Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les SOLDATS AFRICAINS dans la REVOLUTION HAITIENNE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15009
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Les SOLDATS AFRICAINS dans la REVOLUTION HAITIENNE   Dim 1 Jan 2017 - 8:41

Gen yon paket LIV ki paret e ki ap paret sou REVOLISYON AYISYEN an.
KONSEPSYON NOU GEN de REVOLISYON AYI9SYEN se de de MOUN ki te ETIDYE an FRANS ,ki te FRANKOFIL tou ke nou genyen yo.
Gwoup nouvo ISTORYEN  yo ki ap ekri yon lot jan sou REVOLISYON AYISYEN an ,se sitou AMERIKEN ak ANGLE.

Youn ladan yo se JOHN K.THORNTON ,yon ISTORYEN AMERIKEN.Misye se yon "BLAN" tou.
Misye di MOUN ki toujou ap relate REVOLISYON AYISYEN an ak REVOLISYON FRANSE an e pa mete ANFAZ lan sa ki t ap pase ann AFRIK lan 18yem SYEK lan ,se konnen yo pa konnen.
THORNTON di ke 3/4 lan SOLDA ki te sou ZOD TOUSEN yo ,se te ann AFRIK yo te fet;misye di tou ke TAKTIK yo te ize pou defet ANGLE ap PANYOL yo ,se te TAKTIK AFRIKEN.TAKTIK ke yo te ize lan GE anti-KOLONYAL kont POTIGE ak OLANDE yo.

Men yon "GOOGLE TRANSLATE" de ATIK ke RANDALL ROBINSON te ekri an 2004 pou l te KOMANTE sou LIV JOHN K THORNTON lan ki te paret an 2004:

http://raceandhistory.com/historicalnews/2004/haiti1.html
RACE and HISTORY se yon SIT TRINIDADYEN


Haïti - Un appel à l'action mondiale
Par Randall Robinson
07 janvier 2004

Partie I

1er janvier 1804 - 1er janvier 2004:
Ce jour est sacré.

C'est le 200e anniversaire de la Révolution haïtienne.

Lutté par les Haïtiens.

Gagné pour nous tous.

Entre 1791 et 1804, des centaines de milliers d'Africains asservis en Haïti ont ignoré les rivières, les forêts, les précipices, les marécages, les montagnes, les gorges, les sabres, les fusils, les canons et les fouets qui les séparaient et se réunissaient pour lancer une guerre spectaculaire, De libération que les armées de l'Espagne, de l'Angleterre et de la France (avec l'aide des États-Unis) se battaient désespérément - et échouèrent absolument - à écraser.

La Révolution haïtienne n'était pas une «chance» qui impliquait «quelques esclaves indisciplinés».

Ce n'était pas un «soulèvement de plantation».

Saint-Domingue (comme Haïti était alors appelé par les Français) était à cette époque la possession coloniale la plus prospère de toute puissance européenne.  Il a créé beaucoup plus de richesse pour la France que les treize colonies américaines combinées.  Sa grande capacité de production de richesse l'a fait connaître dans toute la largeur de la «Perle des Antilles» et ses propriétaires français avaient une stratégie de gestion claire et éprouvée pour la maximisation du profit: pousser les esclaves à leur limite physique absolue, les travailler littéralement Mort, puis importer rapidement des esclaves de remplacement d'Afrique qui, à leur tour, seraient mis à mort.  C'est ainsi que la plantocratie de Saint Domingue avait découvert, contrôlé les coûts d'exploitation, maintenu le rythme de l'activité économique à un rythme très efficace et productif, minimisé le mou et le gaspillage, et a produit des profits massifs et stupéfiants.

Il y a deux cents ans aujourd'hui, après une guerre de 13 ans de libération, les esclaves de Saint-Domingue ont célébré leur victoire sur la France et les autres puissances européennes en créant la République d'Haïti.  Ils avaient arraché à Napoléon le moteur de l'expansion économique de la France, bannis l'esclavage de la terre et mis fin à la domination européenne de 10.000 miles carrés de terres fertiles et de centaines de milliers d'esclaves pour le travailler.

Ils avaient brisé le mythe de l'invincibilité européenne.

"La plupart ont supposé que les esclaves (d'Haïti) n'avaient aucune expérience militaire avant la révolution", explique John K. Thornton dans African Soldiers in the Haitian Revolution.  «Beaucoup supposent qu'ils sont passés du travail agricole à des prouesses militaires en un temps étonnamment court ... Cependant, c'est probablement une erreur de voir les esclaves de Saint-Domingue comme des ouvriers simplement agricoles, comme les paysans d'Europe .... ... La majorité des esclaves de Saint-Domingue, en particulier ceux qui ont combattu sans relâche dans la révolution, sont nés en Afrique ... En fait, beaucoup d'entre eux avaient servi dans les armées africaines avant leur asservissement Et arrivée en Haïti ... Soixante à soixante-dix pour cent des esclaves adultes figurant sur les inventaires de (St. Domingue) à la fin des années 1780 et 1790 étaient nés en Afrique ... Seulement deux régions d'Afrique: la région côtière de la Basse-Guinée du Bénin moderne, le Togo et le Nigéria (également connue sous le nom de la «Côte des Esclaves»), et la côte angolaise ....

"Là où le fond militaire africain des esclaves comptait le plus était dans ces régions, particulièrement dans le nord (de St. Domingue), où les esclaves eux-mêmes ont mené la révolution, politiquement et militairement ... ... ... Ces domaines. ..a déployé les puissantes armées de Toussaint Louverture et de Dessalines et finit par porter la révolution.

Une révolution réussie en Haïti, explique M. Thornton, «exigeait le genre d'habileté et de discipline que pouvaient trouver les anciens soldats, et ce sont ces vétérans des guerres d'Afrique qui ont constitué la volonté générale de la révolte de Saint-Domingue. ... Les armées kongolaises ont contribué le plus aux bandes rebelles de Saint-Domingue ... ... Leur organisation tactique était très différente de celle de l'Europe ... et ils avaient appris à gérer avec succès les Portugais Les armées et la tactique dans les années de lutte (en Afrique), chasser les envahisseurs ... ... Sans doute ces tactiques pourraient aider ceux qui se sont retrouvés à Saint-Domingue à la veille de la révolution.

«Les armées congolaises semblent avoir été organisées en ... pelotons ... qui frappèrent les colonnes ennemies qui avançaient et soutenaient un engagement pendant un temps avant de se détacher et de se retirer ... ... Ils utilisèrent la couverture, à la fois du terrain et Des bois et de l'herbe haute, à cacher leurs mouvements et à diriger leur feu. Quand ils ont fui, il n'était pas possible de les suivre.  Les troupes portugaises qui avaient combattu les kongolais en Afrique ont également signalé que les kongolais utilisaient des "chocs" - des engagements plus importants impliquant des unités massifiées congolaises. Selon les comptes portugais, de grands corps étaient assemblés pour des chocs soutenus par l'artillerie; Apparemment recherché enveloppement partiel des forces opposées, dans d'autres cas dans des colonnes de grande profondeur le long des fronts de 15-20 soldats ....

"Leur tactique a montré un penchant pour les attaques d'escarmouche plutôt que les assauts lourds favorisés par les Européens dans la même époque ... ... les armées de Kongolese avaient une structure de commandement plus élevée qui pourrait masser des troupes rapidement, et les soldats étaient également habitués à former efficacement dans plus grand Unités pour les batailles majeures quand la situation le justifiait ... ... Les armées du Dahomey comprenaient une force professionnelle assez importante ... ... Oyo comptait beaucoup sur les forces de cavalerie, avait relativement peu de soldats de pied et tout au long du 1700 était le prééminent ... la puissance militaire en Afrique de l'Ouest ... ... les troupes du Dahomey ... ... se sont battues dans l'ordre étroit en utilisant une discipline du feu assez semblable à celle de l'Europe ... ...

"C'est à partir de ces« arts de la guerre »disparates que le soldat africain révolutionnaire de Saint-Domingue a été formé ... ...

«On voit aisément, dans la formation des bandes mentionnées dans les premières descriptions de la Révolution haïtienne, les petits pelotons des armées congolaises, chacun sous un commandant indépendant et habitué à une prise de décision tactique considérable, ou peut-être ces petites unités Caractéristique des unités de Dahomean localement organisées, les armées d'état du pays Mahi, ou les forces côtières de la côte des Esclaves ... ...

"De plus, le modèle des attaques avec des manœuvres de harcèlement à petite échelle, de courtes batailles soutenues et des retraits rapides rappellent également les journaux de campagne des commandants de campagne portugais en Angola." Felix Carteau, un observateur précoce de la guerre dans le nord de St , Domingue a remarqué que les révolutionnaires esclaves harcelaient les forces françaises jour et nuit. En règle générale, disait-il, ils étaient repoussés, mais à chaque fois ils se dispersaient si vite, si complètement dans des fossés, des haies et d'autres Les victimes des rebelles ont été légères lors de ces attaques, de sorte que le lendemain, elles ont réapparu avec un grand nombre de personnes, elles n'ont jamais été en masse à l'air libre, ont écrit un autre témoin ou attendu en ligne pour charger, Semblent être six fois plus nombreux qu'ils ne le sont réellement, mais ils étaient disciplinés, puisqu'ils pouvaient avancer avec une grande clameur, puis soudainement et simultanément se taire ...

«Les observateurs ont rapidement noté que les rebelles (à Saint-Domingue) avaient développé des tactiques d'ordre supérieur, caractéristiques des forces congolaises ou de la côte des Esclaves ...

«En plus de ces similitudes tactiques avec les guerres africaines, surtout au Kongo, il y avait d'autres indices de l'ethos africain des combattants ... ... ils marchaient, se formaient et attaquaient accompagnés de la« musique propre aux Noirs ... «Leur préparation religieuse, de même, a retourné à l'Afrique ...

«Il est peu probable que de nombreux esclaves aient acquis des compétences équestres dans le cadre de leur plantation ... ... Puisqu'il n'y a pratiquement pas de cavalerie en Angola, on peut spéculer que les rebelles originaires d'Oyo auraient pu fournir au moins une partie des Des cavaliers expérimentés. Les Sénégalais, bien que minoritaires, sont également issus d'une culture équestre ... ...

"Les soldats africains auraient pu fournir l'élément clé du succès de la révolution, qui aurait pu permettre sa survie quand elle était menacée par des armées renforcées d'Europe." Considérant les esclaves rebelles d'Haïti comme des vétérans africains plutôt que comme des ouvriers haïtiens de la plantation Peut bien s'avérer être la clé qui dévoile le mystère du succès de la plus grande révolte d'esclaves de l'histoire. "

La politique de Saint-Domingue consistant à faire mourir ses esclaves et à importer rapidement des subsides de l'Afrique s'est avérée être le boomerang karmique ultime.  Les esclaves nés en Afrique de Saint-Domingue, non seulement n'étaient pas encore brisés psychologiquement, mais ils possédaient également une formation militaire significative et une expérience acquise de l'autre côté de l'Atlantique.  Et ils se combinèrent avec des noirs brillants, infatigables, de Saint-Domingue comme Toussaint L'Ouverture et Dessalines pour créer un révolutionnaire révolutionnaire noir comme celui que l'Europe et les États-Unis n'avaient pas vu auparavant.

Les noirs de Saint-Domingue ont forcé le monde à les voir et les millions d'autres Africains esclaves dans toute l'Amérique avec de nouveaux yeux.  On ne pouvait plus supposer qu'ils pourraient être brutalisés à jamais pour créer des fortunes massives et bâtir des empires éparpillés pour la gloire de l'Europe et de l'Amérique.

Le 1er janvier 1804, des centaines de milliers de révolutionnaires esclaves ont établi une république indépendante et l'ont nommée Haïti en l'honneur du peuple amérindien, depuis longtemps tué par la brutalité et les maladies européennes, qui avait appelé les terres Ayiti - Land of Many Mountains.  Ils avaient banni l'esclavage de leur terre et l'ont proclamé refuge officiel pour les esclaves échappés de n'importe où dans le monde.  Ils avaient vaincu le plus puissant des puissants.  Ils avaient brisé le mythe de l'invincibilité européenne.

L'Europe était livide.  Amérique, apoplectic.  Les noirs de Saint-Domingue avaient oublié leur place et seraient payés.  Chèrement.  Pour les deux cents prochaines années.

Toussaint L'Ouverture, Dessalines et leurs révolutionnaires esclaves doivent vivre à jamais dans nos cœurs comme des contrepoids authentiques et authentiques à la "yassuh-nosuh-scratch-where-ah-don'-itch-and-dance-tho-there-ain ' -no-music "image de nos ancêtres que l'Europe et les États-Unis ont percé dans notre psyché.

Et nous devons nous rappeler que l'histoire oublie, d'abord, ceux qui oublient eux-mêmes.  Par voie directe et indirecte, crasse et subtile, il ya eu des murmures et des cris de rue que "les conditions actuelles en Haïti" rendent notre célébration de la Révolution haïtienne "inappropriée" à ce moment.

Nous, dont les âmes et la psyché ont été blanchies de tout ce qui précède le Passage du Milieu, on nous dit maintenant que nous devons déchirer notre conscience et arracher de nos cœurs l'affirmation la plus dramatique et triomphale de la dignité, de la valeur et de la perspicacité des ancêtres depuis le Moyen Passage.

Comment diaboliquement méprisant.

Non seulement il ne faut pas oublier la Révolution haïtienne, il faut la célébrer.  Aujourd'hui, à travers tout cela, son année bicentenaire, et au-delà.

Et nous devons rechercher, comprendre et exposer ce qui est arrivé à Haïti et en Haïti depuis la révolution.  Nous devons nous familiariser pleinement avec le rôle des «plus grandes démocraties du monde» en Haïti entre 1804 et aujourd'hui.  Nous devons bien comprendre les répercussions de l'embargo économique de 61 ans que les États-Unis ont imposé à Haïti en réponse à sa déclaration d'indépendance et nous devons reconnaître les conséquences actuelles de la France obligeant Haïti à payer 90 millions d'euros en or (Équivalant aujourd'hui à quelque 20 milliards de dollars) en 1825 comme «compensation» pour Haïti déclarant son indépendance - ou être écrasé militairement par la France.

Aujourd'hui, «les plus grandes démocraties du monde» clopent et se réjouissent de leur étranglement continu - sous la forme d'un écrasant embargo financier - sur les descendants d'aujourd'hui de Toussaint, Dessalines et leurs combattants de la liberté.  A travers les Amériques, nous qui avons bénéficié de la guerre audacieuse menée par les esclaves de Saint-Domingue, nous devons rejeter les manoeuvres des nations les plus puissantes du monde en Haïti et trouver des moyens de jeter des ponts au peuple haïtien et aux responsables qu'ils choisissent - Pour les conduire.

Il y a à peine plus de deux cents ans, après la «cessation des hostilités» et le brillant stratège militaire Toussaint L'Ouverture ayant déjà pris sa retraite dans la campagne de Saint-Domingue, la France a décidé d'arrêter et Le transporter dans une cellule de prison située à 3 000 pieds dans les montagnes du Jura, où il gèlerait à mort.  Comme il montait à bord du bateau qui l'enlèverait à jamais de Saint-Domingue, Toussaint émit une promesse à ses ravisseurs et un appel à nous tous.

«En me renversant, vous n'avez abattu à Saint-Domingue que le tronc de l'arbre de la liberté, qui jaillira par les racines, car elles sont nombreuses et profondes.
Nous sommes ces racines.

La révolution a été menée par les Haïtiens, mais a gagné pour nous tous.

Grâce à notre travail et à nos ressources, dans un esprit de respect de soi et de conscience de nous-mêmes, nous devons servir de contrepoids aux nations puissantes qui considèrent l'urne sacro-saint dans leurs pays, mais encourageant et manipulant subrepticement son rejet par "l'opposition "En Haïti.  Nous devons servir en tant que partisans de la civilité politique et de la justice sociale en Haïti, alors que «les démocraties les plus importantes du monde» encouragent malicieusement la récalcitrance, le tumulte et la division.  Il faut refuser d'être manipulés par les médias d'entreprise pour embrasser l'idée que les élections en France, Allemagne, États-Unis et autres nations civilisées sont le seul déterminant légitime de la volonté du peuple, mais en Haïti les manifestations de rue spécialement sélectionnées par Les médias d'entreprise pour la couverture nous dire tout ce que nous devons savoir sur la volonté de personne.  Nous devons faire comprendre à tous les Haïtiens que le monde extérieur ne fait pas de distinction entre Lavalas, Convergence ou tout autre groupement politique.  Le monde ne voit que «Haïti», «Haïtiens», et toutes les connotations que les médias occidentaux y ont rattachées.  Les nations qui, il ya deux cents ans, ont échoué désespérément dans leurs tentatives d'écraser la Révolution haïtienne ont aujourd'hui un profond besoin psychique de «prouver» la descendance de Toussaint, capable de rien d'autre que la catastrophe.  Nous devons atteindre et travailler avec nos frères et sœurs haïtiens pour prouver ces nations mal.

Tout au long de la Diaspora, nous devons soutenir et défendre Haïti - à ce jour anniversaire de la Révolution haïtienne, tout au long de cette année bicentenaire et pour toujours.  En effet, nous nous défendons et nous défendons.

Continuer à la partie II


Randall Robinson est fondateur et ancien président de TransAfrica. Il est un auteur et vit dans les Caraïbes. Cet article a été publié dans le Black Commentator et reproduit sur ce site par consentement de l'auteur.



^ Haut de la page



Page d' accueil | Vues Historique | Babillard | L'Afrique Parle


RaceandHistory.com | TriniView.com | HowComYouCom.com
U.S.Crusade.com | Taino People | Trinicenter.com
Historians | AfricaSpeaks.com | History Features

Copyright © 2000-2009 RaceandHistory.com


Haïti - Un appel à l'action mondiale
Par Randall Robinson
07 janvier 2004

Partie I

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Les SOLDATS AFRICAINS dans la REVOLUTION HAITIENNE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les SOLDATS AFRICAINS dans la REVOLUTION HAITIENNE
» Le poids de la Digicel dans la fiscalite haitienne
» Changements tant attendus dans la Diplomatie Haitienne.
» Changement dans la diplomatie haitienne
» Vers un changement dans la mentalité haitienne.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: