Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Men sa nou pa t konnen lan istwa peyi nou.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sasaye
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7620
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, literature kréyòl
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

MessageSujet: Men sa nou pa t konnen lan istwa peyi nou.   Mar 22 Sep 2015 - 23:17

Saturday, September 19, 2015

Vaudou : les grandes visions de Max Beauvoir

Max Beauvoir s'est éteint le 12 septembre 2015. Haïti Connexion Culture publie cette interview qu'il avait accordée au Journal le Nouvelliste en juillet 2008. Dominique Domerçant y faisait le point avec Max Beauvoir fraîchement intronisé Ati national.



Le Nouvelliste (LN): « Ati national », un titre nouvellement proposé dans notre société par la communauté des vaudouisants, quelles en sont vos responsabilités qui vous sont imposées par ce poste ?

Max Beauvoir (MB): Le titre « Ati » fait référence aux traditions de « Legba », « Legba Atibon », « Loko Atibon, Loko Atisou » et de « Ati Danyi Boloko » qui signifient le grand arbre de la forêt qui protège les petits arbres qui sont au-dessus de lui contre les rigueurs du soleil et des intempéries etc. Le nom « Ati » est aussi l'un des autres noms d'Haïti, qui serait basé sur le fleuve Artibonite (Atibonit, sans la lettre «r»). Fleuve qui sépare géographiquement le pays en deux parties (le haut Artibonite et le bas Artibonite). Le poste d'Ati place l'individu dans une position d'intermédiaire entre le monde des humains et le monde des esprits, et c'est pourquoi la traduction du mot «Ati» tout comme le mot « Wanken » signifie dans le vaudou ''chef suprême'' ou guide spirituel de la nation.

LN : En quelques mots, faites nous une présentation du rôle d'un houngan ou d'une mambo, en tant qu'acteur religieux et social ?

MB : le houngan est avant tout un prêtre vaudou, une personnalité religieuse qui a la responsabilité sociale, culturelle et religieuse. On le retrouve à différents niveaux dans sa communauté. Depuis la cueillette des feuilles des plantes destinées à la conception et à la préparation des traitements pour les personnes souffrantes. Il a un rôle de psychologue ou de conseiller dans sa communauté, fort souvent disponible lors des problèmes entre les membres d'une même famille, assurer l'arbitrage dans le cadre des conflits entre les individus d'un même quartier et entre les habitants de différentes sociétés. Sans pour autant négliger son rôle de prêtre pratiquant les multiples rituels associés à chacun des Lwa, 401 au total. Ces esprits ou Lwa qui, dans l'ensemble, représentent ce que le monde occidental appelle Dieu. Cependant, dans la religion vaudou ces 401 Lwa représentent les 401 aspects de Dieu.

L.N. : Comment avez-vous parcouru les étapes menant à votre initiation ?

M.B.: L'initiation en elle-même a été relativement facile. J'ai suivi le rituel. En somme, j'avais accepté de le faire. Donc, il ne s'agissait pas de se rebeller. Bien que pendant cette période d'initiation on soit sans cesse brimé.

LN : Nous savons, en plus de votre premier voyage en Afrique qui a duré 45 jours, que vous avez effectué plusieurs autres périples sur le continent américain. En quoi le vaudou haïtien diffère t-il des autres pratiques religieuses se rattachant aux cultures et aux cultes brésiliens et afro-américains ?


Max Beauvoir s'est éteint le 12 Septembre 2015
MB : Je me suis rendu en plusieurs occasions en Afrique pour visiter les nombreux sites mystiques (les Hounfor) du Dahomey, du Togo, du Nigeria, du Ghana et du Sénégal. Ces travaux s'effectuaient autour des études comparatives du vaudou haïtien et du vodou africain. J'ai assisté à des cérémonies au Brésil et j'ai beaucoup entendu sur le vaudou qui se pratique à Cuba. J'ai vu le vaudou tel qu'il se pratique au Togo, à Allada, à Ouidah, à Porto-Novo et aussi au Bénin. Au cour de mes voyages au Togo, je n'ai eu l'occasion de voir les Mahi, je n'ai les ai pas vus chez les Yoruba, chez les Nago. Pour moi, le vaudou haïtien est pratiquement très différent des autres vaudous qui se pratiquent dans d'autres pays. En observant les rites pratiqués dans les autres pays, on se trouve face aux Orisha, aux lwa, aux Vodoun, aux esprits de façon générale. On reconnaît ces noms qui font partie aussi du vaudou haïtien. On a tendance à les assimiler immédiatement, à penser que tout est du pareil au même, que le vaudou haïtien est pratiqué de la même manière à Cuba, au Brésil ou en Afrique. Mais les structures sont radicalement autres. Au Brésil ou à Cuba, les rites sont divisés entre maisons, entre casas, comme en Afrique. Le nom des dieux n'est pas tout à fait identique. Parfois, d'une maison à l'autre, certains dieux disparaissent. La tradition du vaudou haïtien est une construction unique qui recouvre la culture et l'esprit du peuple haïtien. Le vaudou haïtien est composé d'esprits indiens, d'esprits africains et désprits haïtiens, de manière à ce que chacun trouve sa place, d'une manière spirituellement démocratique. En Haïti il y a une fabrication haïtienne du vaudou. Bien que le mot vaudou soit un mot africain qui signifie le grand esprit de Dieu, cette culture traduit pour nous une réalité profondément haïtienne. Notre approche est haïtienne, nos structures font une place à tous les esprits qui constituent la nation haïtienne, dans sa dimension historique. Il fallait éliminer d'autres esprits qui étaient amenés par nos ancêtres africains. Mais il s'agissait simplement de rassembler 401 divinités. Tout ceci a été pensé pour constituer un corps de croyance unique. Tous les Haïtiens qui forment ce que l'on peut appeler l'ethnie haïtienne possèdent leurs esprits dans le panthéon. En un mot, on est Haïtien cela veut dire qu'on est vodouisant !

L.N. : Parlez-nous de l'éventuelle contribution de vos connaissances scientifiques en tant que chimiste dans l'univers des lwa ?

MB : En suivant mon premier cours de biologie à City Collège de New York (CCNY), mes premières expériences avec le microscope m'ont permis, à partir de l'étude des cellules, d'observer le trou brillant au-dessus de la cellule qu'on appelle « organelle ». Je suis ainsi parti de ces démarches pour initier manifestement ma carrière de chercheur avisé et ouvert à toutes les formes de connaissances techniques, scientifiques et mystiques. Je crois que les gens de science se limitent à tout ce qu'on peut voir, toucher, manier, tout ce qui est matériel. Cependant, la vie n'est pas seulement matérielle, elle contient plus que cela. J'ai compris que le côté matériel des choses coexistait avec le plan immatériel qui ne connaît pas de frontières. En conclusion, face à ce plan, il ne suffit pas seulement d'agir ou de réagir, il faut se plonger dans ce bain spirituel tout en se laissant porter comme par les vagues de la mer. Ainsi, on comprend que les lois cartésiennes ne sont pas toujours les meilleures.

LN : Nous entendons souvent parler de ces nombreuses sociétés secrètes qui se manifestent souvent la nuit, et qui portent la marque de « vaudou dur », un vaudou de combat, dites nous ce que vous savez sur le « Bizango » ?

MB : En parlant de Bizango particulièrement, nous faisons référence ainsi à l'archipel des Bizango que l'on trouve au sud du Sénégal; cette population est très connue pour ses qualités guerrières exprimées jusqu'à aujourd'hui. Nous avons toujours baigné dans un océan où les forces technologiques nous dépassent. Entre 1791 et 1804, il fallait affronter les plus grandes forces militaires de l'époque en particulier, l'Angleterre, l'Espagne... La France, c'était la plus grande armée du monde ; en face nous avons eu les bâtons et les pioches... Nous utilisions les forces spirituelles. Les esprits ne peuvent pas mourir et c'est dans ce contexte que les Bizangos ont contribué fortement dans les démarches devant aboutir à l'Indépendance du pays.

L.N. : Comment aborder la question de la mort dans le vaudou ou même chez le peuple haïtien en général ?

M.B. : La mort dans le vaudou est très frappante. Les Bizango, eux aussi, nous parlent aussi de la mort. Nous devons l'accepter dès le jour de notre naissance. C'est une conséquence naturelle du fait de vivre et d'exister. Contrairement aux chrétiens, nous n'imaginons pas nous asseoir à la droite ou à la gauche de quiconque qui va nous juger éternellement et est capable de nous brûler dans les enfers. Nous, en tant que vaudouisants, ne sommes pas d'accord avec cette vision à propos de la mort. La mort constitue un passage obligé de tout être vivant, de l'individu, de l'animal ou de la plante. Nos ancêtres sont morts et nous leur sommes reconnaissant d'avoir laissé cette tradition qui s'appelle vaudou. Nous estimons que c'est grâce au vaudou que nous parvenons à exister. Nous célébrons ainsi la mémoire de nos ancêtres.

LN : Des crânes, çà et là, que nous retrouvons souvent dans les péristyles, avec quel sentiment aborder ces objets qui participent à la fois à la décoration des temples et à l'invocation des esprits ?

MB : Il y a des gens qui pensent que la présence de ces crânes rend l'environnement macabre. Pour moi, ce n'est pas plus macabre que d'élever un personnage en l'albâtre sur une croix en bois, il n'y a pas de différence. En l'albâtre ou en vrai os humain, c'est l'équivalent. Ces crânes représentent aussi, de temps à autres, nos ancêtres. Leur présence dans les péristyles ,une fois de plus, traduit une marque de respect pour la mémoire de ceux-là qui nous ont laissé cette terre en héritage.

LN : Revenons encore autour des raprochements entre ces deux champs: mystique et scientifique ?

MB : Les domaines scientifiques dans lesquels je me suis plongé, c'était la biologie, la physique et la chimie. Pour arriver à ce niveau de connaissance, comme celui de l'anatomie, par exemple, combien de cadavres ont été dépecés par lamelles, centimètre par centimètre, rien que pour établir le chemin que prenait telle veine à travers le corps humain. On en appelle à la médecine légale qui n'opère que par autopsie, pratique qui consiste à découper des morts. Imaginez, si un Houngan se mettait à dépecer les cadavres, si un seul Houngan se mettait à dépecer un seul cadavre sur le territoire d'Haïti, le tollé! Je trouve cela absurde. Pourquoi le médecin a-t-il des droits que le Houngan n'a pas ?

L.N. : Qu'en est-il des grands chantiers et de la vision de l'Ati national, sept mois après votre intronisation ?

M.B.:Unifier la communauté des vodouisants, structurer le secteur en vue de le rendre plus fort et plus actif, plus dynamique, pour une meilleure reconnaissance dans la société. En plus d'avoir à rencontrer plusieurs membres du corps législatif haïtien, nos démarches se poursuivent dans le cadre de propositions de lois en faveur des vaudouisants, y compris notamment la loi électorale. Comment est-ce que l'Etat haïtien s'arrange à banaliser l'état civil, où le jeune Haïtien éprouve toutes sortes de difficultés pour se faire inscrire en tant que citoyen. Une fois de plus, la communauté des vodouisants revendique une place dans le conseil électoral provisoire ou permanent (CEP) et bien plus encore comme étant une religion officiellement reconnue par l'Etat mais trahi toujours par les dirigeants politiques. Sur le plan administratif, nous travaillons en vue de faire voter des « Ati » dans toutes les régions en Haïti. Ces « Ati » vont constituer le grand conseil national du vaudou. Et ainsi, chacun de ces « Ati » va structurer ses propres régions jusque dans les sections communales. A ce moment, ils auront un vaudou très bien structuré.

LN: D'où viennent les moyens indispensables pour aboutir à des résultats, compte tenu de la réalité socio-économique du pays ?

MB: Je ne suis pas seul dans ce combat, je fais parti d'une équipe avant tout, et j'ai été choisi par un grand regroupement constitué de près de 30 à 40 associations de vodouïsants telles que: (Zantray, Konavo, Brav, etc.) et j'ai aussi avec moi Euvonie Georges Auguste comme secrétaire général, Anténor Guerrier responsable des finances et Mackandal comme porte-parole. Tous font partie d'un comité composé de 16 membres pour le sécrétariat général. Ma grande satisfaction avant tout, c'est que ce sont les vaudouïsants qui contribuent avec le peu de moyens dont il disposent à l'avancement de nos projets aussi grands et exigeants qu'ils puissent être. A ne pas sous estimer que les vaudouïsants contribuent depuis toujours au développement de notre pays. Dans le secteur de la santé par exemple, ils participent jusqu'à aujourd'hui activement à l'amélioration et au bien-être de nombreux citoyens vivant dans les endroits les plus réculés. En dépit des "dechoukay" et de toutes les autres formes de persécution et de discrimination dont sont victimes ces Haïtiens authentiques dans leurs croyances et pratiques culturelles de "nos frères et soeurs vaudouïsants", le vaudou est plus que jamais puissant !

LN: Comment voyez-vous les autres religions par rapport au vaudou, en raison des divergences existant dans les croyances fort souvent qui se terminent par des confrontations ?

MB: J'exprime avant tout un très grand respect pour toutes les religions. Je suis pour, avant tout, la cohésion sociale; je suis très favorable à ce que catholiques, protestants, témoins de Jéhovah, baptistes, etc., tous les adeptes se donnent la main en tant que frères et soeurs pour enfin bâtir et sauver l'Haïti que nous avons reçue en héritage. Je crois fortement que tous les haïtiens doivent travailler inlassablement pour atteindre ce noble objectif.

Source : Le Nouvelliste

De retour au pays en 1974, Max Beauvoir s'est initié la même année au vaudou. Peu de temps après, il effectuera de nombreux travaux dans le domaine médical, spécialement dans la médecine traditionnelle; au point que de prestigieuses institutions internationales, telles que l'UNESCO, ont consenti des investissements en vue de favoriser une série de voyages de recherches au bénéfice de ce dernier et de la science en particulier.


Max Beauvoir a été élevé au rang « d'Ati national », chef suprême du vaudou haïtien le 7 mars 2008 par la Confédération nationale des vaudouisants haïtiens (CNVH). Cette cérémonie s'était tenue en présence des représentants de partis politiques, d'églises chrétiennes et autres cultes, des membres du gouvernement. Hougans, mambos, initiés et autres serviteurs des dieux vaudou venus des différentes régions du pays ont pris part à cette cérémonie organisée au Lambi Night-Club, à Mariani.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antidote
Star
Star


Masculin
Nombre de messages : 889
Localisation : Haïti
Opinion politique : le camp d'Haïti
Loisirs : Lecture, sports et méditation
Date d'inscription : 01/01/2015

MessageSujet: Re: Men sa nou pa t konnen lan istwa peyi nou.   Mer 23 Sep 2015 - 0:14

Citation :
On en appelle à la médecine légale qui n'opère que par autopsie, pratique qui consiste à découper des morts. Imaginez, si un Houngan se mettait à dépecer les cadavres, si un seul Houngan se mettait à dépecer un seul cadavre sur le territoire d'Haïti, le tollé! Je trouve cela absurde. Pourquoi le médecin a-t-il des droits que le Houngan n'a pas?

Est-ce le scientifique qui parle ou sont-ce les propos inintelligibles d'un possédé?

Si je m'en tenais au raisonnement de Max Beauvoir, je compterais 10  millions de loas dans le vaudou haïtien au lieu de 401.

Citation :
Une fois de plus, la communauté des vodouisants revendique une place dans le conseil électoral provisoire ou permanent (CEP)

Tout est politique et démagogie dans ce pays.

Je suis d'accord avec l'observation sur le vaudou haïtien qui diffère des autres pratiques (vaudouesques) et en Afrique et en Amérique. Avez-vous entendu JOEL?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15010
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Men sa nou pa t konnen lan istwa peyi nou.   Mer 23 Sep 2015 - 7:00

MOREAU;

Ou pa p renmen REPONS mwen an.
DIFERANS ki genyen ant VODOU AYISYEN an ,ak LOT VODOU yo ;se lakay FRANSE yo,yo soti.

Mwen swete ou al li LIV ALFRED METRAUX an -VOODOO.
Mwen kwe ke gen yon tradiksyon an FRANSE.
METRAUX youn lan GRAN ANTROPOLOG yo ,se te "mentor" JACQUES ROUMAIN.

METRAUX di ,anpil vye KWAYANS PEPE yo ;tankou LOUGAROU ,pwen disparet elt ,vin rantre lan VODOU AYISYEN an ,le AYISYEN komanse ap retounen lan VWAYAJ soti an FRANS ak LIV tankou PETIT ALBERT,GRAND ALBERT ,LE PAPILLON VERT e ak LIV tankou "LES GRIMOIRES"

GRIMOIRES yo se de LIV TERIB ki pale de SAKRIFIS MOUN ,de SAKRIFIS "BEF SAN KONN" pou benefis MOUN ki ap fe l yo.

EVOLYE sou KESYON sa a MOREAU.Yon MOUN ki al SODO ,pou l mande LWA yo ede l ,pa diferan de yon LOT ki al LEGLIZ lan pou mande VYEJ MARI ED.

MOREAU si w ka montre m diferans lan m ap tann ou!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antidote
Star
Star


Masculin
Nombre de messages : 889
Localisation : Haïti
Opinion politique : le camp d'Haïti
Loisirs : Lecture, sports et méditation
Date d'inscription : 01/01/2015

MessageSujet: Re: Men sa nou pa t konnen lan istwa peyi nou.   Mer 23 Sep 2015 - 18:49

JOEL, j'ai été assez clair sur votre dernier point: je le partage avec quelque réserve parce que les Saints ou la Vierge Marie ont vécu et ils ont laissé des témoignages. Contrairement aux loas, les saints n'ont pas l'habitude de "monter" les adeptes. Dans la religion catholique que je connais, il y a les saints patrons mais ils ne requièrent aucun sacrifice. On n'y arrache pas la tête des poules avec les dents comme il se passe ailleurs et dans la propriété de Max Beauvoir (lol) puisque vous attribuez le sacrifice d'animaux aux autres.

Pour la question de lougarou dans la culture haïtienne, cela n'a aucun rapport avec l'anthropomorphisme ou zoomorphisme, selon le statut d'un individu dans le règne animal (lol). D'ailleurs, la faune haïtienne ne compte pas des loups dans son recensement. On a donc retenu l'aspect méchant de la "créature" pour décrire les sorciers, les chipies et les sorcières de chez nous. Oui, il y a des hommes et des femmes qui servent les esprits des ténèbres en Haïti. En fait, lougarou en Haïti n'a pas le même sens qu'en Occident. Moi, je n'ai pas grandi en croyant que le loup-garou était effectivement une personne transformée qui se terrorise les gens la nuit. En passant, êtes-vous sûr que c'est une invention des Français? Je vous rappelerais que la sorcellerie était très répandue partout en Europe. Je vous signale aussi que c'est seulement en Haïti que le loup-garou est perçu comme une créature volante. Ha! ha! ha!

Peter Tosh avait témoigné que lors de sa dernière visite en Afrique, il ne prenait pas au sérieux un sorcier africain avec qui il conversait et tout à coup, alors que le type s'en allait à quelques pas de lui, il entendit un feulement. En se retournant brusquement, il vit un tigre qui le regarda puis s'échappa dans la forêt. Depuis cette aventure, Peter Tosh n'était plus le même jusqu'à ce qu'il mourût violemment.

Je vous en raconterais des bonnes, JOEL. Les Africains m'ont parlé de tas de choses (croyances, rumeurs, pratiques) qui n'ont rien à voir avec l'Europe et, étonnamment, que l'on retrouve en Haïti malgré la "grande coupure".

Pour le pwen disparèt et pour combien d'autres affaires, permettez que je vous rappelle que ce sont des phénomènes ou des croyances qui existent partout, peut-être moins chez les musulmans (ou d'autres cultures peu superstitieuses) qui, aux premières heures de l'islam, s'étaient affranchis de la superstition. Ces phénomènes vérifiés ou imaginaires sont documentés selon la tradition écrite des Européens. Donc, on a tendance à croire qu'ils ont lieu seulement en Europe ou en France.

Je dois vous répéter, JOEL, que je n'ai rien contre les baigneurs de Saut-d'Eau et que je me purifierais volontiers sous la cascade avec les initiés si j'en avais l'occasion. Mais ça reste là; je n'irais pas jusqu'à embrasser des loas pour avoir l'air d'un dindon sans énergie à quatre-vingts ans comme Max Beauvoir. JOEL, je respecte la mémoire des morts, j'invoque parfois celle de mes bons parents décédés mais même si la mort fait partie de la vie comme l'a souligné Beauvoir, moi je préfère être entouré de vivants même s'ils sont insupportables. Vous êtes d'accord avec moi, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15010
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Men sa nou pa t konnen lan istwa peyi nou.   Mer 23 Sep 2015 - 22:15

MOREAU;

PETER TOSH te we yon TIG ap rive sou li ;ou si ke se pa t apre li te FIMEN youn lan "SPIF JEYAN" li yo (lol).
Tout relijyon yo se menm MOREAU.
Pa gen diferans.
Ou konnen ke plis ke mwatye SEN yo ,se IMAJINE yo IMAJINE yo.
Se te yon ENDISTRI lan MWAYENNAJ EWOPEYEN an ;yo te konn imajine SEN pou MOUN vin fe PELERINAJ pou yo fe LAJAN.
Se tankou gen MOUN ki konn we JEZIKRI ou byen VYEJ MARI ;men se toujou tankou JEZIKRI ou byen MARI ye lan PENTI MICHELANGELO yo.
JEZIKRI ak cheve LONG ou konn we an ;ou konnen ke se yon BOFRE MICHELANGELO?
Pa gen MOUN ki konnen ki jan JEZIKRI ou MARI te "look" vre.

Tout RELIJYON yo chaje ak CHARLATAN ,pa gen youn ki pi bon pase LOT.
EWOPEYEN ki transpote l lot kote ;yo pa kwe lan KRISYANISM anko.
Youn lan peyi ki gen plis ATE ann EWOP se la FRANS.

Mwen m ap di ke KRETYEN pa gen dwa pou yo di ke VODOU se relijyon DYAB.
YO PA GEN DWA SA A.
KRISYANITE se yon RELIJYON ki pran nesans lan MWAYENNORYAN ,ki traverse ann EWOP e VODOU limenm pran nesans ann AFRIK!
SA K TE GEN TAN GEN LA A?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antidote
Star
Star


Masculin
Nombre de messages : 889
Localisation : Haïti
Opinion politique : le camp d'Haïti
Loisirs : Lecture, sports et méditation
Date d'inscription : 01/01/2015

MessageSujet: Re: Men sa nou pa t konnen lan istwa peyi nou.   Mer 23 Sep 2015 - 23:49

JOEL,

Peter Tosh avait probablement fume un de ces spliffs comme vous dites. (lol)

Un pretre retraite a souligne devant notre assemblee en majorite WASP que Jesus-Christ devait etre tres different de celui qu'on voit dans les images, les films et sur la croix. Alors il faut cesser de croire que c'est le moyen-age.

Les peintres de la Renaissance furent des euro-centristes. Je me demande si cette usurpation ne fut pas en reaction a l'islam conquerant. Pour le reste, Michelange fut un artiste, on va dire le laisser faire avec son imagination selective. Remarquez qu'on raconte aussi que la Joconde (Mona Lisa) est un homme.

Je vous ai deja dit qu'a l'age de raison, les parents devraient laisser les enfants decider d'eux-memes. Pour toutes les raisons que vous evoquez.

Pour finir, mon cher, je vous suggere de prendre tout ca cool. Moi aussi, je suis contrarie mais mes convictions restent. Comment concevoir que les medias conspirent avec les politiciens malhonnetes et egocentriques pour diluer le vote populaire.

Le 19 octobre, les Canadiens auront la chance de se debarasser du conservateur mesquin Stephen Harper. Le 25, si la population haitienne n'envoie pas un message clair aux imperialistes et a leurs obliges, le pays est perdu a jamais. Vous avez tellement raison de signaler que des pays meurent.

Encore une fois, just take it cool.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15010
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Men sa nou pa t konnen lan istwa peyi nou.   Jeu 24 Sep 2015 - 8:14

MOREAU;

MICHELANGELO n'avait pas use de son imagination.
La representation de JESUS est son beau-frere qui avait pose pour lui ,pour son fameux TABLEAU "THE LAST SUPPER"
"LE DERNIER SOUPER"
Les autres personnages vus dans le TABLEAU ,sont ses ASSISTANTS ,SES APPRENTIS etc.

L'un des premiers pays CHRETIENS etait l'ETHIOPIE .Le CHRISTIANISME est present en ETHIOPIE depuis le 3eme SIECLE.

Les representations du "CHRIST" en ETHIOPIE etaient en general un personnage a peau foncee ,aux cheveux plutot "CREPUS".

Tout simplement dans leur imagination c'est ce que JESUS "look like";ils n'avaient jamais vu un personnage aux longs cheveux et un BLOND.

Quand a JESUS ,les THEOLOGIENS SERIEUX dans les grandes UNIVERSITES sont en agreement que personne ne sait comment il etait vraiment,son "look"
l y avait beaucoup de RABBINS JUIFS au 1er SIECLE qui se disaient "MESSIE"

Mais aussi c'est une question de "FOI"
PAS VRAI?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Men sa nou pa t konnen lan istwa peyi nou.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Men sa nou pa t konnen lan istwa peyi nou.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Men sa nou pa t konnen lan istwa peyi nou.
» Ala de traka ak ti pretantye ki pa kon istwa peyi yo
» Istwa peyi nou: Maks Bovwa se lepap Vodou.
» Istwa peyi Dayiti: Kebro, Jimèl, Dejwa
» Mezanmiro eske zotorite yo konnen pwoblèm prizon peyi dAyiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: