Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 ONDIRAS an BANDISYON-Yo di yo pa p kite EKSTREM DWAT lan VOLO VOT yo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15206
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: ONDIRAS an BANDISYON-Yo di yo pa p kite EKSTREM DWAT lan VOLO VOT yo   Lun 4 Déc 2017 - 8:09

Menm rezon ki fe EKSTREM DWAT lan ap VOLO ELEKSYON ann AYITI ,se limenm ki fe EKSTREM DWAT lan ONDIRAS lan ap VOLO ELEKSYON.
Neg pa vle JIJE POU KOUDETA, reponn pou MOUN yo te touye,yo pa vle yo mete yo anba KOD tou pou VOLO.

EKSTREM DWAT lan ONDIRAS lan gen yon LAME byen OKIPE,LAME ki te fe KOUDETA a.

Pep ONDIRYEN an di ,li pa pran PRIYE.Yo pa pran lan BLOF EKSTREM DWAT lan ki ap di yo VYOLAN,alos ke si gen VYOLAN se EKSTREM DWAT.
EKSTREM DWAT lan deklare KOUVRE FE ,se NAD MARINAD:
GOCH lan mande yon bagay ORIJINAL tou.Yo mande ke si gen REKONTAJ ki pou fet se devan tout PEP ONDIRYEN an pou l fet ;lan TELEVIZYON O VIF
http://nytimes.com/2017/12/03/world/americas/honduras-election-hernandez-nasralla.html

http://miamiherald.com/news/nation-world/article187827739.html


Des manifestants antigouvernementaux scandent des slogans lors d'un couvre-feu imposé par l'État à Tegucigalpa, au Honduras, samedi 2 décembre 2017. Les leaders de l'opposition ont appelé à une marche de masse contre la prétendue fraude électorale dimanche et pour l'élection présidentielle à tenir à nouveau après que le pays a éclaté en protestations mortelles sur le compte de vote retardé. Rodrigo Abd  - AP Photo

Nation et Monde

Le gouvernement reprend le décompte des voix au Honduras malgré les protestations

Par FREDDY CUEVAS

Associated Press

03 décembre 2017 23:52

MISE À JOUR 6 HEURES 18 MINUTES


TEGUCIGALPA, Honduras —



Les autorités électorales honduriennes ont relancé dimanche le compte des bulletins de vote de l'élection présidentielle du week-end dernier, longtemps retardé par les protestations des partisans du candidat de l'opposition Salvador Nasralla, qui demande une refonte de tout le vote.

Le tribunal électoral a rouvert le décompte des votes de 1 031 urnes dans lesquelles des inexactitudes ont été détectées.  Les premiers résultats de ce comptage, à partir de 297 urnes, ont laissé la tête du président Juan Orlando Hernandez largement inchangée dimanche soir.

Avec environ 96% des votes - et environ 734 urnes restaient à dénombrer - Hernandez avait 42,96% des voix contre 41,38% pour Nasralla.  L'avantage du président passe de 46 000 voix à près de 50 000 voix.

Nasralla et les partisans de son Alliance de l'opposition contre la dictature,organisation de gauche, n'ont pas envoyé de représentants au compte de dimanche, et ont appelé à un recomptage beaucoup plus large.



Nasralla a déclaré lors d'un grand rassemblement dans la capitale, Tegucigalpa, que les magistrats du tribunal électoral "sont des employés du président (Juan Orlando) Hernandez", qui s'est présenté pour une réélection malgré une interdiction constitutionnelle de le faire.

"Le tribunal n'est pas un organisme indépendant et en tant que tel n'est ni crédible ni digne de confiance pour le peuple", a déclaré Nasralla, une personnalité bien connue de la télévision.

Le président du tribunal électoral, David Matamoros, a déclaré: "Nous avons été patients et prudents dans l'attente de la décision de l'Alliance, et ils ne se sont pas présentés pour ce décompte de voix."

Les officiels ont fini de compter près de 95% des urnes de l'élection du 26 novembre à la fin de vendredi et Hernandez détenait une avance de plus de 46 000 voix sur Nasralla.  Il n'a pas été immédiatement clair combien de votes pourraient être en jeu dans les boîtes jusqu'ici sans prétention.

Le gouvernement de Hernandez applique un couvre-feu de dix-huit heures à six heures du matin pour réprimer les manifestations, bien que samedi, il a été abandonné pour les deux principales zones touristiques du pays, les îles Bay et les ruines mayas de Copan.

Tard samedi soir, la capitale a eu une nuit de protestations contre les retards dans le décompte des voix, et le bruit des fusées-bouteilles et des chants a fait écho dans toute la ville.

Les affrontements entre manifestants et troupes ont fait au moins un mort et peut-être même une demi-douzaine.

Les deux Hernandez et Nasralla ont revendiqué la victoire.  Nasralla avait dirigé le compte jusqu'à ce qu'un long délai interrompe les rapports des responsables électoraux, alimentant les plaintes de l'opposition pour irrégularités.  Les fonctionnaires ont blâmé la pause sur des problèmes techniques et ont nié toute manipulation.

"Je leur ai demandé de répéter les élections, mais seulement celles de la présidence, dans le but de résoudre la crise que traverse le Honduras", a déclaré samedi Nasralla.

Il a déclaré qu'une nouvelle élection "serait sous la supervision d'un tribunal électoral international, pas le local, parce qu'il n'y a pas de conditions suffisantes pour garantir" que le vote serait équitable.  Interrogé sur la réponse du gouvernement à la proposition, Nasralla a déclaré: "Ils n'ont pas répondu et je ne pense pas qu'ils le feront".

La police nationale du Honduras a déclaré qu'une jeune femme de 19 ans avait été abattue vendredi lors d'une manifestation pro-Nasralla par des hommes armés qui, selon des témoins, étaient des policiers.  La police nationale a déclaré qu'elle enquêtait sur l'attaque.  Des témoins et des militants de l'opposition affirment qu'au moins cinq autres personnes ont été tuées lors de manifestations dans tout le pays.

Les manifestations rappellent celles qui ont suivi le coup d'État de 2009, qui a évincé l'ancien président Manuel Zelaya, dont le parti Libre est le principal partenaire de la coalition dirigée par Nasralla, formée dans le but de renverser Hernandez.

Les fonctionnaires ont dit que Zelaya a été évincé pour envisager la réélection, qui est contre la constitution du Honduras.  Mais la plus haute cour du pays a rejeté cette interdiction afin que Hernandez puisse demander un second mandat.

ilitary police stands guard next to a graffiti that reads in Spanish "Nobody owes obedience to a usurping government, down JOH ", referring to Honduran President Juan Orlando Hernandez, during a government imposed dawn-to-dusk curfew in Tegucigalpa, Honduras, late Saturday, Dec. 2, 2017. The opposition candidate says he will not recognize an official vote count by the country's electoral court and is alleging manipulation of Sunday's election.
      An empty street is seen during a government imposed dawn-to-dusk curfew in Tegucigalpa, Honduras, late Saturday, Dec. 2, 2017. Opposition leaders have called for a mass march against the purported election fraud on Sunday and for the presidential election to be held again after the country erupted in deadly protests over the delayed vote count.
      Military police patrols during government imposed dawn-to-dusk curfew in Tegucigalpa, Honduras, late Saturday, Dec. 2, 2017. The main opposition candidate called Saturday for Honduras' disputed presidential election to be held again after the country erupted in deadly protests over the delayed vote count.
      Women bang cooking pots in protest during a government imposed dawn-to-dusk curfew in Tegucigalpa, Honduras, late Saturday, Dec. 2, 2017. Opposition leaders have called for a mass march against the purported election fraud on Sunday and for the presidential election to be held again after the country erupted in deadly protests over the delayed vote count.
      A military police officer orders a bystander to leave the streets during the second day of a government imposed dawn-to-dusk curfew in Tegucigalpa, Honduras, late Saturday, Dec. 2, 2017. The main opposition candidate called Saturday for Honduras' disputed presidential election to be held again after the country erupted in deadly protests over the delayed vote count.
      Former President Manuel Zelaya speaks as opposition candidate Salvador Nasralla, who is calling for a re-do of the election, greets supporters during a march near the institute where election ballots are stored in Tegucigalpa, Honduras, Sunday, Dec. 3, 2017. Residents of Honduras' capital are bracing for more demonstrations after a night of pot-banging protests over the long-delayed vote count in last week's presidential elections.
      Opposition candidate Salvador Nasralla, who is calling for a re-do of the election, greets supporters during a march near the institute where election ballots are stored in Tegucigalpa, Honduras, Sunday, Dec. 3, 2017. Residents of Honduras' capital are bracing for more demonstrations after a night of pot-banging protests over the long-delayed vote count in last week's presidential elections.
      Military police stands guard next to a graffiti that reads in Spanish "Nobody owes obedience to a usurping government, down JOH ", referring to Honduran President Juan Orlando Hernandez, during a government imposed dawn-to-dusk curfew in Tegucigalpa, Honduras, late Saturday, Dec. 2, 2017. The opposition candidate says he will not recognize an official vote count by the country's electoral court and is alleging manipulation of Sunday's election.
      An empty street is seen during a government imposed dawn-to-dusk curfew in Tegucigalpa, Honduras, late Saturday, Dec. 2, 2017. Opposition leaders have called for a mass march against the purported election fraud on Sunday and for the presidential election to be held again after the country erupted in deadly protests over the delayed vote count.

An empty street is seen during a government imposed dawn-to-dusk curfew in Tegucigalpa, Honduras, late Saturday, Dec. 2, 2017. Opposition leaders have called for a mass march against the purported election fraud on Sunday and for the presidential election to be held again after the country erupted in deadly protests over the delayed vote count.  Rodrigo Abd  - AP Photo


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15206
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: ONDIRAS an BANDISYON-Yo di yo pa p kite EKSTREM DWAT lan VOLO VOT yo   Mar 5 Déc 2017 - 7:53

Sanble PEP ONDIRYEN an gen yon ti diferans ak PEP AYISYEN an.

Ann AYITI sou yon popilasyon de 12 MILYON ,Selman gen 1 MILYON edmi yo di ki te vote.Lan ONDIRAS sou yon POPILASYON 9 MILYON ,GEN PLIS KE 6 MILYON MOUN ki te vote.

Se pou di tou KONSEY ELEKTORAL ann AYITI yo pi VOLO,ESKAMOTE,TWOU LAN MANCH ke sa lan ONDIRAS lan.
Pep ONDIRYEN an deside pou yo pa bay EKSTREMDWAT KOUDETAMANN yo legen:





Le dépouillement continue au Honduras

Les résultats du premier tour de la présidentielle au Honduras donnent les deux principaux candidats au coude à coude. L’opposition met aussi en doute la participation dans trois départements de l’ouest du pays.

Le Monde.fr avec AFP | 04.12.2017 à 02h49 • Mis à jour le 04.12.2017 à 07h16



Abonnez vous à partir de 1 €   Réagir  Ajouter  
Partager  Tweeter



image: http://img.lemde.fr/2017/12/04/0/0/5694/3696/534/0/60/0/a604f0f_de68335967124234a912e25af7259c90-de68335967124234a912e25af7259c90-0.jpg
Le candidat de l’opposition Salvador Nasralla lors d’une marche de protestation, le 3 décembre à Tegucigalpa.
Huit jours après l’élection présidentielle au Honduras, le Tribunal suprême électoral (TSE) a repris dimanche 3 décembre le dépouillement, sans avoir cédé à l’opposition au président sortant Juan Orlando Hernandez, et alors que les deux parties étaient au coude à coude.

Mais à quelques heures de l’entrée en vigueur du couvre-feu décrété vendredi avec l’état d’urgence, les partisans du candidat de gauche, Salvador Nasralla, sont sortis manifester dans les rues de la capitale. Lors de la suspension des opérations jeudi, M. Hernandez était en tête avec 42,92 % des voix devant M. Nasralla, un présentateur de télévision candidat de l’Alliance de l’opposition contre la dictature, crédité de 41,42 %, sur 94,31 % des bulletins dépouillés.




Inversement du rapport de force

En début de semaine le rapport de force était inverse, ce qui a provoqué la colère de l’opposition, qui a crié à la partialité du TSE. « Dehors JOH ! », ont lancé dimanche les manifestants, appelant le président Hernandez par ses initiales, l’accusant de fraude et le TSE du vol de l’élection, au milieu des chants et d’un concert de casseroles et de vuvuzelas.

Salvador Nasralla était présent à la manifestation et a réitéré devant ses partisans que le résultat du vote de dimanche dernier « est un vol ». « Nous n’en pouvons plus, nous ne voulons pas d’une dictature. Que les institutions internationales ouvrent les yeux sur le Honduras ! », a déclaré un jeune manifestant, le visage caché par un foulard.

Depuis Washington, la Commission interaméricaine des droits de l’homme et le Bureau de l’ONU pour les droits de l’homme au Honduras ont demandé dans un communiqué commun aux autorités honduriennes de rester « dans le cadre des droits de l’homme, en respectant la vie et l’intégrité physique des personnes ». Les deux organismes ont également exprimé leur « profonde préoccupation » devant « la perte de vies humaines dans le contexte des manifestations ».

L’opposition conteste

Une jeune fille de 19 ans a été tuée par balle dans la nuit de vendredi à samedi lors d’affrontements entre partisans de Salvador Nasralla et policiers. Sa mort a été attribuée à des tirs de la police par la famille et une enquête est ouverte. Le gouvernement avait décrété vendredi l’état d’urgence pour dix jours afin de mettre un terme aux manifestations de protestation. Soupçonnant une fraude électorale, l’opposition posait 11 conditions, notamment la vérification de 5 174 procès-verbaux transmis après plusieurs interruptions du système informatique.

L’opposition met aussi en doute la participation dans trois départements de l’ouest du pays, qui a atteint 70 à 75 %, contre 50 à 55 % pour la moyenne nationale.

Avec 9 millions d’habitants, le Honduras est un petit pays au cœur du « triangle de la mort » de l’Amérique centrale, miné par les gangs et affichant un des plus forts taux d’homicide au monde. Il a connu de multiples coups d’Etat, révoltes armées et conflits avec ses voisins, le Salvador et le Guatemala. L’actuel président sortant avait été élu en 2013 après des élections déjà contestées par la gauche.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2017/12/04/le-depouillement-continue-au-honduras_5224061_3222.html#szT39zwzp81MbBcR.99
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15206
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: ONDIRAS an BANDISYON-Yo di yo pa p kite EKSTREM DWAT lan VOLO VOT yo   Ven 8 Déc 2017 - 11:24

Gouvenman EKSTREM DWAT TRUMP lan ap di ke ONDIRAS respekte DWA MOUN ,Pep ONDIRAS lan di AMERIKEN yo ale yo lan MED,yo pa p kite FASIS lan ONDIRAS yo VOLO ELEKSYON an ,menm jan FASIS ann AYITI yo fet sot fe l lan.

ONDIRYEN yomenm pa pran lan PYEJ PRES FASIS ann AYITI an ki ap di yo VYOLAN ,pou yo ka kontwole REYAKSYON yo:

http://miamiherald.com/news/nation-world/article188554324.html



L'administration Trump félicite le Honduras en pleine crise électorale




Par CHRISTOPHER SHERMAN, GARANCE BURKE et MARTHA MENDOZA

Associated Press
MISE À JOUR 07 décembre 2017 13:52


TEGUCIGALPA, Honduras —



Au milieu d'une crise électorale de plus en plus profonde au Honduras, l'administration du président Donald Trump a certifié jeudi les progrès du pays dans la protection des droits de l'homme et la lutte contre la corruption.

Le mouvement intervient près de deux semaines de rébellion après une élection présidentielle, mais les Honduriens ne savent toujours pas qui sera leur prochain chef.  Le président Juan Orlando Hernandez mène de justesse dans le décompte des voix, mais n'a pas été déclaré vainqueur.  Son challenger, Salvador Nasralla, allègue la fraude.

Des troupes et des unités de police, entraînées par les forces américaines, patrouillent dans les rues de la capitale et ont été accusées d'avoir tué et blessé des manifestants après que Hernandez eut déclaré un couvre-feu du crépuscule à l'aube et suspendu certains droits constitutionnels.

Si elles sont acceptées par les comités des crédits du Congrès américain, les accréditations du secrétaire d'État américain Rex Tillerson garantiront que le Honduras recevra des millions de dollars américains en fonds conditionnels à des progrès en matière de droits de l'homme et de corruption.



Les défenseurs des droits humains au Honduras ont été stupéfaits par la certification.

"Nous avons été vraiment surpris qu'au milieu de cette crise, le département d'Etat publie ce genre de déclaration lorsque le gouvernement du Honduras ne remplit pas les conditions", a déclaré Carlos Sierra, un enquêteur de la sécurité et des droits de l'homme du Centre d'investigation. Promotion des droits de l'homme au Honduras.  "C'est arrivé dans cette crise institutionnelle et politique."

Le Département d'Etat n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Hernandez a déclaré mercredi qu'il appréciait la certification américaine.

"Cette détermination signifie un message très important", a-t-il dit, "et reflète la manière dont ils (les Etats-Unis) voient les Honduriens".

La certification affecte seulement la moitié des fonds américains qui vont directement au gouvernement central du Honduras, ce qui représente entre 15 et 20 millions de dollars, selon le bureau du sénateur américain Patrick Leahy, D-Vt.  L'aide américaine n'est pas affectée par le processus de certification.

Leahy a déclaré que les conditions de certification sont importantes pour envoyer un message que l'aide américaine n'est pas un chèque en blanc.

"Nous attendons de notre gouvernement qu'il les oblige à rendre des comptes", a-t-il dit.  "La certification vient de recevoir, au milieu d'une débâcle électorale qui a déclenché une crise politique, nécessite un examen minutieux par le Congrès."

En tant que vice-président du comité des crédits du Sénat, M. Leahy pourrait suspendre tout ou partie de ces fonds, mais le sénateur n'a pas décidé comment répondre à la certification et veut en discuter avec le département d'Etat, a indiqué son bureau.

Alors que la certification a été publiée jeudi dans le Federal Register, Tillerson a signé la note le recommandant le 28 novembre, deux jours après l'élection.

Nasralla avait détenu une avance de cinq points dans les premiers résultats partiels du tribunal électoral quand le compte a calé pendant environ 24 heures.  Quand les résultats ont repris, son avance a progressivement diminué et a disparu complètement.  Il a allégué la fraude et a appelé ses partisans dans les rues.

Une équipe de surveillance des élections de l'Union européenne a publié un rapport préliminaire le 28 novembre critiquant la mauvaise communication du tribunal électoral sur les résultats tardifs.  À la fin de la semaine, les forces de sécurité et les manifestants ont commencé à se battre dans les rues.

Le Comité hondurien des parents détenus et disparus a déclaré mercredi qu'il avait documenté 14 décès liés à des manifestations ou au couvre-feu entre le 30 novembre et le 5 décembre. Il a accusé la grande majorité de la police militaire.  Le gouvernement a seulement indiqué qu'il enquêtait sur le meurtre d'une femme de 19 ans à Tegucigalpa, prétendument par la police.

Carlos Reyes, un dirigeant syndical, a également dénoncé la certification.

"C'est presque comme s'ils voulaient dire que ce qui se passe est faux", a-t-il déclaré mercredi.  "Ils donnent pratiquement carte blanche pour qu'ils puissent violer les droits de l'homme dans ce pays sous l'égide des Etats-Unis."

Les États-Unis ont injecté de l'argent au Honduras en grande partie pour former les forces de sécurité afin qu'ils puissent mieux participer à la guerre contre la drogue.  Le Honduras est un important point de transbordement pour la cocaïne qui se dirige vers les États-Unis. Mais il finance également des travaux de développement visant à stabiliser le flux de migrants honduriens vers les États-Unis.

Dans la note de certification, le Département d'État a loué une partie du travail entrepris par une mission anti-corruption de l'Organisation des États américains pour renforcer le système de justice du Honduras.  Il a également noté qu'une commission officielle a purgé certains membres corrompus et non qualifiés de sa force de police nationale.

"Les défis en matière de protection des défenseurs des droits humains demeurent, mais le Honduras continue de prendre des mesures efficaces", indique le mémo.

Mais les groupes de défense des droits de l'homme soulignent l'insécurité générale du pays qui, en plus de la migration étrangère, a créé une grande population de personnes déplacées à l'intérieur du pays.  Alors que le taux de meurtres a considérablement diminué sous Hernandez, la violence des gangs demeure une menace majeure.

Ils notent également la vulnérabilité persistante des militants des droits de l'homme et de l'environnement qui ont dû chercher refuge dans d'autres pays.

Il n'y a pas d'ambassadeur américain au Honduras;  l'administration Trump n'a pas encore nommé un.  Le chargé d'affaires de l'ambassade, Heide Fulton, n'a fait aucune remarque publique liée à la certification.  Un porte-parole de l'ambassade a déclaré jeudi "qu'elle se concentre sur la situation politique actuelle, comme vous pouvez l'imaginer".

Fulton Armstrong, qui travaillait pour la CIA au Honduras, a critiqué Tillerson pour l'approbation d'un gouvernement qui, selon lui, n'a pas fait assez pour protéger les droits de l'homme et pour le faire pendant une crise politique.

"Je sais comment ces choses fonctionnent, les certifications sont écrites un mois avant leur publication", a déclaré Armstrong.  "Je sais que c'est une danse complexe, mais il n'est pas rare que vous restiez en cas de crise."

"C'est vraiment cynique de sa part (Tillerson)", a ajouté Armstrong, se plaignant que Washington soit resté silencieux "puisque ce scrutin historiquement anormal - même pour le Honduras - compte et vote et répression de l'opposition."

"Rester silencieux ne conduit qu'à l'interprétation la plus cynique de ce qu'est la certification: Juan Orlando est un SOB mais il est notre SOB."
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15206
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: ONDIRAS an BANDISYON-Yo di yo pa p kite EKSTREM DWAT lan VOLO VOT yo   Sam 9 Déc 2017 - 8:01

Le yon NEG de DWAT tankou ANDRES OPPENHIMER ap ekri ATIK kon sa.
Misye di IPOKRIZI AMERIKEN yo ap sispann mode.

AMERIKEN yo lan PWOBLEM ;depi gen ELEKSYON LIB san KOKEN ,GOCH lan AMERIK lan gen TANDANS genyen.

Anpil MOUN ap di ke sa ROOSEVELT te di de TRUJILLO an "OUI,il est un ???? mais c'est notre ????" gen le ap rive lan BOUT li:
A BA VOLO ELEKSYON

http://miamiherald.com/news/local/news-columns-blogs/andres-oppenheimer/article188808974.html



OK pour critiquer le Venezuela, mais fermer les yeux sur le Honduras?  Pas vraiment

Par Andrés Oppenheimer

aoppenheimer@miamiherald.com


8 decembre 2017 02:56

MISE À JOUR le 08 décembre 2017 15:30




A une époque où les Etats-Unis devraient faire tout leur possible pour arrêter une dangereuse régression vers les dictatures en Amérique latine, l'administration Trump - qui a dénoncé à son crédit les prises de pouvoir des dirigeants de gauche du Venezuela, de la Bolivie et du Nicaragua - devrait être tout aussi critique de la chute vers un régime autoritaire par le président conservateur du Honduras.

Malheureusement, l'administration Trump a réagi trop lentement et faiblement aux irrégularités généralisées des élections du 26 novembre au Honduras, que le président Juan Orlando Hernandez et son rival de centre-gauche Salvador Nasralla prétendent avoir remportées.  Pire encore, l'administration Trump n'a pas réussi à dénoncer avec force les manoeuvres antérieures de Hernandez pour se faire réélire, en dépit du fait que la constitution hondurienne lui interdisait de le faire.

Pourquoi Trump devrait-il critiquer un autocrate amical des Etats-Unis ?, certains d'entre vous se demanderont peut-être.  Eh bien, en fermant les yeux sur un autocrate de droite, les États-Unis perdent leur autorité morale pour dénoncer les gauchistes.  Il permet au dictateur vénézuélien Nicolás Maduro de dire à son peuple que les déclarations américaines et les sanctions contre lui n'ont rien à voir avec une défense légitime de la démocratie et des droits de l'homme.

"Le silence et la passivité de l'administration Trump ont généré toutes sortes de soupçons que les Etats-Unis ont un double standard en matière de démocratie et de droits de l'homme", a déclaré Jose Miguel Vivanco, du groupe de défense de Human Rights Watch.  "C'est un cancer qui détruit la crédibilité américaine.  ... Cela permet aux dirigeants autoritaires de dire que Washington rend ses jugements de manière sélective, en fonction de ses intérêts politiques. "



Hernandez est connu pour avoir une relation étroite avec le chef d'état-major de Trump, le général John Kelly, à l'époque où Kelly était le commandant du US Southern Command à Miami.  Le président hondurien est perçu par les responsables de l'administration Trump comme un dictateur bénin, un dirigeant d'un pays pauvre en proie à la pauvreté et qui a réussi à réduire le taux d'homicides du pays, l'un des plus élevés du monde.

Hernandez est également considéré parmi les aides de Trump comme l'un des rares alliés solides des États-Unis en Amérique centrale, où le Nicaragua et le Salvador sont gouvernés par d'anciens guérilleros marxistes proches du Venezuela et le Guatemala par un ancien comédien impliqué dans des batailles juridiques. accusations de corruption.

Mais Hernandez a coopté pratiquement toutes les institutions honduriennes, tout comme l'ont fait les dirigeants gauchistes du Venezuela, de la Bolivie et du Nicaragua.  Il a empilé la Cour suprême et le Tribunal électoral suprême avec des loyalistes, et a changé la constitution afin qu'il puisse se présenter pour un autre mandat de quatre ans.

Les récentes élections honduriennes supervisées par le Tribunal électoral suprême de Hernandez étaient si troubles que la mission d'observation électorale de l'OEA est partie sans émettre de verdict.  Dans un rapport daté du 6 décembre, la mission de l'OEA a déclaré que les élections avaient été marquées par un "manque de garanties et de transparence" et une "accumulation d'irrégularités, d'erreurs et de problèmes systémiques".

Le TSE a mystérieusement interrompu le décompte des votes lorsque Nasralla gagnait 5 points de pourcentage, avec 57% des votes comptés.  Puis, plusieurs heures plus tard, les résultats de la TSE ont montré que Hernandez fermait la différence.  Quelques jours plus tard, Hernandez gagnait 1,5% des voix, selon les résultats officiels.

Lorsque Nasralla - une ancienne personnalité de la télévision dont le principal soutien politique est l'ancien président Manuel Zelaya, un allié du régime vénézuélien - a qualifié les résultats d'élections de frauduleux, de violentes manifestations ont fait au moins quatre morts, dont une adolescente.

L'administration Trump a très peu parlé des élections honduriennes.  Plus d'une semaine et demie après les élections, la porte-parole du département d'Etat, Heather Neuert, a déclaré que "nous travaillons avec les dirigeants politiques et les autorités honduriennes pour accroître la transparence et la responsabilité".

C'est un truc plutôt insipide, surtout quand on le compare aux dénonciations enflammées du département d'État sur les manigances similaires des régimes de gauche.

Pour être crédible, l'administration Trump devrait comprendre qu'il n'existe pas de «bon» dictateur.  Se ranger du côté des dirigeants autoritaires est moralement mauvais, sape la critique américaine des autocrates de gauche et, tôt ou tard, se retourne contre les États-Unis.  Cela vaut pour les relations de Trump avec la Russie, la Turquie et, maintenant, le Honduras.


Regardez l'émission "Oppenheimer Presenta" le dimanche à 21h sur CNN en Español.  Twitter: @oppenheimera









     
Andres Oppenheimer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ONDIRAS an BANDISYON-Yo di yo pa p kite EKSTREM DWAT lan VOLO VOT yo   

Revenir en haut Aller en bas
 
ONDIRAS an BANDISYON-Yo di yo pa p kite EKSTREM DWAT lan VOLO VOT yo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yon tè pou OBAMA,tanttativ putsch lan Ondiras.
» BATAY OUVRIYE AN BANDISYON
» OP lavalas an bandisyon menase reprann OPERASYON BAGDAG
» Vil Okap an bandisyon kont lwa dijans Preval
» Brezil koup di mond, san pèp, grèv jeneral, lapolis an bandisyon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: