Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Une entrevue d'ARISTIDE par le prestigieux LONDON REVIEW OF BOOKS-2007

Aller en bas 
AuteurMessage
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 15779
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Une entrevue d'ARISTIDE par le prestigieux LONDON REVIEW OF BOOKS-2007   Mar 7 Aoû 2018 - 12:27

C'est une entrevue entre ARISTIDE et le PROFESSEUR-HISTORIEN Dr PETER HALLWARD dans le prestigieux LONDON REVIEW OF BOOKS.
NO HOLDS BARRED!!!
Beaucoup d'entre vous ont l'habitude de voir ARISTIDE avec les yeux de la presse GNBis-POUTCHIS.

Cette interview date de 2007 quand ARISTIDE etait en AFRIQUE DU SUD:
http://lrb.co.uk/v29/n04/peter-hallward/an-interview-with-jean-bertrand-aristide


Une entrevue avec Jean-Bertrand Aristide

Peter Hallward

Au milieu des années 1980, Jean-Bertrand Aristide était un curé travaillant dans un quartier pauvre de Port-au-Prince.  Il est devenu le porte-parole d'un mouvement populaire croissant contre la série de régimes militaires qui ont régné sur Haïti après l'effondrement en 1986 de la dictature de Duvalier.  En 1990, il a remporté la première élection présidentielle démocratique du pays, avec 67% des voix.  Il a été renversé par un coup d'Etat militaire en septembre 1991 et est revenu au pouvoir en 1994, après l'intervention des États-Unis pour restaurer un gouvernement démocratique.  En 1996, son allié René Préval lui succède.  Aristide a remporté une autre victoire électorale en 2000, mais la résistance de la petite élite dirigeante d'Haïti a finalement culminé avec un deuxième coup contre lui, dans la nuit du 28 février 2004. Depuis, il vit en Afrique du Sud.


Selon les meilleures estimations disponibles, environ cinq mille partisans d'Aristide sont morts aux mains du régime qui a remplacé le gouvernement constitutionnel.  Bien que la situation reste tendue et que les troupes de l’ONU occupent toujours le pays, le pire de la violence a pris fin en février 2006, après une campagne électorale extraordinaire qui a permis à René Préval d’être lui-même réélu.  Les appels au retour immédiat et inconditionnel d'Aristide continuent de polariser la politique haïtienne.  De nombreux commentateurs, dont plusieurs membres éminents du gouvernement actuel, pensent que si Aristide était libre de se représenter, il gagnerait facilement.

Cet entretien a été réalisé en français, à Pretoria, le 20 juillet 2006.

Peter Hallward : Haïti est un pays profondément divisé et vous avez toujours été un personnage profondément diviseur.  Pendant la plus grande partie des années 1990, de nombreux observateurs sympathiques ont trouvé plus ou moins facile de donner un sens à cette division selon les lignes de la classe: vous avez été diabolisé par les riches et idolâtré par les pauvres.  Mais votre deuxième administration a été accusée de violence et de corruption.  Bien que vous restiez le politicien le plus populaire parmi les électeurs, vous avez semblé avoir perdu beaucoup de soutien auprès des travailleurs humanitaires, des militants, des intellectuels, etc., tant au pays qu’à l’étranger.

Je voudrais poser des questions sur le processus qui vous a amené au premier plan.  Comment expliquez-vous que, contre vents et marées, et certainement contre la volonté des États-Unis, de l'armée et de l'establishment haïtien, vous avez réussi à remporter les élections de 1990?

Jean-Bertrand Aristide : Une grande partie du travail avait déjà été accompli par des personnes qui m’ont précédé, par exemple le père Antoine Adrien et ses collègues, et le père Jean-Marie Vincent, assassiné en 1994. Ils avaient développé une théologie progressive. vision qui a résonné avec les espoirs et les attentes du peuple haïtien.  En 1979, je travaillais déjà dans le contexte de la théologie de la libération, et il y a une phrase en particulier qui pourrait résumer ma compréhension de la situation.  La Conférence de Puebla a eu lieu au Mexique en 1979 et plusieurs théologiens de la libération ont été menacés et empêchés d'y assister.  Le slogan auquel je pense a été quelque chose comme ceci:  "Si les gens ne peuvent pas aller à Puebla, Puebla restera coupé des gens."  En d'autres termes, il ne s'agit pas de lutter pour le peuple, au nom du peuple, loin des gens;  il s'agit de lutter avec et au milieu des gens.

Cela rejoint un second principe: la théologie de la libération ne peut elle-même être qu'une phase d'un processus plus large.  La phase dans laquelle nous devons peut-être parler au nom des pauvres et des opprimés prend fin au moment où ils commencent à parler de leur propre voix et avec leurs propres mots.  Tout le processus nous éloigne du paternalisme, de toute notion de «sauveur» qui pourrait guider les gens et résoudre leurs problèmes.

L'émergence du peuple en tant que force publique organisée se produisait déjà en Haïti dans les années 1980 et, en 1986, cette force était suffisamment forte pour pousser la dictature Duvalier au pouvoir.  C'était un mouvement populaire, pas un projet de haut en bas dirigé par un seul dirigeant ou une seule organisation.  Ce n'était pas exclusivement politique, non plus.  Elle a surtout pris forme à travers la constitution, dans tout le pays, de nombreuses petites communautés ecclésiales ou ti legliz .  Lorsque j'ai été élu président, ce n'était pas l'élection d'un politicien ou d'un parti politique conventionnel;  c'était une expression de la mobilisation du peuple dans son ensemble.  Pour la première fois, le palais national est devenu un lieu non seulement pour les politiciens professionnels, mais aussi pour le peuple.  Accueillir des personnes issues des couches les plus pauvres de la société haïtienne au centre du pouvoir traditionnel - c'était un geste profondément transformateur.

PH : Le coup d’État de septembre 1991 a eu lieu même si les politiques que vous avez poursuivies une fois au pouvoir ont été plutôt modérées, assez prudentes.  Alors, un coup d'État était-il inévitable?  La simple présence de quelqu'un comme vous dans le palais présidentiel était-elle intolérable pour l'élite haïtienne?  Et dans ce cas, aurait-on pu faire plus pour anticiper et tenter de résister au retour de bâton?

JBA : Ce qui s'est passé en septembre 1991 s'est reproduit en février 2004 et pourrait facilement se reproduire, à condition que l'oligarchie qui contrôle les moyens de répression les utilise pour préserver une version creuse de la démocratie.  C'est leur obsession: maintenir une situation que l'on pourrait qualifier de «démocratique», mais qui consiste en fait en une démocratie superficielle et importée imposée et contrôlée d'en haut.  Ils ont pu garder les choses comme ça pendant longtemps.  Haïti est indépendant depuis deux cents ans, mais nous vivons maintenant dans un pays où seulement 1% de la population contrôle plus de la moitié des richesses.

Changez de perspective - abonnez-vous maintenant


PH : Malgré toutes ses forces, le mouvement populaire qui vous a mené à la présidence n'était pas assez fort pour vous y maintenir.  Les gens vous comparent parfois à Toussaint L'ouverture, qui a remporté des victoires extraordinaires sous des contraintes extraordinaires - mais Toussaint est aussi souvent critiqué pour ne pas avoir été à la hauteur.  C'était Dessalines qui a mené le combat final pour l'indépendance.  Comment répondez-vous à ceux qui disent que vous êtes trop modéré, que vous avez agi comme Toussaint dans une situation qui appelait vraiment Dessalines?  Que dites-vous à ceux qui prétendent que vous faites trop confiance aux États-Unis et à leurs alliés?

JBA : "Trop de foi aux Etats-Unis": ça me fait sourire.  Toussaint L'ouverture, en tant qu'homme, avait ses limites.  Mais il a fait de son mieux et, en réalité, il n'a pas échoué.  Il a été capturé, emprisonné et tué;  mais son exemple et son esprit nous guident encore maintenant.  Ces deux dernières années, de 2004 à 2006, le peuple haïtien a continué à défendre sa dignité et a refusé de capituler.  Le 6 juillet 2005, Cité Soleil a été attaqué et bombardé, mais cela et de nombreuses attaques similaires n’ont pas découragé les gens d’insister pour que leur voix soit entendue.  Ils ont dénoncé l'injustice.  Ils ont voté pour leur président en février dernier;  ils n'accepteront pas l'imposition d'un autre président de l'étranger ou au-dessus.

Cela ne signifie pas que le succès est inévitable ou facile, que des groupes d'intérêts puissants n'essaieront pas de faire tout ce qu'ils peuvent pour revenir en arrière.  Néanmoins, quelque chose d’irréversible a été réalisé, quelque chose qui fait son chemin dans la conscience collective.  Tel est le sens de la célèbre affirmation de Toussaint, après avoir été capturé par les Français, selon laquelle ils avaient coupé le tronc de l'arbre de la liberté mais que ses racines restaient profondes.

Quant à Dessalines, la lutte qu'il menait était forcément armée, car il devait briser les liens de l'esclavage une fois pour toutes.  Mais notre lutte est différente.  C'est Toussaint, plutôt que Dessalines, qui peut accompagner le mouvement populaire aujourd'hui.  C'est cette inspiration qui a été à l'œuvre lors de la victoire électorale de février 2006, qui a permis aux gens de déjouer leurs adversaires, de choisir leur propre leader face aux pouvoirs en place.

Avons-nous trop confiance aux Américains?  Étions-nous trop dépendants des forces extérieures?  Non, ce ne serait que démagogie pour un président haïtien de prétendre être plus fort que les Américains, ou de les engager dans une guerre de mots constante, ou de les opposer à leur opposition.  La seule solution rationnelle consiste à évaluer l’équilibre relatif des intérêts, à déterminer ce que veulent les Américains, à se souvenir de ce que nous voulons et à tirer le meilleur parti des points de convergence disponibles.  En 1994, Clinton avait besoin d'une victoire en politique étrangère et un retour à la démocratie en Haïti lui offrait cette opportunité.  Nous avions besoin d'un instrument pour surmonter la résistance de l'armée haïtienne meurtrière, et Clinton nous a offert cet instrument.  Nous n'avons jamais eu l'illusion que les Américains partageaient nos objectifs plus profonds.  Mais sans eux, nous n'aurions pas pu restaurer la démocratie.

PH : Il n'y avait pas d'alternative à la dépendance aux troupes américaines?

JBA : Non. Les Haïtiens ne sont pas armés.  Il y a des criminels et des vagabonds, des trafiquants de drogue, des gangs qui ont des armes, mais les gens n'ont pas d'armes.  Vous vous foutez de vous-même si vous pensez que les gens peuvent mener une lutte armée.  Il est inutile de lutter contre le terrain de vos ennemis ou de respecter leurs règles.  Tu vas perdre.

PH : Avez-vous payé trop cher le soutien américain?  Ils vous ont obligé à faire toutes sortes de compromis, à accepter beaucoup de choses auxquelles vous vous êtes toujours opposés - un plan d'ajustement structurel sévère, des politiques économiques néolibérales, la privatisation des entreprises publiques, etc.  Il a dû être très difficile d’avaler ces choses pendant les négociations de 1993.

JBA : En 1993, les Américains étaient parfaitement heureux d’accepter un plan économique négocié.  Lorsqu'ils ont insisté, via le FMI et d'autres institutions financières internationales, sur la privatisation des entreprises d'Etat, j'étais prêt à accepter en principe - mais j'ai simplement refusé de les vendre, sans condition, à des investisseurs privés.  La corruption dans le secteur public était indéniable, mais il y avait plusieurs manières de s'y engager.  Plutôt qu'une privatisation sans entrave, j'étais prêt à accepter une démocratisation de ces entreprises, de sorte qu'une partie des bénéfices d'une usine ou d'une entreprise devrait aller aux personnes qui y travaillaient, être investies dans des écoles ou des cliniques voisines. les enfants des travailleurs pourraient en tirer des avantages.  Les Américains ont dit bien, pas de problème.

Mais quand je suis revenu au pouvoir, ils sont revenus sur notre accord et ont ensuite fait appel à une campagne de désinformation pour faire croire que j'avais brisé ma parole.  Ce n'est pas vrai.  Les accords que nous avons signés sont là, les gens peuvent juger par eux-mêmes.  Malheureusement, nous n’avons pas eu les moyens de gagner la bataille des relations publiques.

PH : Et votre bataille avec l'armée haïtienne, l'armée qui vous a renversé en 1991?  Les Américains ont refait cette armée en 1915 conformément à leurs propres priorités et, depuis lors, ils ont agi comme une force pour la protection de ces priorités.  Vous avez été en mesure de le dissoudre quelques mois seulement après votre retour en 1994, mais la manière dont il a été traité reste controversée et vous n'avez jamais été en mesure de démobiliser et de désarmer complètement les soldats.

JBA : Nous avions une armée de 7 000 soldats et elle absorbait 40% du budget national.  Depuis 1915, il servait d'armée d'occupation interne.  Il n'a jamais combattu un ennemi extérieur.  Il a assassiné des milliers de personnes.  Pourquoi avons-nous eu besoin d'une telle armée plutôt que d'une force de police convenablement formée?

Nous avons organisé un programme social pour la réintégration des soldats dissous.  Eux aussi ont le droit de travailler et l'Etat a la responsabilité de respecter ce droit, d'autant plus que si vous savez que s'ils ne trouvent pas de travail, ils seront plus facilement tentés de se tourner vers la violence ou le vol. les Tontons Macoutes l'ont fait.  Nous avons fait de notre mieux.  Le problème réside dans le ressentiment de ceux qui sont déterminés à préserver le statu quo.  Ils avaient beaucoup d’argent et d’armes et ils travaillent main dans la main avec la machine militaire la plus puissante de la planète.  Il leur était facile de convaincre d’anciens soldats, de les former et de les équiper en République dominicaine, puis de les utiliser pour déstabiliser le pays.  Mais ce n'était pas une erreur de dissoudre l'armée.  Ce n’est pas comme si nous aurions pu éviter le deuxième coup d’État, en 2004, si nous nous y tenions.  Au contraire, si l’armée était restée en place, René Préval n’aurait jamais terminé son premier mandat et je n’aurais certainement pas pu tenir pendant trois ans, de 2001 à 2004.

Contrairement aux coups précédents, le coup d'État de 2004 n'a pas été entrepris par l'armée «haïtienne», agissant sur les ordres de notre petite oligarchie, conformément aux intérêts des puissances étrangères.  Non, cette fois-ci, ces intérêts tout-puissants devaient faire leur travail eux-mêmes, avec leurs propres troupes et en leur propre nom.

PH : La création du parti Fanmi Lavalas en 1996 a-t-elle eu une fonction similaire, en aidant à clarifier les lignes de conflit interne qui avaient déjà brisé la coalition lâche des forces qui vous a amené au pouvoir?

[*]Presque toute la première administration de Préval a été entravée par des luttes intestines.  Avez-vous alors décidé de créer un parti unifié et discipliné, capable de livrer un programme politique cohérent?

JBA : Non, ce n'est pas comme ça que ça s'est passé.  En premier lieu, par formation et par inclination, j'étais enseignant et non politicien.  Je n'avais aucune expérience de la politique des partis et j'étais heureux de laisser aux autres le soin de créer une organisation de parti, de former des membres du parti, etc.  J'étais heureux de laisser cela aux politiciens de carrière, à des gens comme Gérard Pierre-Charles, et avec d'autres, il a commencé à travailler dans ce sens dès le rétablissement de la démocratie.  Il a aidé à fonder l'Organisation Politique Lavalas (OPL) et j'ai encouragé les gens à y adhérer.  Ce parti a remporté les élections de 1995 et, au terme de mon mandat, en février 1996, il était majoritaire au parlement.  Mais après les élections, l'OPL a commencé à tomber dans les schémas et les pratiques traditionnels de la politique haïtienne.  Il est devenu plus fermé sur lui-même, plus éloigné des gens, plus enclin à faire des promesses vides.  J'étais absent et je suis resté à l'écart.  Mais un groupe de prêtres actifs dans le mouvement Lavalas est devenu frustré et voulait rétablir un lien plus significatif avec la population.  À ce stade, en 1996, le groupe de ceux qui pensaient de cette façon, mécontents de la BPO, était connu sous le nom de la nébuleuse - ils se trouvaient dans une situation incertaine et confuse.  Au fil du temps, de plus en plus de personnes sont devenues insatisfaites de la situation.

Nous avons engagé de longues discussions sur ce qu’il fallait faire et Fanmi Lavalas est née de ces discussions.  Cela a émergé des gens eux-mêmes.  Il ne s'est jamais conçu comme un parti politique conventionnel.  Si vous regardez à travers la constitution de l'organisation, vous verrez que le mot «parti» n'apparaît jamais.  En Haïti, nous n'avons pas une expérience positive des partis politiques.  les partis ont toujours été des instruments de manipulation et de trahison.  Par ailleurs, nous avons une longue et positive expérience des organisations populaires - le ti legliz , par exemple.

En 1997, Fanmi Lavalas était devenue une organisation fonctionnelle dotée d'une constitution claire.  En dépit de l'embargo sur l'aide, nous avons réussi à accomplir certaines choses.  Nous avons pu investir dans l'éducation, par exemple.  En 1990, il n'y avait que 34 écoles secondaires en Haïti;  en 2001, il y en avait 138. Nous avons construit une nouvelle université à Tabarre, une nouvelle école de médecine.  Bien qu’il ait dû faire peu de choses, le programme d’alphabétisation lancé en 2001 fonctionnait bien aussi;  Les experts cubains qui nous ont aidés à le gérer étaient convaincus qu’en décembre 2004, nous aurions réduit le taux d’analphabétisme des adultes à 15%, soit une petite fraction de ce qu’il était dix ans plus tôt.  Les gouvernements précédents n'avaient jamais sérieusement tenté d'investir dans l'éducation et il est clair que notre programme allait toujours menacer le statu quo.  L'élite ne veut rien savoir de l'éducation populaire, pour des raisons évidentes.

PH : Fanmi Lavalas a remporté une victoire écrasante lors des élections législatives de mai 2000, avec environ 75% des voix.  Mais vos ennemis aux États-Unis et chez vous ont rapidement attiré l'attention sur le fait que la méthode utilisée pour calculer le nombre de voix nécessaires pour remporter des sièges au Sénat en un seul tour de scrutin (sans élection deux candidats les plus populaires) était au moins controversé, sinon illégitime.  Ils ont sauté sur ce point pour mettre en doute la validité de la victoire électorale et s'en sont servi pour justifier une suspension immédiate des prêts et de l'aide internationale, ce qui a réduit de moitié le budget de votre gouvernement.  Peu après le début de son deuxième mandat, en février 2001, les gagnants de ces sièges ont été persuadés de démissionner en attendant un nouveau tour de scrutin.  Ne serait-il pas préférable de résoudre le problème plus rapidement, pour éviter de donner aux Américains un prétexte pour saper votre administration avant même qu'elle ne commence?

JBA : Vous dites que nous avons donné un prétexte aux Américains.  En réalité, les Américains ont créé leur propre prétexte, et si cela n'avait pas été le cas, cela aurait été autre chose.  Les États-Unis ont mis 58 ans à reconnaître l'indépendance de Haïti.  Leurs priorités n'ont pas changé et la politique américaine d'aujourd'hui est plus ou moins cohérente avec la manière dont elle a toujours été.  Le coup d’État de septembre 1991 a été entrepris avec l’appui de l’administration américaine et, en février 2004, cela s’est encore produit, grâce à un grand nombre de personnes.

Les États-Unis avaient du mal à convaincre les autres dirigeants de Caricom [la Communauté et le Marché commun des Caraïbes] de se retourner contre nous (ils n’ont jamais pu convaincre nombre d’entre eux) et ils avaient besoin d’un prétexte facile à comprendre.  Les élections entachées étaient la carte parfaite à jouer.  Mais quand ils sont venus observer les élections, ils ont dit "très bien, pas de problème": le processus a été jugé pacifique et équitable.  Et puis, au fur et à mesure des résultats, afin de saper notre victoire, ils ont posé des questions sur la manière dont les votes étaient comptés.  Mais je n'avais rien à voir avec ça.  Je n'étais pas membre du gouvernement et je n'avais aucune influence sur le Conseil électoral provisoire, qui seul est habilité à prendre des décisions sur ces questions.  Le CEP est un organisme souverain et indépendant.  Puis, une fois que j'ai été réélu et que les Américains ont exigé que je révoque ces sénateurs, que devais-je faire?  La constitution ne donne pas au président le pouvoir de révoquer les sénateurs qui ont été élus conformément au protocole décidé par le CEP.  Pouvez-vous imaginer une situation comme celle-ci aux États-Unis?  Que se passerait-il si un gouvernement étranger insistait pour que le président révoque un sénateur élu?  C'est absurde.  Toute la situation est simplement raciste;  ils nous imposent des conditions qu'ils n'envisageraient jamais d'imposer à un pays «proprement» indépendant, sur un pays blanc .

Les Américains voulaient utiliser la législature contre l'exécutif.  Ils espéraient que je serais assez stupide pour insister sur le renvoi des sénateurs.  J'ai refusé.  En 2001, en signe de bonne volonté, les sénateurs ont choisi de démissionner en supposant qu'ils allaient participer à de nouvelles élections dès que l'opposition serait prête à y participer.  Mais les Américains n’ont pas réussi à renverser le sénat et le parlement contre la présidence, et il est vite apparu que l’opposition n’était pas intéressée par de nouvelles élections.  Une fois que cette tactique a échoué, les Etats-Unis ont recruté ou acheté quelques têtes brûlées, dont Dany Toussaint et compagnie, et les ont utilisées, un peu plus tard, contre la présidence.

PH : Dans la presse, en attendant, vous avez été présenté non pas comme le vainqueur sans équivoque des élections légitimes, mais comme un autocrate de plus en plus tyrannique.

JBA : Exactement.  Une bonne partie des quelque 200 millions de dollars d’aide et de développement qui ont été suspendus lorsque nous avons remporté les élections en 2000 a été détournée vers une campagne de propagande et de déstabilisation menée contre notre gouvernement et contre Fanmi Lavalas.

PH : Peu après la publication des résultats en mai 2000, le chef du CEP, Leon Manus, a fui le pays, affirmant que les résultats étaient invalides et que vous et Préval vous avez fait pression pour calculer les votes d'une manière particulière.  Pourquoi est-il arrivé à embrasser la ligne américaine?

JBA : Eh bien, je ne veux pas juger Leon Manus.  Je ne sais pas ce qui s'est passé exactement.  Mais je pense qu'il a agi de la même manière que certains des leaders du groupe des 184. [†] Ils sont redevables à un patrón , un patron.  Le patron est américain, un blanc américain;  et vous êtes noir  Ne sous-estimez pas le complexe d'infériorité qui conditionne encore si souvent ces relations.  Vous êtes noir, mais parfois vous vous sentez plus blanc que blanc, si vous êtes prêt à vous agenouiller devant les blancs.  C'est un héritage psychologique de l'esclavage: mentir pour l'homme blanc ne ment pas vraiment du tout, puisque les hommes blancs ne mentent pas [ rires ].  Si je mens pour les Blancs, je ne mens pas vraiment, je ne fais que répéter ce qu'ils disent.  Alors j'imagine que Leon Manus se sentait comme ça quand il a répété le mensonge qu'ils voulaient qu'il répète.  N'oubliez pas, son voyage hors du pays a commencé dans une voiture avec des plaques diplomatiques, et il est arrivé à Saint-Domingue sur un hélicoptère américain.

Changez de perspective - abonnez-vous maintenant


PH : Pourquoi ces personnes étaient-elles si hostiles envers vous et votre gouvernement?  Il y a quelque chose d'hystérique dans les prises de position de la Convergence Démocratique, et plus tard du Groupe des 184, par des gens comme Gérard Pierre-Charles.  Ils ont refusé tout compromis, ils ont insisté sur toutes sortes de conditions avant même d'envisager de participer à un autre tour des élections.  Les Américains semblaient exaspérés avec eux, mais ne faisaient aucun effort pour les maîtriser.

JBA : Ce n'était jamais vraiment à propos de moi, ça n'a rien à voir avec moi en tant qu'individu.  Ils détestent et méprisent les gens.  Ils refusent absolument de reconnaître que tout le monde est égal.  Donc, quand ils se comportent de cette manière, une partie de la raison est de s’assurer qu’ils sont différents.  Il est essentiel qu'ils se voient mieux que les autres.  Je suis convaincu qu'il est lié à l'héritage de l'esclavage, avec un mépris hérité pour les gens du commun, pour les petits nègres .  C'est la psychologie de l'apartheid: il vaut mieux se mettre à genoux avec les Blancs que de côtoyer les Noirs.  Ne sous-estimez pas la profondeur de ce mépris.  L’une des premières choses que nous avons faites en 1991 a été la suppression de la classification des personnes nées à l’extérieur de Port-au-Prince en tant que «paysans».  Ce genre de classification et toutes sortes de choses qui l'accompagnaient ont servi à maintenir un système d'exclusion rigide.  Cela a servi à empêcher les gens de les traiter comme des moun andeyo - des «gens de l'extérieur».  Les gens sous la table.  C'est ce que je veux dire par la mentalité de l'apartheid, et ça va très loin.

PH : Qu'en est-il de votre volonté de travailler avec des personnes compromises par leur passé, par exemple votre inclusion d'anciens duvaliéristes dans votre deuxième administration?  Était-ce une décision facile à prendre?

JBA : Non, ce n'était pas facile, mais je l'ai vu comme un mal nécessaire.  Prenez par exemple Marc Bazin.  Il était ministre des finances sous Duvalier.  Je me suis seulement tourné vers Bazin parce que mes adversaires dans Convergence Démocratique, dans l'OPL et ainsi de suite, ont refusé de participer au gouvernement.

Leur objectif était de détruire tout le processus et ils ont dit non immédiatement.  Je voulais un gouvernement démocratique, et j'ai donc décidé de le rendre aussi inclusif que possible, dans les circonstances.  Comme la convergence n'était pas disposée à participer, j'ai invité des représentants de secteurs peu ou pas représentés au parlement à faire entendre leur voix au sein de l'administration, à occuper des postes ministériels et à maintenir un équilibre entre les pouvoirs législatif et exécutif.

PH : Cela a dû être très controversé.  Bazin a non seulement travaillé pour Duvalier, il était votre adversaire en 1990.

JBA : Oui, c'était controversé et je n'ai pas pris la décision tout seul.  Nous en avons longuement parlé, nous avons tenu des réunions à la recherche d’un compromis.  Certains étaient pour, certains étaient contre et à la fin, la majorité a accepté que nous ne pouvions pas nous permettre de travailler seuls, que nous devions démontrer que nous étions disposés et capables de travailler avec des personnes qui n'étaient manifestement pas pro-Lavalas. .  Nous avions déjà publié un programme politique bien défini et s’ils étaient disposés à coopérer sur tel ou tel aspect, nous étions prêts à travailler avec eux.

PH : Vous avez souvent été accusé d’être intolérant à la dissidence, trop déterminé à vous débrouiller.  Mais que dites-vous à ceux qui soutiennent plutôt que le vrai problème était juste le contraire, que vous étiez trop tolérant?  Vous avez permis à d'anciens soldats d'appeler ouvertement et à plusieurs reprises pour la reconstitution de l'armée.  Vous avez permis à des leaders autoproclamés de la «société civile» de faire tout ce qui était en leur pouvoir pour perturber votre gouvernement.  Vous avez permis aux stations de radio de mener une campagne incessante de désinformation.  Vous avez permis que des manifestations se déroulent jour après jour, appelant à votre renversement et nombre de manifestants ont été directement financés et organisés par vos ennemis aux États-Unis.

JBA : Eh bien, c'est ce que la démocratie exige.  Soit vous permettez la libre expression de diverses opinions ou vous ne le faites pas.  Si les gens ne sont pas libres de manifester et d'exprimer leurs revendications, il n'y a pas de démocratie.  Je savais que notre position était forte au parlement et que la grande majorité de la population était derrière nous.  Une petite minorité s'est opposée à nous.  Leurs connexions étrangères, leurs intérêts commerciaux, etc., les rendent puissants.  Néanmoins, ils ont le droit de manifester, d'exprimer leurs revendications, comme n'importe qui d'autre.

PH : L’accusation la plus grave et la plus fréquente des manifestants, et répétée par vos détracteurs à l’étranger, est que vous avez recouru à la violence pour vous accrocher au pouvoir, que la pression exercée sur votre gouvernement a augmenté. sur les bandes armées des bidonvilles, appelées chimères , et les ont utilisés pour intimider et, dans certains cas, assassiner vos adversaires.

JBA : Dès que vous regardez rationnellement ce qui se passe, ces accusations ne commencent même pas à se manifester.  Plusieurs choses doivent être gardées à l'esprit.  Tout d'abord, la police a été soumise à un embargo pendant plusieurs années.  Nous n'avons pas pu acheter de gilets pare-balles ou de bombes lacrymogènes.  La police était gravement sous-équipée et était souvent tout simplement incapable de contrôler une manifestation ou un affrontement.  Certains de nos adversaires, certains des manifestants qui ont cherché à provoquer des affrontements violents, le savaient parfaitement.  Il était de notoriété publique que, alors que la police était à court de munitions et de fournitures, des armes lourdes étaient passées en contrebande à nos opposants à travers la République dominicaine.  Les gens le savaient et ne l'aimaient pas.  Ils ont commencé à être nerveux, avec raison.  Les provocations n'ont pas cessé et il y a eu des actes de violence isolés.  Cette violence était-elle justifiée?  Non, je l'ai condamné.  Je l'ai condamné avec constance.  Mais avec les moyens limités dont nous disposons, comment pourrions-nous prévenir chaque flambée de violence?  Il y avait beaucoup de provocation, beaucoup de colère et nous ne pouvions absolument pas faire en sorte que chaque citoyen refuse la violence.  Mais il n'y a jamais eu d'encouragement délibéré à la violence.

Pour les chimères , c'est clairement une autre expression de notre mentalité d'apartheid, le mot dit tout. Les chimères sont des personnes pauvres qui vivent dans une profonde insécurité et un chômage chronique.  Ils sont victimes d'injustices structurelles, de violences sociales systématiques.  Et ils font partie des personnes qui ont voté pour ce gouvernement, qui a apprécié ce que le gouvernement faisait et avait fait, malgré l'embargo.  Il n’est pas surprenant qu’ils doivent faire face à ceux qui ont toujours bénéficié de cette même violence sociale, une fois que ces personnes ont commencé à chercher activement à saper leur gouvernement.

Encore une fois, cela ne justifie pas les actes de violence occasionnels, mais quelle est la responsabilité réelle?  Qui sont les vraies victimes de la violence ici?  Combien de membres de l'élite, combien de membres des nombreux partis politiques de l'opposition ont été tués par les chimères ?  Combien?  Qui sont-ils?  Pendant ce temps, de puissants intérêts économiques étaient tout à fait heureux de financer des bandes criminelles, de mettre des armes dans les mains de vagabonds, à Cité Soleil et ailleurs, afin de créer le désordre et de blâmer Fanmi Lavalas.  Ces mêmes personnes ont également payé des journalistes pour présenter la situation d'une certaine manière et leur ont notamment promis des visas. Récemment, certains d'entre eux vivant en France ont avoué avoir été prévenus pour obtenir leur visa.  Il y a donc des gens qui financent la désinformation d'une part, et la déstabilisation, d'autre part, et qui encouragent de petits groupes de voyous à semer la panique dans les rues pour donner l'impression qu'un gouvernement perd le contrôle.

Comme si tout cela ne suffisait pas, plutôt que de laisser passer des munitions de police en Haïti, plutôt que d'envoyer des armes et du matériel pour renforcer le gouvernement, les Américains les ont plutôt envoyés à la République dominicaine.  Il suffit de regarder qui étaient ces personnes - des gens comme Jodel Chamblain, un criminel reconnu coupable, qui a échappé à la justice en Haïti pour être accueilli par les États-Unis et qui ont alors armé et financé ces «combattants de la liberté» République.  C'est ce qui s'est vraiment passé.  Nous n'avons pas armé les chimères , les américains armés Chamblain et Philippe.  L'hypocrisie est extraordinaire.  Et puis, en 2004-2006, soudain tout ce discours indigné de la violence se tait.  Comme si rien ne s'était passé.  Les gens étaient rassemblés dans des conteneurs et jetés à la mer.  Cela ne compte pour rien.  Les attaques sans fin sur Cité Soleil, elles ne comptent pour rien.  Je pourrais continuer encore et encore.  Des milliers sont morts.  Mais ils ne comptent pas, car ce ne sont que des chimères , après tout.

PH : Qu'en est-il des personnes de votre entourage telles que Dany Toussaint, votre ancien chef de la sécurité, accusé de toutes sortes de violences et d'intimidations?

JBA : Il travaillait pour eux depuis le début et on nous a pris. Bien sûr, je le regrette.Mais il n’a pas été difficile aux Américains ou à leurs mandataires d’infiltrer le gouvernement pour infiltrer la police. Nous n’avons pas été en mesure de fournir à la police le matériel dont elle avait besoin, nous pouvions difficilement leur verser un salaire suffisant. Il était facile pour nos adversaires d'attirer des ennuis, de coopter des policiers. C'était incroyablement difficile à contrôler.

PH : Dany Toussaint n'était pas disposé à me parler quand j'étais à Port-au-Prince il y a quelques mois. Il est intriguant que les gens qui réclamaient son arrestation alors que vous étiez encore au pouvoir étaient alors tout à fait heureux de le laisser en paix une fois qu’il serait sorti contre vous en décembre 2003, et une fois eux-mêmes au pouvoir. Mais pouvez-vous prouver qu'il travaillait pour ou avec eux depuis le début?

JBA : Ce ne sera pas facile à documenter, je l'accepte. Il y a un proverbe en créole qui dit twou manti pa fon : «les mensonges ne sont pas très profonds». Tôt ou tard, la vérité disparaîtra. Il y a beaucoup de choses qui se passaient à ce moment-là et qui ne sont apparues que récemment.

PH : Vous voulez dire des choses comme les éventuelles admissions publiques, faites au cours des dernières années par les chefs rebelles Remissainthe Ravix et Guy Philippe, sur l’étendue de leur collaboration de longue date avec la Convergence Démocratique, avec les Américains?

JBA : Exactement.

PH : Passons maintenant à ce qui s'est passé en février 2004. Il existe des versions extrêmement différentes de ce qui s'est passé dans la période qui a précédé votre expulsion du pays. Quel était le soutien des rebelles de Guy Philippe? Et il y avait sûrement peu de chance qu'ils puissent prendre la capitale elle-même, face aux milliers de personnes prêtes à le défendre?

JBA : Il y a eu récemment des tentatives de coup d'État, l'une en juillet 2001, avec une attaque contre l'académie de police, et une autre quelques mois plus tard, en décembre 2001, avec une incursion dans le palais national. Ils n'ont pas réussi et dans les deux cas, les rebelles ont été forcés de fuir la ville. Ils ont juste réussi à s'échapper. Ce n’est pas la police seule qui les a chassés, c’était une combinaison de policiers et de gens. Les rebelles savaient donc qu'ils ne pouvaient pas prendre Port-au-Prince. Ils ont donc hésité, à la périphérie, à une quarantaine de kilomètres. Nous n'avions rien à craindre. L'équilibre des forces était en notre faveur. Il y a des occasions où de grands groupes de personnes sont plus puissants que les mitrailleuses lourdes et les armes automatiques. Et Port-au-Prince, une ville avec autant d'intérêts nationaux et internationaux, était différente de lieux plus isolés comme Saint-Marc ou Gonaïves. Il n'y a pas eu de grande insurrection: il y avait un petit groupe de soldats, lourdement armés, qui ont pu submerger certains postes de police, tuer des policiers et créer un certain nombre de dégâts. La police était à court de munitions et ne pouvait pas rivaliser avec les M16 des rebelles. Mais la ville était une autre histoire. Les gens étaient prêts et je n'étais pas inquiet.

Par ailleurs, le 29 février, une cargaison de munitions de police que nous avions achetées en Afrique du Sud, tout à fait légalement, devait arriver à Port-au-Prince. Cela a décidé l'affaire. Déjà le rapport de forces était contre les rebelles; de plus, si la police retrouvait sa capacité opérationnelle, les rebelles n’avaient aucune chance.

PH : Alors, à ce moment-là, les Américains n’avaient pas d’autre choix que d’entrer et de vous chercher eux-mêmes, dans la nuit du 28 février?

JBA : C'est vrai. Ils savaient que dans quelques heures, ils perdraient la possibilité de «résoudre» la situation. Ils ont saisi leur chance alors qu'ils l'avaient et nous ont embarqués dans un avion au milieu de la nuit.

PH : Les Américains - l’ambassadeur Foley, Luis Moreno et cetera - insistent pour que vous demandiez leur aide, qu’ils doivent organiser un vol pour la sécurité à la dernière minute. Plusieurs journalistes ont sauvegardé leur compte. D'autre part, parlant sous le couvert de l'anonymat, l'un des gardes de sécurité américains qui se trouvait dans votre avion cette nuit-là a déclaré au Washington Post, peu après l'événement, que l'histoire américaine était «juste bidon». Votre directeur de la sécurité personnelle, Frantz Gabriel, confirme également que vous avez été enlevé cette nuit-là par des militaires américains. Qui sommes-nous censés croire?

JBA : Vous avez affaire à un pays qui était prêt et capable, devant l’ONU et devant le monde entier, de fabriquer des déclarations sur l’existence d’armes de destruction massive en Irak. Ils étaient prêts à mentir sur des questions d’importance mondiale. Il n'est guère surprenant qu'ils aient pu trouver quelques personnes pour dire ce qu'il fallait dire en Haïti, dans un petit pays sans grande importance stratégique.

PH : Ils ont dit qu'ils ne pouvaient pas envoyer des soldats de la paix pour aider à stabiliser la situation, mais dès que vous êtes parti, les troupes sont arrivées immédiatement.

JBA : Le plan était parfaitement clair.

PH : En août et septembre 2005, à l'approche des élections qui ont finalement eu lieu en février 2006, il y a eu beaucoup de discussions au sein de Fanmi Lavalas sur la manière de procéder. En fin de compte, la plupart des membres de la base ont appuyé leur ancien collègue, votre «frère jumeau» René Préval, mais certains membres de la direction ont choisi de se porter candidats à part entière; d'autres étaient même prêts à soutenir la candidature de Marc Bazin. C'était une situation confuse, qui a dû mettre beaucoup de pression sur l'organisation, mais vous avez gardé le silence.

JBA : Lorsque nous avons dû choisir les candidats à l'élection de Fanmi Lavalas en 1999, les discussions à la Fondation [la Fondation Aristide pour la démocratie] se prolongeaient souvent dans la nuit. Les délégations viendraient de tout le pays et les membres des cellules de base se prononceraient pour ou contre. Souvent, il n’a pas été facile de trouver un compromis, mais c’est ainsi que le processus a fonctionné. Donc, quand il s’agissait de décider d’un nouveau candidat à la présidence l’année dernière, j’étais convaincu que la discussion se déroulerait de la même manière, même si à ce stade de nombreux membres de l’organisation avaient été tués et beaucoup d’autres étaient en exil. ou en prison. Je n'ai fait aucune déclaration d'une manière ou d'une autre sur ce qu'il faut faire ou qui appuyer. Je savais qu'ils prendraient la bonne décision à leur manière. Beaucoup de choses que j'ai décidées en tant que président ont en réalité été décidées ainsi: la décision n’a pas été prise avec moi, mais avec elles. C'est avec leurs mots que j'ai parlé.

PH : Comment envisagez-vous l'avenir? Peut-il y avoir un réel changement en Haïti sans confronter directement la question du privilège de classe et du pouvoir, sans trouver un moyen de surmonter la résistance de la classe dominante?

JBA : Nous devrons affronter ces choses d’une manière ou d’une autre. La condition sine qua non pour y parvenir est évidemment la participation du peuple. Une fois que les gens seront réellement en mesure de participer au processus démocratique, ils seront alors en mesure de trouver une solution acceptable. En tout cas, le processus lui-même est irréversible. C'est irréversible au niveau mental. Les membres des couches appauvries de la société haïtienne ont maintenant une expérience de la démocratie et ils ne permettront pas qu'un gouvernement ou un candidat leur soit imposé. Ils l'ont démontré en février 2006 et je sais qu'ils continueront à le démontrer. Tout revient finalement au principe simple que tout moun se moun - chaque personne est une personne, chaque personne est capable de réfléchir par elle-même. Ceux qui n'acceptent pas cela, quand ils regardent les nègres d'Haïti - et consciemment ou inconsciemment, c'est ce qu'ils voient - ils voient des gens trop pauvres, trop grossiers, trop incultes pour penser par eux-mêmes. Ils voient des gens qui ont besoin des autres pour prendre leurs décisions. C'est une mentalité coloniale, en fait, et encore très répandue dans notre classe politique. C'est aussi une projection: ils projettent sur les gens leur propre inadéquation, leur propre inégalité aux yeux du maître.

Le mois de février 2006 montre combien on a gagné, il montre à quel point nous sommes arrivés sur la voie de la démocratie, même après le coup, même après deux ans de violence et de répression féroce. Ce qui reste incertain, c'est combien de temps cela prendra. Nous pouvons avancer assez rapidement si, par leur mobilisation, les gens rencontrent des interlocuteurs disposés à écouter, à dialoguer avec eux. S'ils ne les trouvent pas, cela prendra plus de temps. De 1993 à 1994, par exemple, des membres du gouvernement américain étaient prêts à écouter au moins un peu, ce qui a permis au processus démocratique de progresser. Depuis 2000, nous avons dû faire face à une administration américaine diamétralement opposée à son prédécesseur, et tout s’est ralenti de façon spectaculaire ou s’est inversé. Le problème n'est pas simplement haïtien. Nous devons encore développer de nouveaux moyens de réduire et, à terme, d'éliminer notre dépendance à l'égard des puissances étrangères.

PH : Et votre prochaine étape? Je sais que tu espères toujours retourner en Haïti le plus tôt possible: y a-t-il des progrès? Quelles sont vos priorités maintenant?

JBA : Il s’agit de juger du moment opportun pour juger de la sécurité et de la stabilité de la situation. Le gouvernement sud-africain nous a accueillis ici en tant qu'invités, pas en tant qu'exilés; en nous aidant si généreusement, ils ont contribué à la paix et à la stabilité en Haïti. Et une fois que les conditions seront réunies, nous reviendrons. Dès que René Préval jugera que le moment est venu, je reviendrai.

PH : Tu n'as plus l'intention de jouer un rôle dans la politique?

JBA : On m'a souvent posé cette question et ma réponse n'a pas changé. Il y a différentes façons de servir les gens. La participation à la politique de l'État n'est pas la seule solution. Avant 1990, j'ai servi le peuple, en dehors de la structure de l'Etat. Je servirai encore le peuple, en dehors de la structure de l'Etat. Ma première vocation était l'enseignement. L’une des grandes réalisations de notre deuxième administration a été la construction de l’Université de Tabarre, entièrement construite sous embargo, mais qui est devenue la plus grande université d’Haïti (depuis 2004, elle est occupée par des troupes étrangères). Je voudrais revenir à l'enseignement. En ce qui concerne la politique, je n'ai jamais eu d'intérêt à devenir un leader politique «à vie». C'était Duvalier: président à vie. Une organisation politique se compose de ses membres, ce n'est pas l'instrument d'un homme. Fanmi Lavalas doit devenir plus professionnelle, elle doit avoir plus de discipline interne; le processus démocratique nécessite des partis politiques fonctionnels, des partis au pluriel. Je ne vais donc pas dominer ou diriger l'organisation, ce n'est pas mon rôle, mais je contribuerai à ce que je peux.





[*] Lavalas est un mot créole qui signifie «inondation», «avalanche», «masse de personnes» ou «tout le monde ensemble». Fanmi signifie «famille».

[†] Un groupe d'hommes d'affaires et de professionnels, soutenu et organisé par l'Institut républicain international, fondé en décembre 2002 plus ou moins explicitement pour se débarrasser d'Aristide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une entrevue d'ARISTIDE par le prestigieux LONDON REVIEW OF BOOKS-2007
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Peter Hallward: Entrevue avec JBA (juillet 2006)
» Aristide : « Sélection mais pas d’élections ! »
» Selon prof Sauveur Pierre Etienne Aristide pap fè ront pot nan Afrik di Sid
» 25 septembre 1991, Aristide à L'ONU : Liberté ou la mort !
» Detrakte yo di ke: Aristide Ap Mennen la Bel Vie an Afrik di Sud

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: