Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ki jan AYISYEN voye DJANNI ann AYITI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15206
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Ki jan AYISYEN voye DJANNI ann AYITI   Jeu 16 Nov 2017 - 17:10

http://nytimes.com/2017/11/16/nyregion/brooklyn-boat-to-haiti-stuffed-cars.html



The
Double-Stuffed
Boat to Haiti

Through a quirk of customs law, Haitian
New Yorkers can ship home almost
anything, as long as it’s crammed into
a vehicle that can be loaded onto a boat.


By ANNIE CORREALNOV. 16, 2017



Last week, Louis Spano stood on the deck of a cargo ship in Red Hook, Brooklyn, looking out over an expanse of vehicles waiting to be loaded on board.

There was a Mack truck stacked high with mattresses, a few peeling school buses, two hulking pieces of equipment — parts of an old cement plant — and dozens of older model cars that, if you got close enough, you could see were stuffed to capacity with blankets, rugs, bicycles, spare tires, microwaves, packs of fruit juice, a fake Christmas tree.

“What’s the problem, Daddy?” Mr. Spano said into his walkie-talkie as a crane lifted a truck onto the ship, the Beauforce. The problem, that day, was that the other crane wasn’t working.

Shipping lines take all sorts of goods in and out of New York City. Mr. Spano, the 57-year-old owner of Red Hook Shipping Inc., specializes in shipping used vehicles from Brooklyn to Haiti. But not only cars and trucks.

Haitian import rules allow used vehicles to hold personal effects and used household goods. And so, twice a month, Mr. Spano ships vehicles that are loaded with all manner of items collected by local Haitian immigrants to send to people back home, from bundles of clothes — known as pepé in Creole — to sacks of rice to crutches to pots and pans.

The trucks and cars have become, in a sense, shipping containers — a practice that some criticize for having filled the struggling island nation with decrepit vehicles and junk, while others describe as a vital link — particularly since the devastating earthquake of 2010.

“People always sent stuff in the vehicles, but after the earthquake it was more, ” said E.Z. Vallon, an employee of Red Hook Shipping who oversees vehicle drop-offs and helps translate for Mr. Spano, who speaks only basic Creole. “It was stuff they really needed.”

He added, “They have families over there and you know things are bad for them, so you have to find a way.”

Michael Stamatis, president of the Red Hook Container Terminal, said it is up to the country importing the vehicles whether to permit them to be loaded with items. “In other vehicles we ship to West Africa,” he said, “it is not allowed.” Mr. Stamatis said he believed Haiti’s policy stemmed from “economic hardship related to natural disasters that have occurred there.” He added, “I believe it is considered relief goods.”

Cars — working or not — cost around $1,500 to ship from Brooklyn to Haiti. There’s no extra charge for cargo crammed in or on the vehicles. Credit Kirsten Luce for The New York Times

There are nearly 90,000 Haitian-born immigrants living in New York, according to the Census Bureau’s American Community Survey from 2015. . It is among the largest Haitian populations outside Port-au-Prince, and after the 2010 earthquake, the diaspora across the region played a role in helping rebuild the country.

For years, Duperlo Nevil, who lives in Irvington, N.J., has saved money from his job as a truck driver to send things to his sister Junette. “The last thing I sent over was some foodstuffs and some sheets,” said Mr. Nevil, who buys space in other people’s vehicles. In Haiti, Mr. Nevil said his sister picked it up at the port. “She liked it. She shared it with family.”

Mr. Spano charges $1,500 to ship a standard S.U.V.; larger vehicles work out to around $150 per linear foot. He figures he could charge more for the extra cargo that gets packed inside but he chooses not to.

“Let them send it,” Mr. Spano said. “Let them live. Things we neglect every day, stoves, refrigerators — it’s of great value to them.”

Weight is not an issue on ships like the Beauforce, which can hold thousands of tons, he explained. And so customers are free pack the vehicles with anything that will fit, or to strap it onto the roofs, as long as the cargo itself does not violate customs regulations.

“If you knew how much I didn’t charge for, you’d think I was crazy,” said Mr. Spano, who often finds himself trying to find space for someone’s couch or first communion gifts before closing the hatch.

Louis Spano, who owns Red Hook Shipping Inc., at Red Hook Container Terminal in Brooklyn. Credit Kirsten Luce for The New York Times

Mr. Spano found his Haitian calling, he said, through a twist of fate. Raised in Bay Ridge, Brooklyn, by Italian immigrant parents, he started out in the pizza business. “The closest I ever got to a ship was driving over the Verrazano-Narrows Bridge,” he said. By the late 1980s, he had given up his pizza parlors in suburban New Jersey and was running a produce store in Newark when he happened to meet a Haitian man.

The man would visit the owner of a furniture store where Mr. Spano spent slow afternoons watching television.“I would go to watch ‘Oprah,’” Mr. Spano recalled. “I would hear them speak another language. I asked them, ‘What are you talking about?’” The man told him there was demand for shipping vehicles to Haiti: at the time, Haitians had to truck them to Florida. Mr. Spano offered him a job, with the idea of expanding into the Caribbean shipping business. “I gave him a desk next to the potatoes and the onions and said, ‘Let’s see what you got.’”

The first shipment of cars was not exactly a success. “I got annihilated, economically annihilated. I didn’t know what I was doing,” he said.


As long as it is attached to a vehicle, it can be shipped to Haiti.
Credit Kirsten Luce for The New York Times

Then, in 1991, an international trade embargo was imposed on Haiti, bringing business to a crashing halt. Mr. Spano believes in learning from failure — a belief enshrined in his email handle, loserlou29 — and he did not give up. Anticipating an end to the sanctions, he started advertising on local Haitian radio, and when the embargo was lifted in 1994, business took off.

“It lit up like a match,” he said.

Mr. Stamatis, the terminal president, said Mr. Spano had been among the first in the region to ship cars to Haiti. “A lot of people copied him. They tried, failed, walked away. It’s not an easy business.”

There have been some missteps. Once, a ship caught fire, scorching the vehicles. “I still delivered them burned. I sat with the people and we made our deals,” said Mr. Spano. “Loser Lou, right?”

In 2006, Mr. Spano and an accomplice were arrested after a failed robbery attempt at a bank in Queens, and he served a one-year sentence, he said. The men tried to cut a hole in the roof of the bank to reach the vault — twice — but they were caught. “I did turn my life around,” Mr. Spano said. “I did a year and a day.”
Continue reading the main story

For about five years, Mr. Spano has been back in business and operating out of Red Hook. There, customers drop vehicles off in his lot every day of the week. Many are regulars who send a couple of used vehicles on every ship, then sell them in Haiti. Some vehicles have flat tires; others are totaled, or nearly totaled. Mr. Vallon, his employee, said: “They will find something to do with it. You think something is like garbage — they’ll turn it to new.”

They also sell the precious space in the vehicles.

Last week, Pierre Bonner, of East Flatbush, Brooklyn, was crouched in the back of a 20-foot box truck that he had paid to stuff with things. Around the truck were shipping barrels with names and addresses in Haiti scrawled in Sharpie, trash bins crammed with cookware, a cooler full of notebooks, children’s toys. “Some of them are for my family, my wife’s family,” he said. The rest was gathered from strangers.

The pile appeared to be about twice the size of the truck. Mr. Bonner wedged things in, as if putting together a puzzle he’d completed before.

Mr. Vallon looked on. “When he’s finished, nothing will be outside,” he said. “It will all be in.”
Continue reading the main story


In a similar fashion, Mr. Spano packed the Beauforce, loading up 199 vehicles — cement-plant parts included — with one crane, and going just an hour overtime.

This week, the ship will reach St. Marc, a small port outside Port-au-Prince. “Very small,” said Andrey Efimov, the ship’s captain, who comes from Russia. He estimated that the Beauforce is about twice as long as its pier. “I think we are biggest ship for this port.”

There are no tugboats to guide it in, Mr. Efimov said, just a small boat, and he has to follow it closely; the waters are shallow, and there is a sunken barge to navigate around.

When they reach the pier in St. Marc, people swarm the ship. Thieves are not uncommon. But amid the crowd, Mr. Spano will be waiting. He flies to Haiti twice a month, sometimes bringing one of his sons to learn the ropes, to watch over every ship as it’s unloaded.

He can be heard shouting in Creole. “‘Camion’ is ‘truck,’” he said.

Mr. Spano, who ships about 4,800 stuffed camions a year, shrugs off the unusual demands of his business.

“When in Rome, you’re Roman, honey.”

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15206
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Ki jan AYISYEN voye DJANNI ann AYITI   Jeu 16 Nov 2017 - 17:26



Grâce à une bizarrerie de la loi douanière, haïtienne
New-Yorkais peuvent expédier à la maison presque
n'importe quoi, tant qu'il est entassé dans
un véhicule qui peut être chargé sur un bateau.


Par ANNIE CORREALNOV. 16, 2017



La semaine dernière, Louis Spano se tenait sur le pont d'un cargo à Red Hook, Brooklyn, regardant par-dessus une grande quantité de véhicules attendant d'être chargés à bord.

Il y avait un camion Mack empilé avec des matelas, quelques autobus scolaires épluchables, deux gros morceaux d'équipement - des pièces d'une vieille cimenterie - et des douzaines de modèles plus anciens qui, si vous étiez assez près, vous pouviez voir qu'ils étaient remplis à pleine capacité. avec des couvertures, des tapis, des bicyclettes, des pneus de rechange, des micro-ondes, des paquets de jus de fruits, un faux sapin de Noël.

"Quel est le problème, papa?" Dit M. Spano dans son talkie-walkie alors qu'une grue soulevait un camion sur le navire, le Beauforce. Le problème, ce jour-là, était que l'autre grue ne fonctionnait pas.

Les lignes maritimes prennent toutes sortes de marchandises dans et hors de New York. M. Spano, propriétaire de Red Hook Shipping Inc., âgé de 57 ans, se spécialise dans l'expédition de véhicules d'occasion de Brooklyn à Haïti. Mais pas seulement les voitures et les camions.

Les règles d'importation haïtiennes autorisent les véhicules usagés à contenir des effets personnels et des articles ménagers usagés. Et donc, deux fois par mois, M. Spano expédie des véhicules chargés de toutes sortes d'objets collectés par les immigrants haïtiens locaux pour les envoyer chez eux, des paquets de vêtements - pepé en créole - aux sacs de riz en passant par les béquilles. pots et casseroles.

Les camions et les voitures sont devenus, dans un sens, des conteneurs d'expédition - une pratique que certains critiquent pour avoir rempli la nation insulaire en détresse avec des véhicules décrépits, tandis que d'autres décrivent comme un lien vital - en particulier depuis le tremblement de terre dévastateur de 2010.

"Les gens envoyaient toujours des choses dans les véhicules, mais après le tremblement de terre, c'était plus", explique EZ Vallon, un employé de Red Hook Shipping qui supervise les dépannages et aide à traduire M. Spano, qui ne parle que le créole de base. "C'était des choses dont ils avaient vraiment besoin."

Il a ajouté: "Ils ont des familles là-bas et vous savez que les choses vont mal pour eux, alors vous devez trouver un moyen."

Michael Stamatis, président du Red Hook Container Terminal, a déclaré que c'est au pays qui importe les véhicules de leur permettre d'être chargés d'articles. "Dans d'autres véhicules que nous expédions en Afrique de l'Ouest", at-il dit, "ce n'est pas permis." M. Stamatis a dit qu'il croyait que la politique d'Haïti découlait des "difficultés économiques liées aux catastrophes naturelles qui s'y sont produites". il est considéré comme des biens de secours. "

Les voitures - qui travaillent ou pas - coûtent environ 1500 $ pour l'expédition de Brooklyn à Haïti. Il n'y a pas de frais supplémentaires pour la cargaison entassée dans ou sur les véhicules. Crédit Kirsten Luce pour le New York Times

Selon l'American Community Survey du Census Bureau de 2015, près de 90 000 immigrants d'origine haïtienne vivent à New York. Il fait partie des plus grandes populations haïtiennes à l'extérieur de Port-au-Prince, et après le tremblement de terre de 2010, la diaspora à travers la région a joué un rôle dans la reconstruction du pays.

Pendant des années, Duperlo Nevil, qui vit à Irvington, New Jersey, a économisé de l'argent grâce à son travail de chauffeur de camion pour envoyer des choses à sa sœur Junette. «La dernière chose que j'ai envoyée était des denrées alimentaires et des draps», a déclaré M. Nevil, qui achète de l'espace dans les véhicules des autres. En Haïti, M. Nevil a dit que sa sœur l'avait ramassé au port. "Elle a aimé ça. Elle l'a partagé avec sa famille. "

M. Spano facture 1 500 $ pour l'expédition d'un VUS ordinaire; les gros véhicules se vendent à environ 150 $ par pied linéaire. Il se dit qu'il pourrait facturer davantage pour la cargaison supplémentaire qui est emballée à l'intérieur, mais il choisit de ne pas le faire.

"Laissez-les l'envoyer", a déclaré M. Spano. "Laissez-les vivre. Ce que nous négligeons tous les jours, les poêles, les réfrigérateurs, c'est très précieux pour eux. "

Le poids n'est pas un problème sur les navires comme le Beauforce, qui peut contenir des milliers de tonnes, at-il expliqué. Ainsi, les clients sont libres d'emballer les véhicules avec tout ce qui convient, ou de les attacher sur les toits, à condition que la marchandise elle-même ne viole pas les règlements douaniers.

"Si vous saviez combien je n'ai pas facturé, vous pourriez penser que j'étais fou", a déclaré M. Spano, qui se retrouve souvent à essayer de trouver de l'espace pour le canapé ou les cadeaux de la première communion avant de fermer l'écoutille.

Louis Spano, propriétaire de Red Hook Shipping Inc., au Red Hook Container Terminal de Brooklyn. Crédit Kirsten Luce pour le New York Times

M. Spano a trouvé sa vocation haïtienne, a-t-il dit, à travers une torsion du destin. Élevé à Bay Ridge, Brooklyn, par des parents immigrés italiens, il a commencé dans l'industrie de la pizza. "Le plus proche que j'ai jamais eu à un bateau a été de conduire sur le pont Verrazano-Narrows", at-il dit. À la fin des années 1980, il avait abandonné ses pizzerias dans la banlieue du New Jersey et tenait un magasin de produits alimentaires à Newark lorsqu'il rencontra un Haïtien.

L'homme rendait visite au propriétaire d'un magasin de meubles où M. Spano passait de lents après-midi à regarder la télévision: «J'irais voir 'Oprah'», se souvient M. Spano. "Je les entendrais parler une autre langue. Je leur ai demandé: «De quoi parlez-vous?» L'homme lui a dit qu'il y avait une demande pour l'envoi de véhicules en Haïti: à cette époque, les Haïtiens devaient les transporter en camion vers la Floride. M. Spano lui a offert un emploi, avec l'idée de se développer dans le secteur maritime des Caraïbes. "Je lui ai donné un bureau à côté des pommes de terre et des oignons et j'ai dit:" Voyons ce que vous avez. "

La première livraison de voitures n'a pas été un succès. "Je me suis anéanti, économiquement anéanti. Je ne savais pas ce que je faisais ", a-t-il dit.


Tant qu'il est attaché à un véhicule, il peut être expédié en Haïti.
Crédit Kirsten Luce pour le New York Times

Puis, en 1991, un embargo international sur le commerce a été imposé à Haïti, paralysant les affaires. M. Spano croit en l'apprentissage de l'échec - une croyance enchâssée dans son adresse électronique, loserlou29 - et il n'a pas abandonné. Anticipant la fin des sanctions, il a commencé à faire de la publicité sur les radios locales haïtiennes, et lorsque l'embargo a été levé en 1994, les affaires ont décollé.

"Il s'est allumé comme une allumette", at-il dit.

M. Stamatis, le président du terminal, a déclaré que M. Spano avait été parmi les premiers dans la région à expédier des voitures en Haïti. "Beaucoup de gens l'ont copié. Ils ont essayé, ont échoué, sont partis. Ce n'est pas une affaire facile. "

Il y a eu quelques faux pas. Une fois, un navire a pris feu, brûlant les véhicules. "Je les ai encore livrés brûlés. Je me suis assis avec les gens et nous avons fait nos affaires ", a déclaré M. Spano. "Loser Lou, c'est ça?"

En 2006, M. Spano et un complice ont été arrêtés après une tentative ratée de vol dans une banque du Queens, et il a purgé une peine d'un an, a-t-il dit. Les hommes ont essayé de percer un trou dans le toit de la banque pour atteindre la voûte - deux fois - mais ils ont été capturés. "J'ai changé ma vie", a déclaré M. Spano. "J'ai fait un an et un jour."
Continuez à lire l'histoire principale

Pendant environ cinq ans, M. Spano a repris ses activités et opéré à partir de Red Hook. Là, les clients déposent des véhicules dans son lot tous les jours de la semaine. Beaucoup sont des habitués qui envoient quelques véhicules d'occasion sur chaque navire, puis les vendent en Haïti. Certains véhicules ont des crevaisons; d'autres sont totalisés, ou presque totalisés. M. Vallon, son employé, a déclaré: "Ils vont trouver quelque chose à voir avec ça. Vous pensez que quelque chose est comme une poubelle - ils vont le transformer en nouveau. "

Ils vendent également l'espace précieux dans les véhicules.

La semaine dernière, Pierre Bonner, d'East Flatbush, Brooklyn, était accroupi à l'arrière d'une camionnette de 20 pieds qu'il avait payée pour faire des choses. Autour du camion, des barils d'expédition avec des noms et des adresses en Haïti griffonnés à Sharpie, des poubelles bourrées d'ustensiles de cuisine, une glacière pleine de cahiers, des jouets pour enfants. "Certains d'entre eux sont pour ma famille, la famille de ma femme", a-t-il dit. Le reste a été recueilli auprès d'étrangers.

La pile semblait être environ deux fois la taille du camion. M. Bonner a coincé les choses, comme s'il avait assemblé un puzzle qu'il avait complété auparavant.

M. Vallon a regardé. "Quand il aura fini, rien ne sera dehors", a-t-il dit. "Tout sera dans."
Continuez à lire l'histoire principale


De la même manière, M. Spano a emballé le Beauforce, chargeant 199 véhicules - pièces de cimenterie incluses - avec une seule grue, et en faisant seulement une heure supplémentaire.

Cette semaine, le navire atteindra Saint-Marc, un petit port situé à l'extérieur de Port-au-Prince. "Très petit", a déclaré Andrey Efimov, le capitaine du navire, qui vient de Russie. Il a estimé que le Beauforce est environ deux fois plus long que son quai. "Je pense que nous sommes le plus gros navire pour ce port."

M. Efimov a dit qu'il n'y avait pas de remorqueurs pour le guider, juste un petit bateau, et il doit le suivre de près; les eaux sont peu profondes, et il y a une barge submergée pour naviguer.

Quand ils atteignent la jetée à Saint-Marc, les gens essaient le navire. Les voleurs ne sont pas rares. Mais au milieu de la foule, M. Spano attendra. Il s'envole vers Haïti deux fois par mois, amenant parfois l'un de ses fils à apprendre les ficelles du métier, pour veiller sur tous les navires déchargés.

On peut l'entendre crier en créole. "'Camion' est 'camion'", a-t-il dit.

M. Spano, qui expédie environ 4 800 camions bourrés par an, repousse les exigences inhabituelles de son entreprise.

"Quand à Rome, vous êtes Romain, chérie."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ki jan AYISYEN voye DJANNI ann AYITI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ASOSIYASYON MEDIA AYISYEN VOYE YON PINGA BAY MARTELLY AK TOUT PATIZAN ENTOLERAN
» Nou kapab achte limyè solè sou entènet pou $140 epi voye l ann Ayiti.
» La date est fixée pour le Carnaval de 2012
» Nouvèl Ayiti nan wikipedya ayisyen (News from Haiti in the Haitian wikipedia)
» LOBEY PETE SOU FRONTYÈ MALPASSE ANT SIVIL AYISYEN AK DOMINIKEN ANPIL BISWIT LETA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: