Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Ce que disent les autres a propos de la langue francaise

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15506
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Ce que disent les autres a propos de la langue francaise   Lun 9 Avr 2018 - 6:49

Sanble Gwo defanse ,Moun ki ap pote LA BANYE pou LANG FRANSE an ,gen le se ann AYITI yo ye.
Men kom ELIT AYISYEN an se yon ELIT ki kontinye ap VIV lan 19yem SYEK lan toujou.

Ann AYITI ,se te bat BRAVO pou DANI LAFERYE te rantre lan AKADEMI FRANSE ,alos ke MAJORITE FRANSE yo pa konnen ke gen yon AKADEMI FRANSE e ki sa li la pou l regle.
Lan VIL PARI ,pafwa le JENN yo ap pale,GRANMOUN yo pa preske konprann sa y ap di ,paske yon paket MO jenn yo ap di se ANGLE.
Ou konn tande NEG ann AYITI ap pale de "ANGLISISM".An FRANS e menm lan KANADA "FRANGLAIS ap vale TEREN:




Le franglais ne serait pas une menace pour la langue française, selon une nouvelle étude

La science ne se range pas du côté de ceux qui s'inquiètent de l'avenir du français.

HuffPost Québec

Le franglais n'est pas une menace pour la langue française, selon une nouvelle étude de l'Université d'Ottawa.

Bien que de nombreux francophones soient inquiets de la dégradation de la langue française, ces préoccupations ne sont pas fondées, selon Shana Poplack qui a étudié des milliers de mots et des centaines de locuteurs.

«Nous avons examiné des millions de mots de francophones du Québec, dès 1846, la plupart des mots empruntés disparaissent simplement après leur première mention», a-t-elle expliqué en entrevue à Ottawa Morning sur les ondes de la radio de CBC.

Lorsqu'un mot anglais entre dans le langage courant francophone, les bases du français ne sont pas modifiées. «Lorsque les gens empruntent des mots, ils les dépouillent de leurs propriétés grammaticales», a-t-elle souligné.

Selon les résultats de l'étude, les mots anglophones sont considérés comme des mots francophones par la population, ainsi les mélanger n'a aucun effet sur le noyau grammatical de la langue.

«Des mots comme jewelry, lawyer, court, terrace - tous ces mots sont d'origine française. Nous les utilisons tous les jours. Ont-ils détruit la structure de la langue anglaise? Absolument pas», a argumenté Shana Poplack.

L'attitude des «puristes» qui craignent pour l'avenir du français est donc compréhensible, dit-elle, mais la science ne se range pas de leur côté.


ET PUIS

http://ledevoir.com/opinion/chroniques/521011/une-francophonie-en-panne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15506
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Ce que disent les autres a propos de la langue francaise   Lun 9 Avr 2018 - 19:01

GEN PWOBLEM



Les élites françaises aiment-elles encore la langue de Molière?
Par  Mathieu Bock-Côté  
Mis à jour le 19/03/2015 à 19:28 /
Publié le 19/03/2015 à 12:11

Les élites françaises aiment-elles encore la langue de Molière?


Remonter au début de l'article ⤒

FIGAROVOX/TRIBUNE - Figure de la vie intellectuelle québécoise, Matthieu Bock-Côté voit une victoire du snobisme dans la prolifération des mots anglais en France.

Mathieu Bock-Côté est sociologue (Ph.D). Il est chargé de cours à HEC Montréal et chroniqueur au Journal de Montréal ainsi qu'à la radio de Radio-Canada. Il est l'auteur de plusieurs livres, parmi lesquels «Exercices politiques» (VLB, 2013), «Fin de cycle: aux origines du malaise politique québécois» (Boréal, 2012) et «La dénationalisation tranquille: mémoire, identité et multiculturalisme dans le Québec post-référendaire» (Boréal, 2007).

Selon qu'il vienne du Québec ou de la France, l'éloge de la langue française n'a pas la même tonalité. Dans le premier cas, on célèbre et chante une langue fragile mais têtue, qui a survécu aux différentes tentatives pour l'effacer du continent nord-américain. Longtemps, les Québécois qui passaient par la France étaient émerveillés
d'y voir une langue de pouvoir, nommant l'ensemble de la réalité. Dans l'autre, on célèbre le génie d'une langue à l'esprit universel, celle des écrivains et moralistes qui ont cartographié exceptionnellement au fil du temps les passions humaines en frappant des maximes de génie. Ces deux perspectives pourraient se féconder aujourd'hui.

Au Québec on célèbre et chante une langue fragile mais têtue, qui a survécu aux différentes tentatives pour l'effacer du continent nord-américain.

Car chanter la langue française, désormais, consiste d'abord à célébrer une langue qui a été déclassée par l'anglais, apparemment seul idiome possible de la modernité. Les Québécois ont une longue expérience de cette résistance et portent à leur manière
la cause des petites nations qui, devant le rouleau compresseur des empires, continuent d'avoir leur propre point de vue sur le monde. C'est ce qui avait poussé Alain Finkielkraut, dans L'Ingratitude, à dire qu'aujourd'hui, «nous sommes tous des Québécois». Chaque nation sait aujourd'hui qu'elle peut se dissoudre et découvre une angoisse existentielle que seuls les sots traduiront dans le registre de la phobie.
Mais devant l'hégémonie anglophone, la France n'est pas n'importe quel pays. Quand les blocs s'affrontaient pendant la guerre froide, le général de Gaulle, sans renier l'attachement de la France au camp occidental, rappelait l'existence des peuples et leur souci d'indépendance. En 2003, au moment de la guerre d'Irak, c'est l'opposition de la France à l'entreprise américaine qui a sauvé l'honneur des démocraties occidentales. La France représente encore quelque chose de plus que la France dans le monde. C'est ce que le politologue québécois Christian Dufour a nommé «la résistance du numéro deux». La France est peut-être seule capable d'inscrire la cause de la diversité des peuples au cœur de la vie internationale.

La France représente encore quelque chose de plus que la France dans le monde. Elle est peut-être seule capable d'inscrire la cause de la diversité des peuples au cœur de la vie internationale.

Surtout, la langue française, dans le monde occidental, par son prestige de civilisation et par la puissance politique qui pourrait encore être la sienne, en est venue à incarner le point de ralliement contre la domination de l'anglosphère. La langue française passe encore pour la grande langue de la culture. Il n'y a que la France et la francophonie qui peuvent faire de l'exception culturelle un projet politique à part entière. Encore faudrait-il qu'elle reconnaisse dans la francophonie davantage qu'une dimension tout à fait périphérique de sa politique étrangère et qu'elle ne se conçoive pas comme une province parmi d'autres de l'empire européen.


La langue française, dans le monde occidental, par son prestige de civilisation et par la puissance politique qui pourrait encore être la sienne, en est venue à incarner le point de ralliement contre la domination de l'anglosphère.

Une langue meurt lorsqu'elle ne parvient plus à traduire une nouvelle époque dans ses propres mots et lorsqu'elle emprunte systématiquement à une autre langue les termes pour nommer les réalités nouvelles. Il y a dans l'anglomanie qui a gagné la France depuis quelques années un zèle autodépréciateur inquiétant, comme si elle croyait que le vocabulaire de la mondialisation était nécessairement anglophone, qu'on évoque l'économie financière ou des nouvelles technologies. Start up, business, fashion week, lifestyle, smartphone, on pourrait aligner longtemps les mots servant à donner un cachet mondialisé à ceux qui entendent conquérir les marchés.

On se moque volontiers des Québécois qui maltraitent plus souvent qu'ils ne le devraient le français, tout en cherchant à l'imposer dans tous les domaines de l'existence. Ils sont pourtant fidèles ici à une exigence fondamentale: aucun domaine de l'existence ne saurait se soustraire à la langue française, qui peut tout nommer, tout traduire. Aucun État ne peut faire l'économie d'une politique linguistique à part entière, à moins de consentir à la provincialisation de sa langue, qui sera encore parlée dans les bourgades, mais qui renoncera à peser sur les affaires du monde.

On ne saurait défendre une langue sans célébrer son génie. Et c'est ici que l'éloge de la langue française se confond avec celui de la littérature française. Qui s'y plonge s'éduque.

Les modernes s'enthousiasment à l'idée de s'angliciser comme s'ils rejoignaient ainsi le petit club sélect des individus mondialisés, qui se croient capables de passer d'un pays à l'autre. D'autant qu'ils feront tout pour effacer l'originalité de chacun, la mondialisation se présentant comme une homogénéisation de la planète selon les exigences d'une culture globale. Inévitablement, ceux qui n'entrent pas dans le moule se font accuser de complaisance réactionnaire.

Mais on ne saurait défendre une langue sans célébrer son génie. Et c'est ici que l'éloge de la langue française se confond avec celui de la littérature française. Qui s'y plonge s'éduque. Encore doit-on y voir non pas seulement une série de fables amusantes pour distraire l'esprit mais bien une part vitale du patrimoine de l'humanité. Encore doit-on aussi la parler dans sa richesse et la sortir de la gaine étouffante de la langue des communicants. On n'en sort pas: une langue qui s'arrache à sa littérature se suicide.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Membre-fondateur
Membre-fondateur


Masculin
Nombre de messages : 15506
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Ce que disent les autres a propos de la langue francaise   Sam 14 Avr 2018 - 14:52

Sanble ke FANATIK LANG FRANSE yo ,se ann AYITI yo ye.

Sanble ke MACRON limenm ,li leve KOK kalite (selon ekspresyon RICO an) li an le pou l bay legen bay LANG ANGLE.

Se pa 2 ATAK ke MACRON ap sibi sejousi ,menm le l ap pale ap FRANSE yo li ap ize FRANGLE.

LEPANDYE ann AYITI yo ,kite nou an repo ak LANG FRANSE nou an.Nou gen LANG pa nou .Yon lang KI AP PRAN ekstansyon de plizanpli.
Yon lang ki de plizanpli ki ap ANSEYE lan INIVESITE AMERIKEN yo.

FRANSE yomenm ap di ke MACRON se yon 5eyem kolonn pou ANGLE ,e an menm tan l ap di li pou EKSTANSYON LANG FRANSE an:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ce que disent les autres a propos de la langue francaise   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ce que disent les autres a propos de la langue francaise
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouveau forum : Ce que disent les Autres.
» 04. Des cupcakes pas comme les autres - Oxanna/Sue/Alejandro
» A propos du CNE
» Un matin comme les autres ? [Terminé]
» L'Islam rejoint les autres religions

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Blogue :: Libre de penser-
Sauter vers: