photographe de l'Agence France Presse, Patrick Moussignac, Guerin Alexandre, Jean-Elie Moleus, respectivement directeur et reporters de Radio Caraibes et Guyler Delva, president de l'Association des Journalistes Haitiens, ainsi que des reporters de Telemax, ont ete pris violemment a partie par des manifestants proches de Fanmi Lavalas armes de revolvers, de machettes, de batons.

Ils ont obliges les journalistes a quitter les lieux sous la menace.

«Nous vous aurions abattu si vous etiez de Radio Caraibe» ont declare des partisans du pouvoir a Maxo Exil, de l'agence Haiti Press Network, qu'ils menacaient d'une arme

La
Roger Damas, de Radio Ibo, a ete force de remettre sa carte de presse et son cellulaire aux manifestants qui assimilaient Radio Ibo a l'opposition.

Des journalistes de Radio Vision 2000 dont Phares Duverne, Robert Philome et Yves Clausel Alexis, alors qu'ils couvraient les evenements se deroulant au Palais National, ont ete contraints de crier "Vive Aristide, Vive Lavalas" par des membres d'organisations populaires proches du pouvoir.

Selon Arins Bellevue, directeur de Radio Galaxie, leur confrere, Abel Descolines a du se mettre a couvert apres avoir recu des menaces et avoir ete informe que son nom et celui d'autres representants de la presse se trouvaient sur une liste de journalistes a abattre.

Un journaliste du RECAP, Gaston Janvier s'est trouve dans la meme situation.

Des reporters de Radio Metropole ont ete agresses et mis en joue par des partisans du pouvoir qui se trouvaient a bord de vehicules appartenant a des entreprises de l'Etat.

Les vitres de l'autobus de Radio Caraibes ont ete brisees par des manifestants pro-Lavalas.

Plusieurs stations ont recu des menaces de mort et ont cesse d'emettre ce jour-la: RadioQuisqueya, Radio Metropole, Radio Vision 2000, Radio Signal FM, et Radio Caraibes.

Cette derniere devait suspendre pendant plusieurs jours ses emissions.

Le professeur-historien, animateur de programmes de radio, Michel Soukar, a ete l'objet de menaces repetees.

Les sieges des partis politiques

- Le siege national de l'OPL (Organisation du Peuple en lutte), originellement Organisation Politique Lavalas) fondee en 1991, Quartier-General de la Convergence, a ete pille et incendie.

Le mur et la barriere de l'entree ont ete renverses par un bulldozer du CNE. Les equipes d'assaillants ont ete aussi vehicules par la CNE. L'OPL est membre de l'Internationale socialiste, Coordinateur; Gerard Pierre Charles.

NB. Une maison attenante a ete aussi pillee et incendiee.

- Le Local du Konakom, (Comite National du Congres des Mouvements Democratiques) membre de la Convergence et de l'Internationale Socialiste --Coordonnateur Victor Benoit-- a ete pille et incendie.

- Le local de la KID (Confederation Unite Democratique), membre de la Convergence, coordonnateur :Evans Paul (Konpe Plim) mis a sac et incendie.

NB. C'est la 3e fois que le local de la KID a ete devaste : en 1991 (deux mois avant le coup d'etat), et en avril 2000.
- Le local de l'ALAH (Alliance pour la Liberation et l'Avancement d'Haiti) membre de la Convergence qui est aussi le cabinet d'etudes de Me Reynold Georges, son coordonateur, a ete incendie.

Les maisons familiales des dirigeants de la Convergence

La residence du professeur Victor Benoit situee a Bon Repos, dans la banlieue nord de Port-au-Prince, a ete pillee et incendiee (voir details dans le temoignage plus loin).

- La residence du professeur Gerard Pierre Charles, situee au Morne Hercule a Petion-Ville a ete pillee.

La salle de la bibliotheque a ete incendiee avec un cocktail Molotov.

La maison a ete assiegee en fin de matinee par des membres de la CIMO (Corps d'intervention et de maintient de l'ordre) et par des civils armes transportes en vehicules de la CNE (Compagnie nationale d'equipements - entreprise publique).

Dans les deux cas des officiels ont ete reconnus, des vehicules ont ete identifies (voir temoignage plus bas).


Centres culturels

- Le CRESFED, Centre de formation, de recherche et de documentation, membre de la Plateforme des Droits Humains, dirige par Suzy Castor, professeur universitaire, historienne de formation, fonde en 1986, a ete attaque, incendie et pille (voir temoignage plus loin).

- La villa appartenant a l'Etat francais et abritant les locaux administratifs de l'Institut Francais d'Haiti, voisin du local de Konakom, a ete pille.


LES TEMOIGNAGES

Declaration pour la presse de Jessie Benoit,
le mercredi 19 decembre 2001

Moi, Jessie Ewald Benoit, epouse de Victor Benoit, coordonnateur du KONAKOM et dirigeant de la Convergence Democratique, certifie et atteste que :
1. Le lundi 17 decembre 2001, a 12 :00 AM (midi), un commando de mercenaires agissant au nom de Lavalas a debarque en notre residence situee a Lilavois.

Quatre (4) vehicules charges d'hommes lourdement armés:
- une Toyota Four Runner de couleur noire sans plaque d'immatriculation;
- une Nissan Patrole blanche officielle, immatriculee au No 0824;
- une Toyota double cabine sans plaque;
- une Toyota RAV4 de couleur marron
Ce commando avait pour mission d'assassiner en plus de Victor Benoit, tout etre vivant (humains et animaux) se trouvant sur les lieux.

Nous etions tous presents, Victor Benoit et moi, ainsi que trois (3) parents adultes et quatre (4) adolescents quand ils ont debarque.

Apres avoir seme la panique chez nos proches voisins, nos assassins ont investi la cour de la maison.

Ils ont incendie la maison piece par piece en mettant particulierement l'accent sur les espaces fermes.

Nous avons eu la vie sauve grace a la chaine de solidarite qui a ete organisee spontanement par les habitants de Lilavois.

2.- J'accuse la Police Nationale d'Haiti et particulierement le Commissariat de Bon Repos, pour NON ASSISTANCE A PERSONNE EN DANGER.

J'accuse Lavalas de tentative d'assassinat sur ma personne et celle de mon mari Victor Benoit et les membres de notre famille qui etaient dans la maison avec nous.
3.- Je dis a l'ensemble de la population haitienne : Hier c'etait la Presse avec Jean Dominique, Brignol Lindor.

Aujourd'hui c'est la Convergence Democratique avec Victor Benoit, Gerard Pierre Charles et d'autres dirigeants et membres de la Convergence; Demain ce sera l'ensemble des secteurs de la societe haitienne qui luttent pour une societe libre et democratique.

En avant tous, n'ayons pas peur, serrons-nous les coudes pour ce grand faisceau qui doit barrer la routea la dictature.

TET ANSANM TET ANPLAS NAP CHANJE SA
Jessie Ewald Benoit

Temoignage de Suzy Castor : la residence de Suzy Castor et de Gerard Pierre-Charles mise a sac

Le lundi 17 decembre, Suzy Castor ecoutait les nouvelles du matin dans la residence ou elle vit avec sa famille, a Petion-Ville, au Morne Hercule, lorsqu'elle recut l'appel d'un ami insistant pour qu'elle quitte immediatement sa demeure.

Il venait d'apprendre qu'un groupe arme, se dirigeait vers la maison probablement pour l'incendier.

Sans rien emporter, Suzy Castor s'enfuit avec ses trois petits-enfants pour se refugier chez des amis.
Il est 9.30 AM. Une demi-heure plus tard, le groupe d'assaillants, evalue a une centaine de personnes, arrivait dans la rue Charlemagne Peralte, qu'il arpenta de haut en bas avant de pouvoir identifier la maison.

Cette troupe, parmi laquelle on ne pouvait ne pas remarquer des enfants et des adolescents, etait armee de fusils, revolvers, machettes, piques.

Ils se sont masses devant la maison et se sont mis a envoyer des pierrres.

Quelques policiers arrivent alors, au nombre de 5 ou 6, se placent en retrait des assaillants et assistent sans intervenir aux tentatives de destruction du mur d'enceinte.

C'est a ce moment que les hommes de securite, a l'interieur, tirent en l'air pour disperser le groupe.

Alors, les attaquants demandent du renfort: les appels sur radio ont ete entendus par plusieurs temoins.

Tres rapidement, 2 camions de la CNE et autres pick-ups de la police, dont un marque "Cite-Soleil", arrivent et debarquent des hommes en civil, armes certains, de fusils-mitrailleurs.

Les habitants de la maison, dont la fille de Suzy Castor, abandonnent les lieux, en passant par-dessus le mur arriere du jardin.

C'est a ce moment qu'arrive une equipe de CIMO.
Les assaillants essaient de forcer la barriere.

Ayant reussi a penetrer dans la cour, ils mettent le feu aux deux vehicules qui s'y trouvent en criant : «yo pa gen jan pou yo soti, nap pran yo, nap rache yo youn pa youn».

Constatant que personne ne sortait, ils entrent chez les voisins a la recherche des occupants en fuite.

Utilisant un cocktail Molotov, ils incendient une des pieces principales.

Selon plusieurs temoignages, au cours des evenements, le senateur Prince Sonson Pierre, le magistrat de Petion-Ville, Sully Guerrier et le depute Felito Doran etaient presents et observaient le deroulement de l'operation.

Tout ceci se passe sans que, ni les policiers, ni les agents du CIMO n'interviennent pour controler ou retenir les assaillants afin d'empecher le pire.
Suite a plusieurs appels d'amis et autres citoyens alarmes, les pompiers arrivent.,une premiere fois sans eau. Finalement ils reussissent a controler l'incendie.

Aussitot apres, vers 4.30 PM, la maison est livree au pillage.

Tout a ete emporte ou detruit.

Des spectateurs qui ont essaye de protester ou de s'interposer ont ete malmenes et frappes.

Plusieurs temoins ont vu les pillards monter dans les vehicules de la Police avec leur butin.

Cependant, aux personnes venues s'enquerir, le Commissariat de Petion-Ville, a declare ignorer cela.
NB.- Ce lundi 17 decembre, le professeur Gerard Pierre Charles etait a Miami ou il assistait a un seminaire sur les partis politiques, organise par l'OEA.
Temoignage de Suzy Castor : La destruction du CRESFED

Le lundi 17 decembre, vers 1h PM, un groupe d'individus, la plupart tres jeunes, presque des enfants, armes de fusils, se dirige vers le local du CRESFED, 10, rue Jean-Baptiste, au Canape-Vert.

De toute evidence, ils ne connaissent pas l'adresse, car ils passent devant le local sans le reconnaitre et questionnent les habitants du quartier afin d'identifier la maison.

L'unique gardien s'etant mis a couvert, a l'approche de la troupe, celle-ci penetre sans difficulte dans la cour principale.

Deux camions de police accompagnaient le groupe et assistent au pillage et a l'incendie.

On a egalement remarque la presence du delegue de Ville pour le Canape-Vert, Anales Obas. La mise a sac est totale.

Le feu est mis piece par piece.

Ce qui ne peut etre emporte est detruit, incendie.

Par exemple, tout l'equipement d'imprimerie et des emetteurs devant servir pour une radio educative.

Les W.C. ont ete remplis avec des exemplaires de la Constitution, et un grand nombre d'ouvrages a ete systematiquement brule.

L'immeuble lui-meme est vandalise: ceramiques, portes, fenetres, climatiseurs, fers forges.

Le chien de garde du CRESFED a ete, selon les temoignages, arrose d'essence et brule vif.
Dans la journee du mardi, on trouvait deja en vente sur les trottoirs de la Capitale des exemplaires epars des collections specialisees du CRESFED.

Il faut noter que des archives precieuses sur l'histoire politique et syndicale du pays ont ete detruites, ainsi que des collections de periodiques clandestins sous Duvalier .

C'est une partie de la memoire du peuple haitien qui a ainsi disparu.

Un temoin sur le Champ-de-Mars

Tres tot a l'aube, j'ai entendu parler d'un coup d'Etat.

J'ai voulu aller voir de mes propres yeux ce qui se passait.

Je me suis rendu sur le Champ-de-Mars avec un ami vers 5:30am.

Arrive sur la place, pres du Mupanha, j'ai vu un pick-up de la police (marque Toyota), dans lequel deux policiers baignaient dans leur sang, apparemment morts.

Il y avait peut-etre un millier de personnes.

Ce n'etait pas la grande foule d'avant.

Des "chefs", habilles en "KK Jako", avec de lourdes armes, circulaient dans l'enceinte du Palais.

Nous sommes arrives du cote du Palais de Justice, a l'entree principale.

Il n'y avait pas de traces d'effraction sur la barriere.

J'ai vu, stationnee, une Chevrolet blanche immatriculee «Service de l'Etat».

Des hommes habilles en noir, avec cagoules, distribuaient des armes : Gallil, G3, M16, UZI, Vers 6:30am, la distribution d'ames etait terminee.

Autour de moi les gens parlaient de "Dominicains" qui se trouveraient a l'interieur du Palais.

Un policier de "Swat" s'est approche des grilles pour dire que la situation etait sous controle, qu'il y avait un tue et deux personnes capturees.

Vers 7:30am des voitures officielles sont arrivees, avec des gens armes de revolvers et fusils.

Un tracteur tentait d'enfoncer la barriere de droite du Palais.

Des vehicules, portant des inscriptions "Cite-Solel 1, 2, 3, Delmas, arrivent et executent des patrouilles autour du Palais.

Un peu plus tard des journalistes sont entres dans l'enceinte du Palais.

Ils ont dit avoir vu un mort. On leur a dit que les assaillants sont en fuite et que des policiers "specialises" sont partis a leur recherche du cote du Morne-a-Cabrit.

Aux environs de 10:00am, il y eut des tirs nourris du cote du palais.

Il est bruit que quelqu'un aurait tire sur la foule.

On voit un homme courir et une foule qui le poursuit.

Quelques instants plus tard, j'ai vu quelqu'un brandir un avant-bras…J'ai apercu le depute Ernest Vilsaint avec des manifestants..

Il s'est rendu au palais avec quelques "chimeres".

Autour de moi, des groupes discutent d'aller incendier les locaux des partis de l'opposition.

Parlant de la Convergence : "Pa ka gen de pale" (Il ne saurait y avoir deux palais).

Certains s'opposent a ce qu'on touche a l'ecole de Gerard Gourgues : «Se sel si nou ta jwenn ak Jera Goug" (Si on pouvait attraper Gerard Gourgues lui-meme….)
Je dois dire que j'etais choque de voir distribuer des armes a des jeunes, presque des en-fants ayant l'apparence de chimeres; sales, negliges, en «bout de shorts», sandales, ban-deaux autour de la tete. Certains avaient des cagoules avec des trous pour les yeux et la bouche.

Des vehicules Teleco et "Services de l'Etat" etaient conduits par des chauffeurs portant les memes cagoules.

Jusqua 5:00pm on pouvait les voir circuler en ville.

J'ai vu le senateur Toussaint qui etait dans la foule donnant des ordres.

Il etait a cote de Ronald Kadav.

Celui-ci est parti.

Plus tard, il y eut une rumeur selon laquelle son vehicule serait tombe en panne a la hauteur du Morne Lazare sur la route de Bourdon / Petion-Ville.

Pendant tout le temps ou j'etais la, jusque vers 1:00pm, je n'ai pas vu intervenir les CIMO qui se trouvent a l'immeubre "Anti-Gang" face a la DGI. Ils ont repondu aux chimeres qui les interpellaient qu'ils n'avaient recu aucun ordre et qu'ils ne bougeraient pas. Quand je suis parti, vers 1:00pm, il y avait beaucoup de monde sur la place.

Temoignage de Chavannes Jean-Baptiste

Le lundi 17 decembre, un groupe de "chimeres" est arrive dans deux camions avec des jerricanes d'essence devant le local du MPP (Mouvement Paysan Papaye) a Hinche.

De nombreux militants et sympathisants avertis de ce qui se preparait, s'etaient masses dans la cour. Leur presence et determination ont deconcerte les assaillants a leur arrivee et ceux-ci ont decide de rebrousser chemin en prenant soin de couper les cables de telephone qui desservent la fondation qui se trouve depuis lors privee de communication.

Temoignage d'un resident de la rue Capois

(…) J'ai fait le mouvement d'aller discuter avec les personnes qui voulaient mettre le feu aux locaux des partis, mais j'ai du renoncer quand j'ai vu debarquer des commandos de jeunes.

Dans l'apres midi du 17, vers 4:00pm, j'ai voulu aller faire un tour dans le quartier, mais en sortant de chez moi, je me suis arrete pour observer un manege etrange.

Le voisin etait au volant de son pick-up qui etait plein d'une bande de jeunes, tous armes d'armes longues, une voiture de police suivait de loin. Il y eut des allees et venues, puis le pick up est reparti avec au volant un des jeunes.

En fait, le voisin avait ete «kidnappe» et etait venu chercher de l'argent pour sa rancon.

Ils avaient «emprunte» le pick-up. On a dit qu'ils desarmaient systematiquement tous les agents de securite de la zone, comme par exemple ceux du Royal Market a Turgeau.

Temoignage de residents de Martissant-Fontamara

Le dimanche 16 decembre, aux environs de 7:30 pm, des residents de Martissant-Fontamara qui regagnaient leur domicile, ont du negocier leur passage en plusieurs fois avec des groupes occupes a installer des barricades en divers points de ces quartiers.

Surpris de se trouver face a cette situation que rien ne laissait prevoir, la journee du dimanche s'etant ecoulee sans incident particulier, ces personnes essayerent de s'enquerir des raisons de ces preparatifs.

La reponse fut laconique: " N ap kite nou pase, pas poze kesyion, antre lakay nou…" (On vous laisse passer, rentrez chez vous sans poser de questions.).

Temoignage d'un resident de Delmas #32

Vers 6h du matin nous avons ete alertes qu'il y avait un «coup d'Etat».

A 7h je suis sorti pour constater qu'il y avait beaucoup de monde dans les rues. Des groupes avec des armes «zamm kreyol», fusil Douze, se sont rassembles devant le Delimart entre Delmas #33 et #34. Puis des vehicules de la Police sont arrives, la foule leur a fait place; les policiers se sont adresses au groupe: "Kenbe la, Kenbe la".

Un groupe arme est entre dans Delmas #32 pour inciter leurs affilies a se joindre a eux avec leurs armes et se rendre au Palais; «Pouwa nou menase, sa ou ginyin (zamm) bay li».

(Votre gouvernement est menace, les armes que vous avez servez-vous en».

C'est alors que j'ai pu constater la quantite d'armes, (12, 38) qui etait en possesion de residents du quartier.

J'etais sidere.

Tous ces gens sont partis, laissant la population en panique ne sachant a quoi s'attendre.

Je suis rentre chez moi retrouver ma famille et ne suis plus ressorti jusqu'au lendemain.

Temoignage d'un educateur des Gonaives

Au cours de la journee du dimanche 16 decembre une serie de festivites, reunions, avait ete organisees par le gouvernement qui a cette occasion avait procede a la distribution de Gdes 15.000 aux tenancieres de restaurants populaires, dans le cadre du programme du Ministere a la Condition Feminine.

Aux environs de 9h du soir des «autorites» venues de Port-au-Prince distribuent armes, munitions, argent, aux dirigeants des groupes de base. Le delegue Kenaz Jean Baptiste St. Pierre, le maire Stephen Moise et le maire-adjoint Beauvoir Ulysse sont presents.

Vers 4h am on observe des vehicules de la PNH et de la Mairie qui transportent des pneus usages et des barricades sont edifiees
A 8:30 am, le delegue Kenaz J.B. St. Pierre annonce la fermeture des ecoles, commerce et industrie.

A 9:30 am, la maison du Rev. Luc Mesadieu (MOCHRENA) a Gattereau, entree nord de la ville, est incendiee.

Le groupe s'empare de deux personnes et leur fait subir le supplice du collier.

Une des victimes etait un agent de securite connu sous le nom de Ramy, l'autre n'a pu etre identifie
A 11:20 am, on apprend que l'ecole Manasse du Rev. Sylvio Dieudonne a Bigot, entree Ouest de la ville, a egalement ete incendiee.

A 11:35 am, la residence privee du Rev Sylvio Dieudonne est investie et brulee.

Parmi les assaillants se trouvaient: un chef de bande connu Amyot Metayer (Cubain) le maire Stephen Moise (Topa), le maire-adjoint Beauvoir Ulysse, Gracia Joseph (Tot) coordonateur de Fanmi Lavalas, administrateur local de l'APN, et William Joseph egalement de l'APN, coordonateur de Organisation Democratique de Raboteau (OPDR).

A 12:30 pm, le meme groupe incendie la maison de Anores Difficile symphatisant de la Convergence Democratique A partir de 2h pm les manifestants ont fete et dine dans les restaurants populaires qui avaient recu l'argent du Ministere de la Condition Feminine.

Pendant que ces evenements se deroulaient, la Police est restee cantonnee au commissariat departemental de l'Artibonite.

Temoignage d'un professeur universitaire

Entre 10 h am et 11 h AM, je suis sorti a pied de la maison me dirigeant vers l'immeuble de la Teleco au Pont-Morin.

Les habitants du quartier etaient devant leur porte.

Les groupes qui se tiennent en face du local de la Convergence et du Konakom viennent manifestement d'ailleurs.

Je vois passer sur un pick-up un groupe de jeunes; certains portent un mouchoir-bandeau noir autour de la tete. La plupart sont en short et depenailles.

Tous sont armes de revolvers.

Je ne suis pas reste a regarder.

Temoignage du Senateur Gerard Gilles, "Invite du jour" a Radio Vision 2000

(Extraits)
RV 2000 - Je veux parler des sources aupres desquelles vous avez obtenu vos informations, les premieres informations.

GG - Ces premieres informations, ayez l'amabilite, mon cher ami, de me les rappeler et je vais, a la lumiere des faits, les assumer encore une fois.
RV2000 - Tres bien, ..12 pick-ups qui ont pris le controle du Palais national, notamment
GG - Exactement !… vers 1, 2 heures du matin, un ami qui habite tout pres du Palais National eut a m'appeler pour me dire qu'il a constate qu'il y a des pick-ups, double cabine qui ont assailli le Palais national et il a constate, de visu, puisqu'il etait tout pres du Palais qu'il y a une voiture dans laquelle se trouvaient des policiers qui a ete tout simplement agressee par ces gens armes de mitrailleuses M-50. Voila ces informations que j 'ai eues de la part d'un ami qui habite tout pres du Palais national…
RV 2000 - … alors les premieres informations dont vous disposiez faisaient Etat de 12 pick-ups qui auraient pris le controle du Palais national.

Pourtant, au bout du compte, du cote la Police on n'a fait mention que de 2 ou 3. Qu'est-ce que vous en dites?

GG - Ver 1 - 2 h, je vous l'ai dit, un ami qui habite tout pres du Palais national, m'a parle, pas meme de 12, mais de plusieurs vehicules a mitrailleuses M-50 au-dessus, qui sont en train d'assaillir le Palais national…
RV2000 - Votre informateur etait un specialiste en armes, je suppose...

GG - Non…il a parle de mitrailleuses,… il n'a pas precise M-50; c'est un jeune universitaire qui m'en a informe...

RV2000 - Ou est-ce que ces gens-la ont trouve «ces armes» ?

GG - Oui, ca m'inquiete, ce n'est pas seulement ces gens, il faut dire qu'il y a aussi eu des enfants, des adolescents, qui ont "trouve" qui, arme au poing, des milliers de gens armes, nous l'avons constate aussi a la television, qui ont defendu...

qui normalement ont permis l'avortement de ce coup d'Etat… Ou est-ce qu'ils ont trouve ces armes?

Depuis 1986 ont a toujours parle de desarmer la population, on en a parle, vous vous en souvenez… rien n' a ete fait en ce sens; je pense que la Police nationale doit prendre plus au serieux cet armement que nous avons constate...

RV2000 - Mais GG, permettez, un pays pauvre, une societe pauvre, ou a-t-on pu trouver de l'argent pour acheter ces armes ?

GG - Attention, Valery, depuis 1986… on a toujours demande le desarmement de la population, le peuple haitien a toujours demande le desarmement de la population...

RV2000 - Estce que vous ne craignez pas que ces armes se retournent contre vous un jour?

GG - Jamais!

Temoignages de marchands au Champs de Mars

Le dimanche 16 decembre, dans la soiree qui a precede la tentative de coup d'Etat, vers 8 h pm, une patrouille du Palais National a ordonne aux marchands installes dans l'aire des places situees pres du Palais, de vider les lieux.

III. REACTIONS : declarations et interventions

Dans les heures qui suivirent l'annonce officielle de "coup d'Etat", les gouvernements etrangers ont reagi instantanement pour condamner pareille tentative.

Cependant, le deroulement des evenements de la journee du 17 decembre devait, des le lendemain, provoquer une seconde vague de reactions, tant au niveau national qu'international, ou l'on trouve un questionnement des faits tels que rapportes, mais aussi la condamnation categorique des actes de violence perpetres contre les media et leurs representants, les partis politiques et leurs dirigeants, et ceci, dans la plupart des cas, en presence des forces de la Police nationale.

Depuis lors de nombreuses reactions en provenance de divers secteurs ne cessent d'etre enregistrees

Les organisations des Droits de la Femme: ENFOFANM, KAY FANM, SOFA «Non, Non, Non!

Kominike ki soti bo kote gouveneman Lavalas la fe konnen te gen yon tantativ koudeta nan nwit 16 pou rive 17 desanm 2001, e pou pwoteje pouvwa Lavalas la "popilasyon yo reyaji.

Ki popilasyon ?

Depi kile poilasyon ayisyen nan te ame ?

Konbyen moun nan popilasyon yo ki gen mwayen sikile lan machin, a le sa a, nan moman ensekirite sa yo?

Pep ayisyen nou pa dwe bliye kouman Duvalier te chita pouvwa bout di li a!

Sa ki pase lendi 17, madi 18 desanm 2001 e k ap kontilye fet nan tout rakwen peyi a, se yon operasyon kont tout sa ki sanble opozisyon ak pouvwa Lavalas la!».

(Le communique emis par le gouvernement annonce qu'il y a eu une tentative de coup d'Etat dans la nuit du 16 au 17 decembre, et que pour proteger le pouvoir Lavalas la "population" a reagi.

Quelle population?

Depuis quand le peuple haitien est-il arme?

Combien de personnes ont-elles les moyens d'etre vehiculees, particulierement dans cette periode d'insecurite?

Peuple Haitien, n'oublions jamais comment Duvalier a installe sa dictature!

Ce qui s'est passe le lundi 17 et le mardi 18 decembre et continue a se produire partout dans le pays ce n'est pas autre chose qu'une operation dirigee contre tout ce qui semblerait vouloir s'opposer au pouvoir Lavalas» (20 dec 2001

Evans PAUL, leader du KID (Komite Inite Demokratik) :
«Arretez le robinet de sang qui coule dans le pays !…» (18 dec. 2001

Gerard Gourgue :
«Je me demande ce qui est arrive au Palais National ?

Il semble etre devenu un pretexte pour massacrer l'opposition

Le Depute de la 3eme circonscription de Port-au-Prince, Simson LIBERUS, dit : «Plaider en faveur de la peine de mort qui doit etre appliquee contre les putschistes, zenglendos ou kidnappeurs surpris en flagrant delit.

Le Senateur indique qu'il entend soumettre en ce sens un projet-loi a la chambre basse».

Article 20 de la Constitution de 1987: «La peine de mort est abolie en toute matiere» (21 dec 2001

Dr Dunois CANTAVE, dirigeant politique «Sous pretexte d'un coup d'Etat manque, nous assistons a un autre aspect de ce fameux mot d'ordre qui, en plus des assassinats politiques et citoyens et de journalistes deguises en lynchages, nous amene maintenant a la mise a sac et a l'incendie de locaux de partis politiques et de residences de membres et de dirigeants de l'opposition haitienne» (18 dec 2001

Guy PAUL, Ministre de la Culture et de la Communication :
«L'incendie des locaux des partis politiques est un incident regrettable, mais le peuple est enrage; il est difficile d'eviter ces choses-la».

(19 dec 2001

Le Secretaire executif de la Commission interamericaine des droits humains (CIDH), Dr. Santiago A. Canton, condamne energiquement la situation de violence qui regne en Haiti.

Il rappelle a l'Etat Haitien que la «Convention americaine relative aux droits humains, dont il est partie, souligne que les Etats ont le devoir de prevenir et de sanctionner, a la suite d'une enquete dument menee, toute violation des droits reconnus dans cet instrument et de garantir aux victimes les reparations appropriees».

(Washington 19 dec 2001

Les autorites haitiennes ne peuvent pas se permettre de laisser la violence se donner libre cours dans les rues sans intervenir» declare Jose Miguel Vivanco, Directeur Executif de la Division des Ameriques de Human Rights Watch.

Il ajoute: «Le Gouvernement Haitien doit faire en sorte que les enquetes sur les attaques soient rapides, completes et impartiales et que les responsables soient traduits en justice».

(New York, 18 dec 2001

Du Canada, DROITS et DEMOCRATIE, s'adresse directement au Chef de l'Etat : «Excellence, vous seul avez le pouvoir de faire cesser immediatement les agissements de ces groupes qui disent agir au nom du parti que vous representez, la Fanmi Lavalas.

Ils commettent des atteintes graves aux droits humains les plus fondamentaux, comme le droit a la vie, le droit a l'integrite physique, le droit d'association et le droit a l'expression libre, alors que Haiti en ratifiant des Conventions et protocoles qui garantissent le respect de ces droits s'est engagee a defendre et a promouvoir ces droits».

(Montreal 20 dec 2001

Pour Micha GAILLARD, dirigeant du Konakom, "sous pretexte d'un coup d'Etat dont on ne comprend ni les tenants ni les aboutissants, le pouvoir Lavalas en a profite pour tenter de bailloner l'opposition democratique.

Pour lui, " les evenements du 17 decembre, c'est l' Acte II d'une scene theatrale dont l'acte 1 s'etait deroule le 28 juillet 2001 et dont l'objectif est de reduire au silence la Convergence Democratique" ( 18 dec 2001

Le Senateur Yvon NEPTUNE, President du Senat :
"…..le peuple a identifie ses ennemis…" (18 dec 2001

Dans son intervention sur les ondes de Radio Vision 2000, l'ancien colonel des Forces Armees d'Haiti, Himler REBU a passe au laminoir les arguments avances par la Police nationale et la presidence pour justifier la "tentative de coup d'Etat (...

) la fuite des assaillants du Palais national, controle par le Service de securite et une foule immense mobilisee en la circonstance, est techniquement impossible, a moins que le gouvernement veuille accuser tous les membres de la Garde du Palais national de complices ou bien de laches" (22 decembre 2001

Lorsque le president de la Republique a dit qu'il a le controle de la situation et demande de continuer la mobilisation, le contenu de cette expression est de dechouker, incendier, piller et bastonner».

Me Fritz CANTON, a Vision 2000 (23/12/ 2001

L' ancien Commissaire Guy Philippe, sur les ondes de Radio Carnivale, a Miami, nie toute participation dans la tentative de coup d'Etat, tout en assumant son opposition au pouvoir Lafanmi Lavalas (18 dec 2001

Jean-Claude BAJEUX, directeur executif du Centre OEcumenique des Droits Humains : «Et voici que la face monstrueuse du Leviathan s'etalait, ce 17 decembre, devant nous, comme il etait apparu a Petit-Goave, sous les yeux horrifies de Brignol Lindor.

Voici que des commandos livraient au feu des locaux de partis et des demeures d'hommes politiques, crimes que le Code Penal sanctionne de la peine de mort (changee sous la Constitution actuelle en travaux forces a perpetuite).

..

Tout redevenait possible : tout citoyen redevenait coupable, par le fait meme d'exister.

Le pire redevenait possible».

In "Revoir la face du Leviathan", Le Nouvelliste, 28 decembre 2001

Note de LA CONFERENCE EPISCOPALE «Nous estimons que cet evenement du 17 decembre doit faire reflechir le pays tout entier, dans toutes ses composantes et a tous les niveaux.

Quelle qu'en soit la nature, quelle qu'en soit l'origine, ce qui s'est passe a offert le pretexte a des actes de violence inacceptables que nous deplorons et condamnons.

Car, la violence, a laquelle on a, de facon irresponsable, associee des mineurs, s'est dechainee sans que les forces de l'ordre aient su l'endiguer, causant ainsi de grandes souffrances au pays…» (26 decembre 2001

ANMH (Association Nationale des Media Haitiens) ...

«condamne l'explosion de violence sous toutes ses formes et quelle qu'en soit la provenance qui a marque la journee du 17 decembre 2001 et qui s'est solde par des pertes en vie humaine et des actes de vandalisme de toutes sortes».

(21 dec 2001

L'ISC (Initiative de la Societe Civile) a condamne l'apparition sur la scene nationale de «groupes civils armes et violents et s'apparentant a une milice politique».

Dans la meme declaration, l'ISC demande au gouvernement de «faire la lumiere sur les evenements qui se sont produits au Palais National».

(19 dec 2001

La PAPDA (Plate-forme Haitienne de Plaidoyer pour un Developpement Alternatif) : ...

"eleve ses plus energiques protestations contre les destructions pertetrees au cours de cette journee de cauchemar….Quelle lecon veut-on donner a nos enfants quand ils assistent a la destruction impunie par le feu de bibliotheques, de centres de documentation et de reflexion?………Ces operations meurtrieres et destructrices rappellent tristement l'ere des bayonnettes et le passe recent de la dictature des Duvalier qui s'est servie de l'arme de la terreur et de la destruction pour reduire au silence toute opposition et tout velleite de parole critique." (21 dec 2001

La POHDH (Plate-forme des Organisations Haitiennes des Droits Humains) … «Condamne avec la plus grande rigueur la mise a sac du local du Centre de Recherches Economiques et Sociales et de Formation (CRESFED), institution membre de la Plate-forme et reclame des autorites des mesures de reparatiion»...

«constate et releve certaines incoherences dans la reconstitution des faits par les autorites responssables et elle demande qu'une commission independante pour eclaircir, pour une fois, les evenements de la nuit du 16 au 17 decembre 2001…» (18 dec 2001

LE COMITE POUR JUGER DUVALIER questionne : «Si le gouvernement a pu avec autant de facilite maitriser les assaillants du Palais National, comment n'a-t-il pas pu intervenir pour proteger tant de batiments odieusement saccages.

Quelle belle occasion pour notre President, d'apparaitre (a travers, ce que nous appelerons une "provocation" savamment orchestree), comme celui qui tient bien tout en main et qui appelle mielleusement au calme et aux valeurs democratiques (...

) Nous denoncons avec fermete ces manoeuvres qui ruinent la cause de la democratie en Haiti.

Nous appelons tous ceux et celles qui font leur, la cause des Droits de l'Homme, a faire echec a cette neo-dictature qui s'implante de plus en plus ouvertement dans le pays. Halte aux mensonges et aux declarations onctueuses.» (Paris, 18 dec. 2001

RSF (Reporters sans Frontieres).

«Situation toujours tendue pour la presse quatre jours apres la tentative supposee de coup d' Etat....

Selon les informations recueillies par RSF, la situation de la presse haitienne ne s'est tojours pas normalisee quatre jours apres la tentative supposee de coup d"Etat du 17 decembre.

Se sentant menaces, pres d'une dizaine de journalistes continue a se cacher.

Cinq d'entre eux auraient trouve refuge dans des ambassades et chercheraient a quitter le pays. Au moins duex des quatre stations de radios qui avaient ete contraintes de cesser leurs emissions le 17 decembre affirment que la police ne leur a propose aucune protection.

Pourtant, au cours d'une allocution dans l'apres-midi du lundi, le president Jean-Bertrand Aristide avait pris l'engagement de faire respecter la liberte d'expression.» (21 decembre 2001

AMNISTIE INTERNATIONALE " Le gouvernement Haitien a l'obligation de proteger tous les citoyens sans exception, et doit agir de maniere decisive pour mettre fin aux actes de violence commis a titre de represailles … demande au President Aristide de continuer son appel au calme a ses partisans et de veiller a ce que les forces de l'ordre agissent dans le cadre de la loi et respectent les droits humains dans leurs efforts pour restaurer l'ordre public" (18 dec 2001

LE DEVOIR (Editorial) «Qui croire ?

Quoi Croire ?

Telles sont les questions qu'a l'evidence la communaute haitienne se pose au lendemain du coup d' Etat manque qu'une trentaine d'individus, sous les ordres d'un ex-commissaires de Police, ont tente dans la journee de lundi.

Si l'on en croit la version officielle ecrite et corrigee par le President Jean-Bertrand Aristide, ce contingent a bel et bien essaye de renverser le gouvernement.

Si l'on se fie aux representants de l' opposition ainsi qu'aux temoignages de journalistes, le coup en question ne serait qu'une fumeuse mise en scene par Aristide et ses proches…." (Montreal, 19 dec 2001

Du cote de la communaute internationale, les reactions vont de la condamnation de l'attaque perpetree contre le palais au rejet des violences qui l'ont succedee.

L'Organisation des Etats Americains (OEA) et le gouvernement canadien ont condamne l'attaque.

En outre, l'OEA considere le recours a la violence comme une grave menace a la democratie.

Le gouvernement francais a deplore que l'attaque du Palais ait ete suivie d'actes de violences diriges contre les responsables et les sieges de partis politiques de l'Opposition.

La France a aussi proteste energiquement contre le sac de l'Institut Francais au mepris des conventions internationales

L'UNION EUROPEENNE :
L'UE «condamne energiquement les evenements confus qui se sont produits lors de l'attaque contre le Palais national le 17 decembre dernier.

Elle reprouve, sans reserves, les violences et intimidations dont sont victimes ces derniers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9371
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Re: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire EmptyLun 11 Juil 2011 - 12:05

Citation :
17 Décembre 2001 lavalass incendiait les locaux des partis politiques - 17 Décembre 2008: Lavalas utilisait toujours la violence - Ou sont-ils en 2010?


Maximo

Apa mwen pa wè nom le senateur Latortue lan film sila . Poutan wikilès pale de mouche lan rapo li ya du 17 decembre 2001.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximo
Super Star
Super Star
Maximo

Masculin
Nombre de messages : 3182
Localisation : Haiti
Loisirs : football - Gagè
Date d'inscription : 01/08/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Re: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire EmptyLun 11 Juil 2011 - 12:07

Marc a écrit:
Citation :
17 Décembre 2001 lavalass incendiait les locaux des partis politiques - 17 Décembre 2008: Lavalas utilisait toujours la violence - Ou sont-ils en 2010?


Maximo

Apa mwen pa wè nom le senateur Latortue lan film sila . Poutan wikilès pale de mouche lan rapo li ya du 17 decembre 2001.


Li pat ko la lè sa, men ou mèt ajoute'l ladan, li merite sa.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kami
animatrice
animatrice
kami

Féminin
Nombre de messages : 2981
Localisation : ICI
Opinion politique : La séparation des pouvoirs
Loisirs : Lecture, Dormir
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Re: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire EmptyLun 11 Juil 2011 - 12:09

Marc a écrit:
Citation :
17 Décembre 2001 lavalass incendiait les locaux des partis politiques - 17 Décembre 2008: Lavalas utilisait toujours la violence - Ou sont-ils en 2010?


Maximo

Apa mwen pa wè nom le senateur Latortue lan film sila . Poutan wikilès pale de mouche lan rapo li ya du 17 decembre 2001.
Pa bliye Latortue tap travay pou Lavalas, alor li tonbe nan kategori LAVALAS.

_________________
Comme toi, il n'en est qu'un, deviens donc qui tu es.

"Ceux qui ont le pouvoir de faire le mal et qui savent ne pas le faire sont des Seigneurs" (Shakespeare)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximo
Super Star
Super Star
Maximo

Masculin
Nombre de messages : 3182
Localisation : Haiti
Loisirs : football - Gagè
Date d'inscription : 01/08/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Re: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire EmptyLun 11 Juil 2011 - 12:11

kami a écrit:
Marc a écrit:
Citation :
17 Décembre 2001 lavalass incendiait les locaux des partis politiques - 17 Décembre 2008: Lavalas utilisait toujours la violence - Ou sont-ils en 2010?


Maximo

Apa mwen pa wè nom le senateur Latortue lan film sila . Poutan wikilès pale de mouche lan rapo li ya du 17 decembre 2001.
Pa bliye Latortue tap travay pou Lavalas, alor li tonbe nan kategori LAVALAS.


Li te chèf gad palè yo, bon sèvitè Aristide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kami
animatrice
animatrice
kami

Féminin
Nombre de messages : 2981
Localisation : ICI
Opinion politique : La séparation des pouvoirs
Loisirs : Lecture, Dormir
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Re: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire EmptyLun 11 Juil 2011 - 12:15

Kote bon ti zanmi latoti an li pwal koupe tet ou tande Maximo.

_________________
Comme toi, il n'en est qu'un, deviens donc qui tu es.

"Ceux qui ont le pouvoir de faire le mal et qui savent ne pas le faire sont des Seigneurs" (Shakespeare)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9371
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Re: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire EmptyLun 11 Juil 2011 - 12:15

C'était un taupe des GNB à l'époque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximo
Super Star
Super Star
Maximo

Masculin
Nombre de messages : 3182
Localisation : Haiti
Loisirs : football - Gagè
Date d'inscription : 01/08/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Re: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire EmptyLun 11 Juil 2011 - 12:22

kami a écrit:
Kote bon ti zanmi latoti an li pwal koupe tet ou tande Maximo.


Kami Maximo pa ka kache verite ya, se verite ya ki bousol li, li pap chanje koulè pou ankenn kameleyon. Maximo pou on vre demokrasy an Ayiti e on eta de dwa kote la lwa aplike pou tout moun menm jan, mwen pa nan kache pou ankenn kan, paske kan'm se Ayiti, ke se on magouyè tankou Lamothe ki nan kan Martelly ou on assasen tankou Jan chal nan INITE map denonse yo e mwen pap ka defann yo. Mwen pap bay la verite swivan lè sikonstans, men mwen bay la verite tout tan. Zafè lot kap sèvi a twou manti pou kouvri pou moun pa yo. Se Ayiti ki moun pa'm, se li ki drapo e mwen pap janm pè di la verite ya jan li ye ya.



Dernière édition par Maximo le Lun 11 Juil 2011 - 12:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9371
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Re: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire EmptyLun 11 Juil 2011 - 12:25

Chapeau ba pou Maximo. Un grand haitien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deza
Super Star
Super Star
deza

Masculin
Nombre de messages : 3886
Localisation : U.S.A
Loisirs : READING FOOOTBALL SOCCER TENNIS M
Date d'inscription : 29/07/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le nouveau citoyen haitien

Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Re: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire EmptyLun 11 Juil 2011 - 12:28

Goya,
Je n'ai jamais cherché à établir une différence entre nos politiciens .Dieu m'en garde ! Je n'aurai jamais cette témérité. Mais nous devons l'admettre meme si cela gêne les élans de notre parti-pris toujours embusqué dans les broussailles de la rancune, du ressentiment et de la revanche. Le nouveau président n'est pas un politicien ,comme nous les connaissons dans le temps de notre vie .

J’ai souhaité et ,j’ambitionne seulement ,qu'on accorde à Martelly l’indépendance constitutionnelle à laquelle il a droit pour réussir ou tomber de son propre poids .Je ne demande pas qu'on le porte en héro a l'instar d'un César . La différence que vous semblez observer vient de ce que j'ai deja constaté l'affreuse nullité des législateurs, la faillite de leur présence obsolète et inutile à leurs fonctions.

Je n'en sais encore rien du président puisque les legislateurs-kindnapeurs le retiennent en otage et lui refusent deja les moyens de se prouver à la nation. Je vous avoue que je ne comprends pas ce besoin de détruire de la section lavalasse malgré l’expérience du passe .Ils n’ont donc rien appris de leur passage dans les avenues du pouvoir et le vertige qui a causé leur déchéance spectaculaire.

Je sais que le comportement de notre administrateur doit vous inquiéter un peu aussi .A moi aussi ,cela cause du chagrin . Notre pauvre ami Marc, comme vous pouvez le constater est encore sous le coup d'un violent choc électoral qui l'a rendu méconnaissable, quel que soit le prétexte avancé .Un docteur qui veut se soigner est toujours mauvais signe.

Peut-être que vous pouvez l’aider à redevenir lui-même ou est-il déjà bien lui-même ..
Smile Sad Sad Sad Sad Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deza
Super Star
Super Star
deza

Masculin
Nombre de messages : 3886
Localisation : U.S.A
Loisirs : READING FOOOTBALL SOCCER TENNIS M
Date d'inscription : 29/07/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le nouveau citoyen haitien

Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Re: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire EmptyLun 11 Juil 2011 - 12:32

Mwen pap bay la verite swivan lè sikonstans, men mwen bay la verite tout tan. Zafè lot kap sèvi a twou manti pou kouvri pou moun pa yo. Se Ayiti ki moun pa'm, se li ki drapo e mwen pap janm pè di la verite ya jan li ye ya.


Un homme integre ,un homme de bien comme on ne les fait plus parce que le moule s'est brise pendant le passage tumultueux et destructif des lavalassiens dans la societe haitienne .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc H
Super Star
Super Star
Marc H

Masculin
Nombre de messages : 9371
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Re: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire EmptyLun 11 Juil 2011 - 12:39

Citation :
Je n'en sais encore rien du président puisque les legislateurs-kindnapeurs le retiennent en otage et lui refusent deja les moyens de se prouver à la nation.

Deza

Les cent premiers jours d'un président sont les plus importants . Tout ce qu'il fait , la manière qu'il se comporte , son manque de leadership sont étudiés à la loupe .

La première impression compte

Des études en psychologie sociale démontrent que les gens se font une idée sur vous en 7 secondes . Il va sans dire que Martelly a démontré qu'il est incompétent . Qu'il n'est pas assez habile pour diriger . Vous n'avez pas besoin d'aller plus loin pour avoir une idée de l'homme . Il est un crétin.

Pour l'instant on ne peut pas dire qu'il est un démocrate car il ne sait même pas ce qu'est-ce un démocrate .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maximo
Super Star
Super Star
Maximo

Masculin
Nombre de messages : 3182
Localisation : Haiti
Loisirs : football - Gagè
Date d'inscription : 01/08/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Re: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire EmptyLun 11 Juil 2011 - 12:47

Marc a écrit:
Citation :
Je n'en sais encore rien du président puisque les legislateurs-kindnapeurs le retiennent en otage et lui refusent deja les moyens de se prouver à la nation.

Deza

Les cent premiers jours d'un président sont les plus importants . Tout ce qu'il fait , la manière qu'il se comporte , son manque de leadership sont étudiés à la loupe .

La première impression compte

Des études en psychologie sociale démontrent que les gens se font une idée sur vous en 7 secondes . Il va sans dire que Martelly a démontré qu'il est incompétent . Qu'il n'est pas assez habile pour diriger . Vous n'avez pas besoin d'aller plus loin pour avoir une idée de l'homme . Il est un crétin.

Pour l'instant on ne peut pas dire qu'il est un démocrate car il ne sait même pas ce qu'est-ce un démocrate .


Pou li ta on demokrat fok li ta dako aksepte Bellerive ou on lot nan ekip INITE ya ki sot fè 5 an pap remèt anyen a pa de plen poch yo. Pèp la vote on chanjman pa on kontinuyte. Mwen di nonnnnnnnnnnnn a la kontinuyte, nonnnnnnn a perdire nan le vol e lenkonpetans, OUIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII o chanjman ke pèp la mande ya.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kami
animatrice
animatrice
kami

Féminin
Nombre de messages : 2981
Localisation : ICI
Opinion politique : La séparation des pouvoirs
Loisirs : Lecture, Dormir
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Re: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire EmptyLun 11 Juil 2011 - 12:49

Maximo a écrit:
kami a écrit:
Kote bon ti zanmi latoti an li pwal koupe tet ou tande Maximo. Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire 40759


Kami Maximo pa ka kache verite ya, se verite ya ki bousol li, li pap chanje koulè pou ankenn kameleyon. Maximo pou on vre demokrasy an Ayiti e on eta de dwa kote la lwa aplike pou tout moun menm jan, mwen pa nan kache pou ankenn kan, paske kan'm se Ayiti, ke se on magouyè tankou Lamothe ki nan kan Martelly ou on assasen tankou Jan chal nan INITE map denonse yo e mwen pap ka defann yo. Mwen pap bay la verite swivan lè sikonstans, men mwen bay la verite tout tan. Zafè lot kap sèvi a twou manti pou kouvri pou moun pa yo. Se Ayiti ki moun pa'm, se li ki drapo e mwen pap janm pè di la verite ya jan li ye ya.
Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire 755834

_________________
Comme toi, il n'en est qu'un, deviens donc qui tu es.

"Ceux qui ont le pouvoir de faire le mal et qui savent ne pas le faire sont des Seigneurs" (Shakespeare)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kami
animatrice
animatrice
kami

Féminin
Nombre de messages : 2981
Localisation : ICI
Opinion politique : La séparation des pouvoirs
Loisirs : Lecture, Dormir
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Re: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire EmptyLun 11 Juil 2011 - 12:52

Bon kote yo te bay Martelly chans nan premye 100 jours li yo.

Se nan peyi sivilize ak yon palman edike, ke ou ka juje yon prezidan nan 100 premye jour li yo.

_________________
Comme toi, il n'en est qu'un, deviens donc qui tu es.

"Ceux qui ont le pouvoir de faire le mal et qui savent ne pas le faire sont des Seigneurs" (Shakespeare)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
deza
Super Star
Super Star
deza

Masculin
Nombre de messages : 3886
Localisation : U.S.A
Loisirs : READING FOOOTBALL SOCCER TENNIS M
Date d'inscription : 29/07/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le nouveau citoyen haitien

Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Re: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire EmptyLun 11 Juil 2011 - 12:57

MON AMI,MARC
C'EST ENCORE LA NOTRE PROBLEME CETTE AFFAIRE DE NOUS ACCROCHER A DES MODELES QUI NE REPRESENTENT PAS NOTRE TEMPERAMENT,T NOTRE CULTURE ET NOTRE TRADITION DE PEUPLE .



Dans un autre pays oui .En HAITI CA ME PARAIT NORMAL .Pour moi,la premiere impression qui est importante c'est qu'il ne se mette pas a bastonner le peuple sans raison.Vous pensez que dans un autre pays ou regne la sanite on aurait nomme des sots au congres d'un pays qui veut se moderniser et rejoindre le vingt et unieme siecle ?


Dernière édition par deza le Lun 11 Juil 2011 - 12:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Re: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire EmptyLun 11 Juil 2011 - 12:58

deza a écrit:
Mwen pap bay la verite swivan lè sikonstans, men mwen bay la verite tout tan. Zafè lot kap sèvi a twou manti pou kouvri pou moun pa yo. Se Ayiti ki moun pa'm, se li ki drapo e mwen pap janm pè di la verite ya jan li ye ya.


Un homme integre ,un homme de bien comme on ne les fait plus parce que le moule s'est brise pendant le passage tumultueux et destructif des lavalassiens dans la societe haitienne .

DEZA AK MAXIMO C AYITI KI CHEF MWEN C SEL CHEF MWEN GINYEN ...
MWEN PA MINME JAN AK ZOT KAP WELE IDOL YO LE CHEF...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty
MessageSujet: Re: Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire   Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un peuple à mémoire courte ou sans mémoire
» Les enfants ont la mémoire courte, mais ils ont le souvenir rapide. - Victor Hugo
» QUE VAUT UN PEUPLE SANS MEMOIRE COLLECTIVE?
» Je jure de parler sans haine et sans crainte, de dire toute la vérité, rien que la vérité. - Version courte
» Feu Carlo Desinor disait les Haitiens Ce peuple à refaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: