Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 DAMBALAHISME CONTRE TABOUS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Edpoete
Star
Star


Nombre de messages : 210
Date d'inscription : 24/10/2006

MessageSujet: DAMBALAHISME CONTRE TABOUS   Mer 5 Oct 2011 - 13:42

Esaie 11 : 3-4
Il respira la crainte de l’Éternel; il ne jugera point sur l’apparence, il ne prononcera point sur un ouï-dire (YO DI=rumeur). Son inspiration est dans la crainte de Yahvé. Il jugera mais non sur l’apparence. Il se prononcera mais non sur le ouï-dire (YO DI=rumeur)


TITRES ÉVOCATEURS
Pauvreté dans l’abondance 1930
Avènement de Prométhée 1950
La Misère Politique actuelle 1978
Confort et l’indifférence 1982
Déclin de l’Empire américain 1986
Jésus Christ de Montréal 1989
Age des Ténèbres 2007
Les invasions Barbares 2003
Le triomphe de la Cupidité 2011
Dambalahisme à venire


DAMBALAHISME
Pour sortir du monde des ténèbres, de secret, de l’obscurité, des tabous, des préjugés, de l’ignorance qui marque 1950 à 2011, nous avons jugé nécessaire de nous donner un nouveau concept pour mieux rendre de la réalité trop souvent oscultée par des gens trop cupides assoiffés de gains matériels de manière obsessive. Nous inventons aussi ce concept dans l’optique de canaliser nos rêves, nos idéaux, notre but selon un chemin où brille de la lumière capable de nous éclairer à chaque pas pour ne pas trébucher.

Ce nouveau concept est essentiellement haïtien quant à son origine tirée de la tradition vodouesque en vue de mieux rendre compte de notre propre réalité haïtienne, en vue d’une meilleure emprise sur nos milieux, social, naturel, culturel et psychologique.

Le mot Dambalahisme vient du mot créole Danbala qui lui-même vient du mot béninois Dhom Bha Lah. Le terme Bha signifie Sagesse. Mais comme symbole il se retrouve sur un double aspect : 1) Le serpent en ce qu’il incarne de force du corps 2) Le soleil en ce qu’il incarne de la force de l’esprit, de la lumière de l’esprit, de la pensée, de la sagesse par opposition aux ténèbres, à l’obscurité et tout ce qui s’y rattache comme le secret, la sorcellerie, la magie, l’ésotérisme, tout ce monde ténébreux occulte où se brassent les magouilles, les intrigues, les feintes, les calomnies, les illicites, les contrebandes, les tractations, les collusion, la complicité, les tabous, les préjugés, le mensonge, la tromperie, de l’underground, de l’en dehors du rail, de l’informel, de la déformation, de la dérive, de la gabegie, de la politicaillerie formant pour ainsi dire un véritable monde de l’ignorance patronnée, contrôlée arrangée, fixée par la cupidité.
Désormais l’haïtien n’a plus besoin de parler de siècle des lumières par opposition à l’obscurantisme médiéval. Le siècle des lumières Haïtien s’appelle dorénavant Dambalahisme.
Le Dambalahisme a sa raison d’être parce qu’il se donne un but. Pour parler d’un accent politique je dirais qu’il s’agit de :1) Renverser Chéviecoudaleh afin que 2) Daïco règne, gouverne le destin. Nous ne voulons plus être gouverné par le monde de la jalousie, du mal, de la cupidité, de la destruction. Nous voulons être gouverné par Daïco selon le monde la lumière, de l’intelligence de l’esprit et de l’amour, de la sagesse. Bahisme est le noyau atomique du Dambalahisme. Tout le monde mérite une place au soleil. Ayibobo.


Les Tabous subsistent par Sarah Bélisle

Les tabous lies aux maladies mentales sont tenaces. Malgré des années de sensibilisation, les 20% des canadiens qui recevront, à un moment ou un autre de leur vie, un diagnostic de maladie mentale risquent d’être stigmatisés.

1) Parfois ce sont les proches et l’environnement immédiat qui ont des préjugés
2) Parfois c’est au travail ou dans le grand public
3) Il y a aussi l’auto stigmatisation selon Sylvain d’Auteuil

Il existe plein de tabous et de clichés à propos des maladies problèmes mentales. Il faut les faire tomber dit Steeve Hurdle, qui accepte d’être l’un des cinq visages de la semaine de la sensibilisation aux maladies mentales 2011 qui se déroule jusqu’à Samedi
Il est lui-même atteint d’une maladie qui lui cause des problèmes d’humeur chroniques et dit avoir été ostracisé en raison de son trouble : J’ai été tassé dans le coin même par des amis proches a-t-il déploré

Les gens manquent d’information parce qu’on ne parle pas des maladies mentales. Or parler ouvertement de sa maladie joue un grand rôle important dans le rétablissement de ceux qui souffrent de troublent mentaux avérés (processus de guérison), selon M. Hurdle

Une personne n’est pas une maladie insiste Sylvain. Il faut traiter la personne et non seulement ses symptômes. Pour permettre la réinsertion sur le marché du travail et dans la communauté des gens atteints de ces maladies, il est important de faire tomber les tabous

La semaine de sensibilisation aux maladies mentales est organisée par l’Alliance canadienne pour la maladie mentale et la santé




Ésotérisme Exotérisme
edpoetephoto


Il est vrai que des livres comme (La Poule Noire, Petit Albert, Étoile rouge) écrits par des étrangers blancs sont plus populaires en Haïti que le Gouverneur de la Rosee de Jacques Roumain. On met toutes sortes de mascarades de livres traitant n’importe quoi et écrits par n’importe qui, dans le nom du vodou. Et le pire on trouve des haïtiens pour les acheter. N’importe quoi, n’importe qui, juste pour faire de l’argent ou mieux soutirer de l’argent, juste parce les haïtiens baignent encore dans leur naïveté, juste parce que le vodou reste au stade oral, juste parce qu’il ne se donne pas un Livre sacre comme guide et référence aux fideles ou croyant, juste parce qu’il n’a pas Ses Veda, son Torah, Son Coran, sa Bible. Mais il l’aura un jour pour débusquer, démasqué les abuseurs, les fraudeurs, les cupides, les détracteurs masques, les fossoyeurs du Vodou.
Alors le Vodouisant sera en connaissance de la théologie comme de la philosophie à la base du Vodou. Alors il saura que le vodou n’est pas une croyance reposée sur l’ésotérisme ayant un secret lie à la magie, a l’occultisme.
Mais le vodou est une croyance reposée sur l’exotérisme ouverte au grand public, une croyance illuminant ouverte à tous comme la lumière du soleil, comme Dambalah est le symbole de la lumière du soleil, comme Daico est symbole de l’intelligence, comme Ounsa est symbole de la sagesse.
Il saura que le monde du secret magique enferme les vodouisants dans le labyrinthe de l’ignorance qui les empêche d’avoir leur emprise sur leur propre environnement, de s’y adapter, d’être eux même, mais esclaves d’un maitre abuseur
Il saura que le vodou n’a plus rien de secret, de cache, d’obscurité, de ténèbres parce que Daico et chevieCoudaleh avaient livres ces secrets concernant la vie a la première femme et au premier homme créés des le début de la Création étant : 1) Il faut mourir constamment pour vivre éternellement 2) Mourir à soi, se parfaire continuellement par le renouvellement de ses pensées à la perfection étant un attribut divin, 3) l’existence est faite de chute et de rechute par la faute de Satan, 4) la mort par les actes mauvais, 5) mourir pour soi même, se parfaire continuellement par le renouvellement de ses penses jusqu'à la perfection, la fin métaphysique du vodou.
1) Il saura que Dambalah avait deux groupes de progéniture : A) Ounsa, étant la sagesse comme l’essence universelle
2) Agaou Tonnerre qui préside le vent, la tempête, l’ouragan
3) Oumgoun Batalha, gouverneur qui tient le fouet, symbole de l’harmonie, de la justice.
4) Oudoudoua, mère de tous les êtres humains, grann Ibolelee
5) Ogoun Ayizan Velekete, Erzulie Venus, prophétesse qui préside le Houmfor
6) Oumgan Ican Legba, fils de prédilection en qui le père met toutes les complaisances. Il est le légataire, patron des carrefours, barrières, chemins et les entrées. Entre le monde surnaturel de l’esprit et le monde naturel des hommes il est l’intermédiaire sans lequel nulle communication n’est possible sans sa permission. C’est qu’on doit invoquer le premier dans toutes les cérémonies.
1) B) Agwe Taroyo, maitre du domaine marin, superbe douanier
2) Azaka mede, maitre de l’agriculture et d’arme
3) Azaka Limba, bonne mère de famille qui nourrit les enfants
4) Azaka Guidi, vorace qui détruit les cultures pour apaiser sa faim
5) Azaka Guesci, sous ministre, deuxième douanier
6) Aganman Nibo, mère de Baron Samedi

Il saura que le vodou a son code moral dont l’un des principes est : tous les êtres de la nature sont sains et doivent être traites de manière saine. C’est pourquoi un Marassa n’accepte pas qu’on lui sert du sang. C’est pourquoi ceux qui veulent rester fideles à ce principe font du manger sec

Il saura que les vodouisants se réunissent plus souvent la nuit parce que le code noir interdisait toute pratique religieuse africaine dont la violation équivalait à la mort
Il saura que la religion s’occupe de la Sagesse et la Politique de la Puissance, que le désir de puissance malsain qu’éprouvaient les rois du Benin avait fait le mariage entre Arada et Yoruba, envahissent les royaumes voisins, opèrent le mariage force de la religion et de la politique en forçant les prêtres à se mettre au service du roi, que ce mariage fatal était en grande partie à l’origine de l’esclavage.

Il saura que le monde occulte des secrets, le livre comme le Petit Albert ou tout autre livre de magie
S’inpirait des Guede, des esprits de mort



Remarque :
Le croyant et le savant

Le croyant n’a pas la même attitude que le savant par rapport aux choses de son environ et aux informations qui lui parviennent.
Généralement tout croyant tend a rapporter les informations et les choses dans lesquelles il croit exclusivement, celles qui font partie de sa propre foi, de lui-même en termes de croyances religieuses. Tandis que le Savant peut rapporter des informations qui ne le concernent pas, qui ne le touchent pas, qui ne touchent pas son ego; mais des informations concernant d’autres gens de son entourage; même quand ils acceptent ou non. Simple question de liberté d’expression, du respect de l’opinion. La tache revient à la critique d’établir la balance des avis ou aveux a travers leurs faiblesses et forces sans gêner la liberté de l’autre sous une forme ou une autre. Je peux ne pas être d’accord avec les opinions de quelqu’un, mais je dois lui accorder le droit d’exprimer ses opinions publiquement. La tolérance l’exige, le respect l’exige, la liberté l’oblige. Deux éléments fondamentaux a la base de la liberté. L’option élitiste n’a rien à voir en cette matière. Je ne dois pas boussiller les egos de quelqu’un juste pour une opinion émise allant dans le sens contraire de la mienne. Les attaques personnelles dénotent la manifestation de la colère. Comme disait mon professeur de philosophie : Quand deux personnes discutent, si l’un se fâche, c’est parce que ses arguments ont pris fin. La colère est la preuve de l’absence d’argument. Alors faute d’argument wont sevi ou tounen kole.
Le croyant en vertu du principe de la foi en général tend naturellement a s’attacher, a interioser ou mieux s’endoctriner a partir des informations compatibles a sa confession religieuse. C’est pourquoi il ne veut entendre que les informations (parole, aveu, avis, pensées) en rapport avec ses croyances car pour lui il doit les attraper, digérer intellectuellement comme spirituellement par intériorisation. Bref il accepte les informations relatives à sa foi et en refusant toutes les autres de nature contraire à sa foi sous peine de rompre avec le locuteur, de se mettre en colère, de fuir ou de l’affronter. Le croyant ne veut point comprendre le point de vue des autres quand il est différent du sien. Toujours en rapport avec sa foi. Il tend donc a s’enfermer dans la caverne de sa foi sans ouverture aucune. Il reste hermétiquement ferme non receptacle.

Le savant n’intériorise pas, mais cherche à saisir les données venues de son environnement. Il veut se connaître et connaître l’autre, il veut comprendre l’autre. C’est pourquoi le savant doit rester ouvert a ceux qui lui parlent. Il possède sa pleine liberté de penser, de raisonner sans avoir peur d’être sanctionné par une quelconque loi de la foi. Par son ouverture d’esprit il tend a accepter comme tolérer l’autres comme sujets et a travers ses points de vue différents voire opposés aux siens. La pensée du savant est comme un vaste champ ou univers par opposition a celle du croyant étant une simple ligne droite, rectiligne sur laquelle se dresse son chemin et il doit marcher sans oser traverser la limite ni a gauche ni a droite pour ne pas sombrer dans la perdition de son âme par le péché, pour ne pas perdre le salut de son âme.


Vodou

syncrétisme religieux, sorte de mélange d’abord de plusieurs rites africains, ensuite de catholiques et du vodou béninois,
AU COMMENCEMENT : Création de l’Homme, Naissance de Satan, Problematique du mal, defeinition du Voudou, Theorie et pratique du vodudou, Le vodou se donne un but suprême, sublime ou métaphysique qui consiste à tendre vers. On ne monte pas n’importe comment, POTOMITAN.






Vodou

syncrétisme religieux, sorte de mélange d’abord de plusieurs rites africains, ensuite de catholiques et du vodou béninois,
AU COMMENCEMENT : Création de l’Homme, Naissance de Satan, Problematique du mal, defeinition du Voudou, Theorie et pratique du vodudou, Le vodou se donne un but suprême, sublime ou métaphysique qui consiste à tendre vers. On ne monte pas n’importe comment, POTOMITAN.




Guede
Esprit des morts ou de la mort, ayant des comportements obscènes comprend les loas phalliques
Guede Nibo
Patron de la mort

Baron samedi
Maitre des points, rale lajan
Abilolo
Salutation des Guede, par opposition a celle des rada étant Ayibobo
Bokor
Faux hougan, faux prêtre, malveillant, charlatan qui sert a deux mains, ie pratique a la fois le bien et le mal, la magie noire, la sorcellerie comme pratique malveillante, malfaisante. Mais le bokor ne mène pas de société

Papa Pierre
Maitre des rumeurs, du teledjol

Petro
Patron de l’impulsivité, ne planifie pas l’avenir, voit le quotidien

Guede Nibo
Patron de la mort

Baron samedi
Maitre des points, rale lajan
Abilolo
Salutation des Guede, par opposition a celle des rada étant Ayibobo
Bokor
Faux hougan, faux prêtre, malveillant, charlatan qui sert a deux mains, ie pratique a la fois le bien et le mal, la magie noire, la sorcellerie comme pratique malveillante, malfaisante. Mais le bokor ne mène pas de société

Papa Pierre
Maitre des rumeurs, du teledjol

Petro
Patron de l’impulsivité, ne planifie pas l’avenir, voit le quotidien

Abilolo
Salutation des Guede, par opposition a celle des rada étant Ayibobo
Bokor
Faux hougan, faux prêtre, malveillant, charlatan qui sert a deux mains, ie pratique a la fois le bien et le mal, la magie noire, la sorcellerie comme pratique malveillante, malfaisante. Mais le bokor ne mène pas de société

Bokor
Faux hougan, faux prêtre, malveillant, charlatan qui sert a deux mains, ie pratique a la fois le bien et le mal, la magie noire, la sorcellerie comme pratique malveillante, malfaisante. Mais le bokor ne mène pas de société


LES SECRETS MERVEILLEUX
du
PETIT ALBERT
This HTML edition by Joseph H. Peterson, Copyright © 2003, 2005, 2006. All rights reserved.
This is another French Grimoire or handbook of magic.
L'editeur n'endorse ni ne recommende les methodes et recettes inclus dans ce livre. -JHP
NOTE: the editor does not endorse or recommend any of the recipes found in this book. -JHP
Catalog entry reads:
Author: Albert, Petit.
Title: Secrets merveilleux de la magie naturelle et cabalistique du petit Albert.
Edition: Nouv. éd., cor. & augm.
Published: Lyon, Héritiers de Beringos fratres, 1782.
Description: 264 p. illus., plates (partly fold.) 14 cm.
Library Info: TC Andersen Library Rare Books Small 157.4 Al14lF Non-Circulating
Subject: LC Magic. Charms. Medicine, Magic, mystic, and spagiric.
Material Type: bks
Sys. no. 000307304
U of M copy jumps from p. 50 to p. 59.
________________________________________
SECRETS
MERVEILLEUX
DE LA MAGIE NATURELLE
ET CABALISTIQUE
DU PETIT ALBERT,
Traduits exactement sur l'original
latin, intitulé:
ALBERTI PARVI LUCII
Libellus de mirabilibus naturæ
arcanis.
Enrichis de Figures mystérieuses; & la
maniere de les faire.
Nouvelle Édition, corrigée & augmentée.

A LYON,
Chez les Héritiers de Beringos Fratres;
à l'enseigne d'Agrippa.
________________________________________
M. DCC. LXXXII.




Vodou ET DEFINITIONS
I Challenge the universe to show me a being higher than me
Vodun signifie une présence invisible redoutable ou puissante, mystérieuse ayant la capacité d’intervenir à tous les moments dans la société des humains.
Le mot vodu peut également renvoyer aux forces primaires de l’univers qui se confondent avec l’essence divine et de l’âme humaine, qui se nomment loas n’étant ni bons ni mauvais.
peut signifier le culte des esprits, aussi connu sous les Noms Vodoun ou Vaudoun, signifiant ‘’Esprit’’,


La Santeria est le lieu saint de Cuba ou les religions d’autres Iles caraïbes, sont également semblables, mais frappent l’imagination que cette croyance typiquement haïtienne évoluant a partir de la fin de la traite negriere .Les saints : Yoruba, Shango, Osboun, Yemanja, Ogun, Obatala, abalouae sont les memes qu’au Nigeria. La santeria est un syncrétisme entre le catholicisme et la religion des esclaves yoruba qui venaient de Nigeria.








POTOMITAN



Marassa

Principe de la première manifestation de l’âme. Le premier homme qui est de la polarité positive et la première femme qui est de la polarité négative, formant la physique de l’attraction où les deux forment un seul. Les jumeaux de Dieu, Marassa est la loi qui régit les manifestations naturelles. Elle préside la fertilité. Le Marassa est le concept des quatres transformations de l’âme

1) Dosa : qui représente le monde minéral où l’âme assiste à sa première manifestation après qu’elle se segmenta du GrandTout

2) Dosou : qui représente le règne végétal dans l’évolution de l’inanimé à l’animé où l’âme devient vivante, respire par la plante.

3) Dogue : qui représente l’âme qui s’incarne dans l’animal marin formant le règne animal de nature instinctive ou instinctuelle

4) Doïchou : évolution de l’âme dans le corps humain où l’homme devient un animal pensant, doué d’un esprit ou d’une intelligence, prêt à gravir les degrés de la perfection par la réincarnation









Mais les pratiques des adeptes du Rite Petro, attachés à la sorcellerie ou à la magie, croyant dans l’esprit des mort présidé par Baron Lacroix oeuvrant dans le mal et pour le mal, s’opposent à ce principe. Par exemple, Un vrai Marassa n’accepte qu’on lui offre du sang. De plus Les Manger Sec sont des offrandes de nourritures excluant tout sacrifice animal. Et si l’on suit la logique 1) de la conduite saine (Sanitarisme) par rapport aux êtres 2) L’abstinence du marassa de boire du sang 3) Les manger sec qui s’abstiennent de tout sacrifice animal, on va directement déboucher sur le principe de l’Ahimsa hindouisme étant l’idéal du non désir de nuire, de la non violence, dont Gandhi en est le champion comme modèle parfait. Il ne faut pas condamner le vaudou pour des sacrifices barbares, car le rite Rada qui constitue le véritable pilier authentique du vaudou œuvre pour le bien exclut la pratique du mal, de la magie noire, de la sorcellerie présidé par les loas Petro qui président les esprits maléfiques de la mort dont Baron Lacroix en est le chef. Autrement dit ce sont les fidèles et les Bokor (faux Hougan) qu’il faut condamner et non le vaudou

POTOMITAN
Étymologie
Étymologiquement parlant, le mot Potomitan, est un composé de deux mots créoles, Poto et Mitan, qui signifie en français Poteau au centre qui soutient une fondation, une maison, une bâtisse. Le Potomitan se veut être le poteau au centre, le poteau principal, primordial par opposition aux autres poteaux aux coins jugés secondaires quoiqu’importants.

Historique

ASPECT POLITIQUE

Le mot Potomitan est riche en contenu, historique, politique, religieux sinon mystique. Au temps de ma jeunesse en Haïti particulièrement vers les années 80 ce mot était très populaire voire légendaire. Un mot que l’oreille entendait presque jour sur les lèvres des Haïtiens à la maison comme à la rue. Au niveau politique il s’appliquait spécialement à l’ex-président à vie de la République d’Haïti, Jean Claude Duvalier dit Baby Doc comme étant le pivot central du régime Duvaliériste légué en héritage par son père François Duvalier dit Papa Doc, l’homme incontournable sans lequel le régime s’écroulerait. Par extension le mot Potomitan s’applique à tous les Tontons macoutes, tous les miliciens du corps de V.S.N de Duvalier particulièrement les chefs responsables de cette milice formant un groupe de gens indispensables pour le maintien ou la conservation du pouvoir. Ensuite le vocable Potomitan s’étend à tous ceux qui occupent une grande fonction ou un rôle clé dans le régime qu’il soit Tonton macoute, militaire ou ministre. Par exemple Roger Lafontant, Théodore Achille, Frantz Merceron étaient des Potomitan, des ministres influents, forts, puissants du régime.

Après le mot Potomitan gagne toutes sphères civiles, privées où toute personne responsable d’une affaire est considérée comme un Potomitan. Même entre amis on se dit Potomitan. Au résumé, le mot Potomitan signifie indispensable ou condition sine qua non.



ANGLE RELIGIEUX

Par ailleurs, le Mot Potomitan est aussi utilisé sur le terrain religieux avec une connotation mystique. En effet, dans le rituel du vaudou, on utilise ce mot Potomitan comme Poteau sacré placé au centre d’un Houmfor, dédié à Oumgan Ican Legba Atibon Legba, fils de prédilection du Père Dambalah Wèdo et de la mère Ayida Wèdo. Généralement connu sous le nom de Papa Legba en Haïti, il est le légataire des œuvres du père et de la mère, leur sixième fils de la première progéniture de Dambalah. Le poteau érigé au centre du Houmfor représente l’entrée principale par laquelle les esprits ou loas pourront pénétrer le plan matériel sortant du plan astral afin de descendre jusqu’au lieu de la cérémonie vaudouesque. Après le vèvè ou veve tracé en l’honneur d’Atibon Legba pour établir la communication entre astral et humain, la tracée de vèvè pour s’adresser aux esprits désirés, ensuite suivi des offrandes pour faire descendre les loas sur le plan matériel de la manifestation où leurs énergies irradient en partant du centre du Potomitan tout en s’écartant de façon circulaire, le Hougan frappe son asson et la cérémonie d’ouverture est maintenant achevée. Pour tout dire, Ife en Afrique, est le lieu sacré de l’Afrique mythique, où se regroupent tous les esprits formant le panthéon du Vaudou dont l’équivalence en Haïti est connu sous le nom de la Ville-au-Camp sur une montagne sacrée où les loas venus d’Afrique-Guinée par les eaux souterraines où ils séjournent, se réunissent tous, échangent, dit-on, leurs expériencves, puis redescendent de la montagne vers la terre. Mais ils ne débarquent n’importe où, ne se distribuent pas dans l’espace n’importe comment. Leur trajet est balisé, d’autant plus strictement qu’ils ont pour mission de constituer les fondations de l’espace des vivants. Au milieu du temple Vaudou appelé Houmfor est construit le péristyle, espace consacré à la cérémonie en l’honneur des loas. Au milieu du péristyle s’élève le Potomitan, axe de liaison entre le monde céleste et le monde terrestre, et qui donc représente la voie royale des loas pour rejoindre les humains. Autour de son socle, on dépose les offrandes aux loas et on trace leurs desseins symboliques ou vèvè. Attirés par ces signes mystiques et par les roulements du tambour, les loas viennent alors danser dans le corps des fidèles. Dans le vaudou haïtien, on peint sur le potomitan les deux loas Dambalah Wèdo et Aïda Wèdo symbolisés par des serpents, de sorte qu’ils ressemblent à l’arbre de la vie autour duquel se déroulent les danses du vaudou



L’adepte du vaudou s’adresse à l’autel ou vèvè comme s’il s’adresse à l’esprit invoqué. Métaphoriquement, le vèvè est donc une interface entre deux univers ou une frontière. L’univers est représenté sous forme d’une croix contenue dans un cercle. L’âme connaîtra quatre saisons au cours de sa vie. Le asson peut être un tchatcha ou une cloche. Houmfor est le temple du vaudou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
DAMBALAHISME CONTRE TABOUS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DAMBALAHISME CONTRE TABOUS
» Tactique gobelins contre nains
» Lutte contre le deboisement: Une victime de plus des anti-nationaux
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» Comment mener la lutte contre la corruption en Haïti ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Blogue :: Esprit Critique-
Sauter vers: