Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Yon ATIK THE CRISIS Jounal NAACP an pou kanpe kont OKIPASYON an an 1920

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15923
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Yon ATIK THE CRISIS Jounal NAACP an pou kanpe kont OKIPASYON an an 1920   Dim 14 Jan 2018 - 7:58

JAMES WELDON JOHNSON se youn lan pi gran EKRIVEN lan LISTWA AMERIKEN an.
Li te lan DIREKSYON NAACP an ,an 1920.
Li te ale ann AYITI pou l we ak JE l ki sa OKIPASYON AMERIKEN an te ye e ki DEGA l ap koze:

http://historymatters.gmu.edu/d/5018
ATIK sa a te pibliye lan THE NATION ,yon REVI ki ekziste toujou ak THE CRISIS ,REVI NAACP an:

GOOGLE TRANSLATE



"La vérité sur Haïti: une enquête de la NAACP"

Les Marines américains ont occupé Haïti de 1915 à 1934. En 1919, l'Haïtien Charlemagne Péralte avait organisé plus d'un millier de cacos , ou guérillas armées, pour s'opposer militairement à l'occupation maritime.  Les marines ont réagi à la résistance par une campagne anti-insurrectionnelle qui a rasé des villages, tué des milliers d'Haïtiens et détruit les moyens de subsistance d'encore plus.  Des organisations américaines telles que la NAACP se sont opposées à l'occupation américaine d'Haïti.  Ils ont envoyé des délégations qui ont enquêté sur les conditions et protesté contre le racisme flagrant et l'impérialisme de la politique américaine en Haïti au début du 20ème siècle.  Un article de 1920 du chef de la NAACP, James Weldon Johnson, contredisait les justifications habituelles de l'occupation américaine d'Haïti.


En écrivant ma visite en Haïti pour les lecteurs de Crisis , je voudrais raconter tout ce que j'ai appris sur les conditions politiques, économiques et sociales, et aussi donner l'information et les impressions que j'ai acquises sur le pays et le peuple haïtien lui-même. .  Ceci, bien sûr, ne sera pas possible, car l'une ou l'autre de ces phases du sujet, entièrement traité, ferait un article complet.  J'ai décidé que quelque chose sur chaque phase serait plus intéressant et plus complet que tout sur un.  Par conséquent, ce que je dis sera nécessairement plutôt sommaire.

Le contexte historique

Je voudrais avant tout que le lecteur jette un rapide coup d'œil sur le contexte historique et culturel du peuple haïtien.  Afin de comprendre pleinement les conditions présentes et réelles, il est nécessaire de se familiariser avec le fait que le peuple haïtien a derrière lui une histoire glorieuse.  Haïti a été la première des républiques américaines, après les États-Unis, à obtenir son indépendance.  L'histoire de la guerre pour l'indépendance haïtienne est l'un des chapitres les plus passionnants de l'histoire du monde.  Si l'on lit seulement ce que les historiens extraterrestres ont écrit, il prend l'idée que la lutte haïtienne n'était rien de plus que le massacre de Blancs en infériorité numérique par des hordes de Noirs semi-sauvages.  Il y a eu massacre et sauvagerie mais c'était des deux côtés.  Mais la guerre elle-même en souffrait très peu en comparaison avec la Révolution américaine.  Il y avait des moments où les troupes françaises et les troupes haïtiennes ont engagé, ont rassemblé plus de 80 000 hommes.  Les troupes françaises étaient les meilleures que Napoléon pouvait envoyer.  Les troupes haïtiennes n'étaient pas une bande de guérilleros sans loi, mais bien entraînées.  Il y eut des batailles dans lesquelles ces troupes forcèrent l'admiration des Français pour leur bravoure et leurs commandants, pour leur habileté militaire et leur galanterie.

Il convient également de garder à l'esprit que la révolution haïtienne n'était pas simplement une révolution politique.  C'était aussi une révolution sociale.  Il y a eu un renversement complet de l'organisation politique et sociale du pays.  L'homme qui avait été le chattel est devenu le dirigeant.  Les grandes propriétés des esclavagistes coloniaux ont été découpées en petites parcelles et attribuées parmi les anciens esclaves.  Ce dernier fait a une incidence directe sur les conditions actuelles en Haïti, auxquelles je reviendrai plus loin.

Haïti a gagné son indépendance il y a 116 ans et a maintenu sa complète souveraineté jusqu'en 1915, l'année de l'intervention américaine.  Aucune des Républiques latino-américaines n'a eu de difficultés à maintenir son indépendance qu'Haïti a rencontrée.  La République noire n'a pas reçu des États-Unis le soutien qu'elle était en droit d'attendre.  Haïti avait combattu la France, l'Angleterre et l'Espagne, mais les États-Unis étaient les derniers de tous les pays forts à reconnaître son indépendance, alors qu'en fait elle aurait dû être la première.

Christophe

Même les Américains de couleur intelligents sont enclins à se sentir indulgents ou embarrassés au sujet de l'histoire haïtienne.  Sans doute beaucoup d'entre eux ont souri ou ont eu honte de l'histoire généralement acceptée sur le roi Christophe dans son palais à Sans Souci et sa cour des ducs et des comtes.  L'image populaire de la cour de Christophe est celle d'un semi-sauvage jouant ridiculement au roi, entouré d'une noblesse qui a pris leurs titres des noms des choses qu'ils préféraient manger et boire.  Christophe était un homme remarquable, et un dirigeant de grande intelligence et d'énergie.  Il s'est déclaré roi parce qu'il pensait que la plupart pourraient être accomplies pour Haïti sous la forme de gouvernement la plus forte possible.  Sous sa direction, la partie nord d'Haïti a connu un grand développement.  J'ai visité le palais de Christophe à Sans Souci.  Il est tombé en ruines, mais il en reste encore assez pour montrer qu'il s'agissait bien d'un palais.  Les bâtiments et les terrains ont été copiés après le palais de Versailles et ont été construits par les meilleurs architectes et constructeurs européens.  Il ne fait aucun doute que lorsqu'elle a été érigée, c'était la résidence la plus somptueuse de l'hémisphère occidental.

Mais un témoignage encore plus merveilleux de l'énergie et de la grandeur de Christophe est la citadelle qu'il a construite avec l'idée d'être la dernière forteresse contre les Français s'ils tentaient de reconquérir Haïti.  Il a construit cette citadelle au sommet d'une montagne de plus de trois mille pieds de haut, qui dominait son palais à Sans Souci et dominait les plaines fertiles du nord d'Haïti qui s'étendent sur des kilomètres.  J'ai fait le voyage à la citadelle.  Le voyage nécessite plus de deux heures à cheval sur un chemin de montagne étroit et escarpé.  Après avoir roulé pendant une heure et demie, je me suis soudainement retourné sur le sentier et j'ai aperçu la première vue de la structure.  La vue était incroyable.  C'était stupide.  Je pouvais à peine croire mes propres yeux.  Là, du sommet de la montagne, s'élevaient les murs massifs de la brique et de la pierre solides jusqu'à une hauteur de plus de cent pieds.  Sur les trois côtés de la citadelle, les murs sont abrupts avec les flancs de la montagne.  L'autre côté est approché par le chemin.

Ce chemin, Christophe avait commandé par cinquante canons en laiton massif, chacun d'environ trente pieds de long.  Comment il a réussi à faire monter ces armes au sommet de la montagne, personne ne semble le savoir.  Le gouvernement haïtien a eu pour eux des offres de métal, mais personne ne semble savoir comment les abattre.  Les monter était un accomplissement surhumain, car il n'est pas facile de se rendre à la citadelle avec un panier ordinaire.  J'ai passé plus de deux heures à traverser cette vaste forteresse sans s'arrêter un instant, et plus j'en voyais, plus l'émerveillement grandissait sur moi non seulement sur l'exécution mais sur la simple conception d'une telle œuvre.  En plusieurs endroits, les murs ont de huit à douze pieds d'épaisseur.  Une idée de sa taille peut être acquise du fait qu'il a été construit à 30 000 soldats.  C'est la ruine la plus merveilleuse dans l'hémisphère occidental, et pour la quantité d'énergie humaine et de travail sacrifiée, peut bien être comparée aux pyramides d'Egypte.  Alors que je me tenais au plus haut point, là où la chute des murs était de plus de 2 000 pieds, et que je contemplais les riches plaines du nord d'Haïti, j'ai été impressionné par l'idée que si un homme avait le droit de se sentir roi, cet homme était Christophe quand il contournait les parapets de sa citadelle.

C'est un peuple de sang nègre, qui a produit un Christophe et un Dessalines, qui ont donné au monde l'un de ses plus grands hommes d'État, Toussaint L'Ouverture, qui a derrière eux une histoire dont ils ont parfaitement le droit d'être fiers, qui sont maintenant menacés de la perte de leur indépendance;  qui sont maintenant tombés non seulement sous la domination politique américaine, mais sous la domination des préjugés américains.  Haïti est gouverné aujourd'hui par la loi martiale dispensée par les Américains.  Il y a près de trois mille Marines américains en Haïti, et le contrôle américain est maintenu par leurs baïonnettes.  Au cours des cinq années d'occupation américaine, plus de trois mille Haïtiens innocents ont été massacrés.

Il y a trois raisons pour lesquelles on essaie de justifier l'intervention américaine et l'occupation militaire d'Haïti.  La première est qu'un tel état d'anarchie et d'effusion de sang avait été atteint, ce qui ne pouvait plus être toléré par le monde civilisé;  la seconde, que les Haïtiens ont démontré une inaptitude absolue à se gouverner eux-mêmes;  et le troisième, que de grands avantages ont été apportés en Haïti par le contrôle américain.

Allégorie de l'anarchie

En ce qui concerne le premier: Le gouvernement des Etats-Unis a voulu donner l'impression qu'il avait été contraint pour des raisons purement humanitaires d'intervenir en Haïti en raison du renversement tragique et de la mort du président Vilbrun Guillaume, les 27 et 8 juillet 1915; a été contraint de garder une force militaire en Haïti depuis lors pour pacifier le pays maintenir l'ordre.  Le fait est que près d'un an avant le coup d'État qui a renversé Guillaume, les États-Unis avaient fait pression sur Haïti pour contraindre ce pays à se soumettre au contrôle américain.  Trois tentatives diplomatiques ont été faites par trois missions différentes.  C'est en mai 1915 que la troisième tentative fut faite.  Les États-Unis ont envoyé en Haïti M. Paul Fuller, Jr., sous le titre «Envoyé extraordinaire», en mission spéciale pour informer le gouvernement haïtien que l'administration Guillaume ne serait pas reconnue par les États-Unis à moins qu'Haïti ne consente à signer un pacte semblable à celle que ce pays avait avec Santo Domingo.  Les deux gouvernements échangeaient des points de vue sur cette proposition lorsque les événements des 27 et 8 juillet ont eu lieu.

Le 27 juillet, le président Guillaume s'enfuit à la légation de France.  Le même jour, des prisonniers politiques dans la prison de Port-au-Prince ont été exécutés.  Le lendemain matin, Guillaume fut tué, et cet après-midi, un navire de guerre américain jeta l'ancre à Port-au-Prince et débarqua les forces américaines.  Immédiatement après l'assassinat de Guillaume, Port-au-Prince était aussi calme que si rien ne s'était passé, et il ne fallait pas oublier que, tout au long de cette affaire, la vie de pas un seul citoyen américain avait été prise ou compromise.  Le renversement de Guillaume et ses conséquences ne constituaient pas la cause de l'intervention américaine en Haïti;  il ne faisait que fournir une occasion à laquelle ce gouvernement attendait.  Il n'y a jamais eu de motifs d'intervention en Haïti qu'il y a eu au Mexique.

Condition physique pour régner

L'inaptitude du peuple haïtien à se gouverner a fait l'objet de propagande depuis un siècle.  Des livres, des pamphlets et des articles ont été écrits, et des conférences ont été données à maintes reprises pour prouver que les Haïtiens étaient non seulement incapables d'avancement, mais qu'ils rétrogradaient progressivement vers la barbarie.  Une observation de la ville de Port-au-Prince suffit à réfuter cette affirmation souvent faite.  Port-au-Prince est une ville propre, bien pavée et bien éclairée.  Ses nouveaux bâtiments d'affaires sont construits en béton et en brique.  Les baraques en bois que l'on voit si souvent dans les revues et les livres illustrant le quartier des affaires de la ville sont des reliques de l'ancien régime français.  La section résidentielle de Port-au-Prince est construite sur les pentes des collines qui remontent la ville.  Les maisons des gens aisés sont de belles villas avec des terrains bien entretenus, et il y en a des centaines.

Cette section de Port-au-Prince est supérieure à la section résidentielle de n'importe laquelle des villes des républiques d'Amérique centrale.  En fait, Port-au-Prince est l'une des plus belles villes tropicales que j'ai vues.  Haïti a été indépendant pendant plus d'un siècle et si le peuple avait constamment rétrogradé dans la barbarie pendant tout ce temps, Port-au-Prince serait aujourd'hui une agrégation de saleté et de pourriture au lieu de la ville qu'elle est.  À Port-au-Prince, on rencontrera des Américains qui, en réponse à l'exclamation: «Pourquoi je suis surpris de voir quelle belle ville Port-au-Prince est!» Répondront: «Oui, mais vous auriez dû le voir avant l'occupation. »L'implication ici est que l'occupation américaine est responsable de faire de Port-au-Prince une ville pavée et bien entretenue.  Il est vrai que seulement une ou deux des principales rues de Port-au-Prince étaient pavées au moment de l'intervention - il y a cinq ans - mais le travail avait déjà commencé et les contrats pour paver toute la ville avaient déjà été loués. le gouvernement haïtien.  L'occupation américaine ne pavane pas et n'a rien à voir avec le pavage d'une seule rue à Port-au-Prince.  Les règlements institués par l'agent de santé américain peuvent avoir quelque chose à voir avec la régularité avec laquelle les rues sont balayées, mais mon observation m'a montré que les Haïtiens ont une «habitude radicale» qu'ils ont dû acquérir de longues années avant l'occupation américaine.

J'ai fait un voyage de cinq jours à l'intérieur, voyageant jour et nuit dans une automobile.  Je remarquai au petit matin, alors que je passais cabane après cabine dans les districts ruraux, les femmes balayant soigneusement les cours jusqu'à ce qu'elles soient aussi propres qu'un sol.  En fait, nulle part dans les districts ruraux d'Haïti, je n'ai vu la saleté et la misère que l'on peut observer dans n'importe quelle ville de Backwoods dans notre propre Sud.

Les plus petites villes d'Haïti sont des répliques de Port-au-Prince.  Quoi que les Haïtiens ne soient pas, ils sont un peuple propre.  Beaucoup peuvent être vêtus de haillons et de lambeaux, mais les chiffons et les lambeaux sont lavés périodiquement.  Un haïtien dégoûtant est une exception rare.  Sur ce point, je me souviens d'une remarque faite par un Américain blanc qui dirige l'une des plus grandes entreprises mercantiles d'Haïti.  Il me parlait de la propreté des Haïtiens et il a fait une observation qui m'a frappé tout à fait.  Il m'a montré des statistiques pour prouver qu'Haïti importe plus de savon par habitant que n'importe quel autre pays dans le monde.  Il m'a dit que trois des plus grands fabricants de savon des États-Unis avaient leur siège à Port-au-Prince.

Un autre point de la propagande qui circule depuis si longtemps pour prouver l'inaptitude des Haïtiens est l'affirmation que les gens sont congénitaux et habituellement paresseux.  Il n'y a pas longtemps, j'ai vu un article de magazine sur Haïti, et l'une des illustrations était une photo d'un Haïtien endormi au soleil, et sous le titre «l'attitude préférée des citoyens d'Haïti». Je parierais que le photographe soit devait payer, soit persuader son sujet de poser spécialement pour lui, car durant mes six semaines passées à Port-au-Prince, je n'ai jamais vu personne endormi au soleil.  Au contraire, les Haïtiens sont des gens assez économe.  Ce qui trompe certains observateurs, c'est le fait que leurs méthodes sont primitives.  L'erreur est souvent faite de confondre les méthodes primitives avec l'indolence.  Quiconque parcourt les routes d'Haïti sera frappé par la vue des dizaines et des centaines et même des milliers de femmes, garçons et filles qui filent, kilomètre après kilomètre, avec les produits de leurs fermes et de leurs jardins sur la tête, ou chargés sur le dos d'animaux, pour en disposer sur les marchés des villes.  Je ne vois pas comment on pourrait accuser ces gens d'être paresseux.  Bien sûr, ils pourraient commercialiser leurs produits plus efficacement s'ils avaient des camions d'automobiles;  ils n'ont pas de camions d'automobiles, mais ils sont prêts à marcher.  Pour une femme de marcher huit ou dix milles avec un paquet de produits sur sa tête qui peut à peine réaliser son dollar est, sans aucun doute, une dépense d'énergie inutile, mais ce n'est pas un signe de paresse.

Le peuple haïtien a également été accusé d'être ignorant et dégradé.  Ils ne sont pas dégradés.  J'ai eu amplement l'occasion d'étudier les gens des villes et les gens des campagnes, et je les ai trouvés aimablement gentils, courtois et hospitaliers, vivant d'une manière simple et saine.  L'absence de crime en Haïti est remarquable, et la moralité du peuple est remarquablement élevée.  Port-au-Prince est une ville de plus de 100 000 habitants, mais rien ne prouve que la prostitution soit aussi flagrante dans de nombreuses villes latino-américaines.  J'étais là pendant six semaines et pendant tout ce temps, pas un seul cas d'un homme accosté par une femme dans la rue n'est venu à mon attention.  J'ai entendu même de la bouche des Américains Marines des hommages à la chasteté des femmes haïtiennes.

L'accusation que les Haïtiens ignorent n'est que partiellement vraie.  Ils sont naturellement rapides d'esprit et ont une imagination vive.  La vérité, cependant, est que la grande masse du peuple haïtien est analphabète.  Ils sont peut-être plus analphabètes que les gens de tous les pays latino-américains, mais il y a une raison spécifique à cela.  Pour une raison que je ne puis expliquer, la langue française dans les colonies coloniales franco-américaines à population nègre s'est divisée en deux branches: le français et le créole.  C'est le cas de la Louisiane, de la Martinique et de la Guadeloupe, mais aussi d'Haïti.  Le créole est un français africanisé et ne doit pas être considéré comme un simple dialecte.  Le francophone ne peut, à l'exception de quelques mots, comprendre le créole que s'il l'apprend.  Le créole est une langue distincte, un langage graphique et très expressif, et à certains égards, est, pour Haïti, une langue supérieure au français.

Les classes haïtiennes supérieures, disons environ 500 000, parlent français, tandis que les masses, probablement 2 000 000, parlent le créole, et bien que le créole haïtien soit grammaticalement construit, il n'a pas été généralement réduit à l'écriture.  Par conséquent, ces 2 000 000 de personnes n'ont aucun moyen de communication par écrit.  Ils n'ont pas de livres à lire.  Ils ne peuvent pas lire les journaux.  Ils ne peuvent pas communiquer entre eux en écrivant.  Les enfants des masses étudient le français les quelques années qu'ils passent à l'école, mais le français ne devient jamais leur langue de tous les jours.  Pour qu'Haïti abolisse l'analphabétisme et réduise ainsi l'ignorance de ses masses, il faut faire du créole une langue écrite et une langue parlée, car je pense qu'elle est destinée à rester la langue populaire du pays.  Cela offre une tâche fascinante pour les intellectuels haïtiens.  Avant de partir, j'en ai parlé avec un groupe d'entre eux.

J'ai eu l'opportunité d'être reçu dans les foyers des gens cultivés et riches de Port-au-Prince, d'assister à plusieurs de leurs affaires sociales et de visiter les clubs.  Même les écrivains les plus préjugés d'Haïti ont dû faire une exception à cette classe d'Haïtiens, car ils la contraignent.  La majorité a été éduquée en France.  Ils ont de l'argent.  Ils vivent dans de belles maisons.  Ils sont brillants dans la conversation et savent comment se comporter socialement.  Les femmes s'habillent de bon goût, beaucoup importent leurs robes directement de Paris.  Les gens raffinés d'aucune partie du monde se sentiraient hors de propos dans la meilleure société haïtienne.  Beaucoup de ces femmes sont belles et toutes vives et chic.  J'ai été profondément impressionné par les femmes d'Haïti, non seulement les femmes de la société, mais aussi les paysannes.  Je voudrais donner mes impressions, mais l'espace ne le permettra pas.

"Avantages" américains

Le troisième motif proposé pour justifier est que de grands avantages ont été apportés à Haïti par le contrôle américain.  J'ai fait un effort honnête pour découvrir ce que les Américains ont fait pour Haïti, pendant les cinq années d'occupation.  J'ai trouvé que seulement trois choses pouvaient être avancées, et elles étaient: L'amélioration de l'hôpital public de Port-au-Prince;  l'application des règles de l'assainissement moderne;  et la construction de la grande route de Port-au-Prince au Cap Haïtien.  L'amélioration à l'hôpital est un travail digne, mais ne peut être faite pour justifier une occupation militaire.  L'application de certaines règles d'assainissement n'est pas aussi importante que cela parait, car Haïti, sous domination indigène, a toujours été un pays sain et jamais sujet aux épidémies qui balayaient les pays entourant le golfe du Mexique et la mer des Caraïbes.

La construction de la route de Port-au-Prince au Cap Haïtien est une œuvre monumentale, mais il est douteux que l'occupation ait eu en vue la construction d'une grande route au profit d'Haïti ou la construction d'une route militaire. ce qui faciliterait le transport des troupes et des approvisionnements d'un bout à l'autre de l'île.  En tout cas, la manière de construire cette route fut l'une des plus brutales bévues de l'occupation américaine en Haïti.  Il a été construit par le travail forcé.  Des hommes haïtiens ont été saisis sur les routes de campagne et enlevés de leurs fermes et mis au travail.  Ils étaient gardés dans des enceintes la nuit et ne pouvaient pas rentrer chez eux.  Ils ont été maltraités, battus et terrorisés.  En fait, ils étaient dans la même catégorie que les détenus des gangs de la chaîne nègre qui sont utilisés pour construire des routes dans plusieurs de nos États du sud.  C'est en grande partie hors des méthodes de construction de cette route qu'il est apparu le besoin de «pacification».  Les Haïtiens se sont rebellés.  Beaucoup d'entre eux ont fui et se sont enfuis dans les collines et se sont armés de leur mieux pour se venger.  Ces réfugiés constituent la plus grande partie des forces «caco», et il est maintenant devenu le devoir et le sport des marins américains de chasser ces «cacos» avec des fusils et des mitrailleuses.  J'étais un jour assis à une table en compagnie d'un capitaine américain de marines et je l'ai entendu décrire une chasse au caco.  Il a raconté comment ils sont finalement tombés sur une foule d'indigènes qui se sont battus avec un coq et comment ils l'ont laissé avec des mitraillettes.

Il y avait un accomplissement que je m'attendais à trouver.  Je m'attendais à constater que les Américains avaient au moins tenté de développer et d'améliorer le système d'éducation publique en Haïti.  C'est du moins ce qu'ils ont fait dans d'autres pays où ils ont pris le contrôle.  Mais j'ai trouvé que l'occupation américaine n'a pas avancé l'éducation publique en Haïti d'un seul pas.  Aucun nouveau bâtiment scolaire n'a été construit ou de nouvelles écoles n'ont été créées.  Aucun jeune haïtien n'a été envoyé en formation et aucun professeur américain, blanc ou de couleur, n'a été envoyé en Haïti pour enseigner.

Les États-Unis ont absolument échoué en Haïti.  Il n'a réussi à accomplir aucun résultat qui justifie son occupation militaire de ce pays, et il a rendu impossible l'accomplissement de ces résultats en raison de la méfiance, de l'amertume et de la haine qu'il a suscitées chez le peuple haïtien.  Des brutalités et des atrocités de la part des Marines américains ont eu lieu assez fréquemment pour provoquer un profond ressentiment et une profonde terreur de la part du peuple haïtien.  Il y a eu des tueries inutiles d'indigènes par les Marines.  On m'a dit que certains marines avaient coupé un cran dans les stocks de leurs fusils pour chaque indigène tué.  Juste avant de quitter Port-au-Prince, une marine américaine a attrapé un garçon haïtien volant du sucre sur le quai, et au lieu de l'arrêter, il s'est cassé la cervelle avec la crosse de son fusil.

J'ai appris de la bouche de marines américains, eux-mêmes, d'un certain nombre de cas de viol sur les femmes haïtiennes par les marines.  Mais, peut-être, la pire phase de la brutalité américaine en Haïti n'est, après tout, pas dans les cas individuels de cruauté, mais dans l'attitude américaine.  Cette attitude peut être illustrée par une remarque faite par un officier de marine à une autre époque où j'étais assis à une table avec des Américains.  Nous discutions de la situation haïtienne quand il a dit: «Le problème avec cette affaire est que certaines de ces personnes avec un peu d'argent et d'éducation, pensent qu'elles sont aussi bonnes que nous.» L'ironie de sa remarque m'a frappé tout à fait avait déjà rencontré un certain nombre d'Haïtiens cultivés dans leurs maisons.

Les Américains ont porté les préjugés américains à Haïti.  Avant leur avènement, il n'existait pas dans les cercles sociaux de préjugés raciaux.  Les affaires sociales ont été suivies sur le même pied par les indigènes et les étrangers blancs.  Les hommes de l'Occupation américaine, lorsqu'ils sont descendus, ont également assisté aux affaires sociales haïtiennes, mais maintenant ils ont créé leur propre cercle social et créé leur propre club auquel aucun Haïtien n'est invité, quelle que soit sa position sociale.  Les Haïtiens ripostent en n'invitant jamais les Américains à leurs affaires sociales ou à leurs clubs.  Bien sûr, il y a des affaires semi-sociales auxquelles les Haïtiens et les fonctionnaires de l'occupation se rencontrent, mais il y a une règle uniforme parmi les dames haïtiennes de ne pas danser avec un officiel américain.

Une grande partie de ce préjudice a été causé parce que l'Administration a jugé bon d'envoyer des hommes blancs du Sud en Haïti.  Par exemple, l'homme à la tête du service des douanes est un ancien commis de paroisse en Louisiane.  L'homme qui est le second responsable du service des douanes est un ancien sous-collecteur des douanes à Pascagoula, Miss. L'homme qui est surintendant de l'instruction publique était autrefois instituteur en Louisiane.  Cela ressemble à une blague pour envoyer un homme de Louisiane où ils n'ont pas de bonnes écoles, même pour les enfants blancs , pour organiser des écoles pour les enfants noirs d'Haiti.  Et la simple idée que des Mississipiens blancs descendraient pour civiliser les Haïtiens et leur enseigner la loi et l'ordre serait risible, si ce n'est que l'on tente réellement de mettre en œuvre l'idée.  Ces Sudistes ont trouvé Haïti comme la véritable terre promise des «emplois pour les démocrates méritants».  Beaucoup de ces hommes, militaires et civils, ont déménagé leurs familles en Haïti.  A Port-au-Prince, beaucoup d'entre eux vivent dans de belles villas.  Beaucoup d'entre eux qui ne pouvaient pas garder une fille aux États-Unis ont une demi-douzaine de domestiques.  Tous les chefs de départements civils ont des automobiles fournies aux frais du gouvernement haïtien.  Ces voitures semblent être principalement utilisées pour sortir les femmes et les enfants pour une diffusion chaque après-midi.  Il est intéressant de voir avec quel dédain, pendant qu'ils circulent, ils méprisent les gens qui paient pour les voitures.  Il est également intéressant de noter que les responsables haïtiens et même les officiers du cabinet qui sont officiellement les supérieurs de ces différentes têtes n'ont pas de voiture.  Par exemple, le surintendant de la Louisiane a une voiture, mais le ministre haïtien de l'Instruction publique n'en a pas.  Ce que l'Administration de Washington aurait dû savoir, c'est que pour faire quoi que ce soit d'intéressant pour Haïti, il fallait y envoyer des hommes capables et désireux de traiter les Nègres comme des hommes, et non pas à cause de leur capacité à parler connaissance de "manipulation des nègres".

Les États-Unis ont échoué en Haïti.  Il devrait sortir le plus vite possible et rendre au peuple haïtien son indépendance et sa souveraineté.  Les gens de couleur des États-Unis devraient être intéressés à voir que cela est fait, car Haïti est la meilleure chance que le nègre ait dans le monde pour prouver qu'il est capable de la plus haute autonomie gouvernementale.  Si Haïti devait finalement perdre son indépendance, cette meilleure chance serait perdue.

La source:

James Weldon Johnson, "La vérité sur Haïti.  Une enquête NAACP. " Crisis 5 (Septembre 1920): 217-224.



Voir aussi: "Conclusions et recommandations du Comité des Six Américains Désintéressés"
"Le peuple était très pacifique": Le Sénat américain enquête sur l'occupation haïtienne
Bandits ou Patriots?: Documents de Charlemagne Péralte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Yon ATIK THE CRISIS Jounal NAACP an pou kanpe kont OKIPASYON an an 1920
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un article de Libération à lire.
» Jounal ap sibi pèsekisyon : oh ! tiers-monde !
» HAITI AND THE CRISIS OF DEMOCRACY 2000-2001
» Yon atik FASINAN sou PWOBLEM DOMINIKEN-AYISYEN an!
» ESKE ATIK SA A ASIRE PRI NOBEL POU FRANKETIENNE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: