Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Kijan e poukisa Kanada ede Meriken kraze demokrasi ann Ayiti

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sasaye
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7636
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, literature kréyòl
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

MessageSujet: Kijan e poukisa Kanada ede Meriken kraze demokrasi ann Ayiti   Mer 1 Mar 2017 - 17:34


Canada Helped Overthrow Haitian Democracy
A Peoples’ History of Canada Column
OPINIONS by Jérémie Gauthier-Caron
Published February 27, 2017



Wednesday marks the 13th anniversary of a coup d’état in Haiti.

On Feb. 29, 2004—it was a leap year—a Canadian-led assault on Haitian democracy forcibly removed the social democrat President Jean-Bertrand Aristide.

Current Montreal Mayor Denis Coderre—who was the minister to La Francophonie and Prime Minister Paul Martin’s special advisor to Haiti—said on Feb. 20, 2004, “It is clear that we don’t want Aristide’s head; we believe that Aristide should stay,”

Nine days later, Canadian Special Forces landed in Haiti—taking over Port-au-Prince airport, securing it as a beachhead for the deployment of US Marines and other international soldiers. The invasion of Haiti had begun, and Canada played a key role in it.

Aristide said he was kidnapped by US Navy SEALs, on Feb. 29—taken at gunpoint on a flight to Central African Republic and threatened that “a lot of people would die” if he didn’t resign. The US State Department denied these allegations, saying that Aristide resigned on his own accord. The former president then lived in exile in South Africa until his return to Haiti in 2011.

On Feb. 29, 2004, President George W. Bush said, “President Aristide resigned. He has left his country. The constitution of Haiti is working—there is an interim president in place. […] As for the constitution in place, I have ordered the deployment of Marines as the leading element of an interim international force to help bring order and stability to Haiti.”

The occupying forces, including Canada, installed an interim government. Gérard Latortue took over soon after as Prime Minister.

Jean-Bertrand Aristide was first elected president of Haiti in 1991, with a 67.5 per cent majority in the country’s first internationally recognized legitimate election. Eight months later he was taken from power after a CIA backed military coup.

In 1994, after a crippling UN embargo which left the country in ruins, Aristide was reinstated to power with the help of US military forces—but only after agreeing to work with the Clinton administration to “substantially transform the nature of the Haitian state.” Basically, Aristide was being asked to end his social-democratic reforms and accept privatization and austerity measures.

Aristide was certainly no perfect saint, with multiple reports of uninvestigated and possibly politically motivated assassinations. While in charge, however, the human rights situation in the country improved considerably. The literacy rate increased from around 30 per cent to 55 per cent. As well, he doubled the minimum wage, and instituted the rule of law—with courts operating in Creole instead of French. The malnutrition rate dropped from 63 per cent to 51 per cent, and he created a medicine-training program with the help of Cuba. He even disbanded the Haitian army, a repressive institution that had only ever fought its own people.

Denis Paradis, then Canada’s Secretary of State for the Francophonie, Latin America, and Africa held a secret meeting in 2003 called the “Ottawa Initiative on Haiti.” The meeting, held in Lake Meech with representatives from the US, France, El Salvador, the European Union, and the Organization of American States, discussed placing Haiti under the “tutelage” of the UN, possible military intervention, and the removal of Aristide from power. No Haitian representative was present at the meeting.

According to Yves Engler, co-author of the book Canada in Haiti: Waging War on the Poor Majority, the 2000 elections in Haiti were widely contested by opposition parties aligned with the business class and petite bourgeoisie of Port-au-Prince. They alleged that the legislature elections were rigged and that the rules were not respected. Opposition partisans organized a boycott of the presidential elections, giving Aristide a victory with more than 92 per cent of the vote. This was only a scheme to delegitimize the elections by the Haitian upper classes to destabilise the government in place.

Aristide’s social democratic policies threatened the Haitian business class and western multinationals. It seems clear that the coup was motivated not by worry for the poor Haitian population but simply by economic interests.

And the economic interests of Canadian corporations are doing pretty well, since the coup. Gildan is a Montreal based company with annual revenue of about $2 billion. It operates its factories in Haiti. Gildan doesn’t pay their workers minimum wage in Haiti. It systematically steals about half the wages, forcing their employees into debt, to live in slums and to only eat one meal a day. When the workers try to unionize, they get fired. Nine per cent of the company’s shares are owned by the Caisse de Dépôt et de Placement—a Québec government investment fund, our retirement fund.

There’s also gold, copper and bauxite on the island—the gold reserves alone are estimated to value $20 billion. Canadian corporations dominate the mining industry in Haiti, just like elsewhere in the Global South. Two of them—Ste-Genevieve Resources and Eurasian Minerals—resumed their operations shortly after the Latortue government was instated. Ste-Genevieve owns the prospecting rights for 10 per cent of the entire country, according to Yves Engler.

Steve Lachapelle—a board member of Ste-Genevieve—said to The Toronto Star that “with all the problems the country has had, they realize that they have to play the game with investors or things are going to keep getting worse.” With the horrific track record of Canadian mining corporations around the world, Haitians are unlikely to get their fair share when the extraction begins.

Since the UN peacekeeping force began occupying Haiti, they have been held responsible for many atrocities. From the cholera outbreak of 2010 that killed over 9,700 Haitians—which occurred after a Nepalese Blue Helmets camp dumped sewage water in rivers people drank and bathed from—to the multiple instances of massacres in the pro-Aristide slums like Cité-Soleil.

The death toll from the occupation has since well-surpassed 10,000 people. While Aristide’s administration wasn’t free of critique, the human rights situation has greatly deteriorated since western powers—including Canada—took over to protect our economic interests in the country.

In a diplomatic cable released by Wikileaks from 2008, the American embassy can be seen advocating to prolong the military occupation to prevent “resurgent populist and anti-market economy political forces.” In other words, the occupying forces are afraid of Haitian democracy.

There’s a proverb in creole: Konstitusyon se papye, babyonet se fe. A constitution is made of paper, but bayonets are made of steel.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15048
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Kijan e poukisa Kanada ede Meriken kraze demokrasi ann Ayiti   Jeu 2 Mar 2017 - 6:06

Ak de ATIK konsa lan  PRES KANADYEN ap AMERIKEN ,gen le GOUVENMAN peyi sa yo pa p tann ke se apre ARISTID mouri pou y al prezante PEP AYISYEN an ESKIZ ,menm jan CLINTON te fe sa pou GUATEMALA,lan 40em ANIVESE KOUDETA CIA kont JACOBO ARBENZ GUZMAN lan.
GUATEMALA pa janm reprann li de KOUDETA sa a.
Sa a se yon TRADIKSYON "GOOGLE TRANSLATE" ak tout FOT FRANSE yo.    






Le Canada a aidé à renverser la démocratie haïtienne
Une colonne du Peuple sur l'histoire du Canada
OPINIONS de Jérémie Gauthier-Caron
Publié le 27 février 2017



Le mercredi marque le 13e anniversaire d'un coup d'État en Haïti.

Le 29 février 2004 - c'était une année bissextile - un assaut mené par le Canada contre la démocratie haïtienne avait emmené par la force le président social-démocrate Jean-Bertrand Aristide.

Le maire actuel de Montréal, Denis Coderre, qui était ministre de la Francophonie et conseiller spécial du premier ministre Paul Martin en Haïti, a déclaré le 20 février 2004: «Il est clair que nous ne voulons pas la tête d'Aristide; Nous croyons qu'Aristide devrait rester, "

Neuf jours plus tard, les Forces spéciales canadiennes ont atterri à Haïti, en prenant l'aéroport de Port-au-Prince, en le sécurisant comme une tête de pont pour le déploiement des marines américains et d'autres soldats internationaux. L'invasion d'Haïti a commencé, et le Canada y a joué un rôle clé.

Aristide a déclaré qu'il avait été kidnappé par les US Navy SEALs, le 29 février - pris à la main sous la menace d'un fusil sur un vol en République centrafricaine et menacé que "beaucoup de gens mourraient" s'il ne démissionnait pas. Le Département d'Etat américain a démenti ces allégations, affirmant qu'Aristide avait démissionné de sa propre initiative. L'ancien président a ensuite vécu en exil en Afrique du Sud jusqu'à son retour en Haïti en 2011.

Le 29 février 2004, le président George W. Bush a déclaré: «Le président Aristide a démissionné. Il a quitté son pays. La constitution d'Haïti fonctionne - il y a un président intérimaire en place. [...] En ce qui concerne la constitution en place, j'ai ordonné le déploiement des marines comme l'élément principal d'une force internationale intérimaire pour aider à mettre l'ordre et la stabilité en Haïti.

Les forces d'occupation, dont le Canada, ont installé un gouvernement intérimaire. Gérard Latortue a pris la relève peu après en tant que Premier ministre.

Jean-Bertrand Aristide a été élu pour la première fois président d'Haïti en 1991, avec une majorité de 67,5 pour cent dans la première élection légitime internationalement reconnue du pays. Huit mois plus tard, il a été retiré du pouvoir après un coup militaire soutenu par la CIA.

En 1994, Aristide a été réintégré au pouvoir avec l'aide des forces militaires américaines, mais après avoir accepté de travailler avec l'administration Clinton pour «transformer substantiellement la nature de l'État haïtien». Fondamentalement, on demandait à Aristide de mettre fin à ses réformes social-démocrates et d'accepter les mesures de privatisation et d'austérité.

Aristide n'était certainement pas un saint parfait, avec de multiples rapports d'assassinats non recherchés et peut-être politiquement motivés. En revanche, la situation des droits de l'homme dans le pays s'est considérablement améliorée. Le taux d'alphabétisation est passé d'environ 30% à 55%. De plus, il a doublé le salaire minimum et a institué l'état de droit, les tribunaux opérant en créole au lieu du français. Le taux de malnutrition est passé de 63% à 51%, et il a créé un programme de formation en médecine avec l'aide de Cuba. Il a même démantelé l'armée haïtienne, une institution répressive qui n'avait jamais combattu son propre peuple.

Denis Paradis, alors secrétaire d'État à la Francophonie, à l'Amérique latine et à l'Afrique, a tenu une réunion secrète en 2003 intitulée «Initiative d'Ottawa sur Haïti». La réunion, tenue au lac Meech avec des représentants des États-Unis, de la France, du Salvador, L'Union européenne et l'Organisation des États américains ont discuté de la question de placer Haïti sous la tutelle de l'ONU, d'une éventuelle intervention militaire et de l'expulsion d'Aristide du pouvoir. Aucun représentant haïtien n'était présent à la réunion.

Selon Yves Engler, co-auteur du livre Canada en Haïti: la guerre contre la majorité pauvre, les élections de 2000 en Haïti ont été largement contestées par des partis d'opposition alignés sur la classe ouvrière et la petite bourgeoisie de Port-au-Prince. Ils allèguent que les élections législatives ont été truquées et que les règles n'ont pas été respectées. Les partisans de l'opposition ont organisé un boycott des élections présidentielles, donnant à Aristide une victoire avec plus de 92 pour cent des voix. Il s'agissait seulement d'un projet visant à délégitimer les élections par les hautes classes haïtiennes pour déstabiliser le gouvernement en place.

Les politiques social-démocrates d'Aristide menacent la classe ouvrière haïtienne et les multinationales occidentales. Il semble clair que le coup d'État a été motivé non pas par des inquiétudes pour la population haïtienne pauvre, mais simplement par des intérêts économiques.

Et les intérêts économiques des sociétés canadiennes se portent très bien, depuis le coup d'État. Gildan est une entreprise montréalaise dont le revenu annuel est d'environ 2 milliards de dollars. Elle exploite ses usines en Haïti. Gildan ne paie pas le salaire minimum de ses travailleurs en Haïti. Il vole systématiquement environ la moitié des salaires, obligeant leurs employés à s'endetter, à vivre dans des bidonvilles et à ne manger qu'un repas par jour. Lorsque les travailleurs essaient de se syndiquer, ils sont congédiés. Neuf pour cent des actions de la société appartiennent à la Caisse de Dépôt et de Placement, un fonds d'investissement du gouvernement du Québec, notre fonds de retraite.

Il y a aussi de l'or, du cuivre et de la bauxite sur l'île - les réserves d'or seules évaluées à 20 milliards de dollars. Les sociétés canadiennes dominent l'industrie minière en Haïti, tout comme ailleurs dans le Sud. Deux d'entre eux, Ste-Geneviève Resources et les minéraux eurasiens, ont repris leurs activités peu de temps après l'instauration du gouvernement de Latortue. Ste-Geneviève possède les droits de prospection pour 10 pour cent de l'ensemble du pays, selon Yves Engler.

Steve Lachapelle, membre du conseil d'administration de Ste-Geneviève, a déclaré au Toronto Star que «avec tous les problèmes que le pays a connus, ils se rendent compte qu'ils doivent jouer le jeu avec des investisseurs ou que les choses vont empirer». Horribles antécédents des sociétés minières canadiennes dans le monde, il est peu probable que les Haïtiens obtiennent leur juste part au début de l'extraction.

Depuis que la force de maintien de la paix de l'ONU a commencé à occuper Haïti, ils ont été tenus responsables de nombreuses atrocités. Depuis l'épidémie de choléra de 2010 qui a tué plus de 9 700 Haïtiens - qui a eu lieu après qu'un camp des Casques bleus du Népal a déversé de l'eau usée dans les rivières où les gens buvaient et se baignaient - aux multiples massacres dans les bidonvilles pro-Aristide comme Cité-Soleil.

Le nombre de morts de l'occupation a depuis bien dépassé 10 000 personnes. Bien que l'administration d'Aristide ne soit pas exempte de critiques, la situation des droits de la personne s'est considérablement détériorée depuis que les puissances occidentales - y compris le Canada - ont pris la relève pour protéger nos intérêts économiques dans le pays.

Dans un câble diplomatique publié par WikiLeaks depuis 2008, on peut voir l'ambassade américaine prônant la prolongation de l'occupation militaire pour empêcher «les forces politiques populistes et anti-économie de marché résurgentes». En d'autres termes, les forces d'occupation ont peur de la démocratie haïtienne.

Il y a un proverbe en créole: Konstitusyon se papye, babyonet se fe. Une constitution est faite de papier, mais les baïonnettes sont en acier













Suggest an edit





Google Translate for Business:Translator ToolkitWebsite TranslatorGlobal Market Finder

About Google TranslateCommunityMobile
About GooglePrivacy & TermsHelpSend














Suggest an edit





Google Translate for Business:Translator ToolkitWebsite TranslatorGlobal Market Finder

About Google TranslateCommunityMobile
About GooglePrivacy & TermsHelpSend feedback
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Kijan e poukisa Kanada ede Meriken kraze demokrasi ann Ayiti
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» POUKISA NOU BEZWEN YON LAME MODENN AN AYITI NON TI KOMIK KI SOU POTAY LA
» Enstiti pou Jistis ak Demokrasi ann Ayiti mande pou Nasyonzini peye pou Kolera
» Maxine Waters ap mande kongrè meriken pou efase dèt Ayiti yo.
» Gad kijan yo kraze yon volè
» Men poukisa Dominiken rayi Ayisyen. Pou sa ki pa konnen istwa.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: