Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 TRUMP ak MOUN ki ap sipote l yo se yon bann DEMEPLE-PAUL KRUGMAN

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15564
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: TRUMP ak MOUN ki ap sipote l yo se yon bann DEMEPLE-PAUL KRUGMAN   Sam 24 Fév 2018 - 7:48

PAUL KRUGMAN se youn lan COLUMNIST ZETWAL NEW YORK TIMES yo.
Misye se yon PRI NOBEL lan EKONOMI.TEYORI misye ke li kontinye ap repete se ke TRUMP ak ZAGRIBAY EKSTREMDWAT li yo ap detwi PEYI
https://nytimes.com/2018/02/22/opinion/guns-nasty-brutish-trump.html



Nasty, Brutish et Trump

Paul Krugman  FÉV.  22, 2018

 Mercredi, après avoir écouté les histoires poignantes de ceux qui ont perdu des enfants et des amis dans le tournage de l'école Parkland - tout en tenant une carte de repère avec des phrases empathiques - Donald Trump a proposé sa réponse: armer les enseignants .

Cela dit quelque chose au sujet de l'état de notre discours national que ce n'était même pas parmi les réactions les plus viles et les plus stupides à l'atrocité.  Non, ces honneurs vont à l'assertion de nombreuses figures conservatrices que les étudiants endeuillés étaient manipulés par des forces sinistres, ou même qu'ils étaient des acteurs payés.

Pourtant, l'idée horrible de Trump, tirée directement du livre de jeu de la NRA, était profondément révélatrice - et la révélation va au-delà des questions de contrôle des armes à feu.  Ce qui se passe actuellement en Amérique n'est pas seulement une guerre de culture.  C'est, de la plupart des droits actuels, une guerre contre le concept même de communauté, d'une société qui utilise l'institution que nous appelons le gouvernement pour offrir certaines protections de base à tous ses membres.

Avant de commencer, permettez-moi de vous rappeler l'évidence: nous savons très bien comment limiter la violence armée, et l'armement des civils ne fait pas partie de la réponse.

Aucune autre nation avancée ne subit de massacres fréquents comme nous le faisons.  Pourquoi?  Parce qu'ils imposent des vérifications des antécédents des propriétaires d'armes à feu, limitent la prévalence des armes en général et interdisent les armes d'assaut qui permettent à un tueur de tirer sur des dizaines de personnes avant qu'il ne puisse être abattu.  Et oui, ces règlements fonctionnent.

Paul Krugman

Macroéconomie, commerce, soins de santé, politique sociale et politique.


Prenons le cas de l'Australie , qui avait l'habitude de subir occasionnellement des massacres d'armes à feu à l'américaine.  Après un exemple particulièrement horrible en 1996, le gouvernement a interdit les armes d'assaut et a racheté ces armes à ceux qui les avaient déjà.  Il n'y a pas eu de massacres depuis.

Pendant ce temps, tous ceux qui imaginent que les amateurs d'emballage de chaleur peuvent compter sur un tueur fou pour sauver tout le monde avec une arme semi-automatique - plutôt que de se tirer dessus ou des tiers dans la confusion - ont vu trop de mauvais films.

Mais comme je l'ai dit, il ne s'agit pas seulement d'armes à feu.  Pour voir pourquoi, considérons le cas même souvent utilisé pour illustrer à quel point nous traitons bizarrement les armes à feu: comment nous traitons la propriété et l'exploitation de la voiture.

C'est vrai qu'il est beaucoup plus difficile d'obtenir un permis de conduire que d'acheter une arme létale, et que nous imposons de nombreuses normes de sécurité sur nos véhicules.  Et les décès liés à la circulation - qui étaient beaucoup plus fréquents que les décès par arme à feu - ont beaucoup diminué au fil du temps .

Pourtant, les décès dus à la circulation pourraient et auraient dû baisser beaucoup plus.  Nous le savons car, comme le souligne mon collègue David Leonhardt , les accidents de la circulation ont beaucoup moins baissé dans d'autres pays avancés, qui ont utilisé des politiques fondées sur des preuves comme des limites de vitesse plus basses et des normes plus sévères.  Vous pensez que les Français sont des conducteurs fous?  Eh bien, ils avaient l'habitude d'être - mais maintenant ils sont significativement plus sûrs dans leurs voitures que nous sommes.

Oh, et il y a beaucoup de variations dans la sécurité automobile entre les États américains, tout comme il y a beaucoup de variation dans la violence armée.  L'Amérique a une « ceinture de mort de voiture » dans le Grand Sud et les Grandes Plaines;  il correspond assez étroitement à la ceinture de la mort par arme à feu définie par les taux de mortalité par arme à feu ajustés selon l' âge .  Il correspond également assez étroitement au vote de Trump - et aussi aux États qui ont refusé d'étendre Medicaid , refusant gratuitement les soins de santé à des millions de leurs citoyens.

Ce que je soutiens, c'est que notre inaction meurtrière sur les armes, mais aussi sur les voitures, reflète le même esprit qui nous fait négliger l'infrastructure et privatiser les prisons, l'esprit qui veut démanteler l'éducation publique et transformer l'assurance-maladie en un système de bons. garantie de soins essentiels.  Pour une raison quelconque, il y a une faction dans notre pays qui voit une action publique pour le bien public, aussi justifiée soit-elle, dans le cadre d'une conspiration visant à détruire notre liberté.

Cette paranoïa frappe à la fois profondément et largement.  Quelqu'un se souvient-il de George Will déclarant que les libéraux aiment les trains, non parce qu'ils ont un sens pour le transport urbain, mais parce qu'ils servent «l'objectif de diminuer l'individualisme des Américains pour les rendre plus accessibles au collectivisme»?  Et cela va de pair avec des fantasmes essentiellement infantiles au sujet de l'action individuelle - le «bon gars avec une arme à feu» - qui prend la place de fonctions aussi fondamentalement publiques que la police.

Quoi qu'il en soit, cette faction politique fait tout ce qui est en son pouvoir pour devenir une société dans laquelle les individus ne peuvent pas compter sur la communauté pour leur garantir les garanties de sécurité les plus élémentaires - sécurité contre les tireurs fou, sécurité contre les conducteurs ivres, sécurité des factures médicales exorbitantes (que tous les autres pays avancés considèrent comme un droit et parviennent effectivement à fournir).
 En bref, vous pourriez penser à notre folie sur les armes comme un aspect de la volonté de nous transformer en ce que Thomas Hobbes a décrit il y a longtemps: une société où les hommes vivent sans autre sécurité que leurs propres forces et leur propre invention. »Et Hobbes nous a dit ce qu'est la vie dans une telle société:« solitaire, pauvre, méchant, brutal et court ».

Ouais, ça ressemble à l'Amérique de Trump.


Une version de cet article a été publiée le 23 février 2018 sur la page A23 de l' édition de New York sous le titre: Nasty, Brutish And Trump. Papier d'aujourd'hui | Souscrire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
TRUMP ak MOUN ki ap sipote l yo se yon bann DEMEPLE-PAUL KRUGMAN
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: