Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Zanm Bandonnen
Senior


Masculin
Nombre de messages : 55
Localisation : Europe
Date d'inscription : 22/10/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le convaincant

Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? EmptyMer 16 Mai 2007 - 11:56

Nombreux sont ceux qui louent (1) le gouvernement de Mr Preval pour sa bonne gestion de certains paramètres délicats de notre société (sécurité, économique, taux de change, taux d'inflation, etc.). Le président s'enorgueillît même de ces résultats que son rival jumeau ne pouvait obtenir. Il a su montrer également contre son frère, que gouverner, c'est maîtriser l'art du compromis.

Mais, l'accalmie constatée inaugure-t-elle, pour autant, une ère de stabilité?

La réponse à cette question dépend de la perception politique de chacun, de sa façon de comprendre la stabilité politique de notre société, et des paramètres socio-politiques qu'il considère pour la mesurer.

Si je m'en tiens à mes hypothèses développées dans l'ancien forum, je dirais que Mr Preval manifeste sa volonté et sa détermination à jeter les premières pierre fondant la stabilité politique. Ce pour quoi je l'applaudis chaudement. Mais, nous en sommes encore très loin. Pour vous aider à comprendre mes propos, permettez-moi de vous rappeler brièvement quelques unes de ces hypothèses:

1-J'ai développé à une époque sur l'ancienne version de ce site qu'il y a, dans notre société, une classe moyenne politiquement dominante et au sein de laquelle aucun consensus politique n'existe sur l'orientation politique globale à donner à notre pays, et une classe d'affaires ou bourgeoise économiquement dominante. Aucune entente n'existe non plus entre ces deux grandes catégories sociales dominantes. De plus, elles ont des tendances répulsives l'une à l'égard de l'autre. Or, l'on sait qu'il y a stabilité socio-politique, c'est quand la catégorie sociale politiquement forte l'est aussi sur le plan économique. Remarquer bien que la catégorie défavorisée est toujours abandonnée à elle-même.

2-Nous avons un régime parlementaire et un peuple qui le regarde avec des habitudes du système présidentiel.

3-Je montrais à l'époque comment notre société ne soumet pas encore la structure géographique de notre espace national qui reste, pour nous, un grand défi, etc.

Rien n'est encore fait pour renforcer économiquement la classe moyenne et construire son unité politique interne. Il ne faut jamais oublier que c'est elle qui contrôle tous les compartiments de l'Etat. Elle a généralement de soucis sérieux quand à sa stabilité d'emplois et son avenir financier. C'est pourquoi, elle est le paramètre socio-économique à contrôler avec le plus d'attention. Considérant ce qui précède, je peux dire que le pouvoir, finalement, n'aborde pas encore les problèmes de fond de la stabilité politique.

Malgré l'apparence, notre pays n'a pas encore une conscience claire de son état et du chemin à parcourir pour inverser la tendance. Pour cela, il reste encore aux responsables gouvernementaux d'envisager la plus audacieuse des initiatives, à savoir inventer un autre peuple. On dit souvent qu'un peuple a le gouvernement qu'il mérite, le système politique qu'il mérite. Au regard de nos réalités culturelles et mentales, la démocratie reste un grand idéal pour notre société. Il n'est pas possible de faire émerger une stabilité politique sans un travail en profondeur sur la culture et la mentalité de notre peuple.

A ceux qui jubilent, je leur dis ceci. Tant que la minustha est présent en Haïti, nous ne sommes pas en mesure d'apprécier valablement où nous sommes avec la stabilité de notre société. De plus, il nous faut attendre encore la fin de deux autres quinquennats à partir de 2011, soit 2021, pour avoir une évaluation valable de notre situation socio-politique.

En effet, n'y a t-il pas une certaine exagération dans le concert de louange à l'égard du gouvernent? Correspond-t-il à la réalité? Ce qu'il ne faut pas perdre de vue dans ces évaluations, c'est qui les fait? Quelles sont leurs perspectives socio-politiques? A quelle catégorie sociale appartiennent-ils? Les réponses peuvent nous indiquer la nature et le sens de ces évaluations.

Pour un élément de la catégorie économique dominante ou un entrepreneur étranger, l'appréciation qualitative des différents paramètres cités dans l'introduction à ce texte, est un indice certain que les choses sont sur une bonne voie. Les conditions sont remplies pour une reprise des affaires. Ce qui est très bien globalement pour la création des richesses. Mais, le pays n'est pas seulement macro, il est fondamentalement micro.

Dès lors, qu'en est-il de nous autres, les défavorisés? Au moment même où l'on décerne un satisfécit au gouvernement dans son ensemble, parallèlement une vague de réfugiés fuit le pays. Au dire de certains journalistes, même au temps fort de la transition, un tel flot n'était pas remarqué. Pourquoi ce frappant contraste? Chaque catégorie sociale a ses critères d'appréciation de la réalité socio-économique. S'il en est qui privilégient les paramètres macro. Nous autres, les défavorisés, nous privilégions les paramètres micro. C'est pour cela que nous attendons du gouvernement qu'il s'attaque à notre ennemi public # 1, à savoir les raquetteurs. Nous ne voulons plus les voir au Camep, à la DGI, dans les lycées, dans les marché publiques, dans les douanes, à la circulation, à l'immigration, etc… Nous ne voulons plus de marraine ni de parrains. Nous voulons un Etat qui déssert tous ses fils à parité égale. C'est pourquoi, nous applaudissons de toute nos forces la décision du chef de l'Etat d'affronter frontalement ce virus qui nous rend la vie difficile sur la terre d'Haïti. Pour nous, c'est maintenant qu'il commence à s'intéresser véritablement à nous autres, les plus pauvres de la société.

D'un travail de qualité sur ces différents paramètres dépend l'émergence lente de la stabilité politique. Un travail sérieux ne peut se faire que dans le cadre d'une ambiance sociale tranquille. En d'autres termes, Mr Preval essaye de créer les conditions qui permettent de commencer la lutte contre l'instabilité socio-politique. Cette lutte ne peut pas être menée frontalement par des politiciens, mais par les différents professionnels et techniciens de tout genre de façon calme et pacifique.

Zanm Bandonnen

1- Je tiens particulièrement à saluer cette nouvelle tendance de la société haïtienne à féliciter et encourager la bonne performance de l'actuel gouvernement haïtien. C'est une grande première depuis la chute de Jn Claude Duvalier en 1986. Je garde l'espoir qu'elle restera dans cette voie très prometteuse pour la stabilité politique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodlam Sans Malice
Super Star
Super Star
Rodlam Sans Malice

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? EmptyMer 16 Mai 2007 - 12:10

Je comprends très bien votre evaluation,mais souhaiteriez-vous le départ de la Minustah dans un avenir très proche comme certains le reclament?

Pour que la classe moyenne soit independante economiquement il faut que les haitiens se demèlent pour creer des entreprises au lieu de lutter pour un pouvoir eternellement.Nous reprochons depuis des temps immemoriaux la mainmise sur l'economie du pays par les syriens et les etrangers,mais qu'avions-nous fait pour remedier à cette situation et passivité de nos citoyens?il faut reeduquer l'haitien comme vous le dites pour que nous ayons plus d'entrepreneurs et moins de bureaucrates. Ce ne sont pas les bureaucrates ni les politiciens qui creent les richesses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc-Henry
Administrateur
Marc-Henry

Masculin
Nombre de messages : 6016
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? EmptyMer 16 Mai 2007 - 23:39

Comme d'habitude, les papiers de notre ami Bandonnen sont toujours très intéressants et circonspects. J'ai noté des points qui portent à la réflexion. Commençons par le début.

Citation :
Rien n'est encore fait pour renforcer économiquement la classe moyenne et construire son unité politique interne. Il ne faut jamais oublier que c'est elle qui contrôle tous les compartiments de l'Etat. Elle a généralement de soucis sérieux quand à sa stabilité d'emplois et son avenir financier. C'est pourquoi, elle est le paramètre socio-économique à contrôler avec le plus d'attention. Considérant ce qui précède, je peux dire que le pouvoir, finalement, n'aborde pas encore les problèmes de fond de la stabilité politique.


Je ne dirais pas que rien n'est encore fait pour renforcer économiquement la classe moyenne. Il faut dire que le président Préval vient de tout juste de prendre le pouvoir avec l'objectif avoué d'apaiser la situation politique et de promouvoir l'investissement interne et externe en Haïti. On ne peut pas dire qu’il n’a pas réalisé ses premiers objectifs. Le temps nous dira si les investisseurs prendront le chemin d’Haïti pour créer les 500,000 emplois dans l’industrie du textile et d’assemblage notamment. Ce projet ne laisse planer aucun doute que l'objectif et les démarches du président et le gouvernement est la prise en main de l'économique haïtienne par la création d’emplois pour la population. Ils veulent redonner confiance non seulement aux investisseurs mais à ces millions de chômeurs haïtiens que demain sera peut être meilleur pour eux. Je peux vous dire que j’ai senti que la république d’Haïti veut tourner la page d’un pays minable lors de ma dernière visite au pays avec la Mission canadienne de commerce et d'investissements en Haïti. Nous avions écouté avec attention le plan du gouvernement pour les 5 prochaines années et je peux vous dire que le gouvernement a semé des graines pour en récolter des fruits économiques et politiques dans les prochaines années pour le pays.

Citation :
Malgré l'apparence, notre pays n'a pas encore une conscience claire de son état et du chemin à parcourir pour inverser la tendance. Pour cela, il reste encore aux responsables gouvernementaux d'envisager la plus audacieuse des initiatives, à savoir inventer un autre peuple. On dit souvent qu'un peuple a le gouvernement qu'il mérite, le système politique qu'il mérite. Au regard de nos réalités culturelles et mentales, la démocratie reste un grand idéal pour notre société. Il n'est pas possible de faire émerger une stabilité politique sans un travail en profondeur sur la culture et la mentalité de notre peuple.

Ici au Québec, Canada, on a vu comment les leaders des années 60 avaient changé le Québec avec la Révolution Tranquille. D’entrée de jeu, ils ont lancé un slogan très efficace pour redonner confiance à la population " Maitres de chez nous !".

Effectivement, pour sortir Haïti dans cette crise chronique et circonstancielle, il faudra trouver un moyen efficace pour changer la mentalité des haïtiens. Oui, il nous faut inventer un nouveau partenariat public / privé. L’État devra jouer un rôle d’associé avec le secteur privé, ses politiques comme instruments de développement et l'action des entreprises publiques doit être centrée sur l'efficacité et la rentabilité.

Certainement, plusieurs personnes ne seront pas d'accord avec moi mais je suis convaincu qu'il faut dépolitiser le fonctionnement de l'état haïtien pour ne pas dire privatiser certaines entreprises d'état qui ne seront jamais rentables parce que le système politique dans lequel nous évoluons en Haïti constitue un obstacle pour la rentabilité de certaines institutions haïtiennes. Je ne veux pas nommer ces entreprises publiques à privatiser et je suis d’avis que vous présumez de quelles institutions dont je parle.
Pour résumer disons que les gouvernements en 2007 ne sont pas les mêmes gouvernements interventionnistes des années 60 qui utilisaient les leviers économiques de l'état pour créer une nouvelle classe bourgeoise et la naissance d’une classe moyenne plus entrepreneure et plus dynamique. Les temps ont changé. Malheureusement !

Mais comment en 2007, un état non-interventionniste pourrait-il donner les mêmes effets que dans les années 60 ? Je n’ai pas la réponse à cette question ni la solution magique mais je pense que si l’état haïtien actuel est capable de mobiliser les émigrés Haïtiens, s’il est capable de motiver seulement 20% de la diaspora de revenir au pays. Je pense que c’est la meilleure façon de ressusciter la classe moyenne haïtienne. C’est d’attirer ceux qui ont quitté le pays, il y a 30 ou 20 ans ou même 5 ans de revenir investir au pays . Ainsi nous pourrons commencer à parler d’une vraie classe moyenne dynamique, instruite, entrepreneure, forte pour lancer Haïti dans la cour des grands. Cela étant dit, il faut des entrepreneurs locaux pour redynamiser la classe moyenne. Le gouvernement pourra jouer un rôle « d’associé » dans la dynamique de l’amélioration de la classe moyenne haïtienne mais ne pourra pas à lui seul raffermir la classe moyenne économiquement parlant, bien sur. Aide-toi, le ciel t’aidera dit –on !

Citation :
A ceux qui jubilent, je leur dis ceci. Tant que la minustha est présent en Haïti, nous ne sommes pas en mesure d'apprécier valablement où nous sommes avec la stabilité de notre société. De plus, il nous faut attendre encore la fin de deux autres quinquennats à partir de 2011, soit 2021, pour avoir une évaluation valable de notre situation socio-politique.


Sociologiquement parlant, la classe politique haïtienne ne semble pas encore prête pour une démocratie un homme et un vote. Pourquoi ? Parce que je pense que tant que nous n'aurons pas des partis politiques dynamiques qui définissent clairement leur idéologie politique, qui sont capables de mobiliser et de rallier la population ainsi que les décideurs, nous ne pouvons pas effectivement parler de stabilisation politique, sociale et économique à long terme. Il y a une sorte d'ancrage politique qui fragilise la société haitienne.

Nous avons besoin des partis politiques dynamiques centrés sur la collectivité, orientés sur le développement durable et focalisés sur le partenariat/ privé . Je pesne que seul l'établissement des partis politiques, gauche -droite et centre , seront en mesure de garantir la stabilité politique , économique et sociale en Haiti une fois que les blancs auront quitté Haiti. C'est pourquoi je n'ai jamais cessé de parler de la formation et de la construction de deux ou quatre grands politiques partis politiques en Haiti pour sortir Haiti dans la misère noire. Il faut changer notre système politique dysfonctionnel. Je suis persuadé que le succès d'haiti repose sur la capacité des hommes et femmes d'Haiti de mettre en place quatre grandes formations politiques au pays pour lancer Haiti dans la cour des grands...

Je parlais dans le forum sur la drogue que la dépendance physique se définit par le sevrage. Alors on peut donc dire que la stabilité politique se définit par le sevrage de la communauté internationale. Il est clair comme a soulevé notre ami Zanm que l'on ne peut mesurer cette présumée stabilité que lorsque nous sortirons de la dépendance de la communauté internationale. Lorsque nous serons enfin devenus " Maitres de chez nous". C'est comme un enfant au sevrage de sa mère. Va-t-il fonctionner sans son lait maternel ? On peut poser la même question pour Haïti et les haïtiens, sans la présence des blancs pourront-ils faire fonctionner l'état sans se battre pour le pouvoir ?

Bon débat et je n'ai pas terminé ...à demain

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
piporiko
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 4753
Age : 49
Localisation : USA
Opinion politique : Homme de gauche,anti-imperialiste....
Loisirs : MUSIC MOVIES BOOKS
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: L'impulsif

Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? EmptyJeu 17 Mai 2007 - 9:48

wouyyyy Marc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16450
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? EmptyJeu 17 Mai 2007 - 10:15

Assez avec ces clichés ,ils me donnent des aigreurs.
D'énormes stupidités comme le peuple haitien ne serait pas prèt pour la démocratie ou les partis politiques idem.

Ces théories ne sont pas prouvées dans la pratique.
Je ne cesserai de le répéter,l'Inde ce pays énorme avec plus de 200 langues différentes ,avec un peuple qui était au bord de la starvation a établi un système démocratique ininterrompu ,depuis son Indépendance.
Notre problème en Haiti c'est notre élite,pas notre peuple.
Quand ils ont donné l'Indépendance à l'Inde ,l'élite Indienne avit décidé que le droit de Vote est sacré.Tout le monde qui veut voter ,vote en Inde ,un pays qui a encore des centaines de millions d'anlphabètes.
Les élections durent plus de deux semaines en Inde.
Et puis comment se fait il que malgré leurs problèmes que la démocratie se soit établie dans les anciennes Antilles Anglaises?
Bon?
Marc ,tant que vous et d'autres qui pensent comme vous opinent que le pouvoir devrait se partager parmi les partis politiques,nous ne sortirons jamais de ce pétrin.
Il n'y a pas un droit divin que VICTOR BENOIT,MICHA GAILLARD ,SERGE GILLES et les autres participent aux affaires publiques.
Seul le peuple doit déterminer s'ils le doivent ou pas.
Et tant que vous ne le réalisiez pas ,nous ne sortirons jamais de ce bourbier.
Cette paix est artificielle,elle ne se repose aps sur grand chose!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc-Henry
Administrateur
Marc-Henry

Masculin
Nombre de messages : 6016
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? EmptyJeu 17 Mai 2007 - 10:22

Joel

Je vous pose la question suivante, Haiti a-t-elle des partis politiques fonctionnels comme L'Inde ? Oui ou Non ?

Pipo

J'aimerais bien vous lire davantage, merci de votre collaboration.

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
Marc-Henry
Administrateur
Marc-Henry

Masculin
Nombre de messages : 6016
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? EmptyJeu 17 Mai 2007 - 11:57

Joel a écrit :
Citation :
Marc ,tant que vous et d'autres qui pensent comme vous opinent que le pouvoir devrait se partager parmi les partis politiques,nous ne sortirons jamais de ce pétrin.

Moi je répondrais Joel , tant que nous n'aurons pas trois grands partis politiques (gauche-droite-centre) nous ne sortirons jamais dans ce pétrin. En attendant, il faut gouverner en consensus national. Que voulez-vous ? Il y a du travail à faire, j'en conviens.

En fait, Zanm Bandonnen a raison de questionner cette ère de la stabilité politique à laquelle que l'on assiste depuis le retour au pouvoir de Préval ? Allons-nous pouvoir la maintenir quand les blancs auront quitté le pays ? Qui vivra , verra !

Enfin, je ne dirais jamais que le problème d'instabilité politique d'Haiti est la cause de l'Élite haitienne. Je ne pense pas qu'il faut poser le problème sur le dos des decideurs économiques. Il faut d'abord que nous fassions tous notre propre mea culpa. Il faut poser la question , la vraie question ? Qu'avons-nous fait depuis Dessalines qui n'a pas marché ? J'ai ma petite idée la-dessus mais je vous en parlerai une prochaine fois.

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16450
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? EmptyJeu 17 Mai 2007 - 17:59

Non je ne parle seulement de l'Elite Economique,je parle des "élites" intellectuelle (bien que je n'aime pas ce mot") et économique.
Ces deux élites sont engagées dans un marriage de raison pour garder le statu quo
Ces dits 'intellectuels" avaient participé au coup d'Etat afin de faire leur beurre dans les commissions ;il y a ce qu'on peut appeler "les putchistes permanents' qu'on peut retrouver après tous les coups d'Etat récents et on les retrouve soit comme ministres,soit comme membres de commissions "grande-mangeuses".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zanm Bandonnen
Senior


Masculin
Nombre de messages : 55
Localisation : Europe
Date d'inscription : 22/10/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le convaincant

Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? EmptyJeu 17 Mai 2007 - 18:38

Je remercie beaucoup ceux qui ont réagi à mon texte. J’adresse un remerciement particulier à Mr Henri pour son texte. Ma réaction globale est présentée dans les lignes qui suivent.

Si vous me le permettez, je ne me retrouve pas dans votre façon de poser la problématique de promotion économique de la classe moyenne. Je la trouve trop superficielle, en la réduisant seulement à une question de création d'emplois. Certes, le pays a un sérieux problème de chômage. Mais, est-ce que la multiplication d'emplois suffit à lui seul de résoudre le problème interne à la classe moyenne?

En effet, posons cette question pertinente non posée jusque là: quel genre d'emplois il nous faut? Car, la problématique de l'emploi doit être posée en fonction de la nature de la main d'œuvre disponible sur le marché du travail. Nous avons une masse énorme de bras et de têtes disponible prêts à l'emploi, mais pour faire quoi? Quel genre d'industries pouvons recevoir le plus au pays actuellement? L'électronique? La mécanique? L'habillement? Ect…En votre qualité d'homme d'affaire, vous êtes mieux placé que moi à répondre à ces questions. Mais, à cette phase de l'évolution du capitalisme et de la mondialisation, il ne serait pas sécuritaire, suppose-je, pour notre stabilité à long terme d'intégrer le capitalisme mondial à partir du stade où il est en ce moment. Ce stade n'absorbe pas massivement de bras. Il est trop mécanisé . Or, de même, nous ne pouvons pas non plus l'intégrer à partir de ses phases de début. Car, à ce moment, on reviendra au pire moment noire de ce système économique. Dans les deux cas, Mr Henri, nous sommes coincé entre un système mondial trop développé pour l'intégrer en son état actuel et un marché du travail trop restreint qualitativement pour l'accueillir chez soi. Dès lors, que faire?

Tel qu'abordé actuellement l'emploi, contrairement à votre approche, la classe moyenne n'est pas visée fondamentalement par les emplois en perspective. J'ai très peur que notre espace national ne devienne un lieu de transit pour recycler ou propulser les aspirants capitalistes. Ceux dont leur espace national ne permettent de se développer comme bon leur semble sur le plan économique, à cause de la férocité de la concurrence qui y règne.

Le nœud du problème se trouve là. Développer la classe moyenne demande comme pré-requis une évaluation des ressources humaines disponibles sur notre marché du travail. Combien de plombiers par quota d'habitant? Combien de professeurs? D'électriciens? De contremaîtres? De menuisiers? Etc..Actuellement le quota des professions intellectuelles dans notre pays est trop élevé par rapport aux professions manuelles. Il suffit pour s'en convaincre de dénombrer le nombre d'université à vocation intellectuelle comparé aux établissements techniques. Résoudre la problématique de l'instabilité politique dans sa profondeur, passe par une orientation consciente des jeunes bacheliers. Il faut être clair plus on a d'intellectuels non employés, c'est plus l'agitation politique sera forte. Il faut orienter les jeunes en fonction des disponibilités réelles et potentielles du marché du travail. Pour cela, il est important de réaménager systématiquement l'espace national pour revaloriser l'ensemble des professions manuelles. Car, il ne faut jamais l'oublier, l'élément de la classe moyenne dispose comme seul avoir social, sa culture et profession. Pour se réaliser dans sa vie, il n'a d'autre choix que de les valoriser d'une façon ou d'une autre.

Ensuite, je trouve que vous faites une confusion entre le fonctionnement de l'Etat et les entreprises d'Etat. Pour moi, ce sont deux thématiques opposées. Si on dépolitise l'Etat, tout ce qui dépend de sa politique globale en sera nécessairement influencé. Moi, je dirais, si vous me le permettez, le plus gros travail à faire par Mr Préval pour asseoir définitivement la stabilité politique est de séparer la gestion politique de l'Etat de l'administration de l'Etat. Ce sont deux choses totalement différentes. Le côté administratif de l'Etat moderne est à 80% supérieur de son côté politique.

Mr Henri, dans l'état actuel du monde, je me demande est-ce que l'idéologie tient encore pour mobiliser les populations? Si oui, dans genre de culture peut-on encore observer ce phénomène? De plus, je me demande, peut-on décréter le nombre le nombre de tendances politiques qui conviendraient mieux à notre stabilité politique? Je pense que la réponse à cette question dépend de la sélection découlant de la dynamique de la société.

Zanm Bandonnen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zanm Bandonnen
Senior


Masculin
Nombre de messages : 55
Localisation : Europe
Date d'inscription : 22/10/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le convaincant

Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? EmptyJeu 17 Mai 2007 - 19:01

San Malice, je ne suis pas assez irresponsable pour demander le départ des forces étrangères sans l'existence d'une force haïtienne capable de les remplacer valablement.

Joel, c'est facile de présenter l'inde en exemple de démocratie. Mais, connaissez-vous l'histoire socio-politique de ceux qui le dirigent depuis son accession à l'indépendance? Connaissez-vous le mode de fonctionnement de son système politique?

D'après vous les pays à culture anglo-saxonne, sont-ils sérieusement plus démocratiques que les autres?

Merci beaucoup pour vos lumières.

Zanm Bandonnen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc-Henry
Administrateur
Marc-Henry

Masculin
Nombre de messages : 6016
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? EmptyDim 20 Mai 2007 - 14:37

Il faut continuer à débattre sur la stabilisation permanente d'Haïti et j'estime que le texte de notre ami Zanm est une invitation à la réflexion sur l'avenir de la société haitienne. Comment stabiliser d'une façon durable la politique en Haïti ?

Je pense qu'il faut une quantité de partis de politiques raisonnables en Haiti( 4 ou 6 ) qui définissent clairement leurs idéologies politiques. Il faut des partis politiques stables pour avoir un état stable. Il faut des partis politiques stables qui présentent un programme politique et social clair pour le renforcement d'une classe moyenne sociale forte et entrepreneure.

Il n’y a apparemment aucun parti politique viable en Haïti, sauf le parti Fanmi Lavalas qui aurait pu devenir un grand parti politique si ces responsables mettaient le focus sur Haïti plutôt que sur un sauveur.

Après plus de 20 ans de lutte, de crise politique, la société haïtienne a besoin de trois grands partis idéologiques et politiques pour relever les défis de plus en plus exigeants de la stabilisation politique, économique et sociale. Nous savons à l’intérieur des partis existants qu’il n’y a aucune volonté de faire un débat sérieux sur l’avenir des multipartis politiques haïtiens (plus d’une centaine selon les dernières données) dont leur objectif est d’accéder à la présidence d’Haïti. Or l’enjeu du développement va au-delà de la présidence. Voilà pourquoi qu’il faut donc continuer à discuter avec nos compatriotes et des politiciens haïtiens des avantages que présentent des partis politiques dans une société démocratique notamment dans la stabilisation politique et sociale d’Haiti.

Malheureusement, en 20 ans de transition démocratique, Haïti n'a toujours pas de parti politique dynamique qui lui permettra d’assurer de façon durable et solide la défense de sa souveraineté et d’atteindre un développement économique susceptible d’améliorer la vie des haïtiens et des haïtiennes.

Pour progresser et développer une classe moyenne solide, le projet des partis politiques de gauche , du centre et de la droite doit s’enraciner dans les besoins et les préoccupations des haïtiens et des haïtiennes .En effet, le renforcement de la classe moyenne doit obligatoirement passer par le politique. Nous ne pouvons pas relever le défi d’atteindre le plein emploi avec des chances raisonnables de succès sans un projet réaliste et lucide d’un parti politique qui fait preuve d’une grande maturité politique.

Dans l’état actuel des choses ou nous sommes quasiment sous la protection sociale, politique et sécuritaire de la communauté internationale. Nous ne pouvons pas régler les problèmes précis d’Haïti si nous ne mettrons pas en place des partis politiques ayant des leaders démocrates compétents et habiles qui réfléchissent sur l’avenir de la société haïtienne et qui sont capables de rallier les haïtiens et les haïtiennes de toutes les catégories sociales d’Haïti.

L’identification idéologique des partis politiques doit permettre aux leaders politiques haïtiens de clarifier et leurs actions et leurs discours politiques. Voici comment, à mon humble avis, que nous allons pouvoir renforcer la classe moyenne. Que nous allons défendre Haïti dans le monde. Que nous allons pouvoir mobiliser les haïtiens et haïtiennes au développement d’Haïti.

L’état n’est pas une chose abstraire. C’est un instrument pour développer notre société et pour savoir comment la développer, il faut savoir choisir ses options. Il faut aussi et surtout savoir perdre que de savoir gagner.

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
Marc-Henry
Administrateur
Marc-Henry

Masculin
Nombre de messages : 6016
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? EmptyDim 20 Mai 2007 - 14:53

Citation :
Tel qu'abordé actuellement l'emploi, contrairement à votre approche, la classe moyenne n'est pas visée fondamentalement par les emplois en perspective. J'ai très peur que notre espace national ne devienne un lieu de transit pour recycler ou propulser les aspirants capitalistes. Ceux dont leur espace national ne permettent de se développer comme bon leur semble sur le plan économique, à cause de la férocité de la concurrence qui y règne.
Nous avons vu comment le gouvernement chinois communiste a pu en 20 ans renforcer et enrichir la classe moyenne chinoise. Il a ouvert son économie et a produit un millionnaire par jour issu de la classe moyenne de 1990 à nos jours. Je pense que cet exemple prouve que rien n'est impossible si on travaille fort dans ce marché combien compétitif.

De plus, je vous assure qu'il aura de l'emploi pour la classe moyenne. En fait, les donneurs d'ordre auront besoin dans ces manufactures de textiles et d’assemblage des comptables, des chauffeurs, des secrétaires, des téléphonistes, des gestionnaires des ressources humaines, des managers, etc. Voyez-vous que ces manufactures ne vont pas seulement créer des emplois à deux dollars par jour. Des entrepreneurs haïtiens en bénéficieront également. C’est une opportunité à saisir. Il faut prendre la chance qui passe comme les chinois ont pu attirer des milliers et des milliers d’entreprises de la sous-traitance en Chine. Vous avez parlé de micro dans votre intervention, n'est-ce pas là une sorte de micro ?

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
Zanm Bandonnen
Senior


Masculin
Nombre de messages : 55
Localisation : Europe
Date d'inscription : 22/10/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le convaincant

Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? EmptyDim 20 Mai 2007 - 20:30

Mr Henri, sans vouloir vous faire un procès d'intention, j'ai l'impression que comme vous abordez la problématique de la classe moyenne, du nombre de partis et de tendances politiques, cela sous tend un souhait non déclaré de les décréter. Mais, on ne décrète pas les réalités sociales, on les fait émerger par la mise en place de structure appropriée. D'ailleurs, tout ce qui est décrété dans le social, ne dure pas sur le temps. Ce qui dure, c'est ce qui émerge suite à une lente maturation sur le temps.

Mr Henri, j'attire votre attention sur un fait non conscient dans notre société: à savoir, le rabougrissement de notre classe moyenne. S'il est vrai qu'elle dispose comme avoir: sa culture et sa profession comme valeur sociale, il est tout aussi vrai qu'elle n'est pas suffisamment développée sur le plan culturel et sur le plan professionnel. Cette valeur sociale est superficiellement réelle. Le pire, pour notre société, est qu'à partir de cette valeur insuffisamment développée dans l'effectivité spirituelle et morale, ses différents membres cherchent à construire l'assise matérielle qui doit la supporter. Pour cela, tenant compte de l'exigüité du marché de l'emploi, la corruption devient pour eux la voie royale et juste pour se sécuriser économiquement et amortir la trop forte incertitude qui caractérise les carrières professionnelles en Haïti. Ainsi, la corruption est malheureusement structurelle. L'un des enjeux de la sauvagerie caractéristique de la lutte politique chez nous, est la maîtrise des différents compartiments de la corruption, cette machine à produire de la richesse facile.

A cette phase de notre histoire, est-ce que les investissements étrangers mêmes massifs peuvent nous aider à construire économiquement la classe moyenne, la stabiliser politiquement, comme c'est le cas pour la Chine? Je regrette de vous décevoir, Mr Henri, car la réponse est négative. Les investissements étrangers doivent être perçus à un faible pourcentage, en tant que compléments à nos efforts internes, mais non en tant qu'axe prioritaire.

Mr Henri, pour stabiliser un pays, sa société, on a besoin d'abord de les construire. Pour ce faire, il faut non seulement des capitaux, de la culture, des professions, mais on a aussi et surtout besoin de développer ses différentes forces productives tant sur le plan matériel qu'humain. Beaucoup de grandes professions sont encore au stade embryonnaire, chez nous. Souvent, les conditions de fonctionnement de celles qui existent, ne permettent pas à leurs membres de se valoriser professionnellement. Dans d'autre cas, il en a qui n'existent pas chez nous. Or, on a besoin de compartimenter professionnellement le plus possible de gens. En effet, stabiliser économiquement la classe moyenne et créer les conditions de son unité politique, demandent de consolider et de diversifier les différents corps professionnels existant. C'est pourquoi, dorénavant, l'Etat a besoin de prendre toutes les dispositions pour reconstruire physiquement et humainement notre pays et sa société. Par là, il créera les conditions d'emplois stables et durables. Les conditions seront crées, aussi, pour permettre à une grande masse de citoyens d'expérimenter le fait de travailler ensemble dans la durée. Des sociétés de différentes natures émergeront. Le regroupement politique des gens sur la base de tendances différentes aura ses conditions matérielles réunies et se fera, de par lui-même.

Ce qu'a fait le gouvernement chinois avec son ouverture au monde occidental, a été fait sur la base d'un solide développement de ses forces productives. Sans ces conditions objectives préalables, rien aurait été possible. Dès lors, Mr Henri, il ne faut pas vous attendre à voir en Haïti, ce qui se fait en Chine. Au lieu de rêver les yeux grands ouverts de voir la réalité chinoise chez nous, mettons-nous au boulot afin de créer les conditions nous permettant de devenir un dragon économique dans la mer des Caraïbes. Après avoir pensé de différentes manières notre stabilité socio-politique, le moment est donc venu, Mr Henri, de la construire et la réaliser, pour paraphraser Karl Marx. Pour cela, Mr Henri, nous devons cesser d'exister par la qualité de nos jugements, de nos arguments, pour exister dorénavant par la qualité de nos actions.

Zanm Bandonnen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc-Henry
Administrateur
Marc-Henry

Masculin
Nombre de messages : 6016
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? EmptyLun 21 Mai 2007 - 14:29

Citation :
Mr Henri, sans vouloir vous faire un procès d'intention, j'ai l'impression que comme vous abordez la problématique de la classe moyenne, du nombre de partis et de tendances politiques, cela sous tend un souhait non déclaré de les décréter.


Ami Zanm Bandonnen,

Merci pour votre réponse et je profite de cette occasion pour inviter les autres membres à intervenir dans ce débat sur l'avenir de la société haitienne. C'est le mandat que s'est donné le forum Haiti, palé zye lan zye pou nou wé kisa nou ka fé ansam pou peyi nou.

Cher ami Zanm

Effectivement, ayant constaté que la société haïtienne n’a pas encore réussi à se donner les mécanismes permettant de mieux maitriser son avenir politique. Mon objectif ici est donc la constitution des partis politiques de taille nationale capables d’affronter les défis du développement de la société haïtienne.

Certains indices des derniers jours m’incitent à penser qu’à la veille des élections partielles au sénat qu’il est important que les leaders politiques haitiens s’organisent en vue de former ou de fusionner les partis politiques ayant les mêmes tendances politiques pour en faire des partis politiques dynamiques qui seront en mesure de faire face aux enjeux politiques des 25 prochaines années.

En fait mon ami Zanm Bandonnen s’il s’avérera impossible de décréter ces idéologies politiques, il revient à nous, vous et moi, les jeunes universitaires d’Haïti, les progressistes haïtiens de la diaspora de mettre sur pied un regroupement des citoyens et citoyennes qui ont le gout et qui veulent améliorer la vie des haïtiens et des haïtiennes. Il faut s’afficher. Il faut prendre notre place. Il nous faut un nouveau leadership haïtien. Nous pouvons transformer la société haïtienne. Oui, il faut passer à l’action maintenant pour promouvoir cette nouvelle société haïtienne démocratique, stable politiquement et économiquement.


Les sociétés qui ont réussi dans le monde se sont organisées politiquement et économiquement. C’est pourquoi que je prenais souvent l’exemple du parti Révolutionnaire et institutionnel du Mexique (PRI) qui a su relever les défis de l’état mexicain au début du siècle dernier. Tout compte fait, un parti politique qui se présente comme le rassembleur de la société haïtienne. Un parti politique qui sera capable de canaliser ses forces vers la constitution d’une large coalition dotée d’une vision commune sur la tâche à accomplir et les conditions nécessaires à la revitalisation économique de la république d’Haïti sera en mesure de renforcer la classe moyenne, de consolider la classe bourgeoise , de créer une nouvelle classe d’affaires, d’améliorer les conditions de vie de la majorité de la population haïtienne et de garantir la stabilité politique et le développement économique de la socieété haitienne.


Mon ami Zanm

L’idée de renforcement de la classe moyenne doit nécessairement s’appuyer sur le politique. C’est la raison pour laquelle que je propose d’encourager les partis politiques désireux de changer Haïti à se regrouper idéologiquement afin d’assurer et de garantir la stabilité de l’état haïtien.

Dans une de vos interventions, vous avez relaté qu’il y avait une confusion dans un de mes textes quand je parlais du fonctionnement de l’état et les entreprises d’État. Il faut que je vous dise une chose, malheureusement je constate que tous les leaders politiques haïtiens confondent le fonctionnement de l’état et le fonctionnement du gouvernement. Tous les leaders politiques haïtiens confondent les entreprises de l’état et le fonctionnement de l’état. Ce qui explique mon cher ami Zanm qu’il y a absence de continuité d’état. Ce qui explique cher ami que notre Haïti chérie tourne en rond depuis son existence. Ce qui explique souvent les coups d'état répétitifs au pays de Dessalines , Pétion, Christophe,etc depuis notre independance nationale.


En somme mon ami Zanm vous conviendrez avec moi que la stabilité politique d’Haïti est fortement liée à la dynamique des partis politiques nationaux. Il va sans dire qu’il faudra, comme vous l’avez souligné, passer à l’action en mettant effectivement en place des organisations communautaires et politiques organisées, structurées et démocratiques dans les 10 départements d’Haiti. Il nous faut ces partis politiques de gauche, de droite ou du centre pour sortir ce pays dans cette crise intermittente.

Je vous en remercie, ami Zanm et j'attends les interventions des autres amis et des futurs amis du forum Haiti.

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
Rodlam Sans Malice
Super Star
Super Star
Rodlam Sans Malice

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? EmptyLun 21 Mai 2007 - 18:23

Mais pourquoi l'echec de cette idée de rassemblement des petites chapelles en des partis politiques bien structurés ayant des programmes de gouvernement pour sortir le pays de ce marasme?Je me souviens d'une pareille démarche de feu Otto Louis Jacques au debut des années 70 dans un article ou il demanda une trève de sauvetage nationale.Oui ce combattant pour le deboulonnement de la dictature demandait:" quelle difference y a t-il entre la phoilosphie politique du professeur Manigat , du Professeur Gregoire Eugène et de Marc Bazin.?"

Il incombe à la nouvelle génération d'eviter les erreurs de Francois Duvalier et de Daniel Fignolé et plus près de nous de jean Bertrand Aristide,de Victor Benoit ,de Gerard Pierre Charles et de tous les autres leaders qui composaient le FNCD.Pourquoi ne pouvons-nous pas adherer a notre devise;L'union fait la force."?Nous ne pouvons pas tous etre president ou premier Ministre cela ne signifie pas que nous ne pouvons pas aider notre pays en participant à l'elaboration d'un plan de developpement de notre pays.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zanm Bandonnen
Senior


Masculin
Nombre de messages : 55
Localisation : Europe
Date d'inscription : 22/10/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le convaincant

Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? EmptyLun 21 Mai 2007 - 23:15

Mr Henri, à bien réfléchir, la constitution d'un nombre restreint de partis politiques en Haïti, n'est pas chose difficile. A défaut de conditions objectives pour leur émergence consciente, il y a les mécanismes légaux qui peuvent les compenser. Par exemple, le parlement peut adopter de nouvelles lois sur la constitution et le fonctionnement des partis politiques dans le pays. La nouvelle loi électorale qui sera adoptée lors de la constitution du conseil électoral permanent, peut coincer les partis politiques à des fusions, malgré eux. Cependant, en attendant tout ça, on peut envoyer des lettres, des pétitions aux parlementaires pour les sensibiliser à cette fin.

En fait, les leaders politiques ne décideront jamais de leur plein gré de fusionner leurs différents partis. Cela n'est jamais arrivé. Par ailleurs, la maîtrise des enjeux pour les 25 prochaines années, ne peut pas dépendre seulement des partis politiques. Elle doit dépendre de l'ensemble de la société haïtienne, à commencer par l'université d'Etat d'Haïti qui a pour mission d'étudier les différents aspects de la crise de notre société et de proposer périodiquement des nouvelles façons de les poser et de les aborder. En effet, la façon de poser les problèmes sociaux sur le temps est très dynamique. La non considération de ce dynamisme de leur nature, nuit parfois à la bonne façon de les résoudre. Si le temps est dynamique, Mr Henri, forcément tout ce dont il fonde l'existence l'est tout autant. Voila pourquoi, tout en restant constants sur le plan transcendantal, les différentes formes d'expression des enjeux subissent une constante variation.

Je me demande, s'il ne serait pas important d'initier les jeunes, à travers le truchement de l'école, aux différentes façons de poser par le passé comme dans le présent certains grands problèmes nationaux. Notre société doit s'approprier ses problèmes afin d'avoir une conscience claire de la justesse des solutions proposées. C'est la seule façon de s'assurer que tous ceux qui ont grandi dans le pays, ont une conscience des enjeux de ses différents problèmes.

Citation :
En fait mon ami Zanm Bandonnen s’il s’avérera impossible de décréter ces idéologies politiques, il revient à nous, vous et moi, les jeunes universitaires d’Haïti, les progressistes haïtiens de la diaspora de mettre sur pied un regroupement des citoyens et citoyennes qui ont le gout et qui veulent améliorer la vie des haïtiens et des haïtiennes. Il faut s’afficher. Il faut prendre notre place. Il nous faut un nouveau leadership haïtien. Nous pouvons transformer la société haïtienne. Oui, il faut passer à l’action maintenant pour promouvoir cette nouvelle société haïtienne démocratique, stable politiquement et économiquement.

Je suis tout à fait d'accord avec vous. Mais, chacun a son temps. Chacun dans son temps. Si le point d'arrivée du voyage est le même, il ne faut pas oublier que les points de départ sont différents. Le voyage a déjà commencé pour les différents universitaires. Mais, le parcours et la distance seront fonction de la personnalité et des talents de chacun d'entre nous. Moi, je suis de ceux qui pensent qu'on ne doit pas seulement aider son pays par l'implication dans la politique. On peut le faire de différentes manières. Nos discussions permanentes dans ce forum, n'est-ce pas une façon saine de débuter notre aide?

Je suis précautionneux à comparer les pays. Le Mexique a son histoire, sa culture. Ce que l'approche du PRI a réalisé au Mexique, rien ne nous dit que dans les mêmes conditions, elle donnerait les mêmes résultats chez nous. Ceux qui ont fondé le PRI, avaient étudié leur société, leur culture. Leur proposition était compatible à cette culture là, à l'époque où elle était formulée. Le temps l'a usée par la suite. C'est pourquoi, il y a eu le mouvement du Chiapas le 1 janvier 1994. Nous, il nous faut étudier notre société, notre culture, voire quel genre de solutions qui la rendraient stables, durant notre époque. Car, nous ne pouvons pas vivre notre pays au-delà de nous. Au delà de nous, notre postérité pérennise nos exemples salutaires.

Vous savez, souvent, je me demande est-ce que la question d'idéologie qui vous passionne tant a une certaine réalité dans les différents compartiments de notre société? Telle que cette question est véhiculée, il se peut bien qu'il soit seulement le fait de vous autres, les intellectuels. L'idéologie n'a apparemment aucune base matérielle chez nous. En idéologisant nos crises sociales, nous les regardons franchement avec des yeux extérieurs. Nous voulons voir dans nos crises internes, des réalités extérieures. Toute cette insistance à vouloir idéologiser nos luttes sociales, n'est-ce pas une autre façon de les perpétuer involontairement?


Zanm Bandonnen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc-Henry
Administrateur
Marc-Henry

Masculin
Nombre de messages : 6016
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? EmptyMar 22 Mai 2007 - 9:01

Citation :
Moi, je suis de ceux qui pensent qu'on ne doit pas seulement aider son pays par l'implication dans la politique. On peut le faire de différentes manières. Nos discussions permanentes dans ce forum, n'est-ce pas une façon saine de débuter notre aide?
Je suis d'accord avec vous sauf qu'il faut reconnaitre que la bonne utilisation des leviers de l'état par les gouvernants contribuera à améliorer les conditions de vie de nos concitoyens et concitoyennes. Il s'agit d'une implication politique qui permettra au politique d'atteindre les buts primaires sur lesquels s'appuie le développement de la classe moyenne haïtienne; en tant que militant et militante désireux de transformer la société, notre implication, notre contribution politique et notre détermination en politique seront plus que profitable dans le développement politique, social et économique d’Haïti.

Tout compte fait, il faut investir les associations syndicales, les associations étudiantes,les partis politiques, les chambres de commerce, les organisations communautaires pour faire avancer la société haitienne.


Citation :
Je suis précautionneux à comparer les pays. Le Mexique a son histoire, sa culture. Ce que l'approche du PRI a réalisé au Mexique, rien ne nous dit que dans les mêmes conditions, elle donnerait les mêmes résultats chez nous. Ceux qui ont fondé le PRI, avaient étudié leur société, leur culture. Leur proposition était compatible à cette culture là, à l'époque où elle était formulée. Le temps l'a usée par la suite. C'est pourquoi, il y a eu le mouvement du Chiapas le 1 janvier 1994. Nous, il nous faut étudier notre société, notre culture, voire quel genre de solutions qui la rendraient stables, durant notre époque. Car, nous ne pouvons pas vivre notre pays au-delà de nous. Au delà de nous, notre postérité pérennise nos exemples salutaires.


Quand au PRI du Mexique, il n'y a pas de doute que les principes qui avaient guidé les leaders fondateurs du PRI à la construction d'un état stable dans les années 1907 sont les mêmes pour les Haïtiens dans les années 2007. Il s’agit d'un modèle de stabilisation politique que nous pouvons adopter en partie pour lancer Haïti dans la voie de la stabilisation politique. Évidemment, il y a les aspects culturels, juridiques, sociaux, économiques de la société mexicaine qui sont différents de la société haïtienne.

Monsieur Zanm tout produit a un cycle de vie, de même que toute option politique, toute révolution doivent être ajustées au contexte du temps. En gestion des produits, les professeurs de Marketing parlent de quatre phases du cycle de vie. 1) La phase d’introduction qui est une stratégie de pénétration massive du produit sur le marché. 2) La phase de croissance, c’est la période ou bon nombre de personnes connaissent et adoptent le produit.3) La phase de maturité, c’est le moment d’innover et rafraichir le produit en y ajoutant de la valeur .4) La phase de déclin, le produit est usé et il faut s’ajuter aux besoins des consommateurs.


Point n’est besoin de vous dire que le PRI du Mexique , après avoir passé plus de 70 ans à gouverner le Mexique que l’heure était donc venue pour un nouveau joueur de battre ce vieux parti usé qui n’a pas su se renouveler à temps pour faire face à la Mondialisation . C’est dans cette optique qu’il faut comprendre le déclin du parti PRI. Il va sans dire que la population mexicaine avait devant elle des choix politiques clairs et elle a choisi la droite parce que la droite leur a offert un changement dont elle souhaiterait dans l’administration mexicaine.

Somme toute, cher ami Zanm, pour aller jouer dans la cour des grands, nous devons suivre quelques modèles de réussite des pays qui ont rencontré les mêmes problèmes dans le passé que la république d’Haïti. Le Mexique est le pays le proche de la république d’Haïti politiquement et je pense que ce pays partage certaines valeurs à la fois chrétienne catholique et culturelle avec Haiti. D’ailleurs, je profite de vous annoncer que le gouvernement Mexicain va aider le gouvernement haïtien à élaborer un plan financier pour mieux absorber le milliard de dollars que la diaspora envoie en Haïti. Il faut souligner que les mexicains de la diaspora envoient 21 milliards de dollars us par année au Mexique pour leurs parents et amis. Voyez-vous cher ami comment nous pouvons bénéficier des expériences mexicaines dans le développement et dans la stabilisation politique. A noter que le milliard de dollars de la diaspora haitienne sont dépensés dans la consommation locale et très peu de ce milliardde dollars vert servent au développement durable de la société haïtienne. C’est dans cette perspective que le gouvernement haïtien consulte celui du Mexique pour mieux gérer l'argent de la diaspora haitienne en Haiti. En effet, le savoir-faire des mexicains dans ce domaine va sans doute aider le gouvernement haitien à rentabiliser le milliard de la diaspora haitienne en Haiti.



Citation :
Vous savez, souvent, je me demande est-ce que la question d'idéologie qui vous passionne tant a une certaine réalité dans les différents compartiments de notre société? Telle que cette question est véhiculée, il se peut bien qu'il soit seulement le fait de vous autres, les intellectuels. L'idéologie n'a apparemment aucune base matérielle chez nous. En idéologisant nos crises sociales, nous les regardons franchement avec des yeux extérieurs. Nous voulons voir dans nos crises internes, des réalités extérieures. Toute cette insistance à vouloir idéologiser nos luttes sociales, n'est-ce pas une autre façon de les perpétuer involontairement?


Une chose est certaine, l'identification idéologique des partis politiques nous aidera à faire le bon choix politique sans aucune confusion d'une part, et d'autre part, les programmes politiques seront clairement définis et les politiciens n'auront plus le choix d'évoluer dans les partis qui reflètent leurs convictions et doctrines politiques.

Merci ami Zanm pour votre participation quand je sais que le temps vous fait grandement défaut.

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
Zanm Bandonnen
Senior


Masculin
Nombre de messages : 55
Localisation : Europe
Date d'inscription : 22/10/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le convaincant

Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? EmptyMar 22 Mai 2007 - 11:20

Moi, je ne suis pas trop d'accord avec vous sur ce point. Vous savez, on peut être un bon militant, sans pour autant pouvoir être un bon responsable politique au pouvoir. Etre un responsable politique ne demande pas forcément de travailler dans un gouvernement. Un directeur d'école, un chef d'entreprise est un chef politique sans le vouloir. Bref, tous ceux qui influencent d'une façon la vie d'un certain nombre de gens sont forcément des responsables politiques. Pourtant, combien d'entre eux militent activement dans la politique active?

Mr Henri, vous savez, parmi les grandes lois indispensables à adopter par le parlement, il serait important d'avoir une loi sur les conditions de s'impliquer dans la politique active. Parce que la stabilité politique d'un pays est trop important pour permettre à n'importe qui de s'y impliquer n'importe comment. Savez-vous pourquoi, Mr Preval est condamné à passer dans l'histoire comme le plus grand président haïtien des temps modernes? Parce qu'avant de briguer la présidence une deuxième fois, il a eu la chance de se familiariser avec les différentes structures de l'Etat, les grands dossiers politiques du pays, en plus de sa modestie.

En ce sens, le plus gros tort causé à notre pays par la dictature de novembre 2000, ce n'était pas tant d'avoir plongé seulement le pays dans une grande crise socio-politique que d'avoir constamment renouvelé le personnel politique en place. De 1991 à 2004, on ne peut pas compter le nombre de gens enrichis illicitement dans les structures de l'Etat, qui ont été ensuite renvoyés. L'Etat ne peut pas assurer le suivi des grands dossiers en cours. A chaque fois, il faut réétudier les dossiers, refaire les plans d'action ainsi que le planning d'exécution. Dès lors, comment veut-on que là où l'amateurisme devient le cadre de pilotage et de réalisation de l'Etat, la corruption ne s'érige pas en norme de fonctionnement? S'il y a un point sur lequel il faut féliciter Mr Preval, c'est bien celui d'avoir pensé à récupérer tous les cadres de son ancien gouvernement. Par cette stratégie, il montre qu'il sait reconnaître la valeur de l'expérience sur l'amateurisme. Et ce n'est pas sans raison qu'il obtient des résultats. Ils étaient plus qu'inévitables. Le contraire devait beaucoup nous surprendre. Je profite pour condamner tous ceux qui accusent Mr Preval de n'avoir pas limogé, à cette date, massivement les différents cadres des missions diplomatiques et des délégations départementales. Ceux-là montrent qu'ils ne savent rien dans la gestion politique d'un Etat et dans la façon de le maintenir stable et prospère. Les fonctionnaires de l'Etat maîtrisant leurs dossiers ne peuvent pas être remplacés à chaque avènement d'un nouveau pouvoir.

Mr Henri, on doit s'impliquer. Mais, nous devons surtout trouver un endroit nous permettant de commencer à connaître les structures de l'Etat, son mode de fonctionnement afin de commencer à y constituer une somme d'expérience.

Citation :
Tout compte fait, il faut investir les associations syndicales, les associations étudiantes, les partis politiques, les chambres de commerce, les organisations communautaires pour faire avancer la société haitienne.

Je suis tout à fait d'accord de nous impliquer dans les différentes associations. Ma participation à ce forum est déjà une forme d'implication.

Citation :
(...) D’ailleurs, je profite de vous annoncer que le gouvernement Mexicain va aider le gouvernement haïtien à élaborer un plan financier pour mieux absorber le milliard de dollars que la diaspora envoie en Haïti. Il faut souligner que les mexicains de la diaspora envoient 21 milliards de dollars us par année au Mexique pour leurs parents et amis. Voyez-vous cher ami comment nous pouvons bénéficier des expériences mexicaines dans le développement et dans la stabilisation politique. A noter que le milliard de dollars de la diaspora haitienne sont dépensés dans la consommation locale et très peu de ce milliardde dollars vert servent au développement durable de la société haïtienne. C’est dans cette perspective que le gouvernement haïtien consulte celui du Mexique pour mieux gérer l'argent de la diaspora haitienne en Haiti. En effet, le savoir-faire des mexicains dans ce domaine va sans doute aider le gouvernement haitien à rentabiliser le milliard de la diaspora haitienne en Haiti.

Je suis pour l'utilisation de certains aspects de certaines expériences. Mais, je suis très sceptique sur la répétition des expériences.

Citation :
Une chose est certaine, l'identification idéologique des partis politiques nous aidera à faire le bon choix politique sans aucune confusion d'une part, et d'autre part, les programmes politiques seront clairement définis et les politiciens n'auront plus le choix d'évoluer dans les partis qui reflètent leurs convictions et doctrines politiques.

Là, Mr Henri, je pense qu'il faut faire gaff. Les idéologies ne peuvent pas nous éviter les confusions. Au contraire, il y a quelque choses qui nous enfoncent dans la confusion, c'est bien les idéologies. Moi, je pense que idéologies, convictions et doctrines politiques, ce sont trois composantes qu'il faut éviter d'amalgamer. Quand j'aurai le temps, je vous promets une analyse sur ces trois composantes qui encadrent les pratiques politiques d'un militant.

Zanm Bandonnen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodlam Sans Malice
Super Star
Super Star
Rodlam Sans Malice

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? EmptyMar 22 Mai 2007 - 15:42

Zam

Les diplomates des pays ou la diplomatie a réellement une valeur pour la commercialisation des produits fabriques dans leurs entreprises et pour des raisons strategiques sont renouvlés pas dans leur totalite mais dans les postes les plus importants:Ronald reagan n'a pas conservé le meme diplomate nommé par Jimmy Carter en fonction en Union Sovietique ,ni en france.,ni aux Nations Unies.

Nous ne demandons pas au President Preval de limoger les diplomates pour des raisons politiques ;nous constatons certains d'entre eux .comme le denonce Mr. Bissainthe, n'accomplissent pas des travaux réellement importants pour justifier ces fonctions dispendieuses qu'ils occupent.C'est illogique qu'un pays ou les ecoliers ne disposent pas de chaises pour s'asseoir que le fils d'un President recoive un salaire de 9000 dollars U.S mensuellement sans meme se presenter au bureau regulièrement.Nous constatons la fourberie de certains ambassadeurs qui devraient etre non seulement limogés mais aussi emprisonnés pour detournement de fons publics.

Personne ,et je dis personne ne me fera croire qu'Haiti ,un petit pauvre qui ne produise presque rien et qui demande l'aumone pour boucler son budget doit avoir tous ces diplomates.Et je le repète tous ceux qui veulent maintenir cette administration à l'envers ne s'interessent pas vraiment au bonheur des haitiens ,mais ils defendent de préférence leurs emplois ou bien ceux qu'ils postulent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zanm Bandonnen
Senior


Masculin
Nombre de messages : 55
Localisation : Europe
Date d'inscription : 22/10/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le convaincant

Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? EmptyMar 22 Mai 2007 - 23:28

Vous savez San Malice, il ne faut pas regarder ce que font les USA qui n'ont pas un problème de compétence dans le domaine de la diplomatie. De plus, quand Reagan changeait de diplomates dans certains secteurs stratégiques, ceux qui ont été mutés, n'ont pas été renvoyés pour autant. C'est comme si on faisait sortir quelqu'un de devant de la scène pour le mettre derrière le rideau. Car, alors, on continue à utiliser son expérience et son savoir dans d'autres dossiers connexes. Cependant, quand cela se fait chez nous, ce n'est pas pour mettre l'autre derrière le rideau pour continuer à utiliser ses expériences. C'est pour le jeter au chômage avec tout ce dont il dispose d'expérience et de compétence. Et par là l'Etat jette à la poubelle tout un investissement. Depuis 1986, tous les secteurs stratégiques du fonctionnement de l'Etat sont frappés cruellement par un renouvellement trop rapide du personnel responsable. Cela nuit sérieusement au bon fonctionnement et à l'efficacité de l'Etat.

J'admets qu'il y a des cas d'irrégularité auxquels il faut remédier. Mais, il ne faut non plus pas oublier que de tout temps, les crises politiques majeures s'accompagnent toujours d'un affaiblissement de l'Etat sur le plan financier. Car, à chaque bouleversement, l'Etat doit compenser bon gré malgré et d'une façon ou d'une autre les nouveaux conquérants. C'est l'une des raisons qui explique l'instabilité politique des Etats faibles. Ceux qui luttent pour leur contrôle, peuvent plus facilement se dédommager.

Mais, l'une des façons de contrer cette faiblesse de l'Etat dans ces sociétés, ce n'est pas de chasser les anciens conquérants, c'est de les utiliser. Car, parce qu'ils ne sont plus sous leur régime, ils ont intérêt à donner le meilleur d'eux-mêmes pour pouvoir sauvegarder leur poste. Car, en les conservant, ils savent pertinemment qu'ils n'y ont plus droit. Alors, il sera plus facile d'exiger d'eux ce qu'on ne pourrait pas exiger d'un allié immédiat. Parfois, il est même souhaitable, de les faire accompagner par d'autres personnes non encore bien imbus des dossiers.

Vous savez, la tendance à demander le limogeage des anciens cache un projet politique non conscient pour ses tenants, à savoir celui de l'établissement d'un régime politique. Cette pratique systématique est compréhensible et légitime seulement dans le cadre de l'établissement d'un régime appelé à monopoliser le pouvoir sur une longue durée et où le côté politique de la gestion du pouvoir est appelé à dominer fortement son côté administratif. Mais, elle n'est pas admissible ni permise dans le cadre d'un régime démocratique où le côté administratif domine le côté politique.

Donc, notre façon de réclamer du pouvoir certains actes charrie des souhaits non conscients de la poursuite de l'instabilité. Car, en réclamant du pouvoir certains actes anti-démocratiques, nous alimentons inconsciemment les ingrédients de l'instabilité politique.

Si je mens, Mr Henri, qui est connaisseur des ressources humaines, peut me démentir. Aucune entreprise qui se respecte ne va pas confier un poste de haute direction à un jeune diplômé universitaire sans un certain rodage. C'est aussi valable pour la politique qui requiert une approche encore plus complexe qu'une entreprise. Alors, vous pouvez imaginer les dégâts qui peuvent être causés qu'on confie des postes de haute responsabilité à des gens dépourvus parfois des notions de base du secteur où ils sont appelés à diriger.

Finalement, à mon humble avis, tout ceux qui , se cachant derrière une phraséologie humaniste, supportent l'insupportable, tous ceux qui réclament du gouvernement des actes anti démocratiques à l'égard des citoyens, tous ceux qui, par leur discours comme par leur action, consolident tout ce qui empêche à notre société d'avancer, sont des traitres à combattre avec la plus extrême des rigueurs.


Zanm Bandonnen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodlam Sans Malice
Super Star
Super Star
Rodlam Sans Malice

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? EmptyMar 22 Mai 2007 - 23:54

Zam

Je suis très serieux pouvez-vous me dire pourquoi un pays pauvre comme haiti devrait avoir tous ces diplomates?Que font-ils?Depuis quand Raymond Joseph est-il ce chevronné de la diplomatie?Est-ce pour vendre des passeports qu'il nous faut un diplomate à Genève ou à Washington?

C'est ce "snobisme"imbecile qui nous empeche d'avoir des bancs dans nos ecoles pour nos ecoliers ,des hopitaux pourvus de medicaments et de machines modernes;de l'eau et de l'electricite dans tous les coins du pays. Nous ne pouvons pas balancer notre budget ;nous sommes des mendiants, pourtant nous payons des diplomates 9000 dollars U.S. mensuellement pour ne rien faire.

je ne demande pas le licensement de tout le personnel de carrière de l'administration publique ,je trouve illogique qu'un pays ou les ordures s'accumulent dans toutes les rues des villes ,ou l'eau est un luxe qu'on gaspille les maigres ressources à payer des bureaucrates inutiles.C'est ce manque de pragmatisme ,c'est ce nepotisme qu'il faut combattre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc-Henry
Administrateur
Marc-Henry

Masculin
Nombre de messages : 6016
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? EmptyMer 23 Mai 2007 - 10:16

Citation :
C'est ce "snobisme"imbecile qui nous empeche d'avoir des bancs dans nos ecoles pour nos ecoliers ,des hopitaux pourvus de medicaments et de machines modernes;de l'eau et de l'electricite dans tous les coins du pays.

Non Sans Malice, ce n'est pas du snobisme c'est la responsabilité de tout état independant d'avoir des relations diplomatiques avec les autres. Bien sûr, on peut réduire nos représentations diplomatiques dans le monde mais on ne peut pas ne pas assumer cette responsabilité diplomatique, commerciale et politique qui incombe aux pays independants de défendre leurs intérêts dans les organisations internationales. Je pense que notre ami Zanm voulait nous rappeler que les gouvernements doivent respecter les fonctionnaires de l'état.


Ami Zanm
Je répondrai à votre interrogation très prochainement. Merci

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
Rodlam Sans Malice
Super Star
Super Star
Rodlam Sans Malice

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? EmptyMer 23 Mai 2007 - 20:45

marc

Est-ce Dieu qui ordonne au pays qui se trouve dans l'impossibilité de ramasser les ordures dans les rues au point ce sont les Venezueliens qui nous fassent le don de quelques camions ,un pays ou les enfants ne peuvent pas s'asseoir dans les ecoles ,ou le parlement ne peut pas fonctionner sans l'aide de l'ambassade americaine. ou le budget depend de l'aide exterieure a 70% pourquoi donc ce pays ne s'occupe pas de preference de tous ces besoins au lieu de payer tous ces diplomates?Nous n'allons pas perpetuer cette discussion ,mais en verite vous ne pourrez jamais me convaincre d'accepter cet illogisme.

Devriez-vous participer à toutes les festivités qu'on vous invite quand vous ne pouvez meme pas nourrir vos enfants,ou donner des soins à ceux qui sont malades?l'une des raisons de l'instabilite en haiti est bien cette tendance de nos dirigeants à gaspiller nos ressources au lieu de les utiliser à bon escient.Tankou Aristide di ya fok genyen la pè nan vant pou genyen la pè nan tet.les affamés n'ont point d'oreilles.Il suffit que quelques esclavagistes leur donne quelques gourdes pourqu'ils fassent n'importe quoi;ils renonceraient meme à leur foi chretienne.

Les recettes de l'etat doivent servir à satisfaire les besoins du plus grand nombre et non à payer des grands mangeurs qui ne fournissent aucun bien ni service aux demunis.Allez dans les mornes d'haiti demandez aux habitants ce qu'ils preferaient un peu d'eau potable, un dispensaire ou etre representés à Genève ou a l'onu?L'elite haitienne n'a pas le droit de copier les structures des autres pays developpés quand le peuple croupisse dans une misère infrahumaine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zanm Bandonnen
Senior


Masculin
Nombre de messages : 55
Localisation : Europe
Date d'inscription : 22/10/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le convaincant

Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? EmptyVen 25 Mai 2007 - 7:31

San Malice, je comprends vos soucis. Mais, je dois vous dire que l'existence de ces employés ne sont nullement responsables des malheurs et de la souffrance de nous autres, les défavorisés. Au contraire, je pense que nos diplomates, à leur modeste façon, nous aide à soulager nos misères.



Vous savez, les origines de la misère des défavorisés se trouvent fondamentalement dans la mauvaise administration de l'Etat par les responsables politiques. Si vous me permettez, dans les lignes qui suivent, je soumettrai à votre appréciation quelques aspects de l'administration de l'Etat qui font beaucoup de tort aux défavorisés.



En effet, j'attire votre attention sur un problème sérieux de service de maintenance et d'entretiens des biens meubles de l'Etat. Dans les années 98-2000, le gouvernement de Taiwan faisait don au gouvernement haïtien d'une forte quantité de voitures pour la police nationale. En moins, d'une année, plus de la moitié ont été détruites. Est-ce qu'elles ont été détruites strictement dans la réalisation du travail de l'Etat? Je ne sais pas. Mais, ce dont je suis en mesure de vous confirmer, c'est que non seulement des policiers les utilisaient en tant de voiture privée, en dehors de leurs horaires de travail. Ceux qui ne savaient pas conduire, les utilisaient pour apprendre à conduire. Ceux qui savaient déjà conduire, les utilisaient pour apprendre leur copine à conduire. A l'époque quand on passait en arrière du site de l'aviation, c'est avec le cœur serré que je regardais l'irresponsabilité et la myopie de nos dirigeants.



Concernant le ramassage d'ordures, si vous faites un tour les grands parcs réservés aux camions de la voirie, vous serez surpris du nombre élevé de camions non réparés depuis plus de 5 à 6 ans. Il n'y a jamais de pièce de rechange. On dirait qu'ils utilisent les camions, seulement quand ils marchent. Quand ils ont un problème, on les fout à la poubelle. Même les USA, l'un des plus riches de la terre, qui en plus fabriquent ces matériels, ne les utilisent pas de cette façon. Cela, pendant que les employés s'amusent à voler les pièces pour vendre à des tierces personnes clandestinement.



S'il y a un secteur qui saigne l'Etat. C'est bien le service de la vente aux enchère. Là, le crime contre le pays est trop criant et révoltant. En effet, que ce soit la bourgeoisie, certains éléments bien souchés de la classe moyenne, c'est là qu'ils s'approvisionnent en biens meubles au détriment de la société chaque année. Dans ce service, certaines personnes s'amusent à mettre en panne computer, voiture, et autres, pour ensuite les récupérer à la fin de l'année avec l'accord de la personne qui les crie contre pourboire. La vente aux enchère des biens meubles de l'Etat est une activité clandestine, au regard même du mode de fonctionnement de cette activité. Il n'y jamais de note de presse invitant les gens intéressés de la société à venir participer à une telle activité. Si vous n'avez pas de contact, vous n'allez pas savoir quand elle va se faire. Et pour y acheter quelque chose, il faudrait négocier son choix bien avant l'ouverture de la vente. En 98, j'ai été témoin oculaire en révolte de la vente d'une voiture toyota Tèt bœuf, modèle 98, pour 1000$. Le pire, c'est qu'on avait présenté la voiture comme ayant une panne nécessitant beaucoup de dépense. D'ailleurs, on l'avait ramené à la vente sur remorque. Dès que l'acheteur, a payé ses 1000$, il a fait démarrer sa voiture avec une indifférence qui a choqué le bon sens des témoins. Beaucoup utilisent la vente aux enchères de l'Etat pour monter leur propre entreprise privée.



L'Etat renouvelle régulièrement son parc automobile. Il renouvelle également ses computer.



Les employés de la Camep récupèrent les matériaux achetés par l'entreprise pour satisfaire la clientèle, pour leur propre activité privée. On dirait que chaque employé de la camep est une camep. Les directeurs des lycées augmentent tous les ans les frais d'entrée scolaire contrairement aux recommandations du ministère de l'éducation, pour les utiliser à des fins personnelles. Sans oublier que les places ne sont pas octroyées suivant les instructions du ministère, ils les vendent. Tout comme, ils vendent les fournitures envoyées gratuitement aux écoliers.



Plus près de nous, un ancien dictateur populiste, au mépris des lois de la république exigeant au chef de l'Etat de garantir la stabilité des institutions, payait une firme américaine pour sa sécurité privée, au mépris de la police nationale appelée à garantir la sécurité des vies et des biens de la population, à commencer par les responsables de l'Etat. Il payait des millions pour ses lobbys privés auprès du gouvernement américain. Pire encore, le gouvernement cubain envoyait des professeurs pour l'université d'Etat d'Haïti, ils faisaient carré ment travailler pour le compte de son université privée. Au lieu de consolider et de développer celles existant, ce dictateur, voleur et criminel, a préféré en créer pour concurrencer celles de l'Etat.



Donc, San Malice, ce n'est pas un problème d'argent qui empêche à l'Etat de ramasser les ordures, de donner de l'eau à la population. Ce n'est non plus pas un problème d'argent qui empêche à l'Etat d'acheter des bancs pour nos écoliers. Toutes conditions égales par ailleurs, l'Etat haïtien peut en grande partie assumer son budget annuel. Mais qui l'en empêche? Le virus de la corruption.



San Malice, ce n'est pas seulement parce que nous sommes en proie à une instabilité politique chronique que la communauté internationale maintient son intérêt à notre égard. Nous sommes l'un des rares pays pauvres à avoir une grande importance dans le monde diplomatique. Dois-je vous rappeler qu'Haïti fait partie des pays fondant et concevant la Société des Nations et les Nations Unies? Lors d'une visite au musée de la Croix Rouge à Genève, j'ai été surpris de voir, dans deux documentaires sur les deux grandes guerres Mondiales, le nom d'Haïti figuré sur la liste des pays belligérants. Nous avons une tradition diplomatique. Il faut la respecter. Nous sommes l'un des petits pays le plus présent au sein du monde occidental. Ce n'est pas pour notre beau visage. D'ailleurs, nous sommes pauvres. C'est surtout grâce à nos diplomates.



Avant de décider de l'inutilité de l'enveloppe allouée aux différentes ambassades, il faut déjà assainir la gestion des différentes ressources de l'Etat. San Malice, il ne faut pas croire que vous êtes le seul à vous y intéresser, ceux qui préparent le budget annuel de l'Etat en sont tout autant conscients. Mais, s'ils maintiennent l'enveloppe du ministère des Affaires étrangères, ils doivent bien avoir des raisons valables. Cuba n'est pas plus riche qu'Haïti, remarquez les sacrifices qu'ils consentent pour assurer leur présence et leur utilité sur la scène internationale.



Zanm Bandonnen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rodlam Sans Malice
Super Star
Super Star
Rodlam Sans Malice

Masculin
Nombre de messages : 11114
Localisation : USA
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Stock market

Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? EmptyVen 25 Mai 2007 - 8:04

Zam

Je partage votre opinion sur la cupidité,la rapacité des employes de l'etat,mais il y a deux phrases dans votre texte qui attirent mon attention.

Vous ecrivez:"Je pense que nos diplomates,à leur modeste facon, nous aident à soulager nos miseres."Voudriez-vous elaborer ce point de vue pour m'eclairer .Cette enveloppe accordée au ministère des affaires etrangères produit-elle des benefices qui depassent les couts?J'aimerais bien avoir des exemples concrets pour justifier votre opinion.


B)Plus loin vous ecrivez:"Cuba n'est pas plus riche qu'haiti,regardez les sacrifices qu'ils consentent pour assurer leur présence et leur utilite sur la scène internationale."Vous plaisantez?car je ne comprends pas comment vous pouvez etablir cette egalité entre Cuba et haiti.Et meme au cas ou vous seriez juste dans votre comparaison ,il faut considerer les emoluments des diplomates cubains et ceux des haitiens.Je ne pense pas que le fils du President Cubain touche 9000 dollars U.S. mensuellement pour representer son pays à Genève.Il faudrait comparer l'enveloppe qu'accordent les cubains au Departement des affaires exterieures de leur pays comparativement a celle qu'ils accordent au Departement de l'education Nationale pour comprendre l'imbecilité des haitiens. Cela ne m'etonnera pas que les haitiens qui occupent 1/3 d'une ile d'une superficie de 27750 km2 et qui ne produisent presque rien aient plus de diplomates que les Cubains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty
MessageSujet: Re: Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?   Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité? Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sommes-nous finalement entré dans l'ère de la stabilité?
» three cheers for sweet revenge ஐ TIGIRIA
» Je slacke, tu slackes, nous slackons ensemble dans le 71!![Ajouté]
» Où Sommes-nous ? Ft Quãn | Sakura
» Wade Wilson, où le fait que nous soyons plusieurs dans ma tête !♫

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: