Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Yon ENTEVYOU Pwofese MICHEL DE GRAFF bay TRACES DREAMS

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16059
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Yon ENTEVYOU Pwofese MICHEL DE GRAFF bay TRACES DREAMS   Jeu 19 Juil 2018 - 11:09

Professeur de linguistique au Massachusetts Institute of Technology et directeur de l'Initiative MIT-Haïti.  Il est membre fondateur de l'Académie créole haïtienne.  Ses domaines de recherche sont la théorie linguistique, les études créoles et la relation entre la linguistique, l'idéologie, l'éducation, les droits de l'homme et le développement.
http://tracesdreams.com/michel-degraff


«Ce qui compte, c'est le succès éventuel, qui sera mesuré par la mesure dans laquelle le travail sur la langue est intégré de manière significative dans la vie de la communauté des personnes qui la parlent» - (Kenneth L. Hale, 1934-2001)

Michel: Bonjour, je m'appelle Michel DeGraff. Je suis né en Haïti. Je suis professeur de linguistique au MIT, le Massachusetts Institute of Technology. Et je suis également le fondateur et le directeur de l'Initiative MIT-Haïti.

Nerina: Merci d'être avec moi, Michel. Quels sont vos principaux intérêts de recherche?

Michel: Mon principal sujet de recherche en linguistique a été d'essayer de comprendre la façon dont de nouvelles langues naissent et comment émergent de nouvelles variétés de langues. Je me concentre sur l'interaction entre le contact des populations et la création de nouvelles variétés de langage. D'une certaine manière, mon cas de laboratoire est ma propre langue maternelle, le créole haïtien, qui a émergé dans les Caraïbes, en Haïti, au 17-18ème siècle, hors du contact entre les variétés de français et d'Afrique de l'Ouest et d'autres langues africaines . Et par ce contact, cette nouvelle variété a émergé, que nous appelons maintenant créole haïtien, ou Kreyòl en Haïti.

Je travaille également sur la relation entre la linguistique et l'éducation, en particulier dans le contexte de mon pays natal, Haïti. Je pense que ce que nous faisons ici peut aussi servir de modèle pour d'autres pays qui parlent une langue locale qui, pour des raisons historiques, a été stigmatisée et exclue des écoles, des tribunaux et du gouvernement, et d'autres domaines où la connaissance et le pouvoir est créé et transmis. Donc, j'espère que le travail que nous faisons en linguistique peut avoir un impact positif sur l'éducation et le développement dans des pays comme Haïti, mais aussi dans d'autres pays du Sud.

Nerina: Qu'est - ce qui rend votre langue maternelle, Kreyòl, si unique à votre avis?

Michel: De mon point de vue, ce qui rend le créole haïtien et d'autres langues créoles spécial, c'est le fait que leur histoire et leur développement ainsi que la manière dont ils ont été étudiés par les chercheurs reflètent l'histoire coloniale. En même temps, en raison de leur origine même dans des situations d'inégalité de pouvoir vraiment drastique, je parle d'esclavage, de colonisation. maintenant ces langues offrent un chemin de domination et de stigmatisation, un chemin vers la libération. Pour moi, c'est ce qui rend ces langues très spéciales: le fait qu'elles sortent d'une histoire de luttes coloniales. D'une certaine manière, il y a toujours le théâtre des luttes. Mais si vous comprenez mieux comment ils ont émergé, comment ils ont été créés, mais aussi si vous comprenez leur capacité d'éducation, de littérature et de libération, alors ils peuvent être utilisés pour le développement d'une manière qui n'a pas encore eu lieu dans de nombreux pays des Caraïbes. communautés, mais aussi d'autres communautés en Afrique, en Asie, en Amérique latine, où vous avez soit des langues créoles, soit ce que nous pensons être des langues «indigènes» ou «locales».

Nerina: Le fait est que le français est la langue officielle d'Haïti, mais Kreyòl en Haïti n'est pas la langue d'une minorité mais c'est la langue d'une majorité, n'est-ce pas?

Michel: Absolument. Ce que vous venez de dire, Nerina, a parfaitement raison. En Haïti, le Kreyòl est la langue ... Je ne dirais même pas de la majorité ... mais je dirais que c'est la langue de la totalité. En Haïti, tout le monde parle Kreyòl. En fait, vous pouvez difficilement y travailler en français, sauf si vous logez dans un hôtel ou dans la capitale ou dans un quartier chic. Une fois que vous sortez dans le pays, dans les rues, dans les quartiers animés où les gens vivent, vous devez utiliser Kreyòl. Donc, tout le monde le parle, même ceux qui sont interdits de le parler! Je me souviens très bien quand j'étais à l'école, je suis allé à une école dirigée par des frères catholiques français, il m'a été interdit de parler Kreyòl, mais pourtant je l'ai appris, je le parle. En fait, c'est mon langage de l'âme, ma première langue. Même si mes parents étaient très inquiets, je devais d'abord parler français, mais en fait, Kreyòl est ma langue maternelle. Et c'est la première langue pour la plupart des Haïtiens.

Nerina: Comment cette situation que vous n'êtes pas autorisé à parler dans votre langue maternelle et que votre langue maternelle peut être considérée comme non importante ou même pas une langue réelle, comment cela vous affecte-t-il?

Michel: Je pose souvent cette même question, comment cette stigmatisation et oppression d'une langue maternelle, comment agit-elle sur un enfant? J'ai fait des recherches à ce sujet. J'ai donc beaucoup de vidéos d'enfants dans les classes et comment leurs langues sont supprimées. Souvent, quand on leur apprend à parler français, et s'ils ont un accent Kreyòl ou qu'ils prononcent les voyelles d'une manière Kreyòl, les enseignants les méprisent et se moquent d'eux. Alors ces enfants finissent par croire que ce qu'ils parlent à la maison, ce que leur famille dit est une langue brisée, c'est un français cassé.

Donc, ce que ça leur fait, je pense, c'est de leur faire croire que ce sont des gens brisés. Cela leur fait croire qu'ils sont inférieurs, que pour qu'ils soient pleinement humains, ils doivent parler français. Pour moi, l'effet de tout ce système, de ce que je dirais, c'est l' éducation au MIS , mine tout le fondement de notre nation. Dans l'école, les enfants apprennent dès le premier jour à imiter. En fait, ils apprennent à lire non comme ils apprennent à penser. Ils apprennent à perroquet, à imiter, parce qu'ils lisent des phrases en sondant des mots sans comprendre ce que les mots signifient.

Alors, qu'est-ce que ça leur fait? Il leur enseigne que vous allez à l'école non pour apprendre, mais pour devenir un perroquet, pour prononcer ou imiter les mots français sans les comprendre. Ainsi, il devient normal pour eux qu'apprendre signifie parroting le texte français sans le comprendre. Je peux imaginer ce que cela fait à long terme pour la nation parce que vous avez des cohortes sur des cohortes d'enfants qui sortent de l'école sans vraiment savoir lire un texte, sans aucune capacité de pensée critique. Même les enseignants enseignent en répétant sans questionner ce qu'ils répètent.

Nerina: Quelle est la relation entre le langage et le pouvoir?

Michel: Eh bien, je pense à la situation d'un pays où tout le monde parle Kreyòl et où un petit groupe parle français et pourtant le français est la langue utilisée pour le pouvoir. Je pense que c'est un bon exemple de ce que les psychologues, les philosophes et les sociologues ont étudié comme le pouvoir de l'idéologie, le pouvoir des préjugés pouvant même affecter ceux qui sont opprimés. Ce que vous constatez, c'est que depuis le 17ème et le 18ème siècle, le français a été présenté comme la langue réelle, la langue supérieure. Ensuite, les linguistes et les créolistes ont aussi joué un rôle en classant les langues créoles comme si elles étaient les langues les plus simples du monde, comme si elles étaient des langues inférieures en termes de capacité d'expression, en dessous de langues comme le français.

Donc, ce que vous trouvez, c'est que même ceux qui ne parlent que le Kreyòl sont également convaincus que, pour qu'ils deviennent citoyens, qu'ils soient réels et pleinement humains, ils doivent parler français. Donc, Steven Biko a dit quelque chose qui est très important: il a dit que l'outil le plus puissant de l'oppresseur est l'esprit des opprimés. L'idée ici est quelque chose que Michel Foucault, Pierre Bourdieu et Frantz Fanon ont très bien compris: que l'hégémonie fonctionne parce que les exclus, les opprimés, ils ont été convaincus de croire à leur propre infériorité, la validité de pourquoi ils sont opprimés.

Et c'est pourquoi la situation en Haïti tient toujours, parce que vous avez des parents qui sont si pauvres, ils donnent tout cet argent aux écoles, et ils se fichent de savoir si l'école enseigne aux enfants les mathématiques, la science ou la littérature. les enfants apprennent le français, comme si le français était la clé de la connaissance et de l'humanité. Mais non, ce n'est pas le cas. Aucune langue ne peut avoir ce genre de fonction, n'est-ce pas? Le meilleur outil pour développer votre humanité et vos connaissances est votre langue maternelle, et avec cela, vous pouvez également apprendre d'autres langues. Donc, c'est pourquoi je pense qu'il est vraiment important que les enseignants, les universitaires, les linguistes et les anthropologues examinent cette question de très près - également les psychiatres - pour comprendre comment la corriger, car jusqu'à ce qu'elle soit corrigée, vous aurez une nation totalement à l'envers. Comme l'a dit mon collègue Yves Dejean, nous avons un pays à l'envers parce que les écoles sont à l'envers.

Nerina: Haïti est un beau pays, il a une longue histoire, même avant Colomb, et après les années de colonisation, Haïti a été un moment de fierté quand Haïti est devenu indépendant avant que d'autres pays ne le fassent au début du 19ème siècle. Mais qu'est-ce que vous pensez ou ce qui vous a mal tourné, pourquoi Haïti a encore du mal?

Michel: Je pense qu'Haïti, comme tu l'as dit, est un beau pays avec une histoire étonnante. C'était l'une des premières terres à accueillir Columbus quand il s'est perdu. Bien sûr, il n'a pas découvert Haïti. Il s'est juste perdu là-bas. C'est pourquoi il l'a appelé les «Antilles». Et les Amérindiens l'ont accueilli à leur propre détriment parce que très vite ils ont été décimés. C'était le premier génocide dans les Amériques.

Nous avons eu cette glorieuse histoire par laquelle les Européens ont amené les Africains en tant qu'ouvriers asservis, puis ces Africains ont réussi à déjouer les Européens: ils ont remporté une incroyable guerre d'indépendance, au début du 19ème siècle. Il y a quelque chose que nos pères fondateurs ont compris. Jean-Jacques Dessalines, notre premier président, a compris que nous avons peut-être gagné la guerre d'indépendance en nous débarrassant des Français, mais si nous ne devenons pas indépendants culturellement, intellectuellement, linguistiquement, alors nous ne serons pas vraiment indépendant.

Il a également compris qu'il y avait ce danger du néocolonialisme. Donc, bien que les Français aient été expulsés, il y avait des descendants des Français en Haïti, il y avait aussi des Noirs libres qui, pour égoïste, voulaient juste remplacer les Français et ne pas partager la richesse avec leurs compatriotes, mais créer une nouvelle classe de colonisateurs. alors opprimer leurs propres compatriotes.

C'est ce que nous avons vu. Nous avons vu qu'en Haïti, dès le début, il y avait cette petite classe de noirs libres, les noirs qui étaient libres même pendant la colonie, mais aussi les mulâtres (descendants de Français qui s'accouplaient avec des femmes africaines), et ils ont remplacé les colonisateurs , les colonisateurs français. Une des choses qu'ils ont fait qui était vraiment intelligente était d'enrôler le système scolaire comme moyen de conserver le pouvoir, parce que très tôt, bien qu'il y ait eu des tentatives au début pour dire 'bon, nous devons utiliser Kreyòl pour le système scolaire. car étant donné que nous sommes une population qui parle surtout le Kreyòl, c'est ce qui devrait être utilisé », mais ces propositions ont été exclues dès le début. Donc, ce qui s'est passé, c'est que le système scolaire était très tôt basé sur le français, ce qui signifie que seuls ceux qui pouvaient parler français, et qui était déjà une très petite minorité, auraient accès au succès.

Donc, c'est fondamentalement un privilège donné à l'élite qui s'est cimentée, et est devenue si ancrée dans la société. C'est ce que nous vivons depuis. Donc, c'est la tragédie d'Haïti, c'est le problème. Mais maintenant, avec tout ce que nous savons sur la langue et l'éducation, je pense que nous pouvons faire une autre révolution, qui est de convaincre les dirigeants et la population que notre langue maternelle, notre langue nationale, est essentielle pour notre liberté.

Nerina: Tu voulais utiliser tes connaissances pour changer la situation, n'est-ce pas?

Michel: Absolument. Je crois vraiment en quelque chose que Karl Marx a dit, que ce qui est important n'est pas seulement de comprendre le monde, mais aussi de pouvoir le changer. En linguistique, et dans toutes les sciences humaines - anthropologie, histoire, psychologie ... - nous avons toutes ces connaissances sur le fonctionnement de l'esprit et de la société. Mais à quoi cela sert-il si nous avons toutes ces connaissances, mais nous ne pouvons pas faire le genre de changements qui amélioreront le monde et la vie des gens? A quoi cela sert-il si nous construisons toutes ces connaissances sur les langues créoles, mais en même temps les locuteurs Kreyòl ne peuvent pas bénéficier de ces connaissances? Parfois, c'est encore pire, les locuteurs kreyòl souffrent parfois du genre de déclarations et de théories que les linguistes ont produites pendant des siècles sur les langues créoles, les classant comme si elles étaient les langues les plus simples du monde. C'est la raison même pour laquelle certains universitaires et éducateurs préfèrent utiliser le français au lieu du kreyòl, car pourquoi utiliser un langage «simple» quand on peut utiliser un langage plus «sophistiqué», c'est-à-dire le français. Tu vois…

C'est donc un domaine où les connaissances produites par les linguistes minent réellement les moyens de subsistance et l'avenir des locuteurs de ces langues que nous étudions. Au moins, nous devons comprendre l'impact de ces «connaissances» et en remettre en question la base. Parce que si nous avons un doute sur la solidité de nos connaissances, alors nous devrions vraiment penser à ce que nous faisons dans le monde réel avec cette connaissance. Comment pouvons-nous le rendre meilleur?

Nerina: Vous êtes le fondateur et le directeur de l'Initiative MIT-Haïti. Quand et comment a-t-il commencé?

Michel: J'aime à penser qu'il a ses racines dans mon enfance parce que, enfant, je n'ai jamais été autorisé à utiliser ma langue maternelle dans le système scolaire comme moyen de connaissance. J'ai été empêché de l'utiliser. Quand j'étais informaticien, mon premier travail en tant qu'informaticien professionnel était d'écrire des programmes pour des linguistes qui essayaient d'aider les ordinateurs à comprendre la langue, d'avoir des ordinateurs capables de lire, disons, le New York Times et de pouvoir prononcer du texte pour les personnes qui ne savent pas lire, par exemple. Pendant que je faisais ce travail, je ne pouvais pas m'empêcher de penser à ma propre langue, Kreyòl, et je me suis rendu compte que si j'écrivais le même programme pour Kreyòl, ça marcherait peut-être mieux parce qu'en créole haïtien, nous avons système d'orthographe transparent et logique qui est beaucoup mieux que ce que vous avez à la fois pour l'anglais et le français. C'est une orthographe très logique et transparente où chaque son est toujours écrit avec la même lettre. C'est très rigoureux et logique, ce qui rendrait beaucoup plus facile pour un programme de lire le créole haïtien que le français ou l'anglais.

À partir de ce moment-là, je pensais toujours à l'utilisation ou au mauvais usage du créole haïtien, notre langue nationale, dans le système scolaire haïtien.

Maintenant, pour faire une histoire courte, dans mon travail de linguiste, j'ai toujours gardé le contact avec mes collègues en Haïti. Le seul collègue qui m'a vraiment beaucoup influencé, c'est le professeur Yves Dejean, qui dirigeait ce bureau d'état pour promouvoir Kreyòl dans les années 90. Ainsi, Yves Dejean a invité au milieu des années 90 un séminaire au Kreyòl Language Bureau en Haïti, et j'ai rencontré d'autres linguistes qui, comme moi et Yves Dejean, ont compris l'importance de promouvoir le Kreyòl comme langue principale de l'éducation. Nous avons donc travaillé ensemble, en formant de jeunes linguistes à comprendre la structure du créole haïtien et à réaliser qu'il possède toute la structure complexe qui le rend capable d'exprimer la science, les mathématiques, la philosophie ... il n'y a donc aucune raison de l'exclure. le système scolaire.

Alors, quand le tremblement de terre est arrivé en 2010, j'étais en communication avec Yves Dejean, et tout à coup, on s'est coupé! Dix minutes après, j'ai réalisé qu'il y avait ce grand tremblement de terre en Haïti. Donc, bien sûr, j'étais très inquiet! Dieu merci, il était en sécurité, sa maison était en sécurité.

Mais au lendemain du tremblement de terre, mes collègues du MIT et moi discutions de la meilleure façon de nous aider. Nous avons réalisé que le meilleur moyen n'était pas d'envoyer de l'argent ou des bouteilles d'eau. La meilleure façon d'aider était d'essayer de changer le système scolaire de l'intérieur. En effet, Yves Dejean a écrit un manifeste peu après le tremblement de terre, où il dit que la meilleure façon de reconstruire Haïti n'est pas le ciment ou l'infrastructure, mais de reconstruire Haïti de l'intérieur, de changer l'attitude des dirigeants de la société vers leur propre culture indigène, et leur propre langue maternelle. Si nous pouvons le faire, alors nous pouvons vraiment reconstruire un Haïti qui sera meilleur pour tous.

Alors, après le tremblement de terre et en discutant avec Yves Dejean, j'ai réalisé que ce que je pouvais faire au MIT était de créer une équipe de collègues, car au MIT nous avons de très bons scientifiques, éducateurs, mathématiciens et ingénieurs. Ensuite, nous avons vu comment nous pouvions apporter notre savoir-faire et le partager avec Haïti, tout en développant notre propre humanité et notre expertise au MIT. Donc, ce serait une relation à double sens où le MIT partagerait avec Haïti, mais en même temps, Haïti, avec sa riche histoire, son expertise et son capital humain, pourrait partager avec nous. Donc, fondamentalement, le MIT et Haïti se développeraient et deviendraient meilleurs dans le processus. Ce serait une opportunité pour le MIT et Haïti d'essayer de créer un nouveau type d'université qui pourrait devenir un modèle, non seulement pour Haïti, mais pour le monde entier.

Nerina: Quels sont les principaux piliers de ce programme?

Michel: Notre objectif dans l'Initiative MIT-Haïti est d'essayer de partager avec Haïti le meilleur savoir-faire au MIT en matière d'enseignement et d'apprentissage, car le MIT est l'une des meilleures universités au monde. Je pense que nous sommes devenus très doués pour développer des méthodes, des outils et des ressources pour que les élèves apprennent de manière très créative. Cette notion de créativité est au cœur de l'initiative, car quand je grandissais en Haïti, je me souviens très bien que, pour réussir en tant qu'étudiant brillant, il ne s'agissait que de mémoriser des leçons et de pouvoir les réciter par coeur. S'il y a une caractéristique qui caractérise le système scolaire haïtien, c'est l'apprentissage par cœur. Il commence à la maternelle et en première année, où les enfants apprennent à lire des textes qu'ils ne comprennent pas. Tout ce qui compte dans la 'lecture' est de pouvoir sonder et répéter des mots sans les comprendre de manière profonde. Donc, c'est ce que mes collègues et moi-même avons ressenti, à partir de ma propre expérience d'étudiant, à changer pour que le pays utilise pleinement la capacité de ses citoyens qui sont très créatifs. Si vous regardez l'art haïtien et les enfants dans les fermes du pays rural, ces enfants sont très créatifs, et pourtant ils vont à l'école, et leur créativité est coupée et non exploitée. Donc, le but était alors de créer un système scolaire, de la maternelle à l'université, où vous pouvez apprendre de manière très créative, vous pouvez apprendre de manière active.

Le principal aspect de l'initiative MIT-Haïti est d'introduire des méthodes et des outils pour un apprentissage actif, créatif et interactif. Pour ce faire, nous avons besoin d'une condition indispensable: les étudiants doivent être capables d'utiliser la langue qu'ils maîtrisent le mieux parce qu'ils ne peuvent pas être des apprenants créatifs s'ils doivent utiliser une langue qui ne leur convient pas. deuxième partie de l'initiative.

La troisième pièce est quelque chose que le MIT est très bon, c'est-à-dire l'utilisation de logiciels et d'outils qui déclenchent et favorisent ce type d'interaction.

C'est essentiellement l'initiative du MIT.

Nerina: Quelle est la relation entre le langage et la personnalité?

Michel: Je pense qu'en Haïti, la relation entre la langue et la personnalité est si claire. Par exemple, si vous allez en Haïti, vous serez pressé de trouver un haïtien typique qui blague en français. Si vous êtes dans une cour ou sur la cour de récréation, toutes les blagues, les histoires et les chansons se déroulent à Kreyòl. Et ceux qui, dans ce contexte, passent au français, passent au français pour être formels. Quand vous allez courtiser une fille, pour l'impressionner, vous devez parler français, alors elle pense que vous êtes intelligente et bien éduquée et d'une bonne classe sociale. Mais une fois que vous serez à l'aise avec la fille, vous reviendrez à Kreyòl. Une fois au téléphone, je parlais à ma copine, j'avais 11 ou 12 ans et nous parlions à Kreyòl, et la mère nous a entendus parler Kreyòl, s'est offusquée, a décroché le téléphone et a dit: "Monsieur, parlez français à ma fille! Tu lui manque de respect en parlant Kreyòl '. Je pouvais parler français, mais j'étais tellement gelé par cette commande que j'ai dû raccrocher le téléphone. Cela vous montre comment, en Haïti, ce lien entre langue et personnalité est si clair parce qu'on ne peut pas être soi-même en français. Pour la plupart des Haïtiens, être fidèle à soi-même, c'est parler Kreyòl.

Nerina: Qu'est - ce qui te motive, Michel?

Michel: Je pense que c'est ma propre histoire à bien des égards. Mais aussi quand je vais en Haïti et que je vois ces enfants et que je leur parle, je peux sentir et entendre leur intelligence et leur créativité et leur désir de réussir et je peux sentir qu'ils ont la capacité de réussir. Ensuite, les regarder à l'école et ils commencent à échouer, mais ce n'est pas parce qu'ils sont stupides. Ils commencent à échouer parce que le système scolaire est contre eux. C'est ce qui me motive.

Nerina: Avez-vous un rêve?

Michel: Mon rêve, vraiment, est de voir les dirigeants haïtiens posséder ce projet parce que, jusqu'à présent, le projet a été poussé du côté du MIT, et par un nombre croissant d'enseignants et de professeurs haïtiens au niveau du lycée, de l'école primaire et université. Mais, pour que ce projet porte ses fruits sur le long terme, il doit appartenir à la société haïtienne au sens large, c'est-à-dire au gouvernement, à la société civile, au système parlementaire ....

Donc mon rêve est qu'à un certain moment, espérons-le bientôt à l'avenir, il y aura des leaders politiques au parlement et dans l'exécutif, aux côtés de la société et de toutes les ONG, qui réaliseront que le pays, ou n'importe quel projet, réussira, il doit y avoir des modèles comme celui que nous promouvons où la langue nationale est au cœur du projet, mais aussi que ce soit participatif - que chacun puisse participer sans barrière de langage ou de technologie. Bien sûr, j'espère qu'une alliance plus forte entre le MIT-Haïti et les puissances qui seront en Haïti et au-delà.

Et finalement, le plus grand rêve est de faire de cette initiative un modèle pour d'autres communautés - en Jamaïque, à Curaçao, aux Seychelles, à Maurice, en Amérique latine, en Afrique et partout ailleurs. Saviez-vous que 40% des élèves sont encore enseignés dans une langue étrangère? C'est un nombre énorme. Et ce qui est vraiment crucial, c'est qu'il existe une corrélation directe entre les pays qui n'utilisent pas leur langue nationale et les pays appauvris. Ainsi, les pays les plus pauvres sont aussi ceux qui n'utilisent pas leurs langues locales. Donc, le plus grand rêve est que ce modèle soit appliqué globalement, que dans chaque communauté avec une langue locale, le système scolaire enrôlera cette langue locale dans l'enseignement. Sur le papier, c'est ce que l'UNESCO, l'UNICEF, la Banque mondiale, l'USAID ... c'est aussi ce en quoi ils croient. Évidemment, il y a un blocage contre cela. Mais j'espère que, dans mon grand rêve, ces blocages disparaîtront.

Nerina: Y a - t-il une question que personne ne te pose jamais mais que tu souhaites?

Michel: Une question que j'aimerais qu'on me pose: Qu'est-ce que j'aurais aimé faire si je ne faisais pas de linguistique? Quelle autre profession aurais-je aimé avoir?

Nerina: Et que serais-tu devenu?

Michel: Je me suis posé cette question plusieurs fois. Et je réponds quand je vais au cours de danse! J'ai une chère amie qui est professeur de danse afro-haïtienne, et je fais partie du conseil d'administration de son entreprise en tant que conseiller, et j'aime souvent assister à ses spectacles de danse. Chaque fois que je vois de beaux spectacles de danse, j'espère que j'ai grandi dans un pays où les garçons auraient pu prendre des cours de danse et devenir des danseurs. Quand je danse, ça me fait vraiment du bien! Donc, parfois je me demande si j'aurais aimé être danseuse professionnelle, aurais-je aimé danser, peut-être, ballet ou danse afro-haïtienne ou le genre de danses que joue la compagnie de danse Alvin Ailey parce qu'elles sont si belles. C'est comme une langue différente, mais une belle langue que les gens peuvent parler même s'ils viennent d'horizons différents. Ainsi, dans les cours de danse de Jean Appolon, quand vous y allez le samedi, vous voyez des gens de tous les horizons, de toutes les ethnies, tailles et âges, et tous ensemble ils dansent magnifiquement et quand tout le monde se sent bien content! Vous voyez cette communauté qu'ils ont construite en dansant, et même si les gens ne se parlent pas beaucoup. Mais ils dansent ensemble, ils ont les tambours qui traversent leurs âmes ensemble, cela crée ce genre de confort, d'amour et de lien que je ressens rarement ailleurs. C'est ce que je pense que j'aurais aimé devenir peut-être, un danseur.

Nerina: Ma dernière question, de quoi parle la vie?

Michel: Eh bien, c'est comme ce que je dis à mon petit garçon, que la vie essaie de faire un changement pour rendre le monde meilleur. Cela pourrait être très petit, cela pourrait être quelque chose que vous faites en vous ou dans votre famille ou votre voisinage. Mais dans votre vie, si vous pouvez faire ce petit changement qui améliorera la vie de quelqu'un, alors cela rendra la vie digne d'être vécue. La vie est aussi une question d'amour: sans amour, la vie ne vaudrait pas la peine d'être vécue. C'est ce que je pense de la vie: apporter des changements qui amélioreront la vie de quelqu'un, tomberont amoureux, apprécieront l'amour et aimeront les autres et seront aimés par les autres. Cela fait que la vie en vaut la peine!

Nerina: Merci beaucoup pour cette conversation.

Michel: Merci Nerina, c'était une belle interview!

Nerina: Et merci d'avoir regardé, merci d'avoir écouté, merci du partage. Si vous avez des suggestions, n'hésitez pas à me contacter. A bientôt, et continuez à vous demander. Au revoir, ciao.


En savoir plus sur Michel ici:

https://en.wikipedia.org/wiki/Michel_DeGraff

Pour en savoir plus sur l'Initiative MIT-Haïti, cliquez ici:



Suivez Michel sur Twitter , Facebook et LinkedIn .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jude
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1738
Localisation : Frans
Loisirs : Financial Exchanges - Geopolitic
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le progressiste !

MessageSujet: Re: Yon ENTEVYOU Pwofese MICHEL DE GRAFF bay TRACES DREAMS   Jeu 19 Juil 2018 - 12:00

Citation :
Académie créole haïtienne
What ? Il faut brûler cette académie, complètement inutile et contre-productive. à quoi peut bien servir le créole ? Quel niveau de pensée permet-il ?

Il faut éliminer le créole de l'île d'Haïti. Et le français aussi.

Le plus grand crime de l'occupation américaine de 1915 est qu'ils n'aient pas imposé et généralisé l'usage de l'anglais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16059
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Yon ENTEVYOU Pwofese MICHEL DE GRAFF bay TRACES DREAMS   Jeu 19 Juil 2018 - 14:26

JUDE;

Je crois que vous jouez au provocateur.Les ANGLAIS avaient utilise des ressources considerables pour combattre le CREOLE et imposer l'ANGLAIS au TRINIDAD.

Les TRINIDADIENS parlaient un CREOLE presque identique au notre.Il leur a fallu presque la TOTALITE du 19eme siècle pour les ANGLAIS d'imposer leur LANGUE

Pour les AMERICAINS ,ils sont assez sages pour ne pas imposer l'ANGLAIS dans les PAYS qu'ils occupent.

J'espere que vous savez que les ETATS UNIS n'ont pas de LANGUE NATIONALE?
A un moment de la duree une des langues les plus parlees aux ETATS UNIS etait la langue ALLEMANDE.Les enfants dans le MIDWEST etaient scolarises dans cette LANGUE.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yon ENTEVYOU Pwofese MICHEL DE GRAFF bay TRACES DREAMS   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yon ENTEVYOU Pwofese MICHEL DE GRAFF bay TRACES DREAMS
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MICHEL DE GRAFF LAN DENGONN YO
» MICHEL DE GRAFF ENTÈNASYONALIZE LIT LI POU SIPREMASI KREYÒL LAN
» Yon ENTEVYOU MICHEL DEGRAFF bay NOUVELLISTE
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien
» Haiti : Michel Frost craint de nouvelles émeutes de la Faim

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: