Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 MEN ZINZIN: DESSALINES ESCLAVE SOU BITATION BO-FI TOUSSAINT

Aller en bas 
AuteurMessage
Doub-Sossis
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2429
Localisation : Montreal
Loisirs : cockfighting
Date d'inscription : 24/12/2007

MessageSujet: MEN ZINZIN: DESSALINES ESCLAVE SOU BITATION BO-FI TOUSSAINT   Jeu 2 Aoû 2012 - 16:19

Dapre gwo zotobre kap fouye nan zafe listwa dayiti, Dessalines seta ancien esclave Toussaint Breda.









Toussaint te gen habitude mete tout moun ki te nan zantouraj li ke li ka fe konfians nan position estratejik.

Se selon relation de dependance entre 2 chanpion sila yo, que missieur Cauna ki direkte chaire d'etude sou Haiti, ki explike poukisa Toussaint ta mette Dessalines en selle pou li succede Toussaint.

Men bon zouti nan dada nos coloristes, "l'homme est un loup pour l'homme" depi nan guinen, pa gen manti nan sa. Zafe solidarite de classe ou de race, se apparans, interet personel ak lajan domine tout consideration sila yo nan politik st-domingue ak peyi dayiti. Jan Accau te diya se pa manti milat pov se nwa, nwa rich se milat. Nan ki kategori nou mete ti pe a ak milyon li yo nan zile Turc and Caicos ak madam mulatresse americaine liya?

Si nou vle fe yon ti lekti diplis pou manye konpran kontexte la pli bien men lien a pi ba. Se pa jis vini repete tintin fok nal chache a la sous nan dokiman original kay notaire ki te voye sere jis lot bo dlo pou konpran vreman peyi dayiti sous li ak tout problem li. Apa lot jou se en Angleterre yon ti etidian arrive jwenn batister peyi a; Nou pa mal sanwont apre plis 200 nap fete fete de l'independans san nou pa menm gen papie batister nou nan men nou.

Menm pou serre papie ki pi important tankou batister nou trouve nou depan de blan.


‎"Un Peuple qui ne connaît pas son Histoire n'a pas d'identité" ..il est condamné a le revivre

(François Mitterrand)

http://jdecauna.over-blog.com/article-chaire-d-haiti-ciresc-a-bordeaux-2e-trimestre-2012-103921875.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15992
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: MEN ZINZIN: DESSALINES ESCLAVE SOU BITATION BO-FI TOUSSAINT   Jeu 2 Aoû 2012 - 19:05

DOUB;

kÒM se yon FOWÒM epi w avanse yon bagay ;mwen pa wè ki kote DESSALINES se ta esklav TOUSSAINT ,ou byen neve l MOISE lan non.
Se pa kounye an FRANSE yo ,pou bay tèt yo ""bonne conscience"" tankou yo di, ap plede di ke TOUSSAINT se te pwopriyetè ESKLAV.
Epitou ,pou yon nonm ki ta propriyetè yon lòt ta mete l an pozisyon konfyans konsa.Se de esklavay n ap pale la a.

CHÈCHE TOUJOU!

Epitou sou zafè CAICOS lan.Mwen te kwè ke gen moun ki ta l fè ankèt e yo pa pa t jwenn anyen ;tankou AMERIKEN an di pa t gen ""there,there""!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doub-Sossis
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2429
Localisation : Montreal
Loisirs : cockfighting
Date d'inscription : 24/12/2007

MessageSujet: Re: MEN ZINZIN: DESSALINES ESCLAVE SOU BITATION BO-FI TOUSSAINT   Jeu 2 Aoû 2012 - 20:14

Joel a écrit:
DOUB;

kÒM se yon FOWÒM epi w avanse yon bagay ;mwen pa wè ki kote DESSALINES se ta esklav TOUSSAINT ,ou byen neve l MOISE lan non.
Se pa kounye an FRANSE yo ,pou bay tèt yo ""bonne conscience"" tankou yo di, ap plede di ke TOUSSAINT se te pwopriyetè ESKLAV.
Epitou ,pou yon nonm ki ta propriyetè yon lòt ta mete l an pozisyon konfyans konsa.Se de esklavay n ap pale la a.

CHÈCHE TOUJOU!

Epitou sou zafè CAICOS lan.Mwen te kwè ke gen moun ki ta l fè ankèt e yo pa pa t jwenn anyen ;tankou AMERIKEN an di pa t gen ""there,there""!

Joel al li atik la bien pose, pran tanw pou li francais a wa konpran sa blan an diw. Pa gen doute sou sa. Janvier Dessalines se li ki te bay non li a Jean-Jacques, mussieu se limen ki te remarie ak pitit fi Toussaint apre li te perdi priemie mari li yon certain Jasmin Desir. Toussaint te lwe bitation a nan men Jasmin de 1789 a 1791 ki fe teknikman se li ki te proprietaire Jean Jacques Dessalines nan period sila.

Clique sou lien an al reli anko, a mwens ke wou bilie li en frANCAIS, JANW PA VLE WE LANGUE SILA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15992
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: MEN ZINZIN: DESSALINES ESCLAVE SOU BITATION BO-FI TOUSSAINT   Jeu 2 Aoû 2012 - 21:41

DOUB;

Ou pa bezwen joure.Ou soulve yon kesyon enteresan.Si se ta vre ,sa ta chanje jan nou wè ISTWA DAYITI an.Ayisyen renmen repete sa lòt moun di.
Si MADIOU ou byen ARDOUIN di yon bagay ,yo jis repete l.
Ak ENTÈNÈT lan ,moun pa bezwen vwayaje an FRANS pou w fè RECHÈCH.Peyi EWOPEYEN yo de plizanpli ap mete tout DOKIMAN sou ENTÈNÈT.
BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE mete anviwon 10 MILYON LIV sou GALLICA.FR ak DOKIMAN.
Tankou JAF renmen di ;annou bouske toujou;ann gade sa lòt moun di.
MOREAU DE ST MERY repwodwi tout dokiman ,""bill of sale"" elt..preske tout tranzaksyon ki te fèt lan koloni an ,anvan 1789.
Nou ka jwenn yo sou GALLICA.FR.
Mwen pa di sa w di an ou byen sa nèg lan ekri an se pa vre ;men sa mande plis rechèch.
Ou pa dakò?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doub-Sossis
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2429
Localisation : Montreal
Loisirs : cockfighting
Date d'inscription : 24/12/2007

MessageSujet: Re: MEN ZINZIN: DESSALINES ESCLAVE SOU BITATION BO-FI TOUSSAINT   Ven 3 Aoû 2012 - 13:00

Joel a écrit:
DOUB;

Ou pa bezwen joure.Ou soulve yon kesyon enteresan.Si se ta vre ,sa ta chanje jan nou wè ISTWA DAYITI an.Ayisyen renmen repete sa lòt moun di.
Si MADIOU ou byen ARDOUIN di yon bagay ,yo jis repete l.
Ak ENTÈNÈT lan ,moun pa bezwen vwayaje an FRANS pou w fè RECHÈCH.Peyi EWOPEYEN yo de plizanpli ap mete tout DOKIMAN sou ENTÈNÈT.
BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE mete anviwon 10 MILYON LIV sou GALLICA.FR ak DOKIMAN.
Tankou JAF renmen di ;annou bouske toujou;ann gade sa lòt moun di.
MOREAU DE ST MERY repwodwi tout dokiman ,""bill of sale"" elt..preske tout tranzaksyon ki te fèt lan koloni an ,anvan 1789.
Nou ka jwenn yo sou GALLICA.FR.
Mwen pa di sa w di an ou byen sa nèg lan ekri an se pa vre ;men sa mande plis rechèch.
Ou pa dakò?

Se bien sa, li le pou nouvel generation yo ale a la sous pou re-ecri istwa dayiti avek dokiman original kom prev sa yap di. Moun kitap ekri istwa dayiti nan zanne 1800 ak 1900 yo pat gen tout teknoloji nou gain an men nou jodia pou fe analyse critique des "ON DIT"..
Koulia terrain an plis egal nempot jen gasson gendwa fe recherche li poul demonter paket "MYTHES" ki anpeche nou avanse depi plis ke de siek nan zafe simplifie bagay yo tankou se yon zafe nwa ak milat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15992
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: MEN ZINZIN: DESSALINES ESCLAVE SOU BITATION BO-FI TOUSSAINT   Ven 3 Aoû 2012 - 18:37

Se pa t janm yon zafè de NWA ak MILAT non.Bagay sa a se yon bagay segondè.
NORD ALEXIS te asosye l ak BOISROND CANAL pou yo konbat MILAT KAPWA ke yo te rele SYLVAIN SALNAVE ki te popilis kòm lwi sèl.SALNAVE t ap voye move son lan OKÈS.
SALNAVE tou ,gran patriyòt ,byen ke l te fè ti erè (lol) pa t aksepte sisyon DOMINIKANI an.

Gen yon lòt epizòd ki kapital ,ki detèminan se MASAK RICHEPANCE te fè lan GWADLOUP lan e lanmò chèf rebelyon lan zile sa DELGRÈS ak IGNACE.
Se bagay sa a ki te pwovoke sa yo rele INYON NWA ak MILAT yo .Lè RICHEPANCE t ap masakre moun ,li pa t lan NWA ak MILAT non ;li te masakre tout moun.Li te masakre e madanm yo e pitit yo.
Dessalines te mansyone sa sou PLIM JUSTE CHANLATTE e misye di byen se rezon sa a ki fè li te fè sa yo rele ""MASSACRE DES FRANÇAIS"" an.
DESSALINES te mansyone DELGRÈS ak IGNACE.An pasan ,DELGRÈS se te yon milat GWADLOUPEYEN.
Ou pa tande ISTORYEN MODÈN AYISYEN yo pale de bagay sa a.GWADLOUPEYEN yo pa t ka pale de sa ,nou ka konn pou ki rezon ;men AYISYEN?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15992
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: MEN ZINZIN: DESSALINES ESCLAVE SOU BITATION BO-FI TOUSSAINT   Sam 4 Aoû 2012 - 13:15

Gen de lòt MIT ki pou konbat tou.De plizanpli MIT sa yo ap dekonstonbre;se kouman LAFRIK te ye anvan EWOPEYEN yo te debake.
Gen 2 AKEYOLOJIS AMERIKEN ki dekouvri yon vil lan MALI ki rele DJENNE-DJENNO.vIL sa a date de 3zyèm syèk anvan jan nou konte lanne yo ,ou byen anvan JEZIKRI.
Gen moun ki di ke se ARAB yo ki te vin etabli gran VIL ann AFRIK ;sa demanti l.
Nou pa p pale de sivilizasyon ki anwo SAHARA a tankou EJIP ;n ap pale de ""NIGER DELTA"" a.
Mesyedam sa yo te konn tout bagay EWOPEYEN yo te konnen sou METALIJI e plis toujou.
Lan VODOU an gen yon DEYÈS ki rele CHANGO.Ou jwen li lan VODOU AYISYEN ,lan SANTERIA KIBEN an ,ak MACUMBA ak CANDOMBLE BREZILYEN an .
Manmzel se yon rèn ki te ekziste lan SID NIJERYA a lan 9yèm syèk.Gen akeyolojis ANGLE ki ap ""dig"" lan woyòm manmzèl lan.

Epitou gade kijan lan 13zyèm konsa ,jan AFRIKEN yo te reprezante tèt yo;gade byen ;se anvan nèg te kite ""DJÒL PWÈS"" vin yon jouman:
Wi se pou nou KONBAT TOUT MIT:

http://www.nytimes.com/2012/08/05/arts/design/african-art-is-under-threat-in-djenne-djenno.html?ref=africa&pagewanted=all
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jacques Vielot
Junior


Masculin
Nombre de messages : 1
Localisation : Michigan, USA
Opinion politique : Marxiste
Loisirs : Haitiannite
Date d'inscription : 18/10/2012

MessageSujet: Ma reponse a de Cauna   Mer 12 Déc 2012 - 17:32

1. Comment et pourquoi Dessalines est déclaré esclave de Toussaint?
Tous les travaux sur l'histoire d'Haïti, que ce soit par les écrivains locaux ou étrangers, contiennent tant d’incohérences, de conjectures et d’imprécisions qu'il n'est jamais surprenant de trouver de nouvelles publications qui remettent en question les récits traditionnels. Ceci n’est pas mauvais en soi, car bon nombre de ces défis et de ces ajouts enrichissent la matière en substance ou clarifient l'ambiguïté dans les anciennes versions acceptées. Mais parce que le gros du travail est fréquemment fourni par les vaincus dans la bataille pour la naissance de la nation haïtienne, ou par ses détracteurs, aucun texte sur l'histoire d'Haïti ne doit être reçu sans critique.
Habituellement, je lis les écrits français sur l'histoire d'Haïti ou sur l’haïtiannité dans un état d'alerte émotionnelle. Depuis mon enfance, on m'a appris à dire que «Ce qui n'est pas clair n'est pas français.» J'ai accepté cette proposition et l’ai répétée machinalement pendant des années. Ma lecture des œuvres de Victor Hugo et d’Henri Poincaré m'a fait y croire. Mais lorsque l'auteur vient de la Sorbonne, les textes s’annoncent pour la plupart comme un tocsin à la guerre intellectuelle. C’est, bien sûr, dans cet état d’esprit que j'ai abordé le dernier travail du Docteur Jacques de Cauna, conçu pour redresser de graves erreurs sur l'histoire d'Haïti, particulièrement sur Toussaint Louverture et Jean-Jacques Dessalines. Docteur de Cauna est titulaire d'un doctorat de la Sorbonne et a enseigné pendant un certain temps en Haïti.
Un trait important du Dr de Cauna, c'est qu'il ne mâche pas ses mots. Une autre de ses caractéristiques, sans doute la plus importante, c'est qu'il a des réponses édifiantes même pour les questions qui n'ont jamais été posées. Cette deuxième caractéristique est plus intéressante et le définit de façon plus complète que les autres. C'est aussi ce qui m’incite à faire une évaluation de ce que ce trait est capable de produire et à quelle fin.
Docteur de Cauna a lancé une attaque sur deux fronts contre Toussaint Louverture. Tout d'abord, il l’a accusé de tromperie pour avoir caché le fait que L’Empereur Jean-Jacques Dessalines fut son "esclave" au "petit-Cormier." Il l’a accusé en second lieu de «népotisme.» Le népotisme de Toussaint est, d’après lui, criant, si l'on regarde de près les hommes qui se trouvaient dans son entourage quand il était au pouvoir. Je vais examiner chacune de ces attaques séparément.
Selon le Dr de Cauna, il y a deux réponses à une question qui n'a jamais été posée. La question est la suivante: Jean-Jacques Dessalines fut-il l'esclave de Toussaint Louverture? Le docteur offre deux réponses à cette question. Les deux réponses sont, naturellement, «oui et non».
La réponse du docteur nous indique qu'il suit une logique bivalente assez rigide du raisonnement. C'est-à-dire, il n'y a pas d'état tiers entre «oui» et «non». C’est une logique assez curieuse puisque la logique formelle traditionnelle qui est aussi bivalente reconnaît la loi du tiers exclu mais quand celle-ci s’applique à une disjonction. C'est-à-dire, le tiers exclu s’applique pour «oui ou non» et non pas «oui et non.» La logique du «oui et non» s’apparenterait à la dialectique qui n’est clairement pas du domaine du Docteur.
Ce doit être nécessairement vrai, parce que la logique formelle bivalente se rapporte à un résultat sémantique qui se lie à l’évidence des faits de notre monde ou à des assertions à leur sujet. Ceci découle d’une exigence du calculus du premier degré de la raison. Mais là où la question n'a jamais été posée, à savoir, là où la question qui se pose n'est pas un fait de notre monde, la logique qui la régit ne peut pas suivre le schéma sémantique bivalent du premier degré. Pourtant, le Dr de Cauna se sent à l'aise pour donner les mêmes réponses sémantiques à ce qui n'a jamais été.
Répondre à une question qui n’a jamais été posée est acceptable dans un raisonnement formel se basant sur un calculus du second degré, c.-à-d., de la logique des possibilités, mais à condition que les règles de la modification du schéma logique soient pertinemment postulées. Naturellement, qu’il en soit capable ou non, Dr de Cauna ne le fait pas. Par conséquent, nous restons dans un état de qui vive (d’une attente tendue) tout au cours de son excursion à travers l’histoire d’Haïti.
De toute évidence, le Docteur de Cauna a pour mission de prouver l’indémontrable. Il est bien conscient de ce fait, mais il reste, néanmoins, inaffecté. Ce qui lui importe évidemment c’est de jeter des doutes sur l'histoire d'Haïti, telle que nous la connaissons, de discréditer et de détrôner les héros haïtiens par excellence, et les retirer du panthéon des figures de proue de l'histoire de l’humanité. Il n'y a rien de nouveau dans cette initiative.
Pour contrecarrer son effort, je vais souligner dans cette critique ce qui fait offense à la raison dans les idées contenues dans son texte, et pourquoi ceux qui sont chargés de protéger les vérités historiques doivent être vigilants à l'égard de ce qu'il se propose de publier dans sa biographie de Toussaint Louverture à paraitre bientôt. Docteur de Cauna dit que son livre sur Toussaint est intitulé: Toussaint Louverture, le grand précurseur. Eh bien, sur la base de sa réponse à la question qui n’a jamais été posée, on y soupçonne très peu en substance.
Sur la question de savoir si Dessalines avait été l’esclave de Toussaint, écoutons bien le Docteur de Cauna. Il dit que Dessalines n'était pas l’esclave de Toussaint «si l’on considère les choses de manière uniquement formelle» (sic). Si donc c'est bien le cas, nous n’avons aucune raison d’entreprendre cette discussion. L'affaire est close. Pourquoi alors sommes-nous contraints de continuer à examiner ce sujet? Nous poursuivons cette discussion dans le but de satisfaire une exigence historique. Mon analyse des assertions du docteur est une exigence de la responsabilité que nous ont léguée nos ancêtres, principalement Jean-Jacques Dessalines et Boisrond-Tonnerre, qui consiste à immuniser les jeunes et les générations futures de l'influence toxique des intérêts des colons.
J'engage cette discussion pour exposer les efforts du Docteur de Cauna qui cherche à défigurer l'image des ancêtres haïtiens par la révision de leur histoire. Je suis obligé de faire valoir le contraire, en dépit du fait que le Dr de Cauna ne puisse prouver d’aucune manière son affirmation selon laquelle l’Empereur Jean-Jacques Dessalines fut l'esclave de Toussaint et que plus tard il a été élevé au commandement suprême de l’armée nationale de libération à cause du népotisme de ce dernier. Outre cela, je veux prouver que Dr de Cauna n'est même pas sérieux dans son entreprise. Il a dû s'en prévaloir pour fonder son arrière-pensée. Le dessein de sa conjecture vise simplement à le permettre de jeter les bases de ce qu’il a de négatif en réserve pour Toussaint Louverture, dans sa biographie de ce dernier.
Docteur de Cauna affirme que « oui » Jean-Jacques Dessalines fut l'esclave de Toussaint, «sur un plan pratique et de vécu quotidien.. . . [Car] dans la pratique, il a travaillé comme un esclave sous ses ordres pendant deux ans à Cormier.» (Sic)
Être un esclave dans la colonie de Saint-Domingue était strictement une affaire formelle et légale. Un esclave était officiellement meuble ou bétail à perpétuité et appartenait à l'inventaire de son propriétaire, le maître. Il n'y avait pas d’autre type d’esclave. Il y avait, certainement un deuxième type d’asservissement que « l’engagé » représentait. C’est la différence de statuts juridiques même—c.-à-d., l’assujettissement permanent de l’un, et celui de l’autre pour une durée de 36 mois— qui empêche l’amalgame de l’esclave et de l’engagé sous l’ombrelle de l’esclavage, même quand leurs conditions matérielles d’existence sont similaires.
Un esclave n'était pas et ne pouvait pas avoir été la propriété d'un « commandeur » qui travaillait sous l’obédience du maître, indépendamment de la durée ou de la mesure sous lesquelles il était sous le commandement ou la tutelle de ce surveillant. Bien sûr, Dr de Cauna le sait. Il sait aussi qu'il ne peut pas servir cette idée à tout le monde ou n'importe où. Il a affirmé sans vergogne ce qu’il sait être contraire à la réalité. Il a procédé sur cette voie avec un mépris total pour ceux qu'il veut dénigrer autant que ceux de son propre terroir. Il le fait avec l'arrogance du médiocre qui ne pense pas que les autres soient assez éveillés pour voir à travers sa farce.
Docteur de Cauna dit:
« En effet, au terme d’une rapide analyse, une importante conclusion inédite s’impose : Dessalines a bien été esclave sous les ordres de Toussaint et propriété de sa fille et de ses deux gendres successifs, même si personne n’en a jamais parlé. »
En supposant que l'esclave nommé Dessalines auquel le Dr se réfère fût en effet le futur empereur d'Haïti, il aurait été assurément sous la surveillance de Toussaint. Le lecteur doit prendre note du fait que le Dr met en évidence la relation réelle entre Toussaint et le présumé Dessalines avec emphase dans son texte. Cependant, il sous-estime le fait plus important qui établit que l'esclave en question était bien la «propriété de la fille de Toussaint et ses deux gendres successifs » et non pas celle de Toussaint. Cette astuce mal conçue vise à tromper la vigilance du lecteur et à décevoir.
Je veux dès le départ alerter le lecteur que l’auteur affirme que l’esclave nommé « Dessalines » fut en temps séparés la propriété de « deux gendres » différents. L’esclave serait donc le sujet de deux tranches distinctes de la même histoire, voire deux histoires différentes. On verra tout à l’heure pourquoi la question de succession n’est pas chose mineure.
Au-delà de tout ça, le Dr déclare que:
« Cette révélation des rapports ayant existé entre ancien maître et esclave (sic) sur la petite caféière et place à vivres du Cormier ne sont (sic) pas sans éclairer à la fois l’incroyable carrière du futur empereur mais aussi l’étonnante tension constamment palpable entre lui et son protecteur et ancien maître qui l’élèvera au commandement suprême de l’armée de libération. »
Le Docteur bégaie tout simplement quand il parle de la relation qui existait soi-disant entre «l’ancien maître et l'esclave» Il avait dit clairement auparavant que Toussaint était « commandeur » de Dessalines qui travaillait « sous ses ordres. ». Maintenant, il déclare que Toussaint était son «protecteur et ancien maître». Il dit tout cela, malgré son admission antérieure que l'esclave du nom de Dessalines était la «propriété» de la fille de Toussaint et de ses gendres. Docteur de Cauna raconte pêle-mêle ce qu’il veut pour faire avancer son histoire. Il introduit l’expression « son protecteur et ancien maitre » comme si elle découlait d’une dérivation. Ce qui n’est pas le cas. Se faisant, il n’éclaire rien du tout. Au contraire, il obscurcit non seulement l’aspect frauduleux de son raisonnement mais aussi la signification même de ses assertions. La seule révélation inédite dans tout cela, s'il en existe une, c’est l'admission par le Docteur de sa propre faillite intellectuelle. La flagrante incohérence du Dr de Cauna est fatale. Il cite Gaspard-Théodore Mollien qui a écrit les lignes suivantes au sujet de l'Empereur Jean-Jacques Dessalines, et non de l'esclave théorique du Cormier, que:
« Jean-Jacques (nommé depuis Dessalines) était un mauvais esclave enclin à tous les vices, et surtout à l’ivrognerie ; rien ne pouvait l’en corriger, pas même les traitements les plus cruels [. . .], son maître l’employait à vendre des fruits. »
Mollien n’avait pas révélé l’identité du maitre de Dessalines qui l’infligeait « les traitements les plus cruels. » Serait-ce Henri Duclos ? Cependant, le Docteur fit immédiatement suite à cette description peu flatteuse de Dessalines, l'Empereur, avec celle d'un autre auteur. Il dit que c’est :
« Ce que confirme bien Dubroca, son contemporain et l’un de ses premiers biographes, qui rapporte que son maître disait de lui : ‘C’est un bon ouvrier, mais un mauvais chien’. »
Il est vrai que de ces deux descriptions, aucune n’est flatteuse. Mais on ne peut s’empêcher en même temps de se demander par quelle magie les deux propositions suivantes: «un mauvais esclave . . . enclin . . . surtout à l’ivrognerie» et un «bon travailleur» ne font que confirmer l’une et l’autre? Sauf pour le Docteur de Cauna, tous ceux que je connaisse et qui ont lu son texte sont déroutés par le caractère contradictoire de son raisonnement. Je crois pouvoir mettre au repos la question de savoir si l'Empereur, Jean-Jacques Dessalines, fut l’esclave de Toussaint Louverture. Je peux le faire précisément par le fait que le Dr de Cauna n'avait pas prouvé de façon convaincante que l'esclave du nom de Jacques qui travaillait à la «place à vivre» ou à la «place» qui appartenait à la fille de Toussaint Louverture était bien le futur Empereur d'Haïti.
*
2. Comment et pourquoi un esclave nommé "Jean-Jacques", est déclaré Jean-Jacques Dessalines, le premier empereur d'Haïti, par le Docteur de Cauna?
Docteur de Cauna dit que Gabriel Debien a trouvé deux noms intéressants dans l'inventaire de ceux qui ont travaillé comme esclaves sur une « place.» La place, une petite caféière, était « située au Petit-Cormier» et appartenait à une fille, Marie Marthe, de Toussaint Louverture. Le premier nom était « Jean-Jacques » et le second était Moïse. Je ne considère que le cas de "Jean-Jacques", car l'argument que je m'apprête à soumettre contre les assertions du docteur que l'esclave en question était le futur empereur tient aussi valablement pour l'autre, du nom de Moïse. L'esclave du nom de Moïse, selon le docteur, était le célèbre Général et « neveu » de Toussaint qui a été exécuté pour sédition.
Souvent, l'enfant d'une esclave né sur une plantation reçoit le nom de la plantation ou celui du maître, le propriétaire de l'esclave. C'est censé être la façon dont de Toussaint qui, lors de sa libération de l’esclavage, était nommé Toussaint Bréda, pour avoir pris naissance sur l’habitation Bréda, avant de devenir Louverture. Il existe de nombreux exemples de ce genre.
Il convient ici de mettre l’emphase sur une mise en garde très importante du Docteur de Cauna. Il s’agit de l‘identification des esclaves à Saint-Domingue à partir de leur seul prénom. Il dit que:
« On doit être prudent avec les identifications par leurs prénoms, qui étaient très variables pour les Noirs à l'époque, qu'ils soient libres ou esclaves. »
Il ne peut y avoir d’avertissement plus adapté que celui-ci en ce qui concerne l'identification des esclaves dans le temps colonial, par l'utilisation d'un simple prénom. Le dilemme posé par l'association des noms suggérés ci-dessus, notamment Jean-Jacques et Moïse, avec une personne en particulier portant un de ces noms est évident, même si nous devons l’éclaircir d’avantage. En conséquence, quiconque s’évertuerait à identifier l'Empereur d'Haïti avec une personne du nom de Jacques ou Jean-Jacques, qui aurait vécu soit au «Cormier» ou «Cormiers», ou au «Petit-Cormier», sans autre déterminant, serait pour le mieux mal averti, ou carrément injustifiable.
*

3. Le présent point de vue de l’histoire
Il est généralement admis dans l'histoire haïtienne que l'Empereur, Jean-Jacques Dessalines, est né sur habitation Cormier. Il est probable que l'Empereur ait été nommé «Cormier» à la naissance. Il est également admis que le premier maître connu de l'Empereur était un colon français nommé Henri Duclos, propriétaire d'une plantation de café.
Jean Ledan fils, un historien haïtien, ne semble pas tout à fait d'accord sur ce point et précise que la plantation de café « Cormiers était contiguë à l’habitation d’un autre colon nommé Henri Duclos.» Ledan parait avoir le même point de vue à savoir que la variabilité notoire des noms des esclaves était une réalité coloniale compte tenu du fait que «Les esclaves n’avaient pas d’état civil, pas d’acte de naissance, étant considérés par le régime colonial comme des biens meubles appartenant aux maîtres. » Naturellement, les esclaves enceintes ne pouvaient pas quitter leur plantation pour aller accoucher sur l’habitation de quelqu'un d'autre. Par conséquent, si l'Empereur était né sur l’habitation Cormier il est presque certain qu’il a été la propriété du titulaire de celle-ci. En supposant que Duclos ne fût pas propriétaire à la fois de Cormier et de la plantation de café d’à côté, le propriétaire de Cormier avait dû par la suite vendre son esclave à son voisin, Duclos. En d'autres termes, il semblerait qu'il y ait eu alors une transaction entre le propriétaire de Cormier et Duclos. Sauf s'il est convenu que Henri Duclos était le propriétaire à la fois de l’habitation Cormier et de la plantation de café qui se trouvait dans le voisinage. Cette question reste, évidemment, à être réglée.
Ledan dit aussi que «les esclaves prenaient généralement le nom de leurs propriétaires.» Nous avions appris des premiers historiens que le nom « originel » de l'Empereur était Duclos, ce qui tend à confirmer qu’il fut la propriété de Henri Duclos. Ce que Ledan n'a malheureusement pas dit, c'est que l’esclave, en tant que bétail, ne pouvait avoir qu’un seul prénom. Quelle que fût son origine, si le jeune esclave vendu à Duclos était précédemment nommé Jacques, il aurait fort probablement dû abandonner ce nom en devenant la propriété de Duclos pour prendre le nom de ce dernier.
C’est pour cette raison que Ledan s'est trompé quand il a affirmé que l’esclave « Jacques était aussi appelé Duclos, Jacques Duclos.» Ce ne peut être vrai. Duclos était le seul nom que le futur empereur aurait pu avoir en tant que bien d’Henri Duclos; non pas Jacques Duclos, comme il dit. Ledan a aggravé son erreur en ajoutant que «Henri Duclos décida un jour de vendre son esclave Jacques ou Jean-Jacques. » Il n'a pas expliqué quand ni pourquoi Jacques était devenu Jean-Jacques. Le résultat de ce laxisme est que nous nous retrouvons en face d’un personnage dont le nom aurait été soit Cormier, Duclos, Jacques, Jean-Jacques, ou Jacques Duclos. Certes, si au départ, il est très difficile d'avoir une identification fiable des esclaves et même des affranchis à partir de leur seul prénom, quelle est donc alors la probabilité de réussite d’une identification certaine de qui que ce soit ayant cinq prénoms possibles?
Ledan continue avec ce qui suit:
« Henri Duclos décida un jour de vendre son esclave Jacques ou Jean-Jacques. L’acheteur était un noir libre nommé Dessalines, nom qu’il s’appropria à partir de Des Salines. Des Salines était un ingénieur français établi à Saint-Domingue, il construisit la première chapelle de la Croix-des-Bouquets en 1775. Des Salines avait embauché un noir libre comme ouvrier charpentier. Celui-ci, bien que libre, prit le nom du Français et le sien devint Dessalines. Dessalines acheta donc l’esclave Jacques, qui à son tour prendra le patronyme Dessalines.»
Il est regrettable que Ledan ne nous donne pas toutes les dates auxquelles on pourrait associer l'achat de l'esclave né à Cormier ou la vente ultérieure de celui-ci à l'homme noir libre nommé Dessalines.
Il est possible qu'en devenant la propriété de l'homme noir nommé Dessalines le futur empereur avait changé son nom pour adopter celui de son nouveau maître. Cependant, pour la même raison qu’avec Duclos, son nom n'aurait pas été Jacques ou Jean-Jacques Dessalines, mais simplement Dessalines. Il reste encore la considération suivante : il est possible qu'il y avait plus d'un noir libre dans la région nommée Dessalines—un frère de celui-ci, par exemple—à posséder des esclaves et que parmi ces esclaves il y aurait des dénommés Jacques ou Jean-Jacques qui furent des noms très communs. Cette considération n’est pas uniquement pour trouver un moyen de faire. Dessalines pourrait avoir des parents, des associés, voire des inconnus du même nom qui furent eux aussi propriétaires d’esclaves.
Ledan a rapporté que l’ancien esclave adopta publiquement le nom de Jean-Jacques Dessalines beaucoup plus tard après sa libération de l’esclavage, et après qu'il eut rejoint le mouvement révolutionnaire. Il dit: «Le nom de Jean-Jacques Dessalines commença à être cité aux côtés de Toussaint Louverture à partir de 1794.» Le récit de Ledan est conforme au consensus parmi les historiens, malgré des différences mineures.
*
4. Qu'en est-il du Dr de Cauna?
J'ai cité précédemment le Docteur de Cauna qui dit que :
« Dans la pratique, il [l'Empereur] a travaillé comme un esclave sous lui [Toussaint] pendant deux ans au Cormier. . . . [Néanmoins, dit-il,] d'après les documents juridiques disponibles en date du 17 Août 1779, et déposé devant le notaire du Cap-Français, Me Doré : la prise à ferme par ‘Toussaint Bréda, nègre libre,’ auprès de son gendre Philippe Jasmin Désir, autre nègre libre créole, d’une petite caféière située au Petit-Cormier. »
Clairement, l’histoire du Jacques qu'il raconte se rapporte à celui qui travaillait au «Petit-Cormier.»
Gabriel Debien remarqua correctement, tel que rapporté par de Cauna, que l'Empereur, Jean-Jacques Dessalines, «est né à Cormier» [habitation Cormier pour être précis], dans la paroisse de la Grande Rivière. L’habitation Cormier était une entité juridique et la littérature abonde en références à celle-ci. Cependant, Debien croit que le nom «Jean-Jacques» était si commun qu'il serait erroné d'associer, sans aucun autre motif que le nom seulement, l’Empereur à un individu quelconque de la zone prénommé « Jean-Jacques ». Cette conclusion de Debien est basée sur les règles fondamentalement correctes du raisonnement inductif. Mais, Docteur de Cauna, qui croit qu'il en sait mieux, n’est pas d’accord avec Debien. Il affirme catégoriquement, mais sans preuve, que «La réalité historique est, en fait, exactement contraire à cette dernière hypothèse.»
Le lecteur voudrait naturellement se poser des questions sur la façon dont le Docteur va réaliser cet exploit de raisonnement. Nous allons donc commencer par examiner les données du problème que le Docteur lui-même a soumises pour voir où elles mènent.
J'ai cité plus haut le Docteur de Cauna qui a dit que :
« Dans la pratique il [l’Empereur] a travaillé comme esclave sous ses ordres [Toussaint] au Cormier (Sic) pendant deux ans.» [Néanmoins, il dit que des] « Documents parmi lesquels figurait l’acte désormais célèbre de bail d’une «place» (terme employé pour les petites plantations) à la Grande-Rivière du Nord le 17 août 1779 par devant Me Doré, notaire au Cap : la prise à ferme par «Toussaint Bréda, nègre libre », auprès de son gendre Philippe Jasmin Désir, autre nègre libre créole, d’une petite caféière située au Petit-Cormier.»
Plus dit le Docteur, plus l'affaire se corse. On se demande d'où vient réellement l'esclave du nom de Jacques qui a vraiment travaillé sous la direction de Toussaint. Est-ce celui du « Cormier, » du « Petit-Cormier,» ou bien est-ce vraiment important? La question est certainement importante, d'autant plus qu'il aurait pu y avoir plusieurs esclaves prénommés Jacques—le nom était si commun—à travailler dans ces deux endroits à la fois ou en même temps.
Naïvement, Docteur de Cauna procède comme si personne n’aurait remarqué que «Cormier» et «Petit-Cormier» renvoient à deux mondes différents et donc deux réalités différentes. De toute évidence, le Cormier de Debien, dans la paroisse de la Grande Rivière du Nord, ne peut pas être le même que le "Petit-Cormier» du Docteur de Cauna, situé quelque part dans les mornes. Il y a peu de doute que le Docteur comprend mal l'importance de la différence. C’est donc par cette méprise (ou astuce ?) qu’il croit avoir prouvé ce qu’il annonce avec orgueil «une importante conclusion inédite.» Mais qui tient à gagner de la confusion?
De plus, nous sommes confrontés à un autre tour de main sur le nom «Dessalines» que nous ne pouvons pas ignorer. Le lecteur voudrait certainement savoir pourquoi et comment le seul et même document officiel daté du 4 Octobre 1787, que le Docteur cite avec autorité, contient ces particularités qui nous laissent, pour le moins, perplexes. Il en est dit que:
« Nous avons reçu le mutuel consentement et donné la bénédiction nuptiale au nommé Janvier dit de Salines (Sic) [Janvier Dessalines] (Sic) , . . . fils majeur et naturel de Marie Jourdain, et à la nommée Marie Marthe Toussaint, . . . veuve de Philippe, dit Jasmin, nègre libre, fille majeure et légitime de Toussaint et de Cécile, nègre et négresse libre. . . Signé : Janvier Desaline. . . » (Sic)
Le document révèle que le nom du gendre de Toussaint est bien «Janvier dit de Salines.» Néanmoins, Le Docteur corrige le texte officiel en ajoutant entre crochets [Janvier Dessalines.] Janvier Dessalines est donc un vrai loup garou. Et ne n’est pas tout. Le nom du gendre réapparait, au bas du texte, dans la liste des signataires comme étant «Janvier Desaline.» Desaline n’est quand même pas «Dessalines.» On commence à se demander à quel saint se vouer!
Pour comble, Docteur de Cauna ajoute que :
« Un acte tiré des registres paroissiaux du Cap éclaire ce qui était resté jusqu’ici en partie mystérieux, le lien précis entre Toussaint et Philippe Jasmin Désir, le premier étant qualifié de «son beau-père» lorsqu’il loue la caféière du second le 17 août 1779. . .Documents parmi lesquels figurait l’acte désormais célèbre de bail . . . Le bail fut résilié d’un commun accord deux ans plus tard le 31 juillet 1781 devant le même notaire. »
Le Docteur nous avait dit que l’esclave du nom de Jacques avait travaillé sous les ordres de Toussaint « au Cormier » pendant deux ans consécutifs. Ces années doivent correspondre avec la durée du bail. C'est-à-dire, durant le temps écoulé entre le 17 août 1779 et le 31 juillet 1781. Qu’était-il advenu de Jacques, dit esclave de Toussaint, entre le 31 juillet 1781 et le 4 octobre 1787 ? Etait-il demeuré esclave de Toussaint pendant les huit années consécutives depuis le début du bail du 17 aout 1779 ? N’oublions pas que d’après de Cauna, l’esclave nommé Jacques qui travaillait sous les ordres de Toussaint avait obtenu son patronyme de Janvier Dessalines. Comment cela put-il être possible? Texte en main, nous savons que le soi-disant maitre du future empereur n’avait fait son entrée sur la scène pas moins de six ans plus tard.
Le Docteur de Cauna, est-il en mesure d’affirmer avec certitude que l’esclave théorique qui assumât le patronyme «Dessalines,» incontestablement dans la période post octobre 1787, est le même Jacques qui travaillait sous les ordres de Toussaint entre 1779 et 1781? Je ne le pense pas.
*

5. Quid du népotisme de Toussaint?
Docteur de Cauna accuse Toussaint Louverture d'abus de droit ou de la fonction en disant que:
« Il suffit d’observer de près l’entourage de Toussaint pour voir à quel point le népotisme commandait ses choix d’hommes en qui il pensait pouvoir placer toute sa confiance. Il ne nomme que deux généraux de division, tous deux noirs : Dessalines, son ancien assujetti, esclave familial en quelque sorte, et Moïse, son neveu (par sa seconde femme), ancien esclave de Bréda. Puis, parmi les généraux de brigade, son frère Paul Louverture, également ancien esclave de Bréda, et un autre neveu, Charles Bélair. »
Docteur de Cauna se trompe sur trop de choses pour que je prenne son argument sérieux. Néanmoins, je me trouve dans l’obligation d’évaluer chaque duplicité dans son contexte particulier. En décrivant les conditions au Petit-Cormier qu’il désigne comme une «place à vivre» qui appartenait à la fille et aux gendres de Louverture, il a dit au sujet des esclaves qui y travaillaient que :
« Il était aussi précisé que ces esclaves, «au nombre de treize, ne formaient qu’une seule et même famille.» Et l’on pouvait légitimement se demander s’ils «étaient apparentés à Toussaint», comme cela arrivait souvent dans ces petites places des «mornes» (montagnes). »
Avant de poursuivre, je dois préciser que Docteur de Cauna se méprend sur ce point d’ailleurs très important qui est la différence entre une « place » et « une place à vivre. » La « place à vivre » était une petite parcelle de terre—probablement pas plus grande qu'un demi-carreau de terre—qui a été sectionnée de la plantation et affectée à un esclave ou aux esclaves par les colons Français pour la culture. C’était pour forcer les esclaves à générer leurs propres moyens de subsistance. J’ai expliqué ailleurs que :
« Le régime de la place à vivre était une manœuvre cynique qui représentait la forme ultime de l'exploitation du travail non rémunéré. C'était un schéma qui n'avait pas de parallèle dans aucune théorie économique classique. . . . Par le subside d'une place à vivre aux esclaves, le maître abandonna sa dernière responsabilité vis-à-vis de l'entretien de sa force de travail. Il n'était plus responsable, même pour les nourrir. Il suffisait uniquement de les atteler au travail jusqu'à la mort. . . . Il y a une autre considération cruciale. C’est le fait que la place à vivre a été prêtée aux esclaves par le maître tant ils sont restés dans l'esclavage et dans l’inventaire du maitre. Le terrain n'était pas et ne pouvait jamais devenir la propriété privée des esclaves, en tant que tel. La propriété était un fait juridique. Les esclaves n'étaient pas en mesure de conclure des accords légaux. Ils ne pouvaient pas acquérir le droit à la propriété privée. »
Les esclaves étaient chargés de trouver le temps pour cultiver leur place à vivre après la fin de leur journée de travail qui s'étendait du lever au coucher du soleil. Parfois, l’esclave travaillait soit individuellement soit en famille—car l’habitation en tant que communauté était devenue la famille élargie des esclaves—ou en groupe. Des groupes d'esclaves de la même habitation pouvaient parfois combiner leur travail pour cultiver le lopin et retirer plus tard leur part de l'usufruit. La place à vivre n'était pas disponible à ceux qui vivaient en liberté. Les libres pouvaient légalement posséder des biens selon leur moyen. A la différence d’une «place à vivre,» les affranchis pouvaient s’octroyer d’une «place» qui était une petite plantation. La dimension moyenne de cette dernière n’était pas spécifiée. Toutefois, la différence entre une «place» et une «place à vivre» n'est pas purement verbale. Elle est juridique. La légalité de la «place» l'avait dotée de l'autonomie d'une entité économique, tandis que La «place à vivre» ne l'était pas. C’est, par conséquent, dans un but inavoué que le Docteur de Cauna brouille la différence.
Il a également été indiqué par de Cauna que ces esclaves au nombre de treize qui ont travaillé sous Toussaint au Petit-Cormier faisaient partie d’«une seule et même famille.» Cette déclaration est, pour le moins, suspecte. D'abord, il était d'usage que les maîtres blancs dispersent à travers la colonie tous les esclaves importés qui avaient des liens de parenté ou venaient de la même tribu. Les esclaves nés à Saint-Domingue ont été traités de la même manière pour la plupart. Cette pratique faisait partie intégrante du système de contrôle de la population servile mis en place par les colons. La vie de plantation avait remplacé la famille traditionnelle. L'idée même d'avoir des esclaves au nombre de treize vivant sur une petite «place» obtenue en bail appartenant à «une seule et même famille» frise l’absurdité. Il n'est pas étonnant que le Docteur de Cauna se ressaisisse pour se demander si vraiment ces esclaves «étaient apparentés à Toussaint.»
Il n'est pas impossible d’admettre que Toussaint et sa fille étaient affranchis alors que le reste de leur famille se serait trouvé encore dans les fers. Il est toujours possible de concevoir que Toussaint et sa fille étaient affranchis tandis qu’ils maintenaient leurs propres parents dans les fers, en tant que bétail, à leur profit. Les colons blancs maintenaient leurs enfants nés d’esclaves dans l’esclavage. Ce qui n'est pas juridiquement possible, et qui ne peut relever que d’une perverse dialectique, c'est que Toussaint, sa fille, et leurs esclaves furent d’«une seule et même famille.» Ce scenario est impossible parce que les esclaves, en tant que bétail, ne pouvaient pas être considérés comme faisant partie de la famille du maître. Ce seul fait invalide l'idée centrale de de Cauna. Cependant, nous pouvons toujours faire montre de charité vis-à-vis du Docteur en essayant de trouver les conditions dans lesquelles on peut donner de la chair à sa chère idée.
D'abord, le Dr de Cauna affirme que l'esclave du nom de Jacques (qui est présumé être l’Empereur) est connu pour ne pas être lié de sang à Toussaint. Néanmoins, ce même Jacques qui fait partie du groupe des "treize" est aussi inclus dans ce qu’il dit être une «seule et même famille.» Faisant fi de cet anachronisme de l'idée échoué du Docteur, on pourrait dire au contraire, que la fille de Toussaint et ses maris auraient acheté leurs parents de sang des autres maîtres d'esclaves pour les asservir à leur propre compte sur leur petite plantation. Nous n'avons pas besoin d'explorer ici les raisons économiques, sociales ou émotionnelles qui sous-tendraient un pareil scenario. Ce dernier scénario serait le plus probable compte tenu de la disponibilité de la documentation juridique. Mais, d’après le Docteur, la documentation prouve que:
« La prise à ferme par « Toussaint Bréda, nègre libre », auprès de son gendre Philippe Jasmin Désir, autre nègre libre créole, d’une petite caféière située au Petit-Cormier. Toussaint s’engageait notamment à « entretenir l’atelier en bon père de famille, à payer la capitation sur les esclaves et à répondre de leur marronnage et des décès accidentels ou naturels. »
Il y a encore des questions qui restent sans réponse. Est-ce-que c’est la prise à ferme par Toussaint de la place qui le transforme ipso facto en «maitre»? C’est plutôt ténu, compte tenu du fait que le bail n’avait pas changé fondamentalement le statut de propriétaire de la fille et du gendre de Toussaint. Pourquoi Toussaint, qui n'était pas le propriétaire de l'atelier, même s'il en était le commandeur, serait-il responsable devant l'administration coloniale des obligations financières de la plantation, des déclarations sur la vie, la mort et le comportement général des esclaves? Cela ne résonne pas bien.
Les théoriciens de l'économie capitaliste et les abolitionnistes ont fait valoir de façon convaincante que le coût du travail esclave était trop élevé et inutile pour faire de l'esclavage un système économique progressiste. Par exemple, le coût élevé de l'entretien de la main-d'œuvre esclave et la faible productivité qui en résulte sapent fondamentalement la puissance économique de l'ensemble du système. Par conséquent, ils étaient tous en faveur de l'émancipation des esclaves. L’affranchissement des esclaves favoriserait leur transformation en une masse de prolétaires dont la force de travail serait à la disposition du capital pour l'exploitation. On faisait la sourde oreille à leurs discours en France et dans ses colonies où les «places à vivres» servaient de négation aux raisonnements des abolitionnistes pro-capitalistes.
Considérons maintenant un autre problème qui se pose dans l'évaluation du Docteur qui augmente la difficulté de prendre au sérieux toute son argumentation. Il dit:
« Cette révélation des rapports ayant existé entre ancien maître et esclave sur la petite caféière et place à vivres du Cormier ne sont pas sans éclairer à la fois l’incroyable carrière du futur empereur mais aussi l’étonnante tension constamment palpable entre lui et son protecteur et ancien maître qui l’élèvera au commandement suprême de l’armée de libération. »
Sur la base de ce qui précède, ou bien le docteur de Cauna s’est trompé en décrivant la même petite caféière comme étant, 1) une «place» et 2) «une place à vivres au Cormier," ou bien il le fait de manière à tirer un avantage personnel de la confusion. Dans le premier cas, il y aurait un lien logique entre la «place» appelée « Petit-Cormier » où travaillaient des esclaves au nombre de treize qui formaient une seule et même famille. « Petit-Cormier » se différencie naturellement de la grande habitation « Cormier » qui était, peut-être, la propriété de Duclos. En outre, le bail de Philipe Jasmin Désir et sa femme, Marie Marthe, portait sur la petite plantation de café appelée "Petit-Cormier." Ce schéma est parfaitement en ligne avec ce qui a été dit plus haut à propos de ces « places ». Dans le second cas, en se référant à la tenue légale de la «petite plantation de café située au Petit-Cormier» en tant qu’une «place à vivres» Docteur de Cauna crée de la confusion et le désordre ne sert à personne d'autre que lui.
*

6. Népotisme: de quoi parle le Docteur ?
Docteur de Cauna dit que:
« Il suffit d’observer de près l’entourage de Toussaint pour voir à quel point le népotisme commandait ses choix d’hommes en qui il pensait pouvoir placer toute sa confiance. Il ne nomme que deux généraux de division, tous deux noirs : Dessalines, son ancien assujetti, esclave familial en quelque sorte, et Moïse, son neveu (par sa seconde femme), ancien esclave de Bréda. Puis, parmi les généraux de brigade, son frère Paul Louverture, également ancien esclave de Bréda, et un autre neveu, Charles Bélair. »
Par économie d’effort, je vais ignorer les nombreuses questions relatives aux réalités des plantations par rapport à la réalité coloniale globale. Je vais encore ignorer le fait que l'esclave du nom de Jacques qui est présumé être l'Empereur Jean-Jacques Dessalines avait déjà été identifié par le Dr de Cauna comme faisant pas partie de la famille de Toussaint. Malgré ce fait qu’il a lui-même établi, le Docteur conjoint Dessalines sans explication avec le frère et les « neveux» de Toussaint pour justifier les exigences de la complexité de la définition du concept de népotisme. De toute évidence, Dr de Cauna ne s’embarrasse pas des scrupules de la raison.
Toutefois, je veux être généreux envers le Docteur en lui offrant la définition la plus large et la plus favorable du népotisme pour vérifier l'exactitude de son accusation portée contre Toussaint. Rappelons-nous que dans le système esclavagiste de Saint-Domingue, chaque plantation, grande ou petite, était une entité indépendante et autonome qui était régie selon la volonté du propriétaire qui agissait en despote. Contrairement à la réalité, le maître était considéré juridiquement comme le pater familias de la plantation, alors que les esclaves n’étaient que meubles et ne pouvaient pas être inclus dans la famille du maître. En conséquence, le traitement accordé à n'importe quel esclave ne peut pas être du népotisme. La situation change avec l’émancipation de l’esclave.
Sur l'un de ses différents aspects, en règle générale, le népotisme est considéré comme un traitement préférentiel accordé aux membres de sa famille ou à des amis en termes économiques et politiques. Dans la mesure où habituellement, la communauté de plantation était devenue fonctionnellement la famille élargie des esclaves, il n'est pas totalement hors contexte, de considérer l'ensemble du groupe asservi de la plantation en tant qu’une famille virtuelle. Ainsi, favoritisme à l'égard des membres de ce groupe, par opposition à d'autres groupes distincts, peut raisonnablement être conçu comme une forme de népotisme. Mais en est-il le cas? Je vais prouver que ce n’était pas le cas avec Toussaint.
Sur un autre aspect, le népotisme est favoritisme accordé aux parents quelles que soient les circonstances. Revenons à l’Empereur. D’après Jean Ledan fils, Jean-Jacques Dessalines «incorpora les rangs de Jean-François et de Biassou, puis ceux de Toussaint.» Le Docteur, est-il prêt à dire que Jean-Jacques Dessalines, qui est unique dans les annales de l'histoire par ses prouesses militaires, a-t-il été promu par Toussaint Louverture au commandement suprême de l'armée de libération, sans distinction? Il n’y a qu’une seule réponse à cette question : non. Le Docteur le dit lui-même sans contrainte que «L’homme le plus extraordinaire de cette époque, soit par sa fortune, soit par ses talents militaires, était sans contredit Dessalines.»
Le Docteur, est-il également prêt à soutenir que les Généraux de Brigade Moïse et Paul Louverture, qui ont conquis la colonie espagnole de l'Est, ce qui a permis à Toussaint de transformer toute l'île d'Haïti en une colonie française, ont été élevés à leurs rangs sans mérite? Personne ne le pense. La même question peut se poser à l’égard du Brigadier-Général Charles Bélair.
I rest my case.

--------

Notes:


Les emphases sont dans l’original.
C’est moi qui souligne.
Le mot «Cormier» est écrit au singulier par les premiers historiens et se réfère à la grande plantation située dans la paroisse de la Grande-Rivière du Nord. Gabriel Debien, que le docteur de Cauna cite, a également orthographié le nom au singulier. Jean Ledan fils utilise l’orthographe plurielle "Cormiers." Les deux orthographes sont utilisées pour faire référence à la même habitation.
Les premiers historiens haïtiens pensent que Duclos fut le propriétaire de l’habitation Cormier.
Le Nouvelliste, mardi, 16 octobre, 2012, P-au-P, Haïti.
Cela n’est pas nécessairement vrai puisqu’il était possible que le maitre ou les parents du petit esclave le à volonté Duclos.
C’est moi qui souligne.
Les emphases sont miennes.
Docteur de Cauna se décide à changer le nom contrairement à ce que le texte rapporte. L’emphase est mienne.
C’est moi qui souligne.
C’est encore moi qui souligne.
Jacques Vielot, Prolegomena to all future works on Haïtiannité, Lulu Publications, 2011, page 26.
C’est moi qui souligne.
J’ai terminé mon plaidoyer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doub-Sossis
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2429
Localisation : Montreal
Loisirs : cockfighting
Date d'inscription : 24/12/2007

MessageSujet: Re: MEN ZINZIN: DESSALINES ESCLAVE SOU BITATION BO-FI TOUSSAINT   Mer 12 Déc 2012 - 19:09

Jacques Vielot a écrit:
Depuis mon enfance, on m'a appris à dire que «Ce qui n'est pas clair n'est pas français.»
Selon le Dr de Cauna, il y a deux réponses à une question qui n'a jamais été posée. La question est la suivante: Jean-Jacques Dessalines fut-il l'esclave de Toussaint Louverture? Le docteur offre deux réponses à cette question. Les deux réponses sont, naturellement, «oui et non».
La réponse du docteur nous indique qu'il suit une logique bivalente assez rigide du raisonnement. C'est-à-dire, il n'y a pas d'état tiers entre «oui» et «non». C’est une logique assez curieuse puisque la logique formelle traditionnelle qui est aussi bivalente reconnaît la loi du tiers exclu mais quand celle-ci s’applique à une disjonction. C'est-à-dire, le tiers exclu s’applique pour «oui ou non» et non pas «oui et non.» La logique du «oui et non» s’apparenterait à la dialectique qui n’est clairement pas du domaine du Docteur.
Ce doit être nécessairement vrai, parce que la logique formelle bivalente se rapporte à un résultat sémantique qui se lie à l’évidence des faits de notre monde ou à des assertions à leur sujet. Ceci découle d’une exigence du calculus du premier degré de la raison.
Jacques Vielot, Prolegomena to all future works on Haïtiannité, Lulu Publications, 2011, page 26.
C’est moi qui souligne.
J’ai terminé mon plaidoyer.
Cher Mr. Vielot,

Je vous complimente pour votre long texte, que je devrai relire, afin d'en relever les nuances. J'ai put discerner que vous etes un partisan de la logique binaire du "oui ou non" mutuellement exclusifs. Si en mathématiques ou pure logique ces axiomes peuvent être acceptes, dans la vie courante, en histoire et en sciences, notamment en sciences sociales, il me semble que ce n'est pas le cas. Le monde n'est pas noir ou blanc, il est fait de nuances, et la certitude absolue n'existe pas. C'est en examinant le poids des évidences que l'on penche vers telle thèse ou la réfuter, ou dans l'autre cas lorsque le poids des évidences ne sont pas assez significatives (statistiquement ou autre) se ranger du cote de la prudence en acceptant l'incertitude comme plausible. C'est ce qui d'ailleurs alimente l'intérêt des chercheurs comme vous, si nous vivions dans un monde binaire de certitudes absolues, que faire des chercheurs? Je pense que de Cauna a été très honnête dans ce cas, il vous revient de poursuivre ses recherches et amener d'autres évidences les infirmant ou les réfutant.

Bonne soirée,

Doub

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc H
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 9140
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

MessageSujet: Re: MEN ZINZIN: DESSALINES ESCLAVE SOU BITATION BO-FI TOUSSAINT   Jeu 13 Déc 2012 - 19:23

Cher Monsieur Jacques

Je vous remercie pour la rapidité avec laquelle vous m'avez répondu. Je regrette, toutefois, de vous dire que je ne sais pas grand chose sur l'histoire d'Haïti. Je suis encore en mode d’apprentissage. Ma connaissance en Histoire d’Haïti est assez limitée pour avoir vécu toute mon adolescence à l'extérieur du pays. Mais j'apprends beaucoup grâce aux interventions des internautes comme vous, d'ailleurs. Je suis certain que les passionnés de l'histoire d'Haïti du Forumhaiti.com vous répondront dans les jours à venir. En attendant, je vous lis assidument.
Bien à vous

Marc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doub-Sossis
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2429
Localisation : Montreal
Loisirs : cockfighting
Date d'inscription : 24/12/2007

MessageSujet: Re: MEN ZINZIN: DESSALINES ESCLAVE SOU BITATION BO-FI TOUSSAINT   Ven 14 Déc 2012 - 20:26

Le Docteur de Cauna, est-il en mesure d’affirmer avec certitude que l’esclave théorique qui assumât le patronyme «Dessalines,» incontestablement dans la période post octobre 1787, est le même Jacques qui travaillait sous les ordres de Toussaint entre 1779 et 1781?

Comme je le disais en histoire comme dans les sciences sociales il n'y a pas de certitudes absolues, par contre l'on peut analyser les faits et en deduire des conclusions logiques.

En 1789: il y avait à St. Domingue 40000 blancs, 28000 affranchis et 452000 esclaves soit environ 500000 habitants.

Parmi les affranchis nous savons qu'une infime minorite se composait de noirs libres qui avaient soit rachete leur liberte par leurs talents (metiers) ou avaient ete liberes du joug de l'esclavage pour services rendus par leur maitres.


Quelle est la probabilite statistique qu'un noir libre, proprietaire d'esclaves a Cormiers (un nom propre de place-bitation pratiquement vide, voir photo en-dessous), beau-fils de Toussaint Louverture portant le patronyme Dessalines, et qu'un Jean-Jacques ne a Cormiers porte lui aussi ce patronyme juste par hasard? sans etre celui qui deviendra plus tard bras droit de Toussaint et ensuite Empereur d'Haiti.


La Probabilite est la meme que celle pour que le denomme Preval qui devint President d'Haiti, ne soit pas celui qui avait l'habitude de coucher sous le lit d'Aristide, pratiquement nulle...

.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MEN ZINZIN: DESSALINES ESCLAVE SOU BITATION BO-FI TOUSSAINT   

Revenir en haut Aller en bas
 
MEN ZINZIN: DESSALINES ESCLAVE SOU BITATION BO-FI TOUSSAINT
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Réflexion sur papa Dessalines
» 7 avril : 204e anniversaire de la mort de Toussaint
» Haiti
» 200 ans depuis l'assassinat de Dessalines: reflexions!
» Toussaint Louverture le penseur de la republique d'Haïti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Histoire d'Haiti-
Sauter vers: