Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti

FOROM AYITI : Tèt Ansanm Pou'n Chanje Ayiti.
 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Joel sera content a écrit un ancien du forum sur facebook

Aller en bas 
AuteurMessage
Marc-Henry
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5982
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

MessageSujet: Joel sera content a écrit un ancien du forum sur facebook   Mer 12 Sep 2018 - 21:53

Quand François Legault déploie son... créole!

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, est un véritable polyglotte!

Lundi, lors d’un rassemblement avec la communauté haïtienne dans Montréal Nord, il a impressionné la galerie en prononçant quelques mots en créole, ce qui a provoqué une pluie d’applaudissement

la suite :
https://www.tvanouvelles.ca/2018/09/11/quand-francois-legault-deploie-son-creole

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16038
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Joel sera content a écrit un ancien du forum sur facebook   Jeu 13 Sep 2018 - 8:24

Non MARC,c'est de la bonne politique.

Vous savez mieux que moi ,sur la question de la langue au QUEBEC.

Est ce que le CREOLE n'est pas la troisieme langue la plus parlee au QUEBEC?

Aux ETATS UNIS ,beaucoup d'AMERICAINS de plus en plus apprennent le CREOLE dans des UNIVERSITES.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc-Henry
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5982
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

MessageSujet: Re: Joel sera content a écrit un ancien du forum sur facebook   Jeu 13 Sep 2018 - 8:35

PETIT GLOSSAIRE DE L’ARGOT MONTRÉALAIS
(H*) Neg/Famn = gars/fille

Styfe = fille

(H) Giou = bon (vient de gou)

(H) Rancer = négliger, « choker » ; ranceur


Fou = utilisé pour accentuer. « Des fous shoes » = des beaux souliers

(Mettre/prendre une) laide = humilier/se faire humilier

(H) Sou sa = avoir envie de

(A**) Wallah = (je jure) par Dieu

(A) Niquer = fourrer

(A) Kho = frère

(A) Wesh = salut

(A) Hess = misère

Vag (sur) = laisse tomber

Dal = beaucoup

(H) Cob = argent

Vieux = mauvaise qualité

(H) Lakay = maison

Poser = relax

(H) Bouzin = pute

(H) Bahay = chose (vient de bagay)

(H) Freken = irrespectueux/énervé

(H) Ket = wow

(H) Patnais = ami/gars (vient de patnè)

(H) Czi = choqué (vient de sezi)

(*H = créole haïtien, **A = arabe)

MONTRÉAL
LE NOUVEAU JOUAL DE LA MÉTROPOLE
Oubliez le franglais. Montréal est plus multiculturel que jamais et l’argot de la métropole est désormais de plus en plus mâtiné de créole et d’arabe. Regard sur un phénomène linguistique qui s’étend dans tous les quartiers de l’île.

AMIN GUIDARA

http://plus.lapresse.ca/screens/a483b787-a330-418d-904d-4a8814866b2a__7C___0.html

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti


Dernière édition par Marc-Henry le Jeu 13 Sep 2018 - 8:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
Jude
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1735
Localisation : Frans
Loisirs : Financial Exchanges - Geopolitic
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le progressiste !

MessageSujet: Re: Joel sera content a écrit un ancien du forum sur facebook   Jeu 13 Sep 2018 - 8:37

...


Dernière édition par Jude le Mer 7 Nov 2018 - 9:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc-Henry
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5982
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

MessageSujet: Re: Joel sera content a écrit un ancien du forum sur facebook   Jeu 13 Sep 2018 - 8:48

J’allais chill avec un patnè, mais il a rancé sur moi. Wallah, j’étais sezi… vag sur lui. » Traduction libre de cet extrait de conversation entre Shanyssa Librena et Nickita Louis, deux étudiantes montréalaises : « J’allais passer du temps avec un gars, mais il m’a laissée tomber au dernier moment. Je te jure, j’étais choquée… je m’en fous de lui. » Ce charabia au premier abord est pourtant compréhensible par la plupart des jeunes montréalais, peu importe leur origine. UN FAIT ÉTUDIÉ On connaissait le franglais controversé des Dead Obies. Le nouvel argot des jeunes montréalais n’échappe pas à cette anglicisation, mais au fil des années, des mots d’arabe, et surtout de créole haïtien, s’y sont glissés. La professeure en linguistique Mireille Tremblay, de l’Université de Montréal, a étudié l’apport des jeunes issus de l’immigration au français vernaculaire. Lorsque des langues se côtoient, elles se mélangent presque systématiquement. « Il faut un nombre critique d’un groupe culturel pour qu’il influence la manière de parler », explique Mme Tremblay. Historiquement, le français québécois « a emprunté du fonds amérindien et de l’anglais ». Aujourd’hui, les phénomènes de contact avec le créole haïtien et l’arabe, principalement maghrébin, incluent « non seulement des emprunts, mais également des alternances codiques ». L’alternance codique est le passage dynamique d’une langue à l’autre ou, plus simplement, le parler bilingue. Par exemple, « j’ai pris ma décision, that’s it that’s all ». Il reste tout de même que c’est le français qui sert de modèle autour duquel se construit cet argot. « C’est un effet de la loi 101 », dit-elle. Pour la professeure, ce phénomène qui date au moins d’une décennie est un enrichissement. « C’est une façon pour ces jeunes de marquer leur appartenance et leur identité. La langue, c’est quelque chose de fondamentalement en variation. » — Mireille Tremblay UN DIALECTE QUI S’UNIFORMISE RAPIDEMENT « Tout le monde à Montréal parle de la même manière, de Rivière-des-Prairies jusqu’au West Island », dit Kevin Calixte, qui anime le Keke Show, une émission de débats diffusée en direct sur Facebook. Ce n’est plus une question d’appartenance ethnoculturelle ou d’environnement scolaire. Tous les jeunes, qu’ils soient issus de l’immigration ou pas, vont utiliser ou du moins comprendre le vocabulaire. L’apport de l’arabe est relativement récent, avec des mots comme wesh (mot de salutation, de provocation ou d’exclamation) ou kho (frère). Ils sont encore plutôt utilisés par les jeunes originaires du monde arabe, mais les non-arabophones connaissent leur signification. Si le slang est principalement façonné dans les écoles publiques de la métropole, le parler montréalais n’y est pas confiné. Salimo, jeune rappeur montréalais d’origine algérienne, a étudié au Collège de Montréal, où les élèves issus de l’immigration ne sont pas majoritaires. Ces élèves parlent pourtant couramment cette langue vernaculaire. ENRICHISSEMENT OU APPAUVRISSEMENT ? Les deux jeunes hommes rejettent catégoriquement les critiques des détracteurs du parler montréalais. « Ce n’est pas un appauvrissement de la langue, explique Salimo. Au contraire, c’est l’enrichissement d’une personne. » Par contre, Salimo change de registre en fonction de son interlocuteur, parce qu’il croit que plusieurs estiment que cette manière de parler ferait « ghetto ». De son côté, Kevin parle tout le temps comme ça, même si sa mère trouve qu’il devrait parler « correctement, pas avec un accent vagabond ». « Celui qui juge comment on parle, son enfant va parler comme ça. Ce n’est probablement même pas un Haïtien qui va lui apprendre ces mots de créole. » — Kevin Calixte UNE LANGUE DYNAMIQUE Le parler montréalais a évolué au fil des années et se caractérise par de plus en plus d’ajouts du créole. « Au début, ça me dérangeait. Il n’y avait que les mauvais mots parce qu’il y a plus que ça dans cette langue, explique Kevin. L’emprunt au créole est beaucoup plus fort maintenant. C’est des mots du langage courant. » « On aime détruire la langue pour la reconstruire », ajoute-t-il. Même les mots en créole sont soumis à cette destruction. Par exemple, à l’oral, bagay et gou (« chose » et « bon ») sont devenus « bahay/bhay » et « giou/giu/gyu », et à l’écrit, sezi et patnè (« choqué » et « ami/type ») s’écrivent généralement czi et patnais. De nouveaux mots ou expressions s’ajoutent tous les deux ou trois mois, selon Salimo. Il est parfois même impossible d’établir l’étymologie d’un mot, puisqu’il ne vient d’aucune langue en particulier. C’est le cas du populaire styfe, qui signifie « fille ». « Ça vient des gars de Rivière-des-Prairies. Ils ont beaucoup influencé au niveau du slang de Montréal », avance Kevin. DES MOTS PROBLÉMATIQUES ? Au-delà des termes dégradants ou vulgaires comme bouzin ou niquer, un mot en particulier pourrait poser problème. Neg, qui veut simplement dire « homme » en créole haïtien, a comme racine le mot « nègre » en français. « Il y a une subtilité à faire. Ça ne m’offense pas quand c’est dans le bon contexte et qu’il y a un bon enseignement sur le terme, explique Kevin. Pour moi, il n’y a aucun problème lorsqu’un gars dit : “Vag sur ce neg-là” (“Oublie ce type-là”) ou “C’est un gros neg” [« gros » est utilisé pour manifester son appréciation pour quelque chose ou quelqu’un]. Il n’y a aucune connotation négative de ce mot en créole. » Selon lui, c’est lorsque ce mot est employé pour dénigrer une communauté qu’il faut agir en conséquence. ET L’ART, DANS TOUT ÇA ? Le parler montréalais ne s’est pas encore taillé une place dans la sphère artistique au-delà de la musique. Salimo a fait le choix de ne pas employer trop d’argot montréalais dans ses textes de rap. Il écrit généralement ses textes dans un français « standard » dans le but de l’internationaliser. On retrouve parfois quelques notes de Montréal, tout de même. « Ils veulent te voir réussir, mais pas autant qu’eux, ce qu’ils ne feraient pas pour du cob ou de la beuh. » — Extrait de la chanson Victoria de Salimo « L’art doit être une réalité de ce qui se passe. Si tu fais un film à Montréal, cette façon de parler existe », avance de son côté Kevin. Par contre, il veut mettre en garde contre les stéréotypes. « Ce n’est pas parce que c’est un Haïtien qu’il doit automatiquement parler comme ça. Il faut un véritable travail de recherche. » a écrit:

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16038
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Joel sera content a écrit un ancien du forum sur facebook   Jeu 13 Sep 2018 - 8:50

MAK;

Dans le SUD de la FLORIDE et dans des quartiers de BROOKLYN ,si vous dites "SA K PASE" Presque tout le monde comprend.

C'est inevitable que le CREOLE HAITIEN influence et continuera d'influencer le FRANCAIS parle au QUEBEC.

Juste une speculation;les jeunes QUEBECOIS pourront trouver "cool" de parler comme les jeunes haitiens ,comme les jeunes AMERICAINS "BLANCS" esssaient d'imiter le discours des jeunes NOIRS des "ghettos"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16038
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Joel sera content a écrit un ancien du forum sur facebook   Jeu 13 Sep 2018 - 8:57

-------- a écrit:
J’allais chill avec un patnè, mais il a rancé sur moi. Wallah, j’étais sezi… vag sur lui. » Traduction libre de cet extrait de conversation entre Shanyssa Librena et Nickita Louis, deux étudiantes montréalaises : « J’allais passer du temps avec un gars, mais il m’a laissée tomber au dernier moment. Je te jure, j’étais choquée… je m’en fous de lui. » Ce charabia au premier abord est pourtant compréhensible par la plupart des jeunes montréalais, peu importe leur origine.  UN FAIT ÉTUDIÉ  On connaissait le franglais controversé des Dead Obies. Le nouvel argot des jeunes montréalais n’échappe pas à cette anglicisation, mais au fil des années, des mots d’arabe, et surtout de créole haïtien, s’y sont glissés. La professeure en linguistique Mireille Tremblay, de l’Université de Montréal, a étudié l’apport des jeunes issus de l’immigration au français vernaculaire. Lorsque des langues se côtoient, elles se mélangent presque systématiquement. « Il faut un nombre critique d’un groupe culturel pour qu’il influence la manière de parler », explique Mme Tremblay.  Historiquement, le français québécois « a emprunté du fonds amérindien et de l’anglais ». Aujourd’hui, les phénomènes de contact avec le créole haïtien et l’arabe, principalement maghrébin, incluent « non seulement des emprunts, mais également des alternances codiques ». L’alternance codique est le passage dynamique d’une langue à l’autre ou, plus simplement, le parler bilingue. Par exemple, « j’ai pris ma décision, that’s it that’s all ».  Il reste tout de même que c’est le français qui sert de modèle autour duquel se construit cet argot. « C’est un effet de la loi 101 », dit-elle. Pour la professeure, ce phénomène qui date au moins d’une décennie est un enrichissement.  « C’est une façon pour ces jeunes de marquer leur appartenance et leur identité. La langue, c’est quelque chose de fondamentalement en variation. »  — Mireille Tremblay  UN DIALECTE QUI S’UNIFORMISE RAPIDEMENT  « Tout le monde à Montréal parle de la même manière, de Rivière-des-Prairies jusqu’au West Island », dit Kevin Calixte, qui anime le Keke Show, une émission de débats diffusée en direct sur Facebook. Ce n’est plus une question d’appartenance ethnoculturelle ou d’environnement scolaire. Tous les jeunes, qu’ils soient issus de l’immigration ou pas, vont utiliser ou du moins comprendre le vocabulaire. L’apport de l’arabe est relativement récent, avec des mots comme wesh (mot de salutation, de provocation ou d’exclamation) ou kho (frère). Ils sont encore plutôt utilisés par les jeunes originaires du monde arabe, mais les non-arabophones connaissent leur signification. Si le slang est principalement façonné dans les écoles publiques de la métropole, le parler montréalais n’y est pas confiné. Salimo, jeune rappeur montréalais d’origine algérienne, a étudié au Collège de Montréal, où les élèves issus de l’immigration ne sont pas majoritaires. Ces élèves parlent pourtant couramment cette langue vernaculaire.  ENRICHISSEMENT OU APPAUVRISSEMENT ?  Les deux jeunes hommes rejettent catégoriquement les critiques des détracteurs du parler montréalais. « Ce n’est pas un appauvrissement de la langue, explique Salimo. Au contraire, c’est l’enrichissement d’une personne. » Par contre, Salimo change de registre en fonction de son interlocuteur, parce qu’il croit que plusieurs estiment que cette manière de parler ferait « ghetto ». De son côté, Kevin parle tout le temps comme ça, même si sa mère trouve qu’il devrait parler « correctement, pas avec un accent vagabond ».  « Celui qui juge comment on parle, son enfant va parler comme ça. Ce n’est probablement même pas un Haïtien qui va lui apprendre ces mots de créole. »  — Kevin Calixte  UNE LANGUE DYNAMIQUE  Le parler montréalais a évolué au fil des années et se caractérise par de plus en plus d’ajouts du créole. « Au début, ça me dérangeait. Il n’y avait que les mauvais mots parce qu’il y a plus que ça dans cette langue, explique Kevin. L’emprunt au créole est beaucoup plus fort maintenant. C’est des mots du langage courant. »  « On aime détruire la langue pour la reconstruire », ajoute-t-il. Même les mots en créole sont soumis à cette destruction. Par exemple, à l’oral, bagay et gou (« chose » et « bon ») sont devenus « bahay/bhay » et « giou/giu/gyu », et à l’écrit, sezi et patnè (« choqué » et « ami/type ») s’écrivent généralement czi et patnais. De nouveaux mots ou expressions s’ajoutent tous les deux ou trois mois, selon Salimo. Il est parfois même impossible d’établir l’étymologie d’un mot, puisqu’il ne vient d’aucune langue en particulier. C’est le cas du populaire styfe, qui signifie « fille ». « Ça vient des gars de Rivière-des-Prairies. Ils ont beaucoup influencé au niveau du slang de Montréal », avance Kevin.  DES MOTS PROBLÉMATIQUES ?  Au-delà des termes dégradants ou vulgaires comme bouzin ou niquer, un mot en particulier pourrait poser problème. Neg, qui veut simplement dire « homme » en créole haïtien, a comme racine le mot « nègre » en français. « Il y a une subtilité à faire. Ça ne m’offense pas quand c’est dans le bon contexte et qu’il y a un bon enseignement sur le terme, explique Kevin. Pour moi, il n’y a aucun problème lorsqu’un gars dit : “Vag sur ce neg-là” (“Oublie ce type-là”) ou “C’est un gros neg” [« gros » est utilisé pour manifester son appréciation pour quelque chose ou quelqu’un]. Il n’y a aucune connotation négative de ce mot en créole. » Selon lui, c’est lorsque ce mot est employé pour dénigrer une communauté qu’il faut agir en conséquence.  ET L’ART, DANS TOUT ÇA ?  Le parler montréalais ne s’est pas encore taillé une place dans la sphère artistique au-delà de la musique. Salimo a fait le choix de ne pas employer trop d’argot montréalais dans ses textes de rap. Il écrit généralement ses textes dans un français « standard » dans le but de l’internationaliser. On retrouve parfois quelques notes de Montréal, tout de même.  « Ils veulent te voir réussir, mais pas autant qu’eux, ce qu’ils ne feraient pas pour du cob ou de la beuh. »  — Extrait de la chanson Victoria de Salimo  « L’art doit être une réalité de ce qui se passe. Si tu fais un film à Montréal, cette façon de parler existe », avance de son côté Kevin. Par contre, il veut mettre en garde contre les stéréotypes. « Ce n’est pas parce que c’est un Haïtien qu’il doit automatiquement parler comme ça. Il faut un véritable travail de recherche. » a écrit:

Excellent article MARC;
J'ai beaucoup appris!!!
Je vous assure que le CREOLE HAITIEN influencera l'ANGLAIS parle dans certains ETATS!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jude
Super Star
Super Star
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1735
Localisation : Frans
Loisirs : Financial Exchanges - Geopolitic
Date d'inscription : 21/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le progressiste !

MessageSujet: Re: Joel sera content a écrit un ancien du forum sur facebook   Jeu 13 Sep 2018 - 9:12

-------- a écrit:
J’allais chill avec un patnè, mais il a rancé sur moi. Wallah, j’étais sezi… vag sur lui. »
Je suis tout étonné je ne savais pas que les haitiens avaient tant d'influence au Canada Laughing
C'est vrai que j'ai pas mal de famille là-bas et j'avais remarqué Michaelle Jean, mais je ne pensais pas qu'ils avaient une vraie existence Shocked Surprised

Je fais partie de la diaspora à mon grand regret et j'ai les yeux tournés vers Haïti, ce qui m'a rendu aveugle envers les accomplissements des autres diasporas haitiennes ! affraid affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc-Henry
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5982
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

MessageSujet: Re: Joel sera content a écrit un ancien du forum sur facebook   Jeu 13 Sep 2018 - 9:22

Joel

Ti-neg , notre ancien webmaster savait que cela vous ferait plaisir . C'est un jeune haïtien de 23 ans .
En passant la génération du millénaire parle tous ce langage. Ce mélange de créole et d'arabe est partout à Montréal , laval , Longueuil ,etc.

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
Joel
Super Star
Super Star


Masculin
Nombre de messages : 16038
Localisation : USA
Loisirs : Histoire
Date d'inscription : 24/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Le patriote

MessageSujet: Re: Joel sera content a écrit un ancien du forum sur facebook   Jeu 13 Sep 2018 - 10:04

wi

T-NEG ekri bon KREYOL.Mwen sonje.

MAK;
Notre langue prend de plus en plus d'expansion.La liste des UNIVERSITES qui enseignent le CREOLE HAITIEN aux ETATS UNIS ,s'allonge de plus en plus.
Le CREOLE HAITIEN est deja la troisieme ou quatrieme langue la plus parlee dans les AMERIQUES.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc-Henry
Administrateur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 5982
Localisation : Canada
Opinion politique : Démocrate
Loisirs : Lecture et Internet
Date d'inscription : 20/08/2006

Feuille de personnage
Jeu de rôle: Lobbyiste

MessageSujet: Re: Joel sera content a écrit un ancien du forum sur facebook   Jeu 13 Sep 2018 - 10:08

Comment expliquez-vous cela Joel ?

_________________
Solidarité et Unité pour sauver Haiti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forumhaiti.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Joel sera content a écrit un ancien du forum sur facebook   

Revenir en haut Aller en bas
 
Joel sera content a écrit un ancien du forum sur facebook
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quel est votre meilleur RP écrit sur le forum ?
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» SA SE POU JOEL
» VOICI UNE TRES BONNE OPPORTUNITE POUR MARC , MALICE ET JOEL COMME INVESTISSEURS
» Dedie a Joel/Voodoo music study makes Vatican Library

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Haiti : Des Idées et des Débats sur l'Avenir d'Haiti :: Haiti :: Espace Haïti-
Sauter vers: