Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Pradel Henriquez remet en question Radio caraibe

Aller en bas 
AuteurMessage
Marc-Henry
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5982
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

MessageSujet: Pradel Henriquez remet en question Radio caraibe   Dim 4 Fév 2018 - 10:59

Pradel Henriquez
Hier à 00:49 ·
PATRICK MOUSSIGNAC ,
MON FRÈRE,
LA COMÉDIE À TROP DURE...

J'assiste pour la énieme fois, a un scandale qui concerne , qui implique radio Caraibes. Encore et Toujours , Radio Caraïbes.
Est ce qu'une radio, pour exister, ne doit vivre, que de scandale en direct ou en différé ?
Est ce une nouvelle technique de gestion et de programmation médiatique ?
Est ce qu'on peut continuer à traiter toute une société comme vous le faites, mes frères de la presse.
Quel est votre role aujourdhui?
Quel est notre rôle aujourd'hui de la presse ?

En 1996, alors que jetais un directeur cadre du ministere de la culture et de la communication, une enquête placait deja radio caraibes au sommet de tous les sondages.
Meilleure programmation. Meilleur journal.

De fait, cette radio depuis mon adolescence, à toujours été populaire. Elle est restée populaire jusqu'a nos jours, en dépit de l'importance colossale que prennent les réseaux sociaux dans notre vie quotidienne. Radio Caraïbes n'a pas bronché...Elle est restée intacte. N'est ce pas magique , qu'une station de radio passe toutes ces périodes socio politiques difficiles, en Haiti, sans perdre de sa popularite...

Mon cher Patrick Moussignac, je sais que les gens ont souvent peur de vous, Patrick Moussignac, communément appelé " Ti Toro", pour vous dire la vérité en face.
Après nos nombreuses conversations bruyantes au téléphone, vous et moi, en 2011 et 2012, ou j'étais DG de la TNH et que cela n'allait pas du tout entre nous, pour des raisons que je me garde ici, de dévoiler, ce soir, par discretion professionnelle, si je ne vous le redis pas, ce soir, cher Moussignac, je sens que jaurai du mal à m'endormir sur mes deux oreillers...
Toutefois, que comptez vous faire vraiment de radio Caraïbes le 94.5...
les autres , vos autres, on s'en fout royalement. Or, Caraibes m'interesse par son histoire et par son role dans notre culture nationale.
Que comptez vous faire, à part elire des présidents, des sénateurs , des députes et des maires, a part fait de la comedie dans l'ombre ?
Que faire de radio Caraïbes ?
Une radio qui fume?
Une radio qui fugue ?
Une radio qui nous enterre dans la merde?
une radio qui instruit ?
Une radio qui détruit ?
une radio qui forme ou deforme ?
Kisa Wou vle fe ? Kikote wap rive ?
Vous rendez-vous compte que la comédie va trop loin désormais ?
Je protege mes lecteurs des degats que vous faites. Pardonnez mes lecteurs , Seigneur, ils ne savent pas ce qui se passe vraiment et que seul Michel Martelly pourrait expliquer pour justifier ses mille et uns excès contre la presse qui se salit de trop en trop.
Comment pouvez tolérer qu'une radio comme Radio Caraïbes passe de patrïmoine , un temps, a une véritable station bordelique aujourdhui.
Et qui assume de fait etre un bordel sonore en plein 21e siecle ou la radio se modernise a travers le monde.
Pourquoi Martelly fait sa tournee médiatique improvisée apparemment et qu' ailleurs , pas de scandale a déplorer, mais que Radio Caraïbes réinvente le monde avec ses frasques pleines de salades pourries aux yeux du monde entier.
Que cherchez vous, mon frère, comme effets mediatiques ?

Pradel Henriquez, delmas, 3 février 2018

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15991
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Pradel Henriquez remet en question Radio caraibe   Dim 4 Fév 2018 - 12:16

Anpil,anpil DERAPAJ vre.

Moun ki konnen ap di ke MOUSSIGNAC se ACHITEK TETKALE apre TET KALE an.Ge bagay ki ap di tou ke anpil SENATE ak DEPITE ki lan LEJISLATI an se limenm ki mete yo.
Anvan yo mare GI FILIP ,se toutan ou te konn tande VWA misye sou RADYO KARAYIB ,menm jan ak lot KOUDETAYIS ki rele STANLEY LUCAS lan.
Kanta STANLEY LUCAS ,ou pa p pase 2 SEMENN pou pa tande VWA misye sou RADYO KARAYIB!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc-Henry
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5982
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

MessageSujet: Re: Pradel Henriquez remet en question Radio caraibe   Dim 4 Fév 2018 - 12:24

Joel a écrit:
Anpil,anpil DERAPAJ vre.

Moun ki konnen ap di ke MOUSSIGNAC se ACHITEK TETKALE apre TET KALE an.Ge bagay ki ap di tou ke anpil SENATE ak DEPITE ki lan LEJISLATI an se limenm ki mete yo.
Anvan yo mare GI FILIP ,se toutan ou te konn tande VWA misye sou RADYO KARAYIB ,menm jan ak lot KOUDETAYIS ki rele STANLEY LUCAS lan.
Kanta STANLEY LUCAS ,ou pa p pase 2 SEMENN pou pa tande VWA misye sou RADYO KARAYIB!!!!!!  


Kanta pou Stanley Lucas , anpil moun an ayiti kwe misye se yon technisyen nan tout domaine. Joel se chak jou map eseye defet peseption moun yo sou Lucas nan mediya sosyo yo tankou facebook la .

Mwen kwe tou ke misye pataje lajan leta aysyen bali pou sevis randi ak ket jounalis .

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15991
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Pradel Henriquez remet en question Radio caraibe   Dim 4 Fév 2018 - 12:38

Mak;

Mak;

Pouki sa yo pa ta kwe sa?
Depi 2004 MEDYA "LIBERAL" AMERIKEN yo ap demonte STANLEY LUCAS ,gen yon REVI AMERIKEN ki rele "SALON MAGAZINE" ki te rele misye "THE DEVIL",DYAB lan.
Se pa MEDYA ki te senpatize twop ak LAVALAS non.
An 2006 ,NEW YORK TIMES te fe yon DOKIMANTE sou LUCAS e te pibliye yon ATIK JOUNAL ki fe konnen ke MISYE te koz DEZOD ki te fet an 2004 e la KOZ SAN KOULE POU GRANMESI.
Anbasade AMERIKEN an BRIAN DEAN CURRAN ke yo te revoke an fen 2003 te akize STANLEY LUCAS "des sept plaies d'Egypte"

Alos MAK si RADYO ak JOUNAL ann AYITI yo pa janm di anyen NEGATIF de LUCAS tankou PRES LANG ANGLE an fe l ,pouki sa MOUN ann AYITI yo pa panse an byen de LUCAS?
Pa bliye PRES lan ,se SENPATIZAN KOUDETA 2004 lan!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alex jacques
Star plus
Star plus
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1082
Localisation : Haiti
Date d'inscription : 23/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Fou de son pays

MessageSujet: Re: Pradel Henriquez remet en question Radio caraibe   Dim 4 Fév 2018 - 14:20

Mon cher,

Invitation Martelly sou Caraibes montre ke tout moun gen manch nan men. Neg la ap blame Martelly epi l'ap touche check zombi.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc-Henry
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5982
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

MessageSujet: Re: Pradel Henriquez remet en question Radio caraibe   Dim 4 Fév 2018 - 18:48

alex jacques a écrit:
Mon cher,

Invitation Martelly sou Caraibes montre ke tout moun gen manch nan men. Neg la ap blame Martelly epi l'ap touche check zombi.


Vini pale ak nou Alex , kiyes kap touche check zonbi a ?

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
Marc-Henry
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5982
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

MessageSujet: Re: Pradel Henriquez remet en question Radio caraibe   Dim 4 Fév 2018 - 18:49

Oui Joel

Pres an Ayiti pa janm pale mal de Lucas . Sa pi ki red la , Lucas toujou enpose l nan tout antrevi yo bay l nan radyo .

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15991
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Pradel Henriquez remet en question Radio caraibe   Dim 4 Fév 2018 - 19:34

Mak;
Pres GNBis lan ki te patisipe lan KOUDETA 2004 lan ,jis lan KOU paka ,pa t ka poze STANLEY LUCAS KESYON pou konpwomet MISYE.
Kom PAWOL jounen Jodi an di l "MESYE YO PA EGARE"
Antouka men youn lan ATIK ki te ekri lan PRES AMERIKEN an ,ki gen we ak STANLEY LUCAS.
Mwen pa t we menm yon ATIK POZITIF ki te ekri lan PRES AMERIKEN an sou misye e WOL li te jwe.
Byen ke TRADIKSYON an pa pafe,Li ATIK sa a ke NEW YORK TIMES pi gran jounal sou PLANET lan (dapre JOUNAL FRANSE LE MONDE) te ekri sou STANLEY LUCAS an JANVYE 2006.
Se yon TRADIKSYON GOOGLE:

http://nytimes.com/2006/01/29/world/americas/mixed-us-signals-helped-tilt-haiti-toward-chaos.html



Le New York Times

Amériques | Démocratie défaite | Les canaux de retour contre la démocratie

Des signaux américains mélangés ont contribué à faire basculer Haïti vers le chaos


Par WALT BOGDANICH et JENNY NORDBERG  JAN.  29 juillet 2006

PORT-AU-PRINCE, Haïti - Alors que son avion décollait de la piste en août 2003, Brian Dean Curran a rembobiné ses derniers jours sombres en tant qu'ambassadeur américain dans cette terre tourmentée.

Haïti, craignait M. Curran, se dirigeait vers un cataclysme, un autre découplage violent de son emprise jubilatoire sur la démocratie plus d'une décennie auparavant.  Il était venu ici en espérant aider cette démocratie ténue à grandir.  Maintenant, il partait en colère et en appréhension.

Sept mois plus tard, un chef d'escadron de la mort accusé a aidé les rebelles armés à renverser le président, Jean-Bertrand Aristide.  Haïti, jamais un modèle de stabilité, s'est rapidement dissous dans un État si anarchique qu'il a stupéfié même ceux qui avaient poussé à la révocation de M. Aristide, un ancien prêtre catholique qui a accédé au pouvoir en tant que champion et héros des pauvres d'Haïti.

Aujourd'hui, la capitale, Port-au-Prince, est virtuellement paralysée par les enlèvements, répandant la panique entre riches et pauvres.  Des policiers corrompus en uniforme ont assassiné des gens dans la rue à la lumière du jour.  Le chaos est si extrême et le gouvernement intérimaire si dysfonctionnel que le vote pour en choisir un nouveau a déjà été retardé quatre fois.  La dernière date est le 7 février.

Alors même qu'Haïti s'apprête à choisir son premier président élu depuis la rébellion il y a deux ans, des questions subsistent sur les circonstances de l'éviction de M. Aristide - et surtout pourquoi l'administration Bush, qui a fait de la démocratie une pièce maîtresse de sa politique étrangère en Irak et autour du monde, n'a pas fait plus pour le préserver si près de ses rives.

L'administration Bush a déclaré que bien que M. Aristide était profondément vicié, sa politique était toujours de travailler avec lui en tant que dirigeant démocratiquement élu d'Haïti.

Mais les actions de l'administration en Haïti ne correspondaient pas toujours à ses paroles.  Des entrevues et un examen des documents gouvernementaux montrent qu'un groupe de construction de la démocratie proche de la Maison-Blanche, financé par les contribuables américains, a sapé la politique officielle des États-Unis et que l'ambassadeur a été chargé de la mener à bien.

En conséquence, les États-Unis ont parlé avec deux voix parfois contradictoires dans un pays où ses paroles ont un poids énorme.  Ce message contradictoire, a déclaré l'ancien ambassadeur américain, a fait des efforts pour promouvoir la paix politique "incommensurablement plus difficile".  Sans un accord politique, un gouvernement faible a été déstabilisé davantage, le laissant vulnérable aux rebelles.

M. Curran a accusé le groupe de construction de la démocratie, l'International Republican Institute, d'essayer de saper le processus de réconciliation après que des élections sénatoriales contestées en 2000 aient précipité Haïti dans une violente crise politique.  Le leader du groupe en Haïti, Stanley Lucas, un opposant déclaré Aristide de l'élite haïtienne, a conseillé à l'opposition de rester ferme et de ne pas travailler avec M. Aristide, afin de paralyser son gouvernement et de le chasser du pouvoir, a déclaré M. Curran. , dont le compte est soutenu dans des parties cruciales par d'autres diplomates et des figures de l'opposition.  Beaucoup de ces personnes ont parlé publiquement des événements pour la première fois.

M. Curran, un vétéran de 30 ans du service extérieur et un nommé par Clinton retenu par le président Bush, a également accusé M. Lucas de dire à l'opposition que lui, et non l'ambassadeur, représentait les véritables intentions de l'administration Bush.

Les dossiers montrent que M. Curran a averti ses patrons à Washington que le comportement de M. Lucas était contraire à la politique américaine et qu'il risquait d'être accusé d'essayer de déstabiliser le gouvernement.  Pourtant, quand il a demandé des contrôles plus serrés sur l'IRI à l'été 2002, il a franchi un barrage routier après que de hauts fonctionnaires du département d'État et du Conseil national de sécurité ont exprimé leur soutien au groupe pro-démocratie.


L'International Republican Institute est l'un des nombreux groupes à but non lucratif importants qui reçoivent des fonds fédéraux pour aider les pays à développer les mécanismes de la démocratie, comme la campagne et le suivi des élections.  De tous les groupes, cependant, l'IRI est le plus proche de l'administration.  Le président Bush a choisi son président, Lorne W. Craner, pour diriger les efforts de renforcement de la démocratie de son administration.  L'institut, qui travaille dans plus de 60 pays, a vu son financement fédéral presque tripler en trois ans, passant de 26 millions de dollars en 2003 à 75 millions en 2005. Le printemps dernier, lors d'une levée de fonds de l'IRI, M. Bush a appelé la démocratie "une industrie en croissance".

Ces groupes marchent sur une ligne fine.  Selon les directives fédérales, ils sont censés favoriser la démocratie de manière non partisane, de peur d'être accusés d'ingérence dans les affaires des nations souveraines.  Mais en Haïti, selon des diplomates, M. Lucas a activement travaillé contre le président Aristide.

Colin L. Powell, le secrétaire d'État de l'époque, a déclaré que la politique américaine en Haïti était ce que M. Curran pensait être et que les États-Unis ont soutenu M. Aristide jusqu'aux derniers jours de sa présidence.

Mais dans une interview récente, Otto J. Reich, qui a servi sous la direction de M. Powell en tant que haut fonctionnaire du Département d'État pour l'Amérique latine, a déclaré que M. Bush avait subtilement changé de politique depuis que M. Bush est devenu président. comme M. Curran et d'autres l'avaient soupçonné.

"Il y avait un changement de politique qui n'était peut-être pas bien perçu par certaines personnes à l'ambassade", a déclaré M. Reich, se référant à M. Curran.  "Nous voulions changer, pour donner aux Haïtiens l'opportunité de choisir un leader démocratique", a déclaré M. Reich, l'un des responsables politiques nouvellement ascendants qui craignait la montée en puissance des gouvernements de gauche en Amérique latine.

A propos de cette déclaration, M. Curran a dit: "Que Reich admettrait qu'une politique différente justifiait totalement mes soupçons, et confirme ce qu'une foule d'amateurs était en charge à Washington."

Combler le fossé entre M. Aristide et ses adversaires aurait été difficile même dans les meilleures circonstances.  Mais ce qui ressort des événements en Haïti est un portrait de la façon dont les efforts pour cultiver la démocratie se sont enlisés dans les guerres idéologiques et les rivalités partisanes de Washington.

"Ce que vous avez eu, c'est la sape constante de la crédibilité des négociateurs", a déclaré Luigi R. Einaudi, un diplomate vétéran respecté qui a dirigé l'effort international pour trouver un règlement politique au nom de l'Organisation des États américains.

L'IRI n'a pas permis au New York Times d'interviewer M. Lucas, mais en réponse à des questions écrites, il a nié avoir essayé de saper la politique américaine.  "Je n'ai jamais dit à l'opposition de ne pas négocier", a déclaré M. Lucas dans un message électronique.

Georges A. Fauriol, premier vice-président de l'IRI, a déclaré que son groupe essayait de représenter fidèlement «les idéaux du système démocratique américain» et qu'il pressait personnellement l'opposition de faire des compromis.  M. Fauriol a blâmé les "insinuations et les intérêts politiques" pour les plaintes de M. Curran et d'autres.  Il a également déclaré que M. Curran ne lui avait jamais donné les détails dont il avait besoin pour agir contre M. Lucas, qu'il appelait «l'un de nos meilleurs entraîneurs de partis politiques».

En Haïti, les activités partisanes de M. Lucas étaient bien connues.  Evans Paul, un leader du mouvement anti-Aristide et maintenant candidat à la présidence, a déclaré que la position de M. Lucas contre les négociations était «un peu trop dure», même pour certains dans l'opposition.

Jean-Max Bellerive, un fonctionnaire de trois administrations haïtiennes, dont M. Aristide, a ajouté: "Il a dit qu'il y avait un gros plan pour Haïti qui venait de Washington, qu'Aristide ne finirait pas son mandat."  Quant à l'ambassadeur, M. Bellerive a déclaré: «il m'a dit que Curran n'avait aucune importance, qu'il ne cadrait pas dans la grande image.

Micha Gaillard, un ancien porte-parole de la principale coalition anti-Aristide, la Convergence Démocratique, a déclaré que M. Lucas était allé jusqu'à agir comme son représentant à Washington.

Avec l'approbation de Washington, M. Lucas a utilisé l'argent des contribuables pour faire voyager des centaines de membres de l'opposition - mais personne du parti Lavalas de M. Aristide - à un hôtel en République dominicaine pour une formation politique commencée fin 2002. Deux dirigeants des forces armées de La rébellion a déclaré au Times qu'ils étaient dans le même hôtel lors de certaines de ces réunions, mais n'y étaient pas allés.


L'IRI a déclaré que les sessions avaient eu lieu en dehors d'Haïti parce que Lavalas avait physiquement menacé son personnel, y compris M. Lucas.  Mais un autre groupe américain de construction de la démocratie, le National Democratic Institute, a déclaré qu'il était capable de travailler avec succès avec le parti de M. Aristide en Haïti.

M. Curran a quitté Haïti en août 2003 pour une nouvelle affectation, et à l'automne, les opposants politiques de M. Aristide ont décidé qu'il était inutile de négocier.  Pourtant, il y avait un dernier espoir.  M. Einaudi a persuadé certains dirigeants de l'opposition de rencontrer M. Aristide au domicile du nouvel ambassadeur américain, James B. Foley.  Mais alors que le président était prêt à abandonner une grande partie de son pouvoir, a déclaré M. Einaudi, les responsables américains "ont retiré le tapis", annulant brusquement la réunion sans le consulter.

Plusieurs mois plus tard, les rebelles ont marché sur Port-au-Prince et M. Aristide a quitté Haïti sur un avion fourni par le gouvernement américain.  Depuis lors, Haïti est devenu encore plus chaotique, a déclaré Marc L. Bazin, un homme d'État chevronné de la politique haïtienne.

"J'étais méfiant que ce ne serait pas bon", a déclaré M. Bazin.  "Mais c'est mauvais - non."

M. Einaudi a ajouté: «La construction de la démocratie en Haïti va prendre beaucoup de temps.

Une voix pour les pauvres

Après deux siècles d'occupants étrangers, de dictateurs, de généraux, de président autoproclamé pour la vie et de renversement de plus de 30 gouvernements, les Haïtiens ont finalement eu la chance en 1990 d'élire le chef qu'ils voulaient.  Le peuple a choisi M. Aristide, un prêtre qui avait été expulsé de son ordre catholique romain pour ses oraisons ardentes de théologie de libération.

"Il épousait le changement en Haïti, le changement populiste fondamental", a déclaré Robert Maguire, un universitaire haïtien qui a critiqué la politique américaine comme insuffisamment concernée par les pauvres d'Haïti.  "Tout de suite, il était considéré comme une menace par des forces très puissantes en Haïti."

Le président Aristide a promis non seulement de donner la parole aux pauvres du pays le plus pauvre de l'hémisphère occidental, mais aussi d'augmenter le salaire minimum et de forcer les entreprises à payer des impôts.  Il a rassemblé ses partisans avec des attaques acharnées contre les États-Unis, un partisan tacite des dictatures passées et une influence majeure dans les affaires haïtiennes depuis que les Marines ont occupé le pays de 1915 à 1934.

"Il n'allait pas être redevable aux Etats-Unis, et donc il allait avoir des problèmes", a déclaré le sénateur Christopher J. Dodd du Connecticut, un critique démocrate de la politique de l'administration Bush sur l'Amérique latine.  "Nous avions des intérêts et des liens avec certains des intérêts financiers très forts dans le pays, et Aristide les menaçait."  Ces intérêts, principalement dans les secteurs du textile et de l'assemblage électronique, ont vendu bon nombre de leurs produits aux États-Unis.

Lorsque l'armée haïtienne, avec le soutien de l'élite des affaires, a renversé M. Aristide après seulement huit mois de mandat, l'administration de George HW Bush a critiqué la perte de la première démocratie haïtienne, mais n'est pas intervenue militairement.

Raymond A. Joseph, ambassadeur actuel du gouvernement intérimaire aux États-Unis, se souvient d'un discours prononcé par M. Aristide en septembre 1991. «C'est le discours qui a déclenché le coup d'État contre lui, a déclaré M. Joseph. il a dit: «Quand vous sentirez la chaleur sous vos pieds, tournez les yeux vers les montagnes où se trouvent les riches, ils sont responsables de vous, allez leur donner ce qu'ils méritent.  "

Après le coup d'État est venu la répression.  Au cours des deux premières années, la garde côtière des États-Unis a intercepté 41 000 Haïtiens en mer.  Pressé par le Caucus noir du Congrès, le président Bill Clinton a envoyé des troupes pour aider à rétablir M. Aristide au pouvoir en 1994.

M. Aristide a rapidement dissous l'institution la plus puissante du pays - l'armée.  Cela n'aidait pas que M. Aristide - et d'ailleurs Haïti - ait peu d'expérience des concessions de la démocratie.

"Il n'a pas été formé pour être un politicien, il a été formé pour être un prêtre", a déclaré M. Einaudi.  "Alors quand il s'est beaucoup impliqué dans la politique, il ne savait pas grand-chose sur les jeux auxquels les politiciens jouent."

M. Aristide est revenu avec seulement une année de mandat, et parce que la Constitution haïtienne lui interdisait des mandats consécutifs, son allié René Préval a été élu.

Mais la communauté internationale estimait que M. Aristide restait un véritable pouvoir et qu'il était devenu frustré par les lacunes du gouvernement.  Cette frustration s'est accumulée lors des élections législatives de 2000. Le parti de M. Aristide a remporté 18 des 19 courses sénatoriales, bien que des observateurs internationaux aient déclaré que des tours de piste étaient nécessaires dans 8 d'entre eux parce que personne n'avait obtenu une nette majorité.  Les opposants à Lavalas, en colère, ont à leur tour boycotté les élections présidentielles en novembre;  M. Aristide a remporté une victoire écrasante.

Les tensions ont encore augmenté alors que les prêteurs internationaux ont refusé l'aide du gouvernement Aristide.  «Nous ne pouvions livrer aucun bien, aucun service à la population», a déclaré Leslie Voltaire, ancien ministre de M. Aristide.

Même M. Bazin, un ancien responsable de la Banque mondiale qui s'est présenté contre M. Aristide en 1990, a critiqué la coupure.  "Plus vous êtes pauvre, moins vous êtes démocratique", a-t-il déclaré.

En effet, la combinaison d'une opposition plus forte, d'un gouvernement plus faible et d'une tentative de coup d'Etat a poussé M. Aristide plus profondément dans les bras de ses plus fervents partisans dans les bidonvilles.  "Les gangs urbains ont reçu de l'argent, du soutien logistique et des armes de la police nationale parce que le gouvernement les considérait comme un rempart contre un coup", a déclaré dans un rapport de 2005 l'International Crisis Group, une organisation de résolution des conflits. .

Lorsque certains partisans d'Aristide se sont livrés à des actes criminels, y compris des meurtres et du trafic de drogue, le président était souvent réticent ou incapable de les arrêter.  Cela a érodé son soutien populaire.

Un simple différend sur une poignée de sièges au Sénat s'est transformé en une confrontation sur la légitimité même de la présidence de M. Aristide.

C'est au cours de ces mois que deux ingrédients ont été ajoutés au ragoût haïtien: un nouvel ambassadeur américain, Brian Dean Curran, est arrivé à Port-au-Prince et une administration républicaine a été inaugurée à Washington.

Une mission d'ambassadeur

M. Curran a commencé sa mission début 2001. Pour mieux comprendre le pays, il s'est fait un devoir d'apprendre le créole, la langue des pauvres, même si les diplomates et l'élite dirigeante conversaient en français.

"Il était incroyable à regarder", a déclaré un ancien responsable du gouvernement.  "Il allait marcher dans une salle de classe avec des enfants haïtiens et prendre la relève de l'enseignant."

M. Curran a dit qu'il voulait croire en M. Aristide, mais a lentement perdu ses illusions.  "J'ai eu de nombreuses conversations avec lui sur la police, sur les violations des droits de l'homme", a déclaré M. Curran.  "Et à la fin, il m'a déçu."

Même ainsi, M. Curran a dit, sa mission était claire.  "La promotion de la démocratie était au cœur de ce que je faisais en Haïti", a-t-il déclaré.  Il était clair aussi comment s'y prendre: appuyer le droit de M. Aristide à son poste tout en travaillant à favoriser un compromis.  "C'était la politique officiellement déclarée", a déclaré M. Curran.  "Ce sont mes instructions."

M. Curran était censé avoir l'aide de l'IRI, qui était active en Haïti depuis 1990. Avec le National Democratic Institute, l'IRI a été créée au début des années 1980 après que le président Ronald Reagan a appelé les Américains à combattre le totalitarisme.

Son conseil d'administration comprend des poids lourds républicains de politique étrangère et des lobbyistes, et son président est le sénateur John McCain, le républicain de l'Arizona, qui n'a pas répondu aux demandes d'interview.  Le financement du groupe provient de l'Agence pour le développement international, ainsi que du Département d'État, des fondations et des sociétés comme Halliburton et Chevron.

Plus que son groupe frère, l'Institut républicain international a tendance à travailler dans des pays «qu'il considère comme stratégiquement importants pour les intérêts de la politique étrangère des États-Unis», selon un rapport publié en 1999 par l'agence de développement international.

Les affiliations républicaines de l'IRI ne sont pas passées inaperçues dans les rues de Port-au-Prince.  Des graffitis condamnant l'IRI ont été montrés depuis quelque temps, le travail des partisans d'Aristide.  "Je pense qu'ils se sont méfiés de l'IRI en tant qu'organisation parce qu'ils étaient affiliés au Parti républicain, et Lavalas a juste senti que le Parti républicain cherchait à les obtenir", a déclaré David Adams, ancien directeur de la mission de l'AID en Haïti.

Et il y avait une raison de plus, il a dit: Stanley Lucas, le chef de l'IRI en Haïti.

M. Lucas, qui a déclaré avoir grandi aux États-Unis et en Haïti et travailler comme fonctionnaire haïtien à temps partiel, venait d'une famille propriétaire de terres.  Ce contexte, avec sa politique, "envoie un message très provocateur, je pense, à ceux qui soutiennent Aristide", a déclaré M. Maguire, qui dirige le programme des affaires internationales à l'Université Trinity à Washington.  M. Lucas a rejoint l'IRI en 1993 et ​​a repris son programme en Haïti cinq ans plus tard.

Avec sa beauté, sa sociabilité et sa maîtrise du créole, du français et de l'anglais, il se déplaçait facilement entre Port-au-Prince et Capitol Hill.  "Il est le Denzel Washington d'Haïti", a déclaré un responsable de l'AID.  Qu'il était un champion de karaté n'a fait qu'ajouter à son aura.

Le message anti-Aristide avait une monnaie autour de Washington.  M. Einaudi, le diplomate chevronné, s'est rappelé avoir assisté au dîner de collecte de fonds de l'IRI en 2001 et être entouré d'une demi-douzaine d'hommes d'affaires haïtiens qui criaient: «Nous étions stupides de penser que nous pouvions faire n'importe quoi avec Aristide. négocier avec lui, qu'il fallait se débarrasser de lui.

Un an plus tard, l'IRI a fait sensation en publiant un communiqué de presse saluant la tentative de renversement de Hugo Chávez, le président élu du Venezuela et un populiste affronté, qui, comme M. Aristide, était perçu comme une menace par certains à Washington.  L'institut a depuis lors déclaré au Times que louer le coup d'Etat tenté était une erreur.

M. Lucas avait été au Venezuela sept fois pour l'IRI, mais il n'était pas là au moment du coup d'État.  Au lieu de cela, il se concentrait sur Haïti, où son travail créait une autre émotion pour l'institut.

Pas de négociation, pas de compromis

Au début de 2002, M. Curran a dit qu'il avait commencé à recevoir des rapports troublants au sujet de M. Lucas.  Comme il a exhorté l'opposition en Haïti "à faire preuve de flexibilité", a déclaré l'ambassadeur, M. Lucas envoyait les instructions opposées: "Accrochez-vous, ne faites pas de compromis, au final, nous nous débarrasserons d'Aristide."

Alors que son inquiétude montait, M. Curran a demandé que M. Lucas soit retiré du programme de l'IRI en Haïti.  L'institut a résisté.

M. Fauriol, vice-président principal de l'institut, a déclaré que M. Curran n'avait pas été informé de M. Lucas.  "Des détails que nous n'avons jamais reçus", a-t-il dit, ajoutant que les critiques de M. Lucas ne le connaissaient probablement pas très bien.

"Nous n'avons aucune question sur la qualité de son travail", a déclaré M. Fauriol.  «Il y a quelque chose d'une industrie artisanale qui se construit autour de ce qu'il a fait ou n'a pas fait, de perceptions, de rumeurs, de chuchotements, et qui a en quelque sorte créé un profil d'individu qui est, disons, grandement exagéré. simplement pas vrai. "

M. Curran a rétorqué qu'il avait amplement été témoin du comportement de M. Lucas.  Et les dirigeants de l'opposition ont déclaré dans des interviews que M. Lucas s'était activement opposé à un règlement politique.

"M. Lucas était d'avis que la négociation serait une mauvaise idée, j'étais d'avis que nous aurions dû négocier pour montrer notre bonne foi", a déclaré M. Paul, un ancien maire de Port-au-Prince, qui a néanmoins félicité M. Le soutien de Lucas à l'opposition contre M. Aristide.

M. Gaillard, l'ancien porte-parole de la Convergence démocratique, la principale coalition anti-Aristide, a déclaré qu'il n'aimait pas non plus que M. Lucas agisse en tant que représentant de l'opposition haïtienne à Washington.  "Cela nous a vraiment perturbés, parce que nous ne savions pas exactement ce qu'il disait", a-t-il dit.

M. Bazin a ajouté que M. Lucas "était prêt à agir de manière agressive pour faire sortir Aristide du pouvoir".

M. Einaudi a déclaré avoir trouvé le rôle de M. Lucas dérangeant.

"Stanley Lucas est un homme très brillant, un homme très capable", a-t-il dit.  Mais, a-t-il dit, "je pensais que c'était une erreur de la façon dont Dean Curran a fait, je pense, qu'il devrait devenir le responsable des politiques et des activités de l'IRI".

Au bureau de l'AID à Port-au-Prince, le directeur de l'agence, M. Adams, a déclaré qu'il trouvait M. Lucas difficile à traiter.

"Quand Stanley vous dit quelque chose, il est difficile de savoir exactement quel est le noyau de la vérité", a déclaré M. Adams.

Avec l'IRI derrière M. Lucas, M. Curran s'est plaint à ses supérieurs à Washington - par des câbles, des courriels et, at-il dit, lors de réunions.

Dans un télégramme de juillet 2002, il écrit: "Je continue d'avoir de sérieuses réserves quant à la participation d'un individu dont le comportement discutable pourrait porter préjudice aux intérêts américains." Le directeur de l'USAID partage mes préoccupations. "

M. Curran a également averti que la participation continue de M. Lucas «conduira, au mieux, à la confusion quant aux objectifs politiques américains, qui continuent à éviter les actes inconstitutionnels et favorisent les négociations et, au pire, contribuent à la déstabilisation politique en Haïti».

L'ancien retour des décideurs

M. Curran a envoyé ses câbles à l'équipe politique latino-américaine de l'administration Bush, selon les archives.  En plus de M. Reich, alors secrétaire d'État adjoint pour les affaires latino-américaines, ce groupe comprenait Elliott L. Abrams, un assistant spécial du président et directeur principal pour la démocratie et les droits de l'homme, et Daniel W. Fisk, un adjoint à M. Reich.

Ces hommes étaient des combattants vétérans contre la propagation de l'idéologie politique de gauche en Amérique latine, à commencer par Fidel Castro et Cuba.  L'ancien patron de M. Fisk, Jesse Helms, alors sénateur républicain de Caroline du Nord, avait un jour qualifié M. Aristide de «psychopathe», d'après un rapport de la CIA sur son état mental qui s'est avéré faux.

Dans les années 1980, M. Reich et M. Abrams avaient été pris au piège dans les enquêtes sur les activités de l'administration Reagan s'opposant au gouvernement socialiste du Nicaragua.  Le contrôleur général a déterminé en 1987 qu'un bureau de diplomatie publique dirigé par M. Reich, né à Cuba, s'était «engagé dans des activités de propagande secrètes interdites».  En 1991, M. Abrams a plaidé coupable à la rétention d'informations du Congrès dans le cadre de l'affaire Iran-contra.  Il a été gracié par le premier président Bush.

Maintenant, avec l'avènement de la deuxième administration Bush, M. Reich, M. Abrams et leurs collègues étaient de retour au pouvoir.  Selon eux, l'ère Clinton avait été mauvaise pour les intérêts des États-Unis en Amérique latine.

"Les Etats-Unis ont gaspillé une bonne part de leur crédibilité en soutenant Aristide pendant les années Clinton", a déclaré Roger F. Noriega, un ancien haut responsable des Helms qui a remplacé M. Reich au Département d'Etat en 2003. "Nous avons essentiellement tenu son manteau tout en bourrant des millions de dollars alors qu'il terrorisait l'opposition. "

Au moment des plaintes de M. Curran, le président actuel de l'IRI, M. Craner, dirigeait le programme de démocratie et de droits de l'homme du département d'État.  Il a remis en question les accusations portées par M. Curran, qui porte son deuxième prénom, Dean.

"Je suis curieux de savoir pourquoi Dean a une opinion très différente de Stanley de ses patrons", a déclaré M. Craner.  Il a ajouté que ni M. Noriega ni M. Reich n'étaient venus à lui ou à l'institut pour se plaindre, et il a exhorté le Times à les appeler.

M. Noriega a déclaré que M. Curran n'avait pas travaillé pour lui, mais a indiqué qu'il n'avait vu aucune preuve d'inconduite de la part de l'IRI. M. Reich était plus précis au sujet de M. Curran.

"Il n'a jamais exprimé de problèmes avec Stanley Lucas à moi, et j'étais son patron", a déclaré M. Reich.  Quand on lui a demandé pourquoi son nom apparaissait sur les câbles comme ayant reçu les plaintes de M. Curran, et pourquoi les câbles de M. Curran en ont discuté avec lui, M. Reich a répondu: "Je n'ai aucun souvenir de cela. Je n'ai aucun souvenir de cela. "

M. Reich a dit qu'il ne pouvait pas comprendre pourquoi M. Curran se concentrerait sur «un certain bureaucrate de bas niveau» à l'IRI plutôt que sur l'inconduite de M. Aristide.  Cela, a-t-il affirmé, était la raison pour laquelle les États-Unis s'étaient progressivement écartés de M. Aristide.  "Le crime est que l'administration Clinton l'a soutenu aussi longtemps qu'il l'a fait", a déclaré M. Reich.

M. Curran a dit que c'était "un mensonge patent" qu'il ne s'était jamais plaint à M. Reich.

Les dossiers montrent qu'à l'été 2002, M. Curran a cherché à mieux contrôler l'IRI avant de signer un programme politiquement délicat que M. Lucas avait organisé en République dominicaine pour enseigner à l'opposition l'art de faire campagne.

Les fonctionnaires de Washington se sont opposés à la demande de M. Curran.  Selon un message électronique de M. Adams de l'AID, il y avait non seulement des pressions du Congrès, mais "il y avait aussi des hauts fonctionnaires de l'Etat / NSC qui étaient également favorables à la position de l'IRI".

M. Curran a obtenu plusieurs concessions suggérées par M. Reich, notamment que M. Lucas ne pourrait pas participer au programme pendant 120 jours et serait renvoyé du programme de l'IRI en Haïti s'il se comportait mal, selon les dossiers.  Malgré tout, M. Curran pensait que la subvention était une mauvaise idée si M. Lucas restait impliqué.

La formation à côté

Haïti entretient une relation tendue depuis longtemps avec la République dominicaine, son voisin le plus riche de l'île d'Hispaniola.  Les Haïtiens qui y travaillent sont souvent maltraités, disent les groupes de défense des droits humains, et le pays a été un refuge pour les personnes accusées d'avoir tenté de renverser les gouvernements haïtiens.


Inscription à la newsletter
Continuez à lire l'histoire principale
Le bulletin d'interprétation

Comprendre le monde avec un aperçu pointu et des commentaires sur les grandes histoires de nouvelles de la semaine.




S'inscrire


En décembre 2002, l'IRI a commencé à y former des partis politiques haïtiens, à l'hôtel Santo Domingo, appartenant à la famille Fanjul, qui a fui Cuba sous la direction de M. Castro et gère désormais une gigantesque affaire de canne à sucre.

La formation était inhabituelle pour plus que son emplacement: seuls les adversaires de M. Aristide, non membres de son parti, étaient invités.

Les responsables de l'Institut ont dit que c'était parce que les partis d'opposition étaient moins puissants et avaient besoin de plus d'aide.  L'objectif, a déclaré M. Fauriol, "était d'élargir, si vous voulez, la capacité des différents acteurs à participer au processus politique".

Ils ont également déclaré qu'ils n'étaient pas tenus de travailler avec Lavalas parce que ses membres toléraient la violence et que les travailleurs de l'institut étaient menacés, ce qui explique pourquoi les réunions ont eu lieu à l'extérieur d'Haïti.  Et ils ont souligné qu'aucun fonctionnaire américain ne s'était opposé à l'exclusion de Lavalas.

Il y avait peut-être une douzaine de sessions, réparties sur une année, a déclaré l'institut.  Des centaines de membres de l'opposition sont venus.

"Les programmes de formation étaient vraiment des programmes de partis politiques ordinaires", a déclaré M. Fauriol.  Pour l'ambassadeur dominicain qui a délivré les visas de voyage en Haïti, cependant, les réunions "ont clairement indiqué une confrontation, pas un dialogue."

"Pour l'opposition, il était intéressant de savoir que le gouvernement américain, ou les gens du gouvernement américain, ont soutenu et validé sa politique", a déclaré l'ancien ambassadeur, Alberto Despradel, l'automne dernier à l'hôtel Santo Domingo.

Brian Berry a participé à la campagne primaire de George W. Bush en 1994 pour le compte du gouverneur du Texas.

M. Berry avait un intérêt dans les Caraïbes.  Il a dit qu'il avait un petit sac de sable de la baie des Cochons;  il a dit qu'il avait hâte de le retourner à "une plage libre de Cuba" quand M. Castro était parti.  M. Berry a dit qu'il s'est porté volontaire pour l'IRI, pour faire avancer la cause de la démocratie.

M. Bazin, un opposant modéré d'Aristide, a envoyé des représentants à l'hôtel Santo Domingo.  Ils sont repartis en croyant qu'il se passait plus de choses que de la formation politique de routine.

"Le rapport que j'ai reçu de mes gens était qu'il y avait deux réunions - des réunions ouvertes où la démocratie serait discutée et des réunions fermées où d'autres choses seraient discutées, et nous ne sommes pas invités aux autres réunions", a déclaré M. Bazin, qui est maintenant candidat à la présidence en tant que candidat d'une faction de Lavalas.

M. Bazin a dit que les personnes qui avaient assisté aux réunions à huis clos lui ont dit qu'il y avait des choses que vous ne savez pas, que M. Aristide serait finalement renverse et qu'il devrait cesser d'appeler au compromis.


Après, il a dit, il a parlé avec M. Curran.  "Je lui ai demandé:" Combien de politiques ont-ils aux Etats-Unis? "  "M. Bazin a dit.

M. Lucas a déclaré que les commentaires de M. Bazin devraient être considérés à la lumière de son alliance avec certains anciens partisans d'Aristide.  Et M. Fauriol a nié que des réunions secrètes aient eu lieu.  En outre, l'inspecteur général de l'AID a déclaré dans un rapport de 2004 que les sessions de formation n'ont pas enfreint la réglementation gouvernementale.

Mais en assistant à la première session de formation, M. Lucas a violé son interdiction de 120 jours.

M. Curran a envoyé un message brûlant à Washington.  "L'IRI nous a mis sur une trajectoire de collision aujourd'hui", a-t-il écrit, ajoutant: "Je crains que cet épisode ne remette en question la bonne foi de l'IRI en promettant de contrôler les activités antisémites de Stanley."

Il a demandé que le programme de l'institut soit annulé ou que M. Lucas soit congédié.  Ni est arrivé.

M. Fauriol s'est excusé, attribuant la violation à une simple incompréhension du début de la période d'exclusion.  En outre, un fonctionnaire américain a déclaré que M. Lucas n'avait joué qu'un rôle mineur dans les réunions.

Cependant, pour M. Curran, toute implication était un problème.  "Comment pouvons-nous contrôler ce qui est dit dans les conversations privées?"  il a écrit à Washington, «Ou ce qui est transmis par des clins d'œil et des hochements de tête?

Il s'est avéré qu'il y avait une autre affaire, que les responsables fédéraux ignoraient apparemment: deux dirigeants des rebelles armés ont dit au Times qu'ils passaient du temps à l'hôtel Santo Domingo alors que la formation était en cours.

Guy Philippe, un ancien commandant de police qui avait fui Haïti après deux tentatives de coup d'Etat avortées, a déclaré dans une interview qu'il avait vu M. Lucas à l'hôtel.


"Je vivais à l'hôtel, je dormais à l'hôtel", a déclaré M. Philippe.  "Donc je l'ai vu avec ses amis et ces gars de l'opposition, mais nous n'avons pas parlé de politique."  Il a dit qu'il n'avait assisté à aucune réunion de l'IRI.

Paul Arcelin, architecte de la rébellion, a lui aussi déclaré avoir vu M. Lucas à l'hôtel pendant les entraînements.  Dans une interview à l'automne dernier, M. Arcelin a déclaré: «J'avais l'habitude de rencontrer Stanley Lucas ici, dans cet hôtel, seul, assis à parler de l'avenir d'Haïti.  Mais il a dit qu'ils n'avaient pas discuté de renverser M. Aristide.

M. Lucas a dit que M. Arcelin s'est présenté à une réunion de l'IRI et qu'on lui a dit de partir.  Il a également contesté le compte de M. Philippe.

Plusieurs militants de l'opposition ont déclaré qu'ils ne voulaient rien avoir à faire avec les rebelles armés.  "La participation à nos séminaires provenait d'une liste très restreinte de personnes", a déclaré M. Fauriol.

Les séminaires étaient toujours en cours en septembre 2003 lorsque l'administration Bush a envoyé un nouvel ambassadeur en Haïti.  M. Curran voulait rester plus longtemps, a dit M. Reich.  Mais il a dit que M. Curran a été remplacé parce que "nous ne pensions pas que l'ambassadeur menait la nouvelle politique comme nous le voulions."

M. Powell a contesté que, en disant qu'il a rappelé que M. Curran n'a pas été retiré en raison d'un changement de politique, mais dans le cadre d'une rotation normale.

Avant de partir, M. Curran a rencontré des chefs d'entreprise haïtiens. « Il a fait un discours remarquable », M. Bazin a dit, rappelant que M. Curran les exhorta non seulement pour faire des choses « qui ne sont pas acceptables, y compris le traitement avec des trafiquants de drogue », mais aussi pour écouter les gens qui ne fit semblant de représenter United la politique des États.

M. Curran a appelé les « Chimères de Washington » - en invoquant un mot couramment utilisé pour désigner les membres de gangs fidèles à M. Aristide.

"The Haitians, in their marvelous language, which is so full of allusions and metaphor, have created this term for these people -- the chimères, the ghosts," Mr. Curran explained. "Because they're there and they do things and they terrify you. And then they fade away."

The fall of 2003 was a perilous time for Haiti. In the north, the police fought gun battles with a gang called the Cannibal Army. In the capital, gangs professing loyalty to the Aristide government attacked journalists and protesting university students. Across the Dominican border, the rebels waited for the right moment to attack.

Over four years, Mr. Einaudi, a former acting secretary general of the Organization of American States, had made some 30 trips to Haiti trying to prevent such a moment. Yet he had failed. Mr. Aristide was finally willing to share power, Mr. Einaudi said, but the opposition, emboldened, felt no need to deal with him.

With time running out, Mr. Einaudi hit upon a new approach -- one he hoped would take advantage of the arrival of the new American ambassador, Mr. Foley. Mr. Einaudi invited Mr. Aristide and his opponents to meet at the ambassador's home -- a clear signal that the United States wanted negotiations, not regime change.

When members of both sides agreed to come, there was a glimmer of hope, Mr. Einaudi said.

Terence A. Todman, a retired American diplomat who also worked in Haiti for the OAS, said: "We knew there would be shouting. But at least they were together."

Then, suddenly, it was over. In a move that stunned Mr. Einaudi, the United States canceled the meeting, killing "what was in fact my last move," he said.

His colleague was more blunt. "That blew it," said Mr. Todman, who like Mr. Einaudi was speaking publicly about the scuttled meeting for the first time. "That was the end of any effort to get them together."

Mr. Noriega, who had replaced Mr. Reich at the State Department, said in an interview that the administration called off the meeting after talking to Aristide opponents. It was "going to be a failure for us and wreck our credibility," he said.

Representative Bill Delahunt, a Massachusetts Democrat who monitored Haitian elections in 2000, had a different reaction when told of the canceled meeting.

"If there was a last opportunity and it wasn't acted upon and we did not pursue it, then that would be a stain upon the United States," he said.

The Rebels' Final Push

Several months later, the rebels crossed into Haiti and began their final push. There were perhaps 200 in all, many of them former soldiers in the army Mr. Aristide had disbanded years before. Leading the final assault were Mr. Philippe and Louis-Jodel Chamblain.

Rights groups have identified Mr. Chamblain as the leader of death squads when the military ran Haiti after Mr. Aristide's first ouster in 1991. He had twice been convicted in absentia -- for his role in a massacre in Gonaïves in 1994 and in connection with the 1993 killing of an Aristide supporter.

As for Mr. Philippe, Mr. Curran said he was suspected of having had ties to drug traffickers before leaving Haiti after a failed coup attempt.

Mr. Philippe, who is now running for president of Haiti, denies any connection to the drug trade, pointing out that he has never been charged with such a crime.

On Feb. 19, 2004, the rebels attacked the jail in Fort-Liberté, near the border. Without the military to defend the country, the government had to rely on the poorly equipped police, its ranks weakened by corruption. Jacques Édouard, the jail supervisor, said he was forced to release 73 prisoners, including convicted murderers.

Some prisoners joined the rebels, while others took over the city, robbing residents and burning homes until the United Nations arrived a month later, said Andrea Loi Valenzuela, a United Nations worker there.

When rebels reached the city of Cap Haitien on Feb. 22, the police chief, Hugues Gabriel, told his 28 officers to flee. "They had machine guns," he said. "We have little handguns with little ammunition."

In Washington, the Bush administration voiced its official policy. "We cannot buy into a proposition that says the elected president must be forced out of office by thugs and those who do not respect law and are bringing terrible violence to the Haitian people," Secretary of State Powell said.

But when Mr. Aristide asked for international troops, he did not get them.

Mr. Powell said he continued to press for a political settlement to keep Mr. Aristide in office. "We were doing everything we could to support his incumbency," he said in a recent interview. Only in the last days, when Port-au-Prince appeared "on the verge of a serious blood bath," he said, did the United States explore other options. "There comes a point when you have to make a judgment as to whether you should continue to support President Aristide or whether it is better to try another route," he said.

Le 29 février - l'anniversaire de M. Philippe - les Etats-Unis a volé le président Aristide à l'exil en Afrique du Sud.

Questions sans réponse

Presque immédiatement, les démocrates du Congrès et la Caricom, l'Association des nations des Caraïbes, a appelé à une enquête indépendante sur l'éviction de M. Aristide et pourquoi les voisins d'Haïti ne sont pas venus à son aide.

« Il ne correspond pas pour le plus grand pays au monde à avoir peur de 200 voyous, mon Dieu », a déclaré le sénateur Barbara Boxer, démocrate de Californie.

Le Département d'Etat a dit qu'il n'y avait rien à enquêter. « Je pense que le rôle des États-Unis était clair, » un porte-parole, Richard A. Boucher, dit à l'époque, ajoutant: « L'accent doit être mis sur aller de l'avant. »

Deux ans plus tard, il n'y a pas eu d'enquête. Caricom refuse de reconnaître le gouvernement intérimaire d'Haïti. Et des questions sur la chute de M. Aristide restent sans réponse.

Parmi eux est ce qui connaissait l'administration Bush au sujet des rebelles, qui ont comploté en République dominicaine, un pays ami aux États-Unis.

Leurs activités il n'y avait pas passé inaperçu par les autorités haïtiennes. Edwin M. Paraison, un ancien diplomate haïtien en République dominicaine, a déclaré que son gouvernement a contacté les autorités trois fois pour exprimer son inquiétude « au sujet des actions subversives qui étaient prévues sur le territoire dominicain. » Mais, at-il dit, peu a été fait.

Les responsables américains ont dit qu'ils ne prenaient pas les rebelles terriblement au sérieux. « Notre sens est qu'ils ne sont pas une grande force, pas une force bien formée, et en aucune façon une menace pour la stabilité puis en Haïti », a déclaré M. Foley, l'ambassadeur américain à l'époque. « Maintenant que se sont révélés être autrement. »

M. Despradel, l'ancien ambassadeur dominicain, dit que les autorités américaines avaient dû savoir ce que les rebelles faisaient.

« Compte tenu de l'intelligence aux États-Unis a mis en place dans les Caraïbes et leur technologie de pointe qui leur permet d'entendre un moustique dans l'espace - Je pense que Guy Philippe est plus grand que cela », at-il dit.

Lors d'une audience du Sénat en 2004, M. Noriega a été demandé s'il connaissait des liens entre M. Philippe et l'IRI - en particulier M. Lucas - au cours des réunions de formation en République Dominicaine. Il a dit qu'il ne l'a pas.

« Si tel était le cas, nous aurions certainement arrêter », M. Noriega a dit. « Nous savions que Guy Philippe qui était et qu'il avait un casier judiciaire. »

L'inspecteur général de l'AID a également dit que, sur la base d'entretiens avec des responsables américains et un examen des dossiers fédéraux, il n'a trouvé aucune preuve de contacts entre les hommes au cours de l'année ou si les séances ont lieu, un point de vue repris par M. Fauriol. «S'ils se sont produits, ils auraient été contre tout sens de la responsabilité de l'IRI et les directives de nous », at-il dit. « Je ne pense pas que ces réunions ont eu lieu. »

Et dans sa réponse e-mail, M. Lucas lui-même dit: « Pour être clair, je ne sais pas Guy Philippe. » Il a ajouté qu'il aurait pu se réunir une fois lui dans les années 1990, lorsque M. Philippe était un commandant de la police à Port-au-Prince.

M. Philippe raconte une autre histoire. Dans des entretiens avec le temps, il a appelé M. Lucas « un bon ami » qu'il a connu une grande partie de sa vie. « Il avait l'habitude d'être mon professeur dans Ping-pong, » M. Philippe dit.

Non seulement at-il dit qu'il a vu M. Lucas lors de la formation à l'Hôtel Santo Domingo; il a dit qu'il a rencontré une ou deux fois en 2000 ou 2001, alors en exil en Equateur. « Il travaillait pour l'IRI, » M. Philippe dit. « Ce ne fut pas une réunion prévue. » Ils ne parlaient pas la politique, at-il dit, ajoutant: « Il est comme quelqu'un que je connaissais quand j'étais jeune. »

M. Voltaire, l'ancien ministre de l'administration Aristide, a rappelé avoir rencontré M. Lucas lors d'une réception diplomatique à Lima, au Pérou, en Septembre 2001. Il a dit M. Lucas lui a dit qu'il se dirigeait vers l'Equateur pour rencontrer un petit groupe d'anciens des policiers haïtiens qui avaient formé là-bas. M. Philippe était connu pour appartenir à ce groupe.

M. Craner, le président IRI, a déclaré M. Lucas aurait été dans un bar en Equateur, lorsque M. Philippe était présent, bien que M. Lucas ne pouvait pas être sûr. M. Lucas a dit: « Nous avons creusé profondément dans des scénarios où Philippe Guy était potentiellement présent dans la salle, même si je ne pouvais pas le confirmer. » Il a reconnu être au Pérou au cours de la période citée par M. Voltaire.

Espoirs pour le calme Dashing

Un jour dernier Août, Premier ministre par intérim d'Haïti, Gérard Latortue, a invité un journaliste du Times dans une réunion du cabinet privé. Avec ses ministres assis autour d'une longue table en bois, M. Latortue a dit qu'il voulait délivrer un message personnel: Haïti était sûr à visiter maintenant.

« Je voudrais vraiment que les gens savent maintenant qu'il ya une amélioration », a déclaré le premier ministre, un ancien homme d'affaires de la Floride et fonctionnaire des Nations Unies. « Allez où vous voulez aller et après, signalez ce que vous avez vu - quoi que ce soit. » Et il a ajouté: « Nous vivons dans des temps très exceptionnels. »

Quelques jours plus tard, dans un quartier de Port-au-Prince, des policiers anti-émeute en uniforme a balayé une foule lors d'un match de football, singulariser les gens à tuer - avec des fusils et des machettes - en dehors du stade. Impossible de quitter, les gens hurlaient et blottis sur le terrain. On estime que 10 personnes ont été tuées lors de l'événement, qui avait été financé par les Etats-Unis pour promouvoir la paix dans la région.

Les choses se sont détériorées à partir de là seulement. Les gangs de kidnapping avides d'argent de la rançon ont mené une guerre en expansion sur la capitale. Il y a quelques mois, le chef de la police haïtienne, Mario Andrésol, a déclaré un quart de ses forces était corrompu ou lié aux kidnappeurs. Assassinats, la violence de la foule, la torture et les arrestations arbitraires ont créé un problème de droits de l'homme « catastrophique », un haut fonctionnaire des Nations Unies a déclaré en Octobre.

Après que M. Aristide a quitté, les expressions d'espoir pour une Haïti plus stable, pacifique est venu de chefs d'entreprise haïtiens et des représentants d'autres pays, dont les États-Unis. « L'administration Bush croit que si nous faisons tous notre part et de le faire droit, Haïti aura la démocratie qu'elle mérite, » M. Noriega a dit l'American Enterprise Institute en Avril 2004.

Ces espoirs sont tombés à court à presque chaque tour, et pour des raisons qui vont au-delà de la pauvreté désespérée d'Haïti. Le gouvernement intérimaire est largement considéré comme politisé et inepte. Les forces de sécurité locales et internationales sont undermanned et surclassées par la prolifération des armes et des drogues. Les Etats-Unis, qui a envoyé des troupes pour aider à stabiliser le pays immédiatement après l'éviction de M. Aristide, les a sorti quelques mois plus tard, même si elles commandent le respect sans précédent en Haïti.

Le gouvernement de M. Latortue, a mis en place comme gardien non élu, tout espoir de élança réconciliation lorsque le premier ministre a fait l'éloge des rebelles comme des « combattants de la liberté. » Ensuite, M. Chamblain, le rebelle condamné deux fois par contumace pour son rôle dans les assassinats politiques, a été acquitté d'un assassiner dans un nouveau procès que les groupes de défense des droits ont appelé une imposture. Son autre condamnation a été rejeté aussi bien.

En même temps, l'ancien Premier ministre, Yvon Neptune, M. Aristide a été emprisonné pendant un an sans frais, ce qui incite un tollé international. Seulement après une grève de la faim l'a laissé près de la mort a fait le gouvernement porter des accusations relativement aux meurtres. Un autre partisan Aristide de premier plan, le révérend Gérard Jean-Juste, a été arrêté à plusieurs reprises; Amnesty International appelle le Père Jean-Juste, qui a la leucémie, "un prisonnier d'opinion."

Pourtant, le gouvernement ne peut pas être Latortue blâmé pour les problèmes immédiats de tous Haïti.

Juan Gabriel Valdés, un Chilien qui dirige la mission des Nations Unies en Haïti, a déclaré que le pays avait besoin de 25 000 à 30 000 policiers, plus de trois fois le nombre actuel. L'aide internationale - 1,08 milliard $ ont été promis - a été lent à arriver dans les bidonvilles, où la violence couve.

« Si Haïti a souligné tout ce qu'il est que la sécurité et le développement doivent aller de pair », a déclaré Caroline Anstey, directeur de l'unité des Caraïbes de la Banque mondiale. « Une meilleure sécurité aurait signifié des résultats plus rapides de développement sur le terrain. Un développement plus rapide aurait contribué à une meilleure sécurité. »

Les Etats-Unis ont joué un rôle réduit depuis que ses troupes ont quitté à la mi-2004. Il a promis 230 millions $ en Haïti de Juillet 2004 à Septembre 2006, une aide a.

Mais Mark L. Schneider, vice-président senior de l'International Crisis Group, a déclaré les Etats-Unis a retiré ses forces trop tôt, tourner le travail sur aux Casques bleus des Nations Unies alors que le pays était encore en proie à des conflits armés.

Le 24 janvier, un porte-parole du département d'Etat, Sean McCormack, a déclaré les forces des Nations Unies « sont en train de faire un bon travail », ajoutant: « Je conteste cette idée que d'une certaine manière aux États-Unis n'a pas été profondément impliqué. »

Pourtant, la violence en Haïti, en particulier les enlèvements, ronge la société.

Un journaliste du Times était avec les troupes des Nations Unies à Bel Air, un bidonville de Port-au-Prince, quand ils ont trouvé et libéré André Boujour, 41 ans, qui a dit qu'il avait été enlevé deux semaines plus tôt et a eu lieu dans un sous-10 10 Abri de -Pied, accessible seulement par un étroit chemin à travers un dédale de cabanes serrées.

M. Boujour a dit qu'il a été enlevé après avoir livré plusieurs milliers de dollars qu'il avait ressuscité des amis et la famille pour libérer sa sœur kidnappée.

« Une tragédie de partisanerie »

Lorsque M. Curran et M. Einaudi sont allés en Haïti, ils ont dit, ils ont cru que travailler avec le gouvernement élu, quelles que soient ses défauts, contribuerait à un jeune mais déjà la démocratie pulvérisation Saisis. Ils ont dit qu'ils croyaient que les gens qui font la politique à Washington partage cet espoir. Ensuite, ils ont dit, ils ont couru en quelque chose de plus grand.

« Haïti est une tragédie, et il est une tragédie de sectarisme et la haine et l'hostilité », M. Einaudi a dit. « Ce sont parmi les Haïtiens et les divisions qu'ils sont divise aussi chez les Américains, parce que Haïti est venu à symboliser aux États-Unis un point de friction entre les démocrates et les républicains qui ne facilitait pas la politique bipartite ou stable ou la communication. »

M. Fauriol dit que l'IRI, aussi, a été frustré par le gouvernement intérimaire. « Nous devons faire face à la réalité et la réalité est assez imparfaite », at-il dit. Cependant, il a écrit au printemps dernier que « les espoirs démocratiques d'Haïti ont été donné une autre chance. » Les activités de l'institut en Haïti ne comprennent plus M. Lucas. Il travaille maintenant pour le programme de l'Afghanistan du groupe.

Tant M. Reich et M. Noriega ont quitté le gouvernement. Avant que M. Noriega a quitté, il dit que l'Amérique « continuera d'être un partisan de la démocratie ferme en Haïti. »

M. Maguire, l'expert en Haïti, est sceptique. « Je ne vois pas que la démocratie américaine est l'exportation », at-il dit. « Je pense qu'il est plus exporter une sorte de peur, que si nous ne faisons pas les choses de la façon dont les intérêts américains et puissants dans notre pays veulent que nous leur faisons, alors peut-être que nous serons aussi consomptible que M. Aristide était. "

M. Curran a quitté le service extérieur et travaille pour l'OTAN. Dans l'analyse finale, M. Einaudi a dit, l'ancien ambassadeur américain était tout simplement pas de match pour le lobby anti-Aristide à Washington.

« La difficulté, » M. Einaudi a dit, « est qu'il a pris une bataille qu'il ne pouvait pas gagner. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15991
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Pradel Henriquez remet en question Radio caraibe   Lun 5 Fév 2018 - 10:54

Si NEG yo pa pran PREKOSYON ,ENTEVANSYON MATELI san le pou pote yo tout ALE.

MATELI ,PRES lan elt...
Pa janm gen yon MOUN ki te CHEFDETA e di sa l VLE ,san PREKOSYON.
ALEX ,MONTRE KI JAN MATELI AP AJI AK ENTELIJANS lan:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pradel Henriquez remet en question Radio caraibe   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pradel Henriquez remet en question Radio caraibe
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pradel Henriquez remet en question Radio caraibe
» J'AI ENTENDU STANLEY LUCAS L'INVITE DU JOUR DE RADIO CARAIBES ! QUELLE HONTE !
» Mme Manigat sur Ramasé, Caraibes FM
» Le débat sur la question du protectorat
» Radio Minustah disponible sur Internet sur "minustah.or

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: