Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Rene Preval mouri.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Sasaye
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7614
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, literature kréyòl
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

MessageSujet: Rene Preval mouri.   Ven 3 Mar 2017 - 19:23

Rappel du premier message :


DÉCÈS DE L'ANCIEN PRÉSIDENT RENE PREVAL: UN DIRIGEANT POLITIQUE QUI A MARQUÉ LA VIE NATIONALE DURANT 3 DÉCENNIES, DÉCÉDÉ D'UN AVC

Port-au-Prince, 3 mars 2017, -(AHP)- L'ancien président René Préval décédé ce vendredi à la mi-journée d'un arrêt cardiaque a marqué la vie nationale durant 3 décennies

Ancien militant politique très actif au début des années 80, et membre fondateur de l'organisation de la société civile « Onè Respè » René Preval fera son entrée sur la scène publique avec sa nomination en 1991 comme Premier Ministre par le Président Jean Bertrand Aristide qui fut alors considéré comme son mentor, mais dont il se détacha après le départ forcé du pouvoir de ce dernier au cours de la 3 année de son 2ème mandat.

Préval marquera à sa façon la vie nationale jusqu’ à sa mort subite à l’âge de 74 ans dans un centre hospitalier non loin de son domicile à Laboure.

Suite au coup d’Etat sanglant qui a renversé le premier gouvernement démocratiquement élu le 30 septembre 1991, Préval comme le président Aristide connaitra l’exil jusqu’au retour à l’ordre constitutionnel en octobre 1994.

Juqu’ à date, l’unique président de l’ère démocratique à réaliser intégralement deux mandats (1996-2001 et 2006-2011), est considéré par ses proches comme un politicien pragamatique mais peu communicateur.

René Préval a fait des études en agronomie en Belgique.

Il a deux filles Dominique et Patricia de son premier mariage avec Solange Lafontant. Prévalu épousa ensuite en secondes noces, Guerda (Géri) Benoit d'avec qui il divorça

Son troisième mariage avec Élisabeth Débrosse, veuve de Leslie Delatour, ex ministre de l’économie et des finances..

Entre ses deux mandats Préval a mis sur pied une corpérative dans sa ville natale, Marmelade, qui notamnent contribue à l’ émancipation de certains producteurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

AuteurMessage
Sasaye
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7614
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, literature kréyòl
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

MessageSujet: Re: Rene Preval mouri.   Jeu 9 Mar 2017 - 4:20


PJ Patterson, ancien Premier ministre jamaïcain, rend hommage à René Préval
Publié le 2017-03-08 | Le Nouvelliste


National -
L'ancien Premier ministre jamaïcain Percival Noel James Patterson, dit PJ Patterson, affirme qu’Haïti, et même la Communauté des Caraïbes (CARICOM), ont envers René Préval « une dette énorme » pour la façon dont il a dirigé le pays au cours de ses deux mandats en tant que président de la République.

« Quand j’ai vu pour la dernière fois mon cher ami et frère lors de notre rencontre à Santiago, Cuba, pour un dernier adieu à l'incomparable Fidel Castro, il semblait jouir d'une bonne santé, plein d'énergie et plus dynamique que jamais.

Soudain, il a été enlevé à sa famille bien-aimée et au peuple, qu’il a si longtemps et fidèlement servi, pour rejoindre les martyrs qui l’ont précédé », a déclaré Patterson dans un hommage ce mercredi 8 mars 2017 dans la matinée.
Patterson, qui a servi comme sixième Premier ministre de la Jamaïque de 1992 à 2006, affirme que c’est au cours de son premier mandat et durant sa présidence à la tête de la Communauté des Caraïbes que les premières étapes décisives ont été franchies pour amener Haïti dans le giron des nations des Caraïbes et ainsi mettre fin à son isolement hémisphérique.

Patterson a révélé qu’en tant que représentant spécial de la Communauté, après le séisme dévastateur du 12 janvier 2010 et en réponse à son invitation de lui servir d’émissaire présidentiel, ils se sont engagés dans la lutte à mener et à reconstruire sur les ruines de cette catastrophe.

Il a ajouté : « J'ai été témoin de l’amour profond et respectueux de Préval pour son pays et pour le peuple haïtien.
Il était déterminé à maintenir la souveraineté de la première République noire indépendante dans cette hémisphère occidentale, à travailler sans relâche pour protéger sa Constitution et promouvoir une tradition démocratique pour la transition ordonnée du pouvoir politique dans un pays déjà enchaîné par la règle despotique ».

Il a ajouté que ce n’étaient pas des objectifs faciles, surtout ces dernières années, quand les pressions internes et externes ont été sévères. « René Préval a persévéré et a réussi.

L'histoire lui accordera cette place spéciale méritée pour avoir été le seul chef d'État haïtien démocratiquement élu qui a bouclé deux mandats complets et passé le relais à deux reprises à un successeur dûment choisi par son peuple».

René Préval, mort le vendredi 3 mars dernier, à l’âge de 74 ans, aura des funérailles nationales le samedi 11 mars prochain. Source : http://www.jamaicaobserver.com

- See more at: http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/169027/PJ#sthash.1PCiocHJ.dpuf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasaye
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7614
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, literature kréyòl
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

MessageSujet: Re: Rene Preval mouri.   Ven 10 Mar 2017 - 12:56

René Préval dans les yeux de Jacqueline Charles

Jacqueline Charles, correspondante à temps plein du Miami Herald suit Haïti depuis 2006.
Elle a tenu à rendre, a sa façon, un dernier hommage à René Préval en retraçant ses premiers contact avec l’ancien président au lendemain du 12 janvier 2010.
La rédaction publie la traduction francaise de ce récit, empreint de souvenirs impérissables, que la journaliste partage ce jeudi 9 mars 2017 avec les lecteurs du Herald.
Publié le 2017-03-09 | Le Nouvelliste

1 / 1


National -
Peu de temps après ma nomination en 2006 comme correspondante à temps plein des Caraïbes pour le Miami Herald, une source m'a glissé le numéro de téléphone personnel du président René Préval.

Je savais que je n'aurais qu'une chance d'utiliser ce numéro, et ce serait pour quelque chose de très important.
Quatre ans plus tard, le 12 janvier 2010, j'ai composé le numéro. Il m'a fallu des heures avant que l’appel ne passe.

Quand c’était fait, Préval enjambait les cadavres des législateurs et des employés du gouvernement qui avaient été piégés dans le bâtiment du Parlement à Port-au-Prince. Un tremblement de terre d'une magnitude de 7,0 avait secoué violemment la capitale, tuant plus de 300 000 personnes et réduisant le centre-ville en un tas de décombres. « Quand viendras-tu? », demanda Préval. «Dès que vous me permettez d'atterrir», répondis-je.

Moins de 12 heures après le plus grand désastre ayant frappé Haïti, je suis arrivée à Port-au-Prince à bord d'un vol affrété. Alors que je me frayais un chemin à travers le tarmac de l'aéroport derrière la star de hip hop de nationalité haïtienne, Wyclef Jean, qui venait tout juste de monter dans un avion affrété, j'ai immédiatement vu Préval, sa femme Elisabeth et des membres de son administration. Préval est resté debout toute la nuit et n'avait pas mangé. Quelqu'un lui passa un sandwich.

J'ai sorti ma caméra vidéo et j’ai posé la première de mes nombreuses questions. Cet entretien n'a pas été publié jusqu'à présent. Dans le chaos ou tout se passa si vite, avec des problèmes de communication et de satellite, diffuser cet enregistrement vidéo n'était pas une priorité.

Dans les semaines et les années qui ont suivi le tremblement de terre, Préval avait été critiqué pour ne pas avoir parlé aux médias immédiatement après la tragédie. Il l’a fait. Il m'a parlé ainsi qu'a? la poignée de journalistes haïtiens qui étaient également sur le tarmac ce jour-là, mais personne ne pouvait diffuser parce que les lignes de transmission étaient en panne.

Préval a été réprimandé pour ne pas avoir offert ses condoléances au peuple haïtien après avoir été cité au sujet de l’effondrement de son palais.
Il a adressé ses condoléances ce jour-là et a dit que ce n'était pas seulement un quartier qui a été détruit, mais tout Port-au-Prince.

Lorsque Préval est mort inopinément le vendredi 3 mars dernier à l'âge de 74 ans, le président aux deux mandats a laissé en héritage de meilleures routes et une plus grande stabilité politique.

Il n'était pas un homme de communication et son attitude calme irritait les diplomates et, parfois, les Haïtiens.
Mais pour moi, aucun souvenir n'est plus fort que son accent tranquille peu d'heures après le pire désastre ayant frappé Haïti dans les temps modernes.
Bien que Préval ait été publiquement critiqué pour avoir été « porté disparu » lors du plus grand désastre d'Haïti, je l'ai trouvé très présent. Il ne se trouvait pas au Palais national effondré, où sont allés de nombreux journalistes étrangers.
Et il n'était pas à l'aéroport international où de nombreux medias internationaux avaient installé des tentes.

Il était au local de la DCPJ non loin de l'aéroport. Pourquoi là-bas? Pour mieux coordonner l'aide, l'ancien Premier ministre haïtien Evans Paul a dit que c’est ce que Préval lui avait dit lorsqu'il lui avait posé la question.

Dans mon entrevue, Préval a expliqué qu'il avait été difficile de fournir l'aide initiale parce que les hôpitaux s'étaient effondrés et ceux qui ne l’étaient pas renvoyaient les gens. Les lignes téléphoniques étaient en panne et même les radios étaient incapables d’émettre. Il avait passé les premières heures après le tremblement de terre - dont il a survécu parce qu'il a sauté sa sieste habituelle de l’après-midi et que sa femme devait rentrer à la maison pour obtenir une paire de collants pour un discours qu'il allait donner pour marquer le 150e anniversaire de la Faculté de droit de l’Université d’Etat d’Haïti - sillonnant Port-au-Prince à l'arrière d'une moto observant les dégâts.
Il a décidé qu'il avait besoin de constater l'ampleur de la destruction lui-même en se faisant accompagner par le ministre de l'Intérieur et la police. «J'ai appelé l'ambassadeur des États-Unis, l'ambassadeur de France et d'autres personnes. La première question que tous m’ont posée est: «Nous avons besoin de savoir quel type d'aide vous avez besoin», a-t-il dit.

Ensuite, son visage est devenu grave alors qu'il essayait de décrire ce qu'il avait vu. - Ce n'est pas une petite chose, dit-il en créole. «

Je peux te dire, Jacqueline, c'est une grande, une grande catastrophe. » Dans les jours suivants, le président qui n'aimait pas les conférences de presse et qui croyait « en moins de paroles et plus d'actions » était plus accessible qu'il ne l’a jamais été lors de son premier mandat présidentiel, 1996-2001 ou son deuxième, 2006-2011.

Il sortait, rendait visite à des journalistes majoritairement haïtiens assis dans la cour du quartier général de la police et regardait des diplomates étrangers et des experts de l'aide tentant de se surpasser avec leurs dons.

Lorsqu'un représentant du Département d'Etat des États-Unis a poussé les victimes du tremblement de terre à commencer à construire des cabanes pour faire avancer l'économie, Préval n'a pas répondu. Il secoua simplement la tête en signe d'objection. Et comme le joueur d'échecs politique savant qu'il était, il a agi comme s'il n'avait pas entendu, et a obstinément demandé des tentes.

Beaucoup ont critiqué sa démarche. René Préval connaissait son peuple, connaissait le pays. Il savait que toute sorte de bois et de structure en béton - autre chose qu'une tente - deviendrait un bidonville permanent, quelque chose dont Haïti n'avait pas besoin.

Des diplomates étrangers et d'autres l'ont appelé têtu et taureau. Il s'en foutait. Ce dont il se souciait et m'a souligné au fil des ans, c'était la stabilité. Sans stabilité, disait-il, Haïti ne pouvait pas attirer d'emplois, Haïti ne pouvait pas aller de l'avant. Et la stabilité signifiait une réelle reconstruction, pas des barrages post-tremblement de terre.

Alors que nous nous sommes assis dans l'après-midi du 13 janvier 2010, sur le tarmac, Haïti avait traversé quatre tempêtes importantes en 30 jours, une crise de malnutrition, des émeutes alimentaires et maintenant un terrible tremblement de terre.

Je lui ai posé une question: «Diriez-vous que le pays est malchanceux? » L'homme, féroce défenseur de son pays, se taisait. Il détourna la tête.Puis, après ce qui semblait être une éternité, il dit: «Il y a eu un tremblement de terre. Vous pouvez dire que c'était de la malchance [mais] ... il y a des façons que vous êtes censé construire. Si vous respectiez les normes de construction, il y aurait moins de dégâts, de sorte que la malchance aurait moins de conséquences pour vous ... Vous ne pouvez pas dire que c'est une question de chance. La malchance est là pour tout le monde.
C'est comment vous vous préparez pour lui faire face quand elle se produit. » « Quelle route Haïti doit-il prendre? Stabilité », a-t-il ajouté. «Stabilité pour que nous puissions construire quelque chose de sérieux. Pas de coup d'Etat, pas de saccage, pas de maisons brûlées, pas seulement de pneus brûlés. Nous ne pouvons pas simplement détruire. Nous devons construire. C'est la route que nous devons prendre pour que nous puissions cesser de dire que nous sommes malchanceux. » Traduit de l'anglais par Patrick SAINT-PRE Source : Miami Herald

- See more at: http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/169090/Ren%C3%A9#sthash.5CCkpiIf.dpuf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasaye
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7614
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, literature kréyòl
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

MessageSujet: Re: Rene Preval mouri.   Sam 11 Mar 2017 - 9:58


The passing of Rene’ Preval, Haiti’s quiet President

Create: 03/10/2017 - 06:31Author: Editor
It speaks volumes that in the 210-plus year history of the world’s first Black republic that Rene Garcia Preval was the only freely elected president of Haiti to win and complete two term in office.

And it said even more about his legacy that on Preval’s death last week at the age of 74 years members of Haiti’s educated elite described his passing as a severe “blow” to the Creole-speaking nation of 10 million.

“I prostrate myself before the remains of this worthy son of Haiti,” was the way the new President Jovenal Moise confirmed the unexpected passing of the man whose terms as head of state were characterized by relative peace on the streets, the firming up of democratic institutions and by the passing of the torch of leadership from one elected leader to another.

Ricot Dupuy, a premiere Haitian commentator in the Haitian Diaspora in New York put it differently in Brooklyn where he operates Radio Soleil.

“His death was a shock to all of us and it spawned widespread sadness,” said Dupuy. “The man who demystified the presidency and led with simplicity is no longer. Before the devastating earthquake of 2010, the country was doing relatively well economically and socially.”

Elected by a landslide in 1995, thanks to the backing of then President Jean Bertrand Aristide, Preval led Haiti in a low-keyed style in both domestic and international firms. Even some of his sternest critics acknowledged that the fragile democracy which was often victimized by political and military dictatorships or terrible acts of nature was recording some positive strides

when the earthquake struck, killing more than 200,000 people, leaving more than a million homeless and causing at least $1 billion in damage to the infrastructure.

Indeed, not only did the earthquake cause untold damage but it undermined Preval’s legacy. Many Haitians felt he didn’t connect with them in their greatest hour of need in the 21st century. What a pity!

The truth, according to people close to Preval, was that the man who had served as Prime Minister and later as president was traumatized by the massive destruction and didn’t know where to turn and what to tell Haitians. That style of national management proved to be a serious mistake and his virtual public disappearance for long stretches of time turned out to be quite costly.

He later sought to explain his inadequate response by admitting “as a person I was paralyzed.” That’s not what people expect of their leaders.

Born in the capital of Port-au-Prince in 1943 but raised in the mountainous, coffee and rice growing area of Marmelade in the country’s north-central region, Preval who was trained in Belgium and Italy to be an agronomist, once lived and worked in Brooklyn after fleeing his birthplace in the 1970s during the heavy-handed and often murderous regime of President Francois “Papa Doc” Duvalier. But on Duvalier’s passing and the ascension of his son, “Jean Claude ‘Baby Doc’ Duvalier, Preval returned home, worked in a low government position, tried his hand at operating a bakery and then turned to politics, linking arms with the popular Roman Catholic priest, Jean Bertrand Aristide who made him the nation’s Prime Minister after the man of the cloth was elected President in 1990.

His self-effacing style had made him an acceptable second in command to the more flamboyant Aristide who was soon ousted and forced to flee. Preval left with Aristide but returned home after his mentor was restored to office with the help of the Americans. When Aristide’s term ended, Preval mounted a successful presidential campaign which gave him considerable power.

Interestingly, when his own term ended, Preval handed the sash of office to Aristide who won the next election but who was then ousted by

internal military forces backed by foreign sources, said to have been financed by Washington.

The rest is a solid chapter in history. Preval won the next election and served out his second term which was tarnished by his actions after the earthquake.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rene Preval mouri.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rene Preval mouri.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Rene Preval mouri.
» LE TRAIN "BANM JANM PRAN KANN"DE RENE PREVAL
» HAITI : RENE PREVAL, TYPIQUE REPRESENTANT DU PASSE
» Entrevue de Rene Preval avec le Miami Herald
» VOTE DE CENSURE POUR JEA !HAUTE COUR DE JUSTICE POUR RENE PREVAL !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: