Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Pou ki sa pa gen DLO pou MOUN BWE ann AYITI-pa DADY CHERY

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15899
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Pou ki sa pa gen DLO pou MOUN BWE ann AYITI-pa DADY CHERY   Mer 24 Mai 2017 - 11:17

AYITI se youn lan tre ra PEYI ke la PLI ap tonbe tout tan ;fe DEGA epitou lan peyi sa a gen RATE DLO ,pa menm gen DLO pou MOUN BWE!

http://haitiliberte.com/water-for-profit-haitis-thirsty-season

TRADIKSYON GOOGLE



L'eau à but lucratif: la saison soif d'Haïti

Première d'une série


Dady Chery -

24 mai 2017

 0

 160




Un robinet d'eau verrouillé: "Il n'y a rien d'humanitaire à distance sur la privatisation de l'eau.  L'idée est purement mauvaise, et sa pratique devrait être un crime. »Crédit: Organisation panaméricaine de la santé
  

Il n'y a pas de pénurie d'eau en Haïti.  Pourtant, partout dans l'île, les Haïtiens parcourent des kilomètres pour obtenir de l'eau, payent cher si elles peuvent le trouver, et parfois meurent dans leur voyage pour le collecter, comme tant d'antilopes arrachées par les prédateurs en route pour boire.

Comment une telle chose se produit-elle dans un pays qui est trempé de manière fiable avec plus de 50 pouces (130 cm) d'eau de pluie naturellement distillée par an?  Haïti est béni avec deux saisons pluvieuses: d'avril à mai et d'août à octobre, mais même pendant les mois les plus secs de décembre à février, le pays obtient environ 1,5 pouce par mois.  La rivière Artibonite transporte seul plus de 26 000 gallons (100 mètres cubes) d'eau douce par seconde!  D'autres 13 000 gallons par seconde traversent neuf autres rivières qui traversent le paysage montagneux.  Comme si cela ne suffisait pas, les Haïtiens sont assis sur environ 15 trillions de gallons d'eaux souterraines.

Les derniers occupants étrangers d'Haïti voudraient que nous croyions qu'ils ont trouvé le pays dans un état sauvage, les haïtiens défoliant les arbres et rebondissant entre les branches nues comme des singes qui n'avaient pas encore découvert le feu ou la roue.  En réalité, Haïti a eu un système de tuyaux où les communautés pouvaient collecter leur eau potable depuis 1841. Environ 40 ans après, les ménages ont commencé à être équipés de leur propre eau, de sorte qu'au début du 20ème siècle, ce groupe représentait un tiers de la population.  La position d'Haïti à l'égard de l'eau potable rivalisait partout dans le monde et était contemporaine de la construction d'aqueduc dans les villes des États-Unis.  Gardez à l'esprit que c'était au milieu du 19ème siècle que près de 20 000 Londoniens sont morts d'épidémies de choléra asiatique.  Leur eau potable avait été contaminée par les déchets des classes supérieures, qui venait d'aimer les toilettes et ne se souciait pas de l'écoulement de leurs déchets non traités.  Si cela nous rappelle la contamination plus récente d'Haïti par les " casques bleus " des Nations Unies, oui, plus cela change, plus c'est le même choix.

Comme dans la plupart des endroits et pour une bonne raison, en Haïti, le contrôle de la distribution de l'eau était la compétence des villes.  L'Autorité autonome de l'eau potable métropolitaine ( Centrale Autonome Métropolitaine d'Eau Potable , CAMEP) a traité la distribution d'eau à Port-au-Prince.  Les branches de l'Autorité nationale de l'eau potable ( Service National d'Eau Potable , SNEP) ont fourni de l'eau dans 28 autres villes.  Beaucoup de petites communautés et villes de Haïti ont également construit leurs propres fontaines et creusé leurs propres puits.


Des femmes haïtiennes remplissent des seaux à une pompe.  L'Haïtien moyen consomme très peu d'eau: environ 10 gallons par jour.  Crédit: Alex Proimos

L'Haïtien moyen consomme très peu d'eau: environ 10 gallons par jour.  En revanche, les habitants de la plupart des pays dits développés consomment 5 à 15 fois plus d'eau, les États-Unis étant les plus inutiles.  Ce gaspillage massif est directement lié à l'avènement de l'eau du robinet à l'intérieur des maisons.  Selon l'écrivain Ivan Illich , aux États-Unis, «partout où l'eau du robinet a atteint les ménages, la consommation d'eau a augmenté d'un facteur compris entre 20 et 60, ce qui signifie qu'un taux de 30 à 100 gallons par jour devient typique». En effet, La principale raison de la faible consommation des Haïtiens est que presque aucune eau propre n'est autorisée à s'écouler dans un drain.  La plupart des Haïtiens, qui sont pauvres, récupèrent leur eau dans des récipients pour boire, cuisiner et se laver.  Et même ceux qui sont plus prospères habituellement manquent de toilettes d'eau ou de robinets dans leurs maisons.  L'eau est fournie à de petites dépendances pour la cuisine ou la douche et est utilisée avec un minimum de déchets.

À mesure que la population de Port-au-Prince a augmenté , les autorités de l'eau, ainsi que les préoccupations privées, ont ajouté de nouvelles succursales à certaines des canalisations d'eau.  Les camions-citernes ont également rejoint le système de livraison.  Ainsi, le système d'eau a été privatisé de manière limitée et chaotique par la classe politique.  Selon une étude des Nations Unies, en 1976, la livraison d'eau à Port-au-Prince par CAMEP était d'environ 17 millions de gallons par jour, dont la moitié était gaspillée ou redirigée.  C'était vraiment malheureux pour CAMEP, qui perdait des fonds qui auraient pu être dépensés pour son administration.  D'autre part, la population de Port-au-Prince était inférieure à 450 000, et même avec les déchets supposés ou la redirection, environ 20 gallons d'eau étaient encore fournis par le gouvernement par habitant par jour.


Il n'y a rien de nationaliste sur DINEPA.  C'est une organisation étrangère avec un front haïtien.

Les agences de l'aide étrangère et de la finance, comme l'Agence américaine pour le développement international ( USAID ), la Banque mondiale et la Banque interaméricaine de développement (BID), ont pris pied en Haïti avec l'avènement du dictateur Jean-Claude Duvalier en 1971. Au fur et à mesure que ces organismes Sur le point de faire faillite aux petits agriculteurs haïtiens pour créer du surplus de main-d'œuvre pour de nouveaux ateliers de fabrication de la capitale, ils ont également financé une série d'études sur le pays.  Sur le plan superficiel, ces études étaient destinées à guider l'éradication de la pauvreté, mais leur but réel était de fournir des informations sur la façon d'exacerber la pauvreté à sa limite absolue et en tirer profit.

Une étude menée en 2005 pour identifier les propriétaires des réseaux d'eau en Haïti a été réalisée par la branche haitienne des fondations de la société ouverte de George Soros , qui porte le nom prétentieux, Fondation pour la connaissance et la liberté ( Fondasyon Konesans Ak Libète , FOKAL).  Ce fut un détour intéressant pour FOKAL, qui semble se concentrer sur des projets culturels pour catalyser l'américanisation des Haïtiens.  En 2006, la Fondation internationale de la Croix-Rouge ( FICR ) a signalé que 81% des Haïtiens n'avaient pas accès à des toilettes décentes, c'est-à-dire des placards.  Par conséquent, la FICR a déclaré que Haïti était le pays le plus insalubre du monde et le seul qui était devenu moins hygiénique au cours de la décennie précédente.  Peu importe, presque tous les Haïtiens avaient accès à des latrines plus hygiéniques que les toilettes dont les déchets non traités étaient jetés dans des masses d'eau.  L'étude a également négligé le lourd fardeau posé par l'afflux de plus de 60 000 Occidentaux éminemment gaspillants d'organisations non gouvernementales (ONG), y compris les soi-disant pacificateurs des Nations Unies, à partir de 2004, et la Croix-Rouge elle-même.

En général, les études sur l'eau d'Haïti ont convenu que sa population avait dépassé ses systèmes municipaux d'approvisionnement en eau, ce qui était vrai, surtout à Port-au-Prince, où la population avait atteint 1,9 million d'ici 2009 grâce à un dépeuplement soutenu et délibéré de la zones rurales.  Il était néanmoins vrai qu'il y avait de l'eau suffisante pour cette population.  De nouvelles infrastructures devraient être construites.  Le pays aurait pu creuser plus de puits pour étendre son système d'eau potable et construire des systèmes de traitement de l'eau.  Alternativement, ou en combinaison, il pourrait avoir largement adopté la récolte de l'eau de pluie .  Cette pratique est courante dans des régions comme l'Amérique centrale et les Caraïbes, avec des saisons de précipitations abondantes, et particulièrement adapté à des pays comme Haïti, dont le terrain montagneux pose un grand défi à l'installation de systèmes de conduites d'eau.  En outre, les systèmes de captures de pluie sont peu coûteux à installer et à entretenir.  Aucune de ces choses n'a été faite.  Au lieu de cela, le gouvernement a créé en 2009 l'Autorité Nationale de l'Eau Potable et de l'Assainissement , DINEPA, afin de contrôler toute l'eau potable du pays.

Malgré son nom socialiste, il n'y a rien de nationaliste sur DINEPA.  C'est une organisation étrangère avec un front haitien: un directeur général qui rappelle souvent aux pauvres haïtiens que DINEPA «mène sa mission autour de la mise en œuvre des investissements, du développement de réseaux, de la réglementation sectorielle et du contrôle des parties prenantes», qui est censé être centralisé et privatisé.  Les principales parties prenantes et les bailleurs de fonds de DINEPA sont la Banque mondiale, la BID, l'Agence espagnole pour la coopération internationale au développement ( Agencia Española de Coopération pour le Développement , AECID), le Centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC) et le Fonds international d'urgence des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF).  La contribution d'Haïti, par l'intermédiaire de son Fonds d'aide économique et sociale ( Fonds d'Assistance Economique et Sociale , FAES), est banale par rapport aux autres, tout comme son influence.


Les camions-citernes à eau sont remplis.  Le système d'eau haïtien a été privatisé de manière limitée et chaotique.  Crédit: Organisation panaméricaine de la santé

Les principaux bénéficiaires de ces fonds internationaux ont été les deux plus grandes sociétés de privatisation de l'eau au monde: Veolia Environnement SA et Suez Environnement SA, deux sociétés françaises à plusieurs milliards de dollars.  Veolia a été initialement contractée par DINEPA le 1er avril 2010, moins de trois mois après le tremblement de terre à Port-au-Prince, censé aider l'urgence humanitaire là-bas.  Après que DINEPA a contracté Suez le 26 février 2011 pour reconstruire le système d'approvisionnement de Port-au-Prince, Veolia est passée aux autres villes, où ses opérations ont augmenté avec l'épidémie de choléra d'octobre 2010. Par un étrange coïncidence, à partir de 2011, tout au long Haïti, les systèmes d'eau potable ont subi une éruption de sabotage et ont nécessité une reconstruction.

Il n'y a rien d'humanitaire à distance sur la privatisation de l'eau.  L'idée est purement méchante , et sa pratique devrait être un crime.  Il évite les économies de vie des personnes qui travaillent , les déplace et les tue.  Cette peste ne s'arrête pas en Haïti.  Il a déjà atteint les villes les plus pauvres de pays riches comme les États-Unis.  Dans tous les cas, les mêmes forces se combinent pour transformer l'eau en marchandise.  Veolia et Suez, qui sont à l'avant-garde du projet de privatisation des eaux du monde, ont une impressionnante histoire de procès.  L'un des plus récents a été le procès civil du procureur général du Michigan, Bill Schuette, contre Veolia en décembre 2016. Ce procès allègue que la société a frauduleusement soumis des déclarations fausses et trompeuses au public après son analyse de l'eau dans Flint, dans le Michigan.  La contamination de cette eau par le plomb et d'autres substances a été associée à environ 9 000 cas d'intoxication au plomb chez les enfants de moins de six ans et à une épidémie de maladie du légionnaire qui a causé 12 décès.

Dans les parties suivantes de cette série, je vais disséquer les mécanismes par lesquels l'eau est arrachée aux autorités municipales dans des endroits comme Haïti et Flint, dans le Michigan, et privatisé.


Dady Chery est l'auteur de " We Have Dared to Be Free ". Cet article a été publié à l'origine par News Junkie Post .




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15899
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Pou ki sa pa gen DLO pou MOUN BWE ann AYITI-pa DADY CHERY   Mer 24 Mai 2017 - 11:45

Water for profit .COLONIALISM as CANNIBALISM

http://newsjunkiepost.com/2017/05/18/water-for-profit-neocolonialism-as-cannibalism


TRADIKSYON GOOGLE


L'eau à but lucratif: le néocolonialisme comme cannibalisme


Dady Chery

Par Dady Chery
NOUVELLES JUNKIE POST
18 mai 2017 à 5:27 am

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager sur Google+ Partager sur Pinterest



La notion de colibre comme cannibale en Haïti est répandue.  Cette idée, appelée manje moun (manger des gens), ne pouvait guère être considérée comme une superstition, compte tenu de l'expérience du colonialisme.  Il est décourageant de trouver une meilleure description pour ceux qui prennent le contrôle de l'eau et de la nourriture, puis calculez l'apport calorique minimum dont une population a besoin afin qu'un maximum de travail puisse être extrait de ses travailleurs émaciés et zombiés sans les tuer.  Les néo-colons peuvent appeler eux-mêmes des humanitaires, mais leurs victimes savent exactement ce qu'ils sont.

Un front haïtien pour un consortium d'agences d'aide et de finance étrangères, fondé en 2009 et appelé DINEPA (Direction Nationale de l'Eau Potable et de l'Assainissement, Autorité Nationale de l'Eau et de l'Assainissement) a arraché le contrôle de toute l'eau potable d'Haïti Des autorités municipales et des organisations non gouvernementales (ONG).  Pour gérer la réhabilitation et la distribution de l'eau du pays, DINEPA appelle maintenant des entreprises des anciens maîtres coloniaux d'Haïti.  Ceux-ci incluent le conseil et l'ingénierie INCATEMA d'Espagne et les premiers privatisateurs de l'eau au monde, les sociétés françaises Veolia Environnement et Suez Environnement.

À l'instar d'autres sociétés, les entreprises de privatisation de l'eau gagnent de l'argent pour leurs investisseurs en augmentant leurs revenus, soit en élargissant leur portée, soit en recherchant de meilleurs prix pour leurs produits et services. Veolia et Suez ont connu une croissance d'environ 4,6% au premier trimestre de 2017 par rapport à 2016;  Au cours de la même période en 2017, leurs revenus représentaient respectivement un énorme 6,83 milliards de dollars et un montant de 4,12 milliards de dollars.  Avant de commencer à penser que les entreprises de privatisation de l'eau pourraient constituer un bon investissement, n'oubliez pas que vous, personnellement, avez 70 pour cent d'eau et que vous ne pouviez vivre sans ce liquide pendant plus de trois à quatre jours.  Considérons également que le moyen le plus simple de profiter de quelque chose d'aussi naturellement abondant que l'eau est de créer une pénurie et de le vendre au plus offrant.  Les résultats logiques sont la soif, la faim et les maladies d'origine hydrique, qui se sont déjà installés sur des endroits comme Haïti.  Alors que vous êtes peut-être le genre de personne qui ne donne pas un cul de rat ce qui se passe en Haïti, vous n'êtes probablement pas trop enthousiaste dans l'idée d'avoir votre vie gouvernée par l'eau et de payer votre nez pour le goût ou même la voir .  Ce qui se passe en Haïti ne reste pas en Haïti.

Il est un fait peu connu que l'épidémie de choléra en Haïti d'octobre 2010 a commencé alors que le réseau d'eau de la ville la plus proche de Mirebalais était en cours de réparation.  La panne de l' eau et l'ONU ont été responsables de l'explosion initiale de la maladie mortelle, car le coup d'eau a obligé les gens à collecter leur eau potable à partir du courant même que les troupes népalaises de l'ONU avaient contaminé leurs déchets non traités.  En d'autres termes, si le système d'eau potable de Mirebalais fonctionnait comme il se devait, lorsque les soldats de l'ONU ont contaminé le courant, les victimes de l'épidémie auraient probablement été faibles à négligeables.  L'incitation à accorder des contrats aux entreprises privées pour réviser les systèmes d'eau municipaux d'Haïti aurait été aussi délicate, car il n'y aurait probablement pas eu d'urgence humanitaire pour y remédier.

Le travail des privatisateurs de l'eau en Haïti n'a pas vraiment porté l'attention du public jusqu'à ce que les manifestations aient commencé à Ouanaminthe en été 2011. La ville était sans eau pendant trois mois parce que le service à son centre avait été coupé par INCATEMA .  Avec des fonds de la Banque interaméricaine de développement (BID) et de l'Agence espagnole d'aide (Agencia Española de Coopération pour le Développement, AECID), au début de 2011, DINEPA avait contracté INCATEMA pour étendre le réseau d'eau d'Ouanaminthe d'environ 20 milles à un bidonville appelé Gaillard, Où le choléra faisait rage.  DINEPA a essayé d'apaiser la population avec des promesses d'une tour d'eau de 300 000 gallons et de l'eau du robinet dans 6 400 maisons dans un avenir immédiat, mais rien ne permettait de rétablir le service à son ancien statut.  Ouanaminthe provenait d'une ville frontalière tranquille qui cultivait principalement des arachides et du tabac dans une zone dite de libre-échange, car, au milieu des années 2000, le Fonds de développement économique de la BID et de Soros avait financé la construction d'un parc industriel appelé CODEVI.  Dans ce consortium de sucreries, six entreprises textiles extraient actuellement le travail des Dominicains et des Haïtiens pour environ 0,45 $ par heure-personne .  Un réseau de bidonvilles entoure le parc industriel, qui emploie seulement 6 500 personnes, malgré sa présence qui gonfle la population de la ville de plus de trois fois à environ 100 000.  Il n'y a pratiquement pas de nouvelle infrastructure pour suivre le rythme rapide de croissance, et la rivière Massacre a été polluée par les fabricants de textiles: ces deux facteurs ont créé une occasion parfaite de presser une population pauvre pour leur eau potable.

Un goût de l'argent à faire à partir de la vente d'eau pourrait être tout ce qu'il fallait pour décider que, pour la privatisation, la Constitution d'Haïti devait aller et le gouvernement se centraliser davantage.  Sous le couvert du carnaval, en février 2012, le pouvoir exécutif de Haïti a commencé, par décret, à dissoudre tous les gouvernements locaux et à renvoyer les maires élus du pays.  Les maires ont tenu des conférences de presse pour alerter la population de leur déménagement et ont écrit des lettres ouvertes pour informer le public sur les menaces qui pèsent sur leur vie, mais, avec l'application de la soi-disant force de maintien de la paix des Nations Unies, le décret a été poussé à la gorge de Haïtiens.  En juillet 2012, la quasi-totalité des délégués ministériels (gouverneurs d'état) du pays et 120 maires élus avaient été remplacés par des agents intérimaires nommés présidentiellement, dont certains étaient activement recherchés par la police pour des crimes présumés.

En même temps que le décret visant à retirer les maires et l'épidémie persistante de choléra, il y a eu une éruption de sabotage des systèmes municipaux-hydrauliques.  En conséquence, environ 2,5 millions de résidents de Gonaives et Cap Haitien, les deux grandes villes qui n'ont pas été affectées par le séisme, ont perdu leur service d'eau courante.  Dans Cap Haitien, certains tuyaux en réparation ont été coupés et enlevés en décembre 2011. À la même époque, à Gonaives, les panneaux de commande et les câbles électriques ont été tirés de trois stations de pompage sur cinq.  Dans une autre section de Gonaives, les conduites d'eau ont été accidentellement endommagées un an plus tard par des travaux de construction.  DINEPA, à ce moment-là, avait contracté Veolia pour reconstruire l'approvisionnement en eau des villes en dehors de Port-au-Prince;  Il a annoncé qu'il étudierait les réseaux des deux villes et les étendrait.  À ce jour, il n'y a pas eu de rapport sur l'achèvement de l'un ou l'autre projet.

Les petites villes d'Haïti, d'environ 30 000 à 40 000, sans être touchées par le tremblement de terre, n'ont pas été épargnées.  À Hinche, le système d'eau potable a été saboté au moins trois fois en deux ans.  Dans la ville frontalière d'Anse-à-Pitres, plusieurs panneaux solaires ont été retirés d'un système installé par une organisation locale.  À Belladère, tous les robinets communautaires, sauf deux, ont été endommagés par la construction de routes.  Ce ne sont que quelques exemples.

Ouanaminthe a duré trois années sèches.  Après cela, les résidents en colère ont obtenu leur eau d'INCATEMA en confrontant les troupes de l'ONU et le blocage , avec des murs de pneus ardents, les rues du parc industriel CODEVI et un marché binational.  Lorsque le président haïtien a finalement inauguré le projet supposé de 9 millions d'eau en août 2014, il s'agissait principalement d'informer les citadins qu'ils devaient dorénavant payer pour leur eau.  Deux ans après l'inauguration, plus de 85 pour cent des maisons manquaient encore de service d'eau, et DINEPA exigeait un dépôt de 54 $ à 92 $, plus un droit mensuel de 1,75 $ pour l'eau.  Les gens dans la région, qui gagnent des salaires d'esclaves dans les ateliers, se plaignent maintenant non seulement des coûts incroyablement élevés pour eux, mais aussi de la qualité de l'eau, ce qui, selon eux, est souvent recouvert de mousse jaune et de chlore.

Où est l' argent ?  Étant donné l'état des choses, il est impossible de comptabiliser les contributions de DINEPA de plus de 75 millions de dollars de la Banque mondiale, de 10 à 15 millions de dollars du Fonds international d'urgence des Nations Unies (UNICEF) par an, 35 millions de dollars en provenance d'Espagne et 15 dollars Millions de la BID, tous pour l'eau, l'assainissement et la lutte supposée contre le choléra.  À mon avis, une grande partie de ce qui a été réalisé en Haïti est le démantèlement des réseaux municipaux d'eau potable et leur remplacement par un système de livraison de camions-citernes.  DINEPA semble avoir appris que les gens désespérément pauvres achèteraient l'eau de ses camions de manière très coûteuse, puisqu'ils l'obtiennent en volumes plus petits.  Entre 2012 et 2014 seulement, le prix d'un gallon d'eau, si on le trouve, a augmenté de 40 pour cent.  Dans tout l'Haïti, un pays où l'eau est abondante , les gens parcourent des kilomètres dans les rivières et les robinets d'eau.  Certaines personnes meurent dans des accidents de la circulation collectifs d'eau.  D'autres meurent de la boire.

Les entreprises de privatisation de l'eau, s'étant gorgées d'abord des contrats de reconstruction d'organismes comme la Banque mondiale et la BID dans des pays comme Haïti, sont devenues trop fortes pour contrôler sans effort herculéen.  Dans un scandale espagnol surnommé « pica en los pies », qui a explosé en avril 2017, l'INCATEMA aurait payé des pots-de-vin pour les contrats de travaux publics en Haïti.  Veolia et Suez ont tous deux fait un don d'argent à la Fondation Clinton .  Dans un mouvement sans précédent, quelques jours avant les élections présidentielles du deuxième tour français, le PDG de Veolia a approuvé Emmanuel Macron en attaquant Marine Le Pen dans un communiqué publié.  Un don de Suez à l'équipe de transition du président américain Donald Trump était tout aussi surprenant pour avoir une origine étrangère.  Le long et le bas de cela, c'est que les combats contre les privatisateurs de l'eau à l'urne seront probablement futiles.  En mars 2017, Suez a commencé à acheter l'utilité US de Philadelphie, GE Water .  En décembre 2016, Veolia a pris le contrôle de la plus longue plage d'Europe, La Baule , en France, à la consternation d'une grande partie de la population.  Il est peu probable que les privatisateurs de l'eau produisent une fidélité ou un nationalisme.  Ce sont des vampires modernes, et il est imprudent de leur permettre de se promener parmi nous, même s'ils désirent notre sang vital.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Pou ki sa pa gen DLO pou MOUN BWE ann AYITI-pa DADY CHERY
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Eske mouche ap ka repoze an pè nan kondision sa a?
» Diferans ant moun ki renmen peyi yo e sa ki pa renmen li
» Kijan pou fè pou fè yon moun tounen zombi
» Morgues, Legliz ak Simityer Pa Vle Resevwa Moun Ki Mouri de Cholera!
» Mezanmi, olye moun yo ede timoun yo, yo dechalbore yo.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Histoire d'Haiti-
Sauter vers: