Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Dekilakyèl Koripsyon nap pale?

Aller en bas 
AuteurMessage
Sasaye
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8246
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, Pale Ayisien
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

MessageSujet: Dekilakyèl Koripsyon nap pale?   Dim 27 Mai 2018 - 9:14

Economie -
Le sujet relatif à la lutte contre la corruption et la contrebande refait surface cette semaine comme si les faits manquaient depuis quelque temps.
 Dieu seul sait à quel point le cancer de la corruption gangrène le pays.
 Point n’est besoin d’un rapport de Transparency International pour connaître le niveau de la corruption en Haïti. 


Dans la rue, dans les institutions publiques, même à travers les prises de parole en public de certains fonctionnaires ou élus locaux, la corruption pue.


Et là, on n'est pas en train de parler de la petite corruption des policiers qui prennent des dessous de table à un conducteur fautif, ni des petits racketteurs faisant continuellement le pied de grue devant les institutions publiques à la recherche de clients à surfacturer, mais de tout acte qui empêche les fonds publics de remplir la mission pour lesquels ils ont été débloqués.


 Ainsi, les bandits de grand chemin comme ceux en col blanc sont tous concernés. Ceci n’est pas un manuel destiné aux malfrats, aux filous notoires. On se garde d'énumérer les différentes manières de corrompre ou d’être corrompu. Ou encore comment la contrebande mine les fondements même de notre nation.


À chaque fois que revient un fait, un acte, un évènement, une occasion pour relancer le débat de la corruption ou de la contrebande au devant de la scène, loin de s'offusquer ou de se révolter, l'Haïtien moyen fait mine de rien quand il ne se tord pas de rire. 
C'est le fruit d'une culture du vice longtemps pratiquée chez nous qui fait qu'aux yeux de l'Haïtien, voler l'État n'est pas voler. C'est même une preuve d'intelligence que la société approuve. Il s'ensuit qu'aujourd'hui on ne peut parcourir cinq mètres dans nos rues sans avoir à y faire face d’une façon ou d’une autre.


Le président de la République reconnaît que la corruption est le principal obstacle qui empêche le pays de prendre la voie du progrès. Le Premier ministre indexe l’épineux dossier des chèques zombis, les ministres dénoncent, les parlementaires enquêtent, menacent, légifèrent. « Ti Mari pa monte, Ti Mari pa desann ». 


Pas d’arrestations en cascade, pas d’enquêtes en profondeur, pas de procès, pas de condamnés. L'affaire PetroCaribe devient de plus en plus un sujet tabou qu'il faut éviter sous peine d'être victime. Mais on continue à parler de lutte contre la corruption toujours avec plus de vigueur dans la presse. Qui trompe qui ?


On a vu avec quel dynamisme, quel empressement, des autorités, parmi lesquelles le ministre du Commerce et de l’Industrie, Jean-Marie Du Meny, le directeur général de l’Administration générale des douanes (AGD), Jean Jorel Janvier, le secrétaire d’État à la Sécurité publique, Léon Ronsard Saint-Cyr se sont accordés pour intervenir dans une conférence de presse qui informait le public de la saisie de containers de marchandises en contrebande à la frontière entre Haïti et la République dominicaine.


Toujours dans cette affaire, la saisie d’une vingtaine de camions bourrés de marchandises de toutes sortes. Selon les autorités, un fusil et près de quatre mille balles, des cargaisons de salami, des produits en styrofoam ont été saisis durant l’opération menée conjointement par les agents douaniers et la Police nationale d’Haïti durant la semaine du 10 au 16 mai. 


On est tenté de demander si, avant ou après cette spectaculaire saisie, il n’y avait pas de contrebande ou s'il n’y aura plus de contrebande. Comme des camions ne peuvent pas traverser la frontière entre deux pays sans connaître le ou les propriétaire (s) des marchandises transportées, la nation attend d’autres explications.


Derrière la contrebande à la frontière se cache une mine que les autorités rechignent à exploiter. Plus de 400 millions de dollars de manque à gagner pour le Trésor public à cause de la contrebande, à en croire les chiffres avancés depuis des années par des spécialistes de la question. 


Les bras qui se cachent derrière ces trafics sont trop forts pour l'État haïtien. Pour combler les vides du déficit budgétaire, les autorités locales préfèrent bêcher des terrains moins dangereux comme le réajustement du prix du carburant.
Une décision qui sonne mal et qui déchire les tympans de certaines couches de la société au moment où la vie chère atteint des proportions insupportables même pour les salariés dans un pays de chômeurs.


S'il faut ajouter à cela les manifestations des ouvriers du Parc industriel métropolitain comme ceux de Caracol, les echauffourées entre les gangs rivaux à Martissant qui paralysent depuis plus d'un mois la route nationale numéro 2, le pays est quasiment en ébullition. 


Les observateurs les plus avertis croient que l'heure est grave et qu'il est encore temps d'écouter les voix de la sagesse et de la raison.

Dieudonné Joachim


Auteur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Dekilakyèl Koripsyon nap pale?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Poukisa Rico pa pale de atik sa.
» Nèg yo ap pale anpil apre dèt ekstèn peyi a anile.
» LE YON NONM AP PALE FOK OU VEYE DJOL OU !
» Preval an kolè,vyole pwotokole pou pale a jounalis meriken ki denonse koripsyon
» Ayiti ap pale, eske n ap koute?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: