Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Frederick Douglass, Haiti, and Diplomacy

Aller en bas 
AuteurMessage
T-Kout
Star
Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 217
Localisation : N.Y.
Opinion politique : N/A
Loisirs : Musique, Lire
Date d'inscription : 04/10/2014

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

MessageSujet: Frederick Douglass, Haiti, and Diplomacy    Jeu 24 Aoû 2017 - 12:58



Frederick Douglass was doing an amazing job and deserved more and more recognition. That idea dawned on Republican President Benjamin Harrison soon after he took up residence in the White House. And so, in June 1889, he chose Douglass as the next U.S. minister resident and consul general to Haiti.

A little more than one year later, Douglass sat at a meeting in Port-au-Prince, perplexed. Rear Admiral Bancroft Gherardi, the commander-in-chief of the U.S. Navy’s North Atlantic Fleet, sat at his side. The career military military officer, unschooled in international diplomacy and notorious for his temper and arrogance, blustered on and on about Haiti’s obligation to cede part of its territory to the United States. Across the table, Haitian Minister of Finance and Foreign Affairs Anténor Firmin and Haitian President Florvil Hyppolite sat unmoved. There was little need for their interpreter. Both Haitian politicians could see Gherardi’s message—and his instability—in his reddened face. It was also obvious from his unnecessarily loud tone.

To Douglass, the uncomfortable scene raised a number of questions. Why was the U.S. government mistaking military strength with diplomacy? How could Harrison elevate such an incompetent man to a position of global significance? And why did the president pay lip service to his accomplishments when he had no real understanding of his intellect or politics?

These questions emerged at a moment of unrest in Haiti. In August 1888, an alliance of regional military forces revolted against Haitian President Lysius Salomon. The insurgents accused Salomon of attempting to make himself president for life. In the end, they succeeded in overthrowing the Haitian government but failed in establishing a stable replacement. The defeated Salomon regime gave way to a provisional government that included General François Denys Légitime, General Séïde Télémaque, and General Florvil Hyppolite. Before Haitians could organize a permanent government, Télémaque was assassinated and the supporters of Hyppolite laid the blame for the act on Légitime. While Légitime became president and strengthened his hold on Port-au-Prince in the aftermath of the assassination, Hyppolite launched an insurrection meant to defeat his rival and establish more economic hegemony for the northern region of Haiti from which he hailed.

The United States saw an opportunity in the unrest. Hyppolite and Anténor Firmin had long recognized the benefits of gaining the support of their powerful neighbor to the north through promises of trade concessions and ambiguous discussions of territorial cessions. For their part, U.S. government officials courted Hyppolite and supplied his insurgents with arms shipments and naval support in the hopes of securing a naval station and increased diplomatic influence in Haiti. Eventually, the realization of an alliance between his rival and the United States created a pronounced anxiety in Légitime and in October 1888 the Haitian president, backed by the French government, ordered the seizure of the Haytian Republic, a U.S. merchant ship that he correctly suspected of providing transportation for and selling arms and ammunition to the northern insurgents.

This incident cohered to a recurring theme in Haitian history—the undermining, destabilization, and delegitimization of its governments by outside interference. As white journalists demanded that the “savages inhabiting that little island” receive a “good drubbing at the hands of the United States Government,” Democratic President Grover Cleveland, who had just lost re-election despite winning the popular vote, responded.1 On December 10, 1888, U.S. Secretary of State Thomas F. Bayard sent a naval force to Haiti to demand the return of the Haytian Republic. Ten days later, confronted with the prospect of bombardment from the U.S. naval force sent to its shore, the Haitian government restored the vessel to the United States.




rederick Douglass and the Santo Domingo Commission on USS Tennessee in Key West in 1871. Photo by Oliver B. Buell.


The next summer, Douglass departed for Port-au-Prince. The position of U.S. minister resident and consul general to Haiti had become the prime patronage post for black Republicans during Reconstruction and it would maintain that status into the twentieth century. Douglass was well-aware of the significance of his position and the singular importance of Haiti. In a letter published by leading white and black newspapers just before his departure, he acknowledged that white men and women often pointed to Haiti and cried out ““Look at [It]! Torn and rent by division and revolution”” before asking “what can we expect of the American Negro.” Accordingly, Douglass admitted that he embarked on his mission “to represent the interests of the United States, and also with a view to advance the interests of” Haitians and African Americans, “the people likely to be most benefited by the wise, peaceful, and orderly government of what is called ‘The Black Republic.’”2

The man who appointed Douglass threatened those goals. Republican Benjamin Harrison subscribed to a long-standing belief that Haiti’s Môle St. Nicolas was a desirable prize because of its location at the northern entrance to the Windward Passage, its ample harbors, and its defensible geographic features. His administration wasted little time in acting upon that belief. Eight months after Harrison’s inauguration, the Yantic, an unauthorized U.S. naval warship, arrived at the Môle to measure the distance from the Haitian port to other Caribbean islands where Europeans had established telegraph cables. By the winter of 1890, U.S. Secretary of State James G. Blaine had authorization to use force to acquire the Môle while Bancroft Gherardi monitored the political situation in Haiti to assess the prospects for U.S. territorial gains there.



Antenor Firmin


Against these obstacles, Douglass strived for a more enlightened diplomacy. On New Year’s Day, 1891, Anténor Firmin paid Douglass a visit. The Haitian official denounced a U.S. newspaper for repeating the allegation that Hyppolite, now the Haitian president, had promised the Môle to the United States as recompense for helping bring him to power. Douglass agreed that the claim was baseless but he stressed the U.S. government’s willingness to lease, rent, or purchase the Môle according to “proper means . . . consistent with the peace and welfare of Hayti.” Although their conversation was interrupted, Firmin’s icy reaction to Douglass’s proposal reinforced the U.S. diplomat’s belief that there was “no one point upon which the people of Haiti are more . . . united, than upon any question touching the cession of any part of their territory.”

That was the end of Douglass’s control over what became known as the Môle St. Nicolas Affair. On January 25, 1891, Gherardi arrived in Port-au-Prince with instructions to supplant Douglass and assume the lead role in direct negotiations for the port. Three days later, he, Douglass, Firmin, Hyppolite, and an interpreter sat around a conference table discussing the U.S. acquisition of territory that contemporaries suggested had become tied to national autonomy in the Haitian imagination. Gherardi insisted that the Môle was the U.S. government’s rightful possession in return for its services rendered. Douglass tried to assuage Haitian fears, promising that “the concession asked for was in the line of good neighborhood and advanced civilization, and in every way consistent with the autonomy of Haiti.” Hyppolite and Firmin balked at that suggestion to the great consternation of Gherardi. After Firmin denied that the Môle had been promised to the U.S. government, the temperamental naval officer shouted that Hyppolite was “morally bound” to concede the Môle.3

The Haitian government closed negotiations for the Môle on April 24, 1891. By that point, Douglass could hardly reconcile his responsibility to the U.S. government and his respect for the wishes of his Haitian brethren. The admission that the United States had affected regime change in a sovereign nation was repugnant. The hubris to expect to profit from that interference was too much. And so, Douglass wiped his hands clean of the mess made by incompetent and immoral U.S. officials, announcing that he could not accept imperialism “as a foundation upon which I could base my diplomacy.”

For Douglass, the lessons of this embarrassing episode in U.S. history were clear. Enduring, even. In the summer of 1891, Douglass resigned his diplomatic post and returned to Cedar Hill House, his Anacostia home. There, in a library whose walls soon included portraits of Toussaint Louverture and Florvil Hyppolyte, Douglass crafted his response to white critics who blamed him for the failed negotiations for the Môle. First, Douglass pointed out, the United States had given Gherardi a role for which he had no preparation solely because he was white and Haitians were supposed to be more willing to defer to a white man. That assumption was laughable, Douglass suggested. It showed a stunning ignorance of Haitian history. Besides, he continued, even if a white diplomat could have exploited Haitians, a supposedly great country like the United States should “ask nothing of Haïti on grounds less just and reasonable than those upon which they would ask anything of France or England.”

Put simply, Douglass reasoned, racism was unacceptable policy. Whiteness was no substitute for competence. Historical facts rather than alternative ones mattered. And the nation—the people—owed no allegiance to a state more concerned with flexing its muscles than admitting its moral failings.

Ultimately, Douglass was secure in the knowledge that he had done a credible if not an amazing job in Haiti. He had no reason to doubt himself, to seek reason in the racist anxieties that motivated his critics and shaped their white nationalism. He had no reason to hide his defiance. “I am charged with sympathy for Haïti,” Douglass concluded. “I am not ashamed of that charge.”

The Columbus Enquirer-Sun, December 8, 1888. ↩
““The Black Republic.” Minister Douglass Has Faith in the Future of Hayti,” Huntsville Gazette, July 13, 1889. ↩
This quote and all subsequent quotes are from Douglass, “Haïti and the United States: Inside History of the Negotiations for the Môle St. Nicolas,” Part I, North American Review 153 (September 1891): 343-345. ↩

courtesy : http://www.aaihs.org/frederick-douglass-haiti-and-diplomacy/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15694
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Frederick Douglass, Haiti, and Diplomacy    Jeu 24 Aoû 2017 - 18:11

FREDERICK DOUGLASS ,byen ke li te reprezante GOUVENMAN AMERIKEN an ,ann AYITI te kont aneksasyon MOL SEN NIKOLA.

Li konnen ke ryen de bon t ap vini de bagay sa a.
AMERIK de fen 19yem SYEK ak komansman 20yem SYEK pat gen okenn AVANTAJ lan yon AYITI VYAB.

Se te EPOK "JIM CROW" lan SID ETAZINI.
FREDERICK DOUGLASS ,CHAJE DAFE GOUVENMAN AMERIKEN an ,se te ZANMI FLORVIL HYPPOLITE.

Li te fe tout kalite MANEV pou AMERIKEN yo pa t poze la PAT sou MOL SEN NIKOLA.

Yon lot bagay ,pou DOUGLASS,AYITI se te tankou IZRAYEL te vini pou JWIF yo lan 20yem SYEK ,se te "la terre promise"

Misye te montre sa lan DISKOU li te pwononse an 1903.

NEG ke AMERIKEN yo rekonet kom youn lan pi GRAN ORATE ke yo janm genyen t ap di ki jan MONN LAN TE YE ANVAN AYITI LEVE TET li.

Lan DISKOU sa a tou ,misye te di ke pa p gen PWOGRE pou AYITI ,si NEG yo kontinye refize kreye LEKOL pou PEP lan.

Le AYISYEN yo pa t bay MOL SEN NIKOLA ,AMERIKEN yo pwovoke yon GE kont LESPAY an 1898 pou yo te ka sezi GUANTANAMO lan men KIBEN yo ou pito lan men LESPAY.

GUANTANAMO ke FIDEL CASTRO di se yon KOUTO AMERIKEN yo mete lan FLAN KIBA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15694
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Frederick Douglass, Haiti, and Diplomacy    Sam 26 Aoû 2017 - 10:24

Wi
Anpil AYISYEN pa konnen FREDERIK DOUGLASS ke yo rele NEG NWA ki te pi ENFLIYAN lan 19yem SYEK lan .Se te youn lan FONDATE PATI REPIBLIKEN an.Wi PATI REPIBLIKEN ki te fonde kom PATI PWOGRESIS lan 19yem SYEK lan an 1852.
Misye te fet ESKLAV lan MARYLAND an 1818.Se sove l te sove ale lan MASSACHUSETS kote ESKLAVAY te aboli.
Misye te EDIKE TET li ,li te vini youn lan pi gwo ENTELEKTYEL AMERIKEN lan 19yem SYEK .Li EKRI yon paket LIV.BLAN RASIS ki li LIV misye yo ,refize kwe ke MISYE NWA.
Misye VWAYAJE ,prezante yon paket KONFERANS lan ANGLETE ak IRLAND.Yo we ki sot de ORATE ,ki gen KOMAND LANG ANGLE an.Youn lan PASYON FREDERICK DOUGLASS ,se te lan SIKSE PEYI DAYITI ki pou li t ap ITIL NWA tout kote.MEN ELAS
Men kek SITASYON FREDERICK DOUGLASS:
http://brainyquote.com/quotes/authors/f/frederick_douglass.html

Américain - Auteur 14 février 1817 - 20 février 1895

Il est plus facile de construire des enfants forts que de réparer des hommes brisés. - Frederick Douglass


Frederick Douglass

Enfants , Parenting , Forte



S'il n'y a pas de lutte, il n'y a pas de progrès. - Frederick Douglass
S'il n'y a pas de lutte, il n'y a pas de progrès.

Frederick Douglass

Changement , lutte , progrès



Lorsque la justice est refusée, où la pauvreté est appliquée, où l'ignorance prévaut, et où une seule classe est amenée à sentir que la société est une conspiration organisée pour l'opprimer, les voler et la dégrader, ni les personnes ni les biens ne seront en sécurité.

Frederick Douglass

Justice , Ignorance , Société



Ce n'est pas la lumière dont nous avons besoin, mais le feu;

Ce n'est pas la douce douche, mais le tonnerre.

Nous avons besoin de la tempête, du tourbillon et du tremblement de terre.

Frederick Douglass

Nature , Lumière , Tempête


Supprimer la liberté de parole est un double faux.

Cela viole les droits de l'auditeur aussi bien que ceux du conférencier.

Frederick Douglass

Gratuit , liberté d'expression , droits


Sans lutte, il ne peut y avoir de progrès. - Frederick Douglass
Frederick Douglass

Changement , lutte , progrès

Je préfère être fidèle à moi-même, même au risque d'encourir le ridicule d'autrui, plutôt que d'être faux, et d'encourir mon aversion.

Frederick Douglass

Moi - même , soit vrai , vrai


Les limites des tyrans sont prescrites par l'endurance de ceux qu'ils oppriment. - Frederick Douglass


Frederick Douglass

Limites , Endurance , Tyrans


  



Je suis un républicain, un noir, teint dans le républicain de la laine, et je n'ai jamais l'intention d'appartenir à aucun autre parti que le parti de la liberté et du progrès.

Frederick Douglass

Liberté , progrès , je suis



Une bataille perdue ou gagnée est facilement décrite, comprise et appréciée, mais la croissance morale d'une grande nation exige de la réflexion, de l'observation, de l'apprécier.

Frederick Douglass

Grand , Réflexion , Croissance



À un moment comme celui-ci, une ironie brûlante, un argument convaincant, n'est pas nécessaire.

Frederick Douglass

Le temps , l' argument , l' ironie


L'Amérique est fausse au passé, fausse au présent, et se lie solennellement d'être fausse envers l'avenir.

Frederick Douglass

Futur , passé , Amérique



J'ai prié pendant vingt ans, mais je n'ai reçu aucune réponse avant de prier avec mes jambes. - Frederick Douglass


Frederick Douglass

Religion , Réponse , Jambes
derick Douglass




Citations

Voir la liste


La vie de la nation n'est sûre que si la nation est honnête, véridique et vertueuse. - Frederick Douglass
Frederick Douglass

Vie , honnête , nation

Le bonheur du blanc ne peut être acheté par la misère du noir. - Frederick Douglass


Frederick Douglass

Bonheur , Homme , Noir


L'âme qui est en moi, personne, ne peut se dégrader. - Frederick Douglass


Frederick Douglass

Force , Âme , Homme


Ceux qui professent favoriser la liberté, et pourtant déprécier l'agitation, sont des hommes qui veulent des cultures sans labourer le sol.

Frederick Douglass

Liberté , hommes , envie



Je reconnais le parti républicain comme l'ancrage des sommets politiques de l'homme coloré et l'arche de sa sécurité.

Frederick Douglass

Sécurité , homme , politique



Personne ne peut mettre une chaîne autour de la cheville de ses semblables sans trouver enfin l'autre extrémité attachée à son propre cou.

Frederick Douglass

Man , End , Finding

Les gens pourraient ne pas avoir tout ce qu'ils travaillent dans ce monde, mais ils doivent certainement travailler pour tout ce qu'ils obtiennent.

Frederick Douglass

Travail , Monde , Personnes

La grandeur de l'homme consiste en sa capacité à faire et à l'application correcte de ses pouvoirs aux choses à faire.

Frederick Douglass

L'homme , la grandeur , fait


Découvrez ce que n'importe quel peuple va déposer tranquillement et vous avez la mesure exacte de l'injustice et du faux qui leur sera imposé.

Frederick Douglass

Personnes , Injustice , Mesure


Je ne savais pas que j'étais un esclave jusqu'à ce que je découvre que je ne pouvais pas faire ce que je voulais.

Frederick Douglass

Savoir , esclave , choses



Le pouvoir ne concède rien sans une demande. Ca n'a jamais été fait et ca ne le sera jamais.

Ca n'a jamais été fait et ca ne le sera jamais.

Frederick Douglass

Puissance , volonté , rien
Un peu d'apprentissage, en effet, peut être une chose dangereuse, mais le manque d'apprentissage est une calamité pour les gens.

Frederick Douglass

Apprendre , Personnes , Envie


 


La chose pire que la rébellion est la chose qui cause la rébellion. - Frederick Douglass


Frederick Douglass

Rébellion , pire , causes



  

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15694
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Frederick Douglass, Haiti, and Diplomacy    Sam 26 Aoû 2017 - 11:17

Ekstre yon KONFERANS ke FREDERICK DOUGLASS te pwononse sou AYITI an 1893.
Anpil bagay ke l di ,nou si ke majorite lan nou ke FIC yo te EDIKE pa t ap di.

Misye di ke MOUN ki ap di ke AYISYEN SIPESTISYE ,kom si EWOPEYEN pa SIPESTISYE.DOUGLASS di ke RENN VICTORIA ki te met PLANET lan ,an 1893 konn voye chache DLO BENIT lan RIVYE JORDAN ann IZRAYEL.Eske sa pa SIPESTISYON.

Yon ti EKSTRE KONFERANS lan
http://faculty.webster.edu/corbetre/haiti/history/1844-1915/douglass.htm
GOOGLE TRANSLATE

Considérant ce que les environnements d'Haïti étaient il y a vingt-dix ans; compte tenu des antécédents de son peuple, à la fois à la maison et en Afrique; compte tenu de leur ignorance, leur faiblesse, leur manque de formation militaire;[u] compte tenu de leur dénuement des munitions de guerre, et la mesure des énormes forces morales et matérielles qui se sont affrontées et les opposér, la réalisation de leur indépendance, est l'une des plus remarquables et l'un des événements les plus merveilleux dans l'histoire de ce siècle riche en événements, et je presque dire, dans l'histoire de l'humanité. Notre indépendance américaine était une tâche de proportions énormes. En prévision de ce le plus audacieux retenait son souffle et beaucoup d'hommes courageux reculait devant elle consterné. Mais comme herculéenne, comme ce fut cette tâche et redoutable tout comme les difficultés et les souffrances est imposée, il n'y avait rien dans son terribleness par rapport à la nature effroyable de la guerre dont Haïti a osé mener pour sa liberté et son indépendance. Son succès a été une surprise et un étonnement étonnante au monde. [Applaudissements.] Notre guerre de la Révolution avait mille ans de civilisation derrière elle. Les hommes qui l'ont conduite ont été descendus de déclaration et héros. Leur ascendance, étaient les hommes qui avaient bravé les pouvoirs de la royauté et d'un roi arrachés armé et peu enclin la déclaration des droits de l'homme grandiose jamais donné au monde. [Applaudissements.] Ils ont eu les connaissances et le caractère naturellement hérité de longues années de liberté personnelle et politique. Ils appartenaient à la race dominante de ce monde et la sympathie du monde était avec eux. Mais bien différent était avec les hommes d'Haïti. Le monde était contre eux. Ils étaient des esclaves habitués à se lever et trembler en présence de maîtres hautains. Leur éducation était l'obéissance à la volonté des autres, et leur religion était la patience et la résignation à la règle de l'orgueil et de la cruauté. En course, ils se tenaient debout devant le monde comme le plus abject, sans défense et dégradé de l'humanité. Pourtant, de ces hommes de la race nègre, venu des hommes braves, les hommes qui aimaient la liberté plus que la vie [Applaudissements]; wisemen, hommes d'État, warriorsand héros, les hommes dont les œuvres les tamponnage digne de rang avec le plus grand et le plus noble de l'humanité; les hommes qui ont acquis leur liberté et leur indépendance contre vents et marées aussi redoutable que jamais confronté une cause juste ou ses partisans. Aye, et non seulement ils ont gagné leur liberté et à l'indépendance, mais ils ont jamais abandonné ce qu'ils ont acquis à toute puissance sur la terre. [Applaudissements.] Ce précieux héritage qu'ils tiennent à jour, et j'ose dire ici dans l'oreille de tout le monde qu'ils ne se rendront cet héritage. [Applaudissements prolongés.]

Beaucoup a été dit du sauvage et du caractère sanguinaire de la guerre menée par les Haïtiens contre leurs maîtres et contre les envahisseurs venus de France par Bonaparte dans le but de les réduire en esclavage; mais l'histoire impartiale enregistre le fait que tous les actes de sang et de torture commis par les Haïtiens pendant cette guerre a été plus que doublée par les Français. Les révolutionnaires ne faisaient que ce qui était essentiel à la réussite à obtenir leur liberté et de l'indépendance et ce que tout autre peuple assailli par un ennemi pour un tel but aurait fait. [Applaudissements.]

Ils se sont rencontrés la tromperie avec la tromperie, les armes avec des armes, harcelant la guerre avec la guerre de harcèlement, le feu avec le feu, le sang avec le sang, et ils n'auraient gagné leur liberté et de l'indépendance s'ils n'apparié donc les Français à tous les points.

L'histoire sera recherché en vain un guerrier, plus humain, plus libre de l'esprit de vengeance, plus disposé à le protéger des ennemis, et moins disposés à pratiquer des représailles pour des actes de cruauté que le général Toussiant L'Ouvertue. [Applaudissements prolongés.] Son motto depuis le début de la guerre jusqu'à la fin de sa participation, était la protection des colons blancs et pas de représailles de blessures. [Applaudissements.] Aucun homme dans l'île avait été plus fidèle à la France, à la République française et Bonaparte convenait à une grande flotte et était sur le point d'envoyer une grande armée en Haïti pour conquérir et réduire son peuple à l'esclavage lui, comme un vrai patriote et un véritable homme déterminé à vaincre son intention infernale en se préparant à la défense. [Applaudissements.]

Debout sur les hauteurs du Cap Samana il avec ses généraux de confiance surveiller et d'attendre l'arrivée d'une des armées les mieux équipées et les plus redoutables jamais envoyés contre un ennemi aussi relativement faible et sans défense que Haïti a alors semblé être. Elle était composée de troupes aguerries, les troupes qui avaient vu le service sur le Rhin, les troupes qui avaient porté les armes françaises dans la gloire en Egypte et à l'ombre des pyramides éternelles. Il avait enfin vu les navires de cette puissante armée un après l'autre au nombre de cinquante-quatre navires de venir dans les eaux de son pays bien-aimé.

Qui pourra jamais mesurer l'agonie mentale de cet homme, debout sur les hauteurs et surveiller et d'attendre cet ennemi pour arriver, à venir avec des chaînes et des chaînes pour les membres et les fouets esclaves pour le dos de son peuple. Qu'est-ce que le cœur ne même pas mal dans la contemplation de sa misère.

Il est pas pour moi ici de retracer le parcours et les détails du conflit imminent alors et dire des différentes caractéristiques de cette terrible guerre; un conflit qui doit toujours être envisagé avec un frisson. Cela doit être laissé à l'histoire, à gauche au calme et la patience de l'étude.

Comme tous ces conflits prolongés, la marée de la bataille n'a pas toujours fixé en faveur du droit. catastrophe Concassage, amère déception, souffrance intense, défections graves et sablées espoirs étaient souvent le sort des défenseurs de la liberté et de l'indépendance. La patience, le courage et la force avec laquelle ils ont été pris en charge, égale pleinement les mêmes qualités exposées par les armées de Guillaume le Taciturne, lorsqu'il contestait la liberté religieuse contre les armées supérieures de l'Inquisition espagnole sous Philippe d'Espagne. Il était plus héroïque dans les braves Néerlandais de se défendre par l'eau de leurs digues, que pour les fils sombres d'Haïti pour défendre leurs libertés par la famine sur leurs plaines et le feu sur leurs montagnes. La différence était la différence de couleur. Le véritable héroïsme est la même que ce soit sous une couleur ou d'une autre, bien que les hommes ne sont pas toujours suffisamment impartial pour l'admettre. [Applaudissements.]

Le monde ne cessera jamais de se demander à l'échec des Français et le succès des Noirs. Jamais ne semble y un concours plus inégal. Le plus grand capitaine militaire de l'âge soutenu par la nation la plus guerrière dans le monde, avait mis son cœur sur la sujétion des fils méprisés d'Haïti; il n'a pas ménagé ses douleurs et hésité à employer des moyens révoltant cependant pas à cet effet boussole. Bien qu'il se prévalut de Cuba de limiers pour traquer et dévorent les femmes et les enfants; mais il a pratiqué la fraude, la duplicité et assassiner; mais il dédaigna d'observer les règles de la guerre civilisée; mais il envoya contre son pauvre Haïti bien équipée et armée habilement commandée de cinquante mille hommes; si le peuple contre lequel son armée est venue étaient non qualifiés dans les arts de la guerre; mais par une trahison le plus déshonorant et révoltant les envahisseurs capturés et envoyés Louverture Toussaint L dans les chaînes de France à périr dans une prison de glace; bien que ses épées se sont heurtés à des cerceaux de canon; mais perdre la guerre défiguré et ravagea le pays pendant une douzaine d'années - Haïti était encore libre! Son esprit était intact et ses braves fils étaient encore en général dans ses montagnes prêts à poursuivre la guerre, si besoin est, pour un siècle. [Applaudissements.]

Quand Bonaparte avait fait son plus mauvais et les os de ses malheureux soldats blanchies sur un sol rendu riche de sang patriote, et le reste brisé de son armée était heureux d'échapper à sa vie, les chefs héroïques d'Haïti dans l'année 1803 a déclaré son indépendance et elle a bien cette déclaration jusqu'à 1893. [applaudissements prolongés] Sa présence ici aujourd'hui dans l'enceinte de l'Exposition colombienne ce monde à la fin du quatre centième anniversaire de la découverte du continent américain, il est ar re affirmation de son existence et de l'indépendance en tant que nation et de sa place parmi les nations sororité des. [Applaudissements.] Le colonel Davis parle. Lorsque M. Douglas a terminé, directeur général Davis a été appelé. Il a dit entre autres:

Je suis ici pour signifier ma présence à l'appréciation de la gestion Exposition de la petite république galant qui conduit ainsi toutes les nations étrangères en matière d'achever son majestueux pavillion comme rendez-vous général pour ces motifs pour ses citoyens en visite. Il est pas dans ce beau bâtiment seul que Haïti sera représenté dignement à la Foire. Contingents ont été apportées dans les ministères de l'Agriculture, des Mines et des mines, des forêts, et d'autres. Avec une sagacité qui est pleine de promesses pour l'avenir, en Haïti, se prépare à donner une leçon d'objet, l'enseignement de l'abondance et la variété de ses ressources naturelles qui ne sont en attente de développement.

Si nous avions le temps il y a beaucoup dans le passé, ainsi que dans l'avenir d'Haïti qui serait la nourriture agréable pour la pensée et de la spéculation. Nous ne faut pas oublier que d'Haïti Colomb a donné le nom d'Hispaniola, parce qu'il a été regardé par lui comme le fruit choicest sa découverte, aussi bien pour la beauté de ses montagnes, des vallées, des rivières et des plaines comme pour la supériorité de ses habitants. Ses indigènes étaient une race bien formée et fougueuse d'un caractère doux et paisible, « plus juste et plus belle que les indigènes des autres îles. » Ils étaient accueillants à une faute que les gens sont là pour aujourd'hui. « Il n'y a pas dans le monde », écrit Christophe Colomb, « une nation meilleure, ni une meilleure terre. »

Mais la plus belle des terres peut être, comme Christophe Colomb lui-même est venu d'apprendre à sa douleur, un théâtre pour trahison et aspersión malfaisant. Ceux-là mêmes qu'il avait conduit à cette véritable utopie conspiré pour le détruire afin qu'ils puissent récolter les fruits de son génie et de construire leur renommée et fortune sur les ruines de son propre; et ils ont effectivement réussi à le renvoyer chez lui dans les chaînes d'un port de cette île magnifique. Mais maintenant, après quatre siècles se sont écoulés, sa renommée est sûre alors que les noms de ses maligners sont perdus dans l'oubli mérité.



1844-1915 PAGE PRINCIPALE HAÏTI


Art, Musique, Danse & Les critiques de livres Film Histoire Bibliothèque Littérature
Liste de diffusion Sujets divers Notes sur Livres People to People Vaudou


MAISON


Bob Corbett bcorbett@netcom.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15694
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Frederick Douglass, Haiti, and Diplomacy    Sam 26 Aoû 2017 - 11:34

Kontinyasyon ekstre KONFERANS ke FREDERICK DOUGLASS te pwononse sou AYITI an 1893.
Se te EPOK KONFERANS BERLIN ,le EWOPEYEN t ap PATAJE LAFRIK tankou se te PWOPRIYETE yo,EPOK ke moun TANKOU GOBINEAU t ap ekri sou pretandi ENFERYORITE NWA.
Epi pou repete sa FREDERICK DOUGLASS ,pou MOUN ki konn vale tout VATERYEN FRANSE e pa konnen lot MOUN.
FREDERICK DOUGLASS ak WILLIAM DELANEY ak GARRISON ki limenm te yon BLAN ,se te pi gwo AJITATE kont LESKLAVAJ OZETAZINI.Li te gen yon JOUNAL "THE LIBERATOR" ki te popile lan NO an e se li ki te konvenk ABRAHAM LINCOLN pou itilize NWA yo kom SOLDA lan GE SESESYON an ,250MIL,e se sa ki fe NO an genyen GE an ,paske anvan sa SID lan ,jisken 1863 te gen GWO CHANS pou yo te genyen e separe 12 ETA ESKLAVAJIS yo de RES ETAZINI
Men sa FREDERICK DOUGLASS t ap di de AYITI (kontinye)

seulement vindicte d'Haïti, je peux aller un peu plus loin. Je peux parler d'elle, non seulement des mots d'admiration, mais les mots de gratitude aussi bien. Elle a noblement servi la cause de la liberté humaine universelle. Il ne faut pas oublier que la liberté que vous et moi profitons aujourd'hui; que la liberté que huit cent mille personnes de couleurs bénéficient dans les Antilles britanniques; la liberté qui est venu à la cause de couleur dans le monde entier, est en grande partie en raison de la position courageuse prise par les fils noirs, d'Haïti il ​​y a quatre-vingt dix ans. Quand ils ont frappé pour la liberté, ils bâtirent mieux que ce qu'ils savaient. Leurs épées ne sont pas tirées et ne pouvaient pas tirer simplement pour eux seuls. Ils étaient liés et reliés entre eux avec leur race, et frappant pour leur liberté, ils ont frappé pour la liberté de tout homme noir dans le monde. [Applaudissements prolongés.]

On dit des nations antiques, que chacun avait sa mission spéciale dans le monde et que chacun a enseigné au monde une leçon importante. Les Juifs ont enseigné au monde une religion, une conception sublime de la Divinité. Les Grecs ont enseigné la philosophie du monde et la beauté. Les Romains ont enseigné la jurisprudence mondiale. L'Angleterre est au premier rang des nations modernes dans le commerce et la fabrication. L'Allemagne a enseigné au monde à penser, alors que la République américaine donne au monde un exemple d'un gouvernement par le peuple, du peuple et pour le peuple. [Applaudissements.] Parmi ces grands corps, la petite communauté d'Haïti, ancrée dans la mer des Caraïbes, a eu sa mission dans le monde, et une mission que le monde avait besoin d'apprendre beaucoup. Elle a enseigné au monde le danger de l'esclavage et la valeur de la liberté. À cet égard, elle a été le plus grand de tous nos professeurs modernes.

Prenant la parole pour le nègre, je peux dire que nous devons beaucoup à Walker pour son appel; John Brown [applaudissements] pour le coup frappé à Harpers Ferry, à Lundy et Garrison pour leur plaidoyer [applaudissements], nous devons beaucoup surtout à Thomas Clarkson, [applaudissements], à William Wilberforce, à Thomas Fowell Buxton, et les sociétés anti -Esclavagistes ici et à l'étranger; mais nous devons incomparablement plus en Haïti que d'eux tous. [Applaudissements prolongés.] Je la considère comme émancipateur pionnier original du XIXe siècle. [Applaudissements.] Ce fut l'un exemple courageux que tout d'abord a confronte le monde chrétien dans un sens de la virilité du nègre. C'était celle qui réveilla d'abord le monde chrétien à un sens de « le danger d'aiguillonner trop loin l'énergie qui sommeille dans le bras d'un homme noir. » [Applaudissements.] Jusqu'à ce que Haïti a frappé pour la liberté, la conscience du monde chrétien dormait profondément sur l'esclavage. Il était à peine troublé même par un rêve de ce crime contre la justice et la liberté. Le nègre était dans son estimation un mouton comme la créature, ayant aucun droit que les hommes blancs étaient tenus de respecter, un animal docile, une sorte de cul, capable de supporter des charges, et recevoir des bandes d'un maître blanc sans ressentiment, et sans résistance. La mission d'Haïti était de dissiper cette dégradation et dangereuse illusion, et de donner au monde une révélation nouvelle et vraie du caractère de l'homme noir. Cette mission qu'elle a effectuée et exécutée bien. [Applaudissements.]

Jusqu'à ce qu'elle  parlait pas de nation chrétienne avait aboli l'esclavage des nègres. Jusqu'à ce qu'elle  parlait pas de nation chrétienne avait donné au monde un effort organisé pour abolir l'esclavage. Jusqu'à ce qu'elle a parlé du navire négrier, suivi par des requins affamés, avides de dévorer les esclaves morts et mourants jetés par-dessus bord pour les nourrir, plonge en paix l'Atlantique Sud peinture de la mer avec le sang du Nègre. Jusqu'à ce qu'elle parlait, la traite des esclaves a été sanctionné par toutes les nations chrétiennes du monde, et notre terre de liberté et de lumière inclus. Les hommes ont fait fortune par ce trafic infernal, et ont été estimés comme de bons chrétiens, et les types permanents et les représentations du Sauveur du monde. Jusqu'à ce que Haïti a parlé, l'église était silencieuse, et la chaire était muette. Et négriers vivaient et quand les marchands d'esclaves sont morts, les oraisons funèbres ont été prêchés sur eux, et il leur fut dit qu'ils sont morts dans les triomphes de la foi chrétienne et sont allés au ciel des justes.


Pour avoir une juste conception ou la mesure de l'intelligence, la solidarité et le courage viril du peuple d'Haïti quand, sous la direction de Toussaint Louverture, [applaudissements prolongés] et les Dessalines intrépides, vous devez vous rappeler quelles étaient les conditions par lesquelles ils étaient entourés; que toutes les îles voisines ont été esclavagistes, et que pour aucun de ces îles pourrait-elle chercher la sympathie, le soutien et la coopération. Elle a foulé la presse du vin seul. Sa main était contre le monde chrétien, et la main du monde chrétien était contre elle. Pour elle était un fol espoir, et elle savait ce qu'elle doit faire ou mourir.

Dans l'histoire grecque ou romaine ne peut plus noble audace se trouve. Il ne sera jamais une question d'émerveillement et d'étonnement des hommes réfléchis, qu'un peuple dans l'esclavage abject, sous réserve du coup de fouet, et maintenus dans l'ignorance des lettres, comme ces esclaves étaient, auraient assez connu, ou ont eu laissé assez en eux virilité, de combiner, d'organiser et de choisir eux-mêmes des dirigeants de confiance et avec des cœurs fidèles à les suivre dans les mâchoires de la mort pour obtenir la liberté. [Applaudissements.]

En prévision de l'avenir de ce peuple, alors, j'insiste pour que une certaine importance est accordée à cela et à un autre grand fait initial: que la liberté d'Haïti n'a pas été donnée comme une aubaine, mais conquis comme un droit! [Applaudissements.] Ses gens se sont battus pour elle. Ils ont souffert pour elle, et des milliers d'entre eux ont subi les tortures les plus horribles, et ont péri pour elle. Il est bien dit qu'un peuple à qui la liberté est donnée ne peut jamais porter comme noblement tout comme ceux qui ont combattu et souffert pour gagner. Ici, comme ailleurs, ce qui vient facilement, est passible d'aller facilement. Mais ce que l'homme va se battre pour gagner, que l'homme se battra pour maintenir. Pour ce test Haïti a été soumis au début, et elle garde ce test comme l'or pur. [Applaudissements.]

Pour re-asservir ses braves fils d'auto-émancipation de la liberté, la France a envoyé en nombre rond de, en Haïti au cours des années 1802-1803,50,000 de ses troupes aguerries, commandées par les généraux les plus expérimentés et habiles. L'histoire nous raconte ce qui est advenu de ces braves guerriers et habiles de la France. Elle montre qu'ils ont partagé le sort de Pharaon et ses armées. virilité nègre, nègre bravoure, le génie militaire nègre et la compétence, aidé par la fièvre jaune et la pestilence fait qu'une bouchée d'eux. Les âmes d'entre eux par des milliers ont été envoyés rapidement dans l'éternité, et leurs os étaient dispersés sur les montagnes d'Haïti, il y a à l'eau de Javel, brûler et disparaître sous le soleil tropical féroce. Depuis 1804 Haïti a maintenu l'indépendance nationale. [Applaudissements.] Je jette ces faits aux pieds des détracteurs du nègre et d'Haïti. Ils peuvent les aider à résoudre le problème de son avenir. Ils indiquent non seulement le courage du nègre, mais démontrent son intelligence aussi bien. [Applaudissements.]

Pas de meilleur test de l'intelligence des gens peut être eu que ce qui est fourni dans leurs lois, leurs institutions et leurs grands hommes. Pour produire ces derniers dans un degré considérable de perfection, un haut degré de capacité est toujours nécessaire. Haïti n'a pas fait reculer de ce test ou de tout autre.

la grandeur humaine est classé en trois divisions: d'abord, la grandeur de l'administration; deuxième grandeur de l'organisation; et la troisième, la grandeur de la découverte, cette dernière étant la plus haute ou der de la grandeur humaine. Dans les trois de ces divisions, Haïti semble avantager. Ses Toussaint, ses Dessalines Ouvertures, ses Christophes, Pétion son Rigaud et d'autres, leurs ennemis étant les juges, étaient des hommes de capacité décidé. [Applaudissements.] Ils étaient super dans les trois département de la grandeur humaine. Que tout homme dans notre pays très privilégié, s'engagent à organiser une armée de recrues, et surtout laisser un homme de couleur s'engagent à organiser les hommes de sa propre couleur, et de les soumettre à la discipline militaire, et il verra à la fois la tâche difficile que Haïti avait à portée de main, pour résister à la France et l'esclavage, et être tenu pour admirer la capacité et le caractère affiché par ses fils dans la fabrication et la gestion de ses armées et de réaliser sa liberté. [Applaudissements.]

Mais Haïti a fait plus de lever des armées et les troupes de la discipline. Elle a organisé un gouvernement et a maintenu un gouvernement pendant quatre-vingt-sept ans. Bien qu'elle ait été jamais et anon balayé par des tourbillons de turbulence sans foi ni loi; si elle a été secouée par des tremblements de terre de l'anarchie à la maison, et a rencontré les explosions de refroidissement des préjugés et la haine du monde extérieur, même si elle a été assailli par le feu et l'épée, de l'extérieur et à l'intérieur, elle a, à travers toutes les machinations de ses ennemis, ont maintenu un gouvernement civil bien défini, et le maintient à jour. [Applaudissements.] Elle est représentée à tous les tribunaux de l'Europe, par des hommes capables, et, à son tour, elle a des représentants de toutes les nations de l'Europe dans sa capitale.

Elle a sa justice, ses services exécutifs et législatifs. Elle a sa maison de représentants et de son Sénat. Toutes les fonctions du gouvernement ont été, et sont maintenant régulièrement effectuée dans son domaine. Qu'est-ce que tout cela signifie? Je réponds. Très bien à son crédit. S'il est vrai que toutes les personnes présentes, et tout l'avenir repose sur tout le passé, il y a un terrain solide pour espérer Haïti. Il y a une chance qu'elle peut encore être très progressive, prospère et heureux. [Applaudissements.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doub-Sossis
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2429
Localisation : Montreal
Loisirs : cockfighting
Date d'inscription : 24/12/2007

MessageSujet: Re: Frederick Douglass, Haiti, and Diplomacy    Sam 23 Déc 2017 - 11:28

Sa Sépou Jowel comme cadeau Noel comme li toujou ap di que Boyer te yon obscurantis.

1er embryon Université d'Haiti sous non 'Academie d"Haiti' en 1823.

Page:Ardouin - Étude sur l’histoire d’Haïti, tome 9.djvu/226
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

https://fr.wikisource.org/wiki/Page:Ardouin_-_%C3%89tude_sur_l%E2%80%99histoire_d%E2%80%99Ha%C3%AFti,_tome_9.djvu/226

'Peu de jours après la proclamation du Président, parut le règlement intérieur de l’Académie d’Haïti, fondée à la capitale, sous la direction du docteur F. Pescay[1]. Suivant cet acte, on devait y donner des leçons de médecine théorique et de droit, aux élèves qui s’inscriraient pour l’une ou l’autre de ces branches de connaissances ; ces leçons auraient lieu, pendant une heure quatre jours de la semaine, le matin pour le droit, l’après-midi pour ja médecine, il y aurait eu trois mois de vacances dans l’année, du 1er janvier au 1 er mars, et du 1er septembre au 1er octobre. Un établissement pour la clinique serait fondé ensuite. Les examens pour les élèves en medecine fixés au nombre de 5, avec désignation des parties de l’enseignement, et à 4 pour les élèves en droit, également avec désignation des cours y relatifs ; et tout d’abord, quant aux leçons préparatoires pour le droit, dans le cours de la première année, elles auraient pour objet la littérature et l’éloquence. Du reste, ce règlement contenait toutes les dispositions concernant la police et autres choses nécessaires à un pareil établissement : il reçut l’approbation de la commission d’instruction publique, le 15 mars suivant. Mais cette Académie fut bientôt réduite aux proportions d’une simple École de médecine attachée à l’hôpital militaire du Port-au-Prince'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc H
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8935
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

MessageSujet: Re: Frederick Douglass, Haiti, and Diplomacy    Sam 23 Déc 2017 - 11:39

Tout un cadeau pour le forumHaiti , ta présence en la veille de la veille de Noel Doub -Sossis.
Joyeux Noel et Bonne année
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15694
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Frederick Douglass, Haiti, and Diplomacy    Sam 23 Déc 2017 - 15:17

Mais cette Académie fut bientôt réduite aux proportions d’une simple École de médecine attachée à l’hôpital militaire du Port-au-Prince

DOUB;

Mwen pa gen ETADAM a pwopo de BWAYE.Se misye ki te fonde VIL kote arye granparan m yo te fet.

Tankou yo di "let's agree to disagree" ak respe a pwopo de BWAYE.

Si w vle konnen tout sa w vle a pwopo de ADMINISTRASYON BWAYE an ,ale li LIV ke BIZAWEL SWIT MIKI an LINSTANT PRADINES te ekri sou BWAYE.

Pa bliye CHAPIT lan liv lan ,KOMINIKE ke mesye lan SID yo te mete deyo;MANIFES DE PRASLIN ANTR'OT kote mesye yo ap di pouki sa yo te rantre an REBELYON kont BWAYE.

Youn lan sa mesye yo te di ,an 1842 ak 1843 ,SE REFIZE BWAYE te refize ouvri LEKOL ,sou preteks ke LEKOL FOME REVOLISYONE e ou pa bezwen konn li pou travay la te.

E tou ,mwen pa konnen ki jan pou rele DEKRE ke gouvenman BWAYE te pran selon ke pou w antre lekol se ak pemisyon gouvenman.

Ale sou GALLICA.FR sit BIBLIOTHEQUE NATIONALE DE FRANCE lan ,w ap jwenn LIV LINSTANT DE PRADINES yo.

Sa mwen ka apresye lakay BWAYE ,se sou konba l pou ENTEGRITE TERITWA a;pou limenm pati LES lan se te pati TERITWA peyi DAYITI.
YON PWEN SE TOUT.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doub-Sossis
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2429
Localisation : Montreal
Loisirs : cockfighting
Date d'inscription : 24/12/2007

MessageSujet: Re: Frederick Douglass, Haiti, and Diplomacy    Sam 23 Déc 2017 - 16:22

Jowel mal chaché nan gallica mwen jwenn liv Linstant Pradines sous lois Boyer te passé. Mwen paka jwenkote li pale Boyer mal. Banm ti limye souple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15694
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Frederick Douglass, Haiti, and Diplomacy    Dim 24 Déc 2017 - 5:20

Non DOUB;

Mwe pa t di ke LINSTANT PRADINES te kritike BOYER.
PRADINES ,fanmi an ,te fe PATI "inner circle" administrasyon BOYER an.

Sa mwen te vle di ,si w al gade DEPECH ak KOMINIKE mesye MOUVMAN 1843 yo ,ke LINSTANT PRADINES repwodwi ;w ap we kote yo kritike BOYER e bay rezon ki fe y ap soulve kont BOYER.

Ale li KOMINIKE yo ;yo remakab;yo akize BOYER deske li IPOTEKE jenn REPIBLIK lan, le li aksepte ap peye pou "RANSON" ENDEPANDANS" lan e yo di tou (ale li) ke BOYER te vle kenbe PEYI an ,lan INYORANS le misye refize BATI LEKOL lan peyi an.

Anpil lan sa mesye 1843 yo tap di ;sou yon fom ,reste preske antye pou PEYI an ,an 2017.

Le w al li sa mesye yo t ap di an 1842,1843 w ap mande w si peyi an ,lan yon "time warp".

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5482103c
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doub-Sossis
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 2429
Localisation : Montreal
Loisirs : cockfighting
Date d'inscription : 24/12/2007

MessageSujet: Re: Frederick Douglass, Haiti, and Diplomacy    Dim 24 Déc 2017 - 11:20

Joel a écrit:
Non DOUB;

Mwe pa t di ke LINSTANT PRADINES te kritike BOYER.
PRADINES ,fanmi an ,te fe PATI "inner circle" administrasyon BOYER an.

Sa mwen te vle di ,si w al gade DEPECH ak KOMINIKE mesye MOUVMAN 1843 yo ,ke LINSTANT PRADINES repwodwi ;w ap we kote yo kritike BOYER e bay rezon ki fe y ap soulve kont BOYER.

Ale li KOMINIKE yo ;yo remakab;yo akize BOYER deske li IPOTEKE jenn REPIBLIK lan, le li aksepte ap peye pou "RANSON" ENDEPANDANS" lan e yo di tou (ale li) ke BOYER te vle kenbe PEYI an ,lan INYORANS le misye refize BATI LEKOL lan peyi an.

Anpil lan sa mesye 1843 yo tap di ;sou yon fom ,reste preske antye pou PEYI an ,an 2017.

Le w al li sa mesye yo t ap di an 1842,1843 w ap mande w si peyi an ,lan yon "time warp".

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5482103c
Jowel men yon ti analyse epok 1843 ki bien balance. Auteur le fe konen 1843 pat yo vrai revolition se yon crise ki profite yon ti gwoup liberaux ki te kapote Boyer pou pran pouvwa https://fr.slideshare.net/mickajacques/micka-jacques
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
T-Kout
Star
Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 217
Localisation : N.Y.
Opinion politique : N/A
Loisirs : Musique, Lire
Date d'inscription : 04/10/2014

Feuille de personnage
Jeu de rôle:

MessageSujet: Re: Frederick Douglass, Haiti, and Diplomacy    Dim 24 Déc 2017 - 12:03

Joel a écrit:
Non DOUB;

Mwe pa t di ke LINSTANT PRADINES te kritike BOYER.
PRADINES ,fanmi an ,te fe PATI "inner circle" administrasyon BOYER an.

Sa mwen te vle di ,si w al gade DEPECH ak KOMINIKE mesye MOUVMAN 1843 yo ,ke LINSTANT PRADINES repwodwi ;w ap we kote yo kritike BOYER e bay rezon ki fe y ap soulve kont BOYER.

Ale li KOMINIKE yo ;yo remakab;yo akize BOYER deske li IPOTEKE jenn REPIBLIK lan, le li aksepte ap peye pou "RANSON" ENDEPANDANS" lan e yo di tou (ale li) ke BOYER te vle kenbe PEYI an ,lan INYORANS le misye refize BATI LEKOL lan peyi an.

Anpil lan sa mesye 1843 yo tap di ;sou yon fom ,reste preske antye pou PEYI an ,an 2017.

Le w al li sa mesye yo t ap di an 1842,1843 w ap mande w si peyi an ,lan yon "time warp".

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5482103c



JOEL, eske ou ka dim kijan mwen ka tradwi sa an Kreyol avek angle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15694
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Frederick Douglass, Haiti, and Diplomacy    Dim 24 Déc 2017 - 13:30

Se sa anpil AYISYEN ki ap viv ann AYITI poko rann yo kont ,se ke gen yon JENERASYON DORIJIN AYISYEN ki pa maton an FRANSE.

Se KREYOL ak ANGLE yo konnen.

T-KOUT;

Pou TRADIKSYON an,kopye PASAJ lan sou "GOOGLE TRANSLATE"

Si ORIJINAL lan se an FRANSE ,annik mete TRANSLATE lan ,ann ANGLE.
Ou gen dwa fe TRADIKSYON an KREYOL tou ,men GOOGLE gen anpil travay pou l fe toujou an KREYOL.Se fot mesye ann AYITI yo.

Pa egzanp si se yon atik an FRANSE.
Mete: GOOGLE.COM

EPI mete GOOGLETRANSLATE.COM
mete ADRES ATIK e pi y ap mande w lan ki LANG ou vle tradwi l ,e y ap ba w yon lis;lan ka pa w la ou gen dwa ANGLE (ENGLISH) ou byen HAITIAN KREYOL byen ke tankou mwen di w gen anpil travay ki rete pou fet lan TRADIKSYON KREYOL lan ,byen ke plis pwogre ap fet de jou an jou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15694
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Frederick Douglass, Haiti, and Diplomacy    Dim 24 Déc 2017 - 13:52

Doub-Sossis a écrit:
Joel a écrit:
Non DOUB;

Mwe pa t di ke LINSTANT PRADINES te kritike BOYER.
PRADINES ,fanmi an ,te fe PATI "inner circle" administrasyon BOYER an.

Sa mwen te vle di ,si w al gade DEPECH ak KOMINIKE mesye MOUVMAN 1843 yo ,ke LINSTANT PRADINES repwodwi ;w ap we kote yo kritike BOYER e bay rezon ki fe y ap soulve kont BOYER.

Ale li KOMINIKE yo ;yo remakab;yo akize BOYER deske li IPOTEKE jenn REPIBLIK lan, le li aksepte ap peye pou "RANSON" ENDEPANDANS" lan e yo di tou (ale li) ke BOYER te vle kenbe PEYI an ,lan INYORANS le misye refize BATI LEKOL lan peyi an.

Anpil lan sa mesye 1843 yo tap di ;sou yon fom ,reste preske antye pou PEYI an ,an 2017.

Le w al li sa mesye yo t ap di an 1842,1843 w ap mande w si peyi an ,lan yon "time warp".

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5482103c
Jowel men yon ti analyse epok 1843 ki bien balance. Auteur le fe konen 1843 pat yo vrai revolition se yon crise ki profite yon ti gwoup liberaux ki te kapote Boyer pou pran pouvwa https://fr.slideshare.net/mickajacques/micka-jacques


Mwen pa di ke NEG yo te pi bon ke BOYER ,mwen di w li AGIMAN ke yo te bay ki KLE pou DLO KOK.
Yo pale de KONFYOLO BOYER ak FRANSE ki pa t peye DWA DWANN pou pwodwi y ap ENPOTE ak EKSPOTE.
Yo pale tou de LEKOL ke BOYER te refize KREYE;yo te gen EGZANP LEKOL ke KRISTOF te kreye lan NO yo ,anvan BOYER te reyinifye REPIBLIK lan.

Se BOYER ki te vin bay peyi an ORYANTASYON ke li te vin genyen an.Neg ki te vin domine REPIBLIK lan ,pa vin we AVANTAJ pou yo edike POPILASYON an.
Si MOUN yo vin konn li ak ekri ,ki moun ki ap travay TE yo;paske se GRAN DON NEG yo te ye.

Kite m di w DOUB ;mwen konn tande NEG ki di yo save ap pale de EDIKASYON sou RADYO yo ann AYITI;yo pa diferan fe JENERASYON BOYER an.
Pa EGZANP ,NEG yo adopte BAKALOREYA FRANSE an ,lan men FRANSE.Yon BAGAY ke NAPOLEYON te envante an 1808.

An FRANS ,se 95% TIMOUN ki konpoze lan BAKALOREYA yo ki reyisi.Ann AYITI se ant 20 a 30%.
Yo konn repwodwi FRANSE MAWON ke TIMOUN an FRANS yo ki pase lan BAKALOREYA FRANSE yo konn ekri e yo pase.

Mwen si ke 50% TIMOUN ki reyisi lan BAKALOREYA FRANSE an ,si yo konpoze lan LITERATI ann AYITI,yo pa p pase!!!!!

Se JIS yon EKZANP!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15694
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Frederick Douglass, Haiti, and Diplomacy    Sam 30 Déc 2017 - 6:51

MAK;

Se pou wou ,antan ke NEG OKAY ,e pou DOUB tou.

CHARLES (RIVIERE) HERARD ki te KOMANDAN ARONDISMAN OKAY lan ,E ko ye te nonmen kom CHEF REBELYON kont BOYER an ,te di lan youn lan premye KOMINIKE l yo ,an FEVRIYE 1843.

Kote MISYE te komanse ap pale de REFIZE ke BOYER te refize KREYE LEKOL e MISYE di TONNE FOUT ,yo vese SAN yo pou pran ENDEPANDANS lan e BOYER ap peye FRANSE yo LAJAN pou yon bagay ke yo te genyen sou CHAN D BATAY:

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5482103c/f329.image
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Frederick Douglass, Haiti, and Diplomacy    

Revenir en haut Aller en bas
 
Frederick Douglass, Haiti, and Diplomacy
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» UNTIL HAITI SPOKE by FREDERICK DOUGLASS
» Jean Claude Duvalier retournera-t-il en Haiti ?
» Haiti - the capital of the diaspora? Selebrasyon Ayiti lan Trinidad
» Mirlande Manigat présente les 3 raisons de la popularité de Titid en Haiti
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Histoire d'Haiti-
Sauter vers: