Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Nou bezwen yon AU MILIEU DES SOLLICITUDES pou KLEJE AYISYEN an

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15014
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Nou bezwen yon AU MILIEU DES SOLLICITUDES pou KLEJE AYISYEN an   Mer 2 Aoû 2017 - 6:15

Pou "background".
Lan tout 19yem SYEK lan an FRANS ,KLEJE KATOLIK ,VATIKAN an TET t ap soutni FAKSYON REYAKSYONE ,ANTI-REPIBLIKEN an FRANS.
LEGLIZ KATOLIK ou di mwens WO KLEJE an te soutni yon TANTATIV KOUDETA kont gouvenman DEMOKRATIK FRANSE an ,lan lanne 1880s yo ,ke si l te reyesi e li te manke reyisi ,nou t ap gen yon DIFERAN FRANS.
An 1892 ,PAP LEON XIII te voye yon LET ,yon ANSIKLIK bay KLEJE KATOLIK lan pou l di yo aksepte PWOGRE,aksepte REPIBLIK lan.
Se pou PAP lan voye yon AU MILIEU DES SOLLICITUDES bay CHIBLY LANGLOIS ak ZWAY li yo KI ANTI-PWOGRE e ki ALYE l ak FOS REYAKSYONE ann AYITI yo.

AU MILIEU DES SOLLICITUDES*

LETTRE ENCYCLIQUE
DE S.S. LE PAPE LÉON XIII

À Nos Vénérables Frères les Archevêques, Évêques, au clergé et à tous les catholiques de France.

Vénérables Frères, très chers Fils.

Au milieu des sollicitudes de l’Église universelle, bien des fois dans le cours de Notre Pontificat Nous Nous sommes plu à témoigner de Notre affection pour la France et pour son noble peuple. Et Nous avons voulu, par une de nos Encycliques encore présente à la mémoire de tous, dire solennellement, sur ce sujet, tout le fond de Notre âme. C’est précisément cette affection qui Nous a tenu sans cesse attentif à suivre du regard, puis à repasser en Nous-même l’ensemble des faits, tantôt tristes, tantôt consolants, qui, depuis plusieurs années, se sont déroulés parmi vous.

En pénétrant à fond, à l’heure présente encore, la portée du vaste complot que certains hommes ont formé d’anéantir en France le christianisme, et l’animosité qu’ils mettent à poursuivre la réalisation de leur dessein, foulant aux pieds les plus élémentaires notions de liberté et de justice pour le sentiment de la majorité de la nation, et de respect pour les droits inaliénables de l’Église catholique, comment ne serions-Nous pas saisi d’une vive douleur? Et quand Nous voyons se révéler, l’une après l’autre, les conséquences funestes de ces coupables attaques qui conspirent à la ruine des mœurs, de la religion et même des intérêts politiques sagement compris, comment exprimer les amertumes qui Nous inondent et les appréhensions qui nous assiègent?

D’autre part, Nous Nous sentons grandement consolé, lorsque Nous voyons ce même peuple français redoubler, pour le Saint-Siège, d’affection et de zèle, à mesure qu’il le voit plus délaissé, Nous devrions dire plus combattu sur la terre. À plusieurs reprises, mus par un profond sentiment de religion et de vrai patriotisme, les représentants de toutes les classes sociales sont accourus, de France jusqu’à Nous, heureux de subvenir aux nécessités incessantes de l’Église, désireux de Nous demander lumière et conseil, pour être sûrs qu’au milieu des présentes tribulations, ils ne s’écarteront en rien des enseignements du Chef des croyants. Et Nous, réciproquement, soit par écrit soit de vive voix, Nous avons ouvertement dit à Nos fils ce qu’ils avaient droit de demander à leur Père. Et loin de les porter au découragement, nous les avons fortement exhortés à redoubler d’amour et d’efforts dans la défense de la foi catholique, en même temps que de leur patrie : deux devoirs de premier ordre, auxquels nul homme, en cette vie, ne peut se soustraire.

Et aujourd’hui encore, Nous croyons opportun, nécessaire même, d’élever de nouveau la voix, pour exhorter plus instamment, Nous ne dirons pas seulement les catholiques, mais tous les Français honnêtes et sensés à repousser loin d’eux tout germe de dissentiments politiques, afin de consacrer uniquement leurs forces à la pacification de leur patrie. Cette pacification, tous en comprennent le prix ; tous, de plus en plus, l’appellent de leurs vœux, et Nous qui la désirons plus que personne, puisque Nous représentons sur la terre le Dieu de la paix [1], Nous convions, par les présentes Lettres, toutes les âmes droites, tous les cœurs généreux, à Nous seconder pour la rendre stable et féconde.

Avant tout, prenons comme point de départ une vérité notoire, souscrite par tout homme de bon sens et hautement proclamée par l’histoire de tous les peuples, à savoir que la religion, et la religion seule, peut créer le lien social; que seule elle suffit à maintenir sur de solides fondements la paix d’une nation. Quand diverses familles, sans renoncer aux droits et aux devoirs de la société domestique, s’unissent sous l’inspiration de la nature, pour se constituer membres d’une autre famille plus vaste, appelée la société civile, leur but n’est pas seulement d’y trouver le moyen de pourvoir à leur bien-être matériel, mais surtout d’y puiser le bienfait de leur perfectionnement moral. Autrement la société s’élèverait peu au-dessus d’une agrégation d’êtres sans raison, dont toute la vie est dans la satisfaction des instincts sensuels. Il y a plus: sans ce perfectionnement moral, difficilement on démontrerait que la société civile, loin de devenir pour l’homme, en tant qu’homme, un avantage, ne tournerait pas à son détriment.

Or, la moralité dans l’homme, par le fait même qu’elle doit mettre de concert tant de droits et tant de devoirs dissemblables, puisqu’elle entre comme élément dans tout acte humain, suppose nécessairement Dieu, et, avec Dieu, la religion, ce lien sacré dont le privilège est d’unir, antérieurement à tout autre lien, l’homme à Dieu. En effet, l’idée de moralité importe avant tout un ordre de dépendance à l’égard du vrai, qui est la lumière de l’esprit; à l’égard du bien, qui est la fin de la volonté: sans le vrai, sans le bien, pas de morale digne de ce nom. Et quelle est donc la vérité principale et essentielle, celle dont toute vérité dérive ? c’est Dieu. Quelle est donc encore la bonté suprême dont tout autre bien procède ? c’est Dieu. Quel est enfin le créateur et le conservateur de notre raison, de notre volonté, de tout notre être, comme il est la fin de notre vie ? Toujours Dieu. Donc, puisque la religion est l’expression intérieure et extérieure de cette dépendance que nous devons à Dieu à titre de justice, il s’en dégage une grave conséquence qui s’impose: Tous les citoyens sont tenus de s’allier pour maintenir dans la nation le sentiment religieux vrai, et pour le défendre au besoin, si jamais une école athée, en dépit des protestations de la nature et de l’histoire, s’efforçait de chasser Dieu de la société, sûre par là d’anéantir le sens moral au fond même de la conscience humaine. Sur ce point, entre hommes qui n’ont pas perdu la notion de l’honnêteté, aucune dissidence ne saurait subsister.

Dans les catholiques français, le sentiment religieux doit être encore plus profond et plus universel, puisqu’ils ont le bonheur d’appartenir à la vraie religion. Si, en effet, les croyances religieuses furent, toujours et partout, données comme base à la moralité des actions humaines et à l’existence de toute société bien ordonnée, il est évident que la religion catholique, par le fait même qu’elle est la vraie Église de Jésus-Christ, possède plus que toute autre l’efficacité voulue pour bien régler la vie, dans la société comme dans l’individu. En faut-il un éclatant exemple ? La France elle-même le fournit. — À mesure qu’elle progressait dans la foi chrétienne, on la voyait monter graduellement à cette grandeur morale qu’elle atteignit, comme puissance politique et militaire. C’est qu’à la générosité naturelle de son cœur, la charité chrétienne était venue ajouter une abondante source de nouvelles énergies; c’est que Son activité merveilleuse avait rencontré, tout à la fois comme aiguillon, lumière directive et garantie de constance, cette foi chrétienne qui, par la main de la France, traça dans les annales du genre humain des pages si glorieuses. Et, encore aujourd’hui, sa foi ne continue-t-elle pas d’ajouter aux gloires passées de nouvelles gloires? On la voit, inépuisable de génie et de ressources, multiplier sur son propre sol les œuvres de charité ; on l’admire partant pour les pays lointains où, par son or, par les labeurs de ses missionnaires, au prix même de leur sang, elle propage d’un même coup le renom de la France et les bienfaits de la religion catholique. Renoncer à de telles gloires, aucun Français, quelles que soient par ailleurs ses convictions, ne l’oserait; ce serait renier la patrie.

Or, l’histoire d’un peuple révèle, d’une manière incontestable, quel est l’élément générateur et conservateur de sa grandeur morale. Aussi, que cet élément vienne à lui manquer, ni la surabondance de l’or, ni la force des armes ne sauraient le sauver de la décadence morale, peut-être de la mort. Qui ne comprend maintenant que pour tous les Français qui professent la religion catholique, la grande sollicitude doit être d’en assurer la conservation; et cela avec d’autant plus de dévouement, qu’au milieu d’eux le christianisme devient, de la part des sectes, l’objet d’hostilités plus implacables? Sur ce terrain, ils ne peuvent se permettre ni indolence dans l’action, ni division de partis; l’une accuserait une lâcheté indigne du chrétien, l’autre serait la cause d’une faiblesse désastreuse.

Et ici, avant de pousser plus loin, il nous faut signaler une calomnie astucieusement répandue, pour accréditer contre les catholiques et contre le Saint-Siège lui-même des imputations odieuses. — On prétend que l’entente et la vigueur d’action inculquées aux catholiques pour la défense de leur foi ont, comme secret mobile, bien moins la sauvegarde des intérêts religieux que l’ambition de ménager à l’Église une domination politique sur l’État. — Vraiment, c’est vouloir ressusciter une calomnie bien ancienne, puisque son invention appartient aux premiers ennemis du christianisme. Ne fut-elle formulée tout d’abord contre la personne adorable du Rédempteur? Oui, on l’accusait d’agir par des visées politiques, alors qu’il illuminait les âmes par sa prédication et qu’il soulageait les souffrances corporelles ou spirituelles des malheureux avec les trésors de sa divine bonté :  Nous avons trouvé cet homme travaillant à bouleverser notre peuple, défendant de payer le tribut à César, et s’intitulant le Christ-Roi. Si vous lui rendez la liberté, vous n’êtes pas ami de César: Car quiconque se prétend roi fait de l’opposition à César… César est pour nous le seul roi ... [2]

Ce furent ces calomnies menaçantes qui arrachèrent à Pilate la sentence de mort contre celui qu’à plusieurs reprises il avait déclaré innocent. Et les auteurs de ces mensonges ou d’autres de la même force n’omirent rien pour les propager au loin, par leurs émissaires, ainsi que saint Justin martyr le reprochait aux juifs de son temps:  Loin de vous repentir, après que vous avez appris sa résurrection d’entre les morts, vous avez envoyé de Jérusalem des hommes, habilement choisis, pour annoncer qu’une hérésie et une secte impie avaient été suscitées par un certain séducteur appelé Jésus de Galilée [3].

En diffamant si audacieusement le christianisme, ses ennemis savaient ce qu’ils faisaient; leur plan était de susciter contre sa propagation un formidable adversaire, l’Empire romain. La calomnie fit son chemin; et les païens, dans leur crédulité, appelaient à l’envi les premiers chrétiens des êtres inutiles, des citoyens dangereux, des factieux, des ennemis de l’Empire et des empereurs  [4]. En vain les apologistes du christianisme par leurs écrits, en vain les chrétiens par leur belle conduite, s’appliquèrent-ils à démontrer tout ce qu’avaient d’absurde et de criminel ces qualifications: on ne daignait même pas les entendre. Leur nom seul valait une déclaration de guerre; et les chrétiens, par le simple fait qu’ils étaient chrétiens, non pour aucune autre cause, se voyaient forcément placés dans cette alternative: ou l’apostasie ou le martyre.

Les mêmes griefs et les mêmes rigueurs se renouvelèrent plus ou moins dans les siècles suivants, chaque fois que se rencontrèrent des gouvernements déraisonnablement jaloux de leur pouvoir, et animés contre l’Église d’intentions malveillantes. Toujours ils surent mettre en avant, devant le public, le prétexte des prétendus envahissements de l’Église sur l’État, pour fournir à l’État des apparences de droit dans ses empiétements et ses violences envers la religion catholique.

Nous avons tenu à rappeler, en quelques traits, ce passé, pour que les catholiques ne se déconcertent pas du présent. La lutte, en substance, est toujours la même: toujours Jésus-Christ mis en butte aux contradicteurs du monde: toujours les mêmes moyens mis en œuvre par les ennemis modernes du christianisme, moyens très vieux au fond, modifiés à peine dans la forme; mais toujours aussi mêmes moyens de défense clairement indiqués aux chrétiens des temps présents par nos apologistes, nos docteurs, nos martyrs. Ce qu’ils ont fait, il nous incombe de le faire à notre tour. Mettons donc au-dessus de tout la gloire de Dieu et de son Église; travaillons pour elle, avec une application constante et effective; et laissons le soin du succès à Jésus-Christ qui nous dit: Dans le monde, vous serez opprimés; mais, ayez confiance, j’ai vaincu le monde [5] .

Pour aboutir là, Nous l’avons déjà remarqué, une grande union est nécessaire, et si l’on veut y parvenir, il est indispensable de mettre de côté toute préoccupation capable d’en amoindrir la force et l’efficacité. – Ici, nous entendons principalement faire allusion aux divergences politiques des Français, sur la conduite à tenir envers la République actuelle: question que nous désirons traiter avec la clarté réclamée par la gravité du sujet, en parlant des principes et en descendant aux conséquences pratiques.

Divers gouvernements politiques se sont succédé en France dans le cours de ce siècle, et chacun avec sa forme distinctive : empires, monarchies, républiques. En se renfermant dans les abstractions, on arriverait à définir quelle est la meilleure de ses formes, considérées en ellesmêmes; on peut affirmer également, en toute vérité, que chacune d’elles est bonne, pourvu qu’elle sache marcher droit à sa fin, c’est-à-dire le bien commun, pour lequel l’autorité sociale est constituée; il convient d’ajouter finalement, qu’à un point de vue relatif, telle ou telle forme de gouvernement peut-être préférable, comme s’adaptant mieux au caractère et aux mœurs de telle ou telle nation. Dans cet ordre d’idées spéculatif, les catholiques, comme tout citoyen, ont pleine liberté de préférer une forme de gouvernement à l’autre, précisément en vertu de ce qu’aucune de ces formes sociales ne s’oppose, par elle-même, aux données de la saine raison, ni aux maximes de la doctrine chrétienne. Et c’en est assez pour justifier pleinement la sagesse de l’Église alors que, dans ses relations avec les pouvoirs politiques, elle fait abstraction des formes qui les différencient, pour traiter avec eux les grands intérêts religieux des peuples, sachant qu’elle a le devoir d’en prendre la tutelle, au-dessus de tout autre intérêt. Nos précédentes Encycliques ont exposé déjà ces principes; il était toutefois nécessaire de les rappeler pour le développement du sujet qui nous occupe aujourd’hui.

Que si l’on descend des abstractions sur le terrain des faits, il faut nous bien garder de renier les principes tout à l’heure établis; ils demeurent inébranlables. Seulement, en s’incarnant les faits, ils y revêtent un caractère de contingence, déterminé par le milieu où se produit leur application. Autrement dit, si chaque forme politique est bonne par elle-même, et peut être appliquée au gouvernement des peuples, en fait, cependant, on ne rencontre pas chez tous les peuples le pouvoir politique sous une même forme; chacun possède la sienne propre. Cette forme naît de l’ensemble des circonstances historiques ou nationales, mais toujours humaines, qui font surgir dans une nation ses lois traditionnelles et même fondamentales: et, par celles-ci, se trouve déterminée telle forme particulière de gouvernement, telle base de transmission des pouvoirs suprêmes.

Inutile de rappeler que tous les individus sont tenus d’accepter ces gouvernements et de ne rien tenter pour les renverser ou pour en changer la forme. De là vient que l’Église, gardienne de la plus vraie et la plus haute notion sur la souveraineté politique, puisqu’elle la fait dériver de Dieu, a toujours réprouvé les doctrines et toujours condamné les hommes rebelles à l’autorité légitime. Et cela, dans le temps même où les dépositaires du pouvoir en abusaient contre Elle, se privant par là du plus puissant appui donné à leur autorité, et du moyen le plus efficace pour obtenir du peuple l’obéissance à leurs lois. On ne saurait trop méditer sur ce sujet les célèbres prescriptions que le Prince des apôtres au milieu des persécutions, donnait aux premiers chrétiens: «Honorez tout le monde; aimez la fraternité: craignez Dieu: rendez honneur au roi  » [6]. Et celle de saint Paul: « Je vous en conjure donc avant toutes choses: ayez soin qu’il se fasse au milieu de vous des obsécrations, des oraisons, des demandes, des actions de grâces, pour tous les hommes, pour les rois, et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie tranquille, en toute piété et chasteté: car cela est bon et agréable devant Dieu notre Sauveur » [7].

Cependant, il faut soigneusement le remarquer ici: quelle que soit la forme des pouvoirs civils dans une nation, on ne peut la considérer comme tellement définitive qu’elle doive demeurer immuable, fût-ce l’intention de ceux qui, à l’origine, l’ont déterminée.

Seule, l’Église de Jésus-Christ a pu conserver et conservera sûrement jusqu’à la consommation des temps sa forme de gouvernement. Fondée par celui qui était, qui est, et qui sera dans les siècles [8], elle a reçu de lui, dès son origine, tout ce qu’il faut pour poursuivre sa mission divine à travers l’océan mobile des choses humaines. Et, loin d’avoir besoin de transformer sa constitution essentielle, elle n’a même pas le pouvoir de renoncer aux conditions de vraie liberté et de souveraine indépendance, dont la Providence l’a munie dans l’intérêt général des âmes.

Mais quant aux sociétés purement humaines, c’est un fait gravé cent fois dans l’histoire, que le temps, ce grand transformateur de tout ici-bas, opère dans leurs institutions politiques de profonds changements. Parfois, il se borne à modifier quelque chose à la forme de gouvernement établie; d’autres fois, il va jusqu’à substituer aux formes primitives, d’autres formes totalement différentes, sans en excepter le mode de transmission du pouvoir souverain.

Et comment viennent à se produire ces changements politiques dont Nous parlons? Ils succèdent parfois à des crises violentes, trop souvent sanglantes, au milieu desquelles les gouvernements préexistants disparaissent en fait; voilà l’anarchie qui domine ; bientôt, l’ordre public est bouleversé jusque dans ses fondements. Dès lors, une  nécessité sociale s’impose à la nation; elle doit sans retard pourvoir à elle-même. Comment n’aurait-elle pas le droit, et plus encore le devoir de se défendre contre un état de choses qui la trouble si profondément, et de rétablir la paix publique dans la tranquillité de l’ordre ?

Or, cette nécessité sociale justifie la création et l’existence des nouveaux gouvernements, quelque forme qu’ils prennent; puisque, dans l’hypothèse où nous raisonnons, ces nouveaux gouvernements sont nécessairement requis par l’ordre public, tout ordre public étant impossible sans un gouvernement. Il suit de là que, dans de semblables conjonctures, toute la nouveauté se borne à la forme politique des pouvoirs civils, ou à leur mode de transmission; elle n’affecte nullement le pouvoir considéré en lui-même. Celui-ci continue d’être immuable et digne de respect; car, envisagé dans sa nature, il est constitué et s’impose pour pourvoir au bien commun, but suprême qui donne son origine à la société humaine. En d’autres termes, dans toute hypothèse, le pouvoir civil, considéré comme tel, est de Dieu et toujours de Dieu : « Car il n’y a point de pouvoir si ce n’est de Dieu » [9].

Par conséquent, lorsque les nouveaux gouvernements qui représentent cet immuable pouvoir sont constitués, les accepter n’est pas seulement permis, mais réclamé, voire même imposé par la nécessité du bien social qui les a faits et les maintient. D’autant plus que l’insurrection attise la haine entre citoyens, provoque les guerres civiles et peut rejeter la nation dans le chaos de l’anarchie. Et ce grand devoir de respect et de dépendance persévérera, tant que les exigences du bien commun le demanderont, puisque ce bien est, après Dieu, dans la société, la loi première et dernière.

Par là s’explique d’elle-même la sagesse de l’Église dans le maintien de ses relations avec les nombreux gouvernements qui se sont succédé en France, en moins d’un siècle, et jamais sans produire des secousses violentes et profondes. Une telle attitude est la plus sûre et la plus salutaire ligne de conduite pour tous les Français, dans leurs relations civiles avec la république, qui est le gouvernement actuel de leur nation. Loin d’eux ces dissentiments politiques qui les divisent; tous leurs efforts doivent se combiner pour conserver ou relever la grandeur morale de leur patrie.

Mais une difficulté se présente : «Cette république, fait-on remarquer, est animée de sentiments si antichrétiens que les hommes honnêtes, et beaucoup plus les catholiques, ne pourraient consciencieusement l’accepter. » Voilà surtout ce qui a donné naissance aux dissentiments et les a aggravés.

On eût évité ces regrettables divergences, si l’on avait su tenir soigneusement compte de la distinction considérable qu’il y a entre  Pouvoirs constitués et Législation. La législation diffère à tel point des pouvoirs politiques et de leur forme, que, sous le régime dont la forme est la plus excellente, la législation peut être détestable; tandis qu’à l’opposé, sous le régime dont la forme est la plus imparfaite, peut se rencontrer une excellente législation. Prouver, l’histoire à la main, cette vérité, serait chose facile ; mais à quoi bon? tous en sont convaincus. Et qui mieux que l’Église est en mesure de le savoir, elle qui s’est efforcée d’entretenir des rapports habituels avec tous les régimes politiques? Certes, plus que toute autre puissance, elle saurait dire ce que lui ont souvent apporté de consolations ou de douleurs les lois des divers gouvernements qui ont successivement régi les peuples, de l’Empire romain jusqu’à nous.

Si la distinction, tout à l’heure établie, a son importance majeure, elle a aussi sa raison manifeste; la législation est l’œuvre des hommes investis du pouvoir et qui, de fait, gouvernent la nation. D’où il résulte qu’en pratique la qualité des lois dépend plus de la qualité de ces hommes que de la forme du pouvoir. Ces lois seront donc bonnes ou mauvaises, selon que les législateurs auront l’esprit imbu de bons ou de mauvais principes et se laisseront diriger, ou par la prudence politique, ou par la passion.

Qu’en France, depuis plusieurs années, divers actes importants de la législation aient procédé de tendances hostiles à la religion, et par conséquent aux intérêts de la nation, c’est l’aveu de tous, malheureusement confirmé par l’évidence des faits.

Nous-même, obéissant à un devoir sacré, Nous en adressâmes des plaintes vivement senties à celui qui était alors à la tête de la République. Ces tendances cependant persistèrent, le mal s’aggrava, et l’on ne aurait s’étonner que les membres de l’Épiscopat français, placés par l’EspritSaint pour régir leurs différentes et illustres Églises, aient regardé, encore tout récemment, comme une obligation, d’exprimer, publiquement leur douleur, touchant la situation créée en France à la religion catholique.

Pauvre France! Dieu seul peut mesurer l’abîme de maux où elle s’enfoncerait, si cette législation, loin de s’améliorer, s’obstinait dans une telle déviation, qui aboutirait à arracher de l’esprit et du cœur des Français la religion qui les a faits si grands.

Et voilà précisément le terrain sur lequel, tout dissentiment politique mis à part, les gens de bien doivent s’unir comme un seul homme, pour combattre, par tous les moyens légaux et honnêtes, de la législation. Le respect que l’on doit aux pouvoirs constitués ne saurait l’interdire : il ne peut importer, ni le respect, ni beaucoup moins d’obéissance sans limites à toute mesure législative quelconque, édictée par ces mêmes pouvoirs. Qu’on ne l’oublie pas, la loi est une prescription ordonnée selon la raison et promulguée, pour le bien de la communauté, par ceux qui ont reçu à cette fin le dépôt du pouvoir.

En conséquence, jamais on ne peut approuver des points de législation qui soient hostiles à la religion et à Dieu; c’est, au contraire, un devoir de les réprouver. C’est ce que le grand évêque d’Hippone, saint Augustin, mettait eu parfaite lumière dans ce raisonnement plein d’éloquence : «Quelquefois, les puissances de la terre sont bonnes et craignent Dieu; d’autres fois, elles ne le craignent pas. Julien était un empereur infidèle à Dieu, un apostat, un pervers, idolâtre. Les soldats chrétiens servirent cet empereur infidèle. Mais, dès qu’il s’agissait de la cause de Jésus-Christ, ils ne reconnaissaient que celui qui est dans le ciel. Julien leur prescrivait-il d’honorer les idoles et de les encenser ? Ils mettaient Dieu au-dessus du prince. Mais, leur disait-il, formez vos rangs pour marcher contre telle nation ennemie ? à l’instant ils obéissaient. Ils distinguaient le Maître éternel du maître temporel, et cependant, en vue du Maître éternel, ils se soumettaient même à un tel maître temporel» [10]. Nous le savons, l’athée, par un lamentable abus de sa raison et plus encore de sa volonté, nie ces principes. Mais, en définitive, l’athéisme est une erreur si monstrueuse qu’elle ne pourra jamais, soit dit à l’honneur de l’humanité, y anéantir la conscience des droits de Dieu pour y substituer l’idolâtrie de l’État.

Les principes qui doivent régler notre conduite envers Dieu et envers les gouvernements humains étant ainsi définis, aucun homme impartial ne pourra accuser les catholiques français, si, sans épargner ni fatigues ni sacrifices, ils travaillent à conserver à leur patrie ce qui est pour elle une condition de salut, ce qui résume tant de traditions glorieuses enregistrées par l’histoire, et que tout Français a le devoir de ne pas oublier.

Avant de terminer notre Lettre, Nous voulons toucher à deux points connexes entre eux, et qui, se rattachant de plus près aux intérêts religieux, ont pu susciter parmi les catholiques quelque division.

L’un d’eux est le Concordat qui, pendant tant d’années, a facilité en France l’harmonie entre le gouvernement de l’Église et celui de l’État. Sur le maintien de ce pacte solennel et bilatéral, toujours fidèlement observé de la part du Saint-Siège, les adversaires de la religion catholique euxmêmes ne s’accordent pas.

Les plus violents voudraient son abolition, pour laisser à l’État toute liberté de molester l’Église de Jésus-Christ.

D’autres, au contraire, avec plus d’astuce, veulent, ou du moins assurent vouloir la conservation du Concordat: non pas qu’ils reconnaissent à l’État le devoir de remplir envers l’Église les engagements souscrits, mais uniquement pour le faire bénéficier des concessions faites par l’Église ; comme si l’on pouvait à son gré séparer les engagements pris des concessions obtenues, alors que ces deux choses font partie substantielle d’un seul tout. Pour eux, le Concordat ne resterait donc que comme une chaîne propre à entraver la liberté de l’Église, cette liberté sainte à laquelle elle a un droit divin et inaliénable.

De ces deux opinions, laquelle prévaudra ? Nous l’ignorons. Nous avons voulu seulement le rappeler, pour recommander aux catholiques de ne pas provoquer de scission sur un sujet dont il appartient au Saint-Siège de s’occuper.

Nous ne tiendrons pas le même langage sur l’autre point, concernant le principe de la séparation de l’État et de l’Église, ce qui équivaut à séparer la législation humaine de la législation chrétienne et divine. Nous ne voulons pas nous arrêter à démontrer ici tout ce qu’a d’absurde la théorie de cette séparation; chacun le comprendra de lui-même. Dès que l’État refuse de donner à Dieu ce qui est à Dieu, il refuse, par une conséquence nécessaire, de donner aux citoyens ce à quoi ils ont droit comme hommes; car, qu’on le veuille ou non, les vrais droits de l’homme naissent précisément de ses devoirs envers Dieu. D’où il suit que l’État, en manquant, sous ce rapport, le but principal de son institution, aboutit en réalité à se renier lui-même et à démentir ce qui est la raison de la propre existence. Ces vérités supérieures sont si clairement proclamées par la voix même de la raison naturelle, qu’elles s’imposent à tout homme que n’aveugle pas la violence de la passion.

Les catholiques, en conséquence, ne sauraient trop se garder de soutenir une telle séparation. En effet, vouloir que l’État se sépare de l’Église, ce serait vouloir, par une conséquence logique, que l’Église fût réduite à la liberté de vivre selon le droit commun à tous les citoyens.

Cette situation, il est vrai, se produit dans certains pays. C’est une manière d’être qui, si elle ses nombreux et graves inconvénients, offre aussi quelques avantages, surtout quand le législateur, par une heureuse inconséquence, ne laisse pas que de s’inspirer des principes chrétiens; et ces avantages, bien qu’ils ne puissent justifier le faux principe de la séparation, ni autoriser à le défendre, rendent cependant digne de tolérance un état de choses qui, pratiquement, n’est pas le pire de tous.

Mais en France, nation catholique par ses traditions et par la foi présente de la grande majorité de ses fils, l’Église ne doit pas être mise dans la situation précaire qu’elle subit chez d’autres peuples. Les catholiques peuvent d’autant moins préconiser la séparation, qu’ils connaissent mieux les intentions des ennemis qui la désirent. Pour ces derniers, et ils le disent assez clairement, cette séparation, c’est l’indépendance entière de la législation politique envers la législation religieuse ; il y a plus, c’est l’indifférence absolue du pouvoir à l’égard des intérêts de la société chrétienne, c’est- à-dire de l’Église, et la négation même de son existence. – Ils font cependant une réserve qui se formule ainsi: Dès que l’Église, utilisant les ressources que le droit commun laisse aux moindres des Français, saura, par un redoublement de son activité native, faire prospérer son œuvre, aussitôt l’État intervenant pourra et devra mettre les catholiques français hors du droit commun lui-même.

Pour tout dire, en un mot, l’idéal de ces hommes serait le retour au paganisme : l’État ne reconnaît l’Église qu’au jour où il lui plaît de la persécuter.

Nous avons expliqué, Vénérables Frères, d’une manière abrégée mais nette, sinon tous, au moins les principaux points sur lesquels les catholiques français et tous les hommes sensés doivent pratiquer l’union et la concorde, pour guérir, autant qu’il est possible encore, les maux dont la France est affligée, et pour relever même sa grandeur morale. Ces points sont: la religion et la patrie, les pouvoir s politiques et la législation, la conduite à tenir à l’égard de ces pouvoirs et à l’égard de cette législation, le concordat, la séparation de l’État et de l’Église.

Nous nourrissons l’espoir et la confiance que l’éclaircissement de ces points dissipera les préjugés de plusieurs hommes de bonne foi, facilitera la pacification des esprits, et par elle l’union parfaite de tous les catholiques, pour soutenir la grande cause du Christ qui aime les Francs.

Quelle consolation pour Notre cœur, de vous encourager dans cette voie, et de vous contempler tous, répondant docilement à Notre appel! – Vous, Vénérables Frères, par Votre autorité, et avec le zèle si éclairé pour l’Église et la Patrie qui Vous distingue, Vous apporterez un puissant secours à cette œuvre pacificatrice, – Nous aimons même à espérer que ceux qui sont au pouvoir voudront bien apprécier Nos paroles, qui visent à la prospérité et au bonheur de la France.

En attendant, comme gage de Notre affection paternelle, Nous donnons à Vous, Vénérables Frères, à Votre Clergé, ainsi qu’à tous les catholiques de France, la Bénédiction Apostolique.

Donné à Rome, le 16 février de l’année 1892, de Notre Pontificat la quatorzième.



Léon XIII, Pape




 
*ASS, vol. XXIV (1891-92), pp. 519-529.  



[1] Non enim est dissensionis Deus, sed pacis, I Cor. XIV, 33.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15014
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Nou bezwen yon AU MILIEU DES SOLLICITUDES pou KLEJE AYISYEN an   Mer 2 Aoû 2017 - 6:36

Ann AYITI ,ti krik ti krak se yon FET KATOLIK ;se ASANSYON ,FET DYE,LA TOUSEN ki se JOU FERYE ann AYITI.

Se kon sa sa te ye an FRANS tou jiskaske PWOGRESIS FRANSE yo mande pou kase KONKODA ki te siyen ant LETA FRANSE ak gouvenman FRANSE an.

Men sa PAP LEON XIII te di sou sa lan ANSIKLIK lan ,le li we ke PWOGRESIS FRANSE yo te vle voye KONKODA a ,lan POUBEL:


Avant de terminer notre Lettre, Nous voulons toucher à deux points connexes entre eux, et qui, se rattachant de plus près aux intérêts religieux, ont pu susciter parmi les catholiques quelque division.

L’un d’eux est le Concordat qui, pendant tant d’années, a facilité en France l’harmonie entre le gouvernement de l’Église et celui de l’État. Sur le maintien de ce pacte solennel et bilatéral, toujours fidèlement observé de la part du Saint-Siège, les adversaires de la religion catholique euxmêmes ne s’accordent pas.

Les plus violents voudraient son abolition, pour laisser à l’État toute liberté de molester l’Église de Jésus-Christ.

D’autres, au contraire, avec plus d’astuce, veulent, ou du moins assurent vouloir la conservation du Concordat: non pas qu’ils reconnaissent à l’État le devoir de remplir envers l’Église les engagements souscrits, mais uniquement pour le faire bénéficier des concessions faites par l’Église ; comme si l’on pouvait à son gré séparer les engagements pris des concessions obtenues, alors que ces deux choses font partie substantielle d’un seul tout. Pour eux, le Concordat ne resterait donc que comme une chaîne propre à entraver la liberté de l’Église, cette liberté sainte à laquelle elle a un droit divin et inaliénable.

De ces deux opinions, laquelle prévaudra ? Nous l’ignorons. Nous avons voulu seulement le rappeler, pour recommander aux catholiques de ne pas provoquer de scission sur un sujet dont il appartient au Saint-Siège de s’occuper.


An pasan ,sa PAP lan te PE an ,se li k te rive .Le 9 DESANM 1905 Depite SOSYALIS ARISTID BRIANT fe pase yon LWA ki di ke LA FRANS se yon LETA konpletman LAYIK.
KONKODA ki te siyen ant LETA FRANSE an ak VATIKAN ,AN 1801 ,lan POUBEL.......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15014
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Nou bezwen yon AU MILIEU DES SOLLICITUDES pou KLEJE AYISYEN an   Ven 4 Aoû 2017 - 7:31

Sou menm WOULIB lan ,pou nou kontinye pale de KONKODA.

RAFAEL TRUJILLO te siyen yon KONKODA ak VATIKAN an 1954,se preske 100 apre ke AYITI te siyen pa l lan ak VATIKAN.

IDOL TRUJILLO se te FRANCISCO FRANCO.TRUJILLO te we BENEFIS ke FRANCO te tire ak APWI ke LEGLIZ KATOLIK te bali.
Depi ou te opoze FRANCO,MISYE mache pran w ,li di w se KOMINIS e LEGLIZ KATOLIK swa femen je l ,swa apwouve l.

Youn lan rezon ke LEGLIZ KATOLIK ,ou byen YERACHI an te deye KOUDETA kont JUAN BOSCH lan ,an 1963 ,se paske youn lan premye DEKLARASYON BOSCH te fe ,le li pran pouvwa a ,se te ABOLISMAN KONKODA a.

Li pa t gen tan fe sa.

Ann AYITI ,youn lan gwo kalamite ki tonbe sou PEYI an ,se te KONKODA a .LEGLIZ KATOLIK se youn lan premye ENSTRIMAN pou prepare yon ELIT ANTI-AYISYEN.

An DOMINIKANI ,yo kontinye ap mande ABANDONMAN KONKODA a ,men LEGLIZ KATOLIK pa fe DOMINIKANI OTAN DE MAL ke l fe ann AYITI.
Gen yon POSYON SEN lan LEGLIZ KATOLIK an DOMINIKANI ki ap leve TET li de plizanpli.
http://dominicantoday.com/dr/local/2017/08/01/jesuits-declare-support-for-green-march


Les jésuites déclarent soutenir la Marche verte



Fr. Javier Vidal (image de eldia.com.do)





Saint-Domingue.- Dans un mouvement inhabituel, l'ordre religieux jésuite a publié une vidéo officielle exprimant son soutien au mouvement civique de la Marche verte, en la décrivant comme la méthode appropriée pour lutter contre la corruption et l'impunité.

La vidéo a été distribuée par la Compagnie de Jésus dans les Caraïbes à l'occasion de la fête de son fondateur, saint Ignace de Loyola.

La production s'ouvre avec le Supérieur provincial de l'ordre religieux, Fr. Javier Vidal, en réfléchissant à la manière dont le «Évangile de Jésus l'engage» à soutenir ce mouvement.

En plus du père. Vidal, la vidéo comprend les contributions du prêtre de paroisse Neftalí Eugenia, du directeur national de la pastorale sociale jésuite Mario Serrano et du professeur d'université PUCMM, Manuel Maza.

La vidéo, "Les jésuites contre la corruption en République dominicaine", présente des images de la Marche verte. La voix off prend en charge le message:

«Notre foi dans l'évangile de Jésus et notre profonde affection pour le peuple dominicain nous engagent en tant que jésuites à marcher ensemble pour changer la situation de corruption et d'impunité qui règne dans notre société», déclarent les Fr. Vidal et Eugénie.

Fr. Manuel Serrano, l'un des principaux militants de la Marche verte, dit que «ce mouvement est l'expression la plus palpable de l'engagement à lutter contre la corruption et l'impunité». Les jésuites sont la première congrégation à apporter leur soutien ouvert et officiel à ce mouvement, bien que plusieurs D'autres prêtres l'ont également soutenue sur une base personnelle.

Par exemple, l'évêque de Baní, monseigneur Víctor Masalles, a invité les gens à participer aux activités organisées par la Marche verte.

Dans la vidéo, le jésuite supérieur déclare que «vous avez notre soutien actif, direct et créatif dans notre travail éducatif, paroissial, spirituel et social».

Fr. Manuel Maza invite tout le monde lié à la Société de Jésus et à la spiritualité jésuite pour soutenir et éduquer contre la corruption.

Et les quatre finissent avec la déclaration: "En toutes choses, pour aimer et servir".

PLUS DE NOUVELLES


Local
"Des preuves suffisantes" contre des figures de haut rang dans l'affaire Odebrecht


Local
Le ministre de l'Énergie et des Mines cherche à soutenir l'énergie propre


Économie
Les stars du Dominicain-Puerto-Rican dans la comédie musicale de Broadway


Gens
Le gouvernement prévoit une chaîne de télévision éducative








MAISON
LA PUBLICITÉ
CONTACTEZ NOUS




DominicanToday.com - La République dominicaine Source des nouvelles en anglais

Un V. Abraham Lincoln N ° 452 Local 220B, Plaza La Francesa, Piantini, Saint-Domingue

Tél. (809) 334-6386


GOLFDOMINICANO.COM

INDOMINICANA.COM


Site développé par:

Merit Designs Consulting Group


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nou bezwen yon AU MILIEU DES SOLLICITUDES pou KLEJE AYISYEN an   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nou bezwen yon AU MILIEU DES SOLLICITUDES pou KLEJE AYISYEN an
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ayisyen bezwen job, men se pou envesti lan devlopman olye travay bonmache
» Début de soirée en milieu hostile ...
» Men sa nou bezwen konnen pou nou ka konprann e rezoud pwoblem nou
» les viandes que mangent les habitants de la terre du milieu
» gauche, droite, milieu.......

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: