Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Haiti -politique : La crise se poursuit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marc H
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8680
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

MessageSujet: Haiti -politique : La crise se poursuit.   Dim 18 Déc 2016 - 11:20

La crise se poursuit.
7 février 2016
Privert négocie la présidence avec Martelly et ses donneurs d'ordre.

Personne ne pouvait deviner que c'était un piège de remplacer Martely par un ancien ministre lavalas ,C'était trop crédible pour ne pas savoir qu'il y avait un danger . Mais cela calmait la rue . Cette succession nous ravissait . On croyait en finir avec le Martellisme. On aurait du nous méfier.Nous étions tous piégés, au point de ne pas comprendre que le sénateur Privert qui paraissait proche du mouvement lavalas était en quelque sorte la continuation du Martellisme sans Martelly . Rien à voir avec le mouvement lavalas.


En fait , le sénateur Privert négociateur en chef pour la succession de Michel Martelly ne savait peut-être pas complètement qu'il avait été piégé dès le départ . Il a joué le jeu des puissants en se portant garant à la présidence provisoire . Quel pouvoir Privert avait-il tant pour devenir président à la place d'un juge de la Cour de cassation ? Poser la question c'est d'y répondre en partie .


Privert devenu président faisait naître en nous un sentiment de changement voire même de libération . Cela nous empêchait de comprendre que le martellisme était encore bien vivant . Oh ! que c'était trop beau pour y croire .

Privert président n'a rien fait pour se distancier du régime tet Kale . Sans le vouloir peut-être , peut-être pas , il a aidé à la renaissance du système électoral corrompu, frauduleux mis en place par Martelly quelques mois avant son intronisation au Palais national .
Monsieur le président Privert , le 14 février 2016 nous avions eu une petite possibilité de liberté. En l'entendant venir après le 7 février de la même année 2016,nous aurions pu l'avoir cette liberté politique , cette liberté de choisir le candidat que nous voulons comme président mais nous avons gâché cette chance à cause de vous . Parce que nous avons cru que alliez défaire ce qui a été fait dans le système électoral frauduleux du gouvernement Martelly. Ce qui est désolant aujourd'hui c'est que vous semblez vous en laver les mains . Maudit président , présidence maudite !

En prenant le pouvoir le 14 février 2016 Monsieur le président , le peuple espérait un momentum fait d'espoir . Il n'a pas eu ce momentum . Du moins cela a duré quelques semaines . Aujourd'hui en cette fin d'année et le début d'une nouvelle, Haiti vient de retomber dans les mêmes vieilles ornières desquelles ce peuple croyait s'en sortir après le départ de Michel Martelly .
En fait , Privert n'a rien fait du tout . Sa présidence n'aura été servi à rien . On vient d'avoir la preuve avec les résultats frauduleux du CEP de Berlanger d'imposer du martellisme sans Martelly .


L'histoire retiendra que le sénateur Privert avait  négocié un pouvoir pour permettre à un régime déchu de reprendre le pouvoir par  les mêmes fraudes ,les  mêmes magouilles et la même  corruption pour lesquelles le peuple avait poussé Martelly vers la sortie  .  La crise politique  se poursuit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15009
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Haiti -politique : La crise se poursuit.   Lun 19 Déc 2016 - 6:27

MAK;

Pep AYISYEN an pran lan PYEJ TWO FASIL.
Priyorite an kounye an ,se DECHOUKE PRIVERT.PRIVERT kont ENTERE MAS yo.

Se pa kounye an ,ke PRIVERT ap bay SIYAL pou di kote li ye.
Depi ou te we ke MISYE te ap monte sou RADYO pou l grennen FRANSE ,misye te deja ap voye MESAJ an DAKI pou l di EKSTREM DWAT fe l KONFYANS.
Misye pa t rete la ,li mete yon bann EKSTREMDWATIS ,NEO-FACHIS lan GOUVENMAN l lan.
Menm GOUVENMAN AMERIKEN an te mete a DISTANS yon MOUN tankou HIMLER RHEBU le GUY PHILIPPE te pwopoze MISYE kom PREZIDAN PWOVIZWA apre KOUDETA a.
Ale lan LIV JEB SPRAGUE lan ,n a we ki jan ke ANBASADE AMERIKEN an te eksplike pouki sa lan youn lan DEPECH DEKLASIFYE l yo.

Se NEG sa a ke PRIVERT te mete an CHAJ SEKIRITE PEYI an.
Se yon bann DIVALYERIS,neo-DIVALYERIS ke PRIVERT te ASOSYE l avek yo.

PRIVERT te minis sou LAVALAS ,men misye se yon neo-GNBis menm jan ak LOT ki te MINIS sou LAVALAS e ki tounen kont LAVALAS e ki "partie prenante" lan ki ETA peyi an twouve l jounen Jodi an.

Premye bagay ki pou fet ,se DECHOUKE PRIVERT ,si se pa sa TWOU san FON ke peyi an ka vin RETWOUVE l ak yon PREZIDANS NEG BANNANN lan ap yon REYALITE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alex jacques
Star plus
Star plus
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1033
Localisation : Haiti
Date d'inscription : 23/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Fou de son pays

MessageSujet: Re: Haiti -politique : La crise se poursuit.   Lun 19 Déc 2016 - 16:41

Gentlemen, let's stop whining. The electorate rejected violence and anarchy. Many in Haiti think that because they have the monopoly of violence, they cannot lose in anything whether it is a fair loss.

Being kingmaker in violence does not supersede genuine popularity. The ability to destroy recklessly cannot dictate who should win an election. The people have spoken on Nov 20th and chosen their leader, may the will of the people be respected.

This time around, violence won't change the results. They can destroy, as much as they want, everything that is on their way. The people is only take note and will continue to punish harsher in the ballot boxes. They have lost the smallest credibility they had left by contesting against the will of the people.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15009
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Haiti -politique : La crise se poursuit.   Lun 19 Déc 2016 - 17:25

ALEKS;

Se konsa ou te pale an 2004?

Ou konnen ki les ki gen MONOPOL VYOLANS e ki MOUN ki pa ezite IZE l.

Sou tout rapo ki ap SOTI ann AYITI ,depi ELEKSYON FEN NOVANM yo ,gen plis ke 25 MANIFESTASYON ,pa gen yon MOUN ki MOURI.Se VREMAN REMAKAB.

Gen yon MOUN ki te mouri lan LATIBONIT lan ,se PATIZAN YOURI LATOTI yo ki te TOUYE l.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
loubert
Super Senior


Masculin
Nombre de messages : 117
Localisation : Province de Québec
Loisirs : lecture
Date d'inscription : 11/09/2006

MessageSujet: Re: Haiti -politique : La crise se poursuit.   Mar 20 Déc 2016 - 2:45

Il est vrai Marc, encore une autre crise qui se dessine à l'horizon. Et en effet,  je ne peux dédouaner Privert de sa responsabilité de chef d'état face à la situation qui prévaut actuellement.  Il n’a pas fait campagne ouvertement pour un candidat et ça je lui accorde. Sachant qu’il est là pour organiser de bonnes élections, il aurait dû exiger plus de rigueur au CEP pour s’assurer non seulement du bon déroulement de la journée électorale mais aussi de la rigueur dans le décompte des votes.  La crise que l’on vit, aurait pu être évitée car avant même la journée du vote, il y a eu suspicion de fraudes. Cependant, les gens ont cru, malgré la rumeur que les auteurs présumés de ces fraudes auraient changée d’avis.  Ils ont été jusqu’au bout et poussé l’odieux de déclarer ce fétide Jovenel  élu au premier tour.  L’on comprend pourquoi!  C’est à mourir de rire quand on y pense.  La dernière fois, Jude n’a pas voulu aller au deuxième tour avec ce Jovenel.  Alors, cette fois, on va le mettre gagnant au premier tour. C’est quand même futé!    Néanmoins,  ils ont omis de prendre en compte certains paramètres.  Rappelez-vous, l’élection de Martelly s’était déroulée sur fond  d’exclusion!

Martelly étant lui-même mal élu a dû faire face à des crises bien souvent initiées par lui-même. Résultat, il a laissé le pouvoir en pleurant comme un bébé et dans la disgrâce.  Cinq années de gaspillage!

Il y a de l’intransigeance de part et d’autre. Tout d’abord, M. Berlanger crie à tue-tête qu’il y a eu transparence dans le décompte et que les partis n’ont qu’à utiliser le système de contestation prévu par la loi électorale.  Or, il sait les résultats bien que fractionnaires ne reflétaient nullement la réalité sociodémographique du pays.  Il s’est entêté à publier ces résultats en ayant été avisé des irrégularités au sein du CTV.  Mais quel entêtement!  Et l’on sait maintenant les conséquences d’une telle attitude.  Que va-t-il se passer face à la détermination des manifestants?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15009
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Haiti -politique : La crise se poursuit.   Mar 20 Déc 2016 - 3:42

Que va t-il se passer devant la determination des manifestants?

Yon sel repons ,pa LAGE.Que PRIVERT et sa cohorte jettent bas les masques.

Le mouvement populaire avait plus de difficulties en BOLIVIE.L'OLIGARCHIE a "peau pale" avait une solide ARMEE a son service.
Les INDIENS occuperent les RUES de la PAZ pendant plus de 3 MOIS ,les gouvernements se succederent ;ils n'avaient pas laches.
Se OLIGACHI an ki te fe BAK.Pep lan ELI MORALES ,li o POUVWA depi 2006.
L'ECONOMIE de la BOLIVIE est l'une des plus performantes dans les AMERIQUES ;avec la PAUVRETE en pleine REGRESSION.
Et dire qu'il y a 20 ANS ,la BOLIVIE etait aussi pauvre qu'HAITI.

Voici un APERCU des difficulties confrontees par EVO MORALES et le mouvement populaire.L'EMBASSADEUR AMERICAIN avait qualifie EVO MORALES de CRIMINEL.
En HAITI l'IMPERIALISME ne s'en prend pas la PEINE.
IL VOLE CARREMENT LES ELECTIONS.
En JIYE 2004 ,ANBASADE AMERIKEN an te VOYE yon DEPECH bay DEPATMAN DETA pou l di ke ARISTID te definitivman chanje LESPRI AYISYEN yo.
Montre yo ke se VRE!!!!!

In August 2001, Banzer resigned due to terminal illness, and Jorge Quiroga took over as President.[67] Under U.S. pressure, Quiroga sought to have Morales expelled from Congress. To do so, he claimed that Morales' inflammatory language had caused the deaths of two police officers in Sacaba near Cochabamba, however was unable to provide any evidence of Morales' culpability. 140 deputies voted for Morales' expulsion, which came about in 2002. Morales asserted that it "was a trial against Aymara and Quechas", [68] while MAS activists interpreted it as evidence of the pseudo-democratic credentials of the political class.[69]

The MAS gained increasing popularity as a protest party, relying largely on widespread dissatisfaction with the existing mainstream political parties among Bolivians living in rural and poor urban areas.[70] Morales recognized this, and much of his discourse focused on differentiating the MAS from the traditional political class.[71] Their campaign was successful, and in the 2002 presidential election the MAS gained 20.94% of the national vote, becoming Bolivia's second largest party, being only 1.5% behind the victorious MNR, whose candidate, Gonzalo Sánchez de Lozada, became President.[72] They won 8 seats in the Senate and 27 in the Chamber of Deputies.[73] Now the leader of the political opposition, Morales focused on criticising government policies rather than outlining alternatives. He had several unconstructive meetings with Lozada, but met with Venezuela's Hugo Chávez for the first time.[74]

Bolivia's U.S. embassy had become publicly highly critical of Morales; just prior to the election, the U.S. ambassador to Bolivia Manuel Rocha issued a statement declaring that U.S. aid to Bolivia would be cut if MAS won the election. However, exit polls revealed that Rocha's comments had served to increase support for Morales.[75] Following the election, the U.S. embassy maintained this critical stance, characterising Morales as a criminal and encouraging Bolivia's traditional parties to sign a broad agreement to oppose the MAS; Morales himself began alleging that the U.S. Central Intelligence Agency was plotting to assassinate him.[76]
In August 2001, Banzer resigned due to terminal illness, and Jorge Quiroga took over as President.[67] Under U.S. pressure, Quiroga sought to have Morales expelled from Congress. To do so, he claimed that Morales' inflammatory language had caused the deaths of two police officers in Sacaba near Cochabamba, however was unable to provide any evidence of Morales' culpability. 140 deputies voted for Morales' expulsion, which came about in 2002. Morales asserted that it "was a trial against Aymara and Quechas", [68] while MAS activists interpreted it as evidence of the pseudo-democratic credentials of the political class.[69]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alex jacques
Star plus
Star plus
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1033
Localisation : Haiti
Date d'inscription : 23/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Fou de son pays

MessageSujet: Re: Haiti -politique : La crise se poursuit.   Mar 20 Déc 2016 - 18:19

Sa ki pi red, politichien ayisyen fonksyone a l'envers. Se le yo pedi, yo mete tet ansanm. Yo pap janm mete tet yo ansanm pou yo genyen you eleksyon, ni pou fe peyi a vanse.

Koulye a Fanmi Lavalas and Pitit Desalin mete tet yo ansanm pou yo foule beton an. Men yo pat janm we ke yo te ka fe you alyans pou al nan eleksyon. Vue impopularite Maryse si Lavalas te depanse ti kob yo an sipote Moise Jean-Charles, petet yo te ka deuxieme. Men non, tout bezwen prezidan, youn pa vle perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alex jacques
Star plus
Star plus
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1033
Localisation : Haiti
Date d'inscription : 23/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Fou de son pays

MessageSujet: Re: Haiti -politique : La crise se poursuit.   Sam 24 Déc 2016 - 10:12

Qui pouvait imaginer que FL pourrait devenir un parti politique obstructioniste, anti-changement, et anti-peuple? Comment FL peut-il se mettre en croix contre la decision du peuple?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Haiti -politique : La crise se poursuit.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Haiti -politique : La crise se poursuit.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haiti-Politique :L'émission Ranmase est-elle complice des gnbistes au pouvoir ?
» Haiti-Politique: Préval et son agenda politique
» Haiti-Politique :Fonds national d’éducation : illégale, la méthode utilisée
» Haiti-politique : La gauche démobilisée
» Haiti -politique ; Thierry Mayard Paul renvoye

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: