Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 HAITI LIBERTE sur L'AFFAIRE GUY PHILIPPE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 14946
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: HAITI LIBERTE sur L'AFFAIRE GUY PHILIPPE   Dim 30 Avr 2017 - 8:16

http://haitiliberte.com/apres-avoir-plaide-coupable-guy-philippe-a-negocie-pour-alleger-sa-peine




Après avoir plaidé coupable, Guy Philippe a négocié pour alléger sa peine !


Kim Ives -

April 26, 2017

0

5708




Guy Philippe a plaidé coupable de « Conspiration pour blanchir des instruments monétaires ». Il est passible d'une peine maximale de 20 ans, mais dans le cadre de l'accord, les procureurs ont recommandé que Philippe soit condamné à neuf ans seulement.



L‘ancien chef paramilitaire haïtien et sénateur élu de la Grande Anse Guy Philippe a scellé le lundi 24 janvier une entente avec le bureau du procureur des États-Unis pour obtenir une peine plus légère en se plaignant coupable justement d’un seul cas, des trois qu’il a été accusé, en l’occurrence celui de blanchiment d’argent.

Dès lors, le gouvernement des États-Unis a laissé tomber  les deux autres accusations à savoir « Conspiration pour importer de la cocaïne aux États-Unis », passible d’une peine d’une durée de 30 ans à vie d’emprisonnement et « S’engager dans des transactions dérivées d’activités illégales », passible d’une durée de 10 ans.

Cette charge pour laquelle Philippe, 49 ans, a plaidé coupable – « Conspiration pour blanchir des instruments monétaires » – comporte elle-même une peine maximale de 20 ans ; mais dans le cadre de l’accord, les procureurs ont recommandé que Philippe soit condamné à neuf ans seulement.


Le 24 avril, Guy Philippe a signé un accord admettant qu’il «a sciemment utilisé son poste d’officier de police national haïtien de haut rang pour protéger les livraisons de drogue en Haïti en échange de paiements en espèces».

C’est le mercredi 5 juillet 2017 à 8h30 soit dans 3 mois que la juge Cecilia Altonaga rendra publique et définitive à Miami la sentence de Philippe. Comme dans la plupart des offres de plaidoyer, elle suivra probablement la recommandation du procureur américain.

La libération conditionnelle ne peut être accordée dans les affaires fédérales, mais le gouvernement peut accorder à Philippe une réduction de 15% de sa sentence pour «bonne conduite», ce qui signifie qu’il pourrait sortir de prison après sept ans et demi soit en 2024.

L’audience visant à modifier le plaidoyer de «non-coupable» du 13 janvier de Philippe a eu lieu à Miami le lundi 24 avril à 14h30 et a pris toutes les 21 minutes. En plus de Philippe, il y avait les avocats Mark A. Irish, Lynn M. Kirkpatrick et Andy Camacho pour le bureau du procureur américain, et Alan Shelley Ross et Zeljka Bozanic, représentants de Philippe.

«Nous avons été contactés par le bureau du procureur des États-Unis tout récemment, en proposant une entente de plaidoyer», a déclaré Ross. « Nous étions disposés nous à aller au procès, mais si vous procédez au procès et que vous perdez, vous obtenez le coup ».

Au mois de  Mars dernier, le juge Altonaga avait rejeté la requête du procureur fédéral Benjamin Greenberg pour limiter les preuves qui pourraient montrer que l’argent que Philippe a blanchi provenait du « gouvernement des États-Unis ou des personnes autorisées à travailler au nom des États-Unis ».


La juge Cecilia Altonaga rendra publique et définitive à Miami la sentence de Philippe le mercredi 5 juillet 2017 à 8h30.

Interrogé sur le fait que le gouvernement avait lancé un accord, la conseillère spéciale du procureur des États-Unis, Sarah Schall, a déclaré à Haïti Liberté: « le gouvernement ne commentera pas les négociations du plaidoyer ».

On a demandé à M. Ross si la décision de Mars d’Altonaga aurait pu inciter le gouvernement des États-Unis à conclure un accord, il ne s’est pas engagé. « C’est difficile à dire », a-t-il déclaré. « Ils ont compris, comme chacun l’a fait, l’histoire de mon client qui a participé au coup d’Etat contre Aristide, où les États-Unis ont eu un rôle. Ceci a été discuté dans le cadre de cette affaire, et on a pu être concerné à propos de fuite qu’ils ne voudraient pas ».

Mais Ross soupçonne que « l’âge de l’affaire a joué un rôle important dans la décision » de conclure un accord parce que « l’affaire est ancienne, remontant à 1999-2003. Il est difficile de faire l’effort parce que certaines personnes qui étaient en prison n’y sont plus, et il est difficile d’obtenir certains dossiers et témoins ».

« Je ne me soucie pas du motif », a conclu Ross. « Je me soucie juste du résultat ».

Pour obtenir l’arrangement, Philippe a dû accepter le compte rendu par le gouvernement américain du crime qu’il a commis, connu sous le nom de «offre factuelle», dont une copie a été obtenue par Haïti Liberté.

Dans le document de deux pages, signé par Philippe et ses avocats, il accepte d’avoir « sciemment utilisé son poste de haut rang de Commissaire de police national haïtien pour protéger les expéditions de drogues vers Haïti en échange de paiements en espèces. Plus précisément, à partir de juin 1999 et vers la fin de l’année 2003, Philippe et d’autres ont été payés en Haïti à partir du produit des ventes de cocaïne qui se sont produites à Miami, en Floride et ailleurs aux États-Unis. Ces produits en vrac seraient passés en contrebande des États-Unis à Haïti, et Philippe recevait une partie du produit ».


Guy Philippe et sa femme

Philippe admet en outre que sa femme et lui « ont maintenu un compte bancaire conjoint à First Union National Bank à Miami, en Floride. Entre juin 1999 et décembre 2002, Philippe a sciemment transporté plus de 376 000 $ en dollars américains provenant de la vente de cocaïne d’Haïti et de l’Équateur à ce compte First Union National Bank sous le nom d’autres personnes. Philippe a s’est également sciemment arrangé pour que plus de 70 000 $ U.S. des ventes de la drogue soient déposés dans ce compte. Chacun de ces dépôts en espèces a été effectué en montants inférieurs à 10 000 $ pour éviter les exigences de déclaration ».

Philippe a convenu en outre que, entre juin 1999 et avril 2003, alors qu’il était engagé dans une guerre de déstabilisation du gouvernement de l’ancien président Jean-Bertrand Aristide, il avait reçu entre 1,5 et 3,5 millions de dollars à titre de « paiements venant des trafiquants de drogue, sachant que les paiements constituaient des produits de vente du trafic de cocaïne ».

Il a ensuite « partagé les produits de drogue qu’il a recueillis avec des fonctionnaires de la Police nationale haïtienne et d’autres membres du personnel de sécurité pour assurer leur soutien continu aux futurs transferts de drogue arrivant en Haïti, pour acheter une résidence dans le comté de Broward en Floride et pour pourvoir à lui-même et à sa famille aux États-Unis ».

Dans l’accord de plaidoyer entre les États-Unis et Philippe, il est stipulé que « la Cour peut imposer une peine d’emprisonnement légal maximum 20 ans, suivie d’une durée de liberté supervisée jusqu’à 3 ans » ainsi qu’ « une amende de 500 000 $ ou le double de la valeur impliquée dans les transactions, selon la plus élevée des deux, et peut ordonner la confiscation et restitution ».

De 2001 à 2004, Guy Philippe a dirigé le Front pour la libération et la reconstruction nationales (FLRN), une force de quelques centaines de «rebelles» paramilitaires basés principalement en République dominicaine, dans des raids frontaliers contre le gouvernement d’Aristide, qui a finalement été renversé, avec l’aide d’une équipe US SEAL, lors d’un coup d’Etat le 29 février 2004.

En novembre 2005, un grand jury américain a publié un acte d’accusation de trois accusés contre Philippe pour le trafic de drogue et le blanchiment d’argent, mais il s’est caché dans la ville côtière haïtienne de Pestel, où il a échappé à quatre raids par des agents américains et haïtiens sur une période de 11 années.

Après une attaque mortelle en mai 2016 contre un poste de police haïtien aux Cayes, le gouvernement du président intérimaire Jocelerme Privert a délivré un mandat d’arrestation contre Philippe, accusé d’avoir été l’auteur intellectuel du raid. Le mandat a provoqué plusieurs sorties intempestives à la radio et sur internet de Philippe, mettant la police haïtienne en défi de venir l’arrêter dans sa forteresse.

Après avoir été élu sénateur pour le département de Grand’Anse en novembre 2016, Philippe a eu envie de faire une tournée de victoire à Port-au-Prince au début de janvier 2017, puisqu’il avait été invité par le Conseil électoral Provisoire a venir lui-même recueillir son certificat de sénateur.  Ce fut un coup bien monté puisqu’une unité spéciale de la police haïtienne, soutenue par l’Agence américaine pour la lutte contre la drogue ( DEA), surveillait ses mouvements et l’a arrêté alors qu’il sortait de la station de radio Scoop FM  le 5 janvier. Le même jour, la police haïtienne sur les ordres de l’Ambassade américaine a fait passer Philippe aux agents américains qui l’ont conduit à Miami.



TAGS


Alan Shelley Ross


Benjamin Greenberg


FLRN


Guy Philippe


Judge Cecilia Altonaga





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 14946
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: HAITI LIBERTE sur L'AFFAIRE GUY PHILIPPE   Jeu 8 Juin 2017 - 6:38

Sa a se ATIK ISTORYEN Dr JEB SPRAGUE ekri semenn sa a sou KONPAYEL GUY PHILIPPE yo lan HAITI-LIBERTE.
Na remake ke misye di pi fo ENFOMASYON yo li jwenn yo lan FOIA (FREEDOM OF INFORMATION ACT) ak KONVESASYON ak DIVES AJAN ENTELIJANS.
Lan LIV misye an gen de SANTENN de DEPECH ANBASAD AMERIKEN ANN AYITI an DEKLASIFYE.
Misye pa tankou Istoryen TRIPOTAJ tankou MICHEL SOUKAR.
Gen yon bagay tou ,le gen NEG ki KITE AJAN CIA ap REKWITE yo.Depi yo kite AJANS lan ou byen yo RETRETE ,anpil ladan yo BABYE ou byen CHANTE tankou KANARI.
Gen de FWA ,ou konn tande mesye sa yo ap BRAGE sou yon CHANNEL KAB tankou AHC (AMERICAN HERO CHANNEL) sou yon "job well done"

http://haitiliberte.com/the-flrns-family-tree-a-whos-who-of-supporters-of-guy-philippes-2000-2004-paramilitary-insurgency-in-haiti  

Men GOOGLE TRANSLATE lan an FRANSE


L'arbre généalogique du FLRN: un qui est celui des partisans de l'insurrection paramilitaire 2000-2004 de Guy Philippe en Haïti


Jeb Sprague -

7 juin 2017

 0

Youri Latortue appartenait à une faction de l'ancienne armée, y compris d'anciens policiers "qui ont joué un rôle essentiel dans la facilitation de la violence de FLRN".



R
Readers de mon livre 2012 " Paramilitarisme et l'assaut sur la démocratie en Haïti " aura appris sur les personnes impliquées dans le soutien de l'insurrection paramilitaire qui a abouti au renversement du président Jean-Bertrand Aristide le 29 février 2004.  Ci-dessous, j'ai rassemblé un compendium de la constellation d'acteurs qui a soutenu les paramilitaires FLRN ( Front pour la libération et la reconstruction nationales ) dans les événements menant au coup d'état.  Certains de ces groupes étaient constitués d'une poignée d'individus.  D'autres contenaient des centaines qui prêtaient leur soutien à un moment ou à un autre.  J'ai divisé ces secteurs en dix sous-groupes comme suit:

(1) Les Duvalieristes et les Droitiers " Blancs": Situé dans le niveau inférieur, les familles les plus connues en Haïti existent une fraction de la bourgeoisie à la peau claire (dont un nombre considérable est de descendance levantine).  Un individu qui a grandi dans les échelons supérieurs de la société haïtienne et interviewé par l'auteur a expliqué comment les relations de classe racialisées jouent entre les élites de droite: "Les Duvalieristes non-noirs se considèrent plus intelligents", ils ne sont pas au niveau des grands Familles industrielles, mais "ont toujours une richesse et un pouvoir importants" (Sprague, 2011a).  Ces familles, avec de nombreuses personnes avec des tendances duvalieristes, comprennent les Handals, Mourras, Assads et Jaars.  Selon un individu d'un milieu bourgeois que j'ai interviewé: certains de ces personnes sont plus dangereux que les douzaines de familles.  Ils pensent qu'ils ont plus à gagner [localement] et ils sont moins contrôlés à l'étranger "(Sprague, 2011a).  Certains individus de ces groupes, comme Georges Saati et Hugues Paris, semblent avoir joué un rôle décisif dans la mobilisation de la campagne paramilitaire contre l'État (Sprague, 2012a).


L'ancien dictateur militaire, le général Prosper Avril, peut être regroupé avec le secteur Duvalierist «noir» qui a soutenu le FLRN.

(2) Un groupe Duvalieriste « noir» comprenait des individus tels que l'ancien dictateur Prosper Avril, un ancien Tonton Macoute et le maire de Port-au-Prince Franck Romain, et d'autres comme Gregory Chevry, et son frère, Youri Chevry, Alix Thibulle , Gonzague Day, et certains membres de la famille Tankred, qui auraient soutenu l'insurrection paramilitaire.  Alex Thibulle, l'un des plus importants de ce groupe, aurait maintenu de solides liens avec les Duvalieristes «blancs».  Comme un fils d'une famille aisée à Port-au-Prince m'a expliqué: "Thibulle [était] l'un des rares Duvalieristes noirs qui [pourraient] aller s'asseoir avec eux [les Duvalieristes non-noirs] à leur table le dimanche .  Ils n'invitent pas d'autres personnes à leurs foyers auxquels ils regardent "(Sprague, 2011a).  Plus récemment, ces individus ont pu travailler avec ce qui est devenu l'un des plus puissants cartels du pays dirigé par Dany Toussaint, Clarel Alexandre, Gregory Chevy et Jean-Claude Louis-Jean "(Sprague, 2011a) ).  "Ce sont les gens que Guy Philippe et les autres [paramilitaires].  .  .  Ne sortira jamais ", les noms qui ne seront jamais diffusés dans les déclarations médiatiques qu'ils font de temps à autre (Sprague, 2011a).  Au cours des dernières années, bon nombre de ces personnes ont essayé de rester politiquement pertinent en travaillant principalement avec les partis politiques émergents, dirigés par Michel Martelly et Préval.  Il est important de noter que, selon les câbles de l'ambassade que j'ai obtenus grâce à la Freedom of Information Act (FOIA): un planificateur central de la campagne de l'escadron de la mort de la FLRN entre 2001 et 2004 était le Duvalierist Joseph Baguidy Jr ..  Un ancien militaire militaire déshonoré, le père de Baguidy Jr. était un confident étroit (et procureur d'armes) à François Duvalier.  [Note: En octobre 2014, Jean-Claude Duvalier (qui était rentré de l'exil après le séisme de 2010) mourrait dans la maison de Joseph Baguidy, Jr.]


Le propriétaire de l'industrie de l'assemblage, Andy Apaid, appartenait au groupe de gens d'affaires locaux et de la diaspora qui «ont joué un rôle décisif dans le financement des nouvelles forces paramilitaires».

(3) Un groupe de gens d'affaires locaux et de la diaspora a joué un rôle décisif dans le financement des nouvelles forces paramilitaires.  Certains d'entre eux sont des gens d'affaires plus petits avec des racines familiales et idéologiques dans l'extrême droite du pays.  Certaines sont plus transnationales, par exemple, impliquées dans la fabrication de sous-traitants et orientées vers l'économie mondiale ( Multinational Monitor , 1995).  Parmi ces capitalistes qui semblent avoir eu des liens à une époque ou une autre à cette phase de violence paramilitaire les plus récentes ont été: Ben Bigio, André "Andy" Apaid, Jr et Oliver Nadal.


La policière Judy C. Roy appartient à une branche de l'arbre FLRN que Sprague appelle les «élites politiques professionnelles, opportunistes et échouées».

(4) Les élites politiques professionnelles, opportunistes et échouées .  Comme je l'ai découvert grâce à la recherche sur la Loi sur la liberté d'information, plusieurs personnalités publiques du pays ont également facilité les forces paramilitaires.  Parmi ceux-ci, Judy C. Roy, un membre d'élite local avec des aspirations politiques, qui était un important financier primordial des paramilitaires de la FLRN.  Ce secteur est également représentatif d'individus tels que Serge Gilles, chef du petit parti politique Fusion des Sociaux Democrates Haïtienne (FUSION).  D'autres, comme les agents politiques de droite de longue date de la famille Manigat, ont discuté avec l'ambassade des États-Unis d'avoir discuté de ce qu'ils considéraient comme le rôle utile que les paramilitaires pouvaient jouer dans la suppression du gouvernement Aristide.  Un éventail de petits partis politiques existent en Haïti, qui gagnent rarement un poste élu dans des élections libres et équitables, mais continuent d'être des acteurs importants qui reçoivent souvent des postes nommés, sont des contacts utiles à l'ambassade des États-Unis, des loyautés politiques changeantes à des moments opportuns.

(5) Une faction de l' ancien militaire, y compris d'anciens fonctionnaires de la police, a joué un rôle essentiel dans la facilitation de la violence de FLRN.  Certains avaient passé des services de renseignement américains et militaires.  Ceux-ci incluent des personnages tels que les anciens commandants de FAd'H ( Forces armées d'Haïti ) Himmler Rébu et Guy André François, l'ancien général duvalieriste Williams Régala et d'autres (Sprague, 2012a).  Les anciens membres de la Fad'H tels que Youri Latortue et Dany Toussaint correspondent également au modèle d'autres groupes sociaux répertoriés ci-dessous.  Par exemple, Dany Toussaint s'inscrit dans le groupe de la " 5ème colonne", ainsi que la participation au narco-trafic.  Youri Latortue, en particulier, a joué un rôle central en minant le gouvernement élu d'Haïti en 2004 et était alors un planificateur clé pour les autorités post-coup d'Etat et la campagne de répression violente qu'ils ont lancée (Sprague, 2012a).  Son parent Gérard Latortue a dirigé la dictature post-coup d'Etat installée par les États-Unis en mars 2004.


Gregory Chevry (ci-dessus) et son frère Youri Chevry faisaient partie des Duvalieristes "Noirs" et un «cartel puissant» qui soutenait les forces de Philippe.

(6) La «5 ème colonne» , telle que je les décris, consistait en des individus qui travaillaient à saper l'état de l'intérieur.  Le plus caractéristique de ces «caméléons» était Dany Toussaint et Joseph Médard, tous deux se sont classés au premier rang des sièges élus au Sénat du pays sous le parti Lavalas Family (FL).  En fonction de l'appareil de l'État, ils serviront de personnages clés (documentés dans de nombreuses FOIA) pour aider à saper le gouvernement élu d'Haïti dans les mois et les années précédant le coup d'Etat de février 2004 (Sprague, 2012a).

(7) Intelligence américaine, en particulier la CIA .  Il y a une longue histoire d'intervention américaine et de soutien aux forces répressives en Haïti.  Alors que certains fonctionnaires de l'ambassade, tels que l'ambassadeur des États-Unis, Brian Dean Curran (ambassadeur en Haïti entre 2001 et 2003), n'ont pas directement favorisé les opérations paramilitaires, il ne semble pas avoir tenté d'aider les autorités haïtiennes à traduire les paramilitaires en justice.  D'autres ambassadeurs des États-Unis, tels que le remplaçant de Curran par le régime de Bush, James B. Foley, ont directement participé à la communication avec les commandants paramilitaires (Sprague, 2012a).  Pourtant, même sous la période du temps de Curran en tant qu'ambassadeur, il ressort clairement des FOIA et des entretiens que j'ai menés que les agents de renseignement américains ont mené leurs propres opérations, en coordination avec les élites qui ont soutenu le FLRN.  Un exemple de cela est le moment où un agent de renseignement américain (qui semble être le chef de la station de la CIA à l'ambassade des États-Unis à l'époque), Janice Elmore, a rencontré le traceur de droite Hugues Paris et les secteurs opportunistes au sein de la police locale de Gonaïves.  Cela s'est produit juste avant un jailbreak à Gonaïves dans lequel des criminels paramilitaires, ex-militaires et violents emprisonnés ont échappé en août 2002 (Sprague, 2012a).  Comme je l'ai découvert lors d'une discussion avec une source anonyme qui avait précédemment travaillé à l'ambassade américaine à Port-au-Prince, Curran et le chef de l'ambassade avaient une relation tendue avec Elmore, car elle avait ses propres priorités spécifiques à l'agence qui ne l'ont pas fait Toujours alignés avec ceux du Département d'Etat américain.


Le lieutenant-général dominicain Soto Jiménez était parmi les officiers militaires qui ont soutenu la force paramilitaire de Philippe puisqu'il a lancé des raids contre Haïti de la République dominicaine.

(Cool Un secteur dans le leadership militaire de la République dominicaine et le ministère des Affaires étrangères.  Auparavant, j'ai fourni la première enquête documentée sur le rôle secret des fonctionnaires dominicains dans la facilitation de la violence paramilitaire en Haïti.  Ce soutien provenait principalement d'un groupe de bureaucrates de carrière au ministère des Affaires étrangères à Saint-Domingue et des échelons supérieurs de l'armée dominicaine.  Le plus notable parmi ceux-ci semble être le lieutenant général Soto Jiménez et le général Manuel major dominicain Polanco Salvador.  Dans les interviews enregistrées par l'auteur, les bureaucrates de carrière du Ministère dominicain des relations extérieures à Saint-Domingue ont également reconnu avoir apporté un soutien étroit à Guy Philippe et à sa force paramilitaire.  Ces responsables comprenaient: Dr. Luis Ventura Sanchez, ex-patrie haïtienne Jean Bertin et William Paez Piantini (Sprague, 2012a).  Il y avait aussi différents hommes du milieu qui ont aidé les paramilitaires à établir des liens en République dominicaine et à les consulter pour les fonctionnaires dominicains, des individus comme l'hélicoptère haïtien de droite Harry Joseph (un ami proche de Saati et prétendument proche des services d'intelligence dominicaine), ministre Le conseiller Hubert Dorval qui a travaillé dans l'ambassade d'Haïti en République dominicaine (et qui a été relevé de ses fonctions par le gouvernement Aristide après avoir été pris secrètement en alimentant l'information à l'intelligence dominicaine) et Delis Herasmé, un ami du président dominicain Mejia et un important " Networker "pour les paramilitaires à Santo Domingo.  Cette information a été vérifiée par l'auteur par de nombreuses sources proches des paramilitaires et de certaines de ces personnes elles-mêmes (Sprague, 2012a).

(9) Agence de renseignement externe de la France, la DGSE (Direction générale de la sécurité extérieure) .  L'intelligence française semble avoir également joué un rôle dans le soutien direct du FLRN.  Cela inclut à la fois les allégations d'un journaliste français remettant de l'argent aux paramilitaires de Gonaives et un câble de l'ambassade américaine dans lequel l'ambassadeur des États-Unis a écrit au Département d'Etat qu'il est apparu que la France était impliquée dans le soutien des paramilitaires (Sprague, 2012a).  Pratiquement rien n'a été publié sur le rôle secret des services de renseignement français dans le financement de forces paramilitaires ou Duvalieristes en Haïti.  Il convient de noter que le renseignement français a longtemps joué un rôle bien documenté et important dans le soutien des groupes armés dans d'autres parties du monde (comme dans les conflits récents en Libye, en Syrie et dans certaines parties de l'Afrique de l'Ouest et du Centre).

(10) Narcoings .  L'une des caractéristiques les plus importantes des meilleurs chefs paramilitaires et militaires au cours des dernières décennies a été leur connexion récidivante au narco-trade.  Le trafic de stupéfiants en Haïti a longtemps été contrôlé par des militaires, des ex-militaires, des policiers, des paramilitaires et des enfants des élites riches.  Il est sûr de dire que depuis l'expansion du narco-commerce dans les Caraïbes, dans chaque administration de l'Etat haïtien, il y a eu des personnes liées et profitant de cela.

Après la dissolution de l'armée en 1995, les anciens membres de l'armée et les secteurs de l'élite ont formé des cartels qui cherchent à dominer les intrants locaux du commerce.  Ces narco-patrons avec des liens avec des anneaux dominicains, colombiens et autres anneaux de la criminalité ont cherché à acheter régulièrement les politiciens (Sprague, 2011a).  Un facteur peu compris derrière l'agression paramilitaire au cours des dernières années a dépassé le narco-commerce, car les narco-anneaux rivaux ont eu des alliances avec différents fonctionnaires intégrés dans les appareils gouvernementaux haïtiens.  Au cours de la période que j'ai étudiée, il semble que, alors que certains narco-groupes étaient affiliés à la FLRN, d'autres avaient des alliés au sein des organismes de sécurité du gouvernement.

Cette répartition de la coalition 2000-2004 qui a renversé Aristide pour une deuxième fois prouve clairement une chose.  La corrélation entre les forces en Haïti, un pays dépendant de l'aide et sous-développé, a rendu extrêmement difficile la mise en place d'un projet réformiste, alors que les forces de ce pouvoir et de cette richesse étaient opposées.

Les références

Moniteur multinational .  "Interview: un regard intérieur sur l'élite commerciale d'Haïti". Http://multinationalmonitor.org/hyper/issues/1995/01/mm0195_10.html.  (1995)

Sprague, J. Entrevue avec un individu d'une famille de classe supérieure en Haïti.  Demandé l'anonymat (2011a).

Sprague, J. Paramilitarisme et l'agression contre la démocratie en Haïti .  New York: Monthly Review Press (2012a).

La version originale de cet article a été publiée sous un titre différent sur le site web HaitiAnalysis.com .


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
HAITI LIBERTE sur L'AFFAIRE GUY PHILIPPE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HAITI LIBERTE sur L'AFFAIRE GUY PHILIPPE
» Haiti Les Paroles D'un Assassin En Liberte Et Les Cris D'une Veuve En Exil !
» Haiti's "avantage comparatif" - the lowest minimum wage of the hemisphere
» Aristide : « Sélection mais pas d’élections ! »
» Un maire d’origine haïtienne élu à North Miami

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: