Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ki sa ROGER STONE VLE DISOU eleksyon AYISYEN yo?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15009
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Ki sa ROGER STONE VLE DISOU eleksyon AYISYEN yo?    Sam 11 Mar 2017 - 7:16

Sa ROGER STONE ap di sou ELEKSYON JOVNEL MOYIZ lan ,ap fe "buzz" ap MOUN ki ap swiv sa k ap pase ann AYITI.

Pou MOUN ki pa konnen ,misye se bon ZANMI DONALD TRUMP ,YON GWO BWA lan MILYE DWAT OZETAZINI yo.
Bagay ap fe yon BUZZ lan MOUN ki ap swiv sa k ap pase ann AYITI.
ROGER STONE menm di ke si PEP AYISYEN an paka kwape JOVNEL MOYIZ VOLO ELEKSYON se pou AMERIKEN yo ede yo,paske JOVNEL ak SWIT MIKI se VOLO ,PIYAJE e MESYE sa yo paka pote anyen de BON pou AYITI.
Mwen pa renmen fe KONKLIZYON ,men tou sa ROGER STONE di ,yo ANALIZE:
http://stonecoldtruth.com/will-trump-let-the-clintons-rape-of-haiti-continue[b]
Par Roger Stone

Le 6 février 2017, la Maison Blanche a annoncé que le président Trump annonçait la désignation d'une délégation présidentielle en Haïti pour assister à l'inauguration de Son Excellence Jovenel Moise le 7 février 2017 à Port-au-Prince, en Haïti.  Sonne comme une situation joyeuse, une célébration du mouvement vers l'avant, un nouveau départ pour l'ouragan ravagé les Haïtiens.  Ce n'était pas le cas.  C'était le contraire.  Le mouvement n'était pas en avant, il était en arrière.  Ce n'était pas un début nouveau, plutôt une continuation du désespoir.  Pourquoi?  Les Clintons.  - Non, pas encore!

Étant donné que très peu de médias couvrent la situation critique d'Haïti au cours des 20 dernières années, il est compréhensible que la plupart des Américains connaissent peu ou rien de la relation entre Haïti et les États-Unis.  Un tremblement de terre en 2010 a été bien connu, pas bien connu.  Un ouragan récent en octobre 2016 aurait attiré une certaine attention, mais ce n'est pas ce dont je parle.  Revenons, juste un peu, juste assez pour rafraîchir la mémoire du lecteur.

Après huit ans d'Obama et maintenant un nouveau président inachevé au pouvoir, comment dans le monde les Clintons pourraient-ils être impliqués dans la politique haïtienne?  Eh bien, nous savons tous que les Clinton sont des maîtres des médias et de la manipulation financière.  La plupart d'entre nous admettons maintenant aux Clintons une cupidité rampante et insatiable.  Ils se rangent là-haut avec le chah d'Iran, le président Marcos et sa femme des Philippines, et Bernie Madoff, en Amérique.  Les Clintons méritent leur propre épisode de la cupidité américaine.  Mieux encore, leur avidité compulsive est si monstrueuse;  Ils méritent d'avoir leur propre saison!

Parlons d'Haïti.  C'est un pays insulaire pauvre en saleté avec plus que sa part équitable des catastrophes majeures.  Il ya eu le tremblement de terre de 2010 qui a pratiquement nivelé tout le pays et plus récemment, en octobre 2016, un ouragan qui a laissé au moins 1000 morts et des milliers de sans-abri sans nourriture ni eau.  Si ce n'était pas assez, le peuple haïtien a été continuellement victimisé, brutalisé, pillé et volé par une série de dirigeants corrompus qui se livrent à la drogue, au trafic d'enfants, à la peur, à la violence, à l'oppression et au meurtre pour rester au pouvoir.  Haïti est absolument le lieu le plus pitoyable et le plus désespéré à vivre ou à naître.  Pourtant, le peuple haïtien est résolu et ne veut pas mourir.  Ils ont été obligés de capituler à des résultats frauduleux d'élection permettant à une ligne de présidents corrompus et aux Américains qui les financent, de continuer à piller les coffres si désespérément nécessaires mais toujours juste hors de portée.  Le dernier «président» d'Haïti et le nouveau «président» ont un lien indéniable: l'empire criminel Clinton.

COMMENT ÉPELES-TU RELIEF?

Ici aux États-Unis, nous nous soucions des pays souffrant de dévastation.  Cela fait partie de la façon américaine d'aider les pays dévastés par les catastrophes naturelles.  Un exemple de ce comportement altruiste peut être trouvé lorsque les États-Unis sont venus à la rescousse pendant la pire famine de l'histoire.  L'année était 1921, le pays était la Russie, et la famine avait jusqu'à présent tué 4 millions de personnes.  Quatre millions de personnes étaient mortes de faim et des millions d'autres allaient mourir si quelqu'un ne faisait rien pour aider.  C'est alors que l'Amérique brille.  C'est pourquoi le monde, ou la plupart d'entre eux, nous regarde comme leur protecteur.  Ce fut le futur président Herbert Hoover.  Hoover avait formé l'American Relief Administration pour aider les victimes de la famine après la Première Guerre mondiale. L'ARA de Hoover a monté le plus grand programme de secours alimentaire dans l'histoire du monde et pendant deux ans il a gardé la nourriture venant de toutes les régions de la Russie sauver des millions de vies.  En fait Hoover sauvé plus de vies que n'importe quel autre homme ou femme dans l'histoire.  C'est ce que font les États-Unis.  Droite?

On pourrait dire que c'est ce que les États-Unis faisaient autrefois.  Mais tant de choses ont changé.  Il semble que la catastrophe naturelle d'un pays est le boom financier d'un autre pays.  Permettez-moi de le dire plus simplement;  Les désastres qui ont réduit Haïti à des décombres sont devenus la chance financière pour les Clintons.  Quand un pays est en panne et saignement, quand ses gens sont confrontés à la famine, à l'itinérance, à la misère, à la pauvreté et aux conditions de vie qui rendent un camp de concentration nazi acceptable, c'est le temps mes amis, De l'aide financière destinée à soulager la souffrance de ces misérables.  Avec des millions et des millions de dollars dons pour le secours haïtien, aussi peu que 1% est arrivé aux Haïtiens.  C'est ce que les Clinton ont fait et avec succès, je pourrais ajouter.  Pourquoi est-ce important maintenant quand nous n'avons plus Clintons dans le bureau, quand nous avons un nouveau président?  Parce que l'élection de Jovenel Moise comme président en Novembre 2016 a été le résultat de la fraude massive et une continuation de l'agenda de Clinton.  Jovenel Moise est le dernier président soutenu et placé sur le trône par la machine de Clinton.  Regardons quelques-uns des joueurs dans cette tragédie.

LES HAITIENS

Jovenel Moise - actuel président d'Haïti élu en novembre 2016 sous la fraude électorale rampante, la violence aux urnes et la corruption.  Moise est sous enquête pour blanchiment d'argent.  Il est connu pour son amitié avec le gangster criminel et chef de l'escadron de la mort Guy Phillipe, qui est maintenant en état d'arrestation pour des accusations de drogue américaines.  Il est choisi par le président Michel Martelly.

Michel Martelly - Président d'Haïti de 2011 à 2016, également connu sous le nom de «Mickey doux» parce qu'il était une pop star en Haïti.  Martelly est devenu président après que Hillary Clinton a volé des États-Unis et est intervenue dans l'élection.  En 2011, René Préval a été le président sortant et c'est lors de cette élection que les deux meilleurs candidats ont été bloqués et incapables de passer à la dernière ronde de vote.  Les deux premièrs candidats étaient l'ex-première Dame d'Haïti Mirlande Manigat et Preval ont soutenu le candidat Jude Celestin.  Les résultats des élections ont montré Manigat premier et Celestin deuxième.  L'Organisation des États américains (OEA) a prélevé des bulletins de vote et placé Michel Martelly en deuxième place.  Hillary Clinton a volé vers le bas et a exercé des pressions sur le président Préval pour laisser tomber Celestin de la course et déclarer Martelly comme candidat de deuxième place.  Ce qui a suivi, c'est une fraude électorale massive qui a abouti à l'élection de Mickey Martelly, grâce à Hillary Clinton et son Département d'Etat.  Martelly est restée en fonction pendant 5 ans sans tenir d'élections promises.  (1)

LA CONNEXION CLINTON DANS LA DÉLÉGATION DE TRUMP

Kenneth Merten - fut l'ambassadeur des Etats-Unis en Haïti en 2011 après le tremblement de terre qui, avec la secrétaire Hillary Clinton et Cheryl Mills, a imposé le marionnette président, Michel Martelly, à une élection raclée, puis a répété la fraude électorale internationale en 2015 et 2016 pour mettre en Jovenel Moise.  L'ambassadeur d'Obama en Haïti, Peter Mulrean et le diplomate de carrière et l'opérateur de la dynastie des Bush, Thomas Shannon, ont complété la délégation de Clinton par l'ex-vedette de l'Apprenti Omarosa Manigault, directrice des Communications de la Maison Blanche de Trump.  Ces personnes ayant des antécédents passés ont été envoyées par l'Administration Trump, pour assister à l'inauguration du 7 février 2017 du blanchisseur d'argent accusé, Jovenel Moise, frauduleusement élu.

Lors d'une élection frauduleuse, un sondage de sortie publié le 19 novembre indiquait que Moise était vraiment quatrième, et non pas premier, avec 6% des voix, et non pas 34%.  Le 24 novembre, les fonctionnaires ont annoncé qu'une vérification d'un échantillon de 78 feuilles de pointage révélait des fraudes ou des irrégularités dans tous les 78. Le Conseil électoral a rejeté les 78 feuilles, mais a refusé de poursuivre l'enquête.

L'histoire d'Haïti est marquée par l'intervention américaine.  Cela inclut l'occupation de 19 ans du pays par les Marines américains au début du 20ème siècle et le coup soutenu par les Etats-Unis en 2004 qui a renversé Jean Bertrand Aristide, le premier président élu démocratiquement d'Haïti.  Haïti a été occupée par des soldats américains soutenus par l'ONU pendant plus d'une décennie.

Le gouvernement haïtien a été davantage déstabilisé par l'ingérence politique des États-Unis.  Après que Jean Bertrand Aristide ait été réélu Président en 2000 (90% des voix), les États-Unis ont imposé un embargo sur l'aide au développement à Haïti, ce qui représente plus de 200 millions de dollars d'aide.  Le gouvernement américain a financé des organisations haïtiennes qui travaillaient pour miner et renverser le gouvernement haïtien.  Le 29 février 2004, Aristide a été expulsé de force et envoyé en exil en Afrique sur un avion du gouvernement américain.  Les États-Unis ont remplacé le gouvernement constitutionnel par un premier ministre non élu en provenance de la Floride. Les États-Unis ont miné la démocratie d'Haïti en apportant un soutien politique et financier aux élections législatives illégales en Haïti en avril et juin 2009. Les élections de 2009 ont illégalement exclu plusieurs partis politiques, Le plus grand parti politique d'Haïti, Fanmi Lavalas.  (3)

Ce qui est important ici, c'est que le président Trump ne permet pas le pillage continu d'Haïti par les copains Clinton ou n'importe qui d'ailleurs, et ne pas être influencé par une ancienne vedette de l'Apprenti.  Maintenant, pour un guide en profondeur sur le viol de Clinton d'Haïti, nous allons commencer à l'événement qui a donné l'occasion pour les crimes sur une échelle massive, lisez la suite.

Le tremblement de terre, d'une magnitude de 7,0, a frappé Haïti le 12 janvier 2010. 316 000 personnes ont été tuées et 300 000 blessées avec encore 1,3 million de personnes déplacées et sans abri.  Le samedi 16 janvier 2010, Reuters a annoncé que la secrétaire d'Etat Hillary Clinton avait quitté Washington pour Haïti, accompagnée par l'Agence américaine pour le développement international Rajiv Shah, sur un avion transportant des fournitures de secours.  Le rapport Reuters a noté la secrétaire Clinton et prévu de rencontrer le président Haïti René Préval et les travailleurs humanitaires américains sur leur voyage prévu d'une journée en Haïti [4].  Le 16 janvier, le président Barack Obama a officiellement annoncé la création du Fonds Bush Clinton Haïti, déclarant que «George W. Bush et Bill Clinton veilleront à ce qu'ils dirigent un énorme effort de secours qui dépasse notre gouvernement parce que l'Amérique n'a pas plus de ressources que la force Et la compassion du peuple américain. "[5] Pendant l'annonce Clinton a déclaré," Maintenant, tout ce que nous devons faire est d'obtenir de la nourriture et de la médecine et de l'eau et un endroit sûr pour eux [le peuple d'Haïti]. Quand nous commençons l'effort de reconstruction, nous voulons faire ce que j'ai fait avec le père du président dans la région du tsunami.  Nous voulons être un endroit où les gens peuvent savoir que leur argent sera bien dépensé;  Où nous assurerons l'intégrité du processus. »George W. Bush a souligné la nécessité pour le public d'envoyer de l'argent.  "Le moyen le plus efficace pour les Américains d'aider le peuple haïtien est de contribuer de l'argent", a déclaré M. Bush.  "Cet argent sera versé aux organisations sur le terrain et sera - qui sera en mesure de le dépenser efficacement.  Je sais que beaucoup de gens veulent envoyer des couvertures ou de l'eau - il suffit d'envoyer votre argent.  Le président et moi allons faire en sorte que votre argent soit dépensé judicieusement. »« Le 18 janvier, Bill Clinton est arrivé en Haïti.  Clinton est arrivé en tant qu'Employé spécial des Nations Unies en Haïti;  Une position à laquelle il avait été nommé en 2009, quelques semaines seulement après que sa femme devint secrétaire d'État d'Obama.  [6]

Le 9 février 2010, un mois après le tremblement de terre, le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a demandé à Clinton de jouer un rôle accru en Haïti, en assumant un rôle de chef de file dans la coordination des La récupération et la reconstruction en Haïti »[7].

Clinton avait beaucoup d'expérience dans la mise en place et l'exécution d'efforts de secours massifs.  Lui et le père de Bush, GHW Bush, avaient dirigé le Fonds Hurricane Katrina 2005, le Bush Clinton Tsunami Relief Fund de 2005 avec GW Bush et le Bush Clinton Coastal Recovery Fund en 2008. Jusqu'ici, cela semble très bien, deux présidents américains mettant leurs efforts humanitaires sur La ligne pour le peuple d'Haïti.  Je veux dire que les États-Unis d'Amérique promettent de le rendre meilleur.  Non seulement les gens de l'Amérique, mais deux anciens présidents sont personnellement prometteurs d'utiliser leur pouvoir et de contacts pour sauver et reconstruire les pauvres et les Haïtiens démunis.  Qu'est ce qui pourrait aller mal?

Dix semaines après le lancement du Fonds Clinton Bush Haïti, Clinton et Bush ont visité Haïti où ils ont visité une ville de tentes dans un parc en face du palais présidentiel qui abritait quelque 60 000 Haïtiens démunis.  Ce qu'ils ont rencontré étaient des manifestants insatisfaits du rythme des efforts de secours.  La NBC et la BBC ont indiqué qu'au moment de leur visite, le Fonds avait recueilli 37 millions de dollars auprès de 200 000 donateurs.  Il a été noté par la BBC qu'il faudrait environ 11,5 milliards de dollars pour reconstruire le pays.  [8] Le Fonds avait recueilli 37 millions de dollars et dix semaines plus tard, l'argent n'était pas disponible.

Les nations des Nations Unies ont promis des milliards de dollars d'aide à Haïti.  Cela semble bon, mais cela ne signifie pas que toutes ces promesses ont été remplies.  Le département d'Etat américain a déclaré que nous envoyions plus d'un milliard de dollars à Haïti.  Cela ne signifie pas que nous avons déposé cet argent dans un compte bancaire en Haïti.  En fait, la plupart de cet argent s'est retrouvé entre les mains de sociétés étrangères chargées d'entreprendre des projets de développement à long terme, contrôlés en partie par Bill Clinton.  Bill Quigley, directeur juridique adjoint à l'Institut pour la justice et la démocratie en Haïti, et son co-auteur Amber Ramanauskas, avocat et chercheur en droits de la personne, ont écrit un article intitulé «Haïti: où est l'argent? Le 4 janvier 2012, a estimé que les donateurs internationaux avaient accordé à Haïti environ 2 milliards de dollars d'aide humanitaire d'ici là [9].  «Mais deux ans plus tard, plus d'un demi-million de personnes restent sans abri dans des centaines de camps informels, la majorité des tonnes de débris des bâtiments détruits sont encore là où il est tombé et le choléra, une maladie évitable, a été introduit dans le pays et est maintenant Une épidémie tuant des milliers de personnes et des centaines de milliers d'autres ", notent-ils.  "Haïti aujourd'hui ressemble au tremblement de terre survenu il ya deux mois, pas deux ans." "Seulement 1 pour cent de l'argent est allé au gouvernement haïtien", ils notent.  »De même, les sociétés haïtiennes et les organisations non gouvernementales haïtiennes ont été extrêmement peu nombreuses.  Quigley et Ramanauskas ont découvert que l'essentiel de l'argent dépensé était allé aux gouvernements extérieurs, aux organismes d'aide internationale et aux grandes organisations non gouvernementales bien connectées.  Certains sont allés à des entreprises à but lucratif dont les centres d'affaires autour des catastrophes.

Un rapport du Centre de recherche économique et politique de Washington, achevé en avril 2013, a montré que moins de 1% des 1,3 milliard de dollars fournis par l'USAID à Haïti ont été attribués directement au gouvernement haïtien ou aux gouvernements ou organisations haïtiens.  Au lieu de cela, l'USAID a accordé plus d'argent à une société à but lucratif fondée à Washington, Chemonics International Inc., qu'à tout le gouvernement haïtien depuis le tremblement de terre [10].  Ce rapport a en outre noté qu'un audit du Bureau de l'Inspecteur général de l'Initiative de relèvement d'Haïti lancé par Chemonics, le plus grand bénéficiaire unique des fonds post-séisme de l'USAID, n'était pas «en bonne voie» pour atteindre les objectifs du programme, Le manque de participation communautaire n'a pas réussi à assurer la durabilité.  L'un des projets que Chemonics a laissé inachevé a été la reconstruction de 2 millions de dollars d'un bâtiment parlementaire temporaire pour le gouvernement haïtien [11].

Chemonics fait partie du Conseil pour les sociétés de développement international qui embauche le groupe Podesta, une firme de lobbying basée à Washington fondée par John Podesta, le président du Parti démocrate qui dirige la campagne présidentielle de Hillary Clinton en 2016.  Malgré son piètre record en Haïti, Chemonics a remporté en février 2011, alors que Hillary Clinton était secrétaire d'État, un contrat de 88,5 millions de dollars financé par l'USAID pour stimuler l'emploi en Afghanistan qui, en septembre 2013, 300 000 emplois précisés dans le contrat. [12]

Refugees International a qualifié de «paralysés» les efforts humanitaires menés par les Nations Unies pour secourir les secours et le redressement en Haïti, trouvant des conditions «effroyables» que les Haïtiens trouvaient dans les camps de fortune au milieu des décombres de Port-au-Prince »malgré les milliards de dollars Promis pour le soulagement du tremblement de terre. »Dans un article de l'écrivain indépendant Ansel Herz, le Fonds Clinton-Bush Haïti, inauguré par le président Obama avec les deux anciens présidents à ses côtés, publiait toujours des publicités sur Internet disant que« 100% efforts.  "C'est un mensonge cruel, considérant les victimes du tremblement de terre vivant dans les zones d'inondation sous des bâches de plastique flétries.  Seulement 8% de ses 50 millions de dollars avaient été dépensés cet été, selon The Chronicle of Philanthropy. "Herz ne s'est pas arrêté là.  "Le site Web du fonds parle maintenant de soutenir des programmes à long terme pour développer la classe affaires d'Haïti", at-il poursuivi.  "La Commission intérimaire pour la reconstruction d'Haïti a approuvé un seul projet d'eau: 200 millions de dollars pour l'expansion de l'approvisionnement en eau à Port-au-Prince.

On pourrait penser que depuis que Clinton a été nommé Envoyé spécial des Nations Unies en Haïti, le coprésident de la Commission intérimaire de relèvement d'Haïti ainsi que l'association avec l'ancien président Bush dans le Fonds Bush-Clinton Haïti suffiraient pour s'assurer que l'argent allait À l'allégement immédiat du peuple haïtien.  Clinton s'est assuré que sa fondation Clinton et Hillary Clinton avaient un intérêt dans cette arnaque de plusieurs millions de dollars.  La réunion annuelle de l'Initiative mondiale Clinton en septembre 2010, soit huit mois après le tremblement de terre, a ouvert la porte à la participation continue de la secrétaire d'État Hillary Clinton, dont le chef de file, Cheryl Mills, était chef de l'aide humanitaire du Département d'Etat.  L'arrangement a convenablement invité la secrétaire Clinton à rester en contact avec les haut fonctionnaires de la Fondation Clinton via son serveur de messagerie privé, les informant des principaux développements en Haïti qui pourraient représenter des opportunités d'affaires rentables qui aideraient à redévelopper Haïti, Le Département d'Etat, la Fondation Clinton, le Fonds Bush Clinton Haïti et la CIRH ont travaillé ensemble dans l'harmonie du développement économique.  En opposition directe avec les faits, Clinton s'est vanté lors de la table ronde.  "En travaillant ensemble avec la Commission intérimaire pour la reconstruction d'Haïti, les membres de CGI fournissent des résultats mesurables en matière de logement, d'énergie propre, d'infrastructures, de soins de santé et d'éducation, entre autres secteurs importants, pour donner au peuple haïtien les outils pour créer un avenir meilleur pour sa nation . "[13] Cela ne pouvait pas être plus éloigné de la vérité.  Hillary, avec Bill comme son homme avant avait conçu cette situation la plus frauduleuse.

Le 6 janvier 2012, Stéphanie Strom a rapporté au New York Times une visite en Haïti par le milliardaire irlandais Denis O'Brien, le propriétaire de Digicel, un opérateur de télécommunications fournissant des téléphones mobiles incorporés aux Bermudes qui desservent Haïti comme l'un des 33 Marchés dans les Caraïbes, l'Amérique centrale et le Pacifique Sud. [14]  O'Brien était à Port-Au-Prince, Haïti, pour ouvrir la 50ème école que Digicel avait reconstruite depuis le tremblement de terre de 2010 et pour promettre que Digicel construirait 80 autres écoles d'ici 2014. "Le 25 août 2010, USAID a annoncé la première école construite dans le cadre d'un partenariat public-privé innovant a été ouvert par la Fondation Digicel et USAID comme l'École Louis de Borno à Léogâne, la ville qui a été l'épicentre du tremblement de terre.  L'école prévoyait accueillir 600 élèves du primaire lorsque l'année scolaire a commencé le 4 octobre 2010.

"L'école est la première des 50 planifiées par la Fondation Digicel, offrant des écoles permanentes et de transition pour un maximum de 30 000 enfants, dans deux quarts d'école par jour", a déclaré le communiqué de presse de l'USAID.  «Dans le cadre du partenariat de l'Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), certaines de ces écoles seront construites avec des conteneurs militaires américains qui seront transformés en campus pour remplacer ceux détruits par le tremblement de terre». 100 conteneurs d'expédition qui avaient été utilisés dans le cadre de la mission humanitaire de la Force opérationnelle interarmées - Haïti après le séisme.  L'école de Léogâne recevra également une généreuse donation de classe et de livres de référence de l'ambassade américaine à la section des affaires publiques en Haïti.  Pour mesurer le besoin, considérez qu'après le tremblement de terre, 4 800 écoles en Haïti ont été endommagées ou détruites.  [16]

Mais où Digicel a vraiment fait son argent a été dans un système de transfert de monnaie de téléphone mobile sans fil pour Haïti.  Les Clintons ont commencé à la promouvoir à la suite du tremblement de terre, avec l'idée de permettre à des amis et des parents aux États-Unis d'envoyer de l'argent directement aux personnes dans Haïti ravagé par le séisme.  [17] Comme l'a signalé Peter Schweizer, journaliste d'investigation, dans son livre Clinton Cash de 2015, Digicel a été le grand gagnant avec son système TchoTcho Mobile, avec "TchoTcho" signifiant "argent de poche" en créole.  «Le programme USAID Food for Peace, sous le contrôle direct du Département d'État par l'entremise de Cheryl Mills, a choisi le système TchoTcho pour ses transferts d'argent», a noté M. Schweizer.  "Les Haïtiens ont reçu des téléphones cellulaires et un compte gratuit TchoTcho.  Quand les Haïtiens ont utilisé le système, ils ont payé à la compagnie d'O'Brien des millions de dollars en honoraires.  Schweizer a déclaré qu'en 2012, Digicel avait 77% du marché haïtien de la téléphonie mobile, «une hausse alimentée en partie par le fait qu'elle était un fournisseur de banques numériques.» À partir d'avril 2011 À mars 2012, a noté Schweizer, les revenus de Digicel ont augmenté de 14 pour cent et sa base d'abonnés de 27 pour cent.  En septembre 2012, Haïti a dépassé la Jamaïque comme le marché le plus rentable de Digicel et O'Brien s'est accordé 300 millions de dollars de dividendes de la société.  [18] Digicel a contribué entre $ 25.000 et $ 50.000 à la Fondation Clinton, et son propriétaire, le milliardaire irlandais Denis O'Brien, a fait un don entre $ 5 millions et $ 10 millions.  Denis O'Brien a organisé pour Bill Clinton au moins trois discours lucratifs en Irlande, pour lequel Clinton a été payé 200 000 $ chacun, plus un discours en Jamaïque pour lequel Clinton a été payé un peu plus, 225 000 $ [19].

Les Clinton's se sont également engagés dans l'hôtellerie de luxe dans l'appauvri Haïti.  Parmi les courriels du Département d'État impliquant les serveurs de messagerie privés de Hillary Clinton qui sont devenus publics, il y avait un dossier de Richard L. Friedman, donateur de la Fondation Clinton et promoteur hôtelier de Boston qui a contacté Cheryl Mills, 17, 2011, discutant du projet Marriott en Haïti.  «Nous avons eu une bonne rencontre avec Jean-Louis, les cadres de Marriott, la Société d'Investissement Privée d'outre-mer, etc concernant la construction d'hôtels en Haïti - je suis persévérant dans ce vigoureusement et espérons pouvoir développer 2 à 3 hôtels avec Marriott, "A écrit Friedman, comme rapporté par Alana Goodman dans le Washington Free Beacon le 19 octobre 2005." Je parle avec le Commerce et Export / Import Bank aujourd'hui. "[20]

Les journalistes du Washington Post, David A. Fahrenthold, Tom Hamburger et Rosalind S. Helderman ont également fait le lien entre faire un don à la Fondation Clinton et participer au projet d'hôtel Marriott en Haïti.  "Et en Haïti, l'homme de la Fondation Clinton a été Denis O'Brien, un milliardaire irlandais, qui a dirigé un réseau d'entreprises et de charités en faisant don au réseau ravagé par le séisme", ont écrit les journalistes du Washington Post dans un article intitulé "The inside Histoire de comment les Clintons ont construit un empire global de 2 milliards de dollars ", publié le 2 juin 2015." Après Clinton a présenté O'Brien à Marriott, un autre donateur de fondation, l'entreprise a rejoint O'Brien pour construire un hôtel près du siège de O ' La société de Brien à Port-au-Prince. »[21] Pour O'Brien, être un ami de Clinton s'est avéré rentable, avec l'investisseur institutionnel rapportant en 2014 qu'il s'est payé un dividende de 650 millions de dollars sur sa participation de 94 pour cent dans Digicel, Une fortune que Forbes estime à 5,6 milliards de dollars, ce qui en fait "le fils le plus riche de l'Irlande", même si O'Brien déclare sa résidence à Malte pour éviter de payer des impôts dans son pays d'origine.  [22]

Le 11 décembre 2014, la Banque mondiale a indiqué que le pourcentage de personnes vivant en situation d'extrême pauvreté en Haïti, tel qu'il est défini par un dollar ou moins par jour, est passé de 31% à 24% au niveau national entre 2000 et 2012, la majeure partie de l'amélioration était à Port-Au-Prince où l'extrême pauvreté avait chuté de 20 pour cent à 5 pour cent.  Malgré cela, la Banque mondiale a signalé un degré élevé de vulnérabilité menace ces améliorations, comme 2,5 millions d'Haïtiens sont incapables de couvrir leurs besoins alimentaires de base, tandis qu'un million sont en danger de tomber dans la pauvreté.  La Banque mondiale a également indiqué que Haïti continue d'afficher une inégalité de revenu spectaculaire, les 20% les plus riches gagnant 64% du revenu total du pays, tandis que les 20% les plus pauvres ne gagnent que 1%.  "Prenant en compte que l'aide étrangère commence à ralentir après une période exceptionnellement élevée après la catastrophe, les indicateurs sociaux pourraient être facilement inversés si les efforts s'arrêtent et si la croissance ne reprend pas", a conclu le rapport de la Banque mondiale [23].

"Au lendemain du tremblement de terre de janvier 2010, les gens des États-Unis, du Canada et de l'UE, qui ont fait des dons à ces organisations humanitaires et ONG, ne se rendent pas compte que leur contribution à la reconstruction d'Haïti sera canalisée vers la construction d'hôtels cinq étoiles Des hommes d'affaires étrangers ", écrit Julie Lévesque dans Global Research en 2012. [24]  «Leur espoir était que l'argent servirait à fournir de la nourriture et du logement au peuple haïtien.» La triste réalité est qu'après le tremblement de terre de 2010, Bill et Hillary Clinton sont arrivés, suivis de Cheryl Mills qui a assumé la responsabilité de L'argent de l'USAID à dépenser en Haïti.  Venir avec les Clintons était George W. Bush.  Partout où les Clintons étaient, des stars de cinéma et d'autres célébrités marquées, dans ce qui pendant quelques heures s'est avéré être une occasion photo internationale.  Lorsqu'ils ont joué dans les médias de masse des pays développés, des millions de citoyens moyens ont ouvert leurs portefeuilles, pensant que l'argent qu'ils ont versé aiderait à soulager la misère des victimes du tremblement de terre en Haïti.  "Alors que Haïti manquait de chambres d'hôtel dans le sillage du tremblement de terre et la création d'emplois est un élément clé de la réduction de la pauvreté, la majorité de la population vit encore dans des abris de fortune de carton, de ferraille et vieux draps.  Les gens luttent pour avoir de l'eau à boire et de la nourriture sur leur table - et dans de nombreux cas, ils n'ont pas de table », Lévesque a continué à écrire dans son morceau de 2012.  "En attendant, la construction d'hôtels de luxe pour les étrangers est une priorité numéro un, par rapport à« logement pour les habitants ».

NBC News a rapporté que sur les 1,5 million d'Haïtiens qui étaient dans les camps en 2010, la grande majorité ont été déplacés, mais beaucoup ne sont pas encore en logement permanent.  «Au moins 200 000 personnes vivent dans de nouveaux bidonvilles, connus sous le nom de Canaan-Jérusalem, où il ya des maisons en bois et en étain, mais pas d'eau courante, d'électricité ni d'assainissement», a déclaré NBC News le 12 janvier 2015. [25] À cela la triste réalité que cinq ans après le tremblement de terre, près de 80.000 haïtiens restent dans des camps, déplacés de leurs foyers, pourtant être déplacés même si seulement à un bidonville Canaan-Jérusalem.  L'arnaque d'Haïti, les sacs d'écume qui ont abusé du privilège qui leur a été accordé et le manque de rapports généraux ont tous conduit à l'un des cas les plus vastes de détournement de fonds à l'époque moderne.  Le président Trump fermera-t-il les yeux sur la situation passée et actuelle d'Haïti?  Se rendra-t-il compte qu'il a insulté le peuple haïtien en reconnaissant le leader frauduleusement élu Jovenel Moise?  Le temps nous le dira, mais Haïti a-t-il le temps de faire quelque chose pour corriger cette horrible situation?  Le président Trump tiendra-t-il parole et apportera-t-il une véritable aide au peuple haïtien?  Je prie qu'il le fasse.

Remerciements spéciaux à Jérôme Corsi pour son précieux chapitre trouvé dans PARTNERS IN CRIME
NOUVEAUTÉS

[1] http://www.csmonitor.com/World/Americas/2011/0131/Hillary-Clinton-presses-

[2] http://haitianhollywood.com/news/3075-is-president-michel-martelly-a-puppet-to-the-clintons.html .

[3] http://thehill.com/blogs/congress-blog/foreign-policy/256679-haiti-us-interference-wins-elections
[4] "Clinton se dirige vers Haïti avec des fournitures de secours," Reuters, Jan. 16, 2010, http://www.reuters.com/article/us-quake-haiti-clinton-idUSTRE60E5NA20100116 .

[5] "Remarques du président Obama, de l'ancien président Bill Clinton et de l'ancien président George W. Bush sur le rétablissement et le rétablissement de l'effort en Haïti", White House.gov, 16 janvier 2010, https: // Www.whitehouse.gov/photos-and-video/video/presidents-obama-bush-clinton-help-haiti#transcript .

[6] «L'ancien président américain Clinton a été nommé envoyé spécial de l'ONU pour Haïti», Centre des nouvelles des Nations
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15009
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: EZILI DANTO envite sou INFO WARS SHOW ROGER STONElan   Sam 11 Mar 2017 - 8:24

EZILI DANTO-MARGUERITE LAURENT se te ENVITE ROGER STONE sou INFO WARS ,yon show ki POPILE lan MILYE DWAT AMERIKEN yo:

http://ezilidanto.com/2017/02/will-donald-trump-allow-rape-haiti-continue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ki sa ROGER STONE VLE DISOU eleksyon AYISYEN yo?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» REZILTA PREMYE TOU A LA KLOCH DE BWA ANBA FATIG JOUNALIS ETRANGER AK AYISYEN
» Rot sekirite devan KEP avan remiz kanè pou eleksyon senatè, anpil echwe
» Maxine Waters kont eleksyon yo.
» Dominiko-Ayisyen ap fòme yon pati politik nan DR
» Code Pénal Ayisyen an demode.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: