Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

  De la liberté de la corruption ou de la lutte contre la corruption ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Marc H
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8733
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

MessageSujet: De la liberté de la corruption ou de la lutte contre la corruption ?   Lun 25 Sep 2017 - 23:10

Jovenel Moise à l’ONU : du réchauffé et du mensonge

Par
Férère Coffy

Aucun Haïtien le moins informé qu’il soit ne peut ignorer que les prédécesseurs de Jovenel Moise ont toujours pris position en faveur de Taiwan pour un siège à l’ONU. En ce qui concerne les méfaits des troupes onusiennes, Jocelerme Privert les avait déjà très bien adressés devant cette assemblée, sans oublier le BAI (Bureau des avocats internationaux) qui a fait un travail exceptionnel, et d’ailleurs, c’est grâce à eux que le dossier de choléra ait pu attirer une certaine sympathie de l’ancien ainsi que de l’actuel secrétaire de l’ONU. Tout compte fait, rien n’empêche à Jovenel Moise de réitérer ces messages. Mais la sagesse, voire la décence exige un minimum de respect envers ses prédécesseurs pour ne pas dire Haïti. Au contraire, Jovenel Moise s’est fourvoyé dans le paraître, disons en peu de mot, dans le «m’as-tu-vu », oubliant tout ce qu’il rapporte est du réchauffé.

En dépit de tout ce qui précède, on n’en est pas dérangé pour autant. La surprise vient quand Jovenel Moise s’affuble de champion de la lutte contre la corruption devant l’Assemblée des nations unies. Ah non, il faut avoir du culot pour le faire. Quand il disait : ceux qui sont contre le budget sont ceux qui sont en faveur de la corruption, on croyait qu’il parlait pour la consommation locale qui selon lui peut avaler toute sorte de pilule. Mais, transporter ce discours au delà des frontières nationales, on n’y a jamais pensé.

En fait, qu’est-ce qu’il y a dans le budget qui pourrait effrayer les corrupteurs et les corrompus? Rien. Le budget ne prévoit pas d’enveloppe ni la mise en place de comité d’audit pour inspecter les livres des entreprises qui pour la plupart tiennent deux comptabilités, l’une (fictive) pour L’État, l’autre (réelle) pour l’interne. Le budget ne prévoit pas aussi d’enveloppe ni la mise en place des escouades de surveillance à l’intérieur ainsi qu’au niveau des frontières pour contrôler et/ou enrayer la contrebande. Alors, de quoi parle Jovenel Moise? De la liberté de la corruption ou de la lutte contre la corruption?

Il va sans dire que Jovenel Moise tente de dissimuler au peuple haïtien la base de son pouvoir qui n’est autre que la corruption. Il ne pourra pas fuir cette réalité. Lui-même, son passé n’inspire pas confiance ajouté à son environnement toxique qui n’a pas de démonstration à faire. La seule révocation d’un ministre non désiré dans l‘équipe sans tenir compte de la ramification à la base du détournement de fonds concernant les kits scolaires ne suffit pas. Les questions des citoyens sur ce sujet n’ont pas eu de réponses. Il en est ainsi concernant les règlements de compte avec deux entrepreneurs locaux que le pouvoir veut substituer par ses proches.
Quant au budget, le gouvernement a-t-il fait des choix éclairés comme il claironne à travers toutes les tribunes?

Comme on le sait, Haïti est un pays sous-développé, ayant une économie très faible et un taux de chômage très élevé. On ne peut pas opter pour l’impôt sur le revenu des particuliers et des entreprises comme principal moyen de financement mais plutôt sur la tarification des biens et services. On comprend tout ça. Mais, un gouvernement responsable doit non seulement tenir compte de la capacité de payer de ses citoyens et aussi évaluer, prévenir l’impact des actions qu’il pose sur leurs conditions de vie. Le gouvernement ne l’a pas fait, sans consultation aucune, il a augmenté les tarifs de services entre 300 et 500%. Qui en sont victimes? Les plus démunis. Ils ont raison de s’en plaindre. Les quatre porte-paroles du gouvernement ajoutés au président lui-même n’arrivent pas à donner des explications satisfaisantes au peuple. Ce peuple est peut-être analphabète mais il n’est pas bête. On a entendu ses questions et ses réponses concernant le passeport, le permis de conduire, les calculs du budget et surtout le mensonge du président à savoir la diminution du train de vie des gens au pouvoir quand le budget de dépense de la Présidence, du Parlement et de la Primature loin d’être diminué, a été augmenté et a atteint un seuil inimaginable pour un petit pays comme Haïti, alors que le gouvernement demande aux citoyens de se serrer la ceinture. Quel paradoxe!

Cela ne s’arrête pas là. Chaque sénateur a droit à 10 millions de gourdes pour des projets dans son département. À quoi peut-on attribuer cela si ce n’est pas la corruption? Ce n’est pas le rôle d’un sénateur. Il est là pour voter les lois et contrôler l’action gouvernementale. Les projets gouvernementaux concernent les ministres et les représentants des collectivités territoriales. De plus, une telle action s’apparente à la concurrence déloyale par rapport à un potentiel sénateur. Ni un sénateur ni un fonctionnaire ne doivent utiliser les biens de l’État pour faciliter leur élection ou réélection.

Un autre fait très important du budget est la rubrique : autres interventions qui suscitent beaucoup d’interrogations. Avec raison, le peuple l’appelle caisse noire du gouvernement. Autres interventions, à elles seules, représentent 24 milliards et demi de gourdes, soit 17% du budget. Pourquoi le gouvernement a fait le choix de placer tout ce montant dans cette rubrique? Pourquoi les députés et les sénateurs n’en ont rien dit et ont accepté le budget tel que proposé? Autant de questions sans réponse. Il est clair et net que les députés et sénateurs se sont abdiqués de leur mandat et se sont associés au gouvernement pour étouffer la population. Par conséquent, ils n’ont plus aucune crédibilité.

Les enseignements tirés de cette expérience nous amènent à conclure que la transition post-duvalier est très loin d’être achevée. L’équipe en place ne peut pas construire ni fortifier les institutions. Quel Conseil électoral permanent, quelle Cour de cassation, quelle cour constitutionnelle, etc… aurons-nous? Aller dans cette direction consacrera la pérennité de la crise en Haïti. La seule issue pour ne pas dire le passage obligé est de recommencer en convoquant Les États généraux pour la mise en place d’un gouvernement provisoire ayant pour mandat pendant deux (2) ans de;

- Former une assemblée constituante pour l’élaboration d’une nouvelle constitution qui cette fois prendra en compte la spécificité du pays en éliminant le poste de premier ministre, la chambre des sénateurs et en incluant sans discrimination la diaspora dans ses droits civils et politiques;
- Réformer les institutions;
- Réaliser les élections générales.
Férère Coffy, BAA, MAP
Montréal, Canada
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
De la liberté de la corruption ou de la lutte contre la corruption ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment mener la lutte contre la corruption en Haïti ?
» Flash! Le Président Michel Joseph Martelly en lutte contre la corruption
» Haïti-Lutte contre la corruption, L’élite est épinglée
» Lutte contre la corruption: limitations
» Le role de la CSC/CA dans la lutte contre la corruption

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: