Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Seisme du 12 janvier 2010

Aller en bas 
AuteurMessage
Edpoete
Star
Star


Nombre de messages : 209
Date d'inscription : 24/10/2006

Seisme du 12 janvier 2010 Empty
MessageSujet: Seisme du 12 janvier 2010   Seisme du 12 janvier 2010 EmptyMer 9 Jan 2013 - 10:00

Le séisme du 12 janvier
Edner Saint Amour

Ludovic Booz, né en 1940 à Aquin, Haiti. Galerie d'Art Nader.

Séisme sommaire
SÉISME DU 12 JANVIER
Le cosmos, l’univers, la nature n’est pas seulement ordre, harmonie et paix
Dans lequel nous lisons la splendeur merveilleuse de l’être suprême Dieu
Mais à l’occasion surgit du sein de l’univers le trouble, le désordre, le chaos
Dont l’assaut de malheur aux humains fait douter de la bonté divine ou de Dieu

En 1779 alors que l’ancien président Alexandre Pétion encore bébé au berceau
Le chaos émerge, de la nature par un terrible séisme ou tremblement de terre
Qui ravagea la Ville de Port-au-Prince, capitale de la colonie Saint-Domingue
Le bébé Pétion fut sauvé grâce à la vigilance de la servante de sa mère

En 1842 à nouveau la nature se déchaine en agitant les flots de sa colère
Le chaos d’un séisme détruisit la ville du cap sous la présidence de Boyer
Où la dette nationale du pays envers la France et ce cataclysme naturel
Ont catapulté le pays au fond d’un immense abime économique ou financier

Encore en 2010 la nature déchaine sa colère en des vagues tapageuses
Le chaos, le désordre s’abattit sur la capitale de Port-au-Prince
Le tremblement de terre n’épargne même le palais national à moitié démoli
Le nombre de morts s’élève à plus de trois cent mille, sans les maisons détruites

Et la question se pose sur toutes les lèvres haïtiennes de toutes couches sociales
Est-ce une malédiction divine pour les péchés commis par les Haïtiens
Est-ce un châtiment divin, une punition divine qui consiste à châtier
Les dirigeants haïtiens corrompus et le peuple vaudouïsant livré au diable

Presque toute la majorité du peuple haïtien abonde dans ce sens
Le peuple haïtien paie de son sang, de sa vie pour les péchés commis
Le niveau du crime atteint un sommet beaucoup trop élevé dans la société
Pour rester impuni éternellement devant la vigilance divine ou de Dieu

Oui! Je comprends la version du châtiment, de la punition ou de la malédiction
Piquet, Cacos, Zinglin, Zenglendo, Kidnappeur, crimes ou abus d’autorité
Sont trop évidents pour passer sous le silence l’idée de la malédiction divine
Car l’impunité est contraire aux lois de la nature, aux lois de la création divine

Mais comment trancher la question de la punition, de la colère divine
Dans le contexte des victimes haïtiennes du séisme du 12 janvier
Regroupant les innocents et les coupables, les vertueux et les vicieux
Est-ce Dieu est aveugle au moment de sa colère n’épargnant même les bébés

Dans un contexte métaphysique rien nous dit qu’il s’agit d’une malédiction
Il se peut aussi que le séisme soit un acte de sauvetage divin de l’humanité
Il faut voir ce cataclysme naturel dans les deux côtés de la médaille
Malédiction divine ou sauvetage divin, l’un ou l’autre peut demeurer vrai

À mon sens, Dieu le créateur est un être d’amour et de compassion
N’aurait jamais décidé de la destruction de la vie contraire à l’acte de la création
Comme la mort de chacun existe pour le salut de tous dans de l’humanité
Il se peut bien que le séisme soit un moyen pour Dieu de sauver l’humanité

Une nation est envahie par l’armée d’une autre nation barbare et puissante
L’armée du pays envahi envoie ses soldats, ses militaires à la guerre
Juste pour exercer son droit naturel à la résistance, son droit de légitime défense
Comme les globules blancs qui se défendent contre l’intrusion des toxines et microbes

Mille soldats sont tombés victimes, morts sur le champ de bataille, de combat
Mais l’armée réussit par chasser les agresseurs barbares de l’armée étrangère
N’est-ce pas là un acte salvateur, de salut malgré les mille soldats morts
Mille soldats sont morts pour sauver la population de dix millions âmes

Le séisme est un moyen divin local efficace pour résoudre un problème global
Qui menace le destin de toute l’humanité sur l’ensemble du globe terrestre
Comme il faut une petite secousse pour résoudre un grand problème général
Haïti est frappée par le séisme entraînant centaines de milliers de victimes

Mais le séisme n’est pas une malédiction divine pour châtier des coupables
Mais un acte ou moyen de sauvetage efficace pour Dieu de protéger l’humanité
Le séisme n’est pas une malédiction mais la preuve de la compassion divine
Preuve que Dieu se charge du destin, de l’avenir, de la destinée de sa création

Certains accusent l’homme d’être à l’origine de la mort par son péché
D’autres reprochent à Dieu d’avoir créé la mort, en tant qu’être dit bon
Toutes les doléances remettent en question soit la bonté humaine ou divine
Où la confiance cède à la méfiance, où la sérénité cède à l’incertitude

Imaginez que les cellules de croissance qui se multiplient à travers notre corps
Grandissent et se reproduisent indéfiniment dans le temps et l’espace
L’homme ne serait-il pas devenu une masse géante difforme, un vrai monstre
Une terre finie disposerait-elle d’espace pour comprendre une population infinie

Si l’on comprend l’ampleur du problème de grandeur de la taille de l’homme
Si l’on comprend l’ampleur du problème de la multiplication de la population
Nul n’est besoin d’être un savant pour se réaliser et démontrer au monde
Que la mort reste un moyen salvateur efficace pour Dieu de gérer l’humanité

Alors Dieu se montre un génial et habile gestionnaire ou administrateur
En prenant la décision meilleure que chacun meurt pour le salut de tous
C’est par la mort de chacun que l’humanité réussit par conserver sa pérennité
L’option contraire de l’immortalité serait une absurdité sinon une aberration divine

D’ailleurs n’a-t-on pas le signe avant coureur que l’immortalité serait un désastre
Avec le cancer qui est une pathologie où se manifeste l’immortalité des cellules
Alors pourquoi l’immortalité des cellules engendre la mort de l’homme malade
Dieu a choisi la meilleure combinaison parfaite pour le devenir des êtes vivants

Si dans son égoïsme et son fantasme l’homme s’égare dans l’obsession existentielle
Jusqu’à voir dans la mort un malheur horrible à nul autre pareil pour lui-même
Dieu en tant qu’être altruiste, omniscient qui sait transcender dans la perfection
Décide que la mort de chacun assure le salut de l’ensemble de l’espèce vivante

Comme le grain de maïs, doit pourrir, mourir sous le sol
Pour germer, grandir, fleurir, se reproduire dans la nature
En produisant un épi d’une centaine de grains vivants
La mort est une opération de croissance et de multiplication de la vie

Comme la métaphysique est un lieu d’interprétation infiniment ouverte
Où nul ne sait qui a tort et qui a raison, qui dit vrai et qui dit faux
Il se peut bien que j’ai tort, que j’ai dit un mensonge, séisme n’est pas sauvetage
Mais nul ne peut disposer non plus de preuve ni du faux ni du vrai
12 avril 2010
Edpoete@yahoo.ca

Le séisme du 12 janvier
Edner Saint Amour





Ludovic Booz, né en 1940 à Aquin, Haiti. Galerie d'Art Nader.

J’ai quitté Montréal le premier décembre 2009 à bord d’un petit Boeing de la ligne aérienne Sunwing en direction de Port-au-Prince où j’ai passé une semaine chez ma cousine Doctoresse Maggy Désormeaux avant de rentrer à Hinche à bord d’un petit avion reliant Port-au-Prince et Hinche. Arrivé à Hinche je m’étais à visiter mes proches parents et amis quotidiennement.
C’est ainsi, le 12 janvier, vers 4 h50 j’étais en face de la Place Charlemagne Péralte de Hinche, chez mon ami, ingénieur Garry Sylvain, en train de parler. Sur l’histoire et la politique d’Haïti.
Garry s’asseyait sur une chaise sur la galerie alors que moi j’étais debout devant la galerie de la maison, quand soudain je ressenstis des tremblements, c’est-à-dire mon corps qui se balancait des deux côtés. Ma première impression était que je suis malade, je vais m’évanouir, je vais tomber inconscient. Donc c’est moi qui suis malade et non la terre qui tremble. Pour empêcher une grave chute, je me dis dans ma tête je vais m’asseoir sur la galerie. Au même instant mon ami Garry dit: O apa kay la ap danse! Une bicyclette qui était sur la galerie tombait sur la galerie. C’est alors que je comprends que c’est un tremblement de terre. Tout de suite je me suis retiré de devant la galerie de la maison et me poster sur la place. C’est alors que je vis tout le monde qui courait sortir de leurs maisons en toute hâte pour se réfugier dans la rue ou sur la place comme moi. Aux secousses et balances, je croyais qu’un volcan allait faire son éruption parce que j’ai l’impression que la terre veut se fendre en deux.
Premières nouvelles
Après les secousses, à deux pas de la place, je regagne la maison de mon cousin Claude Désormeaux qui est vendeur grossiste de cartes de téléphone Digicelle, Voila et 509.
De là un ancien ami, du nom Érold essaie de rejoindre Port-au-Prince pour plus d’information sur ce qui vient d’arriver et si ses proches ne sont pas affectés aussi par le séisme. Toutes les communications rompues. Après maintes tentatives échouées, Erold réussit de rejoindre un de ses proches à Port-au-Prince dans une communication embrouillée. Son amie lui dit qu’elle était sur une place le séisme a passé, mais qu’elle est actuellement dans la rue en face de sa maison, mais incapable d’y rentrer pour constater les dégâts et s’il ya des victimes.
Entrée à Port-au-Prince
En vain mon cousin Claude cherche d’entrer en contact avec sa sœur Maggy à Canapé Vert. Environs deux heures après, les radios nous apprennent que Port-au-Prince est détruit, particulièrement, le Centre Ville, Canapé Vert et Delmas.
Le lendemain on reste encore sans nouvelle de Maggy à Canapé Vert, dit-on qui est détruit. C’est la panique. Ma cousine Madame Tchombé, avec son fils Carl et son mari Tchombé décident de rentrer à Port-au-Prince à Canapé Vert pour savoir ce qui arrive avec Maggy. Karl seulement savait l’adresse de la maison. Arrivé de la maison, Karl constate la ruine, tout le bâtiment effondré. Mais Karl ne voulait pas le révéler à Madame Tchombé, déjà trop paniqué afin d’éviter le pire. Alors il faisait semblant d’oublier la maison en marchant dans la rue comme quoi il cherche encore la maison. C’est alors que Maggy apparait abord de la voiture de son mari Celigny. Des larmes inondaient les paupières, les joues, les cris fracassaient le cœur et les entrailles. En tout cas merci, père éternel Maggy n’est pas morte. En train de prendre son bain quand le séisme a passé, elle a eu la chance de sortir des décombres en rampant à culotte seulement comme un serpent avec sa petite fille Jinnie. Son mari n’était pas à la maison, mais à son bureau qui n’est pas détruit. La bonne fut très fracturée mais pas morte. Ils sont la famille échappée au désastre, les quatre étages du building ont plongé en ruine, tous ont péri. C’est une voisine de la même rue qui lui donne à Maggy une robe pour s’habiller. Elle rentre à Hinche avec sa seule culotte et la robe donnée comme bien, tout est perdu dans les ruines des décombres.
À Hinche on enregistre aucun dégât, pas même une vitre brisée, mais devient le lieu de refuge d’une harde de gens inconnus et connus venant de Port-au-Prince, surtout les Hincheois habitant à Port-au-Prince et dont leurs sont complètement détruites. Parents, enfants, jeunes, vieux, blessées, élèves, enseignants, tous débâclent à Hinche. La ville devient bondée de gens au cours une seule semaine.
Rumeurs et histoires
Après trois les radios bombardent les gens de la ville avec de fausses nouvelles sur l’ampleur des dégâts. Une station de radios a même fait croire que le nombre de morts s’élève a environ 1000.000. Comment pouvait-on le savoir puisque les gens vivants et morts sont encore sous les décombres. C’est ainsi le malheur du 12 janvier qui frappe le peuple haïtien devient lieu de spéculation à toutes sortes de charlatans, de cancres, des diseurs de l’avenir, qui contribuent plus paniquer davantage les gens que de les rassurer. On présente le séisme comme un phénomène nouveau, étranger à l’haïtien en raison de notre ignorance de notre propre histoire et de notre position géographique sur le globe terrestre. Sinon on se souviendrait du séisme qui détruisit Port-au-Prince en 1779, où Alexandre Pétion encore bébé a failli mourir, car sa mère qui s’affolait aux premières secousses se réfugiait dans la rue sans son bébé reste au berceau qui fut secouru grâce à l’aide d’une servante. On se souviendrait aussi le tremblement de terre de 1842 qui détruisait la ville du cap.
Sur le plan géographique, on sait qu’à l’équation la vitesse de rotation de la terre est environ 370.000 kilomètres à l’heure alors qu’aux deux pôles, Nord-Sud elle est presque nulle. Donc Haïti, pays subtropical voisin de l’équateur se situe dans une zone de turbulence comme bien autres pays de l’Amérique centrale. Autant dire que le tremblement de terre n’est pas une chose étrange en Haïti, il n’y a aucun mystère, c’est un phénomènes strictement naturel qui caractérisent bien de pays selon leur position géographique
Les imposteurs
Que disent les imposteurs charlatan de tout acabit:
1. Selon certains fidèles religieux haïtiens, le séisme nous frappe parce que le peuple est trop méchant, il s’adonne trop à actes de zenglendos, de kidnapping, d’injustice, de la sorcellerie, du vodou, des loas satanique. Il existe trop de lougraou, de sanpwel, devennveneng qui mangent des haitiens, tue des haïtien, transforment des gens en zombie, bœufs pour les vendre au marché. Donc Dieu nous a puni pour nos péchés, notre châtie pour notre méchanceté.

2. D’autres prétendent que la terre se venge des maux que les humains lui infligent par les pollutions, les gaz toxiques, le déboisement, l’érosion, les déchets…etc.

3. D’autres encore s’accroche au calendrier maya qui prêche la fin du monde en 2012, plus précisément le 21 décembre 2012. Ce groupe renforce la thèse des fidèles chrétiens de l’approche de la fin du monde. Donc le moment décisif pour se convertir afin de sauver son âme.
La thèse de la fin du monde relève d’une préoccupation hypothétique et fantaisiste. Selon les scientifiques, le soleil qui permet à la vie terre, a encore des milliards d’années à vivre et la terre se détruira qu’avec le soleil. Donc l’idée de la fin du monde, proche ou en décembre 2012 est erronée, c’est une arnaque surnaturel ou mystique. Bien sûr nul ne aurait convertir l’avenir. Mais aucune raison de penser que l’apocalypse soit programmée pour le 21 décembre 2012.
Quant aux religieux qui opinent sur le séisme le considérant comme un malheur qui frappe le peuple haïtien comme une punition ou malédiction divine étant le fruit de sa propre pratique de mal ou de méchanceté dont il subit les conséquences fâcheuses par la colère la vengeance divine contre ces péchés haïtiens particulièrement les vodouïsants, les sorciers livrés au satanisme, ce n’est qu’une interprétation métaphysique absurde et vaniteuse. Dans leur spéculation métaphysique figée, ils font pencher la balance d’un seul côté en faisant ressortir le mauvais côté du séisme comme un châtiment divin contre les péchés humains. Mais si c’est Dieu qui décide de frapper le peuple haïtien particulièrement les pécheurs coupables, pourquoi, tous, innocents et coupables sont tombés victimes d’un même sort brutal de la colère divine: riches comme pauvres, zenglendos comme pasteurs, kidnapeurs comme prêtres, athées comme fidèles croyants, saints comme lougarous impies, vodouïsants comme chrétiens, enfants comme parents, bébés comme vieillards. Si l’on peut comprendre les raisons pour lesquelles les coupables ont péri, aucun religieux, fidèle et chef, ne peut expliquer pourquoi les innocents enfants ont péri dans les décombres. Ont-ils payé de leur vie pour les crimes, d’un père, d’une mère, d’un grand frère, d’une grande sœur, d’un cousin ou oncle, d’une cousine ou tante ou tout autre proche parent ou ami? La seule réponse valable possible est d’avancer l’idée d’une colère divine excessive sans bornes qui n’épargne ni innocents ni coupables. Alors quelle est cette forme de justice divine de la part d’un Dieu que l’on croit être si bon? N’est-ce pas là une pseudo-justice divine? Qui est responsable du sang des victimes innocentes? Est-ce Dieu, esprit doué de toute bonté, dit-on? Toute logique abonderait en ce sens alors que les religieux n’ont pas de réponses valables ou cohérentes à ces questions pour blanchir la main divine de ces crimes, qui se révèlerait complice du sang des victimes.Alors c’est mieux d’arrêter de condamner Dieu par mégarde ou sans le savoir, d’arrêter le courant de spéculation métaphysique fallacieuse et absurde sur l’aspect négatif du séisme comme étant l’effet négatif de la conduite vicieuse ou nuisible des Haïtiens envers Dieu.
Côté positif du séisme
Si on y voit le mal, pourquoi on n’y voit pas aussi le bien, c'est-à-dire voir les deux côtés de la médaille. C’était ma propre réponse à un fidèle religieux qui croit dans l’idée du châtiment ou de la colère divine. Je lui ai demandé est-ce que dans un ordre métaphysique, le séisme ne peut être une action salvatrice de nature divine, donc une bonne chose protectrice et non un châtiment punitif contre les humains. Il m’a répondu, au grand jamais. Je lui ai dit: en cas d’invasion étrangère, l’armée du pays envahi envoie ses soldats à la guerre pour chasser les envahisseurs, où 500 soldats sont tombés morts mais libère 10 millions d’individus civils de tout le pays. Si l’armée du pays accepte de sacrifier la vie de 500 soldats pour sauver 10 millions de vie, n’est ce pas là une mesure salvatrice ou la mort de 500 soldats donne la vie à 10 millions d’individus. Alors dans cette même logique, le séisme peut être perçu comme une mesure de réparation d’un problème global qui menacerait la vie de toute l’humanité sur la planète, et que Dieu dans sa bonté a choisi de fixer le grand malheur fatal global généralisé dont l’effet des secousses comme mesure de réparation frappe localement une petite partie de la planète. Alors dans cette mesure de réparation d’un problème global pour éviter le pire, 500.000 morts pour pouvoir sauver 15 milliards de vie sur la planètes. N’est-ce pas là un acte de justice de la part de Dieu, de la même manière qu’il choisit de faire mourir chacun en lui assignant un cycle de vie d’environ un siècle, afin de sauver, conserver toute l’espèce humaine qui garde sa pérennité. Si l’homme était immortel, les cellules de croissance ne s’arrêteraient point, l’homme serait un monstre géant incapable de supporter son poids trop grand pour entrer dans une maison, le nombre de la population serait trop élevé, croissance infinie, population infinie sur un globe terrestre fini, où le surpoids et la surpopulation ferait disparaître du même coup toute l’espèce humaine, par faute subsistance, faute d’espace. Dieu se révèlerait un piêtre administrateur de sa propre création. Autrement dit l’acte de la mort de chaque être vivant, est un acte salvateur pour toute l’espèce vivante y compris l’humanité par lequel Dieu se révèle un habile gestionnaire ou administrateur de l’espèce vivante et de l’humanité comme de la création. Dieu est omniscient et parfait, s’il a décidé que chaque être vivant meure, c’est parce qu’il sait dans les combinaisons possibles pour la création de l’espèce vivante, cette décision de la mort se révèle la plus parfaite et efficace pour administrer sa création. Telle est ma conception sur les malheurs naturels qui affectent les humains et la mort inévitable de chaque homme. D’ailleurs le cancer qui est l’immortalité des cellules dont la croissance et la multiplication engendre la mort de l’être atteint de cancer, n’est-ce par un signe du cauchemar qu’entraînerait une éventuelle immortalité de l’homme. Si l’immortalité de cellules engendre le cancer qui est une maladie mortelle, où l’immortalité même engendre la mort, alors il faut être sage et prudent quant à tout fantasme d’immortalité.
Quelles sont les vraies causes du séisme ou du tremblement de terre?
Le tremblement de terre n’est pas une réaction de la nature ou de la terre contre nos conduites, bienveillantes ou méchantes. C’est un phénomène qui se produisit déjà depuis des milliards d’années avant l’apparition de l’homme sur la terre et qui continue aussi de se produire même après la disparition de l’espèce humaine sur la terre.
Les séismes de l’Amérique à l’Afrique, de l’Asie à l’Europe ou de l’Océanie ont tous pour causes:
1. Les ruptures des plaques tectoniques dans les profondeurs de la terre majoritairement et d’une activité volcanique plus rarement.

2. Un séisme peut survenir après une explosion ou une extraction minière d’origine humaine, mais il ne s’agit que d’exception rarissime sans conséquences dramatiques.
Les séismes naturels peuvent provoquer des Tsunamis comme au Chili en 1960 où 120 personnes ont péri, où en Océan indien en décembre 2004 causant la mort d’environ 230.000 personnes.
Edner Saint Amour
17. Mars 2010


Edner Saint Amour




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Seisme du 12 janvier 2010
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seisme du 12 janvier 2010
» Les haitiens sont-ils vraiment solidaires entre eux ?
» La double nationalité au regard des évènements du 12 janvier 2010.
» Les Awards (janvier 2010)
» USAID BARE GOUVENMAN PREVAL-BELLERIVE KI TE BAY MANTI NAN BILAN TRANBLEMAN LATÈ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: