Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Donal Trump gate reyinyon G7 lan. Lòt peyi yo mete misye kanpe lwen

Aller en bas 
AuteurMessage
Sasaye
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 8057
Localisation : Canada
Opinion politique : Indépendance totale
Loisirs : Arts et Musique, Pale Ayisien
Date d'inscription : 02/03/2007

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Maestro

MessageSujet: Donal Trump gate reyinyon G7 lan. Lòt peyi yo mete misye kanpe lwen   Dim 10 Juin 2018 - 13:02

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15625
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Donal Trump gate reyinyon G7 lan. Lòt peyi yo mete misye kanpe lwen   Dim 10 Juin 2018 - 14:46

Se konnen yo pa konnen TRUMP.

Pou TRUMP sa G6 yo ap di an ,se bounda NINI.Yo poko janm konfwonte yon MOUN tankou TRUMP.Tout sa nou te konnen lan POLITIK ETRANJE ETAZINI pa vle di anyen pou TRUMP.

Peyi ALYE AMERIKEN yo pedi de MILYA DOLA KONTRA ke yo te siyen ak IRAN;sa pa vle di bounda nini pou TRUMP.

Sejousi ,yon sel bagay ki konsene TRUMP ,se ELEKSYON MI-MANDA yo.Si DEMOKRAT yo ta genyen ELEKSYON sa a ;y ap "IMPEACH" TRUMP.

Jodi an se pa 2 joure mesye TRUMP yo pa joure TRUDEAU lan "show" opinion yo.
Si lot PEYI sa yo pa mete TET yo ANSANM pou yo bay TRUMP yon bon REPONS,EKONOMI yo ap peye l.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15625
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Donal Trump gate reyinyon G7 lan. Lòt peyi yo mete misye kanpe lwen   Dim 10 Juin 2018 - 15:20

Sa a se EDITORYAL NEW YORK TIMES jounen Jodi 10 JEN an.NYTIMES di sa "establishment" ameriken an PANSE:

Opinion

Trump Tries to Destroy the West

By David Leonhardt

Opinion Columnist
June 10, 2018


The alliance between the United States and Western Europe has accomplished great things. It won two world wars in the first half of the 20th century. Then it expanded to include its former enemies and went on to win the Cold War, help spread democracy and build the highest living standards the world has ever known.

President Trump is trying to destroy that alliance.

Is that how he thinks about it? Who knows. It’s impossible to get inside his head and divine his strategic goals, if he even has long-term goals. But put it this way: If a president of the United States were to sketch out a secret, detailed plan to break up the Atlantic alliance, that plan would bear a striking resemblance to Trump’s behavior.

It would involve outward hostility to the leaders of Canada, Britain, France, Germany and Japan. Specifically, it would involve picking fights over artificial issues — not to win big concessions for the United States, but to create conflict for the sake of it.

A secret plan to break up the West would also have the United States looking for new allies to replace the discarded ones. The most obvious would be Russia, the biggest rival within Europe to Germany, France and Britain. And just as Russia does, a United States intent on wrecking the Atlantic alliance would meddle in the domestic politics of other countries to install new governments that also rejected the old alliance.

Check. Check. Check. Check. Trump is doing every one of these things.

He chose not to attend the full G-7 meeting, in Quebec, this past weekend. While he was there, he picked fights. By now, you’ve probably seen the photograph released by the German government — of Trump sitting down, with eyebrows raised and crossed arms, while Germany’s Angela Merkel and other leaders stand around him, imploring. Shinzo Abe, Japan’s prime minister, wears a look of defeat.

No wonder. The meeting’s central disagreements were over tariffs that Trump has imposed for false reasons. He claims that he’s merely responding to other countries. But the average current tariff of the United States, Britain, Germany and France is identical, according to the World Bank: 1.6 percent. Japan’s is 1.4 percent, and Canada’s is 0.8 percent. Yes, every country has a few objectionable tariffs, but they’re small — and the United States is not a victim here.

So Trump isn’t telling the truth about trade, much as he has lied about Barack Obama’s birthplace, his own position on the Iraq War, his inauguration crowd, voter fraud, the murder rate, Mexican immigrants, the Russian investigation, the Stormy Daniels hush money and several hundred other subjects. The tariffs aren’t a case of his identifying a real problem but describing it poorly. He is threatening the Atlantic alliance over a lie.

If you need more evidence, look at his tweets after leaving the summit. Close readers of Trump’s Twitter feed (and I don’t envy that title) have learned that he often accuses others of committing his own sins. On Saturday, he called Justin Trudeau, Canada’s prime minister, “very dishonest.”

While Trudeau and other historical allies get disdain, Vladimir Putin, Kim Jong-un and various aspiring authoritarians are bathed in praise. Trump and his aides have promoted far-right politicians in Germany and elsewhere. In Quebec, he made excuses for Russia’s annexation of Crimea and argued that Russia should be readmitted to the G-7. Jay Nordlinger, the conservative writer, asked, “Why is he talking like an RT host?” — RT being Russia Today, a government-funded television network.

I don’t know the answer. But it’s past time to take seriously the only explanation for all of Trump’s behavior: He wants to destroy the Western alliance.

Maybe it’s ideological, and he prefers Putin-style authoritarianism to democracy. Or maybe he has no grand strategy and Putin really does have some compromising information. Or maybe Trump just likes being against what every other modern American president was for.

Whatever the reason, his behavior requires a response that’s as serious as the threat. As the political scientist Brendan Nyhan pointed out, this past weekend felt like a turning point: “The Western alliance and the global trading system are coming under the same intense strain that Trump has created for our domestic institutions.”

For America’s longtime allies, the response means shedding the hopeful optimism that characterized the early approach taken by Trudeau and Emmanuel Macron, France’s president. Merkel is the right role model. She has been tougher, without needlessly escalating matters, because she has understood the threat all along.

For Trump’s fellow Republicans, it means putting country over party. A few Republicans, like John McCain, offered appropriately alarmed words in the last two days. Now members of Congress need to do more than send anguished tweets. They should offer legislation that would restrain Trump and hold hearings meant to uncover his motives.

For American voters, it means understanding the real stakes of this year’s midterm elections. They are not merely a referendum on a tax cut, a heath-care plan or a president’s unorthodox style. They are a referendum on American ideals that are older than any of us.

http://nytimes.com/2018/06/10/opinion/g7-trump-quebec-trudeau.html
Opinion

Trump tente de détruire l'Ouest

Par David Leonhardt

Chroniqueur d'opinion
10 juin 2018


L'alliance entre les États-Unis et l'Europe occidentale a accompli de grandes choses. Il a gagné deux guerres mondiales dans la première moitié du 20ème siècle. Puis il s'est élargi pour inclure ses anciens ennemis et a continué à gagner la guerre froide, à aider à répandre la démocratie et à construire les niveaux de vie les plus élevés que le monde ait jamais connus.

Le président Trump essaie de détruire cette alliance.

Est-ce ainsi qu'il y pense? Qui sait. Il est impossible d'entrer dans sa tête et de deviner ses objectifs stratégiques, s'il a même des objectifs à long terme. Mais, en d'autres termes, si un président des États-Unis esquissait un plan secret et détaillé pour rompre l'alliance atlantique, ce plan ressemblerait de façon frappante au comportement de Trump.

Cela impliquerait une hostilité extérieure envers les dirigeants du Canada, de la Grande-Bretagne, de la France, de l'Allemagne et du Japon. Spécifiquement, il s'agirait de choisir des luttes sur des questions artificielles - pas de gagner de grandes concessions pour les États-Unis, mais de créer des conflits pour le bien de cela.

Un plan secret visant à diviser l'Occident aurait également pour effet que les États-Unis cherchent de nouveaux alliés pour remplacer ceux qui ont été mis au rebut. La plus évidente serait la Russie, le plus grand rival d'Europe en Allemagne, en France et en Grande-Bretagne. Et tout comme la Russie le fait, l'intention des Etats-Unis de détruire l'alliance atlantique se mêlerait de la politique intérieure des autres pays pour installer de nouveaux gouvernements qui rejetaient également l'ancienne alliance.

Vérifier. Vérifier. Vérifier. Vérifier. Trump fait toutes ces choses.


Il a choisi de ne pas assister à la réunion plénière du G-7, à Québec, la fin de semaine dernière. Pendant qu'il était là, il a choisi des combats. A présent, vous avez probablement vu la photo publiée par le gouvernement allemand - de Trump assis, les sourcils levés et les bras croisés, tandis que l'Allemande Angela Merkel et d'autres dirigeants se tiennent autour de lui, implorant. Shinzo Abe, le premier ministre du Japon, porte un regard de défaite.

Pas étonnant. Les désaccords centraux de la réunion étaient sur les tarifs que Trump a imposés pour de fausses raisons. Il prétend qu'il répond simplement aux autres pays. Mais le tarif actuel moyen des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de l'Allemagne et de la France est identique, selon la Banque mondiale: 1,6%. Le taux du Japon est de 1,4% et celui du Canada de 0,8%. Oui, chaque pays a quelques tarifs prohibitifs, mais ils sont petits - et les États-Unis ne sont pas une victime ici.

Alors Trump ne dit pas la vérité sur le commerce, comme il a menti sur le lieu de naissance de Barack Obama, sa propre position sur la guerre en Irak, sa foule d'inauguration, la fraude électorale, le taux de meurtre, les immigrants mexicains, les Stormy Daniels hush argent et plusieurs centaines d'autres sujets. Les tarifs ne sont pas un cas où il identifie un vrai problème mais le décrit mal. Il menace l'alliance atlantique d'un mensonge.

Si vous avez besoin de plus de preuves, regardez ses tweets après avoir quitté le sommet. Les proches lecteurs du fil Twitter de Trump (et je n'envie pas ce titre) ont appris qu'il accuse souvent les autres de commettre ses propres péchés. Samedi, il a qualifié Justin Trudeau, le premier ministre du Canada, de «très malhonnête».

Alors que Trudeau et d'autres alliés historiques se méprisent, Vladimir Poutine, Kim Jong-un et divers aspirants autoritaires se laissent élire. Trump et ses collaborateurs ont promu des politiciens d'extrême droite en Allemagne et ailleurs. Au Québec, il a fait des excuses à l'annexion de la Crimée par la Russie et a soutenu que la Russie devrait être réadmise au G-7. Jay Nordlinger, l'écrivain conservateur, a demandé: «Pourquoi parle-t-il comme un hôte RT?» - RT étant Russia Today, un réseau de télévision financé par le gouvernement russe.


Je ne connais pas la réponse. Mais il est temps de prendre au sérieux la seule explication de tout le comportement de Trump: il veut détruire l'alliance occidentale.

Peut-être que c'est idéologique, et il préfère l'autoritarisme à la Poutine à la démocratie. Ou peut-être qu'il n'a pas de grande stratégie et Poutine a vraiment des informations compromettantes. Ou peut-être que Trump aime juste être contre ce que tous les autres présidents américains étaient pour.

Quelle que soit la raison, son comportement nécessite une réponse aussi sérieuse que la menace. Comme l'a souligné le politologue Brendan Nyhan, le week-end dernier a marqué un tournant: "L'alliance occidentale et le système commercial mondial subissent la même tension intense que Trump a créée pour nos institutions nationales".

Pour les alliés de longue date des États-Unis, la réponse signifie perdre l'optimisme optimiste qui caractérisait l'approche précoce adoptée par Trudeau et Emmanuel Macron, le président français. Merkel est le bon modèle. Elle a été plus dure, sans s'inquiéter inutilement, parce qu'elle a toujours compris la menace.

Pour les compatriotes républicains de Trump, cela signifie mettre le pays sur la fête. Quelques républicains, comme John McCain, ont offert des mots alarmés au cours des deux derniers jours. Maintenant, les membres du Congrès doivent faire plus que d'envoyer des tweets angoissés. Ils devraient proposer des lois qui restreindraient les audiences de Trump et organiseraient des audiences destinées à dévoiler ses motivations.

Pour les électeurs américains, cela signifie comprendre les vrais enjeux des élections de mi-mandat de cette année. Ce ne sont pas simplement un référendum sur une réduction d'impôt, un régime de soins de santé ou le style peu orthodoxe d'un président. Ils sont un référendum sur les idéaux américains qui sont plus vieux que n'importe lequel d'entre nous.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Donal Trump gate reyinyon G7 lan. Lòt peyi yo mete misye kanpe lwen   

Revenir en haut Aller en bas
 
Donal Trump gate reyinyon G7 lan. Lòt peyi yo mete misye kanpe lwen
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Besoin d'aide pour faire une gate
» Steins;Gate
» De nouvelles cartes qui font peur ! Extension Phantom Gate
» RPG Black Isle : Baldur's Gate, Fallout, etc ...
» Poèmes Steins Gate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: