Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 OBSEVASYON HAITI ACTION COMMITTEE SOU DENYE ELEKSYON YO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15209
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: OBSEVASYON HAITI ACTION COMMITTEE SOU DENYE ELEKSYON YO   Mar 20 Déc 2016 - 8:32

Sa a se OBSEVASYON HAITI ACTION COMMITTEE ak RADIO PACIFICA sou ELEKSYON yo.
Se te ANVAN REZILTA yo.

Se yon GOOGLE TRANSLATE .Li pa PAFE ,men sa ki pa MATON ann ANGLE yo e ki paka li ORIJINAL lan ka sezi sa OBSEVATE yo vle di:


DROITS DE L'HOMME ET DÉLÉGATION DE MÉDIAS ALTERNATIVES RAPPORT SUR LES ÉLECTIONS DE HAÏTI LE 20 NOVEMBRE par Pierre Labossiere et Margaret Prescod





Rapport sur la délégation des droits de la personne et des médias alternatifs
Haïti 20 novembre Élections

Proposé par:
Pierre Labossiere, Comité d'action d'Haïti / Oakland, Californie
Margaret Prescod, animatrice de Pacifica Radio "Sojourner Truth"

Suivi des élections

Le vendredi 18 novembre était le dernier jour de campagne pour les élections présidentielles et parlementaires d'Haïti qui devaient avoir lieu le dimanche 20 novembre. Vendredi, nous avons visité Delmas 2 où nous avons rencontré des militants sur le terrain, y compris des femmes et des hommes. Des préparatifs étaient en cours pour la campagne de vote. À Delmas 2, il y avait des bannières et d'autres documents pour la candidat à la présidence Lavalas, la docteure Maryse Narcisse. Plusieurs personnes nous ont exprimé la crainte générale que les élections aient été volées, mais les personnes avec lesquelles nous avons parlé ont jugé néanmoins important de voter.

Plus tard vendredi, nous avons visité Cite Soleil où une marche massive a eu lieu. La Marche a précédé et suivi un défilé avec l'ancien président haïtien Jean Bertrand Aristide et la Dre Maryse Narcisse. Des dizaines de milliers de personnes ont participé à la marche. L'atmosphère était festive avec la musique et la danse. L'ambiance dans la foule était déterminée, bien que certains nous avons parlé à également exprimé des préoccupations au sujet d'une élection volée, les gens semblaient généralement enthousiastes au sujet du vote. Une chanson populaire qui amusait Jovenal Moise le candidat approuvé par l'ancien président Michel Martelly intitulé "Banann" a été souvent joué et tout semblait connaître les mots et a chanté le long.

En début de soirée, il y eut un gigantesque rassemblement de Lavalas à l'ancien aérodrome de Delmas 2. La foule montait à des dizaines de milliers. Il y avait un manque notable de médias occidentaux présents à ce rassemblement. L'ambiance était joyeuse et enthousiaste, beaucoup ont dit, y compris certains des orateurs, que si l'élection n'était pas frauduleuse, le Dr Narcisse gagnerait sur le premier tour.

Le samedi 19 novembre, aucune campagne électorale n'a été autorisée. Nous avons visité quelques quartiers, y compris les différentes parties de Delmas et parlé avec les gens. Dans un quartier chic, un jeune homme qui parlait anglais a dit qu'il n'allait pas voter parce que "tout le monde sait que les États-Unis choisissent notre président, peu importe qui nous votons".

Processus de vote

Nous avons commencé tôt le dimanche 20 novembre. Nous avons voyagé en défilé avec quelques observateurs électoraux nationaux. Nous avons visité entre 12-15 centres de vote basés dans plusieurs quartiers, y compris la Petion-Ville haut de gamme, et la zone appauvrie de Cité Soleil. Les Centres de vote étaient basés dans des écoles ou des installations similaires. Chaque centre électoral abritait en moyenne 20 à 50 sièges de vote, et des guichets individuels en carton solide se trouvaient à l'intérieur des bureaux de vote.

Il y avait une liste à l'extérieur de chaque centre de scrutin avec les noms des personnes qui devaient voter dans ce centre. Puis, dans chaque bureau de vote, il y avait une autre liste et son nom devait figurer sur les deux listes pour voter. Après que les gens aient voté, ils devaient signer à côté de leurs noms ou être empreints d'empreintes digitales; Les pouces des électeurs ont ensuite été tachés d'encre indélébile pour indiquer qu'ils ont voté.

En surface, tout semblait calme depuis le début des préoccupations de violence physique ne s'est pas matérialisé, mais comme le jour portait sur ceux qui n'étaient pas en mesure de voter étaient très agités. La plupart des centres de vote que nous avons visités étaient occupés, plusieurs avec des lignes à l'extérieur.

Problèmes liés au jour du scrutin

• Un certain nombre de personnes ont déclaré qu'elles ne pouvaient pas voter parce qu'elles n'avaient pas d'ID d'électeur; Il était tout simplement impossible pour certaines personnes d'obtenir cette carte d'identité.

Exemple: Un homme a fait une demande il y a plus de 14 mois et après 6 ou 7 voyages inutiles et fastidieux au bureau encombré de l'ONI qui fournit les cartes d'identité, il n'a pas pu voter aux élections.

De nombreux électeurs ayant des cartes d'identité électorale n'ont pas pu trouver leur nom sur les listes électorales affichées à l'extérieur des centres de vote et incapables de voter.

Exemple: Plusieurs électeurs décidés à voter nous ont dit qu'ils s'étaient arrêtés après avoir cherché leurs noms à trois ou même quatre centres de vote. Quelques électeurs avec plus de ressources (comme un véhicule) et les connexions ont déclaré qu'ils ont réussi seulement après avoir visité 3 ou 4 centres. Une femme âgée de Carrefour / Kafou qui était à son quatrième centre de vote a déclaré qu'elle ne pouvait trouver aucune aide et qu'elle était trop fatiguée pour continuer à essayer de voter.

• Les électeurs qui avaient une carte d'identité ne trouvaient pas leurs noms sur les listes électorales à l'intérieur des bureaux de vote lorsque leurs noms figuraient sur les listes affichées à l'extérieur. En outre, de nombreux électeurs ne pouvaient pas trouver leurs noms sur la liste en dehors du centre de vote.

Exemple: Les électeurs nous ont parlé de leur recherche frustrante d'un bureau de scrutin à l'autre à l'intérieur de plusieurs centres de vote; Le personnel du SCEP leur a conseillé d'essayer un autre centre de vote.

• Les électeurs ayant des cartes d'identité électorale ont été inexplicablement réaffectés pour voter dans d'autres centres de vote éloignés, à des kilomètres de leur lieu de résidence et même dans différentes villes

Exemple: Plusieurs électeurs que nous avons rencontrés ont fait face à cela, y compris un homme résidant dans le quartier Carrefour / Kafou de Port-au-Prince. Il a découvert après une recherche infructueuse à chacun des bureaux de vote à l'intérieur du centre de vote où il avait toujours voté que cette fois il ne pouvait pas voter là. Il avait été réaffecté pour voter dans la localité du Haut-du-Cap à environ 147 miles.

• Les électeurs qui avaient reçu des cartes d'identité de l'électeur qui avaient reçu des renseignements du service téléphonique du CEP / KEP sur l'endroit où voter n'avaient pas le droit de voter.

Exemple: Plusieurs électeurs frustrés nous ont montré des messages SMS sur leur téléphone du CEP / KEP (Conseil Electoral Provisoire) les dirigeant vers leur centre de vote respectif. Quand ils sont arrivés là, leurs noms ne pouvaient pas être trouvés sur les listes de centre de vote.

• Dans de nombreux cas, le service téléphonique du CEP / KEP pour aider les électeurs à localiser leurs centres de vote et leurs bureaux de vote n'a pas fonctionné le jour des élections.

Exemple: Nous avons parlé aux électeurs qui ont essayé sans succès de se connecter avec les numéros du service téléphonique du CEP / KEP et ont fini par ne pas voter parce qu'ils ne savaient pas où voter.


• Les électeurs à l'intérieur d'un centre de vote ont été empêchés de voter en se tenant en ligne.

Exemple: Les électeurs de Cite Soleil / Site Soley qui étaient entrés au centre de vote avant la date limite de vote à 16 heures et qui cherchaient leur bureau de vote ou qui attendaient en ligne en dehors de leur bureau de vote n'étaient pas autorisés à voter. Les officiels ont déclaré qu'ils ne pouvaient pas voter car ils ne sont pas à l'intérieur des cabines de vote individualisées à 16h00. Leurs protestations ont été en vain, en effet, ils ont été rencontrés par la police avec de larges canons longs.

• La panne électrique à l'échelle nationale qui s'est produite une heure environ après la fermeture des bureaux de scrutin pendant le dépouillement des votes a entraîné des accusations répandues de «magouy» ou de fraude massive, y compris le vote et le déchargement du bulletin pendant cette période.

• Les médias d'élite haïtiens ont signalé illégalement les résultats du vote dans les bureaux de vote sélectionnés environ deux heures après la clôture des sondages, affirmant une victoire énorme pour Jovenel Moise, candidat du parti PHTK de l'ancien président Duvalierist, Martelly.

• Nous avons entendu de nombreux rapports selon lesquels la compagnie de téléphone de Digicel a été observée en dehors des centres de vote, donnant illégalement aux cartes téléphoniques des électeurs une valeur monétaire avec l'emblème et la photo de Jovenel Moise, candidat de PHTK. Les gens ont également signalé que Digicel envoyait des messages téléphoniques à ses clients demandant un vote pour le candidat PHTK.

• Les centres de vote dans les zones rurales, selon plusieurs rapports que nous avons entendus des électeurs ruraux, sont situés à environ 20 km ou plus du lieu de résidence de nombreux électeurs. En plus des grandes distances pour voyager sans transport très limité, les électeurs ruraux ont rencontré tous les autres problèmes décrits ci-dessus.

• Un grand marché de Petion-Ville qui a bénéficié aux femmes du marché pauvre et à leurs clients a été brûlé au sol la nuit des élections. Les femmes du marché ont tout perdu. Un membre de notre délégation a visité le marché et a rencontré les femmes. Les femmes ont dit que l'incendie était «politique».

Rapports de fraude

• Il ya des rapports (et des photos) de bulletins non comptés, mis au rebut et brûlés marqués pour les autres candidats trouvés dans différentes régions d'Haïti
• Rapports de la farce de vote
• De longs délais inexpliqués pour le transfert des feuilles de pointage officielles des bulletins de vote individuels des bureaux de vote au centre central de tabulation
• Un grand nombre de feuilles de pointage manquaient de l'authentification requise, y compris les signatures des électeurs ou les empreintes digitales.
• L'interruption de courant électrique à l'échelle nationale qui s'est produite une heure après la fermeture des bureaux de vote, alors que les votes étaient comptés; L'obscurité de près de 2 heures a suscité beaucoup d'alarme parmi un public bien informé et vigilant, craignant que, comme les élections de 2015, une opération de commutation de votes soit en cours.

Conclusions

Les observations des activités de vote le jour de l'élection conduisent à la conclusion qu'il y a eu une répression généralisée des électeurs qui a eu un impact sur les résultats des élections rapportés. Les électeurs admissibles n'ont pas voté selon les méthodes décrites ci-dessus. Cela a eu un impact négatif sur le nombre d'électeurs déclarés avoir voté.

L'une des principales plaintes a porté sur l'Office national d'identification (ONI), le seul organisme chargé de délivrer les cartes d'identité requises, car environ 2 millions d'électeurs ont été privés de ces cartes. Les électeurs qui avaient des cartes d'identité étaient souvent incapables de voter parce qu'ils ne pouvaient pas trouver leurs centres de vote attribués.

Le Conseil électoral provisoire (CEP ou KEP) n'a fourni aucune assistance organisée dans la plupart des centres de vote. Les lignes d'assistance téléphonique du CEP / KEP ne fonctionnaient pas. Les nombreux membres de l'électorat qui n'ont pas voté se sont plaints que ces actions avaient été orchestrées par le CEP / KEP pour leur refuser leur droit de vote.

Malgré la répression des électeurs, un grand nombre de partisans de Fanmi Lavalas ont réussi à se rendre aux urnes. À Cité Soleil / Site Soley seul (17% de l'électorat national), assez de partisans de Lavalas ont voté pour que l'élection ait eu un résultat différent que le résultat préliminaire proposé par le CEP.

Des milliers d'Haïtiens ont pris la rue dans des manifestations massives quotidiennes depuis le 11/21/16, le lendemain des élections. Ils accusent le CEP / KEP d'avoir organisé un coup d'Etat électoral en faveur de Jovenel Moise, le candidat du parti PHTK choisi par son ancien président Martelly pour être son successeur.

Maryse Narcisse, Moise Jean-Charles et Jude Celestin ont tous refusé d'accepter les résultats et ont officiellement contesté les résultats.

Trois membres du CEP de neuf membres ont refusé de signer les résultats préliminaires.

Les manifestations de la base se multiplient chaque jour, alors que de plus en plus de ces détails sont apparus. Ces manifestations devraient se poursuivre en attendant que le CEP donne à Jovenel Moise une victoire au premier tour avec 55%.

La répression brutale de la police contre les manifestants pacifiques a inclus l'utilisation de gaz lacrymogène, d'irritants liquides à haute pression, de coups, de fusillades et d'arrestations arbitraires. L'attentat à la bombe lacrymogène de 1:00 am le 11/29/16 par la police haïtienne formée et supervisée par l'ONU contre les habitants appauvris du quartier de Lasalin à Port-au-Prince a entraîné la mort de trois bébés avec plusieurs personnes hospitalisées.










Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15209
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: OBSEVASYON HAITI ACTION COMMITTEE SOU DENYE ELEKSYON YO   Mar 20 Déc 2016 - 8:37

Sa a ,se ORIJINAL lan:





HUMAN RIGHTS & ALTERNATIVE MEDIA DELEGATION REPORT ON HAITI'S NOV 20 ELECTIONS by Pierre Labossiere and Margaret Prescod





Human Rights and Alternative Media Delegation Report
Haiti November 20th Elections

Submitted by:
Pierre Labossiere, Haiti Action Committee/Oakland California
Margaret Prescod, host of Pacifica Radio’s “Sojourner Truth”

Lead Up to Election Day

Friday, November 18th was the last day of campaigning for Haiti’s Presidential and Parliamentary elections which were to be held on Sunday, November 20th. On Friday we visited Delmas 2 where we met with activists on the ground including women and men. Preparations were underway for the get-out-the vote campaign. In Delmas 2 there were banners and other materials for the Lavalas Presidential candidate Dr. Maryse Narcisse. Several people expressed to us the widespread concern that the election maybe stolen, nevertheless the people we spoke to felt it was nevertheless important to vote.

Later on Friday, we visited Cite Soleil where a massive march was taking place. The March preceded and followed a motorcade with former Haitian President Jean Bertrand Aristide and Dr. Maryse Narcisse. Tens of thousands took part in the march. The atmosphere was festive with music and dancing. The mood in the crowd was determined, although some we spoke to also expressed concerns about a stolen election, people generally seemed enthusiastic about voting. A popular song poking fun at Jovenal Moise the candidate endorsed by former President Michel Martelly entitled “Banann” was often played and all seemed to know the words and sang along.

Early that evening there was a massive Lavalas rally at the old airfield in Delmas 2. The crowd grew to tens of thousands. There was a notable lack of western media present at that rally. The mood was joyful and enthusiastic, many there said, including some of the speakers, that if the election was not fraudulent, Dr. Narcisse would win on the first round.

On Saturday, November 19th no election campaigning was allowed. We visited a few neighborhoods including various parts of Delmas and spoke with people. In one upscale neighborhood, a young man who spoke English said he was not going to vote because “everyone knows the US selects our President, no matter who we vote for.”

Voting Process

We started out early on election day Sunday, November 20th. We travelled in a motorcade with a couple of National Electoral Observers. We visited between 12-15 voting centers based in several neighborhoods, including the upscale Petion-Ville, and the impoverished area of Cite Soleil. The Voting Centers were based in schools or similar facilities. Each Voting Center housed on average 20 to 50+ polling stations, individual voting booths made from sturdy cardboard were inside the polling stations.

There was a list outside each polling center with the names of people who were to vote at that center. Then within each polling station there was another list and one’s name had to be on both lists to vote. After people voted, they were to sign next to their names or be fingerprinted; voters' thumbs were then stained with indelible ink to indicate that they voted.

On the surface, everything appeared calm since early day concerns of physical violence did not materialize, but as the day wore on those who were not able to vote were quite agitated. Most of the Voting Centers we visited were busy, several with lines outside.

Voting Day Problems

•A number of people stated that they could not vote because they had no voter ID; it was simply impossible for certain people to obtain this ID card.

Example: One man applied over 14 months ago and after 6 or 7 fruitless, time-consuming trips to the crowded ONI office that provides the voter ID cards, he could not vote in the elections.

Many voters with voter ID cards could not find their names on the voter lists posted outside voting centers and unable to vote.

Example: Several voters determined to vote told us that they stopped after searching for their names at three or even four voting centers. A few voters with more resources (like a vehicle) and connections said that they were successful only after visiting 3 or 4 centers. One elderly woman in Carrefour/Kafou who was at her fourth voting center stated that she could find no assistance and was too tired to continue to try to vote.

•Voters with ID cards could not find their names on the voter lists inside polling stations when their names were on the lists posted outside. Also, many voters could not find their names on the list outside the voting center.

Example: Voters told us of their frustrating search from one polling station to another inside several voting centers; they were advised by CEP staff to try another voting center.

•Voters with voter ID cards were inexplicably re-assigned to vote in other far away voting centers, miles from their place of residence and even in different cities

Example: Several voters we met faced this, including a man residing in the Carrefour/Kafou neighborhood of Port-au-Prince. He found out after a fruitless search at each of the polling stations inside the voting center where he had always voted that this time he could not vote there. He had been reassigned to vote in the locality of Haut-du-Cap about 147 miles away.

•Voters with voter ID cards who had been provided information by the CEP/KEP phone service about where to vote were not allowed to vote.

Example: Several frustrated voters showed us SMS messages on their phone from the CEP/KEP (Provisional Electoral Council) directing them to their respective voting center. When they got there, their names could not be found on the voting center lists.

•In many cases, the CEP/KEP phone service to assist voters in locating their assigned voting centers and polling stations was not functioning on election day.

Example: We talked to voters who tried with no success to connect with the numbers of the CEP/KEP phone service, and ended up not voting because they did not know where to vote.


•Voters inside a voting center were prevented from voting while standing in line.

Example: Voters in Cite Soleil/Site Soley who had entered the Voting Center before the 4pm voting deadline and were looking for their polling station or waiting in line outside their polling station were not allowed to vote. Officials stated that they could not vote since they we not inside the individualized voting booths by 4:00 p.m. Their protests were in vain, indeed they were met by police with large long guns.

•The countrywide electrical blackout that occurred one hour or so after the polls closed during the vote counting has led to widespread charges of "magouy" or massive fraud, including vote-switching and ballot dumping during that time.

•The Haitian elite media illegally reported results of voting at selected polling stations about two hours after the polls closed claiming a huge win for Jovenel Moise, the candidate of the PHTK party of former Duvalierist president Martelly.

•We heard numerous reports that Digicel phone company was observed outside of voting centers illegally giving out to voters’ phone cards of a monetary value with the emblem and photo of Jovenel Moise candidate of PHTK. People were also reporting that Digicel was sending phone messages to its customers urging a vote for the PHTK candidate.

•Voting centers in rural areas, per several reports we heard from rural voters, are located about 20 km or more from many voters’ place of residence. In addition to the great distances to travel with none to very limited transportation, rural voters encountered all the other problems described above.

•A large market in Petion-Ville that benefited impoverished market women and their customers was burned to the ground on election night. The market women lost everything. A member of our delegation visited the market and met with the women. The women said the fire was “political”.

Reports of Fraud

•There are reports (and photos) of uncounted, discarded and burnt ballots marked for the other candidates found in different areas of Haiti
•Reports of ballot stuffing
•Long unexplained delays for the transfer of official tally sheets of individual ballots from the polling stations to the central tabulation center
•A large number of tally sheets were missing required authentication, including voter signatures or fingerprints.
•The countrywide electrical power outage that occurred one hour after the polls had closed, as votes were being counted; the nearly 2-hour darkness raised much alarm among a knowledgeable and vigilant public fearing that like the 2015 elections, that a vote switching operation was under way.

Conclusions

Observations of voting activities on the day of the election lead to the conclusion that there was widespread organized voter suppression which impacted the reported election results. Eligible voters were kept from voting using methods described above. This negatively impacted the number of voters declared to have cast their ballots.

One of the major complaints targeted ONI (Office National d'Identification), the only agency designated to issue required voter ID cards, as an estimated 2 million voters were deprived of these cards. Voters who had ID cards were often unable to vote because they could not find their assigned voting centers.

The Provisional Electoral Council (CEP or KEP) provided no organized assistance at most of the voting centers. The CEP/KEP phone assistance lines were not working. The many members of the electorate unable to vote complained that these actions had been orchestrated by the CEP/KEP to deny them their right to vote.

Despite voter suppression, large numbers of Fanmi Lavalas supporters did manage to go to the polls. In Cite Soleil/Site Soley alone (17% of the national electorate), enough Lavalas supporters voted for the election to have had a different result than the preliminary result put forward by the CEP.

Thousands of Haitians have been taking to the streets in daily massive protests since 11/21/16, the day after the elections. They are accusing the CEP/KEP of having organized an electoral coup d’état in favor of Jovenel Moise, the PHTK party candidate chosen by Duvalierist former president Martelly to be his successor.

Dr. Maryse Narcisse, Moise Jean-Charles and Jude Celestin have all refused to accept the results and have officially contested the results.

Three members of the nine-member CEP refused to sign off on the preliminary results.

Protests by the grassroots are growing each day as more of these details have surfaced. These protests are expected to continue in the face of the CEP's giving Jovenel Moise a first-round win at 55%.

Brutal police repression against peaceful demonstrators has included the use of tear gas, high-pressure liquid irritant, beatings, shootings and arbitrary arrests. The 1:00 a.m. tear gas attack on 11/29/16 by UN trained and supervised Haitian police against impoverished residents of the Port-au-Prince neighborhood of Lasalin resulted in the death of 3 babies with several people hospitalized.











Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alex jacques
Star plus
Star plus
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1056
Localisation : Haiti
Date d'inscription : 23/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Fou de son pays

MessageSujet: Re: OBSEVASYON HAITI ACTION COMMITTEE SOU DENYE ELEKSYON YO   Mar 20 Déc 2016 - 23:20

Ils ont perdu partout meme dans leur ancien fief - Cite Soleil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15209
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: OBSEVASYON HAITI ACTION COMMITTEE SOU DENYE ELEKSYON YO   Mer 21 Déc 2016 - 4:47

Ou jis vle KONVENK TET OU.

Eleksyon sa a ap fini menm jan ak ELEKSYON ki te fet an DOMINIKANI an 1994 lan ,le BALAGUER te VOLO ELEKSYON an.

BALAGUER te PREZIDAN e li te pi POPILE ke JOMO BANNANN lan.

ELEKSYON sa a se ap fen EKSTREM DWAT lan ,menm jan PERYOD 1994-1996 se te fen EKSTREM DWAT lan ,an DOMINIKANI.
Yo te blije IZE lot TAKTIK,mete yo ANBA lot KANDIDA.

Se te menm jan DOMINIKEN yo te fe ,an 1994 ;yo te okipe LA RI an pou rele BARE VOLO deye BALAGUER.

M ap di nou anko ,BALAGUER te gen yon LAME 80000 OM anba PONYET ,E li te blije fe BAK.

Alos ,DIZEN de MILYE MOUN lan LA RI chak JOU yo ap kite nou VOLO ELEKSYON sa a ,pou PEPETRE GRANGOU lan BOUNDA yo ,pa bati LOPITAL ,LEKOL pou yo ALE?
Lan denye 4 AN ke PREZIDAN DOMINIKEN an te fe sou POUVWA a ,misye BATI de SANTENN de LEKOL,4 ti BARAJ IDROELEKTRIK elt.

Ki sa MATELI te FE ,pou yo ta vin BISE l pa ENTEMEDYE JOMO BANNANN?
Mwen pa ka predi LAVNI ,men mwen pa we kouman EKSTREM DWAT lan ka genyen PARI sa a ,FWA sa a.
SE BYEN KONTE ,MAL KALKILE;ou pito MAL KONTE,MAL KALKILE.

EKSTREM DWAT AYISYEN AN AP VIV DAN LE PASE;MWEN DOUTE KE FWA SA A ,YO KA IZE FOS;yo pa gen FOS pou yo IZE.
Yo ka toujou IZE ZAK TERORIS ;men PRES GNBis KOUDETAYIS POUTCHIS ANACHIS lan pa p ASEpou sove DENGONN yo!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: OBSEVASYON HAITI ACTION COMMITTEE SOU DENYE ELEKSYON YO   

Revenir en haut Aller en bas
 
OBSEVASYON HAITI ACTION COMMITTEE SOU DENYE ELEKSYON YO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Message important ;Haiti Action Committee
» HAITI PARE ! PARE POU TOUT ELEKSYON SOF POU RANMASE MORT POTE SEKOU !
» Haiti en Action Gonaives:
» Men denye NOUVEL MIAMI HERALD sou ELEKSYON yo.
» Maxine Waters kont eleksyon yo.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: