Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Le nou kite ARYERE ann AYITI ap ize VODOU kom JOUMAN-men sa k ap fet lan BREZI

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15627
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Le nou kite ARYERE ann AYITI ap ize VODOU kom JOUMAN-men sa k ap fet lan BREZI    Mer 14 Mar 2018 - 10:45

Wi,nou kite ARYERE ann AYITI yo,sitou PWOTESTAN ki ap pratike RELIJYON TROGLODIT SID ETAZINI an;men sa BREZILYEN ki ap ASIME ERITAJ yo ,ap fe.

Nou kite PWOTESTAN yo ,ak  KATOLIK yo ap plede ap di ke RELIJYON ZANSET yo,ki te vini ak li,se relijyon DYAB!!!!
Ki sa ki DYAB lan?
Yon ENVANSYON EWOPEYEN  yo ,pou yo te PESIKITE MOUN ki pa gen menm KWAYANS ak yo.

Sa a se yon ATIK ki te paret lan NEW YORK TIMES ,sa gen 20 AN de sa.

http://nytimes.com/1998/06/14/travel/travel-advisory-correspondent-s-report-bahia-makes-room-for-a-candomble-pantheon.html


AVIS DE VOYAGE: RAPPORT DU CORRESPONDANT;  Bahia fait de la place pour un panthéon Candomble


Par JON PARELES  14 JUIN 1998


Il y a un siècle, la religion d'origine africaine de Candomble était un secret non déclaré à Bahia et sa capitale, Salvador.  Aujourd'hui, l'ancien mystère est une question de fierté publique, et maintenant il a son propre monument
.  Huit statues imposantes d'orixas, les divinités de Candomble, ont été consacrées en avril au Dique do Tororo, un lac au centre du centre-ville de Salvador.

Les statues, par le sculpteur Tatti Moreno, mesurent plus de 22 pieds et pèsent 2 tonnes chacune.  La nuit, ils sont illuminés et semblent flotter au-dessus de l'eau dans un cercle comme s'ils dansaient, autour d'une fontaine éclairée.  Ce sont des monuments du patrimoine africain du Brésil, qui reste le plus fort de l'État de Bahia.

Candomble est le parent brésilien du vaudou en Haïti et santeria dans les Caraïbes hispanophones.  La tradition est une résurgence du Nouveau Monde d'une religion Yoruba qui est arrivée avec des esclaves africains.
 Lorsque Salvador, avec son superbe port naturel, était la capitale du Brésil et le principal centre commercial sous l'empire portugais, le Brésil était le plus grand importateur d'esclaves des Amériques.  Les descendants de ces esclaves font de Bahia l'État avec le pourcentage le plus élevé d'Afro-Brésiliens au Brésil.

Les orixas de Candomble sont vénérés comme des êtres puissants et capricieux, chacun avec sa propre constellation d'attributs.  Ils sont associés aux phénomènes naturels, aux couleurs, aux occupations et aux jours de la semaine.  Dans les cérémonies du Candomble, les tambours et les chants aident les croyants à entrer dans une transe où ils sont pris par l'esprit d'une orixa.  Les rythmes et la tradition du tambour ont filtré dans la musique populaire brésilienne.

Les surveillants coloniaux ont essayé d'éradiquer le candomble, qui a survécu, en partie, en continuant à vénérer les divinités africaines sous l'apparence des saints chrétiens.  La Vierge Marie, par exemple, est assimilée à Iemanja, la déesse de la mer, qui porte aussi le blanc;  le vieux Omolu est assorti à Lazare.


Plus tôt ce siècle, la police a encore attaqué les cérémonies Candomble, et jusqu'en 1976, les célébrants candomble étaient tenus d'obtenir des permis de l'escouade de la police.  Pourtant, aujourd'hui, on estime que Salvador a au moins deux fois plus de maisons Candomble que d'églises et qu'il y a des églises partout.  Dans un pays catholique à 90%, de nombreux fidèles assistent aux cérémonies du Candomble et à la messe catholique.

Les croyants au Candomble ont depuis longtemps désigné le Dique do Tororo comme site sacré pour Oxum, la déesse qui gouverne les lacs.  À un niveau séculaire, le lac a été récemment récupéré par la ville des années de pollution et de négligence.  Les statues d'orixa font partie d'une réhabilitation qui comprend de nouvelles plantations et terrains de jeu autour du périmètre du lac.

Du rivage, les orixas ressemblent à des femmes en longues jupes de la taille d'un wigwam;  en fait, ce sont des divinités masculines et féminines portant des robes africaines.  Cela vaut la peine de prendre des jumelles pour les voir plus clairement.

Fait de résine de fibre de verre sur des cadres de fer coniques, avec des robes et des couronnes aux textures élaborées peintes dans leurs couleurs traditionnelles, les orixas portent les symboles de leur divinité.  Xango, la divinité du feu, le tonnerre et la batterie, tient une hache à deux lames, et Ogum, le patron des gens qui travaillent avec leurs mains, porte une scie, un marteau et une perceuse.  Les visages des orixas sont noirs, bruns et bronzés, et leurs traits sont africains, indiens et européens, reflétant le mélange de fidèles que M. Moreno voit aux services de Candomble.

Comme une combinaison d'art public et religieux, les orixas impliquaient une certaine dose de diplomatie.  Il y eut une brève controverse quand une église évangélique protestante, qui avait prévu d'acquérir un bâtiment sur la rive du lac, s'opposa à la perspective d'avoir des divinités africaines à sa porte.  Finalement, l'église a décidé de déménager.

Maintenant, huit orixas commandent le lac;  Les quatre divinités restantes dans le panthéon, dont les attributs les empêchent de vivre sur l'eau, ont été construites pour se tenir dans d'autres sites autour de Salvador, encore à choisir.

Pour l'arrangement exact des orixas dans le lac, M. Moreno a consulté les nombreuses maisons de Candomble à proximité, et connaissant la tradition des orixas, il était prudent.  '' Certains d'entre eux ne devraient tout simplement pas être côte à côte '', a-t-il dit.  '' S'ils le sont, ils se battront. ''


© 2018 La Compagnie du New York Times
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15627
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Le nou kite ARYERE ann AYITI ap ize VODOU kom JOUMAN-men sa k ap fet lan BREZI    Jeu 15 Mar 2018 - 7:00

Sa a se yon ATIK ki te paret lan NEW YORK TIMES an 1987.
ATIK lan ap eksplike ke BREZILYEN yo ki pral BENIN pou yo vizite ansyen TANP yo ,HONFO ak LAKOU ,vin yon gran SOUS REVNI pou BENIN.
Mwen te li sou yon FESTIVAL pou LWA(AYITI) ORISA (KIBA) ORIXA (BREZIL) CHANGO lan SID NIJERYA ki se yon TERITWA YORUBA.
Se lan ZON lan ke yo di ke CHANGO te ap viv lan 9em syek.
An pasan se te yon MOUN tout bon ke MOUN yo DEYIFYE.
EWOPEYEN yo te konn fe sa tou ,yo fe yo tounen SEN.Gen YOUN ke EWOPEYEN yo rele "SAINT LOUIS ROI DE FRANCE" ki te fe youn lan KWAZAD ki pi sanglan lan ISTWA KWAZAD ,pou KRETYEN ak MIZILMAN.

Men TRADIKSYON ATIK lan-GOOGLE TRANSLATE:

Ouidah Journal; Un lien culturel que Bondage ne pouvait pas écraser


Par JAMES BROOKE et SPÉCIAL AU NEW YORK TIMES


L'article tel qu'il est apparu à l'origine.
Voir la page dans TimesMachine

Tout comme les Italo-Américains aiment visiter l'Italie et les Juifs américains aiment aller en Israël, les Brésiliens noirs découvrent les délices de retourner dans le vieux pays - le Bénin.

'' Le Bénin est pour la population de Bahia, au Brésil, ce qu'est la Mecque pour les musulmans et Rome pour les catholiques '', a commenté récemment un brésilien, Roberto Dias, lors d'une visite ici récemment.

Cette année, la ville natale de M. Dias, Salvador, souvent appelée la capitale du Brésil noir, est devenue une ville sœur de Cotonou, connue comme la capitale de facto du Bénin.

Dans un cas rare de culture africaine traversant l'Atlantique relativement intact, la majorité de la population noire de Salvador sait où se trouvent ses racines - dans le golfe du Bénin. Rébellion des esclaves

De 1678 à 1850, environ 70% - ou 850 000 - des Africains expédiés à Salvador en tant qu'esclaves provenaient du golfe du Bénin. Cette homogénéité tribale s'est retournée contre les maîtres d'esclaves: entre 1807 et 1835, au moins 10 révoltes d'esclaves ont secoué Salvador.

Pour rétablir l'ordre, environ 15 000 esclaves affranchis ont été renvoyés dans les ports maritimes du golfe du Bénin, une bande côtière de 100 milles entre ici et Lagos, au Nigeria.

«Il n'y a pas un voilier venant de Bahia qui n'en rapatrie quelques-uns», écrivait en 1864 un lieutenant de la marine française à propos du flux entre Bahia et ce qui était alors le royaume du Dahomey.

Aujourd'hui, avec l'aide de l'avion à réaction, les Brésiliens noirs et les Béninois se redécouvrent. La culture africaine dure

Ils ont constaté que de nombreuses pratiques culturelles africaines ont survécu presque intactes des deux côtés de l'Atlantique, en dépit de la forte influence culturelle européenne dans les deux pays - français au Bénin et portugais au Brésil.

'' Ils ont embrassé le sol à l'aéroport '', raconte Marcellin de Sousa, un descendant brésilien, d'un groupe de Brésiliens de Salvador qui sont venus ici l'année dernière. '' A Ouidah, tout le monde est venu voir nos frères qui étaient revenus. ''

En plus de rencontrer des gens avec des noms aussi familiers que d'Almeida, Amaral, Chagas, Monteiro, dos Santos, da Silva et Soares, les Brésiliens ont trouvé de la nourriture familière à vendre dans les rues - des boules d'akara. Connu à Salvador comme acaraje, ce sont des boulettes de pâte frites dans l'huile de palme, connue sous le nom deti ici ou dende au Brésil.

En effet, dans ce port délabré de l'Atlantique, où les bateaux de Bahia étaient jadis attachés deux fois par semaine, le quartier du «Bresil» résonne encore chaque février d'un carnaval de rue pré-carême à la brésilienne. Symétrie des Dieux

Lors des rites religieux, les visiteurs brésiliens ont été frappés par la symétrie entre les dieux des groupes locaux Fon et Yoruba et les dieux du candomble, la religion africaine dominante de Salvador.

En effet, lors d'une exposition photographique à l'ancien fort portugais de Ouidah, il est difficile pour un étranger de dire quelles photographies de rites religieux ont été prises au Bénin et qui ont été prises à Salvador.


Des cartes centenaires accrochées aux murs épais du fort font allusion à la raison. En se déplaçant d'ouest en est, la côte de l'Afrique de l'Ouest est identifiée «Côte des grains», puis «Côte d'Ivoire» puis «Côte d'Or». Enfin, la côte du Bénin est marquée «Côte des Esclaves».

Les racines béninoises d'une grande partie de la culture africaine du Brésil sont devenues évidentes en novembre dernier, lorsque le Ballet populaire d'Ekpe au Bénin, composé de 30 membres, a visité Salvador. La danse est familière

'' Environ 5 000 personnes ont applaudi, très émues par la musique et la chorégraphie incroyablement similaires à ce que les Bahians ont l'habitude de voir dans les candombles et dans les groupes de danse afro '', a écrit un critique à Tribuna da Bahia.

Les visiteurs africains se sentaient aussi chez eux lors des visites au candomble '' terreiros '' ou lieux de culte.

«Aujourd'hui, j'ai reçu quelque chose que je cherchais depuis longtemps sans succès: voir les gens de ma nation», a déclaré une prêtresse au Jornal da Bahia. '' C'est ma nation, et je vais mourir en l'aimant. ''

De retour au Bénin, une nation de quatre millions d'habitants , les Béninois sont ravis de constater que leurs ancêtres ont contribué à la construction du Brésil, une nation de 100 millions de personnes 12 fois plus grande que le Texas.

Le Bénin a récemment envoyé un ambassadeur au Brésil et a mis de côté ici une Casa do Brasil, ou maison culturelle brésilienne.

Les Brésiliens doivent encore rendre la pareille à un ambassadeur. Mais, en janvier dernier, le maire de Salvador, Mario Kertesz, s'est rendu ici pour une «semaine de Bahia» et a annoncé qu'une Maison du Bénin - ou maison culturelle du Bénin - avait été désignée sur la place historique Pelourinho de Salvador. Ils sont une élite locale

Il y a 150 ans, en tant que menuisiers, maçons, commerçants et commerçants, les «Brésiliens» du Bénin se sont transformés en une élite locale. Les «Brésiliens» ont récemment inclus le représentant du Bénin aux Nations Unies, un général de l'armée et un ministre des Finances.

"Par vos efforts, votre endurance et vos énormes sacrifices, vous avez élevé l'Amérique latine au premier rang sur la scène universelle", a déclaré Elisio Urbain da Silva, président de la communauté brésilienne au Bénin, aux Brésiliens en visite.

En réfléchissant sur les échanges, M. da Silva, dont le grand-père maternel est venu ici de Salvador il y a plus d'un siècle, a fait une pause dans la contemplation un après-midi, regardant l'océan Atlantique depuis un country club qu'il possède ici.

'' Nous pourrions être à leur place '', a-t-il dit à propos des Brésiliens qui visitent maintenant le Bénin en nombre croissant. '' Nous sommes les petits-fils de ceux qui sont revenus. Ils sont les petits-fils de ceux qui sont restés. Il n'y a pas de différence.''




The TimesMachine archive viewer is a subscriber-only feature.

Nous améliorons continuellement la qualité de nos archives de texte. Veuillez envoyer vos commentaires, rapports d'erreurs et suggestions à archive_feedback@nytimes.com.

Une version de cet article est imprimée le 5 août 1987 à la page A00004 de l' édition nationale avec le titre: Ouidah Journal; Un lien culturel que Bondage n'a pas pu écraser. Commander des réimpressions | Papier d'aujourd'hui | Souscrire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15627
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Le nou kite ARYERE ann AYITI ap ize VODOU kom JOUMAN-men sa k ap fet lan BREZI    Jeu 15 Mar 2018 - 10:52

An palan de CHANGO ou byen TSANGO.
Se yon WA YOROUBA ki te viv lan 9yem SYEK lan YORUBALAND ki lan SID NIJERYA.
Sa gen kek TAN de sa ,mwen te we yon DOKIMANTE sou BBC ki te di ke gen kek AKEYOLOG ANGLE ki ap fe yon "DIG" lan SID NIJERYA kote WOYOM CHANGO an te ye.
CHANGO prezan lan tout RELIJYON dorijin YOROUBA yo,Ke se swa VODOU,SANTERIA,CANDOMBLE .Trinidadyen yomenm rele RELIJYON yo an "CHANGO"
Gen plizye eksplikasyon ki di ki MOUN CHANGO te ye anvan yo te deyifye l ;anvan yo te fe l vini yon LWA,yon ORISHA (KIBA) ou byen yon ORIXA (BREZIL).
Lan tradisyon sa a,nou ka konnen ke DESSALINES se yon LWA lan LATIBONIT lan e ke le JAN DOMINIK te mouri te gen yon SEREMONI pou yo te fe l yon LWA tou.
Men yon ti KAL WIKIPEDIA bay sou CHANGO:

http://en.wikipedia.org/wiki/Shango

Shango
Sango

Tonnerre, éclair, justice, danse, virilité  
Membre d' Orisha  
Representação de Xangô MN 01.jpg
Représentation de Ṣàngó, Musée national du Brésil, Rio de Janeiro  


Autres noms
Shango, Changó, Xangô, Jakuta, Siete Rayos  

Vénéré en
Religion Yoruba , Mythologie Dahomey , Vodun , Santería , Candomblé , Vodou Haïtien, Vodou Louisiane , Catholicisme Folklorique  

journée
quatrième jour de la semaine  

Couleur
rouge et blanc  

Région
Nigeria , Bénin , Amérique latine  

Groupe ethnique
Peuple Yoruba, peuple Fon  

Ṣàngó ( langue yoruba : Ṣàngó, aussi connu sous le nom de Changó ou Xangô en Amérique latine , et aussi connu sous le nom de Jakuta ou Badé ) (de '= shan,' frapper ') est un Orisha .  Il est syncrétisé avec soit Sainte Barbara ou Saint Jérôme .  Historiquement, Shango est un ancêtre royal des Yoruba puisqu'il était le troisième Alafin (roi) du Royaume d'Oyo avant sa déification posthume.  Ṣàngó a de nombreuses manifestations dont Airá, Agodo, Afonja, Aganju , Lubé et Obomin. [1] [2] Il est considéré comme l'un des dirigeants les plus puissants dans la terre Yoruba, et est noté pour sa colère.

Personnage historique [ modifier ]

Jakuta était le troisième Alafin d'Oyo, après Oranmiyan et Ajaka . [2] Jakuta a apporté la prospérité à l'Empire Oyo . [3] Selon le compte mythologique des héros et des rois du professeur Mason, contrairement à son frère paisible Ajaka, Jakuta (signifiant: quelqu'un qui s'est battu avec des pierres) était un dirigeant puissant et violent.  Il a régné pendant sept ans, marqués par ses campagnes continues et ses nombreuses batailles.  Son règne a pris fin en raison de sa destruction par inadvertance de son palais par la foudre.  Il avait trois épouses, à savoir Oshun , Oba et Oya .  L'Empire d'Oyo a décliné au 19ème siècle qui a mené à l'asservissement des personnes Fulani et Fon.  Parmi eux se trouvaient de nombreux disciples de Ṣàngó, et le culte de la divinité a prospéré dans le Nouveau Monde.  La forte dévotion à Ṣàngó a conduit à des religions yoruba à Trinidad et à Recife , au Brésil, qui portera le nom du dieu. [4]

En Yorubaland, le sango est vénéré le cinquième jour de la semaine dans lequel est nommé Ojo Jakuta.  Les aliments de culte rituels comprennent le guguru, le cola amer, l' amàlà et la soupe gbegiri.  En outre, il est adoré avec le tambour Bata.  Une chose importante à propos de cette divinité est qu'elle est vénérée avec des vêtements rouges, tout comme on dit qu'elle a admiré les vêtements rouges de son vivant. [5]

Vénération du Sango [ modifier ]

Nigeria [ modifier ]

Ṣàngó est considéré comme le plus puissant et le plus craint du panthéon orisha.  Il jette un "tonnerre" à la terre, ce qui crée le tonnerre et la foudre, à quiconque l'offense.  Les fidèles du Yorubaland au Nigeria ne mangent pas de niébé parce qu'ils croient que la colère du dieu du fer les envahirait.  Les colliers de dieu Ṣàngó sont composés de différents motifs de perles rouges et blanches;  habituellement en groupes de quatre ou six qui sont ses "nombres sacrés".  Les roches créées par la foudre sont vénérées par les fidèles Ṣàngó;  ces pierres, si elles sont trouvées, sont maintenues sur des sites sacrés et utilisées dans les rituels.  Ṣàngó est appelé lors des cérémonies du couronnement au Nigeria jusqu'à nos jours. [6] [7] [4]

Les Amériques [ modifier ]

Ṣàngó est vénéré en Santería et Haïtien "Chango".  Comme dans la religion yoruba, Chango est le dieu le plus redouté de Santería. [6]

En Haïti, il est originaire de la Nation "Nago", comme Ogou . Palo le reconnaît comme "Siete Rayos".

Candomblé [ modifier ]

Ṣàngó est connu sous le nom de Xangô dans le panthéon du Candomblé .  On dit qu'il est le fils d' Oranyan et ses femmes, comme dans la tradition Yoruba, incluent Oya , Oshun et Oba .  Xangô a pris une grande importance parmi les esclaves au Brésil pour ses qualités de force, de résistance et d'agressivité.  Il est noté comme le dieu de la foudre et du tonnerre.  Il est devenu le patron des plantations et de nombreux candomblé terreiros .  En revanche Oko , l'orixá de l'agriculture, a trouvé peu de faveur chez les esclaves au Brésil et a peu de partisans dans les Amériques.  Le barracão principal d' Ilê Axé Iyá Nassô Oká , ou le terreiro Casa Branca, est dédié à Xangô. [8] [4]

Caractéristiques:
Jour consacré: mercredi
Couleurs: blanc et rouge
Nourriture sacrée: amalá [8]
Instruments: oxê, une double hache;  bracelets;  couronne
Vêtement: tissu rouge avec des carrés blancs imprimés
Collier: perles blanches et rouges
Archétype: puissance, domaine
Danse sacrée: alujá , la roda de Xangô .  Il parle de ses réalisations, actes, conjoints, pouvoir et domination
Animaux sacrificiels: tortue d'eau douce, chèvre, mouton [9]

Amalá, aussi connu comme amalá de Xangô , est le plat rituel offert à l'orixá.  C'est un ragoût de gombo haché, d'oignon, de crevettes séchées et d'huile de palme.  Amalá est servi le mercredi au pegi , ou autel, sur un grand plateau, traditionnellement décoré de 12 gombos non cuits dressés.  En raison des interdictions rituelles, le plat ne peut pas être offert sur un plateau en bois ou accompagné de kola amer .  Amalá de Xangô peut également être préparé avec l'ajout de viande de bœuf, en particulier une queue de bœuf.  Amalá de Xangô est différent de àmàlà , un plat commun aux régions Yoruba du Nigeria. [8]

Xangô est représenté avec un oxê, également connu sous le nom de l' oxê de Xangô .  L'oxê est une hache double semblable à un labrys et à l'origine faite de bois. [8]


Chango est aussi un grand thème dans la chanson Mighty Sparrow , "congo Man".

Caliban invoque Shango dans la pièce d' Aimé Césaire , Une tempête . [12]



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15627
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Le nou kite ARYERE ann AYITI ap ize VODOU kom JOUMAN-men sa k ap fet lan BREZI    Dim 18 Mar 2018 - 12:48

SALSA PARA SANTEROS:

A LA PAPOT ,mande ELEGGUA (LEGBA) permiso ,PEMISYON pou li "abrar el camino" louvri BARYE an POU NOU TANDE res chante yo.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le nou kite ARYERE ann AYITI ap ize VODOU kom JOUMAN-men sa k ap fet lan BREZI    

Revenir en haut Aller en bas
 
Le nou kite ARYERE ann AYITI ap ize VODOU kom JOUMAN-men sa k ap fet lan BREZI
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ESKE PREVAL AP KITE ARISTIDE TOUNEN ANVAN 7 FEV.2011 VRE?
» Haiti - the capital of the diaspora? Selebrasyon Ayiti lan Trinidad
» 30 pwojè sou pye lan Komisyon Enterimè pou Bati Ayiti.
» AYITI : Lit de Klass e Ideoloji Divizé Nou Sou Zafé Det Indepandans lan
» Du support pour renmen Ayiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Monde-
Sauter vers: