Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Vous êtes peut-être un suprémaciste blanc si…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marc H
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8742
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

MessageSujet: Vous êtes peut-être un suprémaciste blanc si…   Sam 16 Sep 2017 - 13:19



Par le journaliste Richard Hétu de la Presse

''La journaliste d’ESPN Jemele Hill s’est retrouvée dans l’eau chaude plus tôt cette semaine après avoir traité Donald Trump de «suprémaciste blanc» dans un tweet. La porte-parole de la Maison-Blanche Sarah Huckabee Sanders, faisant fi du premier amendement, a affirmé qu’elle méritait d’être congédiée. Le président a lui-même réclamé des excuses.

Le tweet de Hill faisait suite à un article publié dans la vénérable revue The Atlantic et intitulée The First White President. Il s’agit d’un extrait du nouveau livre de Ta-Nehisi Coates, We Were Eight Years in Power, dans lequel le journaliste afro-américain soutient que Donald Trump est le premier président américain dont le pouvoir réside de façon explicite dans son identité raciale. «On dit souvent que Trump n’a pas d’idéologie véritable, ce qui est faux – son idéologie est la suprématie raciale», écrit-il.

Hier soir, Coates était l’invité de l’animateur de MSBC Chris Hayes, qui l’a mis au défi d’expliquer comment Trump pouvait être qualifié de suprémaciste blanc, comme Hill l’a fait. Voici ce que l’auteur de Between the World and Me, son plus récent best-seller, a répondu (à partir de 2:56 de la vidéo qui coiffe ce billet) :

«Si vous être le propriétaire d’une entreprise qui refuse de louer à des Noirs, s’il est rapporté que vous avez dit que vous ne voulez pas de que des Noirs comptent votre argent, si vous dites qu’une personne ne peut présider à votre procès parce qu’elle est d’origine hispanique, si votre réaction à l’élection du premier président noir est de dire qu’il n’est pas né dans ce pays malgré toutes les preuves, si vous dites qu’il n’est pas assez intelligent pour avoir été admis à la faculté de droit de Harvard, si vous réclamez de voir ses notes, si cela est l’essence de votre identité politique, vous êtes peut-être un suprémaciste blanc.»''

http://blogues.lapresse.ca/hetu/2017/09/16/vous-etes-peut-etre-un-supremaciste-blanc-si/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15209
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Vous êtes peut-être un suprémaciste blanc si…   Sam 16 Sep 2017 - 17:35

MARC,

NAHESI-COATES est l'un des jeunes journalistes les plus influentiels de sa generation.Ce qu'il dit est "news" ,l'une des raisons que MSNBC l'a invite pour opiner.

Il est l'editeur de THE ATLANTIC ,l'une des premieres revues INTELLECTUELLES aux ETATS UNIS.
Vous pouvez etre sur que les TRUMPistes vont lui repondre et vous pouvez etre certain qu'il les aneantira.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc-Henry
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5828
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

MessageSujet: Re: Vous êtes peut-être un suprémaciste blanc si…   Sam 16 Sep 2017 - 18:08

Joel
Je viens de découvrir ce jeune homme. Il est très articulé. .

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15209
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Vous êtes peut-être un suprémaciste blanc si…   Dim 17 Sep 2017 - 6:59

Marc,voici une critique du NEW YORK TIMES sur son livre "BETWEEN THE WORLD AND ME".

C'est sur la forme d'une longue "LETTRE" a son fils qui etait age de 15 ANS en 2015.
Ce livre est un BEST SELLER.Quand il decida d'ecrire un autre LIVRE ,on lui donna des millions de dollars d'avance.
TA-NEHISI est un prenom AFRICAIN.Il faut savoir que son PERE etait un "BLACK PANTHER" de ma generation:

http://nytimes.com/2015/08/17/books/review/ta-nehisi-coates-between-the-world-and-me.html



Coates sait clairement l'importance d'éviter le vague ou la généralisation des aspects critiques de l'expérience noire. Dans l'un des passages les plus émouvants du livre, il rappelle à son fils: «L'esclavage n'est pas une masse indéfinissable de chair. C'est une femme asservie particulière et spécifique, dont l'esprit est actif comme le vôtre; dont la portée des sentiments est aussi vaste que la vôtre; qui préfère la façon dont la lumière tombe dans un endroit particulier dans les bois. . . . "Il continue à décrire, dans des détails étonnamment sensibles, ce que l'esclavage signifie pour cette femme particulière née dans un pays qui célèbre la liberté et pourtant l'a fouette, l'a viole et vendre ses enfants à partir d'un bloc d'enchères. Il exhorte son fils qu'il «doit lutter pour se souvenir de ce passé dans toute sa nuance, son erreur et son humanité».

Au cours des années, M. Coates a pris à maintes reprises le président Obama dans la tâche de parler dans les termes les plus généraux sur ce qui est nécessaire pour remédier à ce qui affecte les communautés ghettoises, tout en parlant avec une grande spécificité sur les présumés échecs morales des Noirs. Il semble hautement improbable, compte tenu de tout cela, que Coates n'apprécie pas ce qui est perdu en omettant de décrire le rêve avec particularité et en refusant d'offrir des conseils à son fils sur ce que cela signifie, exactement, pour embrasser la lutte en ce moment à l'heure. Certes, la Lutte doit signifier plus que questionner la réalité à chaque tour, s'il y a un espoir de briser une fois pour toutes l'histoire et le cycle de l'oppression raciale en Amérique.

Peut-être que Coates n'a pas encore découvert pour lui-même les réponses aux questions qu'il pose dans «Entre le monde et moi». Mais je soupçonne qu'il nous retient. Tout ce qu'il a jamais écrit m'a amené à croire qu'il a plus à dire. Il peut s'imaginer que nous sommes mieux de nous imaginer la vraie nature du rêve et ce que cela signifie d'être engagé dans une lutte significative. Mais je crois que nous pourrions seulement profiter d'entendre les réponses que Coates peut avoir façonnées pour lui-même. Que vous soyez d'accord ou en désaccord, l'une des grandes joies de lire Ta-Nehisi Coates est contestée de manière que vous ne vous attendiez pas ou n'imaginez pas.




ENTRE LE MONDE ET MOI

Par Ta-Nehisi Coates

Illustré. 152 pp. Spiegel & Grau. 24 $.




Michelle Alexander est l'auteur de "The New Jim Crow: l'incarcération de masse à l'époque de la chromatique".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15209
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Vous êtes peut-être un suprémaciste blanc si…   Dim 17 Sep 2017 - 7:51

Marc;

Voici le "GOOGLE TRANSLATE " de son dernier article ,a paraitre dans THE ATLANTIC,le venerable MAGAZINE don't il est l'un des EDITEURS
http://theatlantic.com/magazine/archive/2017/10/the-first-white-president-ta-nehisi-coates/537909


Le premier président blanc

La fondation de la présidence de Donald Trump est la négation de l'héritage de Barack Obama.

Jesse Draxler;  Photo: David Hume Kennerly / Getty

Ta-Nehisi Coates




Taille du texte


Abonnez - vous à l'Atlantique de la politique et la politique quotidienne , un tour d' horizon des idées et des événements dans la politique américaine.

Il est insuffisant d'affirmer l'évidence de Donald Trump: qu'il est un homme blanc qui ne serait pas président si ce n'était pas pour ce fait.  Avec une exception immédiate, les prédécesseurs de Trump se sont dirigé vers un haut niveau par le pouvoir passif de la blancheur: cette hémorragie sanglante qui ne peut assurer la maîtrise de tous les événements, mais qui peut évoquer un vent arrière pour la plupart d'entre eux.  Le vol de terre et le pillage humain ont permis de dégager les motifs des ancêtres de Trump et d'en empêcher d'autres.  Une fois sur le terrain, ces hommes sont devenus soldats, hommes d'état et savants;  a tenu un tribunal à Paris;  présidait à Princeton;  Avancé dans le désert et ensuite dans la Maison Blanche.  Leurs triomphes individuels ont fait apparaître ce parti exclusif au-dessus des péchés fondateurs de l'Amérique, et on a oublié que le premier était en fait lié à ce dernier, que toutes leurs victoires avaient disparu sur des terrains dégagés.  Aucun détachement aussi élégant ne peut être attribué à Donald Trump, un président qui, plus que tout autre, a rendu l'héritage horrible explicite.

Écoutez la version audio de cet article:  Histoires de fonctionnalités, lire à haute voix: téléchargez l'application Audm pour votre iPhone.
Sa carrière politique a commencé dans le plaidoyer du birtherisme, que la refonte moderne de l'ancien précepte américain que les Noirs ne sont pas aptes à être citoyens du pays qu'ils ont construit.  Mais bien avant le birterisme, Trump avait rendu sa vision du monde claire.  Il a lutté pour garder les noirs hors de ses bâtiments, selon le gouvernement américain;  a appelé à la peine de mort pour le Central Park Five éventuellement exonéré;  et se précipita contre les employés noirs «paresseux».  "Les mecs noirs comptent mon argent!  Je le déteste ", a déclaré Trump.  "Le seul type de personnes que je veux compter mon argent sont des gars courts qui portent des yarmulkes tous les jours." Après sa cabale de théoriciens de la conspiration forcé Barack Obama à présenter son certificat de naissance, Trump a exigé les notes du collège du président (offrant 5 millions de dollars en échange ), insistant sur le fait qu'Obama n'était pas assez intelligent pour être allé à une école Ivy League, et que son mémoire acclamé, Dreams From My Father , avait été écouté par un homme blanc, Bill Ayers.


De notre numéro d'octobre 2017

Essayez 2 numéros GRATUITs de The Atlantic
Souscrire
On dit souvent que Trump n'a pas d'idéologie réelle, ce qui n'est pas vrai: son idéologie est la suprématie blanche, dans tout son pouvoir truculant et sanctimonieux.  Trump a inauguré sa campagne en se jetant comme le défenseur de la vieillesse blanche contre les «violeurs» mexicains, que l'accusé par des accusateurs multiples, et par ses propres mots fiers, être violé sexuellement lui-même.  La suprématie blanche a toujours eu une teinte sexuelle perverse.  L'ascension de Trump a été dirigée par Steve Bannon, un homme qui se moque de ses critiques masculins blancs comme "cucks". Le mot, dérivé de Cuckold , est spécifiquement destiné à dégrader par la peur et la fantaisie; la cible est si faible qu'il se soumettra à l'humiliation d'avoir sa femme blanche avec des hommes noirs.  Que le slur cuck lance les hommes blancs en tant que victimes, s'harmonise avec le dicta de la blancheur, qui cherchent à alchimiser les péchés indigènes en vertu.  C'est ainsi que les propriétaires d'esclaves de Virginie ont affirmé que la Grande-Bretagne cherchait à en faire des esclaves.  C'est donc avec des criminels de Klansmen marocains organisés contre les viols allégués et d'autres attentats.  C'est donc avec un candidat qui a appelé une puissance étrangère à pirater le courrier électronique de son adversaire et qui, en tant que président, prétend être victime de «la plus grande chasse aux sorcières d'un politicien dans l'histoire américaine».

Dans Trump, les suprématistes blancs voient l'un de leurs propres.  Seuls, à contrecœur, Trump dénonce le Ku Klux Klan et David Duke, l'un de ses anciens grands sorciers, et après les affrontements entre les suprématistes blancs et les contreprotestants à Charlottesville, en Virginie, en août, Duke a loué la revendication litigieuse de Trump selon laquelle "les deux côtés" étaient responsable de la violence.

La carrière politique de Trump a débuté dans le plaidoyer du birtherisme.  Mais avant cela, il avait rendu sa vision du monde claire.

Pour Trump, la blancheur n'est ni théorique ni symbolique, mais est le cœur même de son pouvoir.  Dans ce cas, Trump n'est pas singulier.  Mais alors que ses ancêtres portaient la blancheur comme un talisman ancestral, Trump fendit l'amulette incandescente ouverte, libérant ses énergies élastiques.  Les répercussions sont frappantes: Trump est le premier président à avoir servi en aucune audience publique avant de passer à sa perche.  Mais plus contestable, Trump est également le premier président à affirmer publiquement que sa fille est un «culot». L'esprit saisit essayer d'imaginer un homme noir exaltant les vertus de l'agression sexuelle sur bande («Quand vous êtes une étoile , ils vous permettent de le faire "), répandant de multiples accusations de telles agressions, immergées dans de multiples procès pour des affaires prétendument frauduleuses, exhortant ses partisans à la violence, puis se promenaient dans la Maison Blanche.  Mais c'est le point de la suprématie blanche - pour s'assurer que ce que tous les autres atteignent avec un effort maximal, les Blancs (en particulier les hommes blancs) obtiennent avec une qualification minimale.  Barack Obama a livré aux noirs le message horrible selon lequel, s'ils travaillent deux fois plus fort que les Blancs, tout est possible.  Mais le compteur de Trump est persuasif: travailler à moitié aussi dur que les noirs, et plus encore est possible.

Pour Trump, il semble presque que le fait d'Obama, le fait d'un président noir, l'a insulté personnellement.  L'insulte s'est intensifiée lorsque Obama et Seth Meyers l'ont humilié publiquement au dîner des Correspondants de la Maison Blanche en 2011. Mais l'héritage sanglant garantit le dernier rire.  Remplacer Obama n'est pas suffisant - Trump a fait de la négation de l'héritage d'Obama le fondement de son propre.  Et c'est aussi la blancheur.  "La course est une idée, pas un fait", a écrit l'historien Nell Irvin Painter, et l'essentiel de la construction d'une "race blanche" est l'idée de ne pas être un nègre.  Avant Barack Obama, des nègres pourraient être fabriqués à partir de Sœur Souljahs, Willie Hortons et Dusky Sallys.  Mais Donald Trump est arrivé dans le sillage de quelque chose de plus puissant - une présidence nigérienne entière avec des soins de santé néfastes, de mauvais accords climatiques et une réforme de la justice, qui pourrait être ciblée pour la destruction ou la rédemption, réélisant ainsi l'idée d'être blanc.  Trump est vraiment quelque chose de nouveau: le premier président dont toute l'existence politique repose sur le fait qu'un président noir.  Et il ne suffira pas de dire que Trump est un homme blanc comme tous les autres qui sont devenus président.  Il doit être appelé par son légitime honneur, le premier président blanc de l'Amérique.

La portée de l' engagement de Trump envers la blancheur ne correspond que par la profondeur de l'incrédulité populaire dans le pouvoir de la blancheur.  On nous dit maintenant que le soutien de l'interdiction musulmane de Trump, son chier écossais d'immigrants, ses défenses de brutalité policière sont en quelque sorte l'émergence naturelle de l'écart culturel et économique entre Lena Dunham's America et Jeff Foxworthy.  Le verdict collectif confirme que le Parti démocrate a perdu son chemin lorsqu'il abandonnait les problèmes économiques quotidiens comme la création d'emplois pour le prix plus doux de la justice sociale.  L'acte d'accusation se poursuit: à leur économie néolibérale, les démocrates et les libéraux se sont mariés à une influence élitiste condescendante qui se moque de la culture des cols bleus et se moque de l'homme blanc comme le plus grand monstre de l'histoire et le plus grand doofus de la télévision en prime-time.  Dans cette interprétation, Donald Trump n'est pas le produit de la suprématie blanche autant que le produit d'un contrecoup contre le mépris pour les gens de la classe ouvrière blanche.

"Nous les évidemment les méprisent, nous les condescendons tellement", a déclaré Charles Murray, co-écrivain The Bell Curve , le spécialiste socialiste conservateur, a récemment raconté à The New Yorker , en parlant de la classe ouvrière blanche.  "Le seul soupçon que vous pouvez utiliser lors d'un dîner et de s'en sortir est d'appeler quelqu'un de plombier, cela ne vous causera aucun problème à Manhattan".

Les Américains blancs ont élu une star de la réalité-télévision orquesque qui insiste pour prendre ses séances d'information sur le carnet d'images.

"Le mépris total avec lequel les libéraux privilégiés de l'Est, comme moi-même, discutent de l'état rouge, des armes à feu, de l'Amérique ouvrière comme ridicules et imbéciles et frappés", a confié le chef de la célébrité Anthony Bourdain, "est en grande partie responsable du soulèvement de la rage et le mépris et le désir de démolir le temple que nous voyons maintenant. "

Que les personnes noires, qui ont vécu pendant des siècles sous une telle dérision et condescendance, n'ont pas encore été poussés dans les bras de Trump, cela ne trouble pas ces théoriciens.  Après tout, dans cette analyse, le racisme de Trump et le racisme de ses partisans sont accessoire à sa montée.  En effet, la gage alléguée avec laquelle les libéraux appellent la bigoterie de Trump est affectée encore plus de pouvoir que la bigotry elle-même.  Assailli par des manifestations du campus, agi par des arguments sur l'intersection et opprimé par de nouveaux droits de salle de bain, une classe ouvrière blanche sans verdure a fait la seule chose que toute politique raisonnable pourrait: élire une réalité de la réalité, la télévision qui insiste à prendre ses enquêtes sur l'intelligence, forme de livre.


La Convention nationale républicaine, Cleveland, juillet 2016. Selon les sondages préliminaires, si vous ne comptiez que les électeurs blancs, Trump aurait vaincu Clinton 389 à 81 au Collège électoral.  (Gabriella Demczuk)

En affirmant que l'augmentation de Trump était principalement alimentée par un ressentiment culturel et que le renversement économique est devenu de rigueur parmi les experts blancs et les leaders de la pensée.  Mais les preuves à ce sujet sont, au mieux, mélangées.  Dans une étude sur les données de scrutin de préélection, les chercheurs de Gallup, Jonathan Rothwell et Pablo Diego-Rosell, ont constaté que «les personnes vivant dans des zones à faible opportunité économique» étaient «un peu plus susceptibles de soutenir Trump». Mais les chercheurs ont également constaté que les électeurs dans leur étude qui a soutenu que Trump avait généralement un revenu moyen plus élevé du ménage (81 898 $) que ceux qui n'en ont pas (77 046 $).  Ceux qui ont approuvé Trump étaient "moins susceptibles d'être au chômage et moins susceptibles d'être employés à temps partiel" que ceux qui ne l'ont pas fait.  Ils ont également tendance à être des zones très blanches: "L'isolement racial et ethnique des blancs au niveau du code postal est l'un des plus forts prédicteurs du soutien de Trump".

Une analyse des sondages de sortie menée pendant les primaires présidentielles a estimé que le revenu médian du ménage des partisans de Trump était d'environ 72 000 $.  Mais même ce nombre inférieur est presque le double du revenu médian du ménage des Afro-Américains et de 15 000 $ par rapport à la médiane américaine.  Le soutien blanc de Trump n'était pas déterminé par le revenu.  Selon Edison Research, Trump a gagné des blancs gagnant moins de 50 000 $ de 20 points, les blancs faisant de 50 000 $ à 99 999 $ de 28 points et des blancs de 100 000 $ ou plus de 14 points.  Cela montre que Trump a assemblé une large coalition blanche qui a couru toute la gamme de Joe the Dishwasher à Joe the Plumber à Joe the Banker.  Ainsi, lorsque les experts blancs jettent l'élévation de Trump comme la main d'œuvre d'une classe ouvrière blanche instable, ils sont trop modestes, refusant de réclamer un crédit pour leur propre classe économique.  La domination de Trump entre les blancs à travers les lignes de classe est une pièce avec sa plus grande domination dans presque toutes les démographies blanches.  Trump a gagné des femmes blanches (+9) et des hommes blancs (+31).  Il a gagné des blancs avec des diplômes universitaires (+3) et des personnes blanches sans eux (+37).  Il a gagné les blancs âgés de 18 à 29 ans (+4), 30-44 (+17), 45-64 (+28) et 65 ans et plus (+19).  Trump a gagné les blancs dans le Midwest de l'Illinois (+11), les blancs dans le Mid-Atlantic New Jersey (+12) et les Blancs dans le New York du Sun Belt (+5).  En dépit de ce que Edison a interrogé, le soutien blanc de Trump baisse en dessous de 40%.  Hillary Clinton l'a fait dans des états aussi disparates que la Floride, l'Utah, l'Indiana et le Kentucky.  De la piste de la bière à la piste du vin, des mamans de soccer aux papas nascar , la performance de Trump chez les Blancs était dominante.  Selon Mother Jones , sur la base des données de scrutin de préélection, si vous avez compté le vote populaire de l'Amérique blanche seulement pour dériver les votes électoraux de 2016, Trump aurait vaincu Clinton 389 à 81, avec les 68 autres votes, soit un lancer ou un inconnu.

Une partie de la domination de Trump parmi les blancs résultait de son rôle de républicain, le parti qui a longtemps cultivé des électeurs blancs.  La part de Trump dans le vote blanc était semblable à celle de Mitt Romney en 2012. Mais contrairement à Romney, Trump a assuré ce soutien en courant contre le leadership de son parti, contre l'orthodoxie de campagne acceptée et contre toutes les notions de décence.  Au cours de son sixième mois au bureau, impliqué dans le scandale après le scandale, un sondage du Centre de recherches Pew a révélé l'approbation de Trump sous l'eau avec chaque groupe démographique.  Chaque groupe démographique, à l'exception d'un: les personnes identifiées comme blanches.

Vidéo: "Il est impossible d'imaginer Trump sans la force de la blancheur"


Un extrait animé d'une interview récente avec Ta-Nehisi Coates

L'accent mis sur un sous-secteur des électeurs Trump - la classe ouvrière blanche - est déroutant, compte tenu de l'ampleur de sa coalition blanche.  En effet, il existe une sorte de théâtre au travail dans lequel la présidence de Trump est pénétrée comme un produit de la classe ouvrière blanche par opposition à un produit d'une blancheur entière qui comprend les auteurs mêmes qui font le gage.  Le motif est clair: l'évasion.  Pour accepter que l'héritage sanglant reste puissant même maintenant, cinq décennies après que Martin Luther King Jr. ait été abattu sur un balcon de Memphis, même après un président noir;  en effet, renforcé par le fait de ce président noir - est d'accepter que le racisme demeure, comme c'est le cas depuis 1776, au cœur de la vie politique de ce pays.  L'idée d'acceptation frustre la gauche.  La gauche aurait plutôt une discussion sur les luttes de classes, qui pourraient inciter les masses ouvrières blanches, au lieu de se pencher sur les luttes racistes que ces mêmes masses ont historiquement été les agents et les bénéficiaires.  En outre, accepter que la blancheur nous a amenés Donald Trump est d'accepter la blancheur comme un danger existentiel pour le pays et le monde.  Mais si le large et remarquable soutien blanc de Donald Trump peut être réduit à la colère juste d'une classe noble de pompiers et d'évangéliques de Littleville, moqués par des hipsters et des professeurs féminins de Brooklyn pour voter contre leurs intérêts, la menace du racisme et de la blancheur, menace de l'héritage, peut être rejeté.  Les connaissances peuvent être atténuées;  il n'est pas nécessaire d'utiliser un compte rendu existentiel plus profond.

Une épidémie d'opioïdes est accueillie avec des appels à la compassion et au traitement;  Une épidémie de fissures est accueillie avec des mépris et des minimums obligatoires.

Cette transfiguration n'est pas nouvelle.  C'est un retour à la forme.  Les histoires étroitement entrelacées de la classe ouvrière blanche et les Américains noirs remontent à la préhistoire des États-Unis, et l'utilisation de l'un comme cudgel pour faire taire les revendications de l'autre remonte presque aussi loin.  À l'instar de la classe ouvrière noire, la classe ouvrière blanche est originaire de la servitude - la première dans la servitude permanente de l'esclavage, celle-ci dans la servitude temporaire de l'écriture.  Au début du 17ème siècle, ces deux classes étaient remarquablement, mais pas totalement, exemptes d'inimitié raciste.  Mais au 18ème siècle, la classe maîtresse du pays avait commencé à gravir la race dans la loi tout en éliminant progressivement la servitude accréditée en faveur d'une solution ouvrière plus durable.  À partir de ces changements et d'autres changements de la loi et de l'économie, un marché a émergé: les descendants de l'entente apprécieront pleinement les avantages de la blancheur, l'avantage le plus définitif étant qu'ils ne tombent jamais au niveau de l'esclave.  Mais si la négociation protégeait les travailleurs blancs de l'esclavage, elle ne les protégeait pas des salaires proches de l'esclave ou de la main-d'œuvre déconcertante pour les atteindre, et il y avait toujours une crainte de faire révoquer leurs prestations.  Cette classe ouvrière blanche ancienne "a exprimé des aspirations élevées de se débarrasser des inégalités séculaires de l'Europe et de tout soupçon d'esclavage", selon David R. Roediger, professeur d'études américaines à l'Université du Kansas.  "Ils ont également exprimé l'objectif plutôt piétons de ne pas se confondre avec des esclaves, des" négers "ou des" négres ".  "

Roediger raconte l'expérience, vers 1807, d'un investisseur britannique qui a commis l'erreur de demander à une femme de ménage blanche en Nouvelle-Angleterre si son «maître» était à la maison.  La femme de ménage a répondu à l'investisseur, non seulement pour impliquer qu'elle avait un «maître» et était donc un «servante» mais pour son ignorance fondamentale de la hiérarchie américaine.  "Tout sauf les négers sont des sarvents", a déclaré la femme de chambre.  En droit et en économie, puis dans la coutume, une distinction raciste non limitée au ménage a émergé entre l'aide (ou les «hommes libres» ou les travailleurs blancs) et les «serviteurs» (les «négers», les esclaves).  Les premiers étaient vertueux et juste, dignes de la citoyenneté, de la descendance de Jefferson et, plus tard, de Jackson.  Ces derniers étaient serviles et parasites, affamés et paresseux, les enfants de la sauvagerie africaine.  Mais la dignité accordée au travail blanc était situationnelle, dépendant du mépris sur le travail noir, car l'honneur accordé à une «dame vertueuse» dépendait de la déception dirigée contre une «femme lâche». Et comme des cavaliers chevaliers qui prétendent honorer la femme en violant la «prostituée», les planteurs et leurs apologistes pouvaient prétendre honorer le travail blanc tout en conduisant les esclaves.

Et ainsi, George Fitzhugh, un éminent intellectuel pro-esclavagiste du Sud du XIXe siècle, pourrait déplorer l'exploitation du travail des blancs gratuits tout en défendant l'exploitation du travail des Noirs asservis.  Fitzhugh a attaqué les capitalistes blancs comme «cannibales», se nourrissant du travail de leurs autres Blancs.  Les travailleurs blancs étaient des «esclaves sans maîtres»;  le petit poisson, qui était la nourriture pour tous les plus grands. "Fitzhugh a inveillé contre un" homme professionnel "qui avait« amassé une fortune »en exploitant ses collègues blancs.  Mais alors que Fitzhugh a imaginé les travailleurs blancs comme dévorés par le capital, il a imaginé les travailleurs noirs élevés par l'asservissement.  Le propriétaire de l'esclave «leur prévoyait, avec une affection presque parentale», même si l'esclave malade «feignait d'être inapte au travail». Fitzhugh s'est avéré trop explicite, allant jusqu'à dire que les travailleurs blancs pourraient être mieux placés si asservis.  («Si l'esclavage blanc est moralement faux», écrit-il, «la Bible ne peut pas être vraie»). Néanmoins, l'argument selon lequel le péché originel de l'Amérique n'était pas la suprématie blanche profonde, mais plutôt l'exploitation du travail blanc par les capitalistes blancs. esclavage "-produit durable.  En effet, la panique de l'esclavage blanc vit aujourd'hui dans notre politique.  Les travailleurs noirs souffrent parce que c'était et c'est notre lot.  Mais quand les travailleurs blancs souffrent, quelque chose dans la nature a mal tourné.  De plus, une épidémie d'opioïdes parmi les plus grands individus blancs est accueillie avec des appels à la compassion et au traitement, comme toutes les épidémies devraient être, alors qu'une épidémie de fissures parmi les plus grandes personnes noires est accueillie avec mépris et minimum obligatoire.  Les colonnes et les articles sympathiques de l'op-ed sont consacrés au sort des Blancs ouvriers lorsque leur espérance de vie s'effondre à des niveaux qui, pour les Noirs, la société a tout simplement accepté comme d'habitude.  L'esclavage blanc est le péché.  L'esclavage nigger est naturel.  Cette dynamique a un but très réel: l'attribution systématique d'un grief et d'un terrain moral élevé à cette classe de travailleurs qui, par les liens de blancheur, se situent le plus près de la classe aristocratique de l'Amérique.



C'est par conception.  En 1848, le sénateur John C. Calhoun considérait l'esclavage comme la base explicite d'une union démocratique entre les blancs, travaillant et non:

Avec nous, les deux grandes divisions de la société ne sont pas les riches et les pauvres, mais les blancs et les noirs;  et tous les anciens, les pauvres aussi bien que les riches, appartiennent à la classe supérieure, et sont respectés et traités comme égaux.

À la veille de la sécession, Jefferson Davis, l'éventuel président de la Confédération, a poussé l'idée plus loin, arguant qu'une telle égalité entre la classe ouvrière blanche et les oligarques blancs n'existerait pas du tout sans l'esclavage noir:

Je dis que la race inférieure des êtres humains qui constituent le substrat de ce qu'on appelle la population esclavagiste du Sud, élève tout homme blanc dans notre communauté ... C'est la présence d'une caste inférieure, celles qui sont moins profondes par leur organisation physique et mentale, contrôlée par l'intelligence supérieure de l'homme blanc, qui donne cette supériorité au travailleur blanc.  Les services militaires ne sont pas réalisés par l'homme blanc.  Nous n'avons aucun de nos frères enfoncés à la dégradation d'être domestique.  Cela appartient à la race inférieure - les descendants de Ham.

Les intellectuels du Sud ont trouvé une certaine entente avec les réformistes blancs du Nord qui, tout en n'acceptant pas l'esclavage, se sont mis d'accord sur la nature de la victime la plus tragique du capitalisme émergent.  «J'étais autrefois comme vous, monsieur, un très chaleureux défenseur de l'abolition de l'esclavage», a déclaré le réformateur du travail George Henry Evans dans une lettre adressée à l'abolitionniste Gerrit Smith.  "Ce fut avant que je ne voyais qu'il y avait l' esclavage blanc ." Evans était un allié putatif de Smith et de ses collègues abolitionnistes.  Mais il a toujours affirmé que "le blanc sans terre" était pire que le noir asservi, qui au moins a apprécié "la caution du soutien dans la maladie et la vieillesse".



Les invoqueurs de l'esclavage blanc ont affirmé qu'il n'y avait rien d'unique dans l'esclavage des noirs lorsqu'ils étaient mesurés contre l'esclavage de tous les travailleurs.  Ce qu'il y avait de mal dans l'asservissement, résultait de son statut de filiale de l'exploitation élargie mieux vue parmi les nobles ouvriers du pays.  Une fois que le problème plus vaste de l'exploitation blanche a été résolu, le problème dépendant de l'exploitation noire pourrait être confronté ou peut-être disparaître.  Les abolitionnistes axés sur l'esclavage ont été rejetés comme des "substitutions" qui souhaitaient échanger une forme d'esclavage pour une autre.  "Si je suis moins préoccupé par l'esclavage qui prévaut à Charleston ou à New Orleans", a écrit le réformateur Horace Greeley, "c'est parce que je vois tellement l'esclavage à New-York, qui semble réclamer mes premiers efforts".

Des rapports d'avant-garde par des soldats de l'Union blanche qui ont été témoins de l'esclavage actuel pendant la guerre civile ont rendu l'argument de «l'esclavage blanc» ridicule.  Mais ses locaux d'exploitation - le travail blanc comme noble archétype, et le travail noir comme autre chose - vivaient.  C'était une question de rhétorique, pas de fait.  L'archétype du travail des nobles-blancs n'a pas donné aux travailleurs blancs l'immunité du capitalisme.  Il ne pouvait pas, en soi, briser les monopoles, atténuer la pauvreté blanche en Appalachie ou au Sud, ou apporter un salaire décent aux ghettos immigrés dans le Nord.  Mais le modèle de la politique d'identité originelle de l'Amérique a été fixé.  Le noir vit littéralement peu importe et pourrait être mis de côté tout à fait comme le prix des gains même progressifs pour les masses blanches.  C'était cette juxtaposition qui a permis à Theodore Bilbo de faire campagne pour le Sénat dans les années 1930 comme quelqu'un qui «élever le même enfer que le président Roosevelt» et ensuite endosser le lynchage des Noirs pour qu'ils ne puissent pas voter.



La juxtaposition entre les intérêts valides et même vertueux de la «classe ouvrière» et les intérêts invalides et pathologiques des Américains noirs n'étaient pas la province de simples suprématistes blancs comme Bilbo.  Le savant acclamé, le héros libéral et le futur sénateur Daniel Patrick Moynihan, dans son temps de travail pour le président Richard Nixon, ont approuvé la formulation de Nixon de la classe ouvrière blanche: «Une nouvelle voix» commençait à se faire sentir dans le pays.  "C'est une voix silencieuse trop longtemps", a déclaré Nixon, faisant allusion aux blancs de la classe ouvrière.  "C'est une voix de personnes qui n'ont pas pris la rue avant, qui n'ont pas livré de violence, qui n'ont pas violé la loi".




Le fait qu'un président noir semblait insulter Donald Trump personnellement.  Il a négligé le fondement de l'héritage de Barack Obama.  (Gabriella Demczuk)


Cela fait seulement 18 ans que les émeutes de Cicéron;  huit ans depuis que Daisy et Bill Myers avaient été épuisés de Levittown, en Pennsylvanie;  trois ans après que Martin Luther King Jr. avait été lapidé en traversant le parc Marquette de Chicago.  Mais comme le mythe de la classe ouvrière blanche vertueuse était devenu central pour l'identité américaine, ses péchés devaient être rendus invisibles.  Le fait était que les Blancs de la classe ouvrière avaient été agents du terrorisme raciste depuis au moins les ébauches d'ébauches de 1863;  Le terrorisme ne pouvait pas être séparé de l'animus raciste trouvé dans toutes les classes de blancs.  En effet, à l'ère du lynchage, les journaux quotidiens fouillaient souvent la fureur des masses blanches en invoquant la dernière espèce de propriété que tous les hommes blancs tenaient dans des femmes blancs communs.  Mais pour dissimuler l'ampleur du racisme blanc, ces explosions racistes ont souvent été méconnues ou traitées non pas comme un racisme mais comme un effet secondaire malheureux de griefs légitimes contre le capital.  En se concentrant sur cette classe laborieuse sympathique, les péchés de la blancheur étaient, et sont encore, évités.



Lorsque David Duke, l'ancien grand sorcier du Ku Klux Klan, a choqué le pays en 1990 en gagnant presque un des sièges de la Louisiane au Sénat américain, les apologistes sont sortis une fois de plus.  Ils ont fait l'éloge de l'évidence: Duke avait fait appel aux instincts racistes d'un état dont les écoles sont, en ce moment même, encore désagrégantes, et ont plutôt décidé que quelque chose d'autre était en cours.  "Il y a énormément de colère et de frustration chez les Blancs de la classe ouvrière, en particulier lorsqu'il y a un ralentissement économique", a déclaré un chercheur au Los Angeles Times .  "Ces gens se sentent exclus;  ils estiment que le gouvernement ne leur répond pas. »Par cette logique, l'Amérique de l'après-guerre - avec son économie en plein essor et son faible taux de chômage - aurait dû être une utopie égalitaire et non le pays sévèrement séparé.

Mais ce fut le passé présent.  Il n'était pas important pour les apologues qu'une grande population de la population blanche de la Louisiane pensait que c'était une bonne idée d'envoyer un suprématiste blanc qui avait autrefois dirigé une organisation terroriste vers la capitale nationale.  Il n'était pas non plus important que les Noirs en Louisiane aient longtemps été laissés de côté.  Ce qui importait, c'était l'effilochage d'une vieille affaire et la dégradation potentielle des travailleurs blancs au niveau des «négers». «Une gauche viable doit trouver un moyen de se différencier fortement de cette analyse», David Roediger, l'Université du Kansas professeur, a écrit.



Le défi de la différenciation a largement été ignoré.  Au lieu de cela, une classe ouvrière blanche imaginaire reste centrale à notre politique et à notre compréhension culturelle de ces politiques, pas seulement quand il s'agit de résoudre des problèmes économiques généraux, mais aussi lorsqu'il s'agit de lutter contre le racisme.  À son plus sympathique, cette croyance affirme que la plupart des Américains, indépendamment de la race, sont exploités par une économie capitaliste sans entraves.  La clé, donc, est d'aborder les modèles plus larges qui affligent les masses de toutes les races;  les personnes qui souffrent de ces modèles plus que d'autres (les noirs, par exemple) bénéficieront de manière disproportionnée de ce qui profite à tous.  «Ces jours-ci, ce qui affecte les noirs et les bourgeois de la classe ouvrière et de la classe moyenne n'est pas fondamentalement différent de ce qui nuit à leurs homologues blancs», a déclaré le sénateur Barack Obama en 2006:

La réduction des effectifs, l'externalisation, l'automatisation, la stagnation des salaires, le démantèlement des régimes de retraite et des régimes de retraite fondés sur l'employeur, et les écoles qui ne permettent pas aux jeunes d'acquérir les compétences dont ils ont besoin pour concourir dans une économie mondiale.

Obama a permis que «les Noirs en particulier aient été vulnérables à ces tendances», mais moins en raison du racisme que de la répartition géographique et de la répartition des emplois.  Cette notion - l'antiracisme sans racer - marque la gauche moderne, du nouveau démocrate Bill Clinton au socialiste Bernie Sanders.  Peu de politiciens libéraux nationaux ont reconnu qu'il existe quelque chose de systémique et particulier dans la relation entre les Noirs et leur pays qui pourrait nécessiter des solutions politiques spécifiques.




En 2016, Hillary Clinton a reconnu l'existence d'un racisme systémique plus explicitement que l'un de ses prédécesseurs démocrates modernes.  Elle avait obligé les électeurs noirs de se souvenir trop bien de l'ancienne administration Clinton, de même que de sa précédente campagne.  Alors que l'administration de son mari avait vanté la théorie de la croissance économique de la montée en flèche, elle l'a fait tout en réduisant le bien-être et en devenant «sévère pour le crime», une phrase qui reposait sur des politiques spécifiques, mais aussi comme appât rhétorique pour les électeurs blancs.  L'un est tenté d'excuser Hillary Clinton d'avoir à répondre pour les péchés de son mari.  Mais dans sa campagne de 2008, elle a évoqué l'ancienne dichotomie entre les travailleurs blancs et les noirs garnis, prétendant être le représentant des «Américains travailleurs, des Américains blancs». À la fin de la campagne primaire de 2008 contre Barack Obama, ses conseillers espéraient que quelqu'un le ferait découvrez un «ruban blanc» apocryphe, dans lequel une Michelle Obama en colère aurait utilisé le slur.  Au cours de la campagne de réélection présidentielle présidentielle de Bill Clinton au milieu des années 1990, Hillary Clinton elle-même avait approuvé la théorie des «superdédateurs» de William J. Bennett, John P. Walters et John J. DiIulio Jr.. Cette théorie met en scène le "centre-ville" «Les enfants de cette époque« presque totalement inégalés »et la police de« une nouvelle génération de criminels de rue ... la génération la plus jeune, la plus grande et la plus mauvaise que connaisse toute société ». La« génération la plus mauvaise »n'est pas devenue un super prédateur.  Mais d'ici 2016, ils étaient de jeunes adultes, dont beaucoup ont jugé que la nouvelle conscience de Hillary Clinton manquait.



Il vaut la peine de se demander pourquoi le pays n'a pas été traité avec une série de portraits sympathiques de ce jeune électorat noir "oublié", abandonné par un Washington acheté par les élites et les intérêts spéciaux de Davos.  Le taux de chômage chez les jeunes noirs (20,6%) en juillet 2016 était le double de celui des jeunes blancs (9,9%).  Et depuis la fin des années 1970, William Julius Wilson et d'autres spécialistes des sciences sociales ont suivi l'effet disproportionné que le déclin des emplois manufacturiers a eu sur les communautés afro-américaines.  Si quelqu'un devait être en colère par la dévastation causée par le secteur financier et un gouvernement qui a refusé de poursuivre les auteurs, ce sont les Afro-Américains: la crise du logement a été l'un des principaux moteurs des 20 dernières années de l'écart de richesse entre les familles noires et le reste du pays.  Mais la condescendance culturelle et l'anxiété économique des Noirs ne sont pas des nouvelles.  Les noirs travaillants sont dans leur état propre;  le travail des blancs soulève le spectre de l'esclavage blanc.

En outre, un récit d'électeurs noirs de la classe ouvrière longtemps négligés, lésés par la mondialisation et la crise financière, abandonné par des politiciens hors du commun et légitimement soupçonneux d'un retour du Clintonisme, ne sert pas à purifier la conscience des Blancs pour avoir élu Donald Trump.  Seule l'idée d'une classe ouvrière blanche qui souffre peut faire cela.  Et bien que beaucoup ait été écrit sur la distance entre les élites et «l'Amérique réelle», l'existence d'une tribu de personnes blanches et transcendant les classes est évidente.



Joe Biden, alors vice-président, l'année dernière:

"Ils sont tous les gens avec qui j'ai grandi ... Et ils ne sont pas racistes.  Ils ne sont pas sexistes. "

Bernie Sanders, sénateur et ancien candidat à la présidence, l'année dernière:

"Je viens de la classe ouvrière blanche, et je suis profondément humilié que le Parti démocrate ne puisse pas parler aux gens d'où je viens."

Nicholas Kristof, chroniqueur du New York Times , en février de cette année:

Ma ville natale, Yamhill, Ore., Une communauté agricole, est Trump country, et j'ai beaucoup d'amis qui ont voté pour Trump.  Je pense qu'ils sont profondément faux, mais ne pas les renvoyer en tant que bigots haineux.

Ces revendications d'origine et de fidélité ne sont pas seulement des moyens de défense d'élite d'une classe lésée, mais aussi un renvoi radical des préoccupations de ceux qui ne partagent pas la parenté avec des hommes blancs.  «Vous ne pouvez pas manger l'égalité», affirme Joe Biden, une déclaration digne d'une personne non menacée par la perte de salaire provoquée par une grossesse non désirée, une case à cocher au bas d'une demande d'emploi ou la déportation d'un soutien de famille .  Dans une semaine de Sanders condamnant les démocrates à ne pas avoir parlé au «peuple» d'où il est venu, il faisait l'exemple d'une femme qui rêvait de représenter les gens d'où elle venait.  Confrontée à une jeune femme qui espérait devenir le deuxième sénateur latin dans l'histoire américaine, Sanders a répondu avec une parodie de la campagne de Clinton: «Ce n'est pas assez bon pour que quelqu'un dise:« Je suis une femme!  Votez pour moi!'  Non, ce n'est pas assez bon ... Une des luttes que vous allez voir au Parti démocratique est de savoir si nous allons au-delà de la politique d'identité. "Le spécimen de politique d'identité qui a attaqué un coup de pouce après avoir invoqué un autre était malheureux.




Le KKK et les contreprotestants à Charlottesville, en Virginie, le 8 juillet 2017. Tout électeur Trump n'est pas un suprématisme blanc.  Mais chaque électeur de Trump a jugé acceptable de remettre le sort du pays à un seul.  (Gabriella Demczuk)


D'autres apparences Sanders se sont révélées encore plus alarmantes.  Sur MSNBC, il a attribué le succès de Trump, en partie, à sa volonté de "ne pas être politiquement correct". Sanders a admis que Trump avait "dit certaines choses scandaleuses et douloureuses, mais je pense que les gens sont fatigués de la même vieille, même ancienne rhétorique politique "Pressé sur la définition de l'exactitude politique, Sanders a donné une réponse que Trump aurait certainement approuvé.  "Ce que cela signifie, c'est que vous avez un ensemble de points de discussion qui ont été testés par sondage et testés par groupe de discussion", a expliqué Sanders.  "Et c'est ce que vous dites plutôt que ce qui se passe réellement.  Et souvent, ce que vous n'êtes pas autorisé à dire, ce sont des choses qui offensent des gens très, très puissants.



Cette définition de l'exactitude politique était choquante par un politicien de gauche.  Mais cela correspondait à une défense plus large des électeurs Trump.  "Certaines personnes pensent que les personnes qui ont voté pour Trump sont des racistes, des sexistes et des homophobes et des gens déplorables", a déclaré Sanders plus tard.  "Je ne suis pas d'accord." Ce n'est pas exculpatoire.  Certes, tous les électeurs de Trump ne sont pas un suprématisme blanc, de même que tous les Blancs du Jim Crow South ne sont pas un suprématisme blanc.  Mais chaque électeur de Trump a jugé acceptable de remettre le sort du pays à un seul.

On peut, dans une certaine mesure, comprendre les politiciens «embrasser une politique d'identité personnelle.  Les candidats à la haute fonction, comme Sanders, doivent regrouper une coalition.  La classe ouvrière blanche est visible, de manière compréhensible, comme un grand cache de votes potentiels, et la capture de ces votes nécessite d'éloigner des vérités inconfortables.  Mais les journalistes n'ont pas une telle excuse.  Encore et encore, au cours de l'année écoulée, Nicholas Kristof pourrait se trouver implorant avec ses collègues libéraux pour ne pas renvoyer ses anciens camarades dans la classe ouvrière blanche comme bigots, même lorsque leur fanatisme a été mis en évidence dans ses propres rapports.  Une visite à Tulsa, en Oklahoma, trouve que Kristof se demande pourquoi les électeurs Trump soutiennent un président qui menace de réduire les programmes dont ils dépendent.  Mais le problème, selon les interviewés de Kristof, n'est pas l'attaque de Trump contre les bénéfices tant qu'une attaque contre leurs bénéfices.  "Il y a beaucoup de dépenses inutiles, donc coupez d'autres endroits", dit un homme à Kristof.  Lorsque Kristof pousse ses sujets à identifier ces dépenses inutiles, une cible fascinante est révélée: "Obama téléphones", les produits d'une théorie de la conspiration fiévreuse qui a transformé un programme gouvernemental de longue date en un schéma par lequel le président de l'époque a donné des téléphones cellulaires gratuits à des noirs méchants.  Kristof ne change pas son analyse en fonction de ce commentaire et, en dehors d'une vérification de fait d'une seule phrase entre parenthèses, continue comme si cela n'avait jamais été dit.



L'observation d'un partisan Trump dans le déploiement du racisme ne perturbe pas beaucoup Kristof.  C'est parce que ses défenses de la bonté innée des électeurs Trump et de la bonté innée de la classe ouvrière blanche ne sont en fait des moyens de défense de l'un ni l'autre.  Au contraire, la classe ouvrière blanche ne fonctionne pas rhétoriquement comme une vraie communauté de personnes que comme un outil pour calmer les exigences de ceux qui veulent une Amérique plus inclusive.

L'essai de New York Times de Mark Lilla " The End of Identity Liberalism ", publié peu de temps après l'élection de l'année dernière, est peut-être l'exemple le plus profond de ce genre.  Lilla dénonce la perversion du libéralisme en «une sorte de panique moral sur l'identité raciale, sexuelle et sexuelle», qui a déformé le message du libéralisme et l'empêchant de devenir une force fédératrice capable de gouverner. »Les libéraux se sont éloignés de leur base ouvrière , dit-il, et doit se pencher sur le «libéralisme avant l'identité» de Bill Clinton et Franklin D. Roosevelt.  Vous ne sauriez jamais de cet essai que Bill Clinton était l'un des politiciens d'identité les plus habiles de son époque - en allant à Arkansas pour voir un homme noir, le recteur Ricky Ray lobotomisé, exécuté;  surlignant Jesse Jackson lors de sa propre conférence;  signature de la Loi sur la défense du mariage.  Vous ne sauriez pas non plus que le champion libéral «pré-identité» Roosevelt dépendait de la politique d'identité littéralement mortelle du «Sud solide» de la suprématie blanche. Le nom de Barack Obama n'apparaît pas dans l'essai de Lilla, et il ne tente jamais de lutter, un Ou bien, c'est la politique d'identité - la possibilité du premier président noir - qui a amené un nombre record d'électeurs noirs aux scrutins, en gagnant les élections pour le Parti démocratique et en permettant ainsi la délivrance de l'ancien libéral objectif des soins de santé nationaux.  «La politique d'identité ... est en grande partie expressive, pas convaincante», affirme Lilla.  "C'est pourquoi il ne gagne jamais les élections, mais peut les perdre." Ce Trump a couru et gagné sur la politique d'identité est au-delà des pouvoirs de conception de Lilla.  Ce qui fait appel à la classe ouvrière blanche est ennobli.  Ce qui fait appel aux travailleurs noirs, et à tous les autres à l'extérieur de la tribu, est un identitairement draste.  Toutes les politiques sont la politique d'identité, à l'exception de la politique des Blancs, la politique de l'héritage sanglant.



Le tribalisme blanc persécute des écrivains encore plus nuancés.  L' essai New Yorker de George Packer, «The Unconnected», est un long plaidoyer pour que les libéraux se concentrent davantage sur la classe ouvrière blanche, une population qui «a succombé aux maux qui étaient associés à la sous-classe« urbaine noire ».  "Packer croit que ces malades, et l'échec du Parti démocrate à leur répondre, expliquent beaucoup de l'augmentation de Trump.  Packer ne propose pas de sondages d'opinion pour peser les opinions des travailleurs blancs sur les «élites», et beaucoup moins leur point de vue sur le racisme.  Il n'a aucun sens de la façon dont leurs points de vue et leur relation avec Trump diffèrent des autres blancs ouvriers et autres ».

C'est probable parce que toute évaluation empirique de la relation entre Trump et la classe ouvrière blanche révélerait qu'un adjectif dans cette phrase fait plus de travail que l'autre.  En 2016, Trump jouissait de la majorité ou de la pluralité de soutien parmi toutes les branches économiques des Blancs.  Il est vrai que son soutien le plus fort parmi les blancs provient de ceux qui font de 50 000 $ à 99 999 $.  Ce serait quelque chose de plus que la classe ouvrière dans de nombreux quartiers non blancs, mais même si l'on accepte cette branche en tant que classe ouvrière, la différence entre la façon dont différents groupes de cette tranche de revenu a voté est révélatrice.  Soixante et un pour cent des blancs de cette «classe ouvrière» ont soutenu Trump.  Seulement 24% des Hispaniques et 11% des Noirs ont fait.  En effet, la pluralité de tous les électeurs effectuent moins de 100 000 $ et la majorité fait moins de 50 000 $ voter pour le candidat démocrate.  Donc, lorsque Packer regrette le fait que «les démocrates ne peuvent plus vraiment prétendre être la fête des travailleurs, pas les blancs, de toute façon», il commet une sorte d'erreur de catégorie.  Le vrai problème, c'est que les démocrates ne sont pas la fête des Blancs, travaillant ou autrement.  Les travailleurs blancs ne sont pas divisés par le fait qu'ils travaillent à partir d'autres données démographiques blanches;  ils sont divisés de tous les autres ouvriers par le fait de leur blancheur.



L'essai de Packer a été publié avant les élections, de sorte que le bilan des votes n'était pas disponible.  Mais il ne faut pas être surprenant qu'un candidat républicain faisant appel direct au racisme fasse passer le nombre des électeurs blancs, étant donné que le racisme a été une ligne de démarcation pour les partis nationaux depuis l'ère des droits civiques.  Packer trouve son inspiration pour sa thèse en Virginie-Occidentale - un État qui est resté démocrate dans les années 90 avant de se révolutionner républicain au moins au niveau de la politique présidentielle.  Ce mouvement de direction relativement récent montre, à Packer, un décalage "qui ne pouvait être attribué que pour la politique de la race". Cela est probablement vrai: la politique de la race n'est, elle-même, jamais attribuable "à la politique de la race. "L'histoire de l'esclavage est aussi à propos de la croissance du capitalisme international;  l'histoire du lynchage doit être vue à la lumière de l'anxiété sur l'indépendance croissante des femmes;  le mouvement des droits civils ne peut être démenti de la guerre froide.  Ainsi, dire que la montée de Donald Trump est plus que la race est de faire une déclaration vide, qui est un petit réconfort pour le peuple - noir, musulman, immigré - qui vivent sous la racisme.

La vague de racisme n'est pas difficile à détecter en Virginie-Occidentale.  Dans la primaire démocratique de 2008, 95% des électeurs étaient blancs.  Vingt pour cent d'entre eux - un sur cinq - a admis ouvertement que la race influençait leur vote et plus de 80 pour cent ont voté pour Hillary Clinton sur Barack Obama.  Quatre ans plus tard, le titulaire Obama a perdu le primaire dans 10 comtés à Keith Judd, un criminel blanc incarcéré dans une prison fédérale;  Judd a accumulé plus de 40 pour cent du vote à la majorité démocrate dans l'état.  Une expérience de pensée simple: Est-ce que l'on peut imaginer un criminel noir dans une prison fédérale qui court dans un primaire contre un président blanc en place qui se porte si bien?



Mais le racisme occupe une place essentiellement passive dans l'essai de Packer.  Il n'y a aucune tentative de comprendre pourquoi les travailleurs noirs et bruns, victimes de la même économie et de l'élite cosmopolite que Packer Lamborges, n'ont pas rejoint la révolution Trump.  Comme Kristof, Packer est doux avec ses sujets.  Quand une femme "a explosé" et a dit à Packer: "Je veux manger ce que je veux manger, et pour qu'ils me disent que je ne peux pas manger de frites ou de Coca-Cola, d'aucune façon", il voit cela comme une rébellion contre «La supériorité morale des élites». En fait, cette conspiration d'élite remonte à 1894, lorsque le gouvernement a commencé à conseiller les Américains sur leurs régimes alimentaires.  En 2002, le président George W. Bush a lancé l'initiative HealthierUS, exhortant les Américains à faire de l'exercice et à manger des aliments sains.  Mais Packer ne se permet jamais de se demander si l'explosion dont il a été témoin a eu quelque chose à voir avec le fait que des conseils similaires provenaient maintenant de la première première femme noire du pays.  Packer conclut que Obama quittait le pays «plus divisé et plus en colère que la plupart des Américains se souviennent», une déclaration vraisemblablement vraie uniquement parce que la plupart des Américains s'identifient comme blancs.  Certes, les hommes et les femmes obligés de vivre dans le sillage du battement de John Lewis, du lynchage d'Emmett Till, du bombardement de la maison de Percy Julian et des assassinats de Martin Luther King Jr. et Medgar Evers ne seraient pas d'accord.

L'héritage de Trump exposera la patine de décence pour ce qu'elle est et révèle à quel point un démagogue peut s'en sortir.

Le triomphe de la campagne de fanatisme de Trump a présenté le spectacle problématique d'un président américain qui réussit au mieux malgré son racisme et peut-être à cause de cela.  Trump a déplacé le racisme de l'euphémisme et plausiblement déniable à l'affirmation manifeste et librement revendiquée.  Cela a présenté la classe de pensée du pays avec un dilemme.  Hillary Clinton ne pouvait tout simplement pas être correcte lorsqu'elle a affirmé qu'un grand groupe d'Américains approuvait un candidat à cause du fanatisme.  Les implications - que la bigoterie systémique est encore au centre de notre politique;  que le pays est susceptible d'une telle bigoterie;  que les Américains salés de la terre que nous représentons dans notre culture et notre politique ne sont pas si différents de ces mêmes Américains qui nous sourient dans le lynchage de photos;  que l'objectif de Calhoun d'une étreinte pan-caucasienne entre les travailleurs et les capitalistes reste encore - étaient trop sombres.  Les gauchistes devraient faire face à l'échec, encore une fois, de l'unité de classe face au racisme.  En intégrant tout cela dans une analyse de l'Amérique et le chemin vers l'avant s'est avéré trop demander.  Au lieu de cela, la réponse a été en grande partie un argument visant à l'émotion - l'appel de la classe ouvrière blanche, l'emblème des racines hardscrabble de l'Amérique, héritier de son esprit pionnier, comme un bouclier contre les preuves horribles et empiriques d'un fougueur tranchant.


Histoires liées


Donald Trump détruira-t-il la présidence?
Mon président était noir
Le cas des réparations

Packer rejette le Parti démocratique en tant que coalition de «professionnels et de diversité en plein essor». Le licenciement est découlé de Lawrence Summers, l'ancien président de Harvard et économiste de la Maison Blanche, qui a qualifié l'année dernière du Parti démocrate «une coalition des l'élite cosmopolite et la diversité ". L'inférence est que le parti a oublié de parler de questions économiques difficiles et préfère discuter de questions culturelles vraisemblablement plus douces telles que la« diversité ». Il vaut la peine de déballer ce qui, précisément, relève de cette rubrique de« diversité »- la résistance à l'incarcération monstrueuse de légions d'hommes noirs, la résistance à la destruction des fournisseurs de soins de santé pour les femmes pauvres, la résistance à l'effort de déportation des parents, la résistance à une police dont la seule légitimité est enracinée dans la force brute, la résistance à une théorie de l'éducation qui prêche "pas d'excuses" à des enfants noirs et bruns, même si les excuses sont proposées pour les dirigeants corporatifs mendiants "trop ​​gros pour la prison".  "Que cette suite de préoccupations, prises ensemble, puisse être rejetée à la fois par un économiste d'élite comme Summers et un brillant journaliste comme Packer comme« diversité »qui révèle simplement l'espace sécurisé dont ils jouissent.  En raison de leur identité.




Quand Barack Obama   est entré en fonction, en 2009, il a cru qu'il pouvait travailler avec des conservateurs «sensibles» en adoptant des aspects de leur politique comme étant les siens.  Au lieu de cela, il a constaté que son imprimatur rendait cela impossible.  Le chef de la minorité du Sénat, Mitch McConnell, a annoncé que l'objectif premier du GOP n'était pas de trouver un terrain d'entente, mais de faire de Obama un «président à durée déterminée». Un plan de soins de santé inspiré par Romneycare était, lorsqu'il était proposé par Obama, considéré soudainement comme socialiste et non Par coïncidence, une forme de réparation.  Le premier président noir a constaté qu'il était personnellement toxique pour la base GOP.  Un parti politique entier a été organisé autour du but explicite de nier un homme.  Obama et certains de ses alliés ont pensé que cette toxicité était le résultat d'un assaut implacable mené par Fox News et la radio parlante de droite.  Le génie de Trump était de voir que c'était quelque chose de plus, qu'il s'agissait d'une faim de revanche si forte qu'un novice politique et accusé un violeur pouvait renverser la direction d'un parti majeur et accélérer le candidat fortement favorisé de l'autre.



"Je pourrais rester au milieu de la Cinquième Avenue et tirer sur quelqu'un et je ne perdrais aucun électeur", a déclaré Trump en janvier 2016. Cette déclaration ne devrait être rencontrée qu'avec un minimum de scepticisme.  Trump s'est moqué des personnes handicapées, a résisté à de multiples accusations de violence sexuelle (tout ce qu'il a nié), a renvoyé un directeur du FBI, a envoyé ses sbires pour tromper le public au sujet de ses motifs, exposé personnellement ces mensonges en affirmant hardiment son but de faire une enquête dans sa collusion possible avec une puissance étrangère, se vante de ce même obstacle aux représentants de cette même puissance étrangère.  Il est tout à fait impossible de conjurer un fac-similé noir de Donald Trump - imaginer Obama, disent, impliquer le père d'un adversaire dans l'assassinat d'un président américain ou comparer sa dotation physique avec celle d'un autre candidat et ensuite capturer avec succès la présidence.  Trump, plus que tout autre politicien, a compris la valence de l'héritage sanglant et le grand pouvoir de ne pas être un nègre.




Le 6 janvier 2017. Les républicains applaudissent après que le Congrès certifie la victoire de Donald Trump au Collège électoral.  La tragédie américaine qui va être forgée ne finira pas avec lui.  (Gabriella Demczuk)


Mais le pouvoir est finalement suicidaire.  Trump montre cela aussi.  Dans un récent article new-yorkais , un ancien officier militaire russe a souligné que l'ingérence dans une élection ne pouvait réussir que lorsque des «conditions nécessaires» et un «contexte existant» étaient présents.  En Amérique, ce «contexte existant» était un racisme persistant, et la «condition nécessaire» était un président noir.  Les deux facteurs connexes entravaient la capacité de l'Amérique de sauvegarder son système électoral.  Jusqu'en juillet 2016, la majorité des électeurs républicains doutent que Barack Obama soit né aux États-Unis, ce qui signifie qu'ils ne l'ont pas considéré comme un président légitime.  Les politiciens républicains ont agi en conséquence, refusant infâment à son candidat final de la Cour suprême une audience et refusant de travailler avec l'administration pour défendre le pays contre l'attaque de la Russie.  Avant l'élection, Obama n'a trouvé aucun candidat parmi les républicains pour une réponse bipartite, et Obama lui-même, sous-estimant Trump et sous-estimant ainsi le pouvoir de la blancheur, a cru que le candidat républicain était trop répréhensible pour gagner réellement.  Dans cet Obama était, tragiquement, faux.  Ainsi, le pays le plus puissant au monde a transmis toutes ses affaires: la prospérité de toute son économie;  la sécurité de ses 300 millions de citoyens;  la pureté de son eau, la viabilité de son air, la sécurité de ses aliments;  l'avenir de son vaste système d'éducation;  la solidité de ses autoroutes nationales, voies aériennes et chemins de fer;  le potentiel apocalyptique de son arsenal nucléaire - à un barker de carnaval qui a introduit la phrase les saisissant par la chatte dans le lexique national.  C'est comme si la tribu blanche s'est unie en démonstration pour dire: «Si un homme noir peut être président, alors tout homme blanc, peu importe la façon dont il est tombé, peut être président.» Et de cette façon perverse, les rêves démocratiques de Jefferson et de Jackson ont été remplies.

La tragédie américaine qui est maintenant forgée est plus grande que la plupart imaginent et ne finira pas avec Trump.  Ces derniers temps, la blancheur en tant que tactique politique ouverte a été retenue par une sorte de cordialité qui a soutenu que son invocation manifeste serait effrayer les blancs "modérés".  Cela s'est avéré être à peine à moitié vrai au mieux.  L'héritage de Trump exposera la patine de décence pour ce qu'elle est et révèle à quel point un démagogue peut s'en sortir.  Il ne faut pas beaucoup pour imaginer un autre politicien, plus sage dans les voies de Washington et mieux scolarisé dans la méthodologie de la gouvernance - et maintenant libéré du prétexte de la civilité antiraciste - accomplissant un travail beaucoup plus efficace que Trump.

Il a longtemps été un axiome parmi certains écrivains et penseurs noirs que, bien que la blancheur met en danger les corps des Noirs dans le sens immédiat, la menace est plus importante pour les Blancs eux-mêmes, le pays partagé et même le monde entier.  Il y a une impulsion à blanchir à cette sorte de grandiosité.  Lorsque WEB Du Bois affirme que l'esclavage était «singulièrement désastreux pour la civilisation moderne» ou James Baldwin affirme que les blancs «ont amené l'humanité au bord de l'oubli: parce qu'ils pensent qu'ils sont blancs», l'instinct est de pleurer l'exagération.  Mais il n'y a pas d'autre moyen de lire la présidence de Donald Trump.  Le premier président blanc dans l'histoire américaine est aussi le président le plus dangereux - et il est encore plus dangereux par le fait que ceux qui sont chargés de l'analyser ne peuvent pas nommer sa nature essentielle, car ils sont également impliqués.


Cet essai est tiré du nouveau livre de Ta-Nehisi Coates, We Was Eight Years in Power .


Partager
Tweet




Dernière vidéo



Comment juste six mots peuvent éclaircir la conversation sur la race en Amérique

Michele Norris a créé une archive de plus de 50 000 histoires sur la race et l'identité.


A propos de l'auteur
Ta-Nehisi Coates
Ta-Nehisi Coates est un correspondant national de l'Atlantique , où il écrit sur la culture, la politique et les questions sociales.  Il est l'auteur de The Beautiful Struggle , Between the World and Me , et le prochain livre We Was Eight Years in Power .
Gazouillement





 The Trump Presidency: un rapport sur les dommages

Une évaluation de la façon dont l'administration a changé l'Amérique
Commencer ici
Table des matières

 Les plus populaires sur l'Atlantique
01
Le premier président blanc
Ta-Nehisi Coates


02
Pourquoi les gens heureux trichent
Esther Perel


03
Les smartphones ont-ils détruit une génération?
Jean M. Twenge


04
Qu'est-ce que Ta-Nehisi Coates se méfie de la politique américaine
George Packer


05
Pourquoi Trump devrait-il s'inquiéter davantage au sujet du Congrès que de Mueller?
Niall Ferguson et Joshua Zoffer


06
«Il est impossible d'imaginer Trump sans la force de la blancheur»
Tynesha Foreman , Nicolas Pollock , Ta-Nehisi Coates et Kasia Cieplak-Mayr von
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc-Henry
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5828
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

MessageSujet: Re: Vous êtes peut-être un suprémaciste blanc si…   Dim 17 Sep 2017 - 14:51

Merci Joel
Je vais prendre de faire la connaissance de cet auteur .

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vous êtes peut-être un suprémaciste blanc si…   

Revenir en haut Aller en bas
 
Vous êtes peut-être un suprémaciste blanc si…
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Annabeth ? Vous l'ignorez peut être, mais les maisons en pain d'épices sont dangereuses
» Entrez dans ma boutique, vous y trouverez peut-être votre bonheur! ~Boutique Ouverte~ (1/6)
» Les Micro-RPs. Je vous jure ca peut être super cool.
» jusqu'ou peut vous entrainez la colere ?
» Vous dirai-je « tu », ou bien me diras-tu « vous » ? »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Monde-
Sauter vers: