Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 LEGLIZ KATOLIK lan mod "KRIZ-PAP FRANSWA DI PA GEN LANFE

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16070
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: LEGLIZ KATOLIK lan mod "KRIZ-PAP FRANSWA DI PA GEN LANFE   Ven 30 Mar 2018 - 9:57

Se tankou yon BONM ,Pap FRANSWA di ZANMI l SCALFARI ki met gwo JOUNAL ITALYEN an "LA REPUBLICCA" ke LANFE pa EKZISTE.
SCALFARI se yon VYE MILITAN ATE.
Sa w tande ,pres KATOLIK lan mande anraje.Yo di SCALFARI KI GEN 93 lanne ,mezenterprete sa PAP lan te di l.
SCALFARI limenm ki se bon ZANMI PAP FRANSWA di ke l ge anpil KONVESASYON ak PAP lan ,rapote sa MISYE di l.

"CON" sa a ke LEGLIZ yo ap IZE depi de SYEK e de SYEK ,fe MOUN yo PE pou yo ekzese KONTWOL sou yo ,se pa di jou o landmen ,yo ta lage LAS DATOU sa a ,ki lan men yo:



Vatican scrambles after pope appears to deny existence of hell

Repubblica founder Eugenio Scalfari has misrepresented pontiff’s words, says Vatican

Angela Giuffrida in Rome

Fri 30 Mar 2018 08.32 EDT  First published on Fri 30 Mar 2018 07.47 EDT  


The Vatican has scrambled to clarify comments made by Pope Francis to a well-known Italian journalist that appeared to deny the existence of hell.

The Holy See issued a terse statement saying a lengthy article published in La Repubblica on Wednesday by Eugenio Scalfari, 93, the newspaper’s founder, was “the fruit of his reconstruction” and not “a faithful transcription of the Holy Father’s words”.

While the Vatican conceded that Scalfari, an atheist who struck up a friendship with Francis in 2013, had held a private meeting with the pontiff before the Easter weekend, it said an interview had not been granted.

During the meeting Scalfari asked the pope where “bad souls” go, to which he was quoted as responding: “They are not punished. Those who repent obtain God’s forgiveness and take their place among the ranks of those who contemplate him, but those who do not repent and cannot be forgiven disappear. A hell doesn’t exist, the disappearance of sinning souls exists.”
 
The Vatican said the “literal words pronounced by the pope are not quoted” and that “no quotation of the article should be considered as a faithful transcription of the words of the Holy Father”.

Scalfari is said to pride himself on not taking notes or recording high-profile interviews. But this is not the first time he has been accused of misrepresenting the pope: in 2014 he was rebuked by the Vatican for an article saying Francis had abolished sin.

The friendship has been criticised in the past, with Scalfari once saying that it was the pope who asked for the meetings as he liked to “exchange ideas and sentiments with non-believers”.

The Catholic church’s teachings affirm the existence of hell and its eternity, saying “the chief punishment of hell is eternal separation of God”.

Pope Benedict XVI said in 2007 that hell “really exists and is eternal, even if nobody talks about it much anymore”, while in 1999 Pope John Paul II announced that hell was “the ultimate consequence of sin itself … rather than a place, hell indicates the state of those who freely and definitively separate themselves from God, the source of all life and joy”.
 
The controversy came as Pope Francis washed the feet of 12 prisoners at Rome’s Regina Coeli prison on Holy Thursday. Among the inmates were two Muslims, an Orthodox Christian and a Buddhist. He told them: “Everyone has the opportunity to change life and one cannot judge.”

It was the fourth time since becoming pope that he held mass in an Italian prison. “I am a sinner like you but today I represent Jesus … God never abandons us, never tires of forgiving us,” he added.


© 2018 Guardian News and Media Limited or its affiliated companies. All rights reserved.


Se konsa PRES LANG FRANSE an kouvri NOUVEL sa a ki ap fe KONTWOVES


Le pape ne croit pas aux enfers, selon un journal, le Vatican dément

AFP

29/03/2018


Le Vatican a pris vendredi ses distances avec des propos attribués au pape François selon lesquels l'enfer n'existerait pas.
"L'enfer n'existe pas, ce qui existe c'est la disparition des âmes pécheresses", déclare le pape dans un entretien avec Eugenio Scalfari, le fondateur du journal italien La Repubblica, paru vendredi.

Le Vatican a très vite réagi, qualifiant de "reconstruction" cette interview, qui n'est pas la première entre le vieux journaliste athée, qui aura 94 ans le 6 avril, et le pape argentin.
"Aucune phrase mise entre guillemets" dans cet article "ne doit être considérée comme une retranscription fidèle des paroles du Saint Père", assure ainsi le Vatican, soulignant que le pape François a certes rencontré Eugenio Scalfari mais pas dans le cadre d'une interview.

Toujours cité par La Repubblica, Jorge Bergoglio explique que les âmes pécheresses ne sont pas punies. "Celles qui se repentent obtiennent le pardon de Dieu et prennent leur place parmi celles qui le contemplent, mais celles qui ne se repentent pas, et qui donc ne peuvent pas être pardonnées, disparaissent", explique le pape François pour lequel, dans ces conditions, "l'enfer n'existe pas".

Le catéchisme officiel de l'Eglise catholique évoque pourtant bien "l'existence de l'enfer et son éternité", selon sa retranscription sur le site internet du Vatican.
"Les âmes de ceux qui meurent en état de péché mortel descendent immédiatement après la mort dans les enfers, où elles souffrent les peines de l'enfer", précise ce texte.

Ce n'est pas la première fois que le Vatican se retrouve ainsi embarrassé après une "interview" du pape réalisée par le fondateur de la Repubblica.
En juillet 2014, le Saint Siège avait ainsi été contraint de démentir des propos attribués de la même manière au pape François selon lesquels il existait "des solutions" au problème posé par le célibat des prêtres.

À la une

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16070
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: LEGLIZ KATOLIK lan mod "KRIZ-PAP FRANSWA DI PA GEN LANFE   Dim 1 Avr 2018 - 11:54

Kom Jodi an ,n ap fete yon MIT ke te gen yon MOUN yo te rele JEZI ou JOSHUA ki te mouri e apre 3 JOU li te RESISITE e monte al yon kote ki rele PARADI oubyen SYEL...
Ki kote SYEL oubyen PARADI sa a ye ou pa konnen.
Men sa ki ap diskite lan "real world" lan.
THE GUARDIAN (gwo JOUNAL BRITANIK lan) di li pale ak PE ki ap swete ke PAP FRANSWA fe yon KRIZ KADYAK pou l mouri avan l DETWI LEGLIZ lan ,lan men yo:

http://theguardian.com/news/2017/oct/27/the-war-against-pope-francis

Sa modestie et son humilité ont fait de lui une figure populaire dans le monde entier.  Mais à l'intérieur de l'église, ses réformes ont exaspéré les conservateurs et déclenché une révolte.  Par Andrew Brown

Ven. 27 oct. 2017 01h00 HAE   Dernière modification le Dim 4 Mar 2018 07.44 EST

Pope Francis est l'un des hommes les plus haïs du monde aujourd'hui.  Ceux qui le détestent le plus ne sont ni athées, ni protestants, ni musulmans, mais certains de ses propres partisans.  En dehors de l'église, il est extrêmement populaire comme une figure de modestie et d'humilité presque ostentatoire.  A partir du moment où le Cardinal Jorge Bergoglio est devenu pape en 2013, ses gestes ont attiré l'attention du monde entier: le nouveau pape conduisait une Fiat , portait ses propres sacs et réglait ses propres factures dans les hôtels;  il a demandé aux homosexuels: "Qui suis-je pour juger?" et a lavé les pieds des femmes musulmanes réfugiées.


https://www.theguardian.com/info/ng-interactive/2017/may/05/sign-up-for-the-long-read-email

Mais au sein de l'église, François a provoqué une réaction féroce des conservateurs qui craignent que cet esprit divise l'église, et pourrait même la briser.  Cet été, un éminent prêtre anglais m'a dit: "Nous ne pouvons pas attendre qu'il meure.  C'est non imprimable ce que nous disons en privé.  Chaque fois que deux prêtres se rencontrent, ils racontent à quel point Bergoglio est horrible ... il est comme Caligula: s'il avait un cheval, il le ferait cardinal. "Bien sûr, après 10 minutes de plainte, il ajouta:" Vous ne devez pas imprimer tout cela, ou je serai limogé. "

Ce mélange de haine et de peur est commun parmi les adversaires du pape.  François, le premier pape non-européen des temps modernes, et le premier pape jésuite, fut élu étranger à l'establishment du Vatican et s'attendait à se faire des ennemis.  Mais personne ne prévoyait combien il ferait.  De son renoncement rapide à la pompe du Vatican, qui servait à attirer l'attention des 3.000 fonctionnaires de l'Église qu'il voulait être son maître, à son soutien aux migrants, à ses attaques contre le capitalisme mondial et, surtout, Réexaminer les enseignements de l'église sur le sexe, il a scandalisé les réactionnaires et les conservateurs.  A en juger par les chiffres votés lors de la dernière réunion mondiale des évêques, près d'un quart du collège des cardinaux - le plus haut clergé de l'église - croit que le pape flirte avec l'hérésie .

Le point crucial est venu dans un combat sur ses vues sur le divorce.  Rompant avec des siècles, sinon des millénaires, de la théorie catholique, le pape François a essayé d'encourager les prêtres catholiques à donner la communion à certains couples divorcés et remariés, ou à des familles où cohabitent des parents non mariés.  Ses ennemis essaient de le forcer à abandonner et à renoncer à cet effort.

Comme il ne veut pas, et a tranquillement persévéré face à un mécontentement croissant, ils se préparent maintenant à la bataille.  L'année dernière, un cardinal, soutenu par quelques collègues retraités, a évoqué la possibilité d'une déclaration formelle d'hérésie - le rejet volontaire d'une doctrine établie de l'Église, un péché punissable par l'excommunication.  Le mois dernier, 62 catholiques mécontents, dont un évêque à la retraite et un ancien chef de la banque du Vatican , ont publié une lettre ouverte qui accusait François de sept chefs spécifiques d'enseignement hérétique.

Accuser un pape assis d'hérésie est l'option nucléaire dans les arguments catholiques.  La doctrine soutient que le pape ne peut pas avoir tort lorsqu'il parle des questions centrales de la foi;  donc s'il a tort, il ne peut pas être pape.  D'un autre côté, si ce pape a raison, tous ses prédécesseurs ont dû se tromper.

La question est particulièrement vénéneuse parce qu'elle est presque entièrement théorique.  En pratique, dans la plupart des pays du monde, les couples divorcés et remariés se voient offrir la communion. Le pape François ne propose pas une révolution, mais la reconnaissance bureaucratique d'un système qui existe déjà, et pourrait même être essentiel à la survie de l'église.  Si les règles étaient appliquées à la lettre, personne dont le mariage aurait échoué ne pourrait plus avoir de relations sexuelles.  Ce n'est pas un moyen pratique de s'assurer qu'il y aura des générations futures de catholiques.

Mais les réformes prudentes de Francis semblent à ses adversaires menacer la croyance que l'église enseigne des vérités intemporelles.  Et si l'église catholique n'enseigne pas les vérités éternelles, les conservateurs demandent, à quoi cela sert-il?  La bataille sur le divorce et le remariage a amené à un point deux idées profondément opposées de ce que l'église est pour.  Les insignes du pape sont deux clés croisées.  Ils représentent ceux que Jésus est censé avoir donnés à saint Pierre, qui symbolisent les pouvoirs de lier et de délier: proclamer ce qu'est le péché et ce qui est permis.  Mais quel pouvoir est plus important et plus urgent maintenant?

La crise actuelle est la plus grave depuis que les réformes libérales des années 1960 ont poussé un groupe dissident de conservateurs extrémistes à se détacher de l'église.  (Leur chef, l'archevêque français Marcel Lefebvre, a été plus tard excommunié.) Au cours des dernières années, les écrivains conservateurs ont soulevé à plusieurs reprises le spectre du schisme .  En 2015, le journaliste américain Ross Douthat, converti au catholicisme, a écrit un article pour le magazine The Atlantic intitulé Will Pope Francis Break the Church?  ;  un blogpost Spectator par le traditionaliste anglais Damian Thompson a menacé que "le pape François est maintenant en guerre avec le Vatican.  S'il gagne, l'église pourrait s'effondrer. "Les vues du pape sur le divorce et l'homosexualité, selon un archevêque du Kazakhstan, avaient permis à" la fumée de Satan "d'entrer dans l'église.

L'église catholique a passé une grande partie du siècle dernier à lutter contre la révolution sexuelle, tout comme elle a lutté contre les révolutions démocratiques du 19ème siècle, et dans cette lutte elle a été forcée dans la défense d'une position absolutiste intenable, où toute la contraception artificielle est interdit, avec tous les rapports sexuels en dehors d'un mariage à vie.  Comme Francis le reconnaît, ce n'est pas ainsi que les gens se comportent.  Le clergé le sait, mais on s'attend à ce qu'ils prétendent qu'ils ne le font pas.  L'enseignement officiel ne peut être remis en question, mais il ne peut pas non plus être obéi.  Quelque chose doit donner, et quand c'est le cas, l'explosion qui en résulte pourrait fracturer l'église.

Assez convenablement, les haines parfois amères au sein de l'église - que ce soit sur le changement climatique, la migration ou le capitalisme - se sont heurtées à une lutte gigantesque sur les implications d'une seule note dans un document intitulé La joie de l'amour . , Nom latin, Amoris Laetitia) .  Le document, écrit par Francis, est un résumé du débat actuel sur le divorce, et c'est dans cette note qu'il fait une assertion apparemment légère que les couples divorcés et remariés peuvent parfois recevoir la communion.

Avec plus d'un milliard d'adeptes, l'église catholique est la plus grande organisation mondiale que le monde ait jamais vue, et beaucoup de ses disciples sont des parents divorcés ou non mariés.  Pour mener à bien son travail partout dans le monde, cela dépend du travail volontaire.  Si les fidèles ordinaires cessent de croire en ce qu'ils font, tout s'effondre.  François le sait.  S'il ne peut pas concilier la théorie et la pratique, l'église pourrait être vidée partout.  Ses adversaires croient également que l'église est confrontée à une crise, mais leur prescription est le contraire.  Pour eux, l'écart entre la théorie et la pratique est exactement ce qui donne à l'église une valeur et une signification.  Si toute l'église offre aux gens quelque chose dont ils peuvent se passer, les adversaires de Francis croient, alors cela va sûrement s'effondrer.

Personne ne le prévoyait quand François a été élu en 2013. Une raison pour laquelle il a été choisi par ses collègues cardinaux était de régler la bureaucratie sclérosée du Vatican.  Cette tâche était attendue depuis longtemps.  Le cardinal Bergoglio de Buenos Aires a été élu en tant qu'étranger relatif avec la capacité d'effacer une partie du blocage au centre de l'église.  Mais cette mission se heurta bientôt à une faille encore plus acrimonieuse dans l'église, qui est habituellement décrite en termes de bataille entre «libéraux», comme Francis, et «conservateurs», comme ses ennemis.  Pourtant, c'est une classification glissante et trompeuse.

Le conflit central est entre les catholiques qui croient que l'église devrait établir l'ordre du jour pour le monde, et ceux qui pensent que le monde doit établir l'ordre du jour pour l'église.  Ce sont des types idéaux: dans le monde réel, tout catholique sera un mélange de ces orientations, mais dans la plupart d'entre elles, on prédomine.

François est un exemple très pur du catholicisme «extroverti» ou extroverti, surtout comparé à ses prédécesseurs immédiats.  Ses adversaires sont les introvertis.  Beaucoup ont d'abord été attirés par l'église par son éloignement des préoccupations du monde.  Un nombre surprenant des introvertis les plus importants sont des convertis du protestantisme américain, certains poussés par la superficialité des ressources intellectuelles qu'ils ont été élevés, mais beaucoup plus par le sentiment que le protestantisme libéral était en train de mourir précisément parce qu'il n'offrait plus aucune alternative. la société autour d'elle.  Ils veulent le mystère et la romance, pas le bon sens stérile ou la sagesse conventionnelle.  Aucune religion ne pourrait s'épanouir sans cette impulsion.

Mais aucune religion mondiale ne peut non plus se placer entièrement contre le monde.  Au début des années 1960, un rassemblement de trois ans des évêques de chaque partie de l'église, connu sous le nom de Concile Vatican II, ou Vatican II, «ouvrit les fenêtres au monde», selon les mots du pape Jean XXIII. en mouvement, mais est mort avant que son travail avait fini.

Le conseil a renoncé à l'antisémitisme, embrassé la démocratie, proclamé les droits de l'homme universels et largement aboli la messe latine. Ce dernier acte, en particulier, a stupéfié les introvertis.  L'auteur Evelyn Waugh, par exemple, n'est jamais allée à une messe en anglais après la décision.  Pour des hommes comme lui, les rituels solennels d'un service rendu par un prêtre dos à la congrégation, parlant entièrement en latin, face à Dieu sur l'autel, étaient le cœur même de l'église - une fenêtre sur l'éternité à chaque représentation.  Le rituel avait été central à l'église sous une forme ou une autre depuis sa fondation.

Le changement symbolique apporté par la nouvelle liturgie - en remplaçant le prêtre introverti faisant face à Dieu à l'autel avec la figure extravertie faisant face à sa congrégation - était immense.  Certains conservateurs ne se sont toujours pas réconciliés avec la réorientation, parmi eux le cardinal guinéen Robert Sarah, que les introvertis ont vanté comme un possible successeur de François, et le cardinal américain Raymond Burke , devenu l'opposant le plus public de François.  La crise actuelle, selon les mots de la journaliste catholique anglaise Margaret Hebblethwaite - une partisane passionnée de François - n'est rien de moins que «Vatican II revient».

"Nous devons être inclusifs et accueillants pour tout ce qui est humain", a déclaré Sarah lors d'une réunion du Vatican l'année dernière, dans une dénonciation des propositions de François, "mais ce qui vient de l'Ennemi ne peut pas et ne doit pas être assimilé.  Vous ne pouvez pas rejoindre Christ et Bélial!  Qu'est-ce que le fascisme nazi et le communisme étaient au 20ème siècle, les idéologies occidentales d'homosexualité et d'avortement et le fanatisme islamique sont aujourd'hui. "

Dans les années qui ont suivi immédiatement le conseil, les religieuses ont abandonné leurs habitudes, les prêtres ont découvert les femmes (plus de 100 000 ont quitté le sacerdoce pour se marier) et les théologiens se sont débarrassés des chaînes de l'orthodoxie introvertie.  Après 150 ans de résistance et de repousser le monde extérieur, l'église s'est trouvée engagée partout avec elle, jusqu'à ce que les introvertis aient eu l'impression que tout l'édifice s'effondrerait en décombres.

La fréquentation des églises a chuté dans le monde occidental , comme dans d'autres dénominations.  Aux États-Unis, 55% des catholiques allaient à la messe régulièrement en 1965;  en 2000, seulement 22% l'ont fait.  En 1965, 1,3 million de bébés catholiques ont été baptisés aux États-Unis;  en 2016, seulement 670 000.  Que ce soit la cause ou la corrélation reste farouchement contestée.  Les introvertis en ont blâmé l'abandon des vérités éternelles et des pratiques traditionnelles;  les extravertis sentaient que l'église n'avait pas changé assez loin ou assez vite.

En 1966, un comité papal de 69 membres, avec sept cardinaux et 13 médecins parmi lesquels des laïcs et même des femmes étaient également représentés, votèrent massivement pour lever l'interdiction de la contraception artificielle, mais le pape Paul VI les rejeta en 1968. Il ne pouvait pas admettre que ses prédécesseurs avaient eu tort, et les protestants ont raison.  Pour une génération de catholiques, ce conflit est venu symboliser la résistance au changement.  Dans le monde en développement, l'église catholique a été largement dépassée par un grand renouveau pentecôtiste, qui offrait à la fois du spectacle et un statut aux laïcs, même aux femmes.

Les introvertis venaient se venger de l'élection du pape Jean Paul II en 1978. Son église polonaise avait été définie par son opposition au monde et à ses pouvoirs puisque les nazis et les communistes avaient divisé le pays en 1939. Jean Paul II était un homme d'énergie, de volonté et de dons dramatiques.  Il était aussi profondément conservateur en matière de morale sexuelle et avait, en tant que cardinal, fourni la justification intellectuelle de l'interdiction du contrôle des naissances.  Dès le moment de son élection, il a entrepris de remodeler l'église à son image.  S'il ne pouvait lui donner son propre dynamisme et sa propre volonté, il pourrait, semble-t-il, le purger de l'extraversion et le remettre une fois de plus comme un rocher contre les courants du monde séculier.

Ross Douthat, le journaliste catholique, était l'une des rares personnes du parti introverti qui était prêt à parler ouvertement du conflit actuel.  En tant que jeune homme, il était l'un des convertis attirés dans l'église du pape Jean-Paul II.  Il dit maintenant: "L'église peut être un désordre, mais l'important est que le centre soit sain, et que l'on puisse toujours reconstruire les choses du centre.  Le point d'être catholique est que vous avez la garantie de la continuité au centre, et avec cela l'espoir de la reconstitution de l'ordre catholique. "

Jean-Paul II a pris soin de ne jamais répudier les paroles de Vatican II, mais il a travaillé pour les vider de l'esprit extraverti.  Il s'est mis à imposer une discipline féroce au clergé et aux théologiens.  Il a rendu aussi difficile que possible le départ et le mariage des prêtres.  Son allié était la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, ou CDF, autrefois connue sous le nom de Saint Office.  Le CDF est le plus institutionnellement introverti de tous les départements du Vatican (ou "dicastères", comme on les appelle depuis l'époque des empires romains), un détail qui suggère le poids de l'expérience et de l'inertie institutionnelles - si le nom était assez bon pour Constantine, pourquoi le changer?).

Pour le CDF, il est axiomatique que le rôle de l'église est d'enseigner au monde, et non d'en tirer des leçons.  Il a une longue histoire de punir les théologiens qui ne sont pas d'accord: il leur a été interdit de publier ou de renvoyer des universités catholiques.

Au début du pontificat de Jean-Paul II, le CDF publia Donum Veritatis (Le don de la vérité), un document expliquant que tous les catholiques doivent pratiquer la «soumission de la volonté et de l'intellect» à ce que le pape enseigne, même quand il n'est pas infaillible;  et que les théologiens, bien qu'ils puissent être en désaccord et faire connaître leur désaccord aux supérieurs, ne doivent jamais le faire en public.  Cela a été utilisé comme une menace, et parfois une arme, contre toute personne soupçonnée de dissidence libérale.  Francis, cependant, a transformé ces pouvoirs contre ceux qui avaient été leurs avocats les plus enthousiastes.  Les prêtres catholiques, les évêques et même les cardinaux servent tous au plaisir du pape et peuvent à tout moment être limogés.  Les conservateurs devaient tout apprendre à ce sujet sous François, qui a limogé au moins trois théologiens du CDF.  Les jésuites exigent la discipline.

En 2013, peu après son élection, alors qu'il surfait encore sur une vague d'acclamations presque universelles pour l'audace et la simplicité de ses gestes - il avait emménagé dans deux chambres au mobilier clairsemé dans le Vatican, plutôt que dans les somptueux appartements d'État. utilisé par ses prédécesseurs - Francis a purgé un petit ordre religieux consacré à la pratique de la messe latine.

Les Frères Franciscains de l'Immaculée, un groupe d'environ 600 membres (hommes et femmes), avaient été placés sous enquête par une commission en juin 2012, sous le pape Benoît XVI.  Ils étaient accusés de combiner une politique de droite de plus en plus extrême avec un dévouement à la messe latine. (Ce mélange, souvent accompagné de déclarations de haine du «libéralisme», s'était également répandu aux États-Unis et au Royaume-Uni, comme le Daily Le blog Holy Smoke de Telegraph, édité par Damian Thompson.)

Lorsque la commission a rendu compte en juillet 2013, la réaction de Francis a choqué les conservateurs.  Il arrêta les Frères en utilisant la messe latine en public et ferma leur séminaire.  Ils étaient toujours autorisés à éduquer de nouveaux prêtres, mais pas séparés du reste de l'église.  De plus, il l'a fait directement, sans passer par le système judiciaire interne du Vatican, alors dirigé par le cardinal Burke.  L'année suivante, Francis limogé Burke de son travail puissant dans le système judiciaire interne du Vatican.  Ce faisant, il a fait un ennemi implacable.

Burke, un Américain encombrant donné à des robes brodées de dentelle et (pour les occasions formelles) une cape écarlate cérémonielle si longtemps qu'il a besoin de pages pour porter son extrémité arrière, était l'un des réactionnaires les plus remarquables du Vatican.  De manière et dans la doctrine, il représente une longue tradition de courtiers de poids lourds américains du catholicisme ethnique blanc.  L'église hiératique, patriarcale et assiégée de la messe en latin est son idéal auquel il semble que l'église de Jean-Paul II et de Benoît revenait lentement - jusqu'à ce que François commence à travailler.

La combinaison de l'anticommunisme, de la fierté ethnique et de la haine du féminisme au Cardinal Burke a nourri une succession de personnalités laïques aux États-Unis, de Pat Buchanan à Bill O'Reilly et Steve Bannon , aux côtés d'intellectuels catholiques moins connus comme Michael Novak, qui ont inlassablement fracassé les guerres américaines au Moyen-Orient et la compréhension républicaine des marchés libres.

C'est le Cardinal Burke qui a invité Bannon, alors déjà animateur de Breitbart News, à s'adresser à une conférence au Vatican, via un lien vidéo de Californie, en 2014. Le discours de Bannon était apocalyptique, incohérent et historiquement excentrique.  Mais il ne se trompait pas sur l'urgence de sa convocation à une guerre sainte: la seconde guerre mondiale, a-t-il dit, avait été "l'Occident judéo-chrétien contre les athées" et la civilisation était "au début d'une guerre mondiale contre Le fascisme islamique ... un conflit très brutal et sanglant ... qui éradiquera complètement tout ce qui nous a été légué au cours des 2 000, 2 500 dernières années ... si les gens dans cette salle, les gens dans l'église, ne se battent pas pour nos croyances contre cette nouvelle barbarie qui commence. "

Tout dans ce discours est anathème à François.  Sa première visite officielle en dehors de Rome, en 2013, était à l'île de Lampedusa , qui était devenue le point d'arrivée de dizaines de milliers de migrants désespérés venus d'Afrique du Nord.  Comme ses deux prédécesseurs, il est fermement opposé aux guerres au Moyen-Orient, bien que le Vatican ait apporté un soutien réticent à l'extirpation du califat de l'État islamique.  Il s'oppose à la peine de mort.  Il déteste et condamne le capitalisme américain: après avoir marqué son soutien aux migrants et aux homosexuels, la première grande déclaration politique de son temps fut une encyclique, ou un document d'enseignement, adressé à toute l'église, qui condamnait violemment le fonctionnement des marchés mondiaux.

"Certaines personnes continuent à défendre les théories de l'effet de levier qui supposent que la croissance économique, encouragée par un marché libre, réussira inévitablement à apporter plus de justice et d'inclusion dans le monde.  Cette opinion, qui n'a jamais été confirmée par les faits, exprime une confiance grossière et naïve dans la bonté de ceux qui exercent le pouvoir économique et dans les rouages ​​sacralisés du système économique dominant.  Pendant ce temps, les exclus attendent toujours. "

Surtout, François est du côté des immigrés - ou des émigrés, comme il les voit - chassés de leurs foyers par un capitalisme sans pitié et destructeur, qui a mis en branle un changement climatique catastrophique.  C'est une question racialisée, aussi profondément politisée, aux États-Unis.  Les évangéliques qui ont voté pour Trump et son mur sont d'une blancheur écrasante.  Ainsi est la direction de l'église catholique américaine.  Mais les laïcs sont environ un tiers hispaniques, et cette proportion augmente.  Le mois dernier, Bannon affirmait, dans une interview sur 60 Minutes de CBS , que les évêques américains étaient en faveur de l'immigration de masse uniquement parce qu'elle maintenait leurs congrégations - même si cela va plus loin que ne le diraient publiquement les évêques de droite.

Lorsque Trump a annoncé pour la première fois qu'il construirait un mur pour éloigner les migrants, Francis a failli nier que le candidat d'alors pouvait être chrétien.  Dans la vision de Francis sur les dangers pour la famille, les toilettes transgenres ne sont pas le problème le plus urgent, comme le prétendent certains guerriers de la culture.  Ce qui détruit les familles, écrit-il, c'est un système économique qui oblige des millions de familles pauvres à se séparer dans leur recherche de travail.

Tout en s'attaquant aux pratiquants de la messe en latin de la vieille école, Francis a lancé une offensive de grande envergure contre la vieille garde à l'intérieur du Vatican.  Cinq jours après son élection en 2013, il a convoqué le cardinal hondurien Óscar Rodríguez Maradiaga, et lui a dit qu'il devait être le coordinateur d'un groupe de neuf cardinaux du monde entier dont la mission était de nettoyer le lieu .  Tous avaient été choisis pour leur énergie et pour le fait qu'ils avaient été en désaccord avec le Vatican.  C'était un mouvement populaire partout à l'extérieur de Rome.

Jean-Paul II avait passé la dernière décennie de sa vie de plus en plus paralysée par la maladie de Parkinson, et les énergies qu'il avait laissées n'étaient pas dépensées pour des luttes bureaucratiques.  La curie, comme la bureaucratie du Vatican est connue, est devenue plus puissante, stagnante et corrompue.  Très peu de mesures ont été prises contre les évêques qui abritaient des prêtres maltraitants.  La banque du Vatican était tristement célèbre pour les services qu'elle offrait aux blanchisseurs d'argent.  Le processus de fabrication de saints - quelque chose que Jean-Paul II avait fait à un rythme sans précédent - était devenu un racket extrêmement coûteux.  (Le journaliste italien Gianluigi Nuzzi estimait le taux de canonisation à 500 000 euros par halo.) Les finances du Vatican lui-même étaient un gâchis horrible.  Francis lui-même fait référence à "un courant de corruption" à la curie.

L'état putride de la curie était largement connu, mais jamais parlé en public.  Neuf mois après son entrée en fonction, François dit à un groupe de religieuses que «dans la curie, il y a aussi des gens saints, vraiment, il y a des saints» - la révélation étant qu'il supposait que son auditoire de religieuses serait choqué de le découvrir.

La curie, a-t-il dit, "voit et veille aux intérêts du Vatican, qui sont encore, pour la plupart, des intérêts temporels.  Cette vision centrée sur le Vatican néglige le monde qui nous entoure.  Je ne partage pas ce point de vue, et je ferai tout mon possible pour le changer. "Il a déclaré au journal italien La Repubblica:" Les chefs de l'église ont souvent été narcissiques, flattés et ravis par leurs courtisans.  La cour est la lèpre de la papauté. "

"Le Pape n'a jamais rien dit de gentil au sujet des prêtres", a déclaré le prêtre qui ne peut pas attendre qu'il meure.  "C'est un jésuite anti-clérical.  Je me souviens de cela à partir des années 70.  Ils disaient: "Ne m'appelez pas Père, appelez-moi Gerry" - cette merde - et nous, le clergé paroissial opprimé, sentons que le sol a été coupé sous nos pieds. "

En décembre 2015, Francis a donné son traditionnel discours de Noël à la curie et il n'a rien donné: il les accusait d'arrogance, d '" Alzheimer spirituelle ", "d'hypocrisie typique du médiocre et d'un vide spirituel progressif que les diplômes universitaires ne peuvent combler" , ainsi que du matérialisme vide et une dépendance aux potins et à la médisance - pas le genre de chose que vous voulez entendre du patron à la fête de bureau.

Pourtant, quatre ans après son pontificat, la résistance passive du Vatican semble avoir triomphé de l'énergie de François.  En février de cette année, des affiches sont apparues pendant la nuit dans les rues de Rome demandant: «Francis, où est ta pitié?», L'attaquant pour son traitement du Cardinal Burke.  Ceux-ci ne peuvent provenir que d'éléments mécontents du Vatican et sont des signes extérieurs d'un refus obstiné de céder le pouvoir ou le privilège aux réformateurs.

Cependant, sa bataille a été éclipsée, comme toutes les autres, par la lutte pour la morale sexuelle.  La lutte pour le divorce et le remariage repose sur deux faits.  Premièrement, que la doctrine de l'Église catholique n'a pas changé depuis près de deux millénaires - le mariage est pour la vie et indissoluble;  c'est absolument clair.  Mais le deuxième fait est que les catholiques divorcent et se remarient à peu près au même rythme que la population environnante, et lorsqu'ils le font, ils ne voient rien d'impardonnable dans leurs actions.  Ainsi, les églises du monde occidental sont remplies de couples divorcés et remariés qui communient avec tous les autres, même si eux et leurs prêtres savent parfaitement que ce n'est pas permis.
Les riches et les puissants ont toujours exploité des failles.  Quand ils veulent se séparer d'une femme et se remarier, un bon avocat trouvera un moyen de prouver que le premier mariage était une erreur, pas quelque chose entré dans l'esprit que l'église exige, et ainsi il peut être effacé du dossier - dans le jargon, annulé.  Cela vaut en particulier pour les conservateurs: Steve Bannon a réussi à divorcer de ses trois épouses, mais l'exemple le plus scandaleux est peut-être celui de Newt Gingrich, qui a dirigé la prise du pouvoir républicain dans les années 1990 et s'est réinventé comme un allié Trump. .  Gingrich a rompu avec sa première femme alors qu'elle était traitée pour un cancer, et alors qu'il était marié à sa deuxième femme a eu une liaison de huit ans avec Callista Bisek, un catholique pieux, avant de l'épouser à l'église.  Elle est sur le point de prendre le poste de nouvel ambassadeur de Donald Trump au Vatican .

L'enseignement sur le remariage après le divorce n'est pas la seule façon dont l'enseignement sexuel catholique nie la réalité comme les laïcs l'expérimentent, mais c'est le plus dommageable.  L'interdiction de la contraception artificielle est ignorée par tous, partout où elle est légale.  L'hostilité envers les homosexuels est minée par le fait généralement reconnu qu'une grande partie du sacerdoce en Occident est gai, et certains d'entre eux sont des célibataires bien ajustés.  Le rejet de l'avortement n'est pas un problème où l'avortement est légal et n'est en aucun cas particulier à l'église catholique.  Mais le refus de reconnaître les seconds mariages, à moins que le couple ne promette de ne jamais avoir de relations sexuelles, met en évidence les absurdités d'une caste d'hommes célibataires qui régissent la vie des femmes.
En 2015 et 2016, François a convoqué deux grandes conférences (ou synodes) d'évêques du monde entier pour discuter de tout cela.  Il savait qu'il ne pouvait pas bouger sans un large accord.  Il se taisait lui-même et encourageait les évêques à se disputer.  Mais il apparut bientôt qu'il favorisait un relâchement considérable de la discipline autour de la communion après le remariage.  Puisque c'est ce qui se passe en pratique de toute façon, il est difficile pour un étranger de comprendre les passions qu'il suscite.

«Ce qui m'importe, c'est la théorie», dit le prêtre anglais qui avoua sa haine de François.  «Dans ma paroisse, il y a beaucoup de couples divorcés et remariés, mais beaucoup d'entre eux, s'ils ont entendu le décès du premier conjoint, se précipiteraient pour un mariage à l'église.  Je connais beaucoup d'homosexuels qui font toutes sortes de choses qui ne vont pas, mais ils savent qu'ils ne devraient pas l'être.  Nous sommes tous des pécheurs.  Mais nous devons maintenir l'intégrité intellectuelle de la foi catholique. "

Avec cet état d'esprit, le fait que le monde rejette votre enseignement prouve simplement à quel point il est juste.  "L'Eglise catholique devrait être contre-culturelle à la suite de la révolution sexuelle", explique Ross Douthat.  "L'église catholique est le dernier endroit restant dans le monde occidental qui dit que le divorce est mauvais."


F ou Francis et ses partisans, tout cela n'est pas pertinent.  L'église, dit Francis, devrait être un hôpital ou un poste de premiers soins.  Les personnes divorcées n'ont pas besoin de se faire dire que c'est une mauvaise chose.  Ils ont besoin de récupérer et de reconstituer leur vie ensemble.  L'église devrait se tenir à leurs côtés et faire preuve de miséricorde.

Au premier synode des évêques en 2015, ce n'était encore qu'une opinion minoritaire.  Un document libéral a été préparé, mais rejeté à la majorité.  Un an plus tard, les conservateurs étaient clairement minoritaires, mais très déterminés.  Francis lui-même a écrit un résumé des délibérations dans The Joy of Love.  C'est un document long, réfléchi et soigneusement ambigu.  La dynamite est enterrée dans la note de bas de page 351 du chapitre huit et a pris une importance immense dans les convulsions ultérieures.

La note de bas de page ajoute un passage qui vaut la peine d'être cité pour ce qu'il dit et comment il le dit.  Ce qu'il dit est clair: certaines personnes vivant dans des seconds mariages (ou partenariats civils) "peuvent vivre dans la grâce de Dieu, peuvent aimer et peuvent aussi grandir dans la vie de grâce et de charité, tout en recevant l'aide de l'Eglise".

Même la note, qui dit que de tels couples peuvent recevoir la communion s'ils ont confessé leurs péchés, aborde la question avec circonspection: «Dans certains cas, ceci peut inclure l'aide des sacrements.» Par conséquent, «Je veux rappeler aux prêtres que le Le confessionnal ne doit pas être une chambre de torture, mais plutôt une rencontre avec la miséricorde du Seigneur. "Et:" Je voudrais aussi souligner que l'Eucharistie n'est pas un prix pour le parfait, mais un remède puissant pour les faibles ".

"En pensant que tout est noir et blanc", ajoute Francis, "nous fermons parfois le chemin de la grâce et de la croissance".

C'est ce petit passage qui a uni toutes les autres rébellions contre son autorité.  Personne n'a consulté les laïcs pour savoir ce qu'ils en pensent et, en tout cas, leurs opinions n'ont aucun intérêt pour la partie introvertie.  Mais parmi les évêques, entre un quart et un tiers résistent passivement au changement, et une petite minorité le fait activement.

Le chef de cette faction est le grand ennemi de Francis, le cardinal Burke.D'abord destitué de ses fonctions à la cour du Vatican, puis de la commission de liturgie, il finit par siéger au conseil de surveillance des Chevaliers de Malte, un organisme de bienfaisance dirigé par les vieilles aristocraties catholiques d'Europe. En automne 2016, il a limogé le chef de l'ordre pour avoir soi-disant permis à des religieuses de distribuer des préservatifs en Birmanie. C'est quelque chose que les moniales font assez largement dans le monde en développement pour protéger les femmes vulnérables. L'homme qui avait été limogé a fait appel au pape .

Le résultat fut que Francis rétablit l'homme que Burke avait limogé et nomma un autre homme pour assumer la plupart des fonctions de Burke. C'était une punition pour la prétention tout à fait fausse de Burke que le pape avait été de son côté dans la rangée originale.

Pendant ce temps, Burke avait ouvert un nouveau front, qui se rapprochait le plus possible de l'accusation d'hérésie du pape. Avec trois autres cardinaux, dont deux sont décédés depuis, Burke a produit une liste de quatre questions visant à établir si Amoris Laetitia a ou non contrevenu à l'enseignement antérieur. Ceux-ci ont été envoyés comme une lettre formelle à Francis, qui l'a ignoré. Après son limogeage, Burke a rendu publiques les questions et a déclaré qu'il était prêt à faire une déclaration formelle que le pape était un hérétique s'il ne voulait pas leur répondre à la satisfaction de Burke.

Bien sûr, Amoris Laetitia représente une rupture avec l'enseignement précédent. C'est un exemple de l'église apprenant de l'expérience. Mais c'est difficile à assimiler pour les conservateurs: historiquement, ces bouffées d'apprentissage n'ont eu lieu que dans des convulsions, à des siècles d'intervalle. Celui-ci est venu seulement 60 ans après le dernier éclat d'extraversion, avec Vatican II, et seulement 16 ans après que Jean Paul II a réitéré la vieille ligne dure.

"Qu'est-ce que cela signifie pour un pape de contredire un pape précédent?" Demande Douthat. "Il est remarquable de voir à quel point François est arrivé à se disputer avec ses prédécesseurs immédiats. Il y a seulement 30 ans, Jean-Paul II a établi dans Veritatis Splendor la ligne qui semble contredire Amoris Laetitia .

Le pape François contredit délibérément un homme qu'il a lui-même proclamé saint. Cela ne le dérangera guère. Mais la mortalité pourrait. Plus François change la ligne de ses prédécesseurs, plus il devient facile pour un successeur de renverser la sienne. Bien que l'enseignement catholique change bien sûr, il s'appuie pour sa force sur l'illusion que ce n'est pas le cas. Les pieds peuvent danser sous la soutane, mais la robe elle-même ne doit jamais bouger. Cependant, cela signifie également que les changements qui ont eu lieu peuvent être annulés sans aucun mouvement officiel. C'est ainsi que Jean Paul II a riposté contre Vatican II.

Pour garantir que les changements de François dureront, l'église doit les accepter. C'est une question à laquelle on ne répondra pas de son vivant. Il a 80 ans et n'a qu'un seul poumon. Ses adversaires peuvent prier pour sa mort, mais personne ne peut savoir si son successeur tentera de le contredire - et sur cette question, l'avenir de l'église catholique est maintenant suspendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
LEGLIZ KATOLIK lan mod "KRIZ-PAP FRANSWA DI PA GEN LANFE
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kilès ki ap konplote kont legliz katolik ann Ayiti?
» Pawòl militan Lavalas sou lè yon chante legliz katolik
» Legliz katolik envite Jovnèl vin mache lan manifestasyon kont korypsion.
» Kretyen katolik Miragoane ap goumen ak kretyen Anse Veau pou pwovins eklezyatik
» Morgues, Legliz ak Simityer Pa Vle Resevwa Moun Ki Mouri de Cholera!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: