Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Konsekans ekonomik rekonstriksyon lame dAyiti

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sasaye
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7636
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, literature kréyòl
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

MessageSujet: Konsekans ekonomik rekonstriksyon lame dAyiti   Ven 30 Juin 2017 - 14:18

Le retour de l’armée d’Haïti et ses implications économiques
Publié le 2014-06-11 | Le Nouvelliste


Economie -
L’absence d’une armée en Haïti a marqué les esprits depuis 1996. Parallèlement, l’idée du retour d’une force militaire n’est pas un sujet de débat nouveau. Cependant, l’on n’a peut-être jamais été aussi près de concrétiser ce rêve que sous le régime Martelly.

En effet, en décembre 2013(1), une base militaire a été remise au contingent haïtien par les ingénieurs militaires équatoriens à Petite-Rivière de l’Artibonite. Six (6) mois après, en mai 2014 (2), le ministre brésilien de la Défense et le ministre haïtien des Affaires étrangères signent un accord soutenant le renforcement institutionnel en génie militaire en Haïti. Ces deux faits montrent que la reconstitution des structures militaires en Haïti semble passer progressivement du stade de projet chimérique à la réalité. D’ailleurs, au niveau de la loi de finances de l’exercice 2013-2014, deux des objectifs(3) du Ministère de la Défense nationale (MDN) pour l’exercice en question sont l’initiation des chantiers d’infrastructures de la garde nationale ainsi que l’élaboration et la mise en œuvre d’un programme de formation civique et militaire.

Il ne faut pas le nier : si l’on souhaite s’aligner par rapport à l’article 263 de la Constitution de 1987, la réorganisation militaire est une nécessité. Cependant, il est important de se demander si l’obsession pour une nouvelle force armée en Haïti est justifiée compte tenu de la situation socio-économique en Haïti. Les 239 878 502 gourdes(4) de crédits budgétaires du MDN ont-ils été alloués de manière optimale, compte tenu des besoins de l’économie haïtienne ? Pour savoir si la reconstitution de l’armée est une B.A., mettre en évidence les implications économiques d’une telle initiative est impératif. De plus, s’il s’avère que le retour de l’armée soit pour l’instant impossible, quelle serait l’alternative ? Forces armées d’Haïti et dépenses militaires L’une des implications à analyser est sans aucun doute les dépenses militaires qu’occasionnera le retour des Forces Armées d’Haïti.

À combien devra s’évaluer le montant à allouer au MDN lorsque la structure militaire sera remise en place ? D’où proviendra-t-il ? L’on doit rappeler que les fonds budgétisés pour le MDN pour l’exercice 2013-2014 (dont près de 93%(5) pour des motifs de fonctionnement), ne concernent que la remise en place des structures administratives et logistiques de base. Le MDN n’est pas encore au stade de gestion d’une force militaire, incluant la rémunération salariale et l’armement. Pour évaluer les dépenses militaires pour Haïti si l’armée était reconstituée, l’on utilisera deux méthodes. La première consiste à estimer à combien s’élèverait ces dépenses si les Forces Armées d’Haïti étaient encore présentes.

La seconde méthode consiste à estimer les dépenses militaires en comparant Haïti à une économie ayant approximativement la même superficie, la même population et ainsi qu'un même niveau de PIB(6). Ainsi, de 1988 à 1995 (l’année de la dissolution de l’armée), les dépenses militaires en Haïti sont passées de 10 millions à 41.7 millions de gourdes, avec 24.6 millions de gourdes en 1994(7). Le plus important est que les dépenses militaires haïtiennes avaient varié en moyenne de 24.02% chaque année durant cette période.

Ainsi, si les Forces armées d’Haïti étaient encore présentes en 1996, l’on estime, en tenant compte de cette moyenne, que les dépenses pour l’armée seraient de l’ordre de 52 millions de gourdes. En utilisant cette même méthode, les dépenses militaires s’estimeraient à 2491.6 millions de gourdes en 2014. En d’autres termes, si l’on acceptait de suivre la tendance, en 2014, les dépenses militaires devraient représenter près de 3% du budget actuel(Cool. En utilisant la seconde méthode, l’économie qui se rapproche le plus d’Haïti en considérant la superficie, la population et le PIB per capita est celle du Rwanda.

En effet, en 2013, le Rwanda, qui a environ 28 000 km2 de superficie, avait une population de 11.1 millions d’habitants, un PIB per capita de 1250 dollars US alors qu’Haïti, d’environ 27 000 km2 de superficie, avait près de 10.4 millions d’habitants et un PIB per capita de 1240 dollars US(9). Si l’on suppose qu’en fonction des critères suivant, les dépenses militaires d’Haïti seraient approximativement identiques à celles du Rwanda, alors entre 2013 et 2014, l’on devrait allouer près de 79.1 millions de dollars US, soit 3559.5 millions de gourdes de plus au MDN. En d’autres termes, les dépenses militaires pour Haïti représenteraient encore environ 3% du budget national actuel.

Ces résultats montrent que si l’armée devait être reconstituée, la part des dépenses militaires (incluse dans la part du MDN) au niveau du budget national 2013-2014 serait plus élevée que la part du ministère du Tourisme (1.4%), que celle du ministère du Commerce et de l’Industrie (1.7%), du ministère de l’Environnement (0.9%) ainsi que celle de 10 autres ministères(10). En faisant l’hypothèse que le niveau de ressources reste le même en 2015, deux résultats seraient envisageables si l’armée devait être remobilisée : une réduction des dépenses de production ou une réduction des dépenses sociales. L’une ou autre aurait des inconvénients néfastes sur l’économie haïtienne. Il faut aussi expliquer que les dépenses occasionnées par la reconstitution de l’armée auraient pour effet d’aggraver le déficit de la balance commerciale.

En effet, étant donné que l’industrie de l’armement est quasi-inexistante en Haïti, les dépenses en armement correspondront à des importations. Une augmentation de la valeur des importations, alors qu’Haïti importe déjà près de 1.4 fois la valeur du PIB(11), serait néfaste à l’économie. Face à ces implications, l’on peut affirmer que l’armée ne peut être une priorité, compte tenu du faible niveau de production, du déficit de la balance commerciale (1.2% du PIB en 2012)(12) et des conditions de vie de la population haïtienne (IDH de 0.45 en 2012)(13). Quel est par conséquent l’alternative ? L’alternative : la Police nationale d’Haïti (PNH) Le besoin de reconstituer l’armée est lié au besoin de souveraineté et de sécurité nationale. Pour combler ce vide, l'on peut utiliser les éléments qui sont à portée de main.

L’alternative à la reconstitution de l’armée d’Haïti est le renforcement de la PNH. Comment ? La PNH comportait en février 2014, un effectif de 12 250 agents publics permanents, avec un salaire moyen de 21 231 gourdes(14). En outre, le montant alloué pour ses dépenses est de l’ordre de 6.8 milliards de gourdes. Malheureusement, 12 250 agents publics permanents correspondent à moins de 2 policiers pour 1000 habitants. Au lieu de reconstituer l’armée, l’objectif consisterait à tripler l’effectif de la PNH d’ici l’année 2017. Le fait de tripler l’effectif de la PNH ferait passer le nombre de policiers pour 1000 habitants de moins de 2 à près de 4. Cela augmentera le niveau de couverture nationale de la PNH. Cependant, l’interrogation qui demeure est la suivante : où trouver les ressources pour permettre un tel renforcement des capacités de la PNH ? En effet, si l’on tient compte du salaire moyen au niveau de la PNH, tripler l’effectif reviendrait à tripler la masse salariale, la portant à 780 239 250 gourdes(15). La réponse réside d’une part dans la dissolution momentanée du MDN et la réallocation des fonds qui lui étaient destinés.

En effet, la part des crédits du MDN représente environ 0.2% du budget, soit près de 239 millions de gourdes. D’autre part, le ministère de la Communication, dont la part des crédits dans le budget est de 0.3%(16), devra être dissout, ce qui permettrait à l’État de récupérer les166 millions de gourdes alloués au Bureau du ministre et à la Direction générale des services internes. Le choix de ce ministère est justifié par le fait que son rôle est en partie assuré par les bureaux de communication de la « Primature » et de la « Présidence » et en partie assuré par le ministère des Travaux publics, du Transport et de la Communication. Ainsi, en réallouant les fonds qui étaient destinés à ces deux ministères, la PNH pourrait être renforcée d’ici 2017 et l’on éviterait pour le moment de penser au retour de l’armée d’Haïti.

Ralph Valéry VALIERE valiereralphvalery@gmail.com (1)http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/125313/Une-base-pour-larmee-sans-nom-de-Martelly.html (2)http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/131802/Le-Bresil-soutient-le-renforcement-institutionnel-en-genie-militaire-en-Haiti.html (3)Projets de loi de finances 2013-2014, page 80, avril 2014. (4)Projets de loi de finances 2013-2014, page 82, avril 2014. (5)Idem (6)Le choix de ces critères est effectué conformément aux déterminants des dépense militaires mise en évidence dans « Les dépenses de défense dans les pays du Marché Commun : analyse globale des déterminants et évaluation de la charge économique » (Wally STRUYS, 1978) (7)Les données des dépenses militaires proviennent de Stockholm International PeaceResearch Institute (SIPRI) data base (8)Projets de loi de finances 2013-2014, page 12, avril 2014 (9)Populations et Sociétés: Tous les pays du monde #503, page 2-3, septembre 2013 (10)Projets de loi de finances 2013-2014, page 12, avril 2014 (11)Institut Haïtien de Statistique et d’Informatique (IHSI), Les Comptes économiques en 2012 (12)Idem (13)Populations et Sociétés: Tous les pays du monde #503, page 3, septembre 2013 (14)Projet de loi de finances 2013-2014, page 63, avril 2014 (15)Projet de loi de finances 2013-2014, page 63, avril 2014 (16)Projet de loi de finances 2013-2014, page 12, avril 2014
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15048
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Konsekans ekonomik rekonstriksyon lame dAyiti   Sam 1 Juil 2017 - 7:51

NEG ki lan GOUVENMAN AYISYEN an telman ESTIPID e EGOYIS ,sa pa p ETONE pesonn si AYISYEN-ANTIAYISYEN sa yo ta remonte LAME an.
Lan AMERIK lan ,te gen kote ki te gen LAME e ki pa t genyen ,pou yo we gen de MOUN ki vin rekonstwi LAME.

EGZANP KOSTARIKA ak PANAMA!!!!

Mwen tande ke lan BIDJE yo vote an ,yo ta fe pwovizyon pou peye 1500 SOLDA.

Menm si an MWAYENN ta gen pwovizyon pou peye yon SOLDA 200 dola AMERIKEN pa MWA ;sa deja fe 3 MILYON DOLA;san ou pa bezwen pale de ANTRETYEN,ZAM elt..

Ansyen PREZIDAN DOMINIKEN an LEONEL FERNANDEZ gen rezon di ke JOVENEL MOISE se yon "farceur",yon "clown" ki ap gaspiye LAJAN peyi an lan "KARAVANN".

PWOGRESIS DOMINIKEN ap chache demantle LAME DOMINIKEN an ,jan yo kapab;y ap mete JENERAL ak KOLONEL a la RETRET pa DIZENN.

ANSYEN PREZIDAN DOMINIKEN an kounye ap gen REZON pou non Selman pou l meprize JOVNEL BANNANN ,men pou l rayi misye tou.
Mesye LAME DOMINIKEN yo te apiye KOUDETA 2004 lan ,se pa pou lot REZON se pou KOUDETAYIS yo te rekonstitye LAME DAYITI pou jistifye REZON DET yo!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Konsekans ekonomik rekonstriksyon lame dAyiti
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ANSYEN LAME DAYITI SOU BRENZENG YO GRENADYE ALASO SAKI MOURI ZAFÈRA YO
» Pou moun ki ap mande retou LAME DAYITI yo.
» Retou lame dayiti boumboum ou byen se yon pwovokasyon
» ESKE SE FOS LAME DAYITI OU YON NOUVO LAME MODENN KI PRAL RETOUNEN
» SELON YON ANSYEN MILITÈ LAME PRAL EDE LAPOLIS POU KRAZE BOUNDA OPOZAN 24 JANVYE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: