Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ce président méchant

Aller en bas 
AuteurMessage
Marc H
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8832
Localisation : Quebec
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : soccer
Date d'inscription : 28/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le voyeur

MessageSujet: Ce président méchant   Mar 27 Mar 2018 - 20:31


Rubio pourrait-il nous aider à renvoyer ce méchant président haïtien ?

Marco Rubio on Twitter
“#Haiti has so many needs but an army isn’t one of them. Instead of investing money in police force & economic development they use it on army led by human rights violators. I will do all I can to make sure not a penny of U.S. taxpayer $ goes towards this https://t.co/Iqvzv8nQE4”
TWITTER.COM
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15506
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Ce président méchant   Mar 27 Mar 2018 - 20:53

MAK;

Mwen t ap li ATIK MIAMI HERALD lan kote mwen we youn lan KOMANTE MARCO RUBIO an.

Si NEG yo ap alyene yon ILTRA DWATIS tankou RUBIO ,y ap lan KA wi.
Gen SENATE VERMONT lan  PATRICK LEAHY limenm ki di ke NEG FADH yo se yon "GANG KRIMINEL".

Neg yo ap koute PRES GRANGOU an ki ap bat BRAVO pou yo paske yo rekonstitye LAME DAYITI.

ADYE!
Yo san le ,yo tout tonbe lan TYOUBOUM paske san AMERIKEN yo,yo mwens ke ryen!!!!!


Haïti a une nouvelle armée avec beaucoup de vieux dirigeants.  Certains aux États-Unis ne sont pas heureux.

Par Jacqueline Charles

jcharles@miamiherald.com

26 mars 2018 18:52

Haïti dit qu'il a une nouvelle armée pour lutter contre les nouveaux problèmes mondiaux comme la cybersécurité et les catastrophes provoquées par le changement climatique.

Mais la décision du président haïtien Jovenel Moïse d'installer des dirigeants de l'armée mardi est entachée de violations des droits de l'homme - ancien   les soldats qui étaient membres de la même armée dissoute qui a dirigé le coup d'Etat 1991 contre le premier pays   président démocratiquement élu - suscite des craintes qu'Haïti n'a pas appris de son passé.

"C'est épouvantable", a déclaré le sénateur Patrick Leahy, le puissant démocrate du Vermont et auteur de la loi Leahy, qui interdit l'aide étrangère américaine aux auteurs de violations des droits de l'homme connus.  "Nous ne devrions pas soutenir une institution dirigée par des gens avec leur histoire.  C'est un exemple de ce qui ne va pas en Haïti. "
président haïtien Jovenel Moïse, au centre, accompagne Jodel Lesage, lieutenant-général des forces armées reconstituées d'Haïti, lors d'une revue des troupes, au Cap-Haïtien, samedi 18 novembre 2017.

Dieu Nalio Chery  - AP

Plus tôt ce mois-ci, le ministère de la Défense d'Haïti a annoncé la nomination de six   d'anciens soldats à la tête du haut commandement des Forces armées d'Haïti récemment réinstallées, ou FAD'H.

Tous les six, âgés d'une soixantaine d'années, ont une fois eu leurs biens gelés par les États-Unis en guise de punition pour avoir soutenu le coup d'État militaire qui a renversé le président Jean-Bertrand Aristide.  L'un d'entre eux, le colonel Jean Robert Gabriel, porte-parole du général putschiste Raoul Cédras, a été accusé d'avoir orchestré en 1994 le meurtre de milliers de partisans d'Aristide lors d'un raid militaire dans le bidonville de Raboteau aux Gonaïves.

Le massacre a été parmi les catalyseurs pour que l'administration Clinton durcisse sa politique d'Haïti et restaure Aristide au pouvoir en 1994.

Le ministre haïtien de la Défense Hervé Denis, qui a effectué plusieurs voyages à Washington dans l'espoir d'obtenir le soutien de l'administration Trump pour la nouvelle armée, insiste sur le fait que les dirigeants de l'armée ont été contrôlés. "Haïti, a-t-il dit," a besoin de gens expérimentés pour la nouvelle armée. "

"Ces anciens officiers de haut rang sont les seuls à avoir ce genre d'expérience" pour aider les jeunes officiers, a déclaré Denis dans un courriel.  "Sinon, nous pouvons mettre en péril l'avenir du nouveau corps".

 Des membres de la nouvelle armée d'Haïti se produisent lors d'une cérémonie marquant le 214e anniversaire de la bataille qui a mené à l'indépendance de Haïti de la France, à Cap-Haïtien le 18 novembre 2017.

Mais tout le monde ne l'achète pas.

"Je continue à me demander pourquoi, avec tant d'autres besoins, Haïti poursuivrait la création d'une armée", a déclaré le sénateur républicain de la Floride Marco Rubio.  "Choisir six personnes sanctionnées par les Etats-Unis pour le diriger ne fait que confirmer que j'avais raison de m'y opposer".

Même l'ancien premier ministre par intérim d'Haïti, Gérard Latortue, qui a supervisé la démobilisation des ex-soldats mais qui soutient le retour de l'armée, qualifie ces nominations de «mauvais signe».

"Si vous voulez venir avec une armée, vous devez avoir de nouvelles personnes, pas les mêmes vieilles personnes", a déclaré Latortue, qui, durant son mandat 2004-2006, s'est battu pour que certains ex-soldats soient intégrés à la police nationale haïtienne. des États-Unis

L'ancien chef de la police Mario Andrésol, qui était un jeune officier militaire en 1995 lorsque les forces armées d'Haïti ont finalement été dissoutes sous la pression des États-Unis, a pris Twitter et Facebook pour protester contre la décision .

"Une farce", a tweeté Andrésol en français.  "Aucune leçon, semble-t-il, n'a été tirée de la débâcle de 1995".



cedras

 Entouré d'une lourde sécurité, le chef d'état-major de l'armée haïtienne, Raoul Cedras, s'assoit dans sa voiture quelques instants après avoir assisté à une messe pour la paix en Haïti à la cathédrale de Port-Au-Prince le 15 août 1994. Le général Cedras a déclaré à plusieurs reprises du pouvoir et que son armée se battrait contre une éventuelle invasion militaire américaine d'Haïti.

Fichier AFP


Le Bureau des avocats internationaux en Haïti et son partenaire basé à Boston, l'Institut pour la Justice et la Démocratie en Haïti, ont déclaré que les dirigeants haïtiens ont fait les nominations "sans tenir compte des nombreuses victimes innocentes du coup d'Etat sanglant du 30 septembre 1991". Massacre de Raboteau.

Le groupe des droits de l'homme, qui a aidé les procureurs haïtiens dans le cas de Raboteau, a déclaré dans un communiqué que l'armée recomposée "est une milice dont la mission cachée est de faire revivre au peuple haïtien les heures les plus sombres" du règne sanglant de Jean. -Claude "Baby Doc" Duvalier, le dictateur qui a gouverné Haïti de 1971 jusqu'à son exil de 1986.

Lorsque les dirigeants des meurtres de Raboteau ont été jugés en 2000, l'accusation a été considérée comme une affaire historique en matière de droits de l'homme dans un pays où le pouvoir judiciaire n'est pas indépendant et où l'armée exerce une influence considérable malgré son histoire brutale.  Quelque 53 dirigeants militaires et paramilitaires ont été condamnés pour des crimes allant de la conspiration criminelle à la torture et au meurtre.  Gabriel, qui a été nommé chef d'état-major de la nouvelle armée, vivait en exil au moment du procès et figurait parmi les 37 condamnés par contumace .

Cette condamnation, ainsi que d'autres, a été annulée plus tard dans une décision de justice de 2006 pendant le gouvernement intérimaire du pays après Aristide, un ancien prêtre, a été contraint de quitter le pouvoir une deuxième fois.



AP_17322842735393

 Le lieutenant-colonel Olivier Dorval se tient à l'aise lors d'une cérémonie du 214e anniversaire de la bataille qui a mené à l'indépendance de Haïti de la France, au Cap-Haïtien, le samedi 18 novembre 2017.

Dieu Nalio Chery  - AP


Jeb Sprague, qui a enquêté sur le massacre de Raboteau et le rôle des groupes militaires et paramilitaires dans les coups d'Etat haïtiens pour son livre "Le paramilitarisme et l'assaut contre la démocratie en Haïti", a déclaré que la reconstruction de l'appareil militaire était la motivation centrale de certaines factions en Haïti. .

"Le but ultime pour certains des acteurs du pouvoir central a été de retrouver ce mécanisme de répression interne", a déclaré Sprague, qui enseigne la sociologie à l'Université de Californie à Santa Barbara.

Et malgré les tentatives du gouvernement pour éloigner le nouveau haut commandement de l'ancienne junte militaire, au moins deux membres de la nouvelle direction - Gabriel et le nouveau chef d'état-major, Sadrac Saintil - faisaient partie du haut commandement de Cédras.

"Haïti risque de répéter les erreurs du passé", a déclaré Sprague.

C'est précisément cette peur qui a longtemps guidé l'opposition américaine à la restauration de l'armée.  Après le renversement d'Aristide une seconde fois lors d'un coup d'État sanglant en 2004 dirigé par des dirigeants paramilitaires, de nombreux ex-soldats ont occupé des villes provinciales du pays alors que leurs condamnations pour violation des droits de l'homme ont été abandonnées.

Avec la communauté internationale déterminée à reconstruire la force de police haïtienne décimée et faible, les États-Unis ont utilisé son énorme levier sur le fragile gouvernement de Latortue pour contrecarrer les plans de réintégration de l'armée.

Non seulement Haïti ne pouvait pas se permettre une seconde force de sécurité concurrente, ont averti les Etats-Unis, mais l'histoire de coups d'état, de répression et de trafic de drogue de l'armée   signifiait qu'il ne gagnerait pas le soutien de l'extérieur du pays.

Cependant, cet argument s'est effondré au fil des années, alors que les États-Unis ont perdu de leur influence sur les dirigeants et les divisions haïtiens au sein de la communauté internationale pour savoir si Haïti devrait avoir une armée.  Beaucoup des 150 recrues actuelles, par exemple, ont été formés en Equateur.

Même aux États-Unis, la position sur le rétablissement de l'armée semble s'être ramollie, même s'il n'y a pas d'appétit pour offrir une aide immédiate ou   une   position claire sur l'armée, comme il y a eu dans les années passées.

"Haïti est un pays souverain et a pris la décision d'augmenter ses petites forces armées avec une mission pour répondre aux catastrophes naturelles, l'aide humanitaire et la sécurité des frontières.  Les Etats-Unis poursuivront leurs discussions en cours avec le ministère haïtien de la Défense avant de déterminer la coopération future ", a déclaré un porte-parole du département d'Etat.



AP_17323006205817

 Le lieutenant Olivier Dorval met son épée de sabre dans son fourreau lors de la cérémonie de novembre à Cap-Haïtien, marquant le 214e anniversaire de la bataille qui a mené à l'indépendance de Haïti par rapport à la France.

Dieu Nalio Chery  - AP


Alors qu'Haïti a budgétisé 8,5 millions de dollars pour l'armée cette année, la police nationale haïtienne demeure une priorité pour les États-Unis, qui ont averti les autorités haïtiennes que l'armée ne peut pas retirer des ressources à la police ou mettre en péril son existence.  Avec d'autres donateurs, les États-Unis fournissent 45% du financement de la force de police, qui compte environ 14 000 agents pour 11 millions de personnes.

Mais, pour certains en Haïti, la nouvelle armée soulève le spectre de l'ancienne armée, une force qui parcourait les rues d'Haïti dans les années 80 et 90 en écrasant la dissidence.  Pour d'autres, c'est un développement nécessaire car Haïti cherche à tracer sa propre voie et à répondre à ses catastrophes répétées.

"Il y a beaucoup de doutes à ce sujet", a déclaré James B. Foley, qui a supervisé le renforcement de la police nationale haïtienne et la démobilisation d'anciens soldats en tant qu'ambassadeur américain en Haïti.

"Pourquoi ne pas mettre les ressources dans la police?  C'est bien sûr la décision souveraine d'Haïti, mais il y a de sérieuses questions sur la composition de la direction, le mandat et les zones d'opérations ", a-t-il dit à propos de l'armée rétablie.  "S'il n'y a pas de crédibilité et de transparence sur ces questions, alors les gens ont tout à fait le droit d'être concernés."

Tim Rieser, adjoint à la politique étrangère du sénateur Patrick Leahy, le premier démocrate au sein du sous-comité des crédits qui supervise l'aide étrangère américaine, a déclaré que le bureau du sénateur a entendu certains des arguments avancés par les partisans sur les raisons pour lesquelles Haïti a besoin d'une armée. Aux désastres naturels et à la police, les frontières du pays, entre autres, qui traitent de telles calamités ne nécessitent pas d'armée, mais peuvent être menées par des civils dûment formés et la police.

"Nous n'avons pas entendu de cas crédible pour expliquer pourquoi Haïti a besoin d'une armée compte tenu de tous ses autres problèmes", a déclaré Rieser.  "L'histoire de l'armée en Haïti est épouvantable.  Il a littéralement fonctionné comme une entreprise criminelle, et les gens de ce pays n'ont pas besoin de cela répété. "

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasaye
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7944
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, Pale Ayisien
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

MessageSujet: Re: Ce président méchant   Mer 28 Mar 2018 - 9:31

Non mesye! Meriken foure djol santi yo lan zafè Ayiti san nou pa bezwen envite yo.
Se noumenm ki pou sèvi ak brenn nou pou nou oubyen korije oubyen dechouke sak pa bon pou peyi an.
Anatandan se pou n di meriken ak tout Trump fòkòf.

Rubio se dènye kras ekstremis trèt orijin li ak kilti l. Kijan pou li ta vin ede nou?

Nèg ann Ayiti yo gen lòt opinyon sou zafè lame an paske yo ap viv yon lòt reyalite.
Reyalite saa baze sou chenmanjechen, gwo gagann ak gwo ponyèt.
Se lan tout domen.
Menm lapolis tout blan ap louwanje an gen tòsyonè ladann. Yon fenk masakre inosan lan Granravin.

Travay nou mande anpil  kouraj pou konbat tout gagòt sayo avèk bon agiman ki sèl zam nou genyen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15506
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Ce président méchant   Mer 28 Mar 2018 - 12:04

AGIMAN?
ADYE!!!!!
Nou pa bezwen jwe "la mouche du coche"
Gen yon sel RADYO ann AYITI ki vreman ap pale ak BOUCH BYEN LAJ,se RADYO TIMOUN.

Ou konn sa NEG yo fe?
Yo gen RADYO PIRAT ki ap EMET SOU FREKANS Radyo TIMOUN lan pou yo sa BROUYE SIYAL lan.
Yon bagay ke si se pa t sa yo te vle,yo te ka rezoud sa fasilman.

Men ki MESAJ BAI ann AYITI an voye sou ZAFE LAME an.
BAI se yon OGANIZASYON KONI.
Si RADYO ann AYITI yo pa diskite sou sa BAI ap di sou KOZE sa a .Se kom si yo pa t di l.
http://haitiliberte.com/note-de-presse-du-bureau-des-avocats-bai


Note de Presse du Bureau des Avocats (BAI)

Il prend acte de la nomination d’un soi-disant haut Etat-Major des Forces Armées d’Haïti (FAD’H)

March 21, 2018


Le Bureau des Avocats Internationaux (BAI), dans sa mission première de défendre les droits des plus démunis, les droits inaliénables, imprescriptibles et inhérents à la personne humaine, en particulier ceux des victimes du terrorisme d’Etat, du choléra  importé par la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH), des enfants nés des casques bleus et abandonnés par ces derniers, des Femmes et Filles victimes de viol, d’agressions sexuelles et autres abus de droit, prend acte de la nomination d’un soi-disant haut Etat-Major des Forces Armées d’Haïti (FAD’H) par l’Administration MOISE/LAFONTANT, suivant le communiqué de presse du Ministère de la Défense en date du Mardi 13 mars 2018, ainsi composé :
•Lieutenant Général Jodel LESAGE, FAD’H : : Commandant en Chef Intérimaire
•Général de Brigade Sadrac SAINTIL, FAD’H : Chef D’Etat-Major Général
•Colonel Jonas JEAN, FAD’H : Inspecteur Général
•Colonel Jean Robert GABRIEL, FAD’H : Assistant Chef d’Etat-Major G1/G3
•Colonel Derby GUERRIER, FAD’H : Assistant Chef d’Etat-Major G2/G4
•Colonel Joseph Jacques THOMAS, FAD’H : Secrétaire de l’Etat-Major Général
•Colonel Fontane BEAUBIEN, FAD’H : Membre de l’Etat-Major personnel du commandant en Chef.

Le BAI ne s’étonne pas de ce que, sans égard pour les victimes nombreuses et innocentes du coup d’Etat sanglant du 30 Septembre 1991, Monsieur Jovenel MOISE prend la responsabilité de nommer un « haut Etat-Major » composé de personnes au passé sulfureux dont le Colonel Jean Robert Gabriel, militaire tortionnaire, jugé par contumace au procès du massacre de Raboteau, aux Gonaïves, le 16 novembre 2000.

L’Administration MOISE/LAFONTANT, notamment le soi-disant Ministre de la Défense, Monsieur Hervé DENIS, ne peut prétexter ignorance du jugement et de la condamnation par contumace du Colonel Jean Robert GABRIEL, puisque ledit jugement a été publié dans les colonnes du journal officiel de la République, le moniteur du Jeudi 23 novembre 2000, 155ème  année, numéro 92.

Par-dessus de la Justice, l’Administration MOISE/LAFONTANT se solidarise avec le Colonel  criminel alors que, par l’effet de sa condamnation par contumace, ce dernier perd la jouissance de ses droits civils et politiques (article 364 du Code d’Instruction Criminelle annoté Jean VANDAL).

Le BAI rappelle que, par application de l’article 372 du Code d’Instruction Criminelle annoté Jean VANDAL, le contumax ne bénéficie d’aucun droit de recours : « le recours en cassation ne sera ouvert contre les jugements de contumace qu’au Ministère Public et à la partie civile, en ce qui la regarde».

Cette nomination vient confirmer une fois de plus que les Forces Armées d’Haïti remobilisées par le pouvoir Tet Kale est bien une milice dont la mission cachée est de faire revivre au peuple haïtien les heures les plus sombres du duvaliérisme sanguinaire :
•Arrestations illégales ;
•Détentions arbitraires ;
•Torture de détenus ;
•Disparition forcée de citoyens ;
•Assassinat d’Etat ;
•Exil de masse.

Le BAI souligne à l’attention de l’opinion publique que l’Administration ALEXANDRE/LATORTUE (2004/2006), dans un faire semblant du respect de la légalité, avait exigé du Chef tortionnaire exécutif de la milice Front Révolutionnaire Armé pour le Progrès d’Haïti ci-devant Front pour l’Avancement et le Progrès Haïtien (FRAPH), Louis Jodel CHAMBLAIN, de se constituer prisonnier avant d’avoir été jugé par un « Tribunal à Port-au-Prince » monté pour les besoins de la cause.

Le BAI rappelle que les contumax du massacre de Raboteau étaient condamnés SOLIDAIREMENT  à des dommages-intérêts d’un milliard de gourdes en faveur des victimes dudit massacre.

Le BAI considère que l’Administration MOISE/LAFONTANT est dans l’obligation de remettre à la Justice le colonel criminel pour qu’il puisse répondre de ses actes, ne serait-ce que pour cacher sa volonté de restaurer la barbarie militaire au mépris des droits légitimes du peuple haïtien, en particulier ceux des victimes du coup d’Etat du 30 septembre 1991.

Le BAI condamne cette parade sur les avenues de la brutalité des armées contre le peuple innocent et sans armes ; le retour à la barbarie des armes pour imposer silence au peuple ; la mise en péril du devoir de mémoire et cette apposition de scellés sur l’histoire récente du pays.

Le BAI dénonce cette armée macoutisée ainsi que la mise en œuvre de cet Etat-Major composé d’experts en brutalité outrancière contre les droits du peuple haïtien, ses intérêts et son progrès.

Le BAI appelle conséquemment le peuple à la vigilance et à la prise en main de son destin d’hommes et de femmes libres, aspirant à la paix, à la sécurité, au progrès et au développement.

Pour le Bureau des Avocats Internationaux :
Port-au-Prince, le 14 mars 2018
Mario JOSEPH, Av.-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasaye
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 7944
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, Pale Ayisien
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

MessageSujet: Re: Ce président méchant   Mer 28 Mar 2018 - 15:27


Jowèl,
Nou deja etabli ke gouvènman tètkale ak pwopagann yo ap dechèpiye peyi an.
Nou deja konnen ke koripsyon ak vòl se yon sistèm ki devlope ann Ayiti.
Poukisa opozisyon an pa louvri plizye stasyon radyo pou yo fè pwopagann kont gouvènman an? Radyo Timoun pa ase poukont li.

BAI fè mesaj yo an pase. Anpil moun okouran pozisyon yo. Se konsa pou nou konfwonte opinyon yo pou sak pa konprann konprann.

Lòt altènativ lan se revolisyon ame.
Li pa posib paske yon ban institisyon tankou Loni, Inyon Ewopeyèn, OEA, menm Vatikan ap bay rejim tètkale an jarèt. Malgre tout sa w tande, nouvèl anbasadè meriken sot ap fè eloj Jovnèl ak nèg li yo.

Si nou pa fè bon pledwari, nap rantre lan bèbè menmjan ak rès opozisyon an.
Ou pa wè lan pwen denonsiasyon ki soti lan opozisyon ni kont lame, ni kont piyay Petwokarib.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15506
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Ce président méchant   Mer 28 Mar 2018 - 18:39

SASAYE;

Louvri yon ESTASYON RADYO se pa PREMYE PWOBLEM lan.
Pou youn FREKANS lan deja satire.
Yon lot bagay ,si w voye SON ki pa konfome ak bagay NEG yo ;Boujwazi an ,ak GOUVENMAN an pa p ba w PIBLISITE.
Ou gen dwa louvri RADYO an e RADYO an pa ka kenbe.

Tankou RADYO TIMOUN pa egzanp ,se anpil MOUN lan DYASPORA a ,ak ETRANJE ki voye KONTRIBISYON pou yo ka kenbe!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ce président méchant   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce président méchant
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Paul Magloire un président qui avait de l'envergure, un leader de fort calibre
» Lettre de protestation d'un haitien au président Lula du Bresil
» Lettre ouverte au président Nicolas Sarkozy
» Qui a tiré sur la voiture du président Préval ?
» Lettre ouverte au président René Preval du colonel Himler Rebu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: