Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Kijan koudeta fet jounen jodi an dapre LIBERATION

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15785
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Kijan koudeta fet jounen jodi an dapre LIBERATION    Ven 16 Mar 2018 - 18:18

Se yon PERIVYAN ki aekri ATIK sa a .Misye di ke ETAZINI pa ize VYE reset KOUDETA MILITE l lan ,lan denye TAN sa yo ,yo ize BWAT VOT:

http://liberation.fr/planete/2018/03/06/l-amerique-latine-fragilisee-par-des-coups-d-etat-masques_1636820


L’Amérique latine fragilisée par des «coups d’Etat masqués»

Par Alfredo Pita   — 16 mars 2018 à 20:06  
 
Pour l’écrivain péruvien, la recomposition géopolitique en cours dans de nombreux pays du «sous-continent», se fait via des «fraudes électorales» avec la complicité des Etats-Unis.

Dans mon pays, à une époque pas très lointaine, quand un gouvernement élu était renversé par un coup d’Etat militaire, les gens ayant un peu vécu regardaient le ciel de Lima, presque toujours couleur ventre d’âne, et disaient en soupirant : c’est le retour à la normale.

On peut dire la même chose aujourd’hui de la recomposition géopolitique en cours en Amérique latine, avec le retour de vieilles pratiques, en vigueur jusqu’à la fin du siècle dernier, quand le sous-continent était considéré, tant à l’intérieur comme à l’extérieur, comme l’arrière-cour des Etats-Unis. Avec la chute des gouvernements progressistes au Brésil et en Argentine, l’affaiblissement de celui au pouvoir en Equateur, l’image d’une Amérique latine ayant pris en mains son destin s’éloigne et la fragilité des modèles alternatifs au vieil ordre dépendant et néocolonial apparaît clairement. Dans plusieurs pays, au Brésil et en Argentine tout particulièrement, les peuples vivent amèrement la fin d’un rêve, celui de la modernité, de l’autonomie, de la souveraineté, et se réveillent dans un passé qui, même revêtu de nouveaux oripeaux, n’en est pas plus démocratique. C’est même tout à fait le contraire.


«Chien».
La cause de cette détérioration, bien sûr, n’est ni spontanée, ni endogène. La raison est le réveil du maître, qui avait été occupé dans d’autres guerres et conflits. La Maison Blanche impose à nouveau son ordre depuis quelque temps, même si les méthodes contrastent pour le moment avec la cruauté des coups d’Etat et des invasions du passé. Sous la présidence du démocrate Barack Obama, à travers la politique menée par la secrétaire d’Etat Hillary Clinton, s’est renforcée une panoplie de nouvelles pratiques de normalisation visant le sous-continent, en particulier le coup d’Etat «masqué» et le recours à la fraude électorale. C’est au moyen d’efficaces coups d’Etat «masqués» qu’ont été renversés, par exemple, les présidents Manuel Zelaya au Honduras, Fernando Lugo au Paraguay et Dilma Rousseff au Brésil, et c’est grâce à une fraude électorale évidente que Juan Orlando Hernández a été il y a peu installé au pouvoir au Honduras, de même qu’Enrique Peña Nieto au Mexique, il y a cinq ans.

L’administration Trump a hérité de ces pratiques innovantes et tout porte à croire que, le cas échéant, elle ne rechignera pas à en revenir aux vieilles pratiques violentes. Dans le viseur, bien évidemment, le gouvernement d’Evo Morales, en Bolivie, dont le bilan est positif dans la plupart des domaines et qui est accepté par la majorité de la population, et celui de Nicolás Maduro, au Venezuela, qui tente de prolonger le modèle «chaviste» alors que celui-ci est férocement assiégé sur le plan économique, tout en étant secoué par une grave crise sociale exacerbée par une opposition financée depuis l’étranger.

Ces deux gouvernements font face à une réalité géopolitique hostile. Après la chute de leurs alliés à Brasília et à Buenos Aires, ils ont maintenant face à eux l’Alliance du Pacifique, initiative économique et de développement téléguidée par les Etats-Unis et formée par la Colombie, le Pérou, le Mexique et le Chili, les deux premiers pays ayant par ailleurs sur leur sol de nombreuses bases militaires américaines. Ce nouvel ordre est parfaitement illustré par une phrase de l’actuel président péruvien, Pedro Pablo Kuczynski, qui en parlant des relations du sous-continent avec les Etats-Unis n’a pas hésité à dire qu’elles étaient très bonnes, puisque «l’Amérique latine est comme un bon chien qui dort sur la moquette et ne cause aucun problème».
«Dinosaure».
Ainsi qu’on peut le voir, on est loin de l’image rutilante que le Brésil du président Luiz Inácio Lula da Silva envoyait il y a moins d’une décennie, en favorisant des expériences d’intégration comme le Mercosur, mais aussi en faisant de son pays l’un des membres des Brics, le club des économies émergentes les plus dynamiques, l’antichambre du premier monde, aux côtés de la Russie, la Chine et l’Inde. A l’heure actuelle, la première préoccupation pour l’opinion publique continentale, soumise à des pressions diverses et, surtout, à d’intenses campagnes de presse, est le destin du régime chaviste de Maduro, confronté à présent, en plus de la crise intérieure, à l’évidente menace d’un coup d’Etat à l’ancienne ou d’une attaque militaire menée du centre de l’empire ou par l’intermédiaire de ses alliés. Un autre front qui génère des expectatives et de grandes inconnues est l’avenir de Cuba, marqué par un événement historique : Raúl Castro, le frère de Fidel, quittera la présidence en avril.

L’Amérique latine est bel et bien revenue à la «normalité». Les temps ont changé mais pas le destin de cette partie du monde. «Pauvre Amérique latine, si loin de Dieu et si près des Etats-Unis…» a dit un jour, de façon très expressive, le dictateur mexicain Porfirio Díaz ; c’est toutefois à un écrivain, le Guatémaltèque Augusto Monterroso, que revient le meilleur résumé de la situation dans sa célèbre mini-nouvelle le Dinosaure, qui ne contient qu’une phrase : «Quand il se réveilla, le dinosaure était encore là.»

Traduit de l’espagnol par René Solis.
Alfredo Pita    
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15785
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Kijan koudeta fet jounen jodi an dapre LIBERATION    Dim 18 Mar 2018 - 7:10

Yon atik de LA PRESSE de MONTREAL.
ATIK lan gen kek VERITE ladan l ,men tou le w kanpe yon kote w ap gade ,sa w we an depann de kote w kanpe an.


Opinion Alain Dubuc en Haïti

La grandeur passée d’un pays déchu

Deuxième d’une série de quatre textes de notre collaborateur, Alain Dubuc, après un séjour en Haïti.

Alain Dubuc

Collaboration spéciale, économiste, auteur et conférencier

CAP-HAÏTIEN — Il y a, dans le nord d’Haïti, une spectaculaire forteresse, construite au tout début du XIXe siècle, perchée sur les hauteurs, pas loin de Cap-Haïtien, dans le nord du pays, que l’on rejoint après une longue montée à cheval. La citadelle La Ferrière est colossale, un tour de force architectural, le plus important ouvrage militaire des Caraïbes. Franchement plus impressionnant qu’un autre ouvrage militaire que nous connaissons bien, la citadelle de Québec, construite quelques années plus tard.


Non, ne vous inquiétez pas, ce n’est pas une chronique touristique ! Mais cette forteresse me permet de parler d’Haïti d’une autre façon. Les images qui frappent le plus l’imagination, quand on met les pieds dans ce pays, c’est le désordre, la misère, le chaos. C’est bien vrai, mais cela nous fait oublier un élément central de la réalité haïtienne : la richesse de son histoire et sa grandeur.

La visite de la Citadelle m’a aidé à comprendre bien des choses sur Haïti, et à comprendre ce que voulait exprimer notre vice-première ministre, Dominique Anglade, quand elle a réagi, sur sa page Facebook, au méprisable « shithole » du président Trump : « Que des leaders politiques se permettent aujourd’hui de dénigrer de façon éhontée cette nation haïtienne ne fait que témoigner de leur ignorance face à l’apport de ce pays. De l’abolition de l’esclavage à l’émancipation des peuples noirs, de la libération de l’Amérique latine aux contributions littéraires, sociales et scientifiques, Haïti a été partie prenante de nombreux combats qui ont marqué notre humanité. »

Ce passé glorieux explique encore bien des choses, comme la richesse de la culture haïtienne ou la capacité de ce petit pays si pauvre à produire autant d’universitaires, de penseurs, d’artistes.

Malgré sa pauvreté, Haïti dispose d’un énorme capital historique et culturel.


La construction de la Citadelle a commencé tout juste après l’indépendance d’Haïti, en 1804, sous la houlette d’Henri Christophe, qui fut président et ensuite roi du nord du pays. Cet ouvrage de défense, conçu pour protéger la nouvelle nation d’une contre-attaque française, n’a jamais servi à des fins militaires. Mais c’était aussi un symbole d’affirmation un peu fou, excessif, pour une nation naissante qui avait réussi à battre les armées napoléoniennes, à s’affranchir de la domination coloniale – le deuxième pays des Amériques à le faire après les États-Unis –, à obtenir son indépendance, à être le premier pays à se libérer du joug de l’esclavage. Sans le soutien d’Haïti, Simon Bolivar n’aurait pas pu triompher dans la lutte pour l’émancipation des colonies espagnoles d’Amérique latine.

Ce riche passé a cependant un effet pervers. Il contribue aussi à nourrir un sentiment d’échec parce que ce moment de grandeur n’a pas duré longtemps. D’une certaine façon, Haïti a vécu le contraire de ce qu’a vécu le Québec. Au moment de la Conquête, en 1759, la Nouvelle-France était une colonie relativement pauvre, qui n’était ni un objet de fierté ni une priorité pour la couronne française. On ne comptait que 8000 habitants à Québec et 4000 à Montréal. Au même moment, ce qu’on appelait alors la perle des Antilles était le joyau de l’empire colonial français, prospère, brillante, avec son demi-million d’habitants.

Quand les Québécois regardent leur passé, ils mesurent leur progrès. Pour les Haïtiens, à bien des égards, c’est l’inverse.

Si leur court moment de grandeur est un motif de fierté, le long déclin qui l’a suivi depuis deux siècles nourrit l’amertume.

Qu’est-ce qui s’est passé ? D’abord la fragilité de l’alliance qui a permis de renverser l’ordre colonial. D’un côté, les élites non blanches, mulâtres et affranchis, de l’autre, les esclaves noirs. Rapidement, cette élite s’est substituée aux maîtres blancs pour installer un autre système de domination. Peut-être aussi parce que cette indépendance s’est faite trop tôt, ce qui l’a privée du progrès – industrie, infrastructures – que les pays européens ont finalement exporté dans leurs colonies. Parce qu’il y a eu rupture quand les Blancs ont été chassés. Parce que la France a imposé à Haïti le remboursement d’une dette colossale qui a appauvri la jeune nation.

Mais surtout cette indépendance s’est faite dans le chaos. Dès le début, le pays s’est coupé en deux, pour ensuite être dirigé, tout au long du XIXe siècle, par une succession de rois, d’empereurs, de présidents ineptes et de dictateurs. Le XXe siècle a été de la même eau, avec une occupation américaine de 1915 à 1934, et d’autres despotes. Il y a eu un moment de grâce dans les années 40 et 50 – un essor culturel, un développement de l’éducation, le premier président élu au suffrage universel, Paul Magloire. Mais le pays a replongé avec la dictature des Duvalier, père et fils, de 1957 à 1986.

Les deux décennies qui ont suivi n’ont pas été moins tourmentées. Bébé Doc a été remplacé par la junte militaire d’Henri Namphy, ensuite un président élu qui a survécu deux mois, un autre coup d’État, celui de Prosper Avril, chassé par la pression internationale, la victoire électorale pleine d’espoir du président Jean-Bertrand Aristide, en 1990, chassé au bout de neuf mois par un autre coup d’État, celui de Raoul Cédras, une autre intervention militaire américaine, en 1994, qui a mené à une période de calme relatif avec René Préval et Aristide, jusqu’à ce que la corruption et le désordre poussent celui-ci à l’exil et mènent à l’arrivée des Casques bleus en 2004.

Les dernières années ont heureusement été plus calmes, sans pour autant faire d’Haïti un pays bien dirigé. La deuxième présidence de René Préval, suivie de celle du chanteur Michel Martelly, sans expérience politique, et maintenant celle de Jovenel Moïse, un producteur de bananes pas plus expérimenté, ont toutes été marquées par des crises constitutionnelles qui ont paralysé l’appareil politique. Depuis 2004, Haïti a eu droit à trois présidents, deux présidents par intérim et 15 premiers ministres. Bref, un peu plus de démocratie, mais beaucoup d’impuissance.

Un autre élément, difficile à décoder, est la structure de classe d’Haïti, qu’on peut décrire, en simplifiant beaucoup, avec ses élites mulâtres, à la peau pâle ou très pâle, souvent très européanisées, et une population à la peau foncée.

Ces élites ont pris le relais des colons blancs dont ils ont largement adopté les pratiques.

Encore de nos jours, ils constituent moins une classe entrepreneuriale qui crée de la richesse et développe l’économie qu’une caste de rentiers, de commerçants, de propriétaires terriens, assis sur leurs privilèges. La coupure est encore présente, comme si deux peuples coexistaient sur le même territoire.

Cette coupure, je l’ai ressentie, avec malaise, lors d’un excellent spectacle d’un groupe haïtien très connu, RAM, à l’hôtel Oloffson, l’hôtel le plus pittoresque de Port-au-Prince. Le chanteur du groupe, Richard Morse, de père portoricain et de mère haïtienne, connu d’abord comme musicien protestataire lors de la dictature de Cédras, chante en créole de la mizik rasin, de la musique racine, inspirée des traditions vaudoues.

Richard Morse est aussi le patron de l’hôtel. C’est aussi le cousin de l’ancien président, Michel Martelly, et il a fait partie de son gouvernement, ce qui donne l’impression qu’on est dans un petit monde tissé très serré. Et dans la salle, des Haïtiens surtout mulâtres, des étrangers, surtout des coopérants – Médecins sans frontières et autres – dont les jeeps remplissent le parking. Comme si on était sur une autre planète, dans une bulle, coupée du reste du pays.

Ajoutez à cela le fait qu’Haïti a perdu une bonne proportion de ses citoyens les plus prometteurs qui ont quitté le pays, pour fuir les dictatures ou pour aspirer à une vie meilleure.

Et n’oublions pas la corruption. La dernière édition du rapport annuel, en février, de Transparency International sur la perception de la corruption, classait Haïti au 157e rang sur 180. Un fléau qui affaiblit le pays et freine le développement.

Pour coiffer le tout, c’est comme si Haïti était maudit des dieux, frappé, à répétition, par des catastrophes naturelles dont l’impact s’explique en partie par l’intervention humaine – déforestation, habitations précaires, infrastructures inadéquates. Des pluies diluviennes, notamment celles de 2004, des ouragans année après année, dont Matthew en 2016, et bien sûr le tremblement de terre de janvier 2010. Sans oublier des fléaux comme le choléra.

Tout cela mène à une question. Est-ce irréversible ? Qu’est-ce que ce pays peut faire pour s’en sortir ? Et surtout, est-il capable de s’en sortir ? C’est ce que nous essaierons de voir demain.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Kijan koudeta fet jounen jodi an dapre LIBERATION
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aristide di an daki li pa rekonèt zafè elèksyon yo ki se kontinyite koudeta 2004
» African Liberation Day, in honour of HAITI
» LaChanm ap mande kijan leta pèdi $450 milyon lan bank Panama
» Gade kijan Potoprens te bèl
» Men yon modèl kijan pou rebati ann Ayiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: