Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le pourquoi de la déclaration de Sonthonax?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sasaye
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7767
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, literature kréyòl
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

MessageSujet: Le pourquoi de la déclaration de Sonthonax?    Lun 7 Mai 2012 - 8:22

Le pourquoi de la déclaration de Sonthonax?

Par Jacques Casimir (Pasteur D'Amoulio)
majac14@hotmail.com

On nous a enseigné l'histoire comme on nous a enseigné la religion: croire sans nous poser de questions et nous répétons... L'historien conséquent se doit de poser des questions, à savoir. Où? Quand? Pourquoi? Le comment des choses et des évènements. C'est dans cette démarche que nous allons nous questionner et répondre avec un regard nouveau sur l'histoire, à savoir, quel est le mobile en dessous de la déclaration ci-contre de Sonthonax:

Les terres de St Domingue doivent appartenir aux noirs parce qu'ils les ont acquises à la sueur de leur front.

En 1793, à SaintpDomingue, deux commissaires de la République, Léger Félicité Sonthonax et Étienne Polverel, ont proclamé l'émancipation de tous les esclaves de la colonie.
Ce que les historiens ne vous ont pas dit, et j'apporte la preuve.

C'était une décision prise autant par nécessité que par principe.
Les Commissaires étaient sur le point de perdre l'île face aux armées britanniques qui avaient beaucoup d'alliés parmi les planteurs de SaintpDomingue, et aux Espagnols qui avaient mobilisé une grande partie des esclaves en lutte depuis août 1791 contre le régime esclavagiste.

Sonthonax et Polverel ont eu l'idée d'offrir la liberté et la citoyenneté à tous les esclaves qui se joindraient à la République comme « guerriers ».
Pris de peur, ils ont très vite ajouté une promesse de plus, soit l'abolition universelle, face à l'urgence de la situation. C'était une avancée remarquable, car les abolitionnistes avaient jusque là proposé une abolition graduelle, alors que Sonthonax et Polverel offraient, eux, une liberté immédiate : d'un jour à l'autre, des individus considérés comme des biens dépourvus de tout droit allaient devenir des citoyens français.

Trois forces étaient en présence : les 30. 000 colons blancs, les 35.000 mulâtres et noirs libres et les 45.000 esclaves.
Depuis le 23 août 1791 une part significative de ces derniers est en insurrection.

Afin de faire appliquer la loi, l'envoi de commissaires civils a été décidé.
Le 29 avril1792. A son arrivée dans l'île, Sonthonax découvrira la complexité de la société coloniale.
Les grands colons blancs majoritairement royalistes militent pour l'autonomie de l'île.
Les petits blancs « patriotes » sont totalement opposés à l'extension du droit de citoyenneté.
Les mulâtres sont favorables à l'extension de leurs droits mais opposés à l'abolition de l'esclavage.
Les esclaves sont dans certaines régions en insurrection.

Face à cette situation, Sonthonax louvoie. Il déporte de nombreux colons, renforce dans un premier temps le code noir, puis élargit les droits des mulâtres

REF:Titres Les abolitions de l'esclavage de L F Sonthonax à V Shoeler Collection Hors collection Juin 1995
Éditions PUV UNESCO REF Département d'Histoire,Michigan State University, East Lansing, Michigan, USA

Titre Colony of Citizens:Revolutions and Slave Emancipationin the trench Carbbean (1787-1804)
REF Auteur Yves Benot Titre la démence coloniale sous napoléon
Edition la découverte paris 19924pPPP A

Ne nous laissons pas rouler encore une fois.
En tant que patriote et français Sonthonax voulait un travail rémunéré plus humain pour les esclaves.
Il voulait que ST Domingue (Haiti) reste une colonie française. La déclaration de Sonthonax n'était pas faite pour nos beaux yeux. C'était une stratégie pour forcer les esclaves à défendre la colonie face au danger de la perdre aux profits des Anglais.

Les esclaves avaient rapidement compris que le combat contre les Anglais était un combat pour leur propre liberté.
Dans les années qui ont suivi, les anciens esclaves, appelés parfois « nouveaux citoyens », ont constitué le noyau d'une force armée qui s'est battue contre les Anglais dans toutes les petites Antilles.
Sainte-Lucie a été conquise pour quelques mois. Ils se sont battus à la Grenade et à Saint Vincent.

Les troupes françaises n'ont toutefois pas empêché les Britanniques d'occuper la Martinique de manière continue durant la même période et d'y maintenir l'esclavage

REF :Auteur Yves Bénot
Titre la défense coloniale sous Napoléon, Paris ,La Découverte,1991


REF :Auteure Carolyn FicK
Titre: the making of Haiti The Saint Domingue revolution from below,
Knoxville, University Off Tennessee press 1990

REF: Auteur Laurent Dubois
Titre A colony of cititzen revolution and slave emancipation inthe french caribbean 1787-1804


Et voici la déclaration déclaration pressante de Sonthonax pour rallier les esclaves: Nous Léger-Félicité Sonthonax, Commissaire Civil de la République, délégué aux Îles Françaises de l'Amérique sous le vent, pour y rétablir l'ordre et la tranquillité publique.Les hommes naissent libres et demeurent libres et égaux en droit:

Voilà, citoyens, l'évangile de la France. Il est plus que temps qu'il soit proclamé dans tous les départements de la République.

Nous avons finalement mis la main sur la déclaration des droits de l'homme pour les colonies à ne pas confondre à la déclaration universelle des droits de l'homme


Article premier.

La déclaration des droits de l'homme et du citoyen sera imprimée, publiée et affichée partout où

besoin sera, à la diligence des municipalités, dans les villes et bourgs, et des commandants militaires

dans les camps et postes.

Article II.

Tous les nègres et sang-mêlé, actuellement dans l'esclavage, sont déclarés libres pour jouir de tous

les droits attachés à la qualité de citoyens français ; ils seront cependant assujettis à un régime dont

les dispositions sont contenues dans les articles suivants.

Article III.
Tous les ci-devant esclaves iront se faire inscrire, eux, leurs femmes et leurs enfants à la municipalité
du lieu de leur domicile, où ils recevront leur billet de citoyens français signé du commissaire civil.

Article IV.
La formule de ces billets sera déterminée par nous ; ils seront imprimés et envoyés aux municipalités,
à la diligence de l'ordonnateur civil.

Article V.
Les domestiques des deux sexes ne pourront être engagés au service de leurs maîtres ou maîtresses
que pour trois mois, et ce, moyennant le salaire qui sera fixé entr'eux de gré à gré.

Article VI.
Les ci-devant esclaves domestiques, attachés aux vieillards au-dessus de soixante ans, aux infirmes,
aux nourrissons et aux enfants au-dessous de dix ans, ne seront point libres de les quitter.
Leur salaire demeure fixé à une portugaise par mois pour les nourrices, et six portugaises par an pour les autres, sans distinction de sexe.

Article VII.
Les salaires des domestiques feront exigibles tous les trois mois.

Article VIII.
Ceux des ouvriers, dans quelque genre que ce soit, seront fixés de gré à gré avec les entrepreneurs
qui les emploieront.

Article IX.
Les nègres actuellement attachés aux habitations de leurs anciens maîtres, seront tenus d'y rester ;
ils seront employés à la culture de la terre.

Article X.
Les guerriers enrôlés, qui servent dans les camps ou dans les garnisons pourront se fixer sur les
habitations en s'adonnant à la culture, et obtenant préalablement un congé de leur chef ou un ordre
de nous, qui ne pourront leur être délivré qu'en se faisant remplacer par un homme de bonne volonté.

Article XI.
Les ci-devant esclaves cultivateurs seront engagés pour un an, pendant lequel temps ils ne pourront
changer d'habitation que sur une permission des juges de paix, dont il sera parlé ci-après, et dans les
cas qui seront par nous déterminés.

Article XII.
Les revenus de chaque habitation seront partagés en trois portions égales, déduction faite des
impositions, lesquelles sont prélevées sur la totalité.
Un tiers demeure à la propriété de la terre et appartiendra au propriétaire.
Il aura la jouissance de l'autre tiers pour les frais de faisances-valoir ;
le tiers restant sera partagé entre les cultivateurs de la manière qui va être fixée.

Article XIII.
Dans les frais de faisances-valoir sont compris tous les frais quelconques d'exploitation, les outils,
les animaux nécessaires à la culture et au transport des denrées, la construction et l'entretien des
bâtiments, les frais de l'hôpital, des chirurgiens et gérants.

Article XIV.
Dans le tiers du revenu appartenant aux cultivateurs, les commandeurs, qui seront désormais appelés
conducteurs de travaux, auront trois parts.

Article XV.
Les sous-conducteurs recevront deux parts, de même que ceux qui seront employés à la fabrication
du sucre et de l'indigo.

ReF Auteur François Mignet, Titre Histoire de la révolution française depuis 1789 jusqu'en 1814,Paris, F.Diderot père et fils

1824 ;REF: Auteur Adolphe Thiers, Titre Histoire de la révolution française . Paris, Bureau des publications illustrées, 1844.

Sources: Requérons le Gouverneur Général par intérim de tenir la main à l'exécution.du Cap, le 29 août 1793, l'an deux de la République Française. SONTHONAX.Par le Commissaire civil de la République.GAULT, Secrétaire adjoint de la Commission Civile.
AU CAP-FRANÇAIS, de l'Imprimerie de P. Gatineau au Carénage, près de la Commission Intermédiaire.

Les anciens esclaves, précise-t-il, sont responsables devant la nation de la préservation de l'économie d'exportation des colonies et doivent, à ce titre, continuer à travailler sur les habitations. Donc un argument de poids qu'il n'était pas pour l'indépendance de ST Domingue.

En1792,Sonthonax a certes déclaré qu'il maintiendrait le régime servile, avec l'intention de pouvoir réconcilier les blancs et les libres de couleur. La faillite de cet espoir l'engagea définitivement du côté des esclaves dont il proclamera la liberté le 31 octobre 1793, devançant en cela la Convention elle-même. Il défendra les droits des anciens esclaves jusqu'au bout. Une telle attitude était pour le moins courageuse et beaucoup plus rare qu'on ne pourrait le penser à une époque où Bonaparte voulait rétablir l'esclavage, en faisant fi des promesses. C'est ce qui a poussé Sonthonax dans les bras des insurgés dont il a épousé la cause. La trahison De Napoléon lui a mis dans une situation délicate. REF: Auteur Robert L Stein Titre Léger Félicité Sonthonax ,the lost sentinel of the républic Toronton/London,Associated University Press 1985 REF Commandements sous la révolution et l'empire Notes du général Ignace-François Michaud (1751-1835) archives nationales de France (Document AP1-6)

Le 9 thermidor marque le retour en force de la "réaction, caractérisée par l'élimination des promesses d'émancipation des esclaves et des institutions démocratiques. La Constitution de 1793 est remplacée par celle de 1795 qui rompt avec la déclaration des droits naturels et la philosophie des Lumières, instaure une aristocratie des riches par le suffrage censitaire et renoue avec une politique colonialiste dont BOISSY D'ANGLAS fut le théoricien :

Boissy d'Anglas, homme de mains de Napoléon, afin d'étayer sa politique colonialiste, réduisit l'idée des droits universels à celle des droits de l'homme du nord, le Blanc doit dominer le reste du monde. Il théorisa une forme nouvelle de colonialisme non esclavagiste et assimilationniste promise à un long avenir. C'est ce que la France utilise actuellement dans tous les pays francophones de l'Afrique et des caraïbes

Discours Préliminaire prononcé par: Francois Antoine De Boissy d'Anglas dans la séance du 5 messidor an III(1795)

Nous n'allons pas laisser toute cette richesse dans les mains des nègres. Si jamais ils l'obtiennent, nous devons tout faire pour la reprendre et les maintenir à genoux et faire de St Domingue (Haïti) un exemple pour tous ceux qui veulent se révolter contre l' autorité de la France. Renoncez à vos colonies ou même relachez les liens qui les unisse à la France, et vous renoncez volontairement à la force de votre marine, aux richesses de votre commerce. Alors votre industrie sera paralysée comme votre puissance, elle sera comprimée. Votre immense population, circonscrite dans ses rapports, ne connait d' activité que pour elle seule, de commerce que dans son intérieur.

Les richesses particulières seront déplacées, mais leur masse ne sera point accrue REF Rapport de la convention et de la commission Boissy D'Anglas (le 4 Aout 1795) REF & Sources Convention nationale courtes observations sur projet de décret au nom ducomité d'instruction publique :Par Boissy D'Anglas député du département de l'Ardèche (Imprimerie nationale de France 28 germinal An2 de la république française)


Une fois le danger de perdre la colonie écarté, la France est revenue sur sa parole.
Le décret du 30 floréal An X(20mai 1802) en fait foi .

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS, BONAPARTE, premier Consul, PROCLAME loi de la République le décret suivant, rendu par le Corps législatif les 30 floréals an X, conformément à la proposition faite par le Gouvernement le 27 du dit mois, communiquée au Tribunat le même jour


DÉCRET.
ART. I.er - Dans les colonies restituées à la France en exécution du traité d'Amiens, du 6 germinal an X [ 27, mars 1802], l'esclavage sera maintenu conformément aux lois et règlements antérieurs à 1789.

ART. II. - Il en sera de même dans les autres colonies françaises au-delà du Cap de Bonne-Espérance

ART. III. - La traite des noirs et leur importation dans les dites colonies, auront lieu, conformément aux lois et règlements existants avant la dite époque de 1789.

ART. IV. - Nonobstant toutes lois antérieures, le régime des colonies est soumis, pendant dix ans, aux règlements qui seront faits par le Gouvernement


Pourquoi les falsificateurs ont cachés ce coté de l'histoire? Pourquoi nos historiens n'ont pas révélé cette duperie et la duplicité de la politique de Napoléon ? Pourquoi bon nombre des documents sur cette époque sont encore volontairement cachés?

Nous avons apporté des preuves et des références historiques valables et vérifiables. Cette phrase si célèbre que les haïtiens répètent avec fierté Les terres de St Domingue doivent appartenir aux noirs parce qu'ils les ont acquises à la sueur de leur front n'était qu'un leurre pour sauver la colonie de St Domingue .Les falsificateurs nous ont longtemps tenus dans l'ignorance .Que la lumière soit Amen


Quoi que l'on fasse quoi que l'on cache, rien ne pourra arrêter la marche de l'histoire Amen

Si le passé est garant de l'avenir, le présent doit nous apprendre a ne pas commettre les erreurs du passé Amen


Amen Amen Jacques Casimir(pasteur d'Amoulio)

majac14@hotmail.com



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le pourquoi de la déclaration de Sonthonax?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Pourquoi Haiti est-elle si pauvre ?
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» Pourquoi les nègres sont-ils des xénophobes?
» Haïti-Éducation: Pourquoi nos meilleurs élèves s'exilent-ils?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Histoire d'Haiti-
Sauter vers: