Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 DEBA JOEL SOU HOFFMAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: DEBA JOEL SOU HOFFMAN   Mer 27 Avr 2016 - 16:23

DEBA JOEL SOU HOFFMAN


Dernière édition par Rico le Dim 1 Mai 2016 - 11:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15014
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: DEBA JOEL SOU HOFFMAN   Jeu 28 Avr 2016 - 13:57

Gen NEG ki PYESE KOLE ATIK PRESEDAN an se pa pou voye EKSPOZISYON an MONTE ,se paske se ALYANS FRANSEZ ki OGANIZE l.
Se toujou la FRANS RANS.

Mwenmenm a la VEY EKZAMEN DETA yo ann AYITI kite m PYESE KOLE yon PASAJ liv LEON FRANCOIS HOFFMANN te pibliye an 1995.
Apre REZILTA EKZAMEN yo ;ou pral tande menm bagay yo ,menm KONPLENT yo apre ke 30% TIMOUN yo pral REYISI lan EKZAMEN yo.
SE PA P PLIS!!!!!!!

Men sa LEON FRANCOIS HOFFMANN ki se PWOFESE FRANSE "EMERITUS" lan PRINCETON e ki konn ANSEYE kom ENVITE lan SORBONNE tou,di lan LIV li an "LITTERATUE D'HAITI"
Chapit lan rele "ANALPHABETISME PROGRAMME"


L’ANALPHABÉTISME PROGRAMMÉ
Si un taux désastreux d'analphabétisme s'est maintenu de façon remarquablement constante à travers l'histoire d'Haïti, c'est en grande partie le résultat d'une politique consciente d'exclusion : les descendants des hommes de couleur libres et des militaires qui [30] prirent la relève des Français en 1804 perpétuent leur domination en dressant et renforçant des barrières à la mobilité sociale. Pour reprendre la formulation récente de Gilles Danroc dans Religions et société (1993), l'état qu'ils ont créé, et qui perdure jusqu'à nos jours, « ne cherche pas à servir ou à intégrer l'ensemble des citoyens mais à prolonger les privilèges des tenants du pouvoir » (p. 48). En particulier, les dirigeants négligent systématiquement l'éducation de ceux qui n'appartiennent
L.-F. Hoffmann, LITTÉRATURE D’HAÏTIÉ (1995) 56
pas à leur monde, et s'assurent l'exclusivité de l'apprentissage de la langue officielle. Charles Pierre-Jacques affirmait en 1980 dans La question scolaire en Haïti :
... de 1804 à nos jours, nous croyons qu'il n'y a aucune rupture dans les finalités de l'enseignement. La situation actuelle n'est que le prolongement de celle qui prévalait à la période coloniale : une éducation accessible à une minorité privilégiée (p. 18-19).
La connaissance de la langue officielle étant la condition indispensable de l'accès à l'éducation qui permet d'espérer prestige et pouvoir, cet accès est d'autant plus restreint que l'enseignement est dès le départ dispensé en français, langue intelligible exclusivement aux enfants nés de parents qui la pratiquent, et parfaitement étrangère à la majorité des citoyens haïtiens. Autrement dit, selon Yves Déjean dans Dilemme en Haïti (1975) :
La minorité oppressive pose une condition irréalisable à l'accession de la majorité opprimée au progrès et à la connaissance. Elle prétend que [...] le passage de l'analphabétisme généralisé au savoir doit se faire par le biais du français (p. 22).
Il est vrai que des efforts d'alphabétisation en créole des enfants et des adultes ont été entrepris ces dernières années par des missionnaires, des organismes étrangers de développement et des volontaires haïtiens. Faute de statistiques, les résultats de ces campagnes sont difficiles à évaluer. Ils semblent avoir été, jusqu'à présent, pratiquement négligeables. Décidée en 1980, une réforme de l'enseignement qui aurait permis et même imposé l'usage du créole à l'école primaire et l'apprentissage du français comme langue étrangère n'a pas été mise en vigueur. Outre que les bouleversements politiques ont rendu son application pratiquement impossible, elle s'est immédiatement heurtée à l'opposition des parents, qui ne voyaient pas l'utilité de l'éducation en créole. Car le français est non seulement la langue de la scolarisation, bien que l'énorme majorité des citoyens soient incapables de la lire, voire de la comprendre, mais également celle dans laquelle les Haïtiens sont gouvernés : l'état civil, tous les documents administra
L.-F. Hoffmann, LITTÉRATURE D’HAÏTIÉ (1995) 57
tifs, commerciaux, judiciaires, et jusqu'à l'hymne national sont rédigés en français exclusivement. Cela étant, on comprend mal en effet quels avantages pratiques l'enfant tirerait de savoir lire et écrire le créole, d'autant plus que les textes en créole, même de fiction, restent rares encore aujourd'hui. Tolérée ou adoptée peu à peu dans un nombre croissant de situations de communication, c'est encore surtout l'oralité qui reste le domaine de la langue nationale


Gen ti PWOGRE ,men sa LEON FRANCOIS HOFFMAN di sa gen 20 AN de sa ,pa two DIFERAN de ki jan bagay yo ye jounen Jodi an.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Re: DEBA JOEL SOU HOFFMAN   Jeu 28 Avr 2016 - 14:30

DEBA JOEL SOU HOFFMAN


Dernière édition par Rico le Ven 29 Avr 2016 - 13:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15014
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: DEBA JOEL SOU HOFFMAN   Jeu 28 Avr 2016 - 15:19

Byen ke mwen konnen se KONT w ap chache.

Eske si se nenpot lot PEYI ki te fe sa pou AYITI,si w vle ;eske ou t ap mete sa?
Ou t ap fe sa petet si se KEBEK ou BELJIK (lol)

Mwen reponn ,paske se pa wou Selman ki panse kon sa de la FRANS ;se petet tout NEG ki ALANTOU PRIVERT yo e PRIVERT limenm.

Mwen mete OPINYON sa a de LEON FRANCOIS HOFFMANN ,paske se FRANSE misye ye.Se a PARIS misye FET e misye ap EKRI sou LITERATI AYISYEN depi 1954 ,si m pa TWONPE m.

DrLEON FRANCOIS HOFFMANN tankou m di l gen lontan l ap ekri sou LITERATI ann AYITI ,li se FRANSE ki ANSEYE an FRANS ak ETAZINI.
Ou pa ta renmen MOUN diskite sou sa misye di ou EKRI sou AYITI?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rico
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8954
Localisation : inconnue
Loisirs : néant
Date d'inscription : 02/09/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: dindon de la farce

MessageSujet: Re: DEBA JOEL SOU HOFFMAN   Jeu 28 Avr 2016 - 15:57

DEBA JOEL SOU HOFFMAN


Dernière édition par Rico le Ven 29 Avr 2016 - 13:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15014
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: DEBA JOEL SOU HOFFMAN   Jeu 28 Avr 2016 - 16:16

Mwen pa di mwen RAYI FRANSE ,se wou ki ap di l.

Gen BON gen MOVE, tankou gen BON gen MOVE AMERIKEN.

Se tankou yo te di ke "DESSALINES PA T VLE WE BLAN" ;se pa t vre ,li te gen yon BLAN FRANSE kom SEKRETE l epi POLONE ak ALMAN ki te kite LAME FRANSE yo ,MISYE te bayo TE pou yo TRAVAY.

Mwen mete sa LEON FRANCOIS HOFFMANN di ,paske li se yon FRANSE ki fet e grandi a PARIS.

Mwen mete sa tou ,paske EKZAMEN OFISYEL yo pral fet e mwen deja di e ASIRE ke se ANVIWON 30% TIMOUN yo ki pral PASE.

Pouki sa ?

An FRANS pral gen EKZAMEN tou e se FRANSE yo nou IMITE.An FRANS se 95% ou plis TIMOUN yo ki pral pase.

POUKI SA?

Se yon GASPIYAY a LEKSTREM epi w kontinye ap pale de LANG FRANSE ,jan NEG te konn pale l sa gen 100 AN de sa.

SE YON SIT DISKISYON ,PA SA?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15014
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: DEBA JOEL SOU HOFFMAN   Ven 29 Avr 2016 - 9:48

MWEN AP METE KOURIKOULOUM LEON FRANCOIS HOFFMANN.
Se pou NEG ki ap KESYONE MISYE sou sa l ap di sou AYITI ak LITERATI l.

Ak RESOUS li genyen lan yon INIVESITE tankou PRINCETON ,ak BIBLIYOTEK FRANSE ak INIVESITE FRANSE ,san konte RECHECH ke l fe lan BIBLIYOTEK tankou SEN LWI GONZAG ,SEMINE ak BIBLIYOTEK NASYONAL.

Misye gen 84 AN ,depi 1955 l ap ETIDYE LANG ak LITERATI AYISYEN.

Sa a se ENFOMASYON sou LEON FRANCOIS HOFFMANN ke w ka jwenn sou SIT UQAM ,INIVESITE KEBEK lan.

Se pou NEG sispann ap repete ENFOMASYON ki gen plis ke 100 AN ,sou RANS LANG FRANSE ann AYITI.
Si se pa sa n ap kontinye gen NEG tankou PRIVERT ki ap kontinye grennen FRANSE ,bagay ki ap ANPECHE PEYI an PWOGRESE:


François Hoffmann, Haïti, la lettre et l'être.”

Écrit par Léon-François Hoffmann


Étudiant à l’université, je suis tombé tout à fait par hasard à la bibliothèque sur le « Panorama de la poésie haïtienne » de Saint-Louis et Lubin. Je ne savais pratiquement rien d’Haïti, ce qui à l’époque était généralement le cas même parmi les universitaires. J’ai été très surpris de constater combien de poètes remarquables le pays avait produits. J’ai donc commencé à me renseigner sur son histoire et son peuple. Pour me payer un voyage d’exploration, j’ai trouvé un travail d’été comme livreur, et j’ai pris l’avion pour Port-au-Prince. C’était en 1955, sous le règne de Kanson fè.

Je suis descendu à la pension Le Plaza, tenue par Monsieur et Madame Rossini Pierre-Louis sur le Champ de Mars. M’étant renseigné sur les ressources locales en matière de bibliothèques, j’ai été aiguillé sur le Petit Séminaire, ou le père Adrien m’a installé dans le bureau du directeur, pour l’heure en vacances, tout à côté de la réserve où les collections étaient entreposées, et qui avait l’énorme avantage d’être climatisé. Je garde encore les kilos de notes que j’ai prises alors : l’ordinateur n’existait bien entendu pas à l’époque. Grâce à la cordiale hospitalité des Haïtiens, j’ai fait connaissance de Pradel Pompilus, de Maurice Lubin, de Jean Desquiron, de Franck Fouché, de Morisseau-Leroy, d’Albert Mangonès, de Roger Gaillard, de Jean Dominique et de Michèle Montas, et de tant d’autres dont l’amitié m’a été précieuse. Au Centre d’Art, avec Pierrot Monosier et dans la modeste galerie d’Hervé Méhu sur la route de Pétionville j’ai découvert l’éblouissante peinture haïtienne… et le sublime rhum Barbancourt. J’ai connu Jacques Gabriel et André Pierre. Dans un hounfò de l’Artibonite, j’ai assisté à ma première cérémonie vaudou.

Je suis resté loin d’Haïti jusqu’en 1973, ne voulant pas y retourner sous le règne de Papa Doc. Accompagné cette fois de ma femme et de mes deux fils, j’ai renoué de vieilles connaissances et surtout j’ai découvert la Bibliothèque de Saint-Louis de Gonzague où j’allais passer au cours des ans un nombre incalculable d’heures.
Et depuis lors je multiplie les voyages en Haïti. Grâce à ceux de mes amis qui possèdent un véhicule tous terrains, j’ai parcouru le pays de Ouanaminthe à Tiburon, de Bombardopolis à Anse-à-Pitre. émerveillé par la beauté des paysages et la gentillesse et la dignité du peuple des campagnes. J’ai même appris à baragouiner le créole, ce qui n’est pas inutile à New York, à Montréal ou à Paris, surtout lorsqu’on se déplace en taxi.
J’ai publié quelques livres et une série d’articles sur la culture et la littérature d’Haïti. J’ai constaté avec satisfaction que cette littérature, pratiquement inconnue lorsque j’ai commencé à la pratiquer, avait acquis ses titres de noblesse dans tous les continents, que de plus en plus de titres étaient traduits dans un nombre toujours croissant de langues étrangères, que les thèses de doctorat, les colloques et les interventions télévisées se multipliaient, que des cours lui étaient consacrés dans les universités du vieux et du nouveau monde. J’ai été particulièrement heureux et, avouons-le, un peu fier, d’avoir pu mener à bien avec des collègues haïtiens et étrangers la publication des « Œuvres complètes de Jacques Roumain ». J’espère que mon travail aura pu, dans une très humble mesure, témoigner de ma reconnaissance pour les trésors intellectuels et affectifs que j’ai retirés de ce pays et de ce peuple dont les exploits il y a plus de deux siècles constituent une des pages les plus glorieuses de l’histoire de l’humanité.

Léon-François Hoffmann

Léon-François Hoffmann est un écrivain, spécialiste de la littérature et de la culture d'Haïti.

Après des études à l'université de Yale, Léon-François Hoffman obtient un Ph.D. en 1959 et devient enseignant au département de français et d'italien l'Université de Princeton l'année suivante.

Il publie d'abord des manuels de français, comme L'Essentiel de la grammaire française et Le français en français, avant de se consacrer à l'histoire de la littérature romantique en France, supervisant notamment l'édition du roman Georges, d'Alexandre Dumas père, et de la pièce de théâtre Toussaint Louverture, d'Alphonse de Lamartine.

Professeur de littératures française et haïtienne, Léon-François Hoffman s'est rapidement imposé comme un spécialiste de la culture et de la littérature haïtiennes. Son ouvrage le plus célèbre, Le Nègre romantique, a été couronné par l'Académie française. En 2003, Léon-François Hoffmann a coordonné l'édition des Œuvres complètes de Jacques Roumain.


Bibliographie

Le Nègre romantique (1961)
Le Roman haïtien (1962)
Personnage littéraire et obsession collective, Payot, Paris, 1973
Haïti : couleur croyances, créole (1989)
Haïti : lettres et l'être (1992)
Littérature d’Haïti (1995)

(D'après un article de Wikipédia)
Source: “Léon François Hoffmann, Haïti, la lettre et l'être”. La lettre de l'UEH, l'Université d'État d'Haïti. [EN LIGNE] Consulté le 18 février 2011.

Biographie


Léon-François Hoffmann enseigne les littératures francophones à l'Université de Princeton, aux États- Unis. Auteur de plusieurs manuels de françaîs langue seconde, il s'est d'abord spécialisé dans l'étude des mentalités collectives à l'époque romantique, puis dans celle de la culture et de la littérature haïtiennes. Outre plusieurs ouvrages (dont Le Nègre romantique, couronné par l'Académie française} , il a publié de nombreux articles, portant le plus souvent sur Haïti. Il prépare actuellement une Histoire de la littérature haïtienne.
Source: Les Éditions du GREF. [EN LIGNE] Consulté le 17 février 2011.


CURRICULUM VITAE


Léon-François HOFFMANN
Department of French and Italian, Princeton University, Princeton, N.J., 08544.
Tél.: (609) 258-4507 Télécopie : (609) 258-4535 . Courrier électronique : hoffmann@princeton.edu
Paris : 32 rue Popincourt (11e). Tél. : 01-48-06-46-26
------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Né à Paris le ll avril l932. Nationalités française et américaine. Marié; deux enfants: Jacques-Henri (n. l962), Philippe-Edgard (n. 1966).



ÉDUCATION



Baccalauréats (1950, 1951) ; Bachelor of Arts, Yale University (1953) ; Master of Arts, Princeton University (1955) ; [Service militaire, 1956-1957]; Ph.D., Princeton University (1959).



POSTES UNIVERSITAIRES



Princeton University : Assistant in Instruction (1953-1955) ; Instructor (1957-1960) ; Assistant Professor (1960-1965) ; Associate Professor (1965-1968) ; Professor (1968- 2003); Émerite (2003).

Middlebury French Summer School, 1958; 1960.
Institut d'études françaises d'Avignon, étés 1965, 1968, 1971, 1975, 1999.

Université hébraïque de Jérusalem, 1974.

Institut français d'Haïti, été 1976.

University of New Mexico French Summer Institute, 1978-1981; 1987-1988.

Université des Antilles-Guyane, janvier 1981.
Université de Paris-Sorbonne, février-mars 1985.

Université de Paris VII, avril-mai 1989.

Université de Haute-Bretagne Rennes II, octobre-décembre 1992.

Université Michel de Montaigne Bordeaux III, février-mai 1993.

École Normale Supérieure, Paris, mars-avril 1997.

MLA General Topics II, secrétaire, 1965; président, 1966.

Correspondant aux É.-U. de L'Année balzacienne, 1966-1972.

Correspondant aux É.-U de la Revue d'histoire littéraire de la France, 1977-1990.

Membre du Comité de rédaction de Hebrew University Studies in Literature, 1977-1988.

Président du Comité Amérique du nord, Comité Inter-Régional d'Orientation et de Coordination (AUPELF) 1982-1993.

Membre du Conseil d'administration de l'AUPELF, 1987-1993.

Membre du Comité de rédaction de la Revue de l'Association des Professeurs de Français en Inde, 1989-



DISTINCTIONS ACADÉMIQUES

Boursier Guggenheim, 1964-1965.
Prix de l'Académie française (pour Le Nègre romantique), 1974.

Boursier de la National Endowment for the Humanities, 1980-1981.

Prix Gilbert Chinard (pour Le Roman haïtien), 1982.

Officier dans l'ordre des Palmes Académiques, 1992.

PUBLICATIONS : Livres



1961. Romantique Espagne, Paris, Presses Universitaires de France, 203 p.

1964. La Peste à Barcelone, Paris, Presses Universitaires de France, l04 p.

1965. Répertoire géographique de « La Comédie humaine », vol. I: « L'Étranger », Paris, Corti, 175 p.

1968. Répertoire géographique de « La Comédie humaine », vol. II: « La Province », Paris, Corti, 140 p.

1973. Le Nègre romantique: personnage littéraire et obsession collective, Paris, Payot, 301 p.

1982. Le Roman haïtien: idéologie et structure, Sherbrooke, P.Q., Naaman, 330 p.

1984. Essays on Haitian Literature, Washington, D.C., Three Continents Press, 185 p.

1989. Haïti: couleurs, croyances créole, Montréal, Éditions du CIDIHCA, 326 p.

1990. Haïti: couleurs, croyances créole, (édition revue et corrigée), Montréal, Éditions du CIDIHCA & Port-au-Prince, Éditions Deschamps, 326 p.

1992. Haïti : lettres et l'être, Toronto, Éditions du GREF, 372 p.

Bibliographie des études littéraires haïtiennes 1804-1984, Vanves, EDICEF-AUPELF, 240 p.

1995. Histoire de la littérature d’Haïti, Vanves, EDICEF-AUPELF, 288 p.

1998. (avec Jack Corzani et Marie-Lyne Piccione), Littératures francophones. II. Les Amériques, Paris, Belin, 320 p.

2006. Frédéric Marcelin : Un Haïtien se penche sur son pays, Montréal, Mémoire d’encrier, 224 p.

2007. Faustin Soulouque d’Haïti dans l’histoire et la littérature, Paris, L’Harmattan, 270 p.

2009. Haïti : Regards, Paris, L’Harmattan, 254 p.


PUBLICATIONS : Éditions critiques



1966. H. de Latouche et L.F. L'Héritier, Dernières lettres de deux amans de Barcelone (1822), Introd. et notes de L.-F.H., Paris, Presses Universitaires de France, xxv - 182 p.

1974. Alexandre Dumas père, Georges (1843), présentation, notes, dossier et chronologie de L.-F.H., Paris, Gallimard (Folio), 504 p.

1999.Alphonse de Lamartine, Toussaint Louverture, présentattion et notes de L.-F.H., Exeter, University of Exeter Press, xliii- 164 p.

2003. Jacques Roumain, Œuvres complètes, s.l.d. de L.-F.H, Paris, Archivos, 1,700 p.


PUBLICATIONS : Articles:

1958. « French Negro Poetry », Yale French Studies, 21, Spring-Summer , 60-71.

1961. « L'Image de la femme dans la poésie haïtienne », Présence africaine, 24-25, oct. -1960-jan. l96l, l83-206.

« The Climate of Haitian Poetry », Phylon, 22, l, Spring, 59-67.

« Notes on Zoé Oldenbourg's Destiny of Fire », Yale French Studies, 27, Fall, 127-130.

1963. « Les Métaphores animales dans Le Père Goriot », L'Année balzacienne, 91-105.

1964. « Mignonne et Paquita », L'Année balzacienne, 181-186.

« Autour d'une ode de Victor Hugo: Le Dévouement », The Romanic Review, April, 91-97.

1966. « Balzac et les Noirs », L'Année balzacienne, 297-308.

1967. « Eros en filigrane: Le Curé de Tours », L'Année balzacienne, 89-l05.

« L'Atala de Monsieur Bardèche », Esprit, 35, 357, février, 384-396.

1968. « Balzac aux Etats-Unis », L'Année balzacienne, 473-474.

1969. « Albert Camus et Jean Lorrain », Revue d'histoire littéraire de la France, 69, l, jan.-févr., 93-100.

1970. « Théaulon de Lambert et Les Femmes romantiques », Romanic Review, 61, 2, Apr., 93-108.

1971. « Zoé Oldenbourg », in Encyclopedia of World Literature, New York, Ungar, III, 11-12.

1974. « Une adaptation théâtrale inconnue d'Atala: Ima, de Cammaille-Saint-Aubain » , Bulletin de la Société Chateaubriand,17, 40-44.

l975. « Vie de Dumas », in Alexandre Dumas, Vingt ans après, Paris, Gallimard (Folio), II, 519-531.

1976. (avec Lloyd J. Austin) « Trois lettres inédites et une dédicace de Stéphane Mallarmé », Revue d'histoire littéraire de la France, 76, l, jan.-févr., 78-80.

(et al) « Thèmes religieux dans Eugénie Grandet », L'Année balzacienne, 201-229.

« En marge du premier roman haïtien: Stella, d'Emeric Bergeaud », Conjonction, 131, nov., 75-102.

« Un futur maréchal de France au Cap », Conjonction, l3l, nov., 61-64.

« Langages et rhétorique dans Gouverneurs de la rosée de Jacques Roumain », Présence africaine, 98, 2e trime., 145-161.

1977. « Eros camouflé: en marge d'Une passion dans le désert », The Hebrew University Studies in Literature, 5, l, Spring, 19-36.

« En marge d'un article du Pour et Contre », in Essays on the Age of Enlightenement in Honor of Ira O. Wade, Genève-Paris, Droz,155-168.

« L'Etranger dans le roman haïtien », L'Esprit Créateur, 17, 2, Summer, 83-102.

« Le Nègre romantique », Notre Librairie, 35-36, avr.-juin, 27-39. Reprod. in idem, 90, oct-déc. 1987, 34-39, & in Diagonales, 46, mai 1998, 33-35.

1979. « The Originality of the Haitian Novel », Caribbean Review, 7, l, Jan.-Mar., 44-50.

« Coup d'oeil sur la littérature haïtienne », Notre Librairie, 48, avr.-juin, 41-52.

1980. « Slavery and Race in Haitian Letters », Caribbean Review, 9,2, Spring, 28-32.

« Alfred de Musset: cinq documents inédits », Revue d'histoire littéraire de la France, 80, 3, mai-juin, 411-416.

« An Eighteenth Century Exponent of Black Power: Moses Bon Saam », Caribbean Studies, 15, 3, Oct. 197 [sic], 149-161.

« Les États-Unis et les Américains dans les lettres haïtiennes », Etudes littéraires, 13, 2, août, 289-312. Reprod. in Haïti Progrès, 13-19 & 20-26 nov. 1985.

1981. « Notes pour servir à l'histoire de la peinture haïtienne au XIXe siècle », Conjonction, 151, mai, 41-70.

1983. « Le Romancier haïtien et son public », Mot pour mot, 12, oct., 43-57.

1984. « L'Afrique et les Africains dans l'imagination collective haïtienne 1804-1915 », Notre Librairie, 73, jan.-mars,47-57. Reprod. in Haiti Demain, l, 30-31, 24 oct.-7 nov.

« Francophilia and Cultural Nationalism in Haiti”, Haiti - Today and Tomorrow, Lanham, Md., University Press of America, 57-76.

1985. « Francophilie et nationalisme culturel en Haïti », Collectif paroles, 29-30, nov. 1984-février 1985, 49-56.

« Lamartine, Michelet et les Haïtiens », Revue d'histoire littéraire de la France, 4, 185, juill.-août , 669-675. Reprod. in Conjonction, 168, jan.-mars 1986, 119-126 et in Association française des amis de Lamartine, Cahier no. 8, 1999.

« Tradition et originalité dans Chronique d'un faux-amour de Jacques-Stéphen Alexis », Collectif paroles, 32, mai-déc. , 72-74.

1986. « Kaselezo, pièce en trois tableaux de Frankétienne », Le Nouvelliste, 19 mars.

« Esclavitud y tensiones raciales en Haití a través de la literatura », Anuario de estudios americanos, XLIII, 353-364.

1987. « Bibliographie des œuvres de Jean Price-Mars », Conjonction, 172, 1er trim., 116-135.

« Le Vodou sous la colonie et pendant les guerres de l'indépendance», Conjonction, 173, 2ème trim., 109-135.

« Un négociant américain aux Gonaïves en 1806 et 1807 », Revue de la Société haïtienne d'histoire et de géographie, 62, 45, no. 155, juin 1987, 1-18.

1988. « Victor Hugo, John Brown et les Haïtiens », Nineteenth Century French Studies, 16, 1-2, Fall-Winter 1987-1988, 47-58.

1990. « Histoire, mythet et idéologie : la cérémonie du Bois-Caïman», Études créoles, 13, no. 1, 9-34.

1991. « Critiques et articles sur Roger Dorsinville« ,Conjonction, 187, mars, 124-135.

1992. « Le Vaudou », in Voyage aux îles d'Amérique, catalogue de l'exposition, Paris, Archives nationales, 223-226.

« Haitian Créole Literature : An Overview », in Literary Generations - A Festschrift in Honor of Edward D. Sullivan, Lexington, Kentucky, French Forum, 231-235.

1993. "Un mythe national : la cérémonie du Bois-Caïman, in La République haïtienne : État des lieux et perspectives, Paris, ADEC-Karthala, 434-448.

1994. "L'Élément indien dans la conscience collective des Haïtiens", Études créoles, XVII, no. 1, 11-38.

"Le Roman autobiographique en Haïti", Notre Librairie, no. 118, juill.-sept., 77-83.

"Haitian Sensibility", in A History of Caribbean Literature, Amsterdam et Philadelphie, John Benjamins Publ, vol.I, p. 365-378.

1995. "Formation sociale, déformation personnelle : l'éducation de Claire dans Amour de Marie Chauvet, Études créoles, XVII, no. 2, 87-91.

"Haitian Cultural Nationalism", in Born Out of Resistance, Utrecht, Isor-Publications, 338-341.
"Émile Ollivier, romancier haïtien", in Penser la créolité, Paris, Karthala, 211-221.

1996. "Myth, History and Literature", in Afro-Karibische Religionen - African-Caribbean Religions, Vienne, WUV-Univ. Verlag, vol II, p. 35-50.

"Emile Ollivier, l'exil et la mémoire", Notre Librairie, no. 128, oct.-déc., 15-24.

1997. Encyclopedia of Latin American Literature, London, Fitzroy Deraborn. (Articles « Jacques-Stéphen Alexis » p. 25-27, « Oswald Durand » p. 274-276, « Justin Lhérisson » p. 472-474, « Félix Morisseau-Leroy » p. 567-568).
« Anténor Firmin y los Estados Unidos », Op. Cit., Revista del Centro de Investigaciones históricas (U. de Puerto Rico), no. 9, 63-74.

« Difficultés de périodisation en littératures francophones », Études créoles, 20, 1, 46-50.

1998. « Georges Simenon et La Prêtresse des Vaudoux », Traces, Université de Liège, Centre d'études Georges Simenon, 9, 1977, 111-119.

« Histoire et littérature », Notre Librairie, no. 132, oct-déc. 1997, 20-28.

1999. "La Langue française en Haïti", in Francophonie et identités culturelles, s.l.d. de Christiane Albert, Paris, Karthala, 49-58.

2000. "Anténor Firmin et les États-Unis", Journal of Haitian Studies, 3/4, 1997-1998, 72-78.

2001. “La Fontaine en créole(s) – problèmes d’idéologie”, Études créoles, XXIV, n° 2, 57-69.

2002. “Prolégomènes à l'étude de la représentation de la Révolution haïtienne en Occident”, Anales del Caribe, 19-20, 355-365.

2004 “Price-Mars, Jean”, in Encyclopedia of Modern French Thought, New York & London, Fitrzroy Dearborn, 539-541.

2005. “Heurs et malheurs de l’écrivain haïtien”, Médium, avr.-juin, 107-119.

“Une heure avec Louis-Philippe Dalembert”,D’encre et d’exil 4, Bibliothèque Centre Pompidou, 121-137.

2006. “Frédéric Marcelin: un Haïtien se penche sur son passé”, in Mémoires et cultures: Haïti 1804- 2004, Limoges, Presses Universitaires de Limoges,, 187-195.

2007. “Jacques Roumain et l’érotismr littéraire haïtien”, Conjonction, 217-218, 77-88.

2008. “L’haïtienne fut-elle une révolution?”, in Haïti 1804: Lumières et ténèbres, Madrid, Iberoamericana, & Berlin, Vervuert, 13-20.

“La Littérature d’Haïti: quelques repères”, Analyse et enseignement des littératures francophones, Marc Quaghebeur (dir.) Bruxelles, Peter Lang, 261-270.


2009. “La République dominicaine et les Dominicains dans la fiction haïtienne”, in K. Gyssels & B. Ledent, The Caribbean Writer as Warrior of the Imaginary, Amsterdam – New York, Rodopi, 345-357.

“Sauvegarde des documents haïtiens”, in Littératures du sud, s.l.d. Marc Cheymol, Paris, AUF, 193-195.

L.-F. Hoffmann


29 novembre 2010.




Retour à l'auteur: Marc Bélanger  Dernière mise à jour de cette page le vendredi 18 février 2011 12:55
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie retraité du Cégep de Chicoutimi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15014
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: DEBA JOEL SOU HOFFMAN   Ven 29 Avr 2016 - 15:06

Mwen we ou EFASE POS ou yo,paske ou pa lan fe DEBA.
Si gen DEBA ,ou pa p ka repete menm bagay yo,tankou yon tanbou KATA.

Antouka ,sa pa p NWI pou MOUN FAMILYARIZE yo ,a sa LEON FRANCOIS HOFFMANN ki gen plis ke 60 AN l ap etidye LANG a LITERATI AYISYEN.
Sa l konn di yo toujou DAKTYALITE:


UNE SOCIÉTÉ ÉCARTELÉE  
Cette politique d'exclusion systématiquement appliquée depuis bientôt deux siècles aboutit à ce qu'au sein de la société nationale cohabitent une classe dirigeante, urbaine, francophone, tournée vers l'Occident, qui monopolise le pouvoir et ses retombées, et une [31] classe dirigée, rurale ou entassée dans les bidonvilles, créolophone, qui alimente les caisses de l'État sans pouvoir y puiser pour relever son niveau de vie, à laquelle la participation à la vie politique du pays et la jouissance des droits élémentaires de la personne sont refusées, et qui s'est élaboré un mode de vie original et complexe, en marge de l'organisation socio-politique calquée par les classes dirigeantes sur le modèle occidental 5 Selon sa situation dans l'échelle sociale, le comportement quotidien de l'Haïtien s'aligne, d'après le sociologue René Victor dans son Essai de sociologie et de psychologie haïtiennes (1937), sur celui des anciens maîtres ou sur celui des anciens esclaves : .  
Notre code de convenances est tout empreint de la politesse excessive du français avoisinant la fine hypocrisie. Mais nos agglomérations rurales […] s'accrochent à des usages qui remontent à la lointaine Afrique... (p. 23).  
                                          4  Sur l'émergence d'une littérature en créole, voir infra, p. 221 et s. 5  Une analyse concise des structures du mode de vie paysan est fournie par Jacquelin M. Montalvo-Despeignes dans Le Droit informel haïtien (1976).
L.-F. Hoffmann, LITTÉRATURE D’HAÏTIÉ (1995) 58  
Peut-être l'acceptation de plus en plus large et l'usage de plus en plus étendu du créole contribueront-ils à débloquer la situation en permettant un jour à la majorité silencieuse de prendre la parole pour formuler ses revendications. Il faut en attendant rappeler que les dépossédés ont non seulement cherché à résoudre à leur façon certains de leurs problèmes de survie, par la polygamie fonctionnelle, par exemple, ou le travail collectif en kumbit, mais élaboré une littérature orale remarquable, une riche tradition musicale, et une expression picturale (dite, malencontreusement, « naïve »), admirée dans le monde entier.  


HOFFMANN te EKRI sa ,sa gen 20 AN de sa ,men an 2016 nou remake yon REYAKSYON kont LANG KREYOL lan ,pesonifye pa PRIVERT e ak MOUN ki ANTOURE l yo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15014
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: DEBA JOEL SOU HOFFMAN   Sam 30 Avr 2016 - 10:10

LEON FRANCOIS HOFFMANN ,YON FRANSE NATIF-NATAL,YON PWOFESE FRANSE KI AP IRONIZE NEG ak NEGES ki IZE LANG FRANSE TANKOU YON ZAM DAN "LA LUTTE DES CLASSES" tankou li fe remake l.

Misye ta gen dwa ap pale de ABOLOTCHO lan GOUVENMAN PRIVERT an ki ap ADRESE yon POPILASYON KI PALE KREYOL an FRANSE lan RADYO ak TELEVIZYON NASYONAL:

LE FRANÇAIS ET LA LUTTE DE CLASSES
Le purisme tatillon des Haïtiens n'est pas innocent, puisque le français est une arme dans la lutte que se livrent les différentes factions des nantis : être convaincu par un adversaire d'incorrection linguistique ne pardonne pas, et tenir un raisonnement vicieux est moins grave que de commettre un solécisme. Travers que bien des ironistes haïtiens ont brocardé ; Franck Étienne, par exemple, dans son roman Mûr à crever (1968) ; un prétendant va se présenter au père de sa bienaimée, et les deux hommes s'efforcent de se damer mutuellement le pion :
[Ils] poursuivaient à bâtons rompus la conversation c'était un véritable duel où, par fatuité, les mots difficiles, employés le plus rarement [...] bafouaient le bon sens, blessaient la raison innocente. [...] Il s'agissait d'une escrime où l'honneur exige une victoire complète sur l'adversaire. Le salon se transforma aussitôt en une véritable arène où s'affrontaient les gladiateurs dans le vent des phrases creuses (p. 268).
Les écrivains haïtiens ont toujours su tirer des effets comiques, faciles peut-être mais toujours appréciés, de l'amour de leurs compatriotes pour l'éloquence emphatique et les formules alambiquées. Ainsi dans Tous les hommes sont fous (1980), les frères Marcelin imaginent un entretien, dans le village de Boischandelle, entre le magistrat (maire) Macdonald Origène, le juge de paix Septimus Morency et le lieutenant Bellami. Ce dernier ayant félicité le juge pour l'élégance de son français, son interlocuteur explique :
- Mes facultés élocutives et dialectiques ont été polies, mutatis mutandis, au contact journalier et persévérant de rhéteurs immortels, tant classiques que romantiques, tous trépassés dans l'ère antique ou moderne. Car, comme l'énonce l'adage maximal aux feuilles roses du Petit Larousse illustré, sinon au jardin péremptoire des racines gréco-latines, asinus asinum fricat. [...]
L.-F. Hoffmann, LITTÉRATURE D’HAÏTIÉ (1995) 62
- Motion d'ordre ! jeta de haut, et non sans quelque ironie, le maire de Boischandelle, qui venait de rassembler les principaux éléments de son argumentation. - Comment donc, magistrat Origène ! protesta le juge de paix, courtoisement agressif. Comment donc ! C'est bien votre tour de tribune. Ainsi le veulent les us impartiaux qui gouvernent démocratiquement la distribution de la parole au sein protocolaire des assemblées délibérantes. [...] Nous ne prétendions, en notre âme et conscience, qu'à combler momentanément la viduité provisoire créée par votre retraite stratégique dans les hautes sphères métaphysiciennes de la méditation socratique... (p. 14-15).
Dans le même ordre d'idée, Émile Ollivier explique que Diogène Artheau, personnage principal de son roman La Discorde aux cent voix (1986) parlait avec un
... petit accent qu'il s'était donné et qu'il croyait être celui des Français de France. Faut avouer qu'il avait l'élocution facile, le verbe fleuri, une certaine aisance à manier les lieux communs, une habileté à citer les grands orateurs, les philosophes grecs et latins [...]. Toute maîtresse de maison raffinée, soucieuse de conserver son « standing » se devait de l'inviter au moins une fois par trimestre (p. 25).
[34]
Plutôt que d'attaquer un adversaire sur son manque de cœur, d'honnêteté ou de compétence, on l'accusera d'écorcher la langue officielle, et l'on en fera des gorges chaudes. Le comique qui repose sur l'incorrection linguistique est particulièrement goûté des Haïtiens ; témoin la sinistre plaisanterie bien connue d'un chef de la police qui aurait répondu, avec l'accent créole, à un journaliste l'accusant de ne pas respecter les droits de l'homme : « Mais oui, je les wespète : jé né tapé jamais su' les doigts de l'homme, sèlment su' son dos ». Dans un registre moins sombre, à sa femme qui, rentrant à la maison, crie à la cantonade : « Chéri, je suis là ! » son nouveau riche d'époux répond : « Et moi, je suis le ! ... » Des expressions et des mots français passent souvent tels quels dans le créole, mais avec un glissement sémantique. Dans Portrait de l’Haïtien, Maximilien Laroche en donne un bon exemple : lorsque
L.-F. Hoffmann, LITTÉRATURE D’HAÏTIÉ (1995) 63
dans un ouvrage haïtien on trouve l'expression « une belle négresse », faut-il l'entendre dans son acception française de « femme de type africain aux traits agréables », ou bien dans son acception haïtienne de « femme forte, bien moulée, appétissante quelle que soit sa couleur » (p. 21) ? Les quiproquos fondés sur la valeur sémantique de certains mots, différente en Haïti de celle qu'ils ont en français métropolitain, réjouissent ceux qui sont conscients de ces différences. Roger Gaillard, par exemple, dans ses Charades haïtiennes (1972) :
Vous a-t-on, à ce propos, narré l'histoire de cette honorable mère de famille port-au-princienne, confiant son fils à un pensionnat de Paris, et prévenant aimablement le proviseur des défauts du nouvel élève, par ces mots au sens très différent d'une république à l'autre : « Soyez très ferme, monsieur, avec mon enfant ; il est brigand, vagabond et vicieux ». L’éducateur, pris de panique, congédia précipitamment mère et fils. Comment pouvait-il supposer que notre dame des tropiques voulait dire que sa progéniture adorait le bruit, la blague et les pralines à la noix de coco ! (p. 74).
Mentionnons enfin, puisque nombre de romanciers en ont composé de leur cru, les lettres de demandes en mariage que les paysans avaient la coutume de faire écrire par des écrivains publiques à peine lettrés, lesquels se servaient d'une accumulation de formules continuellement déformées au cours des ans, de façon à finir par constituer des textes qui rappelaient les facéties surréalistes. Plus le lecteur haïtien domine le français, plus il en apprécie le saugrenu. Celle que compose en 1952 Edris Saint-Amand dans son roman Bon Dieu rit peut servir d'exemple :
L.-F. Hoffmann, LITTÉRATURE D’HAÏTIÉ (1995) 64
LETTRE DE DEMANDE EN MARIAGE
Monsieur et Madame,
Nous avons l'honneur de prendre la plume pour vous souhaiter le bonjour ainsi que votre respectable famille, dans le but, Monsieur et Madame, d'après notre humanité chrétienne et en intelligence des honnêtes gens tout en remplissant un devoir d'honnêteté. Nous venons au devant de vous avec tendresse, joie et sagesse, respect et satisfaction tout en demandant la main de votre fille Mademoiselle Marilisse Aurélien que notre jeune homme, jeune garçon nommé Silatois Morel, aimait tendrement, dont il nous a lu ses pensées tout en voulant créer une famille avec la tienne, car ce devoir est l'humble aveu des gens civilisés : alors, Monsieur et Madame, nous sommes ses gouvernants ; nous lui témoignons avec du courage et nous vous assurons que nous serons responsables de tout ce qui arrive et nous vous assurons que notre garçon est un enfant très sage, docile et rempli de respect, obéissant envers les grands ainsi que pour les petits et prétendant d'acquitter avec honnêteté, avec fidélité notre devoir, en vertu de Monsieur et Madame de ce grand témoignage que nous vous proposons tout en demandant à Dieu de leur protéger pour nous afin qu'un jour de témoignage, cette [35] pareille satisfaction, demandant la gloire, le respect et la science, l'union et la persévérance, en attendant de vous réponse afin de savoir votre diligence. Et vous saluent d'une sublime amitié Vos serviteurs
Saintanise Jean-Jacques, sa mère Andresine Joseph, son grand-père et son parrain Marius Joseph Sa grand-mère, Mme Marius Joseph (p. 197-198).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15014
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: DEBA JOEL SOU HOFFMAN   Sam 30 Avr 2016 - 13:20

RICO

Lan chache KONT ,ki se PWOP ou ;mwen we sou PAJ DAKEY lan yon RALONJ ki di pito m pale de LEON FRANCOIS HOFFMANN.
Lan bagay RETROGRAD ou yo ,MOUN pa bezwen pale de VODOU.

Enben ou ka pale de LEON FRANCOIS HOFFMANN ak VODOU an menm TAN ;paske misye EKRI sou VODOU lan TAN la KOLONI ak PERYOD REVOLISYON AYISYEN.

Mwen si ke misye pa VODOUYIZAN pou sa.LI sa MISYE EKRI ,wa APRANN yon bagay DIFERAN.

Men tankou yon MOUN ekri ;gen MOUN ki refize aprann ANYEN ki pa koresponn ak "WORLD VIEW" yo:

http://classiques.uqac.ca/contemporains/hoffmann_leon_francois/vodou_sous_la_colonie/vodou_sous_la_colonie.pdf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15014
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: DEBA JOEL SOU HOFFMAN   Lun 9 Mai 2016 - 11:56

Pou nou kontinye sou sa LEON FRANCOIS HOFFMANN e ke gen NEG ki ap reve FRANSE ak JE LOUVRI.

De ki lakyel lang FRANSE ann AYITI an 1804.
An 1804 MAJORITE POPILASYON an ,se ann AFRIK li te fet.HOFFMANN di ke popilasyon sa a pa t menm fin TWO MATON lan LANG KREYOL lan.

Menm yon MOUN tankou JACQUES STEPHEN ALEXIS te rekonet ke 99% POPILASYON AYISYEN an te ANALFABET.

Anvan 1804 ,pa t gen plis ke LEKOL PRIME ann AYITI.Moun ki te plizoumwen MATON an FRANSE ,se an FRANS yo t al ETIDYE.
De MOUN tankou BOISROND TONNERRE,MILSCENT,DE VASTEY,JUSTE CHANLATTE elt...

Literalman ,MOUN ki te PLIM e ANK an FRANSE ,ou te ka konte yo sou DWET ou.
Se pa voye MOUN ap voye MONTE ,le y ap di ke LANG FRANSE gen tre,tre pe ,pou l we ak AYITI.
Men sa LEON FRANCOIS HOFFMANN di:


NAISSANCE D'UNE LITTÉRATURE
Retour à la table des matières Au lendemain de l'indépendance, après douze ans de combats sans merci, Haïti se retrouvait dans une situation désespérée : son infrastructure en ruines ; son économie dévastée ; les cadres et les techniciens coloniaux morts ou exilés ; les îles voisines gouvernées par des maîtres d'esclaves hostiles à la nouvelle république. Un pourcentage appréciable des nouveaux citoyens, nés en Afrique, appartenait à un grand nombre de groupes ethniques différents qui ne partageaient pratiquement aucune tradition linguistique, religieuse, sociale ou artistique ; ne parlant pas du tout français, la plupart d'entre eux ne devaient même avoir qu'une connaissance imparfaite du créole. Il était urgent de forger un sentiment d'identité et de fierté nationales à une population qui ne possédait guère en commun que la haine de l'oppresseur blanc et le souvenir des souffrances qu'il lui avait infligées.
L.-F. Hoffmann, LITTÉRATURE D’HAÏTIÉ (1995) 128
Tout était à construire ou à reconstruire, et il fallait en même temps - et avant tout - fortifier et défendre la nouvelle patrie, menacée d'un retour offensif des Français. Cela dans une conjoncture politique désastreuse : la dictature, puis l'assassinat de l'empereur Jean-Jacques Dessalines, suivis par la partition du pays et la guerre civile intermittente entre les Noirs du roi Henry Christophe au nord et les Mulâtres du président Alexandre Pétion au sud. Cela étant, ce n'est pas le chauvinisme mais la simple objectivité qui permet à Jacques-Stéphen Alexis de rappeler dans Florilège du romanesque haïtien (1984), que
... la constitution de la nation haïtienne en 1804 après l'écrasante victoire sur l'armée de Napoléon Bonaparte n'est pas le phénomène le plus extraordinaire de notre existence de peuple, loin de là. Le fait qu'un peuple nègre, illettré à plus de 99% ait pu en quelques années malgré l'hostilité de tout l'Occident colonialiste, se créer une élite lettrée capable de rivaliser avec celles de l'Europe, est bien plus insigne et significatif (p. 14).
Dans la première décennie qui suivit 1804, l'existence même d'une littérature haïtienne - pour ne pas parler de son abondance et de sa qualité - est d'autant plus surprenante que le peu d'éducation dispensée sous la colonie s'arrêtait au niveau primaire. Sans doute, certains des membres de la nouvelle élite étaient d'anciens hommes de couleur libres qui avaient été envoyés faire des études en France. C'est le cas de Louis Boisrond-Tonnerre, de Jules Solime Milscent et de Juste Chanlatte. Mais ils ne représentaient qu'une minorité. Comme l'explique Edgar La Selve dans son Histoire de la littérature haïtienne (1875), la plupart des premiers écrivains haïtiens avaient dû se former tout seuls
... sans autre guide que leur confiante vénération pour les quelques volumes dépareillés de la littérature tragique, philosophique et mythologique échappés à l'auto da fe de 1804 (p. 44-45).
Dans ses Réflexions politiques sur quelques ouvrages
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15014
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: DEBA JOEL SOU HOFFMAN   Mar 10 Mai 2016 - 7:51

Sa a se pou MOUN ki t ap VEYIKILE LIDE ke LIB ak AFRANCHI te ke pale FRANSE.

Pou vreman ou te ka pale FRANSE se an FRANS pou ale ,e de kote byen ESPESIFIK tankou REJYON "ILE DE FRANCE" a REBO PARIS an.
Se lan ZON sa a FRANS ke yo te pale FRANSE nou konnen an.
Tankou ki deja note ,pa t gen plis ke LEKOL PRIME lan KOLONI an.

JUSTE CHANLATTE,BOISROND TONNERRE e kek le zot ,te ka ekri FRANSE ,paske yo te ale an FRANS.

Epitou MIT ke de MOUN tankou PETYON ou BWAYE te EDIKE se jis sa li te ye JIS YON MIT.

Le BWAYE te ale lan NO e li te femen LEKOL yo ,se pa t yon ABERASYON e ke MISYE te di ke" OU PA BEZWEN KONN LI POU W TRAVAY LA TE " "LEKOL PREPARE REVOLISYONE" se pa t yon ABERASYON pou MISYE.
BWAYE ak lot yo se te PWODWI KOLONI SENDOMENG lan.
Sou BWAYE pa t preske gen LEKOL.Pou w te ADMI lan kek grenn LEKOL LETA YO se pou w te gen APWOBASYON DIREK PREZIDANS lan.
PETYON ak BWAYE te pase yon TI TAN an FRANS ,men se "ORFEVRERIE" yo t al etidye.

Men sa LEON FRANCOIS HOFFMANN kontinye pou l di sou zafe LEKOL lan SENDOMENG:
Men bagay ki pi "SENGILYE" ke HOFFMANN di ke lan KEK ESKLAV ki te konn li yo se te "NEG MAWON" yo.

Ce n'est certes pas avec l'intention de courtiser les Muses qu'aventuriers, entrepreneurs et fonctionnaires débarquaient à SaintDomingue. À en croire une lettre de MM. de Nolivos et Montarcher citée par Pierre de Vaissière dans Saint Domingue, la société et la vie créoles sous l'ancien régime (1629-1789), parmi ces planteurs et ces négociants  
Il n'est personne, en effet, qui s'y applique à l'étude des lettres et des sciences ; chacun s'occupe de sa fortune uniquement, et tous sont partagés entre la culture et le commerce (p. 307).  
Bon nombre des habitants devaient sans doute être illettrés comme, à l'époque, la plupart de leurs compatriotes de la métropole. Jusqu'au milieu du dix-huitième siècle, les premières notions de lecture, d'écriture et d'arithmétique était dispensées dans la colonie aux enfants des
L.-F. Hoffmann, LITTÉRATURE D’HAÏTIÉ (1995) 122  
riches par des ecclésiastiques ou de simples particuliers. À partir de 1743, quelques rares écoles primaires furent organisées, généralement par des congrégations de religieuses. On pensait d'ailleurs, toujours selon Nolivos et Montarcher, que :  
La chaleur empêche ici d'enfermer les enfants ensemble. Les maîtres, que l'on ferait venir de France, succomberaient aux maladies, et nulle ressource dans la colonie pour les remplacer.  
Quoi qu'il en soit, c'est en France que ceux des Créoles qui pouvaient se le permettre envoyaient leurs enfants faire des études plus avancées puisque, comme le déclare Moreau de Saint-Méry dans sa classique Description [...] de l’isle Saint-Domingue (1797) :  
On déplore de voir [la colonie] sans un seul établissement propre à donner de l'éducation à ceux des enfans que la fortune de leurs parents ne permet pas d'envoyer en France. [...] Quand je songe que les colonies espagnoles ont des universités, et que nous qui nous croyons si supérieurs aux Espagnols n'avons que des écoles ... (p. 529-530).  
Le niveau de l'éducation dispensée n'était donc guère brillant même pour les Blancs, et encore moins pour les hommes de couleur libres. Hérard Dumesle se souvient dans L'Observateur du 22 août 1819, que :  
Durant la longue oppression sous laquelle nos têtes courbaient, il devenait inutile et même dangereux de s'instruire ; [...] Les individus de notre classe dans lesquels on remarquait les étincelles du génie furent les plus persécutés La classe privilégiée était intéressée à ce qu'il n'y eut point de penseurs parmi nous.  
Quant aux esclaves, on se figure ce que pouvaient être les connaissances intellectuelles qui leur étaient dispensées. La politique du pouvoir en matière d'éducation des esclaves était la même que celle que M. Fénelon, gouverneur de la Martinique, expliquait le 11 avril 1764 à son ministre de tutelle, celui de la Marine et des Colonies :
L.-F. Hoffmann, LITTÉRATURE D’HAÏTIÉ (1995) 123  
L'instruction est capable de donner aux nègres une ouverture qui peut les conduire à d'autres connaissances, à une espèce de raisonnement. La sûreté des Blancs, moins nombreux, [72]  entourés sur les habitations par ces gens-là, livrés à eux, exige qu'on les tienne dans la plus profonde ignorance [...]. Il faut mener les nègres comme des bêtes et les laisser dans l'ignorance la plus complète (ms. cité par Karl Noël, L’Esclavage à l'île de France de 1715 à 1810, p. 68).  
Bien qu'exceptionnellement, certes, les documents de l'époque précisent néanmoins, à propos d'esclaves mis en vente ou recherchés comme « marrons » 15  : « sait lire et écrire ». La chose est d'autant plus surprenante que le législateur avait, semble-t-il, interdit d'alphabétiser non seulement les esclaves, mais les hommes de couleur libres, l'accès à la lecture devant être, comme toute source possible de pouvoir, réservée exclusivement aux Blancs. D'après Les Marrons du syllabaire, de Jean Fouchard, le seul historien à s'être penché sur la question :
Les transgressions se multiplièrent en ce qui concerne l'interdiction de l'instruction aux esclaves et aux noirs et mulâtres affranchis. Nous ne pouvons hélas qu'imaginer - faute de documentation sur la question - l'organisation de cette instruction en cachette qui demeure une des seules hypothèses permises. Il n'est pas interdit de penser à l'existence d'écoles clandestines avec toutes les ruses que durent employer les infortunés esclaves pour se préparer à la vie d'hommes libres (p. 84).  
Il faut attendre 1724 pour que s'ouvre au Cap la première imprimerie-librairie, qui fermera d'ailleurs bientôt après, son propriétaire ayant été accusé d'avoir mis en vente des livres obscènes, et ce n'est qu'en 1763 dans la même ville, et deux ans plus tard à Port-au-Prince, que l'imprimerie s'installe dans la colonie. Le plus clair de sa production consistera en documents administratifs et commerciaux. Un hebdomadaire in-4°, la Gazette de Saint-Domingue, qui deviendra bientôt                                            15  On appelait « nègres marrons » les esclaves qui s'enfuyaient de chez leur maître. Certains se réfugièrent dans les montagnes et y fondèrent des hameaux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: DEBA JOEL SOU HOFFMAN   

Revenir en haut Aller en bas
 
DEBA JOEL SOU HOFFMAN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DEBA JOEL SOU HOFFMAN
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» SA SE POU JOEL
» VOICI UNE TRES BONNE OPPORTUNITE POUR MARC , MALICE ET JOEL COMME INVESTISSEURS
» Dedie a Joel/Voodoo music study makes Vatican Library

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: