Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mezanmi, tande refleksion ak konklizion Mateli.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sasaye
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7619
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, literature kréyòl
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

MessageSujet: Mezanmi, tande refleksion ak konklizion Mateli.   Mer 21 Juin 2017 - 12:18

«Si nous n’assumons pas nos responsabilités...» Martelly prédit le pire

Des idées pour le développement

Publié le 2017-06-19 | Le Nouvelliste

   
Economie -
Traduisez cette affirmation en créole, ajoutez-y une bonne dose de vulgarité et d’arrogance et vous obtiendrez les propos exacts de l’ex-président Michel Martelly qui participait à l’émission Haïti-Débats sur Radio Scoop FM le jeudi 14 juin 2017. C’est sa prévision du futur de notre Haïti Chérie.

Pourtant, il y a à peine 6 ans, le candidat Martelly promettait monts et merveilles à la population haïtienne. Tout était cousu de fil rose. Le pays allait être émergent à l’horizon 2030.

C'est cette même population qu’il anticipe aujourd’hui devoir bientôt manger de la matière fécale, tant la situation du pays est alarmante. Nous sommes passés de la projection d’émergence à un pays où la population mangera de l’excrément humain par la même personne, en six ans seulement.

Quelqu'un qui ferait une telle déclaration sous la présidence de Martelly serait combattu avec la plus grande rigueur par le pouvoir et ses partisans.

Serait-ce sa façon à lui de dire que les choses commencent très mal sous la présidence de son poulain? Il l’affirme sans détour : il a peur. C’est pourquoi il s’est, lui-même, invité à l’émission politique de grande écoute pour le faire savoir à qui veut l’entendre.

Ne pouvait-il pas contacter le président Jovenel Moïse directement ou utiliser la courroie du Parti haïtien Tèt Kale pour faire part de ses préoccupations? Son intervention publique ne traduit-elle pas un malaise plus profond?

Ces questions n’étaient pas abordées durant l’émission.

Ne rappelez surtout à l’ex-président ses promesses de campagnes, il vous répondra que c’est le rôle du candidat de leurrer la population pour accéder au pouvoir, il revient à la population de ne pas y croire. Une philosophie partagée par ses proches collaborateurs. Un d’entre-eux avait affirmé sans ambages que les promesses de campagne n’engagent que ceux qui y croient.

Ne parlez pas du bilan des « 5 E » à l’ancien président Martelly, il vous dira qu’il avait fait de son mieux tout en admettant que les problèmes fondamentaux du peuple haïtien demeurent inchangés.

Sur le plan de l’éducation et de l’économie, rien n’a changé, admet-il. Il se contente d’avoir fait la promotion de l’éducation. Comme si la propagande était une fin en soi. Faire une hypothétique promotion, sans prendre des mesures adéquates pour donner l’accès à une éducation de qualité à tous, représente un exploit aux yeux de l’ancien président. Comme s’il y avait encore des gens en Haïti au 21e siècle qui n’étaient pas convaincus de l’importance de l’éducation. Son programme phare, le Psugo, a mis en terre un système éducatif qui était déjà au bord du précipice. La réforme du système éducatif s’avère plus difficile aujourd’hui qu’elle ne l’était avant l’élection de Michel Martelly à la magistrature suprême de l’État. Il ne faut pas non plus parler d’échec à l’ex-président Martelly, il vous répondra : « J’ai échoué et alors? Sak pa kontan, anbake !».

Il le rappelle sans aucune gêne : il a toujours son visa en poche, il laissera le pays quand il le voudra. Comme pour dire tant pis pour ceux qui n’en ont pas. Autrement dit, il ne fera pas partie des gens qui mangeront de la matière fécale. Au contraire, avant de devenir président, il se vantait déjà d’être un multimillionnaire à travers ses chansons. La présidence ne peut faire qu’augmenter ses millions.

Qu’est-ce qui a changé en Haïti au cours de son mandant? Il vous citera en exemple le Parc Sainte Thérèse, le Parc Dadadou et d’autres petits projets communautaires comme s’il s’agissait d’un ancien maire d’une petite commune.

Pourquoi n’avait-il pas réalisé aucune élection? La faute est à l’opposition puisque, affirme-t-il, il a mis en place de nombreux Conseils électoraux provisoires (CEP). Sans aboutir à une élection. Toujours à cause des détracteurs, se complaît-il.

On peut tout simplement lui demander comment l’équipe du président Jocelerme Privert a-t-il pu réaliser des élections acceptables en moins d’un an?

L’ex-président Martelly déplore comme le commun des mortels la disparition des programmes comme « Ti manman cheri, ede pèp, kantin popilè, restoran kominotè, kore etidyan, etc. ». Oubliant que même son Premier ministre Évans Paul n’avait pas pu les garder, faute de moyens financiers.

Pourtant, beaucoup d’argent y a été dépensé, reconnaît-il. Le pays tout entier continuera à en payer le prix durant les 25 prochaines années. La majorité de la dette du pays envers le Venezuela dans le cadre du programme PetroCaribe a été utilisé à cette fin. Comment fera-t-on pour la rembourser ? Voilà l’hypothèque sur les générations futures. En termes d’irresponsabilité, on ne pouvait pas faire pire que cela.

En clair, si les anciens dirigeants du pays ne feront pas partie de ceux qui mangeront de la matière fécale, beaucoup d’entre-eux ont largement contribué à créer cet état de fait qui conduira la population à cette situation de non retour.

Que dira le président Jovenel Moïse dans six ans, après avoir, lui-même, laissé le pouvoir? Aujourd’hui, il se présente en homme providentiel comme son mentor il y a 6 ans. Le président Jovenel Moïse a rendu visite le même jeudi 14 juin à Radio Caraïbes qui célébrait son 68e anniversaire. Il en a profité pour faire l’étalage de ses intentions de réforme qu’il compte réaliser dans tous les domaines, à travers tout le territoire national.

Les mêmes apôtres qui proclamaient à la population l’évangile des « 5 E » se convertissent automatiquement en messagers de la caravane. Plus aucun E ne se trouve à l’ordre du jour. Pourtant, l’ex-président Martelly le répète avec un air de satisfaction : il avait choisi le candidat Jovenel Moïse en vue de la continuité de ses politiques. Sans pourtant revendiquer la poursuite de ses programmes.

On cherche encore en vain la cohérence et la conviction dans cette position.
L’ancien président préfère supporter la caravane comme le nouveau panacée. Il croit que le président Jovenel Moïse réussira, à coup sûr, dans ce qu’il entreprendra en termes de curage des canaux et d’irrigation des terres. Cependant, il n’avait jamais pensé à le faire quand il était, lui-même, président.

Les dirigeants haïtiens ont souvent agi dans l’improvisation totale. En dehors de toute science ou même de toute conscience collective. Dans 5 ans, on n’entendra peut-être plus parler de caravane. Il faudra s’attendre à un nouveau slogan.

Résultat : au cours des quatre dernières décennies, aucun problème de développement majeur n’a été abordé. Les responsables y trouvent toutes sortes de prétextes. L’ex-président Martelly pointe du doigt la fameuse faiblesse institutionnelle. «Quand les institutions sont faibles, rien ne marche. », indique-t-il, en prenant comme exemple le problème de la corruption qui est du, selon lui, à la faiblesse du système judiciaire.

Il est clair que si les institutions sanctionnaient les dilapidateurs comme la République dominicaine est en train de le faire, les caisses de l’État ne seraient pas si souvent dilapidées. Alors, pourquoi ne pas renforcer les institutions? Qu’avait fait le régime Martelly en vue de renforcer le système judiciaire?

Réponse de l’ex-président: Avec le Conseil supérieur du pouvoir judiciaire (CSPJ), la justice est devenue indépendante, le président est devenu impuissant. Comme si la création du CSPJ avait contribué à empirer le mal judiciaire au lieu de le soulager. Or, les conseillers spéciaux du président Martelly vantaient la création du CSPJ comme un véritable exploit.

Donc, que ce soit au niveau de l’éducation ou au niveau du système judiciaire, certaines solutions apportées par le régime Martelly ont empiré les problèmes. Tandis qu’ailleurs, les dirigeants sont élus pour résoudre les problèmes et apporter des solutions efficaces aux grands enjeux nationaux.

L’ex-président Martelly déplore l’absence du sens de responsabilité de l’Haïtien quand il construit dans le lit des rivières, quand une femme met au monde 5 enfants alors qu’elle ne peut en nourrir un. Il faudrait tout simplement lui rappeler qu’en République, le simple citoyen ne peut couper un arbre même s’il a faim. En Chine, pendant longtemps, le citoyen ne devait mettre au monde qu’un seul enfant. Aujourd’hui, sous certaines conditions, il peut en avoir deux.

Ces rappels lui feraient comprendre que les exemples cités montrent plutôt l’irresponsabilité des dirigeants haitiiens.
.
Qu'est-ce qui peut être fait pour sortir Haïti du marasme?

L’ex-président Martelly demeure très évasif à cette question et rejette cette responsabilité sur la presse qui doit, selon lui, apporter des solutions. Alors que partout ailleurs dans le monde, ce sont les dirigeants qui apportent des solutions efficaces. Pour y parvenir, ils se font aider par les élites intellectuelles et économiques à travers la conception et l’exécution des plans et des programmes bien ficelés.

Récemment de passage à Montréal pour une conférence, à l’invitation de la Chambre de commerce de Montréal, l’ex-président américain Barack Obama a donné une leçon politique au monde entier en proposant des éléments de solutions innovantes à tous les grands problèmes du monde avec une vision très claire.
Il a œuvré à la mise en place de certaines d’entre-elles durant sa présidence. Son discours a toujours suscité enthousiasme et espoir. La presse n’a fait que reporter, analyser, critiquer et compléter avec l’aide des experts universitaires.

Un ancien président ne doit, en aucun cas, se présenter en agent de désespoir. L’ex-président Michel Martelly vient à peine de découvrir que l’économie haïtienne peut asseoir en grande partie son décollage sur le secteur agricole. La caravane devient pour lui l’ultime plan de développement. Tout le contraire de ce que les dirigeants de 1988 pensaient en ouvrant le marché agricole à la brutale concurrence internationale. Avec des dirigeants qui jouent à la ritournelle, le développement économique d’Haïti ne sera qu’un vœu pieux. Il faudra des dirigeants haïtiens compétents et visionnaires qui ont souvent fait cruellement défaut.

- See more at: http://lenouvelliste.com/article/172217/si-nous-nassumons-pas-nos-responsabilites-martelly-predit-le-pire#sthash.nrrHLBYp.dpuf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 14974
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Mezanmi, tande refleksion ak konklizion Mateli.   Mer 21 Juin 2017 - 17:07

Se bagay sa a wi SASAYE ,le AYISYEN vle pale ou ekri FRANSE.

Yo di "matiere fecale" le w di sa ,petet plis ke menm MWATYE POPILASYON FRANSE an pa konn de ki sa w ap pale.

Si w tande ORIJINAL lan ,MATELI di an bon KREYOL ke si pa gen yon MIRAK ,POPILASYON an tale se KAKA yo pral manje.

Eske PEP lan pral aksepte manje KAKA?

Epitou ,eske se pa MATELI ki te chwazi NEG BANNANN lan ,ak PLANTASYON BANNANN ZONBI yo?

Yo di ,pa gen yon grenn PYE BANNANN ki rete kote yo di ke te gen PLANTASYON BANNANN lan!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Mezanmi, tande refleksion ak konklizion Mateli.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mezanmi, tande wi! Linyon pa toujou fè la Fòs. Sa nèg lan di laa pou ayisyen tou
» Mezanmi, li lè pou nou respekte e pwoteje timoun an Ayiti.
» Mateli ap make pwen
» Pa pale ekip Mickey a mal tande... Milis woz la deja pwan lari
» Mezanmi se pou ayisyen sispann fè kadejak.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: