Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LA CHINE ap konstwi TGV (Tren a Grann VITES) ann AFRIK

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15009
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: LA CHINE ap konstwi TGV (Tren a Grann VITES) ann AFRIK   Ven 3 Juin 2016 - 7:52

Nou gen pwoblem pou nou relye POTOPRENS a JEREMI pa egzanp ;gen yon bagay ESPEKTAKILE ki ap fet ann AFRIK.

LA CHINE ap siyen KONTRA ak INYON AFRIKEN pou yo konstwi TGV ki ap relye tout KAPITAL AFRIKEN yo ,menm jan sa ye ann EWOP aktyelman.

SE YON MODENIZASYON A OUTRANS.TGV lan NIJERYA yo deja komanse ap INOGIRE.

SE PA JWET NON!!!!!


Chine-Afrique : Des TGV chinois pour connecter les capitales africaines

Rédigé par Roger ADZAFO dans 6 mai 2014

pm-chine

Le premier ministre chinois Li Keqiang en tournée en Afrique depuis les 05 mai, ne se déplace pas les mains vides. Lors d’un discours prononcé à Addis-Abeba (Ethiopie), le responsable chinois a annoncé plusieurs mesures en vue de renforcer les relations d’affaire entre l’Afrique et son pays.

Au siège de l’Union Africaine, Li Keqiang a annoncé l’ambition de la chine de mettre sa technologie de pointe au service de l’Afrique pour  la construction « des chemins de fer haute- vitesse » ralliant les capitales africaines. Le responsable chinois espère également une augmentation à 400 milliards de dollars du volume commercial entre l’Afrique et la chine d’ici 2020 contre les 210,2 milliards de dollars en 2013.

Selon l’agence de presse chinoise Xinhua, Li a déclaré que la Chine a décidé de débloquer 10 milliards de dollars supplémentaires pour porter les prêts pour les pays africains à 30 milliards de dollars, et d’augmenter le fonds de développement Chine-Afrique de deux milliards de dollars à cinq milliards de dollars.

La chine n’apporte pas que ses ingénieurs en Afrique. Le pays envisage de former 2.000 techniciens agricoles et managers africains dans les cinq prochaines années. La Chine met à la disposition des décideurs africains 18.000 bourses gouvernementales qui serviront à la formation 30.000 professionnels.

La Chine est prête à étendre la coopération avec l’Afrique dans les domaines de la construction des routes, des chemins de fer, des télécommunications, des réseaux électriques et d’autres infrastructures, afin d’aider le continent à réaliser l’interconnexion régionale, indique l’agence Xinhua qui cite le premier ministre Li Keqiang.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasaye
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7620
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, literature kréyòl
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

MessageSujet: Re: LA CHINE ap konstwi TGV (Tren a Grann VITES) ann AFRIK   Ven 3 Juin 2016 - 14:27

Ondire nèg pa nou yo kòmanse louvri je yo:

Ministère de la Planification discute avec la Chine :

Jeudi, Aviol Fleurant, le Ministre de la Planification a rencontré Jun Ling, le représentant commercial de la Chine populaire en Haïti.

Les discussions ont porté sur :
la participation d’Haïti à une foire internationale sur l’investissement en infrastructures qui se tiendra en Chine ;

l’évaluation des projets en cours et le renforcement de la coopération entre les deux pays dans les domaines prioritaires.


Men yon lòt:

Haïti - Politique : Aviol Fleurant en route pour la Chine
31/05/2016 09:25:36

Lundi, Aviol Fleurant, le Ministre de la Planification et de la Coopération Externe, accompagné du nouveau Directeur Général adjoint, Wilfrid Trenard a laissé le pays, à destination de la Chine continentale pour participer à une importante rencontre sur la coopération bilatérale Chine-Haïti, dans le domaine des infrastructures, notamment l:routières, aéroportuaires et portuaires.

Avant son départ, au salon diplomatique de l’Aéroport international Toussaint Louverture, le Ministre Fleurant a déclaré qu’il était convaincu que cette visite en Chine, aux côtés d'autres dirigeants de plusieurs pays de l'Amérique latine et des Caraïbes, aura des retombées positives pour Haïti, à court, moyen et long terme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15009
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: LA CHINE ap konstwi TGV (Tren a Grann VITES) ann AFRIK   Ven 3 Juin 2016 - 15:12

WI;

Nou ta swete ke NEG nou yo komanse SERYE.
PA GEN WOUT PA BWA.
LA CHINE pa lan pale met la limenm.Depi yo komanse ap NEGOSYE ,ou gen tan WE BATO CHINWA ak MATERYO ap DEBAKE.

LA CHINE transfome ti peyi lan AMERIK SANTRAL lan ki rele KOSTARIKA a.
Yo lan tout bagay ,AGRIKILTI,ENFRASRIKTI elt..

Se pa tankou peyi "oksidantal" yo ki toujou ap fe PWOMES e ou pa janm we ANYEN!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15009
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: LA CHINE ap konstwi TGV (Tren a Grann VITES) ann AFRIK   Mar 7 Juin 2016 - 8:24

Gen yon EKONOMIS BRITANIK SELEB ki te di ke pi GWO DEVLOPMAN ki ap BENEFIK pou MONN lan ,se SIPREMASI CHINWA yo.

Rive jis an 1820 ,ANVAN devlopman REVOLISYON ENDISTRIYEL ann EWOP ;LA CHINE te premye PWISANS EKONOMIK.
An 1820 ,LA CHINE te gen 30% PNB sou TE an.

Sanble ke bagay yo ap reyantre lan PLAS yo anko.
Yon ATIK ENTERESAN:
http://solidariteetprogres.org/actualites-001/face-a-la-guerre-et-au-sous.html



Face à la guerre et au sous-développement : le programme chinois de chemins de fer à grande vitesse


lundi 12 mai 2014

1393 visites | 1 commentaire
Crédit : news.uschinapress.com

Comme le rapportait le Figaro le 9 mai dans le cadre d’un article sur le projet chinois pour la construction d’un chemin de fer à grande vitesse sous le détroit de Béring, il est clair que contrairement à l’Europe, « face à une économie qui s’essouffle, la Chine entend accélérer le développement des infrastructures et mise de plus en plus sur les trains à grande vitesse pour tracter la croissance ».

Ainsi, « Pékin entend se lancer dans la construction de la plus importante ligne ferroviaire au monde, d’une longueur record de 13 000 kilomètres », une ligne à grande vitesse qui traverserait la Sibérie, le détroit de Béring par un tunnel de 200 km, puis l’Alaska et le Canada, pour se rendre jusqu’aux États-Unis. Mais le programme chinois va bien au-delà d’un simple projet, aussi spectaculaire qu’il soit.

Le Beijing Times publie ainsi un long entretien avec Wang Mengshu, de l’Académie chinoise d’ingénierie, montrant comment son pays a décidé, grâce à sa nouvelle expertise en termes de lignes à grande vitesse, de reprendre à son compte la stratégie élaborée par les Etats-Unis au cours du 19e siècle pour le développement d’un réseau ferré couvrant l’ensemble du continent eurasiatique. Ce programme avait alors été contré par l’Empire britannique, notamment grâce à ses préparatifs pour une Première Guerre mondiale.

Le professeur Wang a résumé comme suit les quatre grands axes adoptés par la Chine en matière d’infrastructure ferroviaire :
1. Une ligne eurasiatique se divisant en deux branches, l’une passant par le Kazakhstan et l’autre par la Russie, traversant le nord de la Chine entre Manzhouli (sur la frontière occidentale avec la Russie) et Khabarovsk, sur la frontière orientale entre les deux mêmes pays ;
2. Une ligne passant par l’Asie centrale, partant d’Urumqi en Chine et traversant le Kazakhstan, l’Ouzbékistan, le Turkménistan, l’Iran et la Turquie, pour ensuite se rendre en Allemagne ;
3. Une ligne panasiatique (ou transasiatique) partant de Kunming pour traverser le Vietnam, la Thaïlande et la Malaisie, jusqu’à Singapour ;
4. Une ligne traversant le nord-est de la Chine et la Sibérie vers Chukotka, d’où elle s’élancera vers le tunnel sous le détroit de Béring, pour arriver en Alaska. Une discussion est en train d’avoir lieu entre la Chine et la Russie concernant l’écartement des voies, la Chine souhaitant utiliser la norme internationale, de 1435 mm, et la Russie sa propre norme, de 1524 mm.

Wang a expliqué que les parties domestiques des deux première lignes progressaient rapidement, alors que les segments situés au-delà des frontières étaient encore au stade des discussions. Sur la ligne transasiatique, les travaux ont commencé pour la partie vers le Myanmar. La ligne sibérienne en est pour sa part au stade des négociations. Wang a indiqué clairement que la Chine était prête à financer une partie du tunnel sous le détroit de Béring.

Le professeur souligne les bénéfices d’une telle politique pour la Chine, qui pourrait échanger les ressources financières investies dans de telles infrastructures pour des matières premières que possèdent les autres pays partenaires. Dans le cas de Myanmar, il s’agirait de potasse (principale source d’engrais minéral). Pour d’autres pays, il pourrait s’agir de pétrole, de gaz et de divers minéraux. Les ingénieurs chinois seraient également dotés d’un tremplin pour exporter leur savoir-faire à l’échelle internationale. L’expérience acquise dans le percement d’un tunnel sous le détroit de Béring permettrait aussi à la Chine de construire un tunnel similaire entre Fujian et Taïwan, a-t-il expliqué.

Trois grand défis restent à relever. L’un est le financement, et même si la Chine a proposé de mettre en place un fonds d’investissement pour l’infrastructure, elle souhaiterait que d’autres sources de capitaux soient impliquées. Ensuite, il y a les défis liés à la logistique, notamment la formation du personnel et la réduction des délais en termes de douane, d’inspection et autres tâches de ce genre. Sinon les avantages liés à la grande vitesse seraient vite amoindris. Finalement, il y a les questions liées aux obstacles géographiques : l’immense étendue de l’Eurasie, la hauteur inégalée de ses montagnes, ses vastes fleuves et lacs, la complexité de l’environnement géologique.

Le professeur reste cependant confiant que ces défis peuvent être relevés, et que ces ambitieux projets seront bénéfiques tant pour la Chine que pour le reste du monde.

L’Afrique n’est pas oubliée

En plus de tous ces projets à travers l’Eurasie et vers l’Amérique du Nord, l’Académie chinoise d’ingénierie discute également d’un programme de chemins de fer pour l’Afrique.

Lors d’un discours prononcé le 8 mai à Abuja, au Nigéria, dans le cadre du Forum économique mondial pour l’Afrique, le Premier ministre chinois Li Keqiang a proposé de relier les capitales africaines par des lignes ferroviaires à grande vitesse, selon le China Daily. Il a fait remarquer que l’Afrique compte pour 23 % de la masse continentale totale, mais seulement 7 % des voies ferrées. Treize pays africains n’ont toujours pas de chemin de fer.

Il a déclaré que des pays africains et la Chine se lanceraient dans des projets de recherche et développement conjoints sur la technologie à grande vitesse, coopérant dans la planification, la construction et l’exploitation des futures lignes ferroviaires. La Chine aiderait également l’Afrique dans la construction d’autoroutes et d’aéroports. Elle a décidé d’augmenter de 10 milliards de dollars sa ligne de crédit pour l’Afrique, en plus des 20 milliards déjà mis sur la table. Le fonds de développement Chine-Afrique disposera de 2 milliards de dollars supplémentaires, pour une capitalisation totale de 5 milliards. « L’histoire et la situation actuelle le montrent clairement : le développement de la Chine fournit à l’Afrique de nouvelles opportunités : l’Afrique se développe, et la Chine en bénéficie elle aussi », a déclaré le Premier ministre chinois.

Il est clair qu’au lieu de la politique belliqueuse de pivot asiatique et de contrôle géopolitique mise en œuvre par Barack Obama et ses contrôleurs britanniques, la Chine accélère ses efforts pour un développement mutuel axé sur les technologies les plus avancées. Seule une telle politique sera capable de tirer le monde de la guerre, du sous-développement et de la dépression économique, tous trois héritage de l’impérialisme financier associé à la City de Londres et à Wall Street.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA CHINE ap konstwi TGV (Tren a Grann VITES) ann AFRIK   

Revenir en haut Aller en bas
 
LA CHINE ap konstwi TGV (Tren a Grann VITES) ann AFRIK
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA CHINE ap konstwi TGV (Tren a Grann VITES) ann AFRIK
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Le Costa Rica abandonne Taiwan et reconnaît la Chine
» Chine: Amérique, va en enfer
» Des nuages inhabituels précèdent le tremblement de terre en Chine: des preuves

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: