Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Little Ayiti pa vle resevwa Mateli. Sweet Miki kanpe lwen!

Aller en bas 
AuteurMessage
Sasaye
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8207
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, Pale Ayisien
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

MessageSujet: Little Ayiti pa vle resevwa Mateli. Sweet Miki kanpe lwen!   Ven 18 Mai 2018 - 0:21

Haitian Activists, “Sweet Micky Is Not Welcome In Little Haiti”

An Open Letter To Mayor Francis Suarez and the City of Miami Commission
MIAMI – The Haitian-American Community of Miami is outraged that City resources will be used to host former Haitian President Michel Martelly during the Haitian Heritage month celebrations this Friday (May 18th).
President Martelly’s actions during his five years in office (2010-2015) brought disrepute to the office of President and inflicted lasting harm to the dignity of Haitians in Haiti and in Miami. He is not an appropriate representative of Haitian culture and is a poor model for our youth.

Michel Martelly (Sweet Micky)
President Martelly’s most objectionable acts include:

  • Denigrating Women


President Martelly has a long history of denigrating and threatening women with violence. On July 29, 2015, President Martelly participated in a political rally for his party, PHTK, in Miragoane Haiti. When a woman in the audience audibly protested his policies, President Martelly threatened to have sex with her on the stage, then said he would have broken her jaw if he was not the President.
In January 2015, Martelly, who is a well-known singer, issued a Carnival song titled “Bal Bannan nan” (“Give her the banana”), a lewd, harassing, song targeting Liliane Pierre-Paul, a well-known radio journalist. Radio Kiskeya, where Pierre-Paul works, was the target of an attack by unidentified gunmen, shortly after Martelly denounced the journalist and her radio station for its critical coverage of his regime.
Earlier this year, several women’s groups and human rights organizations called for officials to exclude former President Martelly from Carnaval celebrations because of his sexist and lewd behaviour. Two cities- Jacmel, where the main international Carnaval takes place and Gonaives, prohibited Martelly’s participation.


  • Engaging in Massive Corruption


President Martelly and his Administration engaged in massive corruption. Haiti is currently being rocked by a scandal involving billions of dollars misused or stolen during the Martelly Administration from the Petrocaribe program.
President Martelly has been linked to hundreds of millions of dollars stolen through fraudulent bidding on earthquake reconstruction projects.
Members of the Miami Haitian community are particularly enraged that President Martelly imposed an illegal tax on money transfers and phone calls to Haiti and diverted the money, ostensibly destined for education, to special bank accounts. That money has never been accounted for.


  • Jailing Political Opponents


President Martelly’s administration consistently jailed political opponents and dissidents. In fact, in order to end a series of demonstrations against his regime in late 2014, Martelly was forced to free over forty political prisoners in December 2014.
These prisoners included:


  • Josué and Enold Florestal, activists with the RDNP party, jailed in 2013 after they filed a complaint against President Martelly’s wife and son for corruption.
  • Jean Robert Vincent, arrested in July 2012 for passing out anti-Martelly pamphlets. Vincent spent two and a half years in prison for his open criticism of the President.
  • Biron Odigé et Rony Timothée, two activists arrested during a legal demonstration in October 2014.



  •  Running Violent, Unfair Elections


President Martelly refused to hold elections for most of his term. In January 2012, when the terms of all elected mayors in Haiti expired, Martelly illegally appointed all of the mayors, in some cases replacing mayors chosen by the electorate. At the same time, one-third of Haiti’s Senate seats became vacant and remained vacant for four years, leaving the Senate unable to muster a quorum for controversial votes.
In January 2015, the terms for the entire House of Deputies and another one-third of the Senate expired, leaving the President and ten Senators as the only elected officials in the country. President Martelly then ruled by decree until his departure in February 2016.
When popular pressure finally forced President Martelly to finally run elections starting in August, 2015, the elections were violent, and highly fraudulent.  As a result, no successor to President Martelly was elected by the end of his term and Haiti was forced to inaugurate an Interim President to oversee new elections.
It is unacceptable for Sounds of Little Haiti to take money from developers, at a time when Haitian families and businesses are being pushed out of Little Haiti, one of the fastest gentrified areas in the country today, to pay Sweet Micky to perform on May 18th.
It is a disgrace especially after Michel Martelly and his family emptied Haiti’s coffers shamelessly during his presidency, and violated the human rights of so many, including workers fighting for minimum wage.
There will be a rally on May 18, 2018 , at 6 PM in front of the Little Haiti Cultural Center to say “No” to Michel Martelly (Sweet Micky )and Sounds of Little Haiti.

The Sweet Micky Is Not Welcome In Little Haiti is Endorsed By:
Marleine Bastien
Veye Yo
Tony Jeanthenor
Roger Biambi
Farah Juste
Jack Lieberman
Ira Kurzban
Michael Martinez
Steve Forester
Mecknic Derisca
Ovida Alba
Jean-Robert Lafortune

Progressive Jewish Action
Labor Community Alliance
MOZAPESS

Associations des Anciens Elus Locaux
Ayiti Toma
Kja Klere
Je Ayiti
Operasyon Debare Pep LA
FODEP



Sharing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15899
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Little Ayiti pa vle resevwa Mateli. Sweet Miki kanpe lwen!   Ven 18 Mai 2018 - 6:59

Une lettre ouverte au maire Francis Suarez et à la Commission de la ville de Miami
MIAMI - La communauté haïtiano-américaine de Miami est indignée que les ressources de la ville servent à accueillir l'ancien président haïtien Michel Martelly lors des célébrations du mois du patrimoine haïtien ce vendredi 18 mai.
Les actions du président Martelly durant ses cinq années au pouvoir (2010-2015) ont discrédité le poste de président et ont infligé des dommages durables à la dignité des Haïtiens en Haïti et à Miami. Il n'est pas un représentant approprié de la culture haïtienne et est un mauvais modèle pour nos jeunes.


Michel Martelly (Sweet Micky)
Les actes les plus répréhensibles du Président Martelly incluent:

• Dénigrer les femmes



Le président Martelly a longtemps dénigré et menacé les femmes de violence. Le 29 juillet 2015, le président Martelly a participé à un rassemblement politique pour son parti, PHTK, à Miragoane en Haïti. Quand une femme dans l'auditoire a protesté de manière audible ses politiques, le président Martelly a menacé de faire l'amour avec elle sur la scène, puis a dit qu'il lui aurait cassé la mâchoire s'il n'était pas le président.
En janvier 2015, Martelly, qui est une chanteur bien connu, a publié une chanson de carnaval intitulée "Bal Bannan nan" ("Donne-lui la banane"), une chanson lubrique, harcelante, visant Liliane Pierre-Paul, une journaliste de radio bien connue iste. Radio Kiskeya, où travaille Pierre-Paul, a été la cible d'une attaque par des hommes armés non identifiés, peu de temps après que Martelly a dénoncé la journaliste et sa station de radio pour sa couverture critique de son régime.
Plus tôt cette année, plusieurs groupes de femmes et organisations de défense des droits de l'homme ont appelé les responsables à exclure l'ancien président Martelly des célébrations du Carnaval en raison de son comportement sexiste et obscène. Deux villes - Jacmel, où se déroule le principal carnaval international et Gonaïves, interdirent la participation de Martelly.



• S'engager dans une corruption massive



Le président Martelly et son administration se sont livrés à une corruption massive. Haïti est actuellement secoué par un scandale impliquant des milliards de dollars mal utilisés ou volés pendant l'administration Martelly du programme Petrocaribe.
Le président Martelly a été lié à des centaines de millions de dollars volés par des offres frauduleuses sur des projets de reconstruction de tremblement de terre.
Les membres de la communauté haïtienne de Miami sont particulièrement furieux que le président Martelly ait imposé une taxe illégale sur les transferts d'argent et les appels téléphoniques en Haïti et ait détourné l'argent, ostensiblement destiné à l'éducation, sur des comptes bancaires spéciaux. Cet argent n'a jamais été comptabilisé.

• Jouter des opposants politiques



L'administration du président Martelly a systématiquement emprisonné des opposants politiques et des dissidents. En fait, pour mettre fin à une série de manifestations contre son régime à la fin de 2014, Martelly a été contraint de libérer plus de quarante prisonniers politiques en décembre 2014.
Ces prisonniers comprenaient:


• Josué et Enold Florestal, militants du parti RDNP, ont été emprisonnés en 2013 après avoir déposé une plainte contre la femme et le fils du président Martelly pour corruption.

• Jean Robert Vincent, arrêté en juillet 2012 pour avoir distribué des pamphlets anti-Martelly. Vincent a passé deux ans et demi en prison pour avoir ouvertement critiqué le président.

• Biron Odigé et Rony Timothée, deux activistes arrêtés lors d'une manifestation légale en octobre 2014.



Exécution d'élections violentes et injustes



Le président Martelly a refusé de tenir des élections pendant la plus grande partie de son mandat. En janvier 2012, lorsque les mandats de tous les maires élus en Haïti ont expiré, Martelly a illégalement nommé tous les maires, remplaçant dans certains cas les maires choisis par l'électorat. En même temps, un tiers des sièges au Sénat d'Haïti est devenu vacant et est resté vacant pendant quatre ans, laissant le Sénat incapable de rassembler un quorum pour les votes controversés.
En janvier 2015, les mandats de l'ensemble de la Chambre des députés et d'un tiers du Sénat ont expiré, laissant le président et dix sénateurs parmi les seuls élus du pays. Le président Martelly a ensuite statué par décret jusqu'à son départ en février 2016.
Lorsque la pression populaire a finalement forcé le président Martelly à finalement organiser des élections à partir d'août 2015, les élections ont été violentes et hautement frauduleuses. En conséquence, aucun successeur au président Martelly n'a été élu à la fin de son mandat et Haïti a été forcé d'inaugurer un président par intérim pour superviser de nouvelles élections.
Il est inacceptable que Sounds of Little Haïti prenne de l'argent auprès des promoteurs, alors que les familles et les entreprises haïtiennes sont poussées hors de Little Haiti, l'une des régions les plus rapidement gentrifiées du pays, pour payer Sweet Micky le 18 mai .
C'est une honte surtout après que Michel Martelly et sa famille aient vidé sans vergogne les coffres d'Haïti pendant sa présidence, et violé les droits humains de tant de personnes, y compris les travailleurs qui luttent pour le salaire minimum.
Il y aura un rassemblement le 18 mai 2018, à 18 heures devant le Centre Culturel de Little Haiti pour dire "Non" à Michel Martelly (Sweet Micky) et à Sounds of Little Haïti.

The Sweet Micky Is Not Welcome In Little Haiti is Endorsed By:
Marleine Bastien
Veye Yo
Tony Jeanthenor
Roger Biambi
Farah Juste
Jack Lieberman
Ira Kurzban
Michael Martinez
Steve Forester
Mecknic Derisca
Ovida Alba
Jean-Robert Lafortune
Progressive Jewish Action
Labor Community Alliance
MOZAPESS
Associations des Anciens Elus Locaux
Ayiti Toma
Kja Klere
Je Ayiti
Operasyon Debare Pep LA
FODEP



Suggest an edit


About Google TranslateCommunityMobile
About GooglePrivacy & TermsHelp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kakakok
Super Star
Super Star
avatar

Féminin
Nombre de messages : 5135
Localisation : USA
Opinion politique : Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites,mais je défendrai jusqu’à la mort votre droit à le dire"
Loisirs : DEMOCRATE DU CENTRE GAUCHE !
Date d'inscription : 27/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Vision politique , NOE DES TEMPS MODERNES !

MessageSujet: Re: Little Ayiti pa vle resevwa Mateli. Sweet Miki kanpe lwen!   Ven 18 Mai 2018 - 13:11

Bravooooooo affraid affraid affraid affraid affraid affraid  sa se devwa sitwayen !!!!!! Se akey sa nou dwe rezeve pou tout vagabon ! affraid affraid affraid affraid affraid


WIIIIIIII SWEL SA AAAA BON !!!!!!!!!

selman penga m tande ni rele ni kriye lo ti vagabon pa nou yo ap resevwa sale yo ! paske nou toyt nantout kan yo nou chaje ak vagabon menm plim menm plimaj !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Little Ayiti pa vle resevwa Mateli. Sweet Miki kanpe lwen!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Little Ayiti pa vle resevwa Mateli. Sweet Miki kanpe lwen!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Voici le laeader Sweet Miki
» Quand Michel Martelly fait du Sweet Miki....
» LILIANNE PIERRE-PAUL DI SWEET MIKI: MENM PA PÈ
» OKAP RESEVWA DELEGASYON GOUVENMAN E LAPOLIS AK KOUT ROCH,YO DI PREVAL KANPE LWEN
» Mateli ap pare l pou l resevwa Oprah

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: