Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 African political ideology and the haitian revolution

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15014
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: African political ideology and the haitian revolution   Jeu 15 Juin 2017 - 5:52

An 2004,PWOFESE e ISTORYEN JOHN K THORNTON te pibliye yon LIV MAJISTRAL sou REVOLISYON AYISYEN an ,ou pito RASIN li ann AFRIK.

Dapre JOHN.K.THORNTON ,te gen JENI MILITE tankou TOUSEN ak DESALIN men NEG sa yo te posib gras ak sa yo te rele "chefs de bande" ,yon seri de MILITE ak SOLDA AKONPLI ki te patisipe lan GE SIVIL ann AFRIK yo.

Ann AFRIK ,SOLDA yo ,sitou sa k te soti lan KONGO yo ,se te NEG ki te patisipe lan REZISTANS kont KOLONYALIS POTIGE yo te GOUMEN lan GE SIVIL yo.
Wi GE SIVIL ,paske te gen 2 GWOUP ,yon GWOUP ki te kwe ke WA a te EREDITE ,yon lot GWOUP ki kwe ke se ELI ,pa KONSANSIS pou yon MOUN vin WA.
Lan TRADISYON sa yo ,vin de NEG tankou MAKAYA,KAKA POUL,TI NWEL elt...
Pa bliye ke an 1791,3/4 ESKLAV yo ,se ann AFRIK yo te fet ,e kontreman a sa FIC te konn di nou ,MESYEDAM sa yo pa t BOSAL men anpil ladan yo se te de MOUN SOFISTIKE otan ke anpil KOLON:

http://uhpress.hawaii.edu/journals/jwh/jwh042p181.pdf

Kongolese Political Ideology The role of Kongo is also important because it can be seen as a source of revolutionary Haiti’s ideology—not just its royalism, as an archaic throwback to obsolete political forms, but also its positive movement toward a better society. In this way, Kongo might be seen as a fount of revolutionary ideas as much as France was, even though the idiom of Kongolese ideology was royalist and, being alien to most researchers, has been overlooked. Indeed, it was to political philosophy that Kongo owed its late eighteenth-century participation in the slave trade. The civil wars that punctuated most of the eighteenth century were fought at least in part to resolve constitutional issues and determine who was the king of Kongo and what were his powers. Many of those enslaved and eventually sent to Saint-Domingue had served in Kongo’s civil wars or were caught up by them. The issues that shaped the civil wars in Kongo might well have shaped a different civil war in the Caribbean. Civil war in Kongo can be analyzed through the two questions of who was to be king and what were the king’s powers. The first issue, although of significance to partisans in Africa, is of less importance to those interested in Haiti than the second one, for ultimately it was the type of king (or government) rather than the specific person that would count. It is in the matter of the duties and role of kings that the ideological issues of leadership and political structure were shaped in Haiti. Ever since the battle of Mbwila on 29 November 1665, the culmination of war with Portugal, Kongo had been torn by civil war. For much of the period the wars matched partisans of two great family-based alliances, the Kimpanzu and the Kimulaza. Although some kings, like Pedro IV in the early eighteenth century, managed to win general recognition,20 the unity was fragile and
19 On Boukman’s name, see Fick, Making of Haiti, pp. 92, 297 n.5. Pick also identifies his name as Kikongo, while choosing to change it to Samba either as a noun or a verb, but the names she proposes seem to me improbable either linguistically or practically. Nzamba, or “elephant,” seems to me to reflect his general characteristics, as befits a nickname, and to be linguistically more probable. 20 On the origin of the first civil wars and Pedro IV’s restoration, see John Thornton, The Kingdom of Kongo: Civil War and Transition, 1641–1718 (Madison, 1983).
Thornton: African Ideology and the Haitian Revolution 187
often fell apart, as several families contended incessantly and generally indecisively for the royal title.21 A long and devastating round of these wars that began in 1779, first matching partisans of King Pedro V against those of Jose I (pre-1779–1781), and then breaking out again upon the death of José’s successor and brother Afonso V (1785–94),22 contributed substantially to the export of Kongo slaves that fueled the surge of imports of Kongolese into Saint-Domingue recorded in the same period.23 If the Kongolese could not agree on who was the king of Kongo, they also disagreed on his exact powers. It is generally true that African states were ruled by kings, or at least by executive figures who could be called kings, but this may not be a particularly helpful statement. African states possessed a bewildering variety of constitutions: monarchs might be hereditary or elected, and they might exercise direct and fairly untrammeled power or be seriously checked by a variety of other institutions. Kongo was no exception. Although it was always ruled by a king, his powers and the basis for his authority were never static or fixed. In common with many other political systems, Kongo political philosophy alternated between two opposing concepts: an absolutist one that granted the king full powers and the right to manage all the affairs of the country (at least in theory), and a much more limited one that required the king to rule by consent of the governed and to make decisions only after consultation with at least some of those he governed. Like eighteenth-century Europe, Kongo thus had both an “absolutist” and a “republican” tendency in its political thought. Which one prevailed depended very much on who exercised power, in both Africa and Europe, though at most times there was a dynamic tension between the two. The interplay of these ideas shaped ideological struggle in Africa as in Europe. Major turning points of European political history, such as the French revolu
21 For a general chronicle-type survey, based closely on original documents, see Graziano Saccardo [da Leguzzano], Congo e Angola con la storia del missione dei cappuccini, 3 vols. (Venice, 1982–84). An analytical study of the eighteenth and nineteenth centuries is available in Susan H. Broadhead, “Beyond Decline: The Kingdom of Kongo in the Eighteenth and Nineteenth Centuries,” International Journal of African Historical Studies 12 (1979): 615–50. 22 The first phase of these wars (until 1788), their development, and their relation to the slave trade are all explained in detail in the lengthy eyewitness report of the missionary Rafael de Castello de Vide, who resided in Kongo from 1780 to 1788. See ACL, MS Vermelho 296, Castello de Vide, “Viagem,” passim. 23 See sources cited in note 12 above.
188 journal of world history, fall
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15014
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: African political ideology and the haitian revolution   Jeu 15 Juin 2017 - 7:28

Sa a se yon KOMANTE ke RANDALL ROBINSON te fe sou LIV JOHN K.THORNTON ke l te pibliye lan fen 2003,la vey 200 ZAN KOMEMORASYON VIKTWA REVOLISYON AYISYEN an ki te dwe komemore GRANDYOZMAN ,men ELAS.

RANDALL ROBINSON se yon pwodwi SISTEM AMERIKEN an .Misye se yon AVOKA diplome de HARVARD;Defen GRAN FRE l ,se te MAX ROBINSON ki se te MAX ROBINSON PREMYE NWA VEDET CHENN TELEVIZYON NOUVEL-ANCHOR CHENN ABC.
Apre nou fin li premye PATI an ,li dezyem PATI an ,sitou SANWONT SAN SANTIMAN ki te kolabore ak ENPERYALIS yo ,lan KOUDETA 2004 lan:

http://counterpunch.org/2004/01/01/forget-haiti-forget-ourselves
[GOOGLE TRANSLATE]

Par Randall Robinson



Partie I

1er janvier 1804 - 1er janvier 2004:

Ce jour est sacré.

C'est le 200e anniversaire de la Révolution d'Haïti.

Lutté par les Haïtiens.

Gagné pour nous tous.

Entre 1791 et 1804, des centaines de milliers d'Africains asservis en Haïti ont ignoré les rivières, les forêts, les précipices, les marécages, les montagnes, les gorges, les chiens de sang, les fusils, les canons et les fouets qui les séparaient et se sont unis pour lancer une guerre massive, brillamment exécutée et spectaculaire De libération que les armées de l'Espagne, de l'Angleterre et de la France (avec l'aide des États-Unis) ont tous combattu avec désespoir - et ont échoué absolument - à écraser.

La révolution haïtienne n'était pas une «pause de chance» impliquant «quelques esclaves indisciplinés».

Ce n'était pas un «soulèvement des plantations».

St. Domingue (alors que Haïti était alors appelé par les Français) était à cette époque la possession coloniale la plus prospère de toute puissance européenne.  Il a créé beaucoup plus de richesse pour la France que les treize colonies américaines combinées.  Sa capacité de production de richesse massive a fait qu'il soit connu dans l'ensemble comme "The Pearl of the Antilles" et ses propriétaires français ont une stratégie de gestion claire et éprouvée pour la maximisation du profit: pousser les esclaves à leur limite physique absolue, les travailler littéralement La mort, puis rapidement importer des esclaves de remplacement d'Afrique qui, à leur tour, seraient morts.  Cela, la plantocratie de St. Domingue avait découvert, contrôlé les coûts d'exploitation, maintenait le rythme de l'activité économique à un rythme très efficace et productif, réduisait le ralentissement et le gaspillage, et produisait des profits massifs et stupéfiants.

Il y a deux cents ans, cependant, après une guerre de libération de 13 ans, les esclaves de Saint-Domingue ont célébré leur victoire sur la France et d'autres puissances européennes en établissant la République d'Haïti.  Ils avaient renvoyé de Napoléon le moteur de l'expansion économique de la France, banni l'esclavage de la terre et a mis fin à la domination européenne de 10 000 milles carrés de terres fertiles et des centaines d'milliers d'esclaves pour le faire fonctionner.

Ils ont brisé le mythe de l'invincibilité européenne.

"La plupart ont supposé que les esclaves d'Haïti n'avaient aucune expérience militaire avant la révolution", explique John K. Thornton dans les soldats africains dans la Révolution d'Haïti.  "Beaucoup supposent qu'ils sont passés du travail agricole à la prouesse militaire dans un temps incroyablement court ..."  Cependant, il est probablement une erreur de voir les esclaves de Saint-Domingue comme des simples travailleurs agricoles, comme les paysans d'Europe ... ... La majorité des esclaves de Saint-Domingue, en particulier ceux qui ont lutté constamment dans la révolution, sont nés en Afrique ... ... En fait, un grand nombre ... avait servi dans les armées africaines avant leur asservissement et leur arrivée en Haïti ... ... 60 à 70% des esclaves adultes figurant sur les inventaires (St. Domingue's) à la fin des années 1780 et 1790 sont nés en Afrique ... [...] (à venir) de manière écrasante depuis seulement deux régions d'Afrique: la région côtière de la Guinée inférieure du Bénin moderne, le Togo et le Nigéria (également connue sous le nom de "Côte d'esclave") et la région de la côte angolaise ...

"Lorsque le milieu militaire africain des esclaves comptait le plus était dans ces régions, surtout dans le nord (de Saint-Domingue), où les esclaves eux-mêmes ont mené la révolution, à la fois sur le plan politique et militaire ... ... ... Ces zones ... ont vomi les puissantes armées de Toussaint Louverture et Dessalines et finalement mené la révolution ".

Une révolution réussie en Haïti, explique Thornton, "exigeait le genre d'habileté et de discipline qui se trouvaient chez les anciens combattants, et ce sont ces anciens combattants, des guerres en Afrique, qui ont fait la volonté générale de la révolte de Saint-Domingue ... ... Les armées Kongolaises ont le plus contribué aux bandes rebelles de Saint-Domingue ... ... (Leur) l'organisation tactique était très différente de celle de l'Europe ... ... (et ils) avaient appris à faire face avec succès aux armées et aux tactiques portugaises dans les années de lutte (en Afrique) , Conduisant les envahisseurs ... ... Sans aucun doute, ces tactiques pourraient aider ceux qui se trouvaient à Saint-Domingue à la veille de la révolution.

"Les armées Kongolaises semblent avoir été organisées dans ... des pelotons ... qui ont frappé à l'ennemi des colonnes avancées et ont subi un engagement pour un temps avant de se détacher et se retirer ... ... Ils ont utilisé la couverture, à la fois du terrain et des bois et de l'herbe haute, se cachant Leurs mouvements et leur feu direct.  Quand ils ont fui, il n'était pas possible de les suivre. "Les troupes portugaises qui avaient combattu le Kongolais en Afrique ont également signalé que les Kongolais utilisaient" des chocs - de plus grands engagements impliquant des unités Kongolaises massives.  Selon les récits portugais, de grands corps ont été assemblés pour des chocs soutenus par l'artillerie, parfois ils se sont formés dans des formations de demi-lune étendues qui ont apparemment cherché un enveloppement partiel de forces opposées, dans d'autres cas dans des colonnes de grande profondeur sur des fronts de 15-20 soldats ...

"Leur tactique a montré un penchant pour les attaques d'escarmouches plutôt que les lourds assauts favorisés par les Européens dans la même ère ... ... les armées Kongolaises avaient une structure de commandement plus élevée qui pouvait les troupes de masse rapidement, et les soldats étaient également habitués à former efficacement des unités plus importantes pour les grandes batailles Lorsque la situation justifiait ...  ... Les armées de Dahomey comprenaient une force professionnelle assez importante ... ... Oyo s'appuyait lourdement sur les forces de cavalerie, avait relativement peu de soldats de pied et tout au long des années 1700 était le prééminent ... le pouvoir militaire dans l'Afrique de l'Ouest ... ... Les troupes du Dahomey ... ... ont combattu en ordre En utilisant une discipline de feu similaire à celle de l'Europe ... ...

"C'est à partir de ces« arts de guerre »disparates que le révolutionnaire soldat africain de St. Domingue a été formé ... ...

"On peut facilement voir, dans la formation des bandes mentionnées dans les premières descriptions de la (Révolution d'Haïti), les petits pelotons des armées Kongolaises, chacun sous un commandant indépendant et habitué à une prise de décision tactique considérable;  Ou peut-être ces petites unités caractéristiques des unités Dahomean organisées localement;  Les armées d'état du pays Mahi;  Ou les forces côtières de la Côte d'esclave ... ...

"En plus, le modèle d'attaques avec des manœuvres de harcèlement à petite échelle, des batailles courtes et soutenues, puis des retraits rapides rappelle également les journaux de campagne des commandants de terrain portugais en Angola.  Felix Carteau, un ancien observateur de la guerre au nord de Saint-Domingue, a noté que les (révolutionnaires esclaves) harcelaient les forces françaises jour et nuit.  Habituellement, il a commenté, ils ont été repoussés, mais à chaque fois, ils se sont dispersés si rapidement, si complètement dans des fossés, des haies et d'autres zones de couverture naturelle que la poursuite réelle était impossible.  Cependant, les victimes des rebelles ont été légères dans ces attaques, de sorte que le lendemain elles ont réapparu avec un grand nombre de personnes.  Ils ne sont jamais en masse à l'air libre, ont écrit un autre témoin, ou attendent en ligne pour charger, mais avancent dispersés, de sorte qu'ils semblent être six fois plus nombreux qu'ils le sont.  Pourtant, ils ont été disciplinés, car ils pourraient avancer avec une grande clameur, puis tout à coup et simultanément se taire ...

"Il ne fallut pas longtemps avant que les observateurs aient noté que les rebelles (à St. Domingue) avaient développé le genre de tactique d'ordre supérieur qui était également caractéristique des forces Kongolaises ou celles de la Côte d'esclaves ...

"En plus de ces similitudes tactiques avec les guerres africaines, surtout chez Kongo, il y avait d'autres indications sur l'éthique africaine des combattants ... ... ils marchaient, se formaient et attaquaient accompagnés de la« musique propre aux Noirs ... ».  Leur préparation religieuse, de même, a répondu à l'Afrique ...

"Il est peu probable que de nombreux esclaves aient appris des compétences équestres dans le cadre de leur travail en plantation ... ... Comme il n'y avait pratiquement pas de cavalerie en Angola, on peut spéculer que des rebelles originaux d'Oyo auraient pu fournir au moins certains des cavaliers entraînés.  Aussi, les Sénégalais, bien que minoritaires, proviennent aussi d'une culture équestre ... ...

"Les soldats africains pourraient bien avoir fourni l'élément clé du succès précoce de la révolution.  Ils auraient pu permettre leur survie lorsqu'ils étaient menacés par des armées renforcées d'Europe.  En ce qui concerne les esclaves rebelles d'Haïti, en tant que vétérans africains, plutôt que les travailleurs de la plantation haïtienne peuvent s'avérer être la clé qui débloque le mystère du succès de la plus grande révolte des esclaves dans l'histoire ».

La politique de St. Domingue de travailler ses esclaves à mort, puis l'importation rapide de remplacements en provenance d'Afrique s'est révélée être le meilleur boomerang karmique.  Les esclaves d'origine africaine de Saint-Domingue n'étaient pas encore brisés psychologiquement, mais ils étaient également en possession d'une importante formation militaire et d'une expérience acquise de l'autre côté de l'Atlantique.  Et ils se sont combinés avec des noirs brillants, infatigables, de Saint-Domingue, comme Toussaint L'Ouverture et Dessalines pour créer un monde révolutionnaire noir, comme celui que l'Europe et les États-Unis n'avait pas vu auparavant.

Les Noirs de Saint-Domingue ont forcé le monde à les voir à la fois et les millions d'autres Africains asservis dans les Amériques avec de nouveaux yeux.  On ne pouvait plus supposer qu'ils pouvaient être brutalisés à jamais pour créer des fortunes massives et construire des empires étalés pour la gloire de l'Europe et de l'Amérique.

Le 1er janvier 1804, des centaines de milliers de révolutionnaires d'esclaves ont établi une république indépendante et l'ont nommé Haïti en l'honneur des Amérindiens, depuis longtemps tués par la brutalité européenne et les maladies qui avaient appelé la terre Ayiti-Land of Many Mountains.  Ils avaient banni l'esclavage de leurs terres et l'ont proclamé un refuge officiel pour les esclaves échappés de n'importe où dans le monde.  Ils avaient vaincu le plus puissant des puissants.  Ils ont brisé le mythe de l'invincibilité européenne.

L'Europe était vierge.  Amérique, apoplectique.  Les Noirs de Saint-Domingue avaient oublié leur place et seraient prêts à payer.  Chèrement.  Pour les deux prochaines années.

Toussaint L'Ouverture, Dessalines et leurs révolutionnaires esclaves doivent toujours vivre dans nos coeurs comme contrepoids inspirants et authentiques à la "yassuh-nosuh-scratch-where-ah-don'-itch-and-dance-tho-there -ain ' L'image «non musicale» de nos ancêtres que l'Europe et les États-Unis ont exercée dans notre psyché.

Et nous devons nous rappeler que l'histoire oublie, d'abord, ceux qui s'oublient.  Via signifie direct et indirect, crassé et subtil, il y a eu des chuchotements et des coups de rue qui crient que "les conditions actuelles en Haïti" rendent notre célébration de la révolution haïtienne "inappropriée" en ce moment.

Nous, dont les âmes et les psyches ont été blanchies de tout avant le passage du milieu, on nous dit maintenant que nous devons déchirer notre conscience et déchirer de nos coeurs l'affirmation la plus dramatique et triomphale de la dignité, de la valeur et de la perspicacité des ancêtres depuis le milieu Passage.

Comment diaboliquement méprisant.

Non seulement nous ne devons pas oublier la Révolution haïtienne, mais nous devons la célébrer.  Aujourd'hui, à travers tout cela, c'est l'année bicentenaire, et au-delà.

Et nous devons rechercher, comprendre et exposer ce qui s'est passé en Haïti et en Haïti depuis la révolution.  Nous devons approfondir le rôle des «principales démocraties du monde» en Haïti entre 1804 et aujourd'hui.  Nous devons développer une compréhension approfondie des répercussions de l'embargo économique de 61 ans que les États-Unis ont imposé à Haïti en réponse à sa déclaration d'indépendance et nous devons reconnaître les conséquences actuelles de la France forçant Haïti à payer 90 millions d'or Francs (équivalent aujourd'hui à environ 20 milliards de dollars) en 1825 comme «compensation» pour Haïti déclarant son indépendance - ou être écrasé militairement par la France.

Aujourd'hui, «les principales démocraties du monde» se sont glissées et s'habituent à leur domination continue - sous la forme d'un embargo financier écrasant - aux descendants d'aujourd'hui de Toussaint, Dessalines et de leurs combattants de la liberté.  Dans toutes les Amériques, nous qui avons bénéficié de la guerre audacieuse menée par les esclaves de Saint-Domingue, doivent rejeter les manœuvres des nations les plus puissantes du monde en Haïti et trouver des moyens de construire des ponts avec les Haïtiens et les fonctionnaires qu'ils choisissent Un bulletin de vote pour les conduire.

Il y a plus de deux cents ans, après une «cessation des hostilités» et le brillant stratège militaire Toussaint L'Ouverture s'étaient déjà retirés dans une vie tranquille dans le pays de St. Domingue, la France a décidé néanmoins d'arrêter et L'expédier à une cellule de la prison à 3 000 pieds de haut des montagnes du Jura, en France, où il pourrait geler jusqu'à la mort.  Alors qu'il montait à bord du bateau qui l'éloquerait pour toujours de St. Domingue, Toussaint promettait ses ravisseurs et nous appelait tous.

"En me renversant, vous n'avez coupé à Saint-Domingue que le tronc de l'arbre de la liberté.  Il se reproduira par les racines car ils sont nombreux et profonds. "

Nous sommes ces racines.

La révolution a été menée par les Haïtiens, mais a gagné pour nous tous.

Grâce à notre travail et à nos ressources, dans un esprit de respect de soi et de conscience de soi, nous devons servir de contrepoids aux nations puissantes qui considèrent les urnes sacrosanct dans leurs pays, mais encouragent et manipulent subrepticement son rejet par «l'opposition "En Haïti.  Nous devons servir de partisans de la civilité politique et de la justice sociale en Haïti alors que «les principales démocraties du monde» encouragent vivement les récalcitances, le tumulte et la division.  Nous devons rejeter la manipulation par les médias d'entreprise pour embrasser l'idée qu'en France, en Allemagne, aux États-Unis et dans d'autres élections des nations civilisées sont le seul déterminant légitime de la volonté du peuple, mais en Haïti, ces manifestations de rue spécialement sélectionnées par Les médias d'entreprise pour la couverture nous disent tout ce que nous devons savoir sur la volonté de quiconque.  Nous devons impressionner sur tous les Haïtiens le fait que le monde extérieur ne distingue pas - et ne s'en inquiète - Lavalas, Convergence ou tout autre groupement politique.  Le monde ne voit que "Haïti", "Haïtiens", et toutes les connotations que les médias occidentaux attachent à ceux-ci.  Les nations qui, il y a deux ans, ont échoué désespérément dans leurs tentatives d'écraser la révolution haïtienne ont aujourd'hui un profond besoin psychique de "prouver" la descendance de Toussaint capable de rien que de catastrophe.  Nous devons nous joindre et travailler avec nos frères et soeurs haitiens pour prouver que ces pays sont faux.

Tout au long de la Diaspora, nous devons supporter et défendre Haïti - sur cet anniversaire de la Révolution d'Haïti, au cours de cette année bicentenaire, et pour tous les temps.  Car, ce faisant, nous nous défendons et défendons.

Partie II

Haïti, Jessica et WMD

Les responsables de la politique étrangère de l'Amérique ont perpétré des mensonges horribles récemment.  Les «armes de destruction massive» de l'Irak, l'héroïsme du champ de bataille de Jessica Lynch et les «abus», et «l'échec de livrer» d'Aristide en Haïti sont des exemples.

Le pétrole irakien, la peur du terrorisme déclenché par la guerre et l'antiquité de l'Irak nous ont rendu plus conscients et moins susceptibles, mais pas immunisés contre la manipulation des médias à l'égard de l'Irak.  De même, les soldats américains qui ont servi en Irak ont ​​des défenseurs américains qui ne permettront pas d'oublier les contributions de ces soldats, alors que, par exemple, la vérité de Jessica Lynch est piétinée et tordue pour ravir le «patriotisme» et l'animus pour «les méchants».

Qui, cependant, connaît ou s'inquiète de Haïti?  Combien d'Américains savent-ils - dans nos noms - les décideurs politiques américains ont utilisé l'énorme pouvoir de notre pays pour bloquer l'accès de 8 millions d'Haïtiens aux prêts approuvés pour l'eau potable, les programmes d'alphabétisation et les services de santé?  Combien savent, quand on parle de "la glisse régulière d'Haïti", que les puissants décideurs américains sont massivement responsables?  Ces fonctionnaires tiennent le peuple haïtien, qui désire désespérément posséder sa démocratie, dans une lutte contre la mort économique brutale.  Est-ce le visage que l'Amérique a l'intention de continuer à montrer aux peuples noirs et marrons du monde?  Les Américains ordinaires ne peuvent plus s'avérer indifférents.

Notre président dit que nous sommes des objectifs de terrorisme parce que "ils sont jaloux de nous";  Parce que "nous aimons la liberté et ils ne le font pas";  Parce que nous représentons "la vérité et la justice".

Est-ce vraiment notre compassion et notre magnanimité qui font rage dans les cœurs lointains pour réduire les taches touristiques de Bali en braises, Manhattan se transforme en poussière et notre ambassade de Nairobi à des décombres?  Si oui, le Dali Lama est en grand danger.

En ces temps, les Américains doivent évaluer ce que nos politiques font aux êtres humains au-delà de nos rivages.  Et nous devons nous rendre compte que la même machine "d'information" qui a menti à propos de WMD et de Jessica Lynch réside à beaucoup plus, y compris Aristide et Haïti.

Les États-Unis ont eu du sang haitien entre ses mains depuis longtemps.  Aujourd'hui, ils gouttent.

En 2000, l'année de notre effondrement électoral, les observateurs électoraux en Haïti ont recommandé que sept sièges du Sénat (sur un total de 7 500 postes occupés à l'échelle nationale) se rendent à un ruissellement.  La commission électorale d'Haïti n'était pas d'accord, créant la seule préoccupation internationale à propos de l'élection.  Pour éviter «la colère des puissants», ces sénateurs ont démissionné.  Cependant, les fonctionnaires américains qui s'opposaient avec véhémence à la restauration du gouvernement élu d'Haïti en 1994, ont maintenant saisi la controverse de l'élan pour demoniser encore Aristide, briser l'esprit du peuple haïtien et "prouver" la révolution haïtienne un échec

Les Américains puissants écrasent le rêve du peuple haïtien de construire leur propre démocratie à leur image, et ces fonctionnaires qui bloquent l'accès des Haïtiens à l'eau potable nous indiquent tout ce que nous devons savoir.  Ils déteste Aristide parce qu'il représente les masses plus pauvres et plus noires de la société haïtienne, alors que les alliés traditionnels de l'Amérique ont toujours été l'élite argentine, blanche ou mulâtre. Les parallèles entre les politiques américaines envers Haïti et nos politiques en faveur de l'apartheid Afrique du Sud n'ont jamais été perdus sur moi.

Au cours de mes collègues et de ma bataille pour mettre fin à la longue collusion de l'Amérique avec le gouvernement de la suprématie blanche d'Afrique du Sud, des représentants du gouvernement américain très respectés ont affirmé publiquement que Mandela et le Congrès national africain étaient terroristes et que le mouvement anti-apartheid était contraire aux intérêts américains.  Le gouvernement d'Aristide a été rétabli en 1994 à la suite d'un coup d'Etat dans lequel l'armée alliée aux États-Unis d'Haïti a tué 5 000 civils.  Et les fonctionnaires américains qui ont défendu l'apartheid Afrique du Sud n'ont pas perdu de temps pour transformer leur venin politique sur les descendants d'aujourd'hui de la révolte des esclaves les plus spectaculaires de l'histoire de toutes les Amériques, et l'homme haïtien a choisi de les diriger.

Aristide n'a pas "échoué à livrer". Les individus puissants de la nation la plus puissante de la terre ont placé un embargo financier sur son pays et ont fait de l'étrangement de son gouvernement - et donc de son peuple - une priorité.  Ils sont déterminés à le rendre incapable de livrer pour que son peuple, à temps, se fatigue des difficultés et de la fatigue de lui.

À l'aube de cette nouvelle année, peut-être devrions-nous réfléchir à ce que nous avons fait à Aristide, à ce que nous avons fait au peuple haïtien et à la lamentation de Thomas Jefferson: «Quand je considère que Dieu est juste, je frémirai mon pays. "La façon dont nous continuons à traiter les peuples et les nations les plus faibles dans le monde déterminera, pour les années à venir, si la justice est quelque chose que les Américains ont des raisons d'accueillir ou quelque chose que nous avons des raisons de redouter.


RANDALL ROBINSON est fondateur et ancien président de TransAfrica.  Il est un auteur et vit dans les Caraïbes.





La montée d'une gauche authentique en Grande-Bretagne et ses implications pour le Moyen-Orient

Dave Lindorff

Sur ce gigantesque coup de fouet au Royaume-Uni Élection spéciale


Copyright © CounterPunch
Tous les droits sont réservés.
Counterpunch@counterpunch.org

Adresse mail
CounterPunch
Case postale 228
Petrolia, CA 95558
Téléphone
1 (707) 629-3683 ou
1 (800) 840-3683

Éditorial
Jeffrey St. Clair, rédacteur en chef
Joshua Frank, rédacteur en chef
Nathaniel St. Clair, Médias sociaux
Alexander Cockburn, 1941-2012


Entreprise
Becky Grant
Chef d'entreprise
Counterpunchbiz@gmail.com
Deva Wheeler
Abonnement et réalisation des marchandises
Counterpunchdeva@gmail.com

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
African political ideology and the haitian revolution
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Christianity and the ongoing Haitian Revolution (1791-2010)
» Jenerasyon Dechennen 6/8/11 Réveil des filles & fils de Dessalines en diaspora
» The Haitian People Need a Lobbyist
» bonne fete revolution russe
» Haitian Deportees Fate Now In The Hands Of Team Obama

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: