Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Eske GOUVENMAN PRIVERT an lan GRENNEN FRANSE pa VYOLE KONSTITISYON an.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 14941
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Eske GOUVENMAN PRIVERT an lan GRENNEN FRANSE pa VYOLE KONSTITISYON an.   Mar 29 Mar 2016 - 6:23

KONSTITISYON an di ke PEYI an 2 LANG NASYONAL :FRANSE ak KREYOL .KONSTITISYON menm ESPESEFYE ke LANG ki SOUDE tout AYISYEN ,se LANG KREYOL lan.

Byen ke yon MOUN ta ka gen PWOBLEM ak ZAFE 2 LANG lan ,ke bagay FRANSE an ta yon LANG NASYONAL se yon bagay ATIFISYEL ;eske GOUVENMAN  PRIVERT an pa VYOLE KONSTITISYON an le yo  pale FRANSE selman lan yon SEREMONI ki sou RADYO ak TELEVIZYON LETA an.

Depi PRIVERT pa t janm gen yon GOUVENMAN ki vyole DWA pep AYISYEN an sou PWEN sa a ,apre 1987.

Eske se pa INYORANS ,PRIVERT ak ZWAY li yo ap fe sa y ap fe an ,Eske se EKSPRE y ap fe?

Lan 2 KA sa yo ,MESYE sa yo pa lan PLAS yo.

Kote OGANIZASYON DWA MOUN yo?
Yon SEL NEG mwen te tande ki EFLERE KESYON sa a ,se ANTONAL MORTIME.Kote lot OGANIZASYON DWA MOUN yo?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Re: Eske GOUVENMAN PRIVERT an lan GRENNEN FRANSE pa VYOLE KONSTITISYON an.   Mar 29 Mar 2016 - 9:26

YON TI PEYI KONPLIKE SE SWA FRANSE OU KREYOL SELON LOKAZYON, POUKI TOUTAN SE 2 LANG. TOUT ZAFÈ TI NÈG TOUJOU  GEN CHIRE PIT
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 14941
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Eske GOUVENMAN PRIVERT an lan GRENNEN FRANSE pa VYOLE KONSTITISYON an.   Mar 29 Mar 2016 - 10:00

Non RIKO ;

W ap ABETI FOWOM lan ak OPINYON w yo.
Ou toujou sou OTOMATIK.

Mwen t ap gade JUSTIN TRUDEAU lan KONFERANS de PRES lan LAKOU MEZON BLANCH lan.

Kelkelanswa KESYON yo te POZE misye ;li te reponn e ann ANGLE e an FRANSE.

Pouki sa li te fe sa?

Sispann bagay RETROGRAD ou yo.

Si se ann ANGLE misye te reponn ,KANADYEN FRANSE yo t ap mande BATAY.
Paske se lang FRANSE an ke yo t ap TWOUVE ke PREMYE MINIS lan pa bay ENPOTANS.

Sa gen 40 ,50 AN de sa ,se ann ANGLE PREMYE MINIS KANADYEN an t ap reponn ,san yo pa ize FRANSE.

Se sa tout kote ki gen anpil LANG yo fe ;sitou LANG ki lan KONSTITISYON yo.

Lan AFRIK di SID gen 11 LANG DIFERAN,si se pa 14;tout LANG sa yo EGAL EGO ,tout DOKIMAN LETA yo dwe fet lan LANG yo.

Eske w konnen ,lan ANSYEN KOLONI FRANSE yo ann AFRIK ,mwen kwe lan SENEGAL ,INYON EWOPEYEN an te depanse 6 MILYON EURO pou yon SISTEM TRADIKSYON ,6 LANG yo pale lan SENEGAL yo?
SENEGAL ansyen KOLONI FRANSE wi kote FRANSE yo ,anvan yo te bay peyi sa yo ENDEPANDANS te EGZIJE pou yo fe lang FRANSE an LANG EDIKASYON ak LANG NASYONAL .

A koz de FRANSE ke PRIVERT ak NEG li yo ap plede voye monte fe m pa fe yo KONFYANS.

Se MANIFESTASYON RETROGRAD ki la kay MESYE sa yo ,e mesye sa yo ,pou m ize yon EKSPRESYON mwen te we yon lot kote "REAC DES REACS"

Peyi an gen ASE ak NEG sa yo ki kontinye ap viv lan 19yem SYEK toujou!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 14941
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Eske GOUVENMAN PRIVERT an lan GRENNEN FRANSE pa VYOLE KONSTITISYON an.   Mer 30 Mar 2016 - 7:13

Se pa, pa AZA ke PRIVERT ak AKOLIT li yo ,ap ize FRANSE pou KOMINIKE ak POPILASYON an ,si w ka oze rele sa KOMINIKE.

Yo deja montre ke sa y ap di an ,pa konsene MAJORITE POPILASYON an.
Se kirye ;mwen t ap tande SEREMONI ENSTALASYON lan MINISTE yo ;se lan BOUCH MAKIS GRACIA selman mwen te tande kek MO KREYOL,nou konnen ki jan misye renmen LANG FRANSE l.

W ap mande NEG a NEGES sa yo si se lan MONN KONTANPOREN an y ap VIV.

Gen 2 MOUN youn se AYISYEN ,MICHEL DE GRAFF (MIT) ,PWOFESE LENGWISTIK ak LEON FRANCOIS HOFFMANN (PRINCETON) PWOFESE LITERATI FRANSE.
Mesye sa yo rive a menm KONKLIZYON;ti GWOUP ki METRIZE FRANSE yo ,ize bagay sa a tankou yon ZAM.

LEON FRANCOIS HOFFMANN ki se FRANSE,ki fet a PARIS ,montre ke NEG ize LANG FRANSE an pou separe yo de RES POPILASYON an.
Yo konnen FRANSE ,res POPILASYON an pa konnen l ;y ap ize sa ,menm si sa pa fe okenn SANS otreman.
LEON FRANCOIS HOFFMANN di ke se depi apre LENDEPANDANS ,NEG ap ize TAKTIK sa a;ou di mwens apre ABE GREGWA konvenk yo pou fe FRANSE LANG EDIKASYON.

ETAZINI pa gen LANG NASYONAL ,se de FAKTO ANGLE se LANG yo pi ITILIZE.
Se pou nou remake ke an 2016,de ETA tankou NEW YORK ak MASSACHUSETS ,bay LANG KREYOL lan plis RESPE ke GOUVENAN ann AYITI yo.
Tout LWA 2 ETA sa yo tradwi an KREYOL epitou si yon AYISYEN pa maton lan ANGLE ,Yo arête l e y ap JIJE l ,dapre LA LWA se pou yo ba li yon ENTEPRET KREYOL.

Ann AYITI ,ou konn  tande AVOKA ki ap plede ,e ou tande yo ap GRENNEN FRANSE ;bagay ke MOUN yo akize pa konprann yon MED e menm majorite MOUN ki lan ODYANS lan.

Si gen DIRIJAN ki pa konprann bagay kon sa ,pou konprann ke se pa yon bagay ki NOMAL ,ki jan y ap fe pou yo KOLTE ak bagay ki pi KONPLEKS1
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amoph
Star
Star


Masculin
Nombre de messages : 598
Date d'inscription : 24/08/2006

MessageSujet: Re: Eske GOUVENMAN PRIVERT an lan GRENNEN FRANSE pa VYOLE KONSTITISYON an.   Mer 30 Mar 2016 - 18:21

Si tout Ayisyen parle KreOl enstenktivman, rèst ke, Lang fransèz la emèrveye yo juskà dir : se devenu yon veritabl pasyon.

An jeneral, sito ke yon ayisyen tande fransè ap parle, yo montre yon vif enterê.



Nou voyaje an AYITI an ete 2014, nou kontate :

Kouch populasyon ki parle kouraMman fransè, adrese nou la parOl an fransè;
Grand parti populasyon ki pa parle fransè an, swaf dekoute le fransè. Pa mandEm poukisa ?


Nou rive nan yon seri de zOn an AYITI (nan Kapital e banlyeu kOm an Provens), nou exprime nou an bon kreOl e kuryeuzman gen moun pour diskute enpoze nou le fransè.


O fon nou di si pèupl la reNmen Lang fransèz la, se pou Otorite yo demêle yo pou satisfèr demand populasyon an.

Sèrten group dendividu izole pa gen drwa vle etoufe pasyon pèupl ayisyen pour Lang fransèz la !!!


Amoph
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Re: Eske GOUVENMAN PRIVERT an lan GRENNEN FRANSE pa VYOLE KONSTITISYON an.   Mer 30 Mar 2016 - 18:34

Mezanmiro Joel pral voye roch, li pral fann nan dengwann Amoph

Selman zanmi an di verite anpil sitwayen adrese moun an franse

menm si w adrese yo an kreyol. Sitou jenn fanm yo ki gen pratik sa.

An pasan  kisa Mak di kom bon jan frankofonn ki itiize plis franse

Joel li menm tou ki pwenti tèt dyol li se an franse li reponn

entèlokitè l kap adrese li an franse. Kom bon kreyolis fanatik

 poukisa li pa reponn an kreyol

Jojo mèt mande anraje Ayisyen pa nan zafè negosye ak franse pou pitit li. Tout moun alawonbadè vle pitit yo pale franse pou yo pa konnen menm desèpsyon,mete sou kote. Joel se yon batay ki pèdi, sabote franse nan peyi dayiti.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 14941
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Eske GOUVENMAN PRIVERT an lan GRENNEN FRANSE pa VYOLE KONSTITISYON an.   Mer 30 Mar 2016 - 19:15

Mwen ta vle reponn sa AMOPH ap di an ,si m te konprann sa l ap di an.

Ki AYISYEN ki renmen pale FRANSE yo ;se ann AYITI misye te ale?

AMOPH;
Si w se AYISYEN ou ye e ou ALE ann AYITI ou plede ap pale FRANSE ak MOUN yo ,ou gen MOVE MANNYE.

RIKO limenm paka DEBAT anyen ,se pou l fe tout bagay PESONEL.Se sel jan li ka fe DEBA.

Ki sa MAK genyen le l ap eksprime l an FRANSE?
MAK ABITE KANADA depi l te TIMOUN.

Se pou oumenm RIKO ou byen AMOPH tou ,si nou soulve yon KESYON ,sa pa gen anyen pou l we pesonelman ak MWEN ou byen MAK.

AMOPH;
Oumenm w ap di le w ale ann AYITI w ap pale FRANSE ak MOUN yo ,yo renmen le w ap fe sa.

M ap mande w anko .Eske w se AYISYEN vre?

Eske w pa yon BELJ ki vle pase TET li pou yon AYISYEN?

M ap redi w e redi w anko.Le AYISYEN rankontre ak AYISYEN se KREYOL yo pale ,se yon bagay ki konsa depi peyi an te fet.

Lan KOMANSMAN lanne 1970s yo ,mwen te konn ale MONREYAL omwens 2 FWA pa AN,tout AYISYEN mwen te konn rankontre ,se KREYOL yo t ap pale.

Kanta PRIVERT ak AKOLIT li yo ki plede ap pale FRANSE selman;yo an vyolasyon la LWA ,paske dapre KONSTITISYON an ,peyi an gen 2 LANG NASYONAL.
Mesye sa yo gen dwa pale FRANSE si yo vle ,men si se FRANSE selman y ap pale yo an VYOLASYON de la lwa.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Re: Eske GOUVENMAN PRIVERT an lan GRENNEN FRANSE pa VYOLE KONSTITISYON an.   Mer 30 Mar 2016 - 19:34

Joel sanble w pa konprann ou refize konprann.Nan pwen moun kap negosye pou pitit yo pa aprann franse, byen metrize li.

Yo di kreyol  se lang kinan nou tout moun kap pale li. Men yo vle yon ti diplis nan konnen byen franse, metrize li.

Moun kap pran pozisyon  sayo se sitou ti pèp odinè, moun yo pa pran pou moun. Yo vle kinan gen yon lot lang.

Si mwen pale de Mak se pou mwen di  ke  kreyol ou byen franse sanble li pa deranjan pou li 

Se kwazad anti franse w yo nou vle di  se tan pèdi,ayisyen pa negosye zafè lang fransè li. Se yon lang inivèsèl se pa ditou lafrans ke w rayi ki genyen l kom pwopriyetè.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 14941
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Eske GOUVENMAN PRIVERT an lan GRENNEN FRANSE pa VYOLE KONSTITISYON an.   Mer 30 Mar 2016 - 22:01

Non RIKO;

Zafe pou w di ke AYISYEN renmen FRANSE an ,se pwet pwet.

Mwen pa konnen pou KEBEK ;men OZETAZINI, AYISYEN ki te grandi ann AYITI yo depi yo rankontre se KREYOL yo pale ,yo pa pale FRANSE.

Ou konnen ke se voye monte ,AMOPH ap voye monte le misye di ke li rive ann AYITI ,MOUN yo kontan pale FRANSE ak li.
Si yon MOUN di sa ,ou pa AYISYEN vre;misye gen le pa AYISYEN vre .MISYE gen omwens 6 ZAN li ap ekri sou SIT lan ;se lan yon KREYOL MAWON misye ap ekri.

Ou sinon misye pa ABIL lan KREYOL lan ,ou byen se kap ekspre l ap fe.
PRIVERT ak EKIP li an ki plede ap voye FRANSE monte yo ,se pa pou lot REZON ,SE MONTRE y ap montre ke yo ENSTWI ,ke yo KONNEN ,menm si sa yo ap fe an RIDIKIL.

Pou m tounen sou AMOPH ,se absoliman pa VRE ,le misye di ke l te ann AYITI e ke MOUN yo kontan pale FRANSE ak li.
A ki MOUN ,misye t ap pale an ?

ADYE!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 14941
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Eske GOUVENMAN PRIVERT an lan GRENNEN FRANSE pa VYOLE KONSTITISYON an.   Jeu 31 Mar 2016 - 8:03

Mwen konnen ke AMOPH kote l ye an BELJIK toujou ap fe sa yo rele bo isit lan "HIT AND RUN".Li di yon bagay ,li paka defann li epi li KRAZE RAK.
RIKO ,limenm se KONT L AP CHACHE ak sa l ap di ;pou l ta defann sa l ap di ,bliye sa.

BAGAY sa PRIVERT ap fe an,bagay ap adrese MOUN yo an FRANSE an ,ANAKRONIK,RETROGRAD,ESTIPID.
Ansyen KOLONI FRANSE yo ki pran ENDEPANDANS yo lan KOMANSMAN LANNE 1960s e ke GOUVENMAN FRANSE an te EKZIJE yo pou yo adopte FRANSE pou LANG ADMINISTRASYON ak EDIKASYON ;yo preske pa fe sa anko ,adrese POPILASYON an ,selman an FRANSE.
Mwen kwe gen plis MOUN ki pale FRANSE lan SENEGAL ke ann AYITI ,men MAJORITE an se WOLOF yo pale ;tankou mwen te li lan yon JOUNAL FRANSE ke WOLOF ap ranplase FRANSE lan tout AKTIVITE yo.
Se SENEGAL ,peyi LEOPOLD SEDAR SENGHOR an wi.
Yo di ke PRIVERT se yon bon "FISKALIS" men EDIKASYON misye gen le LIMITE lan lot SIJE yo.
AMOPH li ATIK sa a ke Dr YVES DEJEAN te pibliye lan yon REVI ESPESYALIZE an 2001 ki rele "CHEMINS CRITIQUES".
Se pa pou RIKO ki se yon KA PEDI:

http://tanbou.com/2002/fall/CreoleEcoleRationalite.htm

Créole, école, rationalité


—Yves Dejean 18 novembre 2001
Texte à paraître dans la Revue Chemins Critiques

I. Prélude à l’irrationalité

1. Questions d’un visiteur américain

Mardi 10 octobre 2000, vers une heure de l’après-midi, alors que je marchais de la station-service «Paloma» jusqu’à l’impasse où j’habitais en face de l’entrée du marché de Carrefour, j’ai été submergé par le flot d’élèves déversé par les écoles de la zone, en particulier le Juvénat des Frères du Sacré-Cœur. J’ai sans doute croisé un millier d’enfants et d’adultes qui les accompagnaient. Heureux de ce bain de foule, je me suis longuement arrêté près de la sortie du Juvénat. J’ai imaginé une rencontre, à cet endroit, entre un visiteur américain et un enseignant haïtien parlant l’anglais. Prêtant l’oreille au bourdonnement de ces centaines de voix d’un flot humain émettant un flot de paroles, j’ai pensé au dialogue échangé entre eux:

A  J’aimerais tant savoir ce que disent ces enfants. Dommage qu’ils ne parlent pas anglais!
E.  Dommage que vous ne parlez pas leur langue!
A  C’est vrai. Je connais un peu de français. Je n’ai pas l’impression qu’ils parlent français.
Quelle langue parlent-ils?
E.  Ils parlent créole. Tout le monde parle créole en Haïti.
A  Est-ce que l’enseignement scolaire se fait en créole?
E.  Non. L’enseignement est en français.
A  Pourquoi l’enseignement n’est-il pas en créole?
Est-ce que tous ces enfants connaissent aussi le français?
E.  Non. Ils apprennent le français à l’école.
A  Est-ce que les parents de ces enfants parlent français?
E.  Quelques-uns seulement.
A  D’après vous, quel pourcentage?
E.  Je dirais à peine dix pour cent.
A  Vous voulez dire que 90 % des parents de cette masse d’enfants que nous voyons défiler sous nos yeux ne parlent pas français couramment?
E.  Ces parents ne parlent pas français du tout.
A  Je suppose donc que 90 % des enfants que je vois là ne parlaient pas du tout français à leur entrée au jardin d’enfant ou à l’école.
E.  Vous avez raison.
A  Est-ce que c’est comme ça à Carrefour seulement?
E.  Non. Partout en Haïti. Certains linguistes, comme Yves Dejean, estiment seulement à 2 ou 3 pour cent le nombre d’Haïtiens parlant français sur les sept millions d’habitants du pays.
A  Mais alors, est-ce que ces écoliers arrivent à parler couramment français après quelques années de fréquentation scolaire, disons quatre ou cinq ans?
E.  J’enseigne dans le secondaire depuis quinze ans. En toute honnêteté, je me vois obligé de vous répondre que même après dix ans d’école, la très grande majorité des élèves ne parle pas couramment français. C’est l’opinion de l’ensemble des enseignants compétents d’Haïti.
A  Au moins est-ce qu’ils savent lire le français?
E.  En pratique, presque tous arrivent à lire le français à des degrés divers.
A  Donc, ils comprennent bien ce qui est écrit en français dans les livres, revues, journaux, annonces, prospectus, modes d’emploi, etc.
E.  Je ne le pense pas, du moins pour la majorité.
A  Mais qu’est-ce que vous appelez savoir lire? Dans mon pays, on qualifie d’illettrés (donc ne sachant pas lire) ceux et celles qui ne réussissent pas un test de compréhension d’un texte écrit en anglais, si l’anglais est leur langue maternelle, texte que devraient comprendre très bien, en un temps relativement court de lecture silencieuse, tous les élèves anglophones de neuvième année (ninth grade).
E.  À ce compte, la plupart de nos élèves et de nos anciens élèves ne réussiraient pas un test semblable en français, à moins d’avoir appris le texte et son explication détaillée par cœur.
A  Mais pourquoi ne pas leur donner à lire des textes écrits en créole?
E.  Ils ne lisent pas en créole. Ils ne savent pas lire le créole. Moi, qui vous parle, je ne sais pas lire le créole.
A  Parlez-vous couramment le créole?
E.  Bien sûr, comme toutes les personnes nées et élevées en Haïti, et depuis que j’ai commencé à parler.
A  Et vous pouvez parler et lire l’anglais. Vous comprenez un article sur Haïti du New York Times, du Washington Post, du Boston Globe, du Miami Herald.
E.  Et chaque fois que j’en ai l’occasion, je lis ce que publient sur Haïti Le monde, Le monde diplomatique, La Croix, Le Figaro, et même Paris-Match.
A  Mais pourquoi n’apprenez-vous pas à lire le créole?
E.  C’est difficile. Et il n’y a pas d’orthographe.
A  Je suis étonné. Avant de me rendre en Haïti, j’ai consulté un de mes amis américains qui vit à Port-au-Prince depuis quinze ans. Il m’a montré trois dictionnaires anglais-créole publiés aux États-Unis et d’autres livres. Il y avait un recueil de poésies d’un grand écrivain haïtien mort à Miami…
E.  Morisseau-Leroy, l’auteur de Dyakout.
A  Il m’a fait voir une édition créole de la Bible de 1999, je crois. Tous ces livres étaient écrits selon une orthographe, officielle depuis janvier 1980, m’a dit mon ami.
E.  Ah? En tout cas l’enseignement se donne en français.
A  Et vous obtenez de bons résultats?
E.  Malheureusement, non. Les examens du baccalauréat aboutissent à la catastrophe depuis plusieurs années. Entre 20 et 30 pour cent de réussite. C’est triste.
A  Moi, je n’aurais pas réussi à obtenir mon diplôme de highschool, mon BA et mon Master en électronique, si on m’avait forcé à aller à l’école en allemand ou en espagnol depuis l’enfance. Les enfants d’Haïti sont bien malchanceux.
E.  Moi, j’ai la chance d’être parmi le petit nombre des élus. Je parle couramment français et je lis trois grandes langues: français, anglais, espagnol.
A  J’ai l’impression que nous concevons très différemment l’apprentissage, la connaissance et la maîtrise de la lecture et le but d’une longue éducation pour tous.

Les rires, les cris joyeux, les voix de ces fillettes et garçonnets de mon pays, bavards et pleins de vie, que j’observais depuis un long moment, m’ont tiré du dialogue imaginaire du visiteur américain et de l’enseignant haïtien. Les hommes et les femmes qui enseignent dans les écoles américaines ont une bien meilleure situation économique que les professeurs, les institutrices et les instituteurs d’Haïti. Les conditions sont différentes; les problèmes ne sont pas identiques. Mais le fonctionnement du cerveau et de l’intelligence est le même partout pour tous les enfants et tous les êtres humains. Il n’y a pas de lecture réelle sans compréhension. Le simple décodage est un aspect mécanique et mineur de l’activité de lecture.

Tous les enseignants informés du monde ne peuvent que partager l’essentiel des idées exprimées par un surintendant des écoles de Miami-Dade County dans le Miami Herald du 13 octobre 2000, idées qui présupposent la lecture de textes écrits dans une langue parfaitement comprise, assimilée et maîtrisée par les jeunes élèves-lecteurs de tous les niveaux.

Il n’y a que des cerveaux dévoyés par l’influence d’un système scolaire aberrant à ne pas pouvoir reconnaître cette vérité élémentaire que toute connaissance qui s’acquiert par la parole orale ou écrite passe par un système linguistique déjà possédé, en d’autres termes, par une langue déjà connue.

On remarquera dans la traduction du texte du surintendant une formule intéressante qui mérite d’être particulièrement soulignée: apprendre à lire et lire pour apprendre.

À propos de la correspondance de Betty J. Roberts et Dawn-Marie Hart au Forum des lecteurs sur écoles et lecture.

«Le cours de lecture n’est pas une matière facultative»

«…Il y a trois ans, le Bureau Scolaire du comté de Miami-Dade, sous la direction du docteur Michael Krop, reconnaissait la nécessité cruciale d’améliorer l’enseignement de la lecture.

Le Bureau entreprit et mit en exercice le Plan Global de Lecture. L’essentiel du plan c’est d’amener les élèves à apprendre à lire et à lire pour apprendre. Comme partie du plan, la lecture n’est pas une matière facultative. C’est la composante essentielle à enseigner à tous les élèves dans toutes les matières et à tous les niveaux pour arriver à la reconstruction du sens.

Au niveau secondaire, des cours facultatifs de lecture sont offerts aux lecteurs moins avancés. L’accélération du progrès en lecture et le succès obtenu dans la réduction de 26 à deux du nombre d’écoles qui ont reçu la mauvaise note F indiquent que la lecture est une priorité. Chaque enfant devrait lire au niveau de la deuxième année avant de passer à la troisième année.

Dans ce but, nous disons qu’un enseignement réussi de la lecture est un mandat confié à chaque école, à chaque administrateur et à chaque enseignant faisant partie du système.»

—Roger C. Cuevas, surintendant des écoles publiques du comté de Miami-Dade, Miami . (Ma traduction, voir la note 1)

2. Changer le nom de la rose?

Dans la préface de Freeman et Laguerre (1996: vii), Freeman essaie de justifier sa double décision de se servir du terme haïtien et de rejeter l’appellation de créole utilisée depuis 250 ans par tous les locuteurs du créole, du français, de l’anglais ou de l’espagnol qui ont vécu dans la partie ouest de l’île surnommée Hispaniola par les premiers conquérants européens (1492), Saint-Domingue par les colonisateurs français (1697) et de nouveau Haïti par les fondateurs de la patrie haïtienne après l’indépendance (premier janvier 1804). Il aurait pu le faire logiquement en s’appuyant sur le principe de l’arbitraire du signe formulé par Saussure (1969: 100), entre 1906 et 1911: «le signe linguistique est arbitraire», ce qui signifie qu’il n’y a aucun lien nécessaire entre une série de sons que nous émettons et le sens auquel ils sont associés. Il serait donc possible de surnommer amatala ce que l’on appelle traditionnellement créole en Haïti ou de préférer à ces deux mots le terme d’haïtien, comme l’a fait, sans succès, Michelson Hyppolite (1978: 23, 147). Mais il est irrationnel d’appuyer une décision individuelle, arbitraire et capricieuse de changer le nom populaire plus que deux fois séculaire d’une langue à partir d’un raisonnement analogique du genre:

Les Italiens appellent italien la langue de l’Italie.

Les Français appellent français la langue de la France.

Les Turcs appellent turc la langue de la Turquie.

Les Haïtiens devraient appeler haïtien la langue d’Haïti

«tout juste comme le font d’autres nations» (just as do other nations).

Un raisonnement analogique de ce genre n’est pas contraignant. La conclusion ne découle pas nécessairement des prémisses. Il n’est pas convaincant sous la plume d’un citoyen anglophone des États-Unis d’Amérique. Il suffit pour s’en rendre compte de reprendre sa formule «tout juste comme le font d’autres nations» et d’y ajouter la constatation suivante: surtout pas en Amérique.

Les nations d’Amérique du Nord comptent, aux USA seulement 281 millions de personnes recensées en 2000 dont plus de 250 millions ne comprennent et ne parlent que l’anglais sans éprouver le moindre désir de le rebaptiser américain. Le Canada a officialisé les deux langues de ses deux principaux groupes ethniques: l’anglais et le français. Plus de cent millions de Mexicains ne se connaissent pas d’autre langue que l’espagnol. L’Amérique Centrale utilise sans état d’âme le nom de la langue de la majorité de ses habitants, l’espagnol, parallèlement aux appellations qui désignent les citoyens qui la composent, par exemple, Costaricains, Honduriens, Nicaraguéens. La Caraïbe reconnaît l’emploi généralisé de la langue espagnole à Cuba, en République Dominicaine, à Porto Rico. Et l’on sait qu’à côté du néerlandais, le papiamento est parlé par les Curaçaolais et leurs voisins d’Aruba et de Bonaire. L’Amérique du Sud a comme langues principales, à côté d’une variété de langues amérindiennes, l’espagnol, en Argentine, au Chili, en Colombie, en Uruguay, au Vénézuela et le portugais au Brésil. Des minorités indiennes ou métisses numériquement importantes en Equateur, au Paraguay, au Pérou, n’ont pas dénommé équatorien, paraguayen ou péruvien leurs langues bien connues sous les noms de quechua, aymara, guarani.

Bref, un raisonnement analogique basé sur une comparaison des noms des citoyens des nations faisant partie de l’Organisation des états américains (OEA) et des appellations des langues parlées par les majorités de ces pays devrait inciter les Haïtiens à conserver le nom de créole, si jamais l’idée d’un changement en ce domaine effleurait l’esprit de l’immense majorité créolophone unilingue et de l’ensemble des membres de la toute petite minorité bilingue (ce qui n’est pas le cas). Et un coup d’œil rapide sur les autres continents n’ébranlerait pas la possession tranquille du nom de leur langue, malgré l’identité fréquente en Europe des noms de peuples et de langues. On voit cependant les Irlandais et les Ecossais parler l’anglais et/ou le gaélique plutôt que l’irlandais ou l’écossais; les Belges s’exprimer en français, en flamand ou en allemand, plutôt qu’en belge; et les Suisses en allemand, français, italien et rhéto-roman; les Grecs en démotiki et katharévousa.

Le monde arabe se présente comme parlant l’arabe plutôt que le marocain, le tunisien, l’algérien, le libyen, le saoudien, le libanais, le syrien, le jordanien, le palestinien. Les Israéliens s’en tiennent au nom traditionnel d’hébreu (ivrit). En Afrique on trouve les Tanzaniens, en très grand nombre locuteurs du swahili, les Nigérians locuteurs du haoussa ou de l’igbo; au Sénégal une majorité parlant wolof; au Congo Kinshasa, beaucoup d’usagers du lingala; en Afrique du Sud, de l’afrikaans et de l’anglais. En Asie, le bengali, l’hindi, le marathi, l’ourdou ne correspondent pas aux noms des millions de citoyens des pays concernés. En Afghanistan, le pashto et le persan afghan sont les langues principales. Les Philippins parlent surtout le tagalog et l’ilocano. En Australie, l’anglais n’est pas appelé l’australien. Enfin on rappellera que les Nations Unies comptent 189 états membres alors qu’on estime les langues du monde à cinq ou six mille. Le peu de force logique du raisonnement analogique de Freeman le porte à s’appuyer sur deux autres considérations. Un souci de dignité devrait porter les Haïtiens à renommer leur langue haïtien, comme l’ont fait les Italiens pour la leur. En outre créole est un terme vague.

Je ne connais aucun témoignage historique attestant le moindre sentiment de gêne ou de honte vis-à-vis de l’appellation créole dans la population des campagnes et des villes d’Haïti et je n’ai jamais eu l’occasion d’identifier une réaction de ce genre pendant près de cinquante ans de contact avec des compatriotes de toutes les couches sociales et de toutes les zones géographiques. De plus aucune préoccupation de dignité ou de prestige, lors de l’unification politique de l’Italie au 19e siècle, ne semble être intervenue dans l’application du terme italien à la grande variété de dialectes de la péninsule de la Lombardie à la Calabre. Si un souci de dignité ou d’honneur avait guidé un choix implicite ou explicite on aurait sans doute tourné les yeux vers Rome, «la ville éternelle», au centre du pays, ou vers la Toscane dont le dialecte est la langue de la Divine Comédie de Dante.

On peut affirmer que le mot créole n’a rien de vague en Haïti pour les illettrés, les scolarisés et les lettrés. Pour les personnes âgées de plus de douze ans, il désigne une langue perçue comme comprise et parlée par tous les Haïtiens et clairement distincte, selon l’expérience de chacun, de l’espagnol de nos voisins dominicains, du français des bilingues nationaux, de l’anglais des touristes, missionnaires ou visiteurs américains.

Jean Prévillon (texte dactylographié, avril 1993), éducateur haïtien à New York, partisan du changement de nom du créole en haïtien, se sert des mêmes arguments défaillants qu’on a rencontrés, mais il en appelle presque à l’autorité de Shakespeare en intitulant son texte:

What’s in a name et en s’inspirant d’un sonnet où Shakespeare, plus de trois cents ans avant Saussure, exprimait l’idée de l’arbitraire du signe à partir du nom de la rose. Quelque soit le nom qu’on choisirait pour la rose, demeurent intacts son parfum et sa beauté. Mais Shakespeare ne proposait nullement de changer le nom de la rose. La vélléité de changement de Prévillon et de Freeman relève de la fantaisie plutôt que de la rationalité.

3. Qui parle français?
1.«Ce pays parle français.» Affirmation de Demesvar Delorme (1870: 182–183).
2.Ce pays cultive les artichauts.
3.Ce pays connaît des températures de quatre degrés centigrades.
4.Ce pays parle anglais.
5.Ce pays parle espagnol.

Plus subtiles que des mensonges grossiers, les cinq phrases ci-dessus sont des demivérités et des instances de dissimulation, d’erreurs et d’irrationalité. L’expression générique ce pays, en (1), (4), (5), englobe une population entière de plusieurs millions de personnes, plus de 2 millions et demi en 1870 (Y avait-il dix mille francophones et bilingues haïtiens à cette époque?); 7 à 8 millions aujourd’hui (Y a-t-il 350 000 à 400 000 francophones

3. Qui parle français?
1.«Ce pays parle français.» Affirmation de Demesvar Delorme (1870: 182–183).
2.Ce pays cultive les artichauts.
3.Ce pays connaît des températures de quatre degrés centigrades.
4.Ce pays parle anglais.
5.Ce pays parle espagnol.

Plus subtiles que des mensonges grossiers, les cinq phrases ci-dessus sont des demivérités et des instances de dissimulation, d’erreurs et d’irrationalité. L’expression générique ce pays, en (1), (4), (5), englobe une population entière de plusieurs millions de personnes, plus de 2 millions et demi en 1870 (Y avait-il dix mille francophones et bilingues haïtiens à cette époque?); 7 à 8 millions aujourd’hui (Y a-t-il 350 000 à 400 000 francophones et bilingues?); en (2) un groupe d’agriculteurs, quelques centaines tout au plus, se livrant à la culture d’artichauts dans les hauteurs de Kenscoff, à plus de mille mètres d’altitude; en (3), elle se réfère à un territoire de 27700 kilomètres carrés, comptant quelques sommets des massifs de la Hotte et de la Selle où à plus de deux mille mètres d’altitude la température tombe parfois durant la nuit et tôt le matin à 4 degrés centigrades entre décembre et février.

Aucune enquête ne permet de savoir combien de personnes baragouinent un peu d’anglais ou d’espagnol en Haïti, se tirent d’affaire dans ces langues ou les parlent couramment. Mais aucun observateur sensé n’affirmerait que le peuple haïtien est de langue anglaise, espagnole ou française, sauf dans ce dernier cas en jouant sur une confusion entre langue baptisée officielle, légale, par la volonté d’une poignée de constituants (Constitution de 1918, article 24; de 1987, article 5) et langue comprise et parlée par toutes les personnnes nées et élevées en Haïti (7 à 8 millions). La toute première personne en Haïti diplômée en linguistique, la première femme haïtienne détentrice d’un doctorat, Suzanne Comhaire-Sylvain (1898-1975), ne montre pas plus de rigueur, d’exactitude et de rationalité que Demesvar Delorme quand elle écrit: «Tout Haïtien est plus ou moins bilingue». (Sylvain 1936: 7). Cette proposition pourrait induire en erreur un chercheur compétent et de bonne foi, étranger aux réalités haïtiennes. Je crois qu’elle a engagé Ferguson (1959) sur une fausse piste dans son choix d’Haïti comme une des quatre communautés linguistiques illustrant son concept de diglossie critiqué par Dejean (1979, 1983a; 1983b).

L’introduction du livre de Sylvain classe les Haïtiens en trois catégories de bilingues:
1.«L’Haïtien de l’élite, souvent élevé à Paris, parle un français très pur, quelque fois légèrement recherché, mais il parle aussi créole dans l’intimité, il parle créole, en plaisantant, à sa femme, à ses enfants, à ses amis, il parle créole à ses serviteurs et à ses ouvriers.» On remarquera cette incise «souvent élevé à Paris» qui grossit démesurément le nombre d’Haïtiens élevés à Paris. Or il est clair que pendant le demi-siècle qui s’est écoulé de 1898, année de la naissance de Suzanne Sylvain, à 1959, année de la parution de l’article Diglossia de Ferguson, il n’y a pas eu 3 mille Haïtiens, en étant excessivement généreux, à être élevés à Paris ou ailleurs en France.
2.Sylvain poursuit: «L’homme du peuple des villes parle généralement créole; cependant, comme il a fréquenté l’école primaire durant de longues années et qu’il est en contact perpétuel avec des gens parlant tantôt créole, tantôt français, il peut aussi s’exprimer en français à l’occasion.» Jusqu’en 1941, six ans après la parution du livre de Sylvain, le niveau de fréquentation scolaire en Haïti était de loin le plus bas des Amériques et la durée de la scolarisation au primaire extrêmement réduite (Cf. Dejean 1975: 11-12). L’homme du peuple n’avait pas accès facilement à l’école et n’y passait guère de nombreuses années. Quelques-uns seulement arrivaient à parler un français approximatif et leurs rapports avec des membres de l’élite ne constituaient pas un bain linguistique français.
3.Sylvain achève ainsi sa description: «Le paysan, lui, ne parle pas français ou, s’il est un notable dans son village, parle un français affreusement mutilé; en général, l’adulte ne comprend du français que quelques phrases très simples se rapportant au commerce ou à la religion. L’enfant de 12 à 14 ans qui se rend encore à l’école rurale possède un petit vocabulaire scolaire qu’il oubliera plus tard; pour lui, comme pour ses parents, le créole constituera un jour l’unique moyen d’expression.» (C’est moi qui souligne les phrases de cet extrait de l’introduction de Le créole haïtien: Morphologie et syntaxe.) Le caractère ondoyant de la formule plus ou moins bilingue permet des affirmations suffisamment vagues pour qu’elles échappent à une accusation de contradictions. Et il y a des silences. Si le paysan, sauf exception ne parle pas français, que subsiste-il du bilinguisme de la totalité d’une population qui en 1935 était paysanne à 95 %? En 1974, Georges Anglade (1974: 50) estimait à 85, 7 % le nombre d’Haïtiens de plus de 14 ans faisant partie du secteur agricole, à la suite de recherches sérieuses. On peut conjecturer, avec vraisemblance, que ce secteur couvrait 95 % de la population totale d’Haïti, près de quarante ans plus tôt.

Ce n’est pas une expérience personnelle prolongée avec les milieux paysans haïtiens ou les résultats d’une enquête systématique qui amènent Sylvain à affirmer que l’adulte comprend quelques phrases de français très simples relatives au commerce ou à la religion.

Sur ce dernier point, l’évêque du Cap-Haïtien, monseigneur Kersuzan (1922: 5), parlant de l’enseignement du «catéchisme à des enfants pauvres» par un groupe de jeunes filles du Cap, rétorquerait à la première linguiste haïtienne: «Du premier coup, on avait compris que l’usage du créole s’imposait. J’insistai pour qu’on ne fît rien apprendre en français, convaincu par l’expérience qu’un enfant ignorant devient incapable de comprendre un enseignement dont on lui a mis dans la tête, à force de la lui répéter, la formule française dont il ignore le sens.» Suzanne Sylvain avait 24 ans quand parut le Catéchisme créole publié par monseigneur Kersuzan. Elle l’a peut-être connu, puisque l’introduction consacre presqu’une page entière (pp. 7-Cool à son père «Monsieur Georges Sylvain, un des Haïtiens qui aiment le plus le créole, qui l’ont le plus pratiqué, et qui le traitent avec le plus de maîtrise… [alors] Ministre plénipotentiaire d’Haïti près du Gouvernement français.» C’était un ami que l’évêque français du Cap alla voir en France: «Avec une bonne grâce parfaite et un empressement touchant, Monsieur le Ministre plénipotentiaire s’est fait avec moi catéchiste et correcteur de catéchisme… le catéchisme lui doit… beaucoup.» Un moment de réflexion aurait pu convaincre la fille de Georges Sylvain que la mémorisation de formules de catéchisme, de prières et de cantiques français ne pouvait pas convertir les monolingues créolophones en bilingues, pas plus que la liturgie latine de l’Eglise catholique n’avait fait parler latin aux fidèles les plus assidus aux messes, vêpres, expositions du saint sacrement, processions, baptêmes, mariages, enterrements, pendant plus de mille ans, non seulement en Europe en général, mais encore chez les locuteurs des langues romanes, transformations du latin, en France, en Italie, en Espagne, au Portugal et en Roumanie. C’est une grosse illusion de confondre la mémorisation d’un petit vocabulaire scolaire avec sa possession par un écolier créolophone monolingue, urbain ou rural, sommairement «scolarisé» en français. Faute de compréhension, cette possession n’a jamais existé. La rationalité doit nous faire dire: Ce pays parle créole, et, tout Haïtien n’est pas plus ou moins bilingue.

En quelques lignes, Suzanne Sylvain a fourni une description sociolinguistique totalement inexacte et inadéquate de la réalité langagière d’Haïti en 1935, frayant la voie à des erreurs qui persistent jusqu’à présent. Cela doit servir de leçon et de mise en garde aux chercheurs d’aujourd’hui. La recherche scientifique en matière de langue met le linguiste en face d’une double obligation découlant de deux conditions décrites en termes techniques comme»condition d’adéquation descriptive» et «condition d’adéquation explicative» (préface de Chomsky au livre de Jean-Yves Pollock, 1997:xvi). Le décalque de l’anglais est moins heureux que les termes originaux anglais descriptive adequacy, explanatory adequacy (Chomsky 1997a: 18-19; 2000: 7). Il s’agit d’exactitude descriptive, de validité descriptive, du souci de décrire avec précision les faits de langue, les données langagières, tels qu’ils apparaissent, tels qu’on les perçoit. Cette condition est à la portée de ceux qui connaissent la langue et l’examinent sérieusement. Quelques exemples rendront le concept plus clair.

Quelle réponse une description exacte apporte-elle à la question concernant les formes phonologiques et phonétiques, en termes plus simples les différentes prononciations, du pronom créole de deuxième personne du singulier? Si l’on se reporte à trois études descriptives structuralistes, Sylvain (1936: 61-62), Hall (1953:, 1969: 29, 2.131), Férère (1974: 118-120) et à une quatrième, sous forme de manuel composé par un non-linguiste, Savain (1993: 37-40), étalées sur une période de plus d’un demi-siècle, la réponse à la question posée est la suivante: Le pronom de deuxième personne du singulier se réalise en deux formes, donc il a deux prononciations, savoir une forme vocalique, orthographiée ou et une autre semivocalique orthographiée w. C’est une description insuffisante, qui ne satisfait pas la condition de validité ou d’exactitude descriptive, comme le montrent quelques exemples clairs communs à toutes les variétés de créole parlées dans une zone étendue délimitée par une ligne imaginaire reliant l’extrêmité ouest de la Gonâve à Montrouis et passant par Belladère, longeant la frontière jusqu’à l’embouchure de la rivière des Pédernales puis la côte de la presqu’île du Sud jusqu’à Jérémie et de là rejoignant son point de départ.
6.a. Kabrit ou vann nan gwo. *(6) b. Kabrit w… *(6) c. Kabrit wou…
7.a. Kabrit w ap vann nan gwo. *(7) b. Kabrit wou ap * (7) c. Kabrit ou ap…
8.a. Kabrit la se pou wou. *(Cool b. se pou ou * (Cool c. se pou w
9.a. Radiyès ki nan wou a * (9) b. nan ou a * (9) c. nan w la

Remarquez l’astérisque devant les exemples b. et c., convention indiquant que les locuteurs d’origine ne parlent pas ainsi. Un exposé satisfaisant la condition d’exactitude descriptive indiquera trois formes, savoir une forme vocalique /u/, une forme semi-vocalique /w/ et une troisième commençant par un segment semi-vocalique

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 14941
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Eske GOUVENMAN PRIVERT an lan GRENNEN FRANSE pa VYOLE KONSTITISYON an.   Jeu 31 Mar 2016 - 10:47

Apre 15 ZAN ke ATIK sa a te PIBLIYE ,YVES DEJEAN pa t ap ka PREVWA ke yon BANN NEG ak LESPRI SKLEROZE t ap vini sou POUVWA a.

Li byen sa YVES DEJEAN te di ,kom si li t ap pale ak de NEG tankou PRIVERT ak ZWAY li yo:


4. Article 5 et rationalité

L’article 5 de la Constitution de 1987 fait un alliage curieux de rationalité et d’irrationalité. Le voici: «Tous les Haïtiens sont unis par une langue commune, le créole. Le créole et le français sont les langues officielles de la république.»

L’article comprend trois points. Le premier est une observation sociolinguistique qui satisfait la condition d’exactitude, de validité descriptive. On ne doit pas en sous-estimer l’importance. C’est la reconnaissance publique à la face du pays et du monde d’un fait indéniable: toute la population d’Haïti est créolophone. Cette réalité implique que tous les Haïtiens, en tant qu’êtres pensants, partagent un instrument commun de réflexion, de pensée, de raisonnement, d’appréhension du réel, des objets ambiants, des phénomènes de la nature; d’interprétation des événements, des sentiments, des sensations, des spectacles naturels, des formes, des couleurs, des bruits, des odeurs. Ce chemin commun de l’activité intellectuelle, morale, psychologique et sensorielle crée la possibilité d’une communication directe, immédiate, sans intermédiaire, de personne à personne, d’individu à individu, sur les 27700 kilomètres carrés du territoire national. Par le créole, n’importe quel Haïtien peut, en principe, communiquer avec n’importe quel autre Haïtien. Les Haïtiens de toutes croyances, de toutes religions, de toute opinion politique, de tout niveau d’études ou de connaissances théoriques ou pratiques, possèdent dans leur cerveau/esprit le même système linguistique fondamental avec la complexité de sa phonologie, de sa syntaxe, de sa morphologie, de sa sémantique. Concrètement, le président, le premier ministre, les ministres et secrétaires d’état, les sénateurs, les députés, les maires, les juges, les employés de l’état à tous les niveaux, les agents de police, les commerçants, les cultivateurs, les ouvriers peuvent parler librement avec tous les enfants, tous les jeunes, tous les adultes, de tous les coins et recoins d’Haïti, en créole. Implicitement, la première phrase de l’article 5 insinue que le français n’est pas un moyen de communication à la disposition de tous les secteurs de la population que l’on vient d’énumérer. Le deuxième point découle logiquement de la constatation que «tous les Haïtiens sont unis par une langue commune, le créole». Il est normal, il est impératif que cette langue commune soit enfin proclamée langue officielle. Ce qui signifie quoi? Non pas la création d’un nouveau mythe, comme depuis la première proclamation du caractère officiel de la langue française en Haïti par l’article 24 de la Constitution de 1918. Il s’agit plutôt de l’affirmation implicite d’une obligation morale pour l’état, pour les gouvernants, pour les membres des services publics, des parlementaires chargé de légiférer aux huissiers rédigeant des procès-verbaux, de parler et d’écrire dans la seule langue comprise et parlée par tous. Tous ne savent pas lire et écrire (en attendant l’application des articles 32 et 33 de la Constitution), mais tous peuvent comprendre un texte clair en créole, lu intelligemment par d’autres. Le troisième point montre une percée d’irrationalité. Il n’a aucune attache avec ce qui précède, c’est-à-dire avec l’importante constatation que le créole constitue pour tous les Haïtiens un lien communautaire incontournable appelant son officialisation. La proclamation du français comme langue officielle dans le contexte de l’article 5, où elle arrive comme un cheveu sur la soupe, ne cherche à se donner aucune justification. Elle ne peut même pas s’appuyer sur les nobles considérations du Préambule de la Constitution, par exemple son objectif de justice sociale (paragraphe 2), de protection des valeurs, traditions et vision nationales (paragraphe 3), d’implantation de la démocratie (paragraphe 4), de renforcement de «l’unité nationale, en éliminant toutes discriminations entre les populations des villes et des campagnes» (paragraphe 5), de promotion de «la concertation et [de] la participation de toute la population aux grandes décisions engageant la vie nationale» (paragraphe 7 - C’est moi qui souligne) J’ai parlé d’une percée d’irrationalité. Il ne faut pas exagérer. Une certaine rationalité est mise au service des détenteurs de l’avoir, du pouvoir et du savoir, qui se dissimule sous des discours démocratiques ou démagogiques, montrant parfois involontairement le bout de l’oreille. Je dois apporter un correctif à la remarque que la proclamation du français comme langue officielle n’a pas d’antécédent ou d’appui dans le préambule de la Constitution. Le paragraphe 5 cache une subtilité, ou involontaire ou perverse, qui prépare l’irruption du français à l’article 5. C’est un simple pluriel orthographique. L’élimination des discriminations entre urbains et ruraux se fera aussi, dit-on, «par l’acceptation de la communauté de langueS et de culture.» Cette formulation nous place en face d’un dilemme: c’est un excès d’irrationalité ou un excès d’hypocrisie, si ce n’est pas une simple coquille. Quel observateur rationnel pourrait vraiment croire qu’il y a communauté de deux langues, savoir le créole et le français, entre population des villes et des campagnes d’Haïti? Quel observateur rationnel pourrait affirmer cette communauté des deux langues, sans hypocrisie? Il faut par ailleurs veiller à ne pas accepter la dichotomie simpliste: population des villes, population des campagnes du paragraphe 5, surtout avec le corollaire que la première est francophone et bilingue et que seule la seconde est créolophone unilingue. C’est l’ensemble de la population d’Haïti qui est créolophone et unilingue. Les villes, y compris la capitale, comptent une minorité bilingue restreinte, francophone à des degrés divers décrits en Dejean (1977a: 223-224). Dans les campagnes, les bilingues se comptent sur les doigts, sauf les bilingues créole-espagnol le long de la frontière. Si l’on se trouve en présence d’une erreur typographique ajoutant un s à langue, on obtient alors une phrase admirable exhortant à reconnaître l’unité linguistique foncière de toute la population haïtienne et à en tirer les conséquences dans le domaine de l’administration publique, de la justice et du système scolaire qui fait l’objet de cette étude.

5. Démesure dans l’irrationalité: Les enfants d’Haïti étrangers dans leur propre pays

De tous les pays indépendants depuis cent ans ou davantage, Haïti est le seul où, en 2001, le système scolaire
4. Article 5 et rationalité

L’article 5 de la Constitution de 1987 fait un alliage curieux de rationalité et d’irrationalité. Le voici: «Tous les Haïtiens sont unis par une langue commune, le créole. Le créole et le français sont les langues officielles de la république.»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amoph
Star
Star


Masculin
Nombre de messages : 598
Date d'inscription : 24/08/2006

MessageSujet: Re: Eske GOUVENMAN PRIVERT an lan GRENNEN FRANSE pa VYOLE KONSTITISYON an.   Jeu 31 Mar 2016 - 16:23

Le samdi 05 jwiyè 2014 otour de 13h00 nou te foule sOl Republik DAYITI pour yon vizit de 6 semèn. Yon fwa sur le tèren, se te antr otr pou nou lokazyon de byen verifye si sèrten kOmantèr ki afiche nan forOmAyiti sur divèrs sujè te vrèman an faz avèk la realite.


Par exzampl nou pran yon sujè "Lang KreOl / Lang Fransèz" trè brûlan nan forOmAyiti mè ki pa osi cho an AYITI.

Travay denvestigasyon nou, obsèrvasyon nou aMne nou a konklur ke yon pasyon defèrlant lye la kazi totalite dè zayisyen avèk Lang Fransèz la !!!


Pour repondr a "Père Joël" :

KreOl nou ekri a trè zorijinal, byen regle, modèrn, ipèr-artikule, trè bo. Sèrten lektèur evOk : la krèm de la krèm.


Amoph
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 14941
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Eske GOUVENMAN PRIVERT an lan GRENNEN FRANSE pa VYOLE KONSTITISYON an.   Jeu 31 Mar 2016 - 17:28

PREMYEMAN AMOPH;

REFLECHI!

Ou pa tande DISKISYON sou KREYOL/FRANSE ann AYITI  se pa yon bagay ki PREYOKIPE MOUN yo ,tou senpman ann AYITI ,yon ti KRAS MOUN kapab ekri FRANSE men yo pa pale l.

Ann AYITI ,se lan LEKOL MOUN aprann "LI ak EKRI" FRANSE.
Ou te di yon bagay ki KIRYE ,ou te di ke MOUN yo t ap pale FRANSE ak ou e ke yo pa gen PWOBLEM pale FRANSE ak ou.

Si w se yon "BLAN BELJ" e w ap fe sa ,yo ka tolere w,men pa si w se yon IMIGRAN AYISYEN an BELJIK.

AMOPH;

Mwen pral gen 50 AN depi m ap VIV OZETAZINI ;depi m rankontre MOUN ki menm vin anvan m;mwen gen yon FRE m ki ap viv OZETAZINI depi 1963;depi nou rankontre,ou byen lan TELEFON, se KREYOL nou pale.
Se pou remake ke nou tout FLIYAN ann ANGLE tou.

Ki sa w paka konprann la a AMOPH .Ou ap viv an BELJIK ,pa sa?
Konbyen MOUN ki pale FLAMAN ,youn lan LANG BELJIK yo?

Mwen ta kwe ,ke w ta kite RIKO ap ranse .Bagay LANG lan lan BELJIK ,se yon bagay ki PWOBLEMATIK ,pa sa?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Eske GOUVENMAN PRIVERT an lan GRENNEN FRANSE pa VYOLE KONSTITISYON an.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Eske GOUVENMAN PRIVERT an lan GRENNEN FRANSE pa VYOLE KONSTITISYON an.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eske GOUVENMAN PRIVERT an lan GRENNEN FRANSE pa VYOLE KONSTITISYON an.
» Eske mouche ap ka repoze an pè nan kondision sa a?
» Gouvenman ap lonje kwi w li kay blan, mande pou asire lidèship
» La lettre du Président Aristide ici au forum Haïti.
» ESKE PREVAL AP KITE ARISTIDE TOUNEN ANVAN 7 FEV.2011 VRE?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: