Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Se pou ayisien sispann ale lan peyi saa. Sispann achte byen ak sèvis dominichen.

Aller en bas 
AuteurMessage
Sasaye
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8062
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, Pale Ayisien
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

MessageSujet: Se pou ayisien sispann ale lan peyi saa. Sispann achte byen ak sèvis dominichen.   Mar 13 Mar 2018 - 13:18

Les autorités dominicaines militarisent la frontière, les migrants haïtiens persona non grata

Une vaste opération de déportation est lancée contre les ressortissants haïtiens vivant en République dominicaine. Les autorités dominicaines ont intensifié ces dernières semaines les arrestations et le rapatriement des migrants dans un pays chauffé à blanc contre les Haïtiens.

Des citoyens de la province de Pedernales ont déclaré persona non grata les Haïtiens vivant chez eux, allant jusqu'à accorder 24h aux migrants pour traverser la frontière vers Haïti. Ces tensions coïncident avec la décision du président Danilo Medina de renforcer la présence militaire sur la frontière entre les deux pays.
Publié le 2018-03-12 | Le Nouvelliste

National -
Les images ont été diffusées sur la page twitter du journal dominicain Listin Diario lundi soir. Des ressortissants haïtiens pris à partie, poursuivis à coups de pierre par des ultras dominicains qui les déclarent persona non grata dans la province de Pedernales.
Pire encore, ils disent accorder un ultimatum de 24 h à partir de lundi aux migrants haïtiens pour quitter leur pays.

C’est l’apogée d’une vaste opération de déportation lancée depuis quelques semaines par les autorités dominicaines contre les migrants haïtiens.

« Demain nous invitons chacun à patrouiller son quartier parce que nous allons chasser les Haïtiens de Pedernales », lance au microphone un homme monté à bord d’une voiture suivie d’un cortège de motocyclettes. « Les Haïtiens ont 24 heures pour abandonner Pedernales », martèlent ces Dominicains qui ne veulent plus voir Haïtien dans leur province. Les autorités du pays ont dû déployer des militaires dans la ville afin d’éviter les affrontements entre migrants haïtiens et dominicains.

Il s’agit d’une véritable chasse aux sorcières orchestrée par les plus hautes autorités dominicaines. Les agents de la Direction de l’immigration, aidés des forces armées, patrouillent les rues, la tension monte, a confié au journal un jeune étudiant haïtien vivant à Santiago de los Caballeros, la deuxième ville du pays.

Des Haïtiens sont arrêtés, embarqués express dans les voitures de l’armée pour être déposés dans le point frontalier le plus proche. A cette date, aucune déclaration n’a été faite par les officiels haïtiens tant au niveau du ministère des Affaires étrangères qu'au niveau de l’ambassade d’Haïti à Santo Domingo.

Les illégaux comme les immigrants en règle avec la migration dominicaine sont ciblés dans cette campagne supportée par des nationalistes dominicains. Des ressortissants haïtiens disent vivre la peur au ventre dans cette atmosphère d’hostilité, de xénophobie qui tend à se propager de l’autre côté de la frontiere.

Ces déportations interviennent au même moment que la décision du président Danilo Medina de renforcer la présence militaire le long de la frontière.

L’information fait la une des grands medias voisins, les unités spécialisées de l’armée dominicaine sont envoyées en renfort par centaines sur la frontière.

Plus d’un millier de soldats sont allés renforcer le CESFRONT, l’unité spécialisée dans le contrôle des frontières. D’autres moyens matériels, dont les drones, les hélicoptères, les véhicules tout-terrain sont également mis à la disposition des forces dominicaines pour prendre le contrôle de la ligne frontalière. Des changements sont également opérés au niveau du haut commandement du CESFRONT.


Le président Danilo Medina avait fait l’annonce le 27 février dernier durant la célébration de l’indépendance de son pays. Il faut augmenter la sécurité sur la frontière. Depuis, des dispositions sont prises quotidiennement par les autorités dominicaines en ce sens. D’autres voix s’élèvent dans la société dominicaine pour imposer la force sur la frontière où traverse une grande partie de l’exportation dominicaine vers Haïti.

« Il faut reprendre le contrôle de la frontière », a même titré le journal dominicain Listin Diario.

La République dominicaine demeure la première destination des ressortissants haïtiens. L’office national dominicain de statistique avait recensé 458 233 ressortissants haïtiens vivant en terre voisine en 2013.

Les Haïtiens sont notamment présents dans l’agriculture, le commerce et la construction. Des milliers de jeunes Haïtiens étudient dans les universités dominicaines.


Louis-Joseph Olivier
Auteur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasaye
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8062
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, Pale Ayisien
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

MessageSujet: Re: Se pou ayisien sispann ale lan peyi saa. Sispann achte byen ak sèvis dominichen.   Mar 13 Mar 2018 - 13:33


Annou gade kisa Tètkale pral fè.
Kote tilame rachitik yo fenk kreye an?
Eske yo la pou entimide ayisien sèlman?
Eske yo gen Gnb?

Pyè Sili te konnen li pa tap jwenn ranfò.
Men li te bare wout solda meriken yo kanmenm.

Eske gouvènman saa ap kontinye bay konpayi dominichen kontra pou konstwi wout ke konpayi ayisien kapab fè?

Eske lelit tilolit lan pral kontinye al tenn cheve yo lan salon dominichen ki Petyonvil ak lòt katye boujwa yo?

Eske gason ayisien ap kontinye bay bouzen dominichèn valè sou bouzen ayisièn?
Omwen blan Oxfam yo te pito fanm ayisièn!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasaye
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8062
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, Pale Ayisien
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

MessageSujet: Re: Se pou ayisien sispann ale lan peyi saa. Sispann achte byen ak sèvis dominichen.   Mer 14 Mar 2018 - 11:28


Un citoyen haïtien vivant à Pedernales raconte sa situation


HADSON A. ALBERT CREATED : 13 MARCH 2018

La situation ne s’améliore pas pour les Haïtiens vivant à Pedernales qui sont forcés de quitter la province dominicaine par crainte d’être massacrés par un groupe d’extrémistes dominicains. Nos compatriotes ne sont pas rassurés malgré la mobilisation des forces armées dominicaines pour éviter le pire. Les extrémistes dominicains promettent un bain de sang si les Haïtiens ne laissent pas la ville aujourd’hui.

Delince Cenat, un jeune haïtien qui travaille dans une organisation humanitaire située en République Dominicaine, a renvoyé sa famille en Haïti depuis que les dominicains ont lancé un ultimatum de 24 heures aux Haïtiens. « Sinon ils promettent de nous massacrer », raconte à LoopHaiti le travailleur humanitaire qui explique que les dominicains ont installé des amplificateurs sonores sur une vieille camionnette pour demander aux Haïtiens de déguerpir.

La cause

Le 20 février dernier, les corps de l’agriculteur Julio Reyes Pérez et de son épouse Neiba Féliz Urbáez, ont été retrouvés mutilés à coup de machettes. Le premier était déjà mort tandis que la femme a succombé samedi dernier après avoir passé deux semaines dans le coma. Deux Haïtiens, employés de l’agriculteur, suspectés d’avoir commis ces meurtres sont activement recherchés par la police.

« Julio Reyes Pérez maltraitait ces deux Haïtiens qui n’ont jamais perçu leur salaire. En plus ces derniers, semblent-ils, ont été informés que leur patron planifiait de les assassiner », a fait savoir Delince Cenat à Loop Haïti. Les deux Haïtiens qui sont accusés d’avoir lynché leurs employeurs ont pris la fuite et sont actuellement recherchés par la police.

« Étant donné qu’ils sont introuvables, un groupe de dominicains en colère veulent tirer revanche pour leurs compatriotes et promette d’assassiner tous les Haïtiens s’ils ne laissent pas la province.

La terreur

La situation inquiète les autorités dominicaines qui se mobilisent actuellement pour éviter un massacre. Le maire de Pedernales, Luis Manuel Feliz, a sollicité en urgence l’intervention du président dominicain et du ministre des Affaires étrangères Miguel Vargas. La présence des militaires dominicains a été renforcée au niveau de la frontière.

« Hier des dominicains cagoulés, armés de bâtons et d’armes blanches ont traversé la ville pour passer à tabac les citoyens haïtiens », poursuit Cenat. Deux de ces derniers ont été grièvement blessés et transportés en urgence à l’hôpital. Les Haïtiens, de leur côté, ont établi leur camp à Anse-à-Pitre et attendent de pied ferme n’importe « quel dominicain qui aurait l’intention de traverser la frontière ».

Et les autorités haïtiennes ?

Elles n’ont pas été remarquées. Les agents de l’UDMO qui sont présents à Anse-à-Pitre ne comptent pas s’impliquer dans le conflit. Ils s’occupent seulement des activités douanières précise Delince Cenat qui informe que la police frontalière haïtienne n’a pas été remarquée.

Le maire d’Anse-à-Pitre, Arry Bruno, a rencontré les autorités dominicaines et les a promis d’arrêter les présumés coupables du meurtre des citoyens dominicains.





Selon Delince Cenat les traversées depuis la République Dominicaine se font sans aucun contrôle. Pedernales et Anse-à-Pitres se situent à dix minutes de marche. Les citoyens dominicains et haïtiens ont toujours coopéré pacifiquement, explique M. Cenat. Les autorités dominicaines qui espèrent rétablir un climat de paix ont suspendu toutes les activités de la ville. Les portes des écoles restent fermées finit Delince Senat qui se sent inconfortable dans ces conditions.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Se pou ayisien sispann ale lan peyi saa. Sispann achte byen ak sèvis dominichen.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Se pou ayisien sispann ale lan peyi saa. Sispann achte byen ak sèvis dominichen.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mezanmi se pou ayisyen sispann fè kadejak.
» MANMAN PITIT MARE VANT AK YON LIS KAP SIKILE NAN PEYI DAYITI
» BOBY PEYI A NAN MEN OU! LE CHE AYISYEN ! LE TIGRE EN PAPIER ! JWET LA CHO !
» Pap Benoît XVI mande afriken ak ayisien pou yo sispann vole lougarou
» Kilè san yo va sispann koule ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Monde-
Sauter vers: