Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Eske sa NYTIMES ap di de lang FRANSE lan KEBEK lan se vre?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15206
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Eske sa NYTIMES ap di de lang FRANSE lan KEBEK lan se vre?   Mer 6 Déc 2017 - 9:24

http://nytimes.com/2017/12/05/world/canada/bonjour-hi-quebec.html


Québec essaie de dire Au Revoir à 'Salut', et Bonjour à 'Bonjour'
Par DAN BILEFSKY DÉC. 5, 2017
réal. La semaine dernière, les législateurs du Québec ont adopté à l'unanimité une résolution demandant aux commerçants d'arrêter de dire «Bonjour Bonjour» lorsqu'ils saluent les clients et de dire «Bonjour» à la place. Crédit Robert Wright pour le New York Times
MONTRÉAL - Un client d'une animalerie de Napierville, au Québec, a menacé de se plaindre auprès de l'organisme de surveillance de langue française de la province parce qu'un perroquet appelé Peek-a-Boo refusait de parler français.

Dans un épisode connu sous le nom de « Pastagate », l'agence - qui défend ardemment la langue française au Québec - a dit à un restaurant italien de Montréal qu'elle avait enfreint la loi en utilisant le mot «pâtes» plutôt que de le traduire dans la langue. de Voltaire.

Mais le dernier exemple de cette longue guerre culturelle au Québec est survenu la semaine dernière, lorsque les législateurs provinciaux ont adopté à l'unanimité une résolution demandant aux commerçants d'arrêter de dire «Bonjour Bonjour» lorsqu'ils saluent les clients et simplement «Bonjour».

Le contrecoup était immédiat et résonne encore.

Au Québec, une ancienne colonie française qui a été cédée à la Grande-Bretagne en 1763 après que la Grande-Bretagne a vaincu la France dans la guerre de Sept Ans, les questions sur la langue et l'identité sont profondes. Montréal, qui compte une importante minorité anglophone, a longtemps été un point d'éclair.

Les lois linguistiques font du français la langue officielle du gouvernement, du commerce et des tribunaux de la province. La publicité collective et les enseignes publiques doivent être en français et si une autre langue est ajoutée, le français doit être «nettement prédominant», au moins deux fois plus grand que les autres langues.

Continuez à lire l'histoire principale
COUVERTURE CONNEXE


36 HEURES
36 heures à Montréal NOV. 19 mai 2015

SURFACE
Cinq endroits où aller à Montréal JAN. 11, 2017

À Montréal, un arbre de Noël disgracieux et non aimé DÉC. 16, 2016
Publicité

Continuez à lire l'histoire principale

Pour aider à sauvegarder la langue française, les enfants de familles immigrantes doivent fréquenter les écoles françaises.

Pourtant, Montréal demeure une ville multiculturelle fantastique où le français et l'anglais cohabitent souvent. Beaucoup parmi la jeune génération de Québécois, nourrie d'une alimentation régulière de la culture populaire américaine et des médias sociaux de langue anglaise, passent facilement d'une langue à l'autre.

Entrez dans une boutique ou un restaurant au centre-ville de Montréal, et il y a une bonne chance que le commerçant dise: «Bonjour, salut!», Une salutation hybride qui reflète le bilinguisme tant vanté de la ville cosmopolite.

Photo

Le centre-ville de Montréal vu du parc Mont-Royal. L'utilisation du français comme langue de travail principale a diminué de 2,3% au cours de la dernière décennie. Crédit Robert Wright pour le New York Times
Cette coutume a irrité les membres du Parti Québécois, un parti qui milite pour un Québec indépendant. C'est pourquoi il a parrainé une motion dans la législature du Québec invitant «toutes les entreprises et tous les travailleurs qui entrent en contact avec des clients locaux et internationaux à les accueillir chaleureusement avec Bonjour. "Et juste" Bonjour ".

La requête, qui n'est pas juridiquement exécutoire, est passée jeudi, 111 à 0.

À peine eut-il séché son encre, cependant, certains commerçants ont critiqué l'effort de police de la langue, même si les partisans ont dit que le déménagement était nécessaire pour aider à préserver l'identité culturelle de la province.

Au cours d'une fin de semaine, au magasin de vélo Giant , dans un quartier bilingue de l'ouest de Montréal, un groupe de cyclistes francophones a discuté des défis du vélo d'hiver, le français et l'anglais se déroulant à la vitesse d'un vélo. .

«C'est absurde», a déclaré Olivier La Roche, un Québécois francophone qui dirige la boutique, se référant à la résolution. "Que vont-ils faire, entrer dans mon magasin et m'arrêter pour la façon dont je salue les gens?"

Il a dit qu'il accueille régulièrement les clients avec "Bonjour" mais passe à l'anglais si le client est un anglophone.

ises à jour occasionnelles et des offres spéciales pour les produits et services du New York Times.

VOIR UN EXEMPLE POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ DÉSIREZ-VOUS OU CONTACTEZ-NOUS À TOUT MOMENT
«Je suis un fier Québécois», a-t-il poursuivi. "Mais nous sommes dans un pays libre et ce sont les affaires et cela revient au client. Nous devrions être autorisés à saluer les gens comme nous aimons. "

D'autres, favorables à la combinaison «Bonjour hi», se sont tournés vers les médias sociaux pour exprimer leur frustration.

«Je suis une hôtesse bilingue canadienne-française dans un restaurant et c'est la première chose que je dis quand je salue les clients», a écrit Maude Lussier-Racine sur Twitter. "Ce n'est pas irritant, c'est respectueux pour tout le monde. Arrête d'essayer de nous faire faire ce que tu veux et va faire autre chose de plus important. "

Les partisans de la motion affirment que les Canadiens français ont toutes les raisons d'être préoccupés par la préservation de la langue française à l'heure de la mondialisation, alors que l'anglais est la lingua franca du monde. Après tout, la jeune génération de Québécois pourrait facilement être tentée de dire «courriel» plutôt que «courriel», son équivalent canadien-français.

Photo

Le magasin J. Schreter à Montréal. Sur les panneaux commerciaux, le français doit être au moins deux fois plus grand que les autres langues. Crédit Alexi Hobbs pour le New York Times
L'Office Québécois de la Langue Française , l'organisme de surveillance, a cherché à repousser les anglicismes rampant dans la langue française en proposant des alternatives. Mais il a récemment permis au «fromage grillé», au «softball» et au « drag queen» d'entrer dans l'usage quotidien, clin d'œil à l'idée que le langage est organique et évolue.

Il a été jugé acceptable dans un usage quotidien d'utiliser "cocktail" au lieu de "coquetel" et baby-boom au lieu de "bébé-boum".

En présentant la résolution «Bonjour», Pascal Bérubé , membre éminent du Parti Québécois, a déclaré que la salutation «Bonjour salut» était un «irritant» et que l'utilisation de «Bonjour» rappelait que le Québec était une province francophone. . Les politiciens du Québec ont peut-être été inspirés de l'autre côté de l'Atlantique en France, où l'absence d'un «Bonjour» généreux à l'étranger peut provoquer un silence glacial.

Les représentants du Parti ont également justifié la motion en citant des données de recensement récentes montrant que l'utilisation du français comme langue de travail a diminué de 2,3% au cours de la dernière décennie, même si le bilinguisme au bureau a augmenté. La langue française pourrait être en danger.

Josée Legault , éminente chroniqueuse, écrivait dans Le Journal de Montréal le jour de l'adoption de la résolution, affirmant que l'échec de la classe politique québécoise à protéger la langue française était un «phénomène révoltant» à l'heure du bilinguisme envahissant. Elle a appelé les politiciens du Québec à se réveiller avant qu'il ne soit trop tard.

Dans une autre convulsion au sujet de la langue, un tollé a éclaté le mois dernier quand Adidas a ouvert un magasin de chaussures phare à Montréal et son directeur francophone a prononcé un discours d'introduction principalement en anglais. Le maire de Québec, Régis Labeaume , a qualifié cette omission de «scandaleuse», tandis que d'autres ont menacé de boycotter le magasin. Adidas s'est excusé.

Bill Brownstein, un chroniqueur chevronné de la Gazette de Montréal, un journal de langue anglaise, a déclaré que la saisie du problème des langues reflétait un effort désespéré du Parti Québécois pour tenter d'attirer l'attention à un moment où le nationalisme faiblissait et où il traînait avant les élections provinciales l'année prochaine.

Mais il a souligné que les vieux et émouvants débats sur la langue se dissipaient alors que les impératifs économiques l'emportaient sur le nationalisme.

«La langue est toujours la boîte de Pandore au Québec», a-t-il déclaré. «Mais les jeunes Québécois d'aujourd'hui sont plus intéressés à gagner de l'argent. Les guerres linguistiques ont été gagnées. "


Suivez Dan Bilefsky sur Twitter: @DanBilefsky .

Une version de cet article est imprimée le 6 décembre 2017, sur la page A7 de l' édition de New York avec le titre: Québec tente de dire «Au revoir» à Bonjour, et Bonjour à «Bonjour». Commander des réimpressions | Papier d'aujourd'hui | Souscrire

Continuez à lire l'histoire principale





COUVERTURE CONNEXE
36 HEURES
36 heures à Montréal NOV. 19 mai 2015

SURFACE
Cinq endroits où aller à Montréal JAN. 11, 2017
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Eske sa NYTIMES ap di de lang FRANSE lan KEBEK lan se vre?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LANG FRANSE ORIJINN, ISTWA LI
» Yon bon ekzanp itilite lang franse ann Ayiti
» SE ABE GREGOIRE KI METE NOU LAN PENITANS LANG FRANSE SA A
» TI NEG ITILIZE LANG FRANSE POU PALE KAKA KOK ! SE PA MWEN NON !
» Kreyòl kòm dezyèm lang nan Il Karayib yo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: